Vous êtes ici : Accueil > ECOLO RUBRIK > BEAUTE SANTE BIEN-ETRE

BEAUTE SANTE BIEN-ETRE

beauté santé bien-êtreSanté, bien-être & beauté

Les informations proposées par l'Ecolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

La ChouetteL'écolomag 69


 

annee-sans-img3Une année sans…
pour 100 %
de mieux-être

Sophie-Macheteau-66

Par Sophie Macheteau

Une nouvelle année s’ouvre à nous… pleine de promesses et d’espérance. Et si, pour une fois, nous ne pensions pas à tout ce qu’elle pourrait nous apporter mais plutôt à ce dont nous pourrions nous passer, nous alléger pour nous sentir en pleine santé et en harmonie avec nousmême. Si le SANS n’était finalement pas un vide mais une démarche de sagesse pour nous délester de ce qui nous pollue. Une année sans stress, sans colère, sans nuisances en tout genre, sans procrastination, sans perturbateurs endocriniens ni cosmétiques chimiques. La clé du mieux-être est très certainement dans cette recherche de l'allégement en tout genre…

 


 

AvoineLa plante du mois
L’avoine Avena sativa
La céréale bienveillante

Description botanique

De la famille des Poacées (graminées), l'avoine cultivée est une plante annuelle originaire d'Asie. Céréale peu exigeante qui se contente facilement de sols pauvres et supporte les temps froids et humides, elle s’est rapidement diffusée, notamment en Europe du Nord.

Elle mesure 50 à 150 cm de haut et se compose d'une tige mince, non ramifiée, dressée et entourée d'une gaine fendue sur toute sa longueur. Ses feuilles, alternes et plates, allongées et aiguës, sont insérées sur des noeuds bombés. L'axe de l'inflorescence se ramifie irrégulièrement en panicules lâches, constituées de longs pédoncules terminés chacun par un petit épi pendant à deux fleurs, l’épillet. Ces épillets sont enveloppés par deux bractées appelées glumes et portent une longue arête coudée unique caractéristique. Le fruit est un akène, appelé le caryopse, spécifique des graminées (appelées maintenant poacées). Brun et oblong, le caryopse d'avoine mesure environ 1 cm.

Histoire et tradition

L'avoine fait partie des céréales les plus anciennement cultivées du Proche-Orient et de l'Europe. Au départ, elle était considérée comme une mauvaise herbe poussant parmi d'autres cultures céréalières.

En raison de son pouvoir nourrissant, l'avoine était autrefois très courante dans l'alimentation des animaux de trait, et plus particulièrement des chevaux. Par ailleurs, le grain privé de ses enveloppes, appelé gruau, sert à l'obtention de bouillies et des flocons d'avoine. Cette bouillie de gruau était l'aliment de base des anciens peuples germaniques et écossais, qui consomment encore aujourd'hui le porridge.

Au Moyen Âge, un cataplasme à base de farine d'avoine et d'huile soulageait la gale et la lèpre. Depuis le XVIIe siècle, les herboristes la préconisent en infusion ou en teinture-mère homéopathique pour divers maux. En effet, l'avoine, aux vertus fortifiantes, calme les troubles nerveux et agit sur la dépression et l'insomnie. En usage externe, le gruau d'avoine est utilisé depuis plus d'une centaine d'années en tant qu'ingrédient dans des soins du corps et en cataplasme pour soulager les démangeaisons et l'eczéma.

En médecine ayurvédique, on recourt à un extrait des parties aériennes de l'avoine pour traiter la dépendance à l'opium.

Autrefois, la paille d'avoine servait aussi bien à rembourrer les matelas qu'en médecine traditionnelle pour guérir les rhumatismes, la goutte, les paralysies, les maladies hépatiques et les affections dermatologiques.

Étymologie et légendes

Le nom de genre Avena dériverait du latin aveo, je désire. Le nom d'espèce sativa signifie plante cultivée. Cette plante est symbole d’abondance et de prospérité matérielle.

Une légende du Gévaudan raconte que, pour tromper l'adversaire, un seigneur de guerre usa d'un habile stratagème grâce à l'avoine… Alors que les vivres venaient à manquer dans les deux camps, il donna à son cheval le reste de l'avoine et l'envoya, ainsi repu, à la rencontre de l'ennemi. Voyant son cheval si bien nourri, ses adversaires pensèrent que les combattants l'étaient aussi, perdirent courage et battirent en retraite. Au Moyen Âge, l'avoine était bannie de la cuisine des monastères car on lui attribuait des vertus aphrodisiaques.

Utilisations pharmaceutiques

L'avoine est utilisée pour diminuer et contrôler le taux de glucose dans le sang des diabétiques et permet une réduction du cholestérol. Cette céréale est considérée comme hypoallergénique et possède des propriétés antiichtyosiques* employées contre divers problèmes de peaux, tels que les dermatoses, l'eczéma, les coups de soleil, les démangeaisons ou encore la varicelle. De plus, les composés phénoliques contenus dans l'avoine, notamment les avénanthramides, présentent un fort potentiel antioxydant et anti-inflammatoire.

Tonique du système nerveux, l’avoine agit favorablement sur les dépressions légères et l'insomnie (action sédative). Paradoxalement, la présence d'une protéine, l'avénine, lui vaut des vertus toniques appréciées dans les états d'épuisements physiques et d'asthénie neuromusculaire.

L'avoine permet également de traiter l'hypertension, la goutte et les rhumatismes.

Grâce à son efficacité diurétique, elle soulage les troubles rénaux. Elle est employée comme anti-diarrhéique et contre les troubles hépatiques.

* L'ichtyose est une maladie génétique rare qui affecte principalement la peau. Elle se caractérise par une extrême sécheresse de l’épiderme et une desquamation excessive.

Utilisations alimentaires

L'avoine est un aliment très digeste, aux qualités nutritionnelles reconnues. Elle est consommée sous forme de bouillie, de porridge chez les Anglo-Saxons, de potages ou de boissons. Cette céréale peut également convenir à l'alimentation des bébés.

L’avoine peut poser problème en cas d’intolérance au gluten selon la variété d’avoine que l’on achète. Par conséquent, l’avoine devrait toujours être éliminée des diètes sans gluten, par sécurité.

Utilisations cosmétiques

Grâce à sa composition riche en amidon et en lipides, l'avoine possède des qualités hydratantes, restructurantes et émollientes idéales dans des produits de soin pour peaux sensibles et réactives ou pour les mains. Elle est aussi conseillée dans des produits après-soleil.

Son contenu en protéines et acides aminés lui vaut des vertus nourrissantes et régénérantes pouvant être mises à profit dans les soins pour peaux matures ou les shampooings destinés aux cheveux secs. Cette composition confère en outre à l'avoine des caractéristiques lissantes pouvant être utilisées dans des produits tenseurs pour la peau et des soins coiffants pour les cheveux.

Par ailleurs, les nombreux minéraux qu'elle contient lui octroient des propriétés reminéralisantes idéales pour les peaux ternes et fatiguées.

Contenant des saponines, aux activités nettoyantes et purifiantes, l'avoine peut entrer dans la composition de produits pour le bain et la douche, ainsi que dans des crèmes destinées aux peaux grasses.

Enfin, l'avoine convient à la formulation de produits pour bébé.

Sous quelle forme utiliser l’avoine en cosmétique ?

1. L’HUILE VÉGÉTALE D'AVOINE

Avec une couleur ambrée, une odeur agréable caractéristique des flocons d'avoine et un toucher doux et pénétrant, cette huile végétale est riche notamment en oméga 6, oméga 9, céramides (qui participent au film hydrolipidique protégeant de la déshydratation cutanée), stérols (des lipides naturellement présents dans la peau qui aident à maintenir le film hydrolipidique cutané), avénanthramides (composés phénoliques antioxydants, anti-inflammatoires, et antiprurigineux), et en esters d'acides férulique et caféique (puissants antioxydants).

Idéale pour les peaux délicates, sensibles et réactives, elle est nourrissante, réparatrice, émolliente, assouplissante et adoucissante. Mais ce n’est pas tout… L’huile d’avoine se révèle également parfaite comme soin capillaire. Non seulement elle nourrit les cheveux secs, les gaine et les adoucit, mais elle protège la couleur des cheveux colorés, apaise les cuirs chevelus sujets à l’inconfort, nourrit les cuirs chevelus secs et sensibles.

Recette express « sérum peau délicate »

Dans un bol, mélangez 5 ml d’huile végétale d’avoine, 15 ml d’huile végétale de cameline et 10 ml de macérât huileux de calendula. Transférez ensuite dans un flacon compte-gouttes de 30 ml. Appliquez 2 à 3 gouttes de ce sérum le soir sur une peau bien propre.

2. L’AVOINE COLLOÏDALE

Actif salvateur pour la peau, la poudre d'avoine colloïdale est riche en actifs apaisants, antioxydants et nutritifs, comme le bêta-glucane, les avénanthramides, le phosphore ou encore la vitamine B. Cette poudre est reconnue pour apaiser les irritations et démangeaisons. Elle est idéale dans les cosmétiques destinés aux peaux sensibles, irritées, abîmées, et est notamment particulièrement adaptée aux produits de bain pour apaiser les peaux sujettes aux démangeaisons.

Recette express : masque apaisant avoine et miel

Dans un bol, mélangez 1 c. à s. d’avoine colloïdale en poudre avec 1 c. à c. d’huile d’avoine et 1/2 c. à c. de miel. Appliquez en couche épaisse, laissez poser 10 minutes, puis éliminez l'excédent avec un mouchoir et rincez à l’eau claire.

 


 

Côté Santéannee-sans-img4

Une année sans…
100 % de pleine santé !

Qu’on se le dise, notre santé n’a pas nécessairement besoin de plus pour se porter mieux. Bien au contraire. Nous consommons trop de médicaments, nous sommes surmédicalisés et notre santé subit en permanence le diktat de lobbies sans état d’âme, dont les enjeux sont bien éloignés de nos propres intérêts. Et si nous profitions de cette nouvelle année pour reprendre en main notre santé ? Gardons notre libre-arbitre, apprenons à dire non lorsque nous jugeons que cela va à l’encontre de ce qui nous semble bien pour nous et apprenons parfois à ne pas faire d’excès pour tenter d’accéder à la pleine santé…

 

Une alimentation SANS
source d’inflammation

L’inflammation chronique est l’une des hypothèses qui expliquerait un grand nombre de maladies. Et, malheureusement, elle peut potentiellement toucher tous les organes de notre corps. Elle n’est désormais plus considérée comme la conséquence de la maladie mais comme la maladie elle-même. Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin sont la résultante d’une inflammation d’une partie du tube digestif, l’obésité est un état inflammatoire chronique évoluant de manière silencieuse, la sensibilité au gluten est aussi une réaction inflammatoire, le psoriasis est une maladie de peau déclenchant un processus inflammatoire, sans parler des rhumatismes inflammatoires chroniques… Bref, les exemples ne manquent pas.

Profitons de cette nouvelle année pour adopter une alimentation 100 % anti-inflammatoire, afin de lutter quotidiennement contre le développement de l’inflammation chronique silencieuse. Pour ce faire, voici quelques bons réflexes à adopter dès maintenant :

  • Mettez de la couleur dans votre assiette en privilégiant les aliments riches en antioxydants (légumes jaunes ou orangés, patate douce, melon, légumes verts, végétaux rouges ou de couleur bleu-violet…).
  • Misez sur les régimes méditerranéen et paléo, anti-inflammatoires par excellence, qui sont tous deux basés sur une consommation importante de fruits et légumes.
  • Évitez les aliments gras saturés (beurre, crème, fromage, huile de palme…), qui sont riches en composants pro-inflammatoires.
  • Évitez les aliments à index glycémique élevé (aliments raffinés notamment), qui favorisent l’inflammation.
  • Misez sur les aromates et les épices (notamment la cannelle).
  • Adoptez une alimentation cétogène, riche en bonnes graisses et pauvre en glucides, aux effets anti-inflammatoires.
  • Privilégiez les cuissons douces (par exemple, à la vapeur douce) et supprimez la cuisson à haute température (fritures, aliments grillés…), qui favorise l’inflammation chronique en produisant des composés pro-inflammatoires, appelés glycotoxines ou protéines glyquées.
  • Adoptez des huiles végétales alimentaires riches en oméga 3 et qui ont un rapport oméga 6 / oméga 3 inférieur à 3 ou 4 pour 1 (huile de cameline, huile de colza non raffinée, huile de chanvre, huile de lin…).
  • Consommez de l’ananas cru, aux vertus antiinflammatoires, grâce à sa richesse en broméline.
  • Faites du sport car l’obésité et la sédentarité favorisent l’inflammation. A contrario, l’exercice physique permet aux muscles de synthétiser des médiateurs anti-inflammatoires qui inhibent l’action du TNF-alpha, pro-inflammatoire. Ces médiateurs stimulent également la lipolyse (destruction des graisses). L’activité physique est un complément incontournable de l’alimentation anti-inflammatoire.
  • Misez sur le jeûne (total ou intermittent) : la restriction calorique provoquée par la privation de nourriture va inciter le foie à produire des corps cétoniques comme source de carburant alternative au glucose. Or, ces corps cétoniques, notamment le BHB (bêta-hydroxybutyrique), ont des effets anti-inflammatoires.

 

Pour aller plus loin

Le grand livre de l’alimentation anti-inflammatoire
de Laetitia Proust-Million et Alix Lefief-Delcourt

Le-grand-livre-de-l-alimentation-anti-inflammatoireL'inflammation chronique est à l'origine de nombreuses maladies : psoriasis, asthme, obésité, diabète, MICI (maladies inflammatoires chroniques de l'intestin), maladie coeliaque, rhumatismes... Celle-ci est intimement liée à notre mode de vie : alimentation déséquilibrée, stress, pollution, sédentarité…

Il est temps de changer nos habitudes alimentaires et d'adopter les bons réflexes pour dire enfin adieu aux maux du quotidien !

Cet ouvrage passionnant vous propose :

  • Un test pour savoir si vous êtes concerné-e par l'inflammation chronique;
  • Les 15 aliments stars de l'alimentation anti-inflammatoire : cannelle, brocoli, curcuma, huiles, piment, thé vert, cacao, fruits rouges…;
  • Plus de 100 recettes saines et gourmandes : tartinade de sardines et pois chiches, poivrons farcis à l'indienne, poulet au gingembre, fondants au chocolat, aux noix et à la cannelle…;
  • 6 semaines de menus pour vous aider à adopter les bons réflexes.

Éditions Leduc.s pratique - 285 pages -18 €

 


 

Une année SANS négligence dentaire

annee-sans-img5Prendre grand soin de sa santé buccodentaire n’est pas seulement indispensable pour ne pas développer des pathologies dentaires lourdes et pour avoir un très joli sourire, c’est aussi pour prendre soin de son corps et de sa santé globale. Car le fait de ne pas soigner ses dents peut avoir de graves répercussions sur le reste du corps. L’effet papillon en quelque sorte…

À titre d’exemple, une carie mal soignée évolue vers une rage de dent, puis la nécrose de la pulpe dentaire. Cette infection peut évoluer silencieusement pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Il peut s’ensuivre un envahissement bactérien général par voie sanguine (bactériémie et septicémie). Le pronostic vital est alors engagé.

Il faut savoir, par ailleurs, que des foyers infectieux dentaires représentent un risque élevé en matière de pathologies cardiovasculaires et artérielles : infarctus, endocardite, artériosclérose, thrombose… Les infections chroniques respiratoires et ORL telles que les otites, méningites, laryngites, mastoïdites, sinusites, amygdalites, abcès pulmonaires et les infections pleuro-pulmonaires sont souvent en relation avec une infection dentaire non traitée.

Mais ce n’est pas tout… Les infections chroniques altèrent l’équilibre métabolique des patients en induisant une insulinorésistance, et donc une mauvaise gestion du diabète. Ainsi, il est connu que l’élimination des infections buccales permet aux patients diabétiques de mieux contrôler leur taux de glycémie.

Les abcès cérébraux, les accidents vasculo- cérébraux et les scléroses neurologiques peuvent également être la conséquence d’une infection bactérienne buccale ou dentaire. De nombreuses études scientifiques montrent un lien étroit entre la gravité du déchaussement dentaire et le déclin des performances intellectuelles.

Enfin, un foyer infectieux mal soigné au niveau des dents risque de se propager à distance via le sang et de se manifester par une inflammation des tendons. De ce fait, nombreux sont les sportifs souffrant d’inflammation chronique des tendons, qui devraient penser à consulter un dentiste avant même de se tourner vers d’autres spécialistes.

C’est l’année ou jamais pour dépasser une éventuelle peur (voire phobie) du dentiste et pour prendre enfin en main la santé de ses dents !

 


 

écolivre

Guide d’olfactothérapie
de de Sophie Macheteau

Le pouvoir des parfums sur nos émotions

Les émotions entretiennent un dialogue avec notre corps, notre cerveau, notre environnement. Elles tissent la toile de nos états d’âme. Puissant magicien du souvenir, le parfum effectue un travail particulièrement intéressant sur nos émotions, car les odeurs nous permettent de changer de « fréquence » pour recréer une harmonie intérieure, de favoriser notre bien-être et, même, de nous rendre plus beaux.

Livre-guide-d-olfactotherapieDans cet ouvrage, Sophie Macheteau vous propose de partir à la découverte de l’olfactothérapie :

  • Découvrir les mille et une vies du parfum,
  • Connaître les fabuleux mécanismes de l’odorat,
  • Identifier et comprendre nos émotions,
  • Saisir le lien intime entre émotions et olfaction,
  • Se sentir mieux à l’aide des huiles essentielles,
  • Se sentir mieux avec la beauté émotionnelle et les parfums de couleurs.

Grâce aux recherches de l’auteur et aux interventions d’experts en aromathérapie, parfumerie ou psychiatrie, cet ouvrage offre au parfum de retrouver toute sa grandeur et sa vocation première : soigner le corps, l’esprit et l’âme !

Éditions Rustica - pages - 12,95 € (Parution le 18 janvier)

 

 


 

jeremy-ansoLe dossier du mois
Une année SANS fausses vérités
qui nuisent à notre santé

avec Jérémy Anso
docteur ès sciences

En 2004, Thierry Souccar, journaliste scientifique et membre de l’American College of Nutrition, et Isabelle Robard, avocate et docteur en droit spécialisée en droit de la santé, publiaient le livre-choc Santé, mensonges et propagande, révélant les pratiques de l'industrie agroalimentaire, les relais dont elle dispose parmi les experts gouvernementaux et les messages fallacieux qu'elle tente de faire avaler au public.

Quatorze ans plus tard, Jérémy Anso, docteur ès sciences, publie Santé, mensonges et (toujours) propagande (avec préface de Thierry Souccar et Isabelle Robard). C’est l’occasion rêvée pour lui poser quelques questions.

Pourquoi ce deuxième volet ?

Si j’ai pris la plume pour écrire la suite, c’est qu’il y avait urgence à refaire un bilan sur les conseils nutritionnels et toutes ces fausses vérités qui gravitent autour de nous et qu'il fallait dénoncer.

Partagez-vous ce sentiment que les lobbies pharmaceutiques et agroalimentaires ont pour objectif principal de nous maintenir en mauvaise santé le plus longtemps possible ?

Je pense que ces deux industries souhaitent faire un maximum de bénéfices, tout en répondant à des besoins et en respectant le cadre législatif en vigueur – qu'elles influencent en leur faveur. Clairement, l'industrie agroalimentaire ne propose presque rien qui nous permette d'avoir une alimentation équilibrée et l'industrie pharmaceutique assure derrière les besoins en médicaments. Elles se complètent bien. Je dirais qu'aujourd'hui, elles ont malheureusement le champ libre pour faire ce qu'elles veulent, et nous pouvons penser qu'elles nous empoisonnent au quotidien. C'est ce que nous montrent bon nombre d'études scientifiques.

De manière générale, sommes-nous trop dépistés et trop médicalisés ?

Assurément. La vie est devenue entièrement médicalisée ! On se jette dans des procédés médicaux non éprouvés par la science ou qui le sont frauduleusement. On dispense des autorisations de mises sur le marché à tout va, et le principe de précaution, on le jette à la poubelle. Pour le dépistage, oui, c'est accablant, et c'est valable pour de nombreuses pathologies. La remise en question est longue et délicate. Mais ce livre participe à éveiller les esprits.

En quoi l’industrie laitière utilise-t-elle des tactiques similaires à celles de l’industrie du tabac ?

Elles sont identiques puisqu'elle va manipuler les preuves scientifiques. Elle va créer des organismes qui devront travestir ces évidences scientifiques pour discréditer celles qui écorchent leur image et populariser celles qui redorent l'image des produits laitiers. C'est comme ce que faisait l'industrie du tabac en ses heures sombres. L'industrie laitière va aussi influencer les décideurs politiques. Elle va dépenser des sommes d'argent pharaoniques pour éviter qu'une loi contraignante ne voie le jour ou pour que les produits laitiers soient toujours bien considérés par les élus de la République. Elle va aussi créer de nombreux organismes pour tenter d'influencer les scientifiques, en leur donnant des récompenses, des prix, de l'argent, et s'attirer les bonnes grâces de nombreux leaders d'opinion.

Vous dites, dans votre ouvrage, que la moitié des diabétiques pourraient être guéris mais restent malades à cause de conseils nutritionnels erronés. Pourriez-vous nous en dire plus ?

La plus grande société savante, la Fédération Française des Diabétiques – FFD –, donne des conseils nutritionnels vieux de 20, voire 30 ans ! Elle utilise toujours la notion de sucres lents et rapides – obsolète – et refuse de recourir à la notion d'index glycémique ou de charge glycémique. Pourtant, l'Organisation mondiale de la Santé recommande d'utiliser ces notions depuis… 1997 ! Cela ne date pas d'hier quand même. La FFD va même jusqu’à employer des notions aussi farfelues que les équivalences. On va retrouver des aberrations, comme remplacer une pomme par une part de gâteau ! Et, après, on se demande pourquoi rien ne change ! Le gouvernement aussi a une part de responsabilité, avec des conseils obsolètes et une absence de reconnaissance des prises en charge alternatives qui fonctionnent, comme le régime hypocalorique faible en glucides. Mais il leur faudra probablement 20 ans de plus pour reconnaître ces travaux…

En quoi le dépistage systématique du cancer du sein par mammographie pose-t-il souci ?

Principalement à cause de possibles surdiagnostics et surtraitements, qui pourraient atteindre 50 % des cas de cancers détectés selon les études les plus récentes*. On entend par surdiagnostic et surtraitement le fait d’être traitée pour un cancer qui n'aurait jamais fait parler de lui et n'aurait jamais dégradé l'état de santé de la patiente. Ces tumeurslà sont difficiles à identifier et, actuellement, le dépistage du cancer du sein expose à de gros risques, notamment de suicide, de stress, de complications cardiovasculaires à cause de traitements inutiles. Aujourd'hui, l'Institut national du cancer fait de la propagande concernant ce dépistage et n'apporte pas toutes les informations aux femmes pour prendre une décision éclairée. Pire, on se rend compte que le dépistage ne réduit pas la lourdeur des traitements : on effectue toujours autant d'ablations du sein chez les femmes qui réalisent des mammographies. C'est pourtant l'inverse de ce qu'affirme l'Institut national du cancer !

Que pensez-vous de l’abaissement de plus en plus fréquent des seuils, du cholestérol notamment ?

C'est malheureusement classique, et on le retrouve partout ! Hypertension, glycémie, etc. Toutes les sociétés savantes liées à des industriels abaissent régulièrement les seuils qui définissent les personnes malades. La conséquence ? Du jour au lendemain, on constate des millions de malades supplémentaires… qui doivent prendre un traitement. C'est exactement la même chose pour le cholestérol, une molécule accusée à tort et qui est au coeur d'un lobbying intense puisque son seuil va entraîner la prise d'un médicament bien connu : les statines. Problème, elles sont surtout inefficaces et dangereuses.

Quelles sont, selon vous, les principales raisons de l’échec du Programme national nutrition santé – PNNS ?

Les raisons principales sont le manque de volonté politique réelle de changer les choses et d'apporter un cadre législatif vraiment contraignant pour l'industrie agroalimentaire. Le PNNS n'envoie pas les bons messages et se contente de créer des slogans que tout le monde connaît, mais qui ne changent rien. Il y a, à la fois, un manque d'actions réellement efficaces et de cohérence dans les objectifs. On se rend compte que le PNNS ne souhaite stigmatiser personne et ne tient toujours pas compte de la transformation des produits. Pourtant, c'est capital pour prendre les meilleures décisions.

Notre santé étant entre les mains d’enjeux économiques puissants, comment pourrions-nous espérer ne plus être des cobayes ?

C'est sûr que l'on peut se dire que nous devrions mieux connaître notre environnement et les impacts de certains aliments pour faire les meilleurs choix. Mais il faudrait aussi que notre environnement soit mieux contrôlé ! On doit arrêter avec ce lobbyisme et ce marketing agressif, qui nous incitent à nous ruiner la santé. Il faut que les politiciens mettent des limites strictes et claires pour que nous ne soyons plus des cobayes. Limiter les additifs, l'ajout de colorants ou autres techniques industrielles pour nous faire consommer plus. Les prix agressifs doivent aussi être contrôlés. Bref, il y a beaucoup de travail.

Que faudrait-il, selon vous, pour que nous sortions de cette spirale infernale ?

Mettre en place de nombreuses mesures, dont celles mentionnées précédemment. Il faut interdire le lobbyisme auprès des députés et rendre la déclaration des liens d'intérêts obligatoires entre les professionnels de santé et l'industrie agroalimentaire. Il faut contraindre les industriels et ne pas attendre qu'ils s'améliorent d’eux-mêmes. Ils ne le font pas. Il faut aussi interdire toutes les interactions sensibles entre les industriels et les écoliers, les enseignants et les médecins. Ces relations pervertissent la qualité des conseils et n'apportent aucune garantie que nous serons bien encadrés par la suite.

Le mot de la fin ?

Mon ouvrage apporte des éléments tangibles et des faits qui permettent de changer des choses. Aussi bien au niveau du consommateur que du décideur politique. Il y a encore un long chemin à faire, mais ce travail réalisé par les journalistes et les lanceurs d'alerte est fondamental pour faire bouger les lignes.

* 1. Autier, P., Boniol, M., Koechlin, A., Pizot, C., & Boniol, M. (2017). Effectiveness of and overdiagnosis from mammography screening in the Netherlands: population based study. bmj, 359, j5224.
2. Gøtzsche, P. C., & Jørgensen, K. J. (2013). Screening for breast
cancer with mammography. The Cochrane Library.
3. Mammographic screening for breast cancer. Overdiagnosis:
an insidious adverse effect of screening. Prescrire Int. 2015 Jul;24(162):186-9, 191.
4. Marmot, M. G., Altman, D. G., Cameron, D. A., Dewar, J. A.,
Thompson, S. G., & Wilcox, M. (2013). The benefits and harms of breast cancer screening: an independent review. Br J Cancer, 108(11), 2205-2240.

 

Pour aller plus loin

Santé, mensonges et (toujours) propagande
de Jérémy Anso

Ces fausses vérités qui nuisent gravement à votre santé

Livre-Sante-mensonges-et-propagandeLes recommandations nutritionnelles et médicales sontelles toutes en accord avec la science ? Non, montre de manière éclatante Jérémy Anso : bon nombre d’entre elles, devenues vérités premières, peuvent même nuire à votre santé. Surtout quand elles sont dictées par les lobbies pharmaceutique et agroalimentaire.

Parmi les révélations de ce livre :

  • Obésité : 50 ans de conseils nutritionnels erronés.
  • Les produits laitiers ne protègent (toujours) pas des fractures.
  • L’industrie agroalimentaire utilise les mêmes pratiques que l’industrie du tabac…
  • Le dépistage du cancer de la prostate ne réduit pas la mortalité totale.
  • Les nouveaux médicaments contre le cancer sont hors de prix mais n’ont pas d’efficacité prouvée.
  • De nombreux diabétiques de type 2 pourraient guérir... si on leur donnait les bons conseils.

Éditions Thierry Souccar - 256 pages - 19,90 €

 


 

Une année SANS lactose

annee-sans-img6Le lactose est omniprésent dans vos vies. En effet, il se loge bien sûr dans tous les produits laitiers (lait, lait fermenté, beurre, crème, yaourts industriels, fromage), mais aussi les produits élaborés (sauces, plats préparés, pizzas, pâtisseries, chocolat, biscuits, chips aromatisées...), les préparations à base de viande, les charcuteries (le lactose est utilisé comme texturant et conservateur), les crèmes glacées, dans 20 % des médicaments (notamment 100 % des pilules contraceptives), dans la poudre de lait (qui en contient 50 %).

Pas étonnant que nous soyons de plus en plus nombreux à ne plus le digérer : 6 à 10 % des adultes sont intolérants au lactose en France, soit 4 à 5 millions de personnes. L’intolérance au lactose se caractérise par l’incapacité de l’organisme à digérer le sucre du lait, parce qu’il ne produit pas assez de lactase, l’enzyme intestinale qui transforme le lactose en sucres simples digérables.

Cette intolérance provoque un inconfort intestinal qui se manifeste environ 20 minutes après absorption de l’aliment : maux de ventre, ballonnements, diarrhées, désagréments, qui finissent par altérer fortement la qualité de vie au quotidien. Chaque repas pris à l’extérieur devient une épreuve de vigilance, qui gâche les moments de convivialité en famille ou entre amis.

Comment savoir si l’on est intolérant au lactose ?

Pour le savoir, c’est simple : il suffit de boire un verre de lait. Si l’on est dérangé dans les 20 minutes, il existe une forte probabilité…

Il faut alors en parler à son médecin, qui prescrira des tests à l’hôpital pour confirmation, à un diététicien pour des conseils alimentaires, à son entourage pour en tenir compte dans les repas.

Deux tests peuvent être pratiqués à l’hôpital, remboursés par l’Assurance Maladie :

  • le test respiratoire : il s'agit de mesurer le taux d’hydrogène expiré, avant et après absorption de lactose. Il dure 2 heures (une mesure toutes les 30 minutes). Le résultat est immédiat.
  • Le test de glycémie : il consiste en une prise de sang après ingestion de lactose.

Heureusement, il existe aujourd’hui de nombreuses alternatives végétales au lait, mais sachez qu'une supplémentation en lactase sous forme de gélule est possible. Elle compensera le manque de lactase et améliorera la digestion du lactose.

 


 

Une année SANS médicaments
grâce à l’ostéopathie (ou presque !)

Astrid-Beguinavec Astrid Beguin
ostéopathe diplômée et auteur

Si l’ostéopathie est largement pratiquée en France, on ignore cependant, la plupart du temps, toute l’étendue de ses possibilités. Elle est pourtant capable de soigner bien des maux et d’éviter la consommation excessive de médicaments. Astrid Beguin, ostéopathe diplômée et auteur de Ma bible des secrets d’ostéopathie, aux éditions Leduc.s, rétablit aujourd’hui quelques vérités…

Quelle est votre définition de l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une médecine prenant en charge un patient dans sa globalité. Nous porterons un intérêt sur les douleurs, mais aussi l’environnement de notre patient : ses antécédents de vies ou médicaux, son travail, son sport, ses habitudes. La particularité est que l’ostéopathie ne traite pas seulement une zone douloureuse mais aussi l’ensemble du corps.

Ce n’est pas parce que nous avons mal à l’épaule que le problème provient de l’épaule.

À qui cette médecine manuelle s’adresse-t-elle ?

Elle s’adresse à tout le monde et même aux plus jeunes. Nous prenons en charge les nourrissons dès les premiers mois de leur vie.

Est-elle officiellement reconnue ?

Oui, elle est reconnue comme une profession à part entière et bénéficie d’un cadre légal en France.

On pense souvent, à tort, que l’ostéopathie se limite aux douleurs ostéoarticulaires, aux maux de dos ou encore aux cervicalgies. Pourquoi, selon vous, y a-t-il méconnaissance de cette médecine manuelle ?

Cette méconnaissance est due au manque de communication auprès du grand public. Pendant très longtemps, l’ostéopathie a été beaucoup controversée. Les informations objectives sur notre profession étaient donc rares.

Quelles autres pathologies l’ostéopathie peut-elle soulager ?

La question à poser serait plutôt : quelles pathologies ne peut-elle pas soulager ? On citera en exemple les tendinites, les migraines, les acouphènes, l’endométriose. Elle peut contribuer à une récupération de mobilité plus rapide après un accident vasculaire de type AVC ou après une chirurgie orthopédique.

L’ostéopathie travaille-t-elle sur un plan énergétique ?

Elle travaille sur un plan vasculaire. On parle des procédés de vasodilatation et de vasoconstriction.

annee-sans-img7Pourquoi sommes-nous souvent fatigués après une séance d’ostéopathie ?

Pour comprendre, on parle du concept d’auto-guérison du corps. C’est-à-dire que l’ostéopathe, en réduisant des tensions et des restrictions de mobilité, va permettre au corps du patient de venir s’homogénéiser autour de ces changements afin de retrouver son état d’équilibre.

Cela peut prendre du temps, de quelques heures à quelques semaines selon l’ancienneté des traumatismes traités, ainsi que le métabolisme de chaque individu.

On ne peut pas demander la même vitesse d’adaptation à son corps selon que l’on ait traité un torticolis débuté il y a 3 jours ou un lumbago chronique datant d’il y a 15 ans. D’autres facteurs entrent en compte, entre autres, l’âge du patient – un bébé s’adapte au traitement bien plus vite qu’un senior –, ainsi que son hygiène de vie – travail, sport, etc.

Les femmes enceintes peuvent-elles avoir recours à l’ostéopathie ? Si oui, quels bienfaits peuvent-elles en attendre ?

Oui, les femmes enceintes peuvent consulter un ostéopathe pendant leur grossesse.

Elles peuvent consulter pour :

  • - douleurs de type lumbago, sciatique, reflux,
  • préparer l’accouchement, essayer d’avoir le moins de douleurs possible pendant celui-ci,
  • le positionnement du bébé.

Comment l’ostéopathie peut-elle aider les sportifs de tous niveaux ?

L’ostéopathie peut aider les sportifs de tous les niveaux à titre préventif, pendant une blessure ou après une blessure.

L’idée est de préparer le corps à pouvoir recevoir un choc, mais chaque individu est différent et n’a pas les mêmes antécédents de vie, ce qui demande une prise en charge individualisée pour chacun.

Il ne faut pas sous-estimer le rôle de l’ostéopathie dans le cas de récupération d’une blessure. Dans la pratique de haut niveau, elle est très souvent utilisée en parallèle de la prise en charge kiné.

Existe-t-il des contre-indications à l’ostéopathie ?

Il n’y a pas de contre-indications strictes pour la prise en charge ostéopathique, à l’exception de pathologies vitales de types AVC, arrêt cardiaque. Il faut cependant noter que certaines pathologies n’ont pas, dans un premier temps, à être prises en charge dans nos cabinets. Par exemple : une fracture, une grippe.

Le mot de la fin ?

L’ostéopathie n’est pas une médecine qui ne traite que le dos ou les problèmes osseux.

Elle a un champ d’action beaucoup plus vaste, aussi bien dans le préventif que dans le curatif après un diagnostic. Je recommande à chacun de faire un bilan ostéopathique afin de pouvoir se rendre compte de l’impact de notre quotidien sur notre corps et des conséquences à plus ou moins long terme. Je précise par ailleurs que de plus en plus de mutuelles remboursent les séances.

 

 

Pour aller plus loin

Ma bible des secrets d’ostéopathie
d’Astrid Beguin et Sophie Pensa

Coup de Coeur !

Livre-ma-bible-des-secrets-d-osteopatheQuand la médecine traditionnelle n'a plus de réponses, l'ostéopathie peut prévenir et soulager les douleurs les plus tenaces. Bénéficiant désormais d'un cadre légal en France, l'ostéopathie se propose de diagnostiquer et soigner différents troubles : digestifs, musculaires et osseux, génito-urinaires…

Au travers de cet ouvrage passionnant et très complet, vous retrouverez 33 questions-réponses autour de l’ostéopathie, un abécédaire des différentes douleurs, ainsi que 12 programmes détox et bien-être sur-mesure.

Éditions Leduc.s pratique - 450 pages - 23 €

 

 

 


 

eco-lecture-sante

Le guide complet de la spiruline
de Brigitte Karleskind

Le-guide-complet-de-la-spirulineRégime végétarien, sport, immunité, fatigue, dénutrition, allergies, diabète, surpoids

Superaliment par excellence, la spiruline est riche en protéines de qualité, en molécules antioxydantes et anti-inflammatoires (phycocyanine, chlorophylle, vitamine E…), en fer biodisponible, en vitamine B12, en oméga 6, en calcium, magnésium et sélénium.

Pourquoi un tel engouement pour cette microalgue en forme de spirale ? Que saiton vraiment d’elle ? Est-elle réellement l’aliment miracle que l’on dit ? Et que dit la science de ses vertus ?

Brigitte Karleskind, spécialiste des compléments alimentaires, a passé en revue l’ensemble des études scientifiques. Dans Le guide complet de la spiruline, elle présente les qualités de cette algue étonnante et revient en détails sur les molécules qui en font un aliment « à part ».

Cet ouvrage aborde également les précautions d’emploi (comment la prendre et à quelle dose) et les critères de qualité auxquels il faut veiller pour avoir un bon produit.

Éditions Thierry Souccar - 160 pages - 9,90 €

 

Guide thérapeutique en médecine des ventouses
de Daniel Henry

Guide-therapeutique-en-medecine-des-ventousesDécodage des protocoles de traitement MDV

Les ventouses, au même titre que la seringue ou le stéthoscope, sont une pièce maîtresse de l’histoire de la médecine. Pourtant, rares – voire inexistantes – sont les traces d’une méthodologie clinique d’application.

L’auteur, spécialiste de cette technique, a écrit un premier ouvrage qui se voulait être une réhabilitation technique sérieuse de cette pratique ancestrale. Un second volume poursuivait l’explication du mécanisme d’action des ventouses et donnait encore plus de précisions thérapeutiques sur leur application, avec des protocoles précis et nouveaux, donnant la possibilité d’augmenter ses merveilleux résultats. Ce troisième opus présente de façon très pragmatique le décodage des protocoles et un aide-mémoire destiné aux praticiens.

Parmi les principales pathologies traitées où les résultats sont surprenants : la rhumatologie, la dermatologie, la pneumologie, le viscéral fonctionnel, mais aussi et surtout les pathologies sportives. Aux États-Unis et en Asie, les praticiens du sport et entraîneurs sont des adeptes de cette pratique. Parmi les personnalités qui utilisent cette méthode, citons le Premier ministre canadien Julien Trudeau et le champion olympique de natation Michael Phelps.

Éditions Guy Trédaniel - 354 pages - 34 €

 

Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi
de Michel Odoul

Dis-moi-ou-tu-as-malLes cris du corps sont des messages de l’âme

Notre corps parle. Encore faut-il savoir l’entendre. Allergies, anorexie, boulimie, cancer, fièvres, maux de gorge, inflammations, kystes, lumbagos, migraines, maux de nez, sciatiques, spasmophilie, tumeurs, vertiges, etc. sont le signe qu’à l’intérieur de nous, des tensions profondes cherchent à s’exprimer. Cette nouvelle édition du best-seller de Michel Odoul (praticien et fondateur de l’Institut Français de Shiatsu) nous apprend à ne plus voir la maladie comme le fait du hasard ou de la fatalité, mais comme un message de notre être intérieur. Il nous permet de découvrir, derrière la souffrance, une « maladie créatrice » : la maladie s'avère être un indicateur de la nécessité de changement, petit ou grand.

Fondées sur près de 30 ans d’expérience et plusieurs milliers de consultations individuelles, toutes les informations contenues dans ce livre ont été validées sur le terrain et par la pratique quotidienne.

Éditions Albin Michel - 240 pages - 19,90

 

 


 

cote-bien-etre-56annee-sans-img8

Une année sans…
Pour 100 % de mieux-être

Au-delà de la pleine santé, nous aspirons de plus en plus à une quête de bien-être. Ce dernier est devenu en quelques années le Graal absolu dont nous rêvons tous : être en accord avec soimême, vivre sans stress, sans guère d’ego, sans colère et sans se laisser déborder par ses émotions. Mais ce n’est pas toujours simple de trouver le chemin pour y parvenir. Nos experts bien-être vous apportent des éléments de réponse et des clés indispensables pour pacifier cette nouvelle année et se sentir mieux.

 

Christian-miquelUne année avec moins d’ego

avec Christian Miquel
psychosociologue et formateur

S’il est considéré comme le fondement de la personnalité, puisqu’il désigne la représentation et la conscience que l’on a de soi-même, l’ego peut souvent nous jouer des tours et entraver notre développement personnel.

Christian Miquel, titulaire d'un doctorat de philosophie et sciences des religions (Paris IV-Sorbonne et EHESS – Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), est psychosociologue et formateur. Il vient de publier un ouvrage passionnant sur l’ego (Ego, non ego, aux éditions Jouvence). Nous avons profité de l’occasion pour lui poser quelques questions.

Quelle est votre définition de l’ego ?

L’ego, c’est la manière dont chacun de nous s’appréhende spontanément comme un individu séparé et différent des autres. Chacun de nous l’expérimente dès qu’il dit : « moi, je »… pense, veux, crois, etc.

D’où vient l’ego ?

L’ego vient d’une nécessité vitale de survie : après un premier lien fusionnel et symbiotique du nourrisson à sa mère, qui lui apportait tout ce dont il avait besoin, l’enfant va progressivement apprendre à séparer son « moi » de sa mère et du monde extérieur, pour se débrouiller tout seul et s’adapter au mieux.

Comment se constitue-t-il ?

annee-sans-img10La psychologie de l’enfance décrit très bien les différents stades de constitution de l’ego. Schématiquement, le bébé développe son « moi actif » de 8 mois à 2 ans en manipulant des objets et le monde environnant, en souriant par exemple à sa mère pour avoir ce qu’il souhaite.

Puis, entre 2 et 3 ans, se développe son « moi affectif », qui l’amène à prendre et garder ce qu’il aime et à rejeter ce qui lui déplaît. Le « moi parlant », à l’origine de notre mental, de nos pensées et de notre « radio intérieure », se développe parallèlement, surtout de 4 à 6 ans, permettant de passer d’une communication sur ce qu’il ressent à une communication faisant plus attention à l’autre. L’enfance et l’adolescence enrichiront encore ce « moi » en formation, jusqu’à ce que le « petit homme » ainsi formé devienne un adulte capable de se fixer des objectifs personnels et de s’adapter de manière autonome aux circonstances.

En quoi l’ego nous aide-t-il dans notre vie quotidienne ?

L’ego nous aide dans la vie quotidienne en représentant un formidable outil d’adaptation au monde : en se posant comme un sujet distinct du monde extérieur, des objets extérieurs, l’ego sert à mieux s’adapter, à calculer, réfléchir, élaborer des stratégies pour atteindre ses objectifs. L’ego devient alors le résultat du processus incessant d’adaptation du « moi » dans le monde. Il se raconte perpétuellement une histoire sur ce qu’il vit, en la changeant et l’adaptant à chaque instant.

Pensez-vous que nous soyons davantage tournés vers l’ego aujourd’hui qu’hier, avec notamment le développement des réseaux sociaux ?

À la différence de la plupart des autres civilisations qui prenaient acte du développement de l’ego tout en le limitant dans des cadres sociaux et religieux, lui imposant de s’intégrer à un ordre social et cosmique plus vaste, l’Occident chrétien s’est construit sur un affranchissement de l’ego en dehors de toutes les barrières traditionnelles, en le sacralisant et le prenant comme un symbole de l’âme individuelle supposée créée de manière unique et éternelle par Dieu. Depuis la Renaissance, il a donné jour à l’individualisme moderne, l’homme devenant le centre de référence de toutes choses – « maître et possesseur de la nature », comme l’écrira Descartes. Aujourd’hui, les réseaux internet ouvrent une nouvelle ère, en devenant les lieux où se fabrique un nouvel ego virtuel illusoire, que chacun est invité à construire soigneusement en se mettant en scène avec des avatars et une vie publique largement embellie et imaginaire, en racontant une fiction narrative et dérisoire des multiples aléas de son petit « moi » – qu’il soit en train de manger, de se déplacer ou autre ! Sans parler de la crainte des dislikes postés par les autres, ou des sites pour ados qui les incitent à publier sans arrêt des commentaires sur leur vie au risque de voir leur popularité baisser !

Quels sont les dangers d’un ego surdimensionné ?

annee-sans-img9Les dangers sont nombreux. À force de se croire différent des autres, possesseur de sa propre vie et plein de potentialités infinies, l’ego se caparaçonne, devient à la fois mégalomane, persuadé de disposer d’un pouvoir infini sur les événements, et paranoïaque, en voyant tout ce qui vient du monde extérieur comme un danger. Il se coupe des autres et de ses émotions, au risque de s’enfermer dans une solitude et une « forteresse vide », qu’il doit remplir sans cesse avec de nouvelles expériences pour se donner l’illusion d’exister. Sans parler du fait qu’en voyant tout à travers les filtres de son ego, de ce que l’on aime et n’aime pas, on se ferme bien entendu à toute communication authentique avec les autres êtres humains. Pareil pour la société : les individus et les entreprises qui ne cherchent qu’à accroître leur profit personnel et égotique, sans se sentir concernés par les résultats de leurs actions, par exemple sur l’environnement, sont responsables de la crise écologique majeure qui menace désormais l’humanité et la planète.

Quels conseils pratiques donneriez-vous à nos lecteurs pour se libérer d’un ego surdimensionné ?

Le premier conseil est de lutter contre l’identification à son propre ego. Si l’ego est utile pour s’adapter au monde du mieux possible, il n’est pas nécessaire de croire toutes les histoires qu’il nous raconte, en nous faisant penser que l’on est le ou la meilleur-e, différent-e de tous-tes les autres, etc. ! La première chose est de prendre conscience humblement que nous ne sommes pas séparé-e des autres, ni essentiellement différent-e d’eux, que nous partageons une même vie, sommes responsable ensemble du même monde dans lequel nous vivons. C’est déjà beaucoup, cela oblige à un décentrement de soi, pour s’ouvrir aux autres.

Ensuite, deux grandes voies sont possibles. La première, qui considère l’ego comme indépassable et signature de son individualité sacrée, cherche comment aménager l’ego au sein de la société et de la nature, en lui laissant une juste place, mais non toute la place : c’est la voie en général privilégiée par l’Occident, avec la recherche de la juste mesure des Grecs, le stoïcisme ou l’épicurisme des latins, ou encore les mouvements actuels de développement personnel.

La seconde voie, issue des grandes traditions indiennes et orientales, qui voient l’ego comme un stade nécessaire mais dépassable dans son évolution, invite à se déconditionner et à se libérer de manière radicale des carcans de l’ego, pour atteindre une réalité se situant audelà – hindouisme – ou un en deçà de l’ego – bouddhisme. Comment ? Notamment grâce à la méditation et au yoga, qui donnent les outils pour cultiver une vision clairvoyante, débarrassée des prismes de son ego et de sa tendance spontanée à toujours vouloir garder ce que l’on aime et rejeter ce que l’on n’aime pas. Cette voie, accessible de nos jours de manière laïque avec les mouvements de pleine conscience, peut conduire, lorsqu’elle est suffisamment approfondie, à une nouvelle compréhension intuitive de la vie, comme un tout dans lequel chaque être est interdépendant et éphémère, en retrouvant alors l’intuition mystique d’une non dualité fondamentale – laquelle permet de renouer, paradoxalement, avec ce lien intuitif et fusionnel que nous avons connu nourrisson !

Quels conseils pratiques donneriezvous à nos lecteurs pour mettre notre ego au service de notre épanouissement ?

Des conseils de bon sens : ne croyez pas tout ce que votre ego et votre mental vous racontent ! N’écoutez pas tout le temps votre radio intérieure. Apprenez à faire silence, à renouer avec des moments de calme, sans penser ; et lorsque les pensées reviennent, ne les chassez pas, mais ne les cultivez pas non plus : laissez les juste passer comme des nuages dans le ciel, sans vous y identifier. Ce sont juste des phénomènes comme les autres sensations, qui peuvent se produire à tout moment – ni plus, ni moins. Ce n’est pas ce que vous êtes, ce n’est pas le centre de votre identité.

Et puis, ouvrez-vous aux autres et au monde. Prenez soin de vous, bien sûr, mais aussi des autres, et surtout du lien qui vous relie aux autres, quels qu’ils soient : ce lien est votre bien le plus précieux, car vous apprendrez, en y faisant attention, à cultiver ces vertus essentielles qui sont l’antidote de l’ego surdimensionné : l’écoute, le respect, la tolérance et la bienveillance. Ainsi s’approfondira, peu à peu, ce que signifie « vivre dans la non-dualité » – tout un programme de sagesse !

 

Pour aller plus loin

livre-ego-non-egoEgo, non ego
de Christian Miquel

Vivre dans la non dualité (en Orient et en Occident) Enfant, vous avez progressivement construit votre moi individuel, votre ego. Celui-ci, bien utile pour survivre et vous affirmer, risque en même temps de devenir un piège. En effet, en filtrant le monde à partir de vos propres valeurs, c’est une société purement individualiste que vous créez, que nous créons tous.

En s’appuyant sur les grandes traditions philosophiques de sagesse, cet ouvrage nous incite à dépasser l’opposition apparente entre ego et non ego, sans besoin de les opposer, et d’atteindre un état mystique de non-dualité.

Éditions Jouvence - 144 pages - 8,90 €

 

 

 


 

Feriel-Berraies-Guigny-2Une année SANS colère

par Fériel Berraies Guigny
chercheur en sciences sociales, auteur et thérapeute

La colère est une émotion, une réaction face à une frustration et une situation données. Bien souvent, elle est une impulsion, elle s’exprime, elle sort de nous et elle est révélatrice du fait que l’on se retrouve dans une impasse. Quand on n’arrive plus à dialoguer ou à donner du sens à quelque chose. C’est une stratégie de défense, un mécanisme naturel pour évacuer, mais, en même temps, elle peut gronder en nous et exploser violemment quand on ne peut plus gérer une frustration.

Ce n’est pas tant le fond de la colère qui dérange, c’est plus la « forme ».

annee-sans-img11Car il s’agit de pouvoir la tempérer, la paramétrer et, comme elle agit comme une impulsion, une sorte de réactivité non maîtrisable, il est souvent difficile de la contrôler si l’on ne fait pas un travail sur elle. Car la colère, si elle est normale, doit aussi avoir du sens et ne pas mettre en danger, ni l’autre ni soi-même.

Apprivoiser votre colère est un travail en soi.

Ce n’est pas inné. La tempérance est quelque chose qui s’acquiert. Prendre de la distance, se recentrer pour bien l’observer et la comprendre, cette colère, demande une certaine rigueur et un réel détachement. Que nous n’avons pas tous. Dans des sociétés où, constamment, nous vivons des défis et des complexités de tout ordre, l’impulsion et la pulsion réaction sont plus dans la norme. Le souci est que, parfois, avec la colère, les dommages sont nombreux, les paroles blessant autant que les actes, et les dérapages sont aussi au rendez-vous.

En partant du constat avéré que la colère est une émotion au même titre que la joie ou la tristesse, vous devez absolument apprendre à relativiser cette dernière et à la reformuler.

En psychologie clinique, la colère est une stratégie pour faire front face à une situation donnée. Plus qu’une émotion, c’est réellement un mécanisme de défense relativement sain. Elle permet, en d’autres termes, de pouvoir se protéger. En affirmant sa personnalité, nous préservons en effet notre intégrité physique et psychique.

L’effet inverse de la non-colère est tout aussi pervers.

Vous connaissez tous le syndrome de la Cocotte-Minute !

Ne pas exprimer ses frustrations, ses ressentis, de peur de blesser l’autre, reviendrait en effet à se blesser soi-même. Encore une fois, c’est sur la formulation de votre colère qu’il faudra travailler.

« Avaler des couleuvres » et ne pas avoir l’opportunité de les « digérer », couver sa colère ou la nier est peu écologique. La colère est nécessaire et son expression tout autant. Mais à vous de savoir la transférer et la vivre différemment.

La colère nourrit négativement votre corps. En effet, la bâillonner pourrait amener toute une panoplie d’effets indésirables sur votre corps, c’est-à-dire des tensions psychologiques autant que physiques : un mauvais sommeil, des douleurs au niveau de la nuque, des épaules, du dos, des maux de ventre…

Apprenez à écouter votre corps et la colère qui gronde.

Les non-dits sont toxiques, et cela pourrait pervertir votre relation à vous-même et aux autres. Cela vous amènera également des problèmes de santé.

Il est impératif d’apprendre à écouter votre corps et à détecter les signaux d’alerte.

Une fois de plus, tout réside dans la capacité de chacun à écouter son corps et à détecter les signaux d’avertissement, enfin à installer des garde-fous pour ne pas faire du mal aux autres.

Agissez et ne subissez plus.

Acceptez-la, cette colère, déculpabilisez aussi. Vous n’êtes pas une mauvaise personne, vous êtes simplement humain-e et réactif-ve. Il est important de pouvoir mettre en mots et en émotions vos souffrances, vos déceptions, vos frustrations, tous les ratés de votre vie, avec BIENVEILLANCE ! En faisant attention à vous-même et aux autres.

Avec la sophrologie, vous allez mieux vivre la colère.

La gestion écologique de nos émotions de façon positive est cruciale.

Nous vivons en société et donc nous devons apprendre à nous intégrer, mais aussi à nous exprimer de façon moins frontale et moins agressive. Pour autant, la colère est un droit et une émotion à vivre. Et dans tous les secteurs de nos vies : au travail, en famille avec nos enfants et conjoint, nos amis.

Nous ne pouvons amputer ce mécanisme qui fait partie de notre expressivité en tant qu’être humain.

Un exercice simple pour gérer la colère

Avec l’exercice du karaté : Explosez la colère toxique.

La technique de la cible : Visualisez une cible devant vous. Imaginez une piñata, un ballon, un sac dans lequel vous mettrez cette émotion qui vous perturbe. Jamais une personne. Cela peut être le comportement de cette personne, mais il ne faut pas matérialiser LA personne dans ce sac ou sur cette cible.

Inspiration profonde par le nez, vous allez serrer votre poing et lever votre bras maître (droit si vous êtes droitierière, gauche si vous êtes gaucher-ère). Sur une rétention de quelques secondes, vous allez visualiser cette cible sur laquelle se trouve l’émotion toxique, ou le sac dans lequel elle est enfermée, et faire des moulinets avec votre bras tendu, sans forcer, sans vous faire mal, pour mobiliser tout votre potentiel, votre force et concentrer toute votre volonté. Puis, sur l’expiration, vous allez envoyer votre poing serré sur cette cible/ballon/sac et imaginer que vous la détruisez. Laissez alors votre bras se repositionner le long du corps et accueillez les sensations qui vous viennent. Recommencez cet exercice 2 fois.

Si vous avez un trop plein d’émotions négatives, de soucis, le sport et la méditation sont recommandés. Évitez les excitants, le sucre, l’alcool et ne transférez ni sur la nicotine, ni sur l’alcool ou la nourriture, pour éviter de basculer dans des addictions qui aggraveraient la problématique.

Et, surtout, faites-vous accompagner par les bons thérapeutes.

Fériel Berraies, thérapeute

Sophrologue formée IFS – Institut de Formation à la Sophrologie, certifiée RNCP (Répertoire National de la Certification Professionnelle), de 7 spécialisations : cancer, sexualité, enfance, adolescence, personnes âgées, périnatalité et entreprise.
Praticienne en hypnose ericksonienne,
formée Xtrëma Paris.
www.feriel-berraies-therapeute.com
fbsophro@gmail.com

 


 

Isabelle-Bourdeau-66Les Fleurs de Bach pour nous aider
à prendre les bonnes décisions

par Isabelle Bourdeau

 

annee-sans-img12

ET SI L’ON S’OFFRAIT UNE ANNÉE SANS ENCOMBRE ! SANS COLÈRE, SANS STRESS !
ET SI L’ON FAISAIT CE QUI NOUS APPORTE DU BONHEUR !
ET SI L’ON FAISAIT LE TRI DU BON ET DU MAUVAIS POUR NOUS !
ET SI L’ON FAISAIT LE MÉNAGE DE NOS POISONS ! ET SI ET SI….
ET SI L’ON SE DIT QU’ON PEUT LE FAIRE, C’EST ENCORE MIEUX !
ET SI, FIN 2019, ON SE DIT « MERCI, C’EST FAIT ! » ALORS, BRAVO…

Ce que je vous propose, en ce début d’année 2019, c’est une aide sérieuse et efficace pour arriver à votre but, c’est-àdire faire aboutir vos projets. Vous avez sûrement fait cette démarche de vous dire « comment aborder cette nouvelle période de ma vie et comment profiter de l’impulsion nouvelle d’un nouveau cycle pour avancer, être au mieux de ma forme, donner le maximum pour que tout se passe bien, ma santé, mes loisirs, ma famille, mes amours, mon travail, ma mission de vie… ? »

Prenez un petit carnet, rouge par exemple, dans lequel vous allez déposer ce qui vous met en colère, ce dont vous ne voulez plus, ce que vous souhaitez enlever de votre vie ; puis, dans un autre carnet, positif celui-là – bleu, vert ou jaune –, notez vos intentions, vos désirs même les plus fous, et écrivez aussi ce dont vous avez besoin pour y arriver : temps, énergie, volonté, pouvoir de décision, concentration, moyens, organisation, changement…

Les Fleurs de Bach sont un véritable soutien énergique de tout ce qui vous passe par la tête, émotionnellement parlant, l’impulsion positive nécessaire pour vous accompagner dans cette démarche de développement personnel.

Misez sur CERATO pour vous connecter à vos intuitions les plus intimes ! Là est votre source pour prendre le bon chemin, car dites-vous bien qu’il n’y a que vous qui sachiez vraiment ce qui sera bon pour vous… Écoutez votre petite voix intérieure afin de ne pas trop vous éparpiller. Ainsi, vous vous centrerez sur l’essentiel et donc suivrez votre idée avec l’assurance d’y arriver. Par exemple, vous avez décidé de faire du sport à l’heure du déjeuner, ou un soir par semaine, car vous en avez besoin tant pour la tête que votre corps, et êtes sûr-e de ça. N’écoutez pas la copine qui, elle, veut vous emmener manger un petit bout de quelque chose quelque part ! Car vous savez que ce temps-là est précieux et nécessaire. Cette fleur vous soutiendra dans cette démarche, naturellement, et pour tant d’autres voies encore ! Quelques gouttes ou un pschitt de votre flacon personnalisé et vous serez plus fort-e.

Choisissez SCLERANTHUS si vous hésitez entre 2 options. Elle est la fleur de l’équilibre et de la prise de décision. Elle contribuera, de surcroît, à la stabilisation des humeurs, qui peuvent être changeantes, fluctuantes et déconcertantes… Cela fait du bien de se savoir sur la bonne route en phase avec soi-même, aligné-e physiquement, psychiquement et mentalement.

CRAB APPLE est la fleur qui vous permettra de faire le ménage, dans tous les sens du terme : des toxines et de certains aliments, ou éléments contaminants, de vos petites manies, de vos tocs, addictions, voire des personnes qui vous sont nocives. Un grand ménage de début d’année pour redémarrer tout-e propre, vierge et ouvert-e à d’autres méthodes plus adaptées, et ainsi restaurer une belle image de vous ! Cet élixir aide à se débarrasser, se nettoyer et se purifier, tant matériellement que spirituellement.

N’oublions pas l’hiver, bel et bien installé en ce mois de janvier. La fatigue peut prendre le dessus sur nos belles intentions. LA FLEUR OLIVE de l’arbre noueux que nous connaissons bien dans le sud de la France, dont les racines profondes et ancrées dans le sol vont chercher loin l’humidité de la terre pour survivre, vous sera précieuse pour garder l’énergie nécessaire de manière à entamer 2019 avec force, dynamisme et conviction ! Cet élixir dans la gamme de fatigue est le plus puissant chez Bach, car il agit aussi sur le moral, la lassitude et le désarroi !

Ayez confiance en vous et en vos compétences et, si ce n’est pas le cas, ou que vous traîniez derrière vous un sentiment de dévalorisation, de : « je n’y arriverai jamais », « ce n’est pas ou plus possible », « je ne suis pas capable », « ce n’est pas pour moi », etc., LARCH vous aidera à relever la tête, à changer votre vision de vous-même, à ouvrir le champ des possibles… Sa devise est : je le veux, je le peux, je le fais et, je rajoute souvent, j’y vais !

Sans oublier CENTAURY , la petite Centaurée, celle du savoir dire NON, si utile pour garder le sens de votre identité, de vos limites, pour ne pas vous laisser envahir par des nuisances parasites… celles dont vous ne voulez plus… celles du carnet rouge dans lequel vous déversez vos colères ! Mais, au moins, vous vous allégez. Je vous conseille cette technique toute simple ! Et l’autre carnet pour vos réussites, vos sourires reçus, vos mercis à la vie !

Voilà ce que je vous propose en ce début d’année, un coaching individuel pour vous suivre dans la gestion de vos émotions et vous accompagner dans ce périple, qui peut être sinueux, direct ou indirect, étape par étape. L’énergie florale s’adapte à toutes les vitesses, à chacun- e, en douceur, avec tellement de respect et de gentillesse, selon votre nature, tempérament, histoire, qu’elle vous fera du bien, c’est sûr.

À votre composition de fleurs pour 2019 et à vos carnets ! Je suis là aussi… pour vous.

Isabelle Bourdeau - Florithérapeute - L’Apogée de Soi - 06 814 614 86 contact@lapogeedesoi.fr

 


 

ROXANE_CATHELOTUne année SANS stress avec l’ASMR
Autonomous Sensory Meridian Response

avec Roxane Cathelot
infirmière et YouTubeuse

Rêver d’une année SANS stress est tout sauf un luxe quand on sait qu’1 personne sur 5 souffre du stress et de troubles du sommeil.

Le stress nous pollue la vie au quotidien et engendre de nombreuses pathologies. Pourquoi ne pas profiter de cette nouvelle année pour tester de nouvelles méthodes douces et originales ? Nous allons parler de l’ASMR – ou Autonomous Sensory Meridian Response, (réponse autonome sensorielle méridienne) – avec Roxane Cathelot, infirmière et YouTubeuse. Elle vient d’écrire un ouvrage sur le sujet (éditions De Boeck Supérieur) et nous dit tout (ou presque) sur cette méthode de relaxation.

annee-sans-img13 annee-sans-img14

Comment définiriez-vous l’ASMR ?

L’ASMR est une technique de relaxation, passant par des sons et des visuels agréables au travers d’une vidéo, ayant pour buts de détendre et de relaxer. C’est un moyen simple et rapide de s’accorder un moment pour soi à tout instant de la journée. Le concept est qu’une personne – que l’on appelle ASMR artiste – réalise différents sons avec n’importe quel objet, qu’il ait un but de relaxation ou non. Ces sons sont également appelés « déclencheurs » car ils éveillent des sensations agréables, comme, par exemple, des frissons ou bien de la chaleur.

Racontez-nous votre rencontre avec l'ASMR. Quels effets bénéfiques avezvous constatés ?

J’ai personnellement découvert cette technique il y a 4 ans, lors de mes études d’infirmière. J’étais extrêmement stressée et je ne dormais pas la nuit. Je prenais des médicaments pour m’endormir, mais les effets étaient si forts que je dormais aussi la journée. J’ai donc voulu trouver une technique naturelle afin de recouvrer le sommeil et d’être aussi moins stressée. J’ai tout simplement cherché des vidéos pour m’endormir sur YouTube et c’est de là que mon histoire avec l’ASMR a débuté. Ceci a changé ma vie et, 2 ans plus tard, j’ai voulu rendre ce que j’avais reçu. C’est pour cela que j’ai ouvert ma propre chaîne de relaxation.

Est-ce que tout le monde est réceptif à l’ASMR ? Dans la négative, comment savoir si l’on est réceptif ?

Je pense personnellement que toute personne peut être sensible à cette technique, il suffit juste de trouver le déclencheur qui nous permet de nous détendre. Parfois, ce sont des choses très simples, comme le son de la pluie ou de l’orage, qui font que nous pouvons nous sentir apaisé-e et nous endormir facilement. Pour d’autres, c’est plus compliqué, mais l’ASMR offre un panel très large de sons et de visuels, adaptés aux besoins de chacun.

On peut lire dans la presse que l’ASMR s’apparente à un orgasme cérébral. Qu’en est-il ?

Concernant ce terme d’orgasme cérébral, pour ma part, je ne préfère pas l’employer. En effet, l’ASMR crée de réelles sensations physiques, mais, en aucun cas, il est associé à un orgasme. Je tiens à rappeler qu’il s’agit de relaxation et que les sensations perçues sont simplement des sensations agréables, à l’image de celles procurées lors d’un massage ou bien lorsque l’on entend une voix douce. Ce sont vraiment des sensations d’apaisement et je préfère banaliser ce terme, qui a une connotation sexuelle, que j’estime très délétère dans le cadre d’une méthode de relaxation.

Par quels mécanismes physiologiques sommes-nous réceptifs à l’ASMR ?

Concernant le mécanisme physiologique, l’ASMR stimule certains nerfs dans notre cerveau, lequel produit différentes hormones susceptibles d’induire le sommeil ou bien de procurer une sensation d’apaisement, de relaxation. On peut parler de la dopamine, parmi les hormones qui n’apportent que des sensations agréables.

Comment se déroule concrètement une séance d’ASMR ?

Les séances d’ASMR se déroulent sous forme de vidéos.

Quels conseils donneriez-vous à nos lecteurs qui voudraient vivre l’expérience de l’ASMR ?

Il n’y a pas vraiment de code pour qu’une séance se déroule bien ou non. On peut par contre adapter son environnement pour se mettre dans les meilleures conditions possible. Par exemple, il est conseillé de se placer dans une pièce calme où l’on ne risque pas d’être dérangé- e, avec une petite lumière tamisée ou dans le noir, de s’installer dans une position agréable, avec des vêtements qui ne soient pas trop serrés. Le plus important est de porter un casque afin de profiter au mieux de la vidéo.

Ce que je conseillerais aux lecteurs, c’est tout simplement d’essayer. Il est vrai que cette technique peut, au premier abord, paraître étrange, mais lorsque l’on en a saisi le sens, elle peut littéralement changer notre vie. Et nombreuses sont les personnes qui souffrent de problèmes d’insomnie, d’endormissement tardif, ainsi que de stress. L’ASMR a été pour moi la clé pour résoudre ces 3 problèmes.

Le mot de la fin ?

Pour finir, je vous invite vraiment à essayer, que vous ayez des soucis de stress ou d’endormissement, ou même si vous êtes simplement curieu-x-se de découvrir une nouvelle méthode de relaxation grandissante.

L’ASMR, c’est comme un bon plat, il faut y goûter avant de dire que l’on ne l’aime pas.

 

Pour aller plus loin

Livre-evacuez-le-stress-et-retrouvez-le-sommeilÉvacuez le stress et retrouvez
le sommeil grâce à l’ASMR

de Roxane Cathelot

La technique de l’ASMR, présentée dans ce livre, permet d’évacuer le stress et de retrouver le sommeil, très facilement et naturellement, grâce à des vidéos mêlant sons, images et voix.

Avant de devenir artiste ASMR et YouTubeuse avec plus de 115 000 fans, Roxane était d’abord une étudiante stressée et insomniaque. Elle souhaite aujourd’hui faire découvrir cette méthode moderne et originale de relaxation, qui l’a beaucoup aidée, à un public plus large que celui d’internet.

Éditions De Boeck Supérieur 128 pages 14,95 €

 

 


 

eco-livre-bien-etre

Livre-votre-programme-contre-le-mal-de-dos-aiguVotre programme de premier secours
contre le mal de dos aigu
du Dr Ingo Froböse

Cet ouvrage permet de s’affranchir des douleurs en intervenant immédiatement, mais aussi grâce à une stratégie de prévention. Les exercices de renforcement musculaire proposés procureront la mobilité nécessaire à votre dos, et ce tout au long de la vie.

En bonus, des séries d’exercices spécialement destinées aux femmes enceintes, aux conducteurs et aux personnes souffrant de lumbagos à répétition.

Éditions Médicis - 80 pages - 11,90 €

 

Livre-je-trouve-mon-ikigaJe trouve mon ikigai et je donne du sens à ma vie
de Jean-Christophe Dulot

Jean-Christophe Dulot a passé plusieurs semaines sur les traces d’ikigai au Japon (dont l’île d’Okinawa). Il nous livre ici l’essence de ce mode de vie.

Ikigai vient de ikiru, qui signifie vivre, et de yarigai, qui signifie valoir la peine, mériter. Voilà pourquoi ikigai est souvent traduit par « ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue » ou tout simplement par « raison d’être ». Reste maintenant à découvrir son ikigai et c’est là que cet ouvrage prend tout son sens.

Ce cahier de poche vous suivra partout pour vous mener vers le véritable sens de votre vie. Glissez-le dans votre sac et offrez-vous la vie dont vous rêvez !

Éditions Jouvence - 104 pages - 5,70 €

 

livre-des-bonnes-posturesLe grand livre des bonnes
postures
de Ziad Sadaka

Nombreuses sont les situations du quotidien qui nous encouragent à mal nous tenir : on s'entasse dans les transports, on se recroqueville devant son ordinateur, on marche épaules baissées… Résultat : on a mal au cou, aux épaules, on se bloque le dos…

Il est temps d'en finir avec ces mauvaises habitudes et d'adopter jour après jour les bonnes postures, qui feront du bien à notre corps et à notre esprit !

Cet ouvrage aborde toutes les bonnes postures pour éviter ces douleurs quotidiennes.

On y retrouve également plus de 20 exercices simples et illustrés pour se tenir bien dans toutes les situations !

Éditions Leduc.s - 192 pages - 17 €

 

Améliorez votre vie grâce au Yi King
de Maud Ernoult

LLivre-Ameliorer-vie-Yi-Kinge Yi King est un livre chinois ancestral, dont les oracles sont réputés pour favoriser la prise de décision et la connaissance de soi. Il nous révèle, tout comme le Tao d’ailleurs, que « la seule chose qui ne changera jamais, c’est que tout est toujours en train de changer ». La fatalité n’a pas sa place ici, seulement la compréhension que nous sommes acteurs de notre vie et de notre destin. Le Yi King permet de comprendre la situation dans laquelle nous sommes, nous propose une attitude à ajuster, sans prédire l’avenir. Il prend en compte les lois de cause à effet, en ne figeant pas ce qui pourrait arriver. Lors d’un tirage de Yi King, vous avez la situation du moment et les possibilités d’évolution si vous continuez dans cette voie. Il développe des notions de prudence, d’actions, où il nous incite à nous concentrer sur une attitude à adopter, sans rien imposer. Le Yi King fonctionne selon des trigrammes rattachés à des images, qui sont au nombre de 8. Même si l’on parle souvent d’un art divinatoire, il est plus juste de définir les tirages de Yi King comme un présent et un avenir possibles, si l’on respecte les lois naturelles et respectueuses de l’homme pour lui-même, mais aussi de l’homme face à autrui.

C’est une véritable philosophie du corps que Maud Ernoult nous propose, ainsi qu’un changement de point de vue sur soi, sur autrui, mais aussi sur la maladie et la santé.

Éditions Le Souffle d’Or - 88 pages - 18,90 €

 


 

LUC-TEYSSIERPlus jamais SANS
la méthode Coué

avec Luc Teyssier d'Orfeuil
Auteur, coach, formateur, conférencier

Spécialiste de la méthode Coué, Luc Teyssier d'Orfeuil est auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet. Il participe à la création du Studio Pygmalion, atelier de training pour comédiens professionnels, devenu une référence en France. Il adapte sa méthode au monde de l'entreprise et fonde, en 2001, Pygmalion Communication, qu'il dirige. Il conçoit et anime des formations en groupes et accompagne individuellement des cadres, dirigeants et élus sur leur communication. Il nous éclaire sur cette méthode passionnante à l’occasion de la sortie de son nouvel ouvrage, Ma bible de la méthode Coué, aux éditions Leduc.s.

On parle toujours de méthode Coué, sans pour autant connaître son auteur. Quelques mots sur Émile Coué ?

Émile Coué est né en 1857. Connu et apprécié à Troyes, il était pharmacien et exerçait avant et pendant la Première guerre mondiale. Émile Coué a suivi les travaux de l’école de psychologie de Nancy, animée par les docteurs Bernheim et Liébault, autour de l’hypnose, de l’inconscient et de la suggestion. C’est là qu’est né le terme de psychologie.

Son ouvrage, publié en 1913 sous forme de brochure, a rapidement été traduit dans de nombreuses langues et diffusé dans le monde entier. Il est régulièrement réédité sous le titre Méthode Coué, le titre original correspondant à une bonne définition de la méthode Coué : « la maîtrise de soi-même par l’autosuggestion consciente ».

Cet ouvrage est le tout premier best-seller de développement personnel.

Émile Coué a beaucoup voyagé et a été surnommé « le marchand de bonheur de Nancy ». Ce qui est étonnant, c’est qu’il était connu dans le monde entier à son époque.

Dans son carnet d’adresses, on trouve : l’industriel Henri Ford, qui a organisé pour lui des conférences aux États-Unis, le Président américain Harding, qui l’a reçu à la Maison Blanche, le grand-duc de Russie, qui a suivi ses travaux et a été membre des conseils d’administration des instituts Coué, et, pour finir, le duc d’York, futur George VI. Émile Coué a participé au traitement du bégaiement de ce dernier, lui donnant ainsi les moyens de faire « le discours d’un roi ».

Dans votre ouvrage, on peut lire que la méthode Coué repose sur l’autosuggestion consciente et positive. En quoi consiste-telle ?

La définition d’Émile Coué de l’autosuggestion est la suivante : « S’implanter une idée en soi-même par soi-même. » L’autosuggestion est une programmation de notre cerveau, que nous pouvons diriger. Cela rejoint le premier postulat de la méthode Coué :

« Toute pensée occupant uniquement notre esprit devient vraie pour nous et a tendance à se transformer en acte. » Par exemple : si je pense que je vais y arriver, je me donne plus de chances de réussir que si je me dis que cela va encore mal se passer !

Il existe 3 manières de pratiquer l’autosuggestion :

L’autosuggestion par les mots consiste à se répéter des formules d’autosuggestion positive et de manière consciente pour contrer nos autosuggestions négatives et inconscientes. Exemple : « je vais réussir cette action » plutôt que « je n’y arriverai jamais ».

L’autosuggestion par les images. Il s’agit de visualiser des images agréables qui nous permettent de générer des émotions positives, ou bien de se voir, comme les sportifs, en train de réaliser et de réussir une action ou un objectif.

L’autosuggestion par le corps consiste à faire « comme si ». Notre corps devient le starter de ce que nous souhaitons. En me forçant à sourire, je me fais du bien et les neurosciences démontrent que je diminue mon stress et que j’augmente mon espérance de vie.

En faisant « comme si » j’étais à l’aise, je finis par être plus à l’aise, « comme si » j’étais calme, je finis par être plus calme, « comme si » j’avais confiance en moi-même, je finis par être plus confiant-e.

Par quels mécanismes notre inconscient est-il sensible à la suggestion ?

annee-sans-img15C’est de manière empirique qu’Émile Coué a développé sa méthode dans sa pharmacie. Il a d’abord parfaitement assumé le principe du placebo ! Parce qu’il a constaté que ses pilules placebo, sans principe actif, pouvaient faciliter la guérison. Puis, il a pris conscience de l’impact des mots positifs du pharmacien sur la guérison du malade : « Prenez ce médicament, cela va vous faire du bien, et ce n’est qu’un début. » Ces simples mots favorisaient la guérison. C’est l’application d’un effet parfaitement reconnu aujourd’hui, l’effet placebo.

Les neurosciences et les découvertes sur la plasticité cérébrale corroborent aujourd’hui ce que Coué disait il y a un siècle.

L’exemple le plus connu repris régulièrement par Émile Coué est celui du citron. Si vous vous imaginez croquer dans un citron, vous allez retrouver les sensations du citron : tendance à saliver, frissonner ou froncer les sourcils en pensant croquer, et vous percevrez le goût, l’acidité et même l’odeur du citron grâce à vos neurones miroirs.

Pourquoi notre imagination est-elle plus forte que notre volonté ?

C’est encore de manière empirique que Coué a fait cette découverte. Non seulement l’imagination est plus forte, mais s’il y a un conflit entre volonté et imagination, c’est toujours cette dernière qui l’emporte. Derrière l'imagination, il place l’inconscient et, derrière la volonté, il place le conscient. Et nous connaissons aujourd’hui la puissance de notre inconscient.

Auriez-vous un ou deux exercices à donner à nos lecteurs pour s’en convaincre ?

Pour commencer, les deux exemples proposés par Coué sur le fait que vouloir n’est pas suffisant et peut même nuire :

Plus je veux dormir, moins je peux. Plus je veux me souvenir du nom de quelqu’un, moins je le trouve. Je dois imaginer que je vais dormir ou que je vais retrouver le sommeil en me programmant.

Les lecteurs peuvent faire cet exercice de fermer les yeux et de s’imaginer couper un citron pour en faire des quartiers et se voir ensuite croquer dedans.

Ils peuvent également compter le nombre de pas pour aller vers un mur, l’idéal étant une distance d’au moins 6 pas, et faire le trajet les yeux ouverts. Puis recommencer les yeux fermés. Ils vivront alors ce combat entre la volonté de faire les 6 ou 7 pas et l’imagination de se cogner au mur !

L’autosuggestion consciente et positive peut-elle aller jusqu’à avoir un effet antalgique dans les cas de douleurs diverses ?

Émile Coué, lors de douleur, proposait de se répéter le plus rapidement possible « ça passe, ça passe, ça passe… » À titre personnel, j’ai pratiqué lors d’une crise de colique néphrétique et c’est quelque chose qui me soulageait vraiment.

Quels rapprochements entre hypnose et autosuggestion consciente est-il possible de faire ?

Elles sont très proches. D’ailleurs, Émile Coué utilisait au départ l’hypnose pour faire ses suggestions sur ses patients. En proposant l’autosuggestion, il se rapprochait de ce que d’autres nomment aujourd’hui l’autohypnose.

Sa méthode a également servi au développement de la PNL – programmation neuro-linguistique – et de la sophrologie.

Les états de suggestibilité, pour reprendre Coué, les états de conscience modifiée en hypnose ou les états dits sophroliminaux en sophrologie sont très proches.

Vous affirmez que l’autosuggestion agit sans effort de volonté. Pourriez-vous nous expliquer cela ?

Il est même fortement conseillé d’éviter de faire trop d’efforts de volonté ! Comme en PNL et en sophrologie, c’est la technique même de l’autosuggestion qui est une force et agit en nous… un peu comme un médicament. Il suffit de l’absorber !

Comment mettre en pratique la méthode Coué au quotidien ?

En utilisant les 3 manières de pratiquer l’autosuggestion :

1- Se répéter des phrases positives et supprimer les négatives. Par exemple : « je vais réussir cette action » plutôt que « je n’y arriverai jamais ». Se répéter la formule universelle d’autosuggestion consciente proposée par Emile Coué : « Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux. »

2- Visualiser des images agréables qui permettent de se générer des émotions positives. Ou se voir, comme les sportifs, en train de réaliser et de réussir une action ou un objectif.

3- Faire « comme si » : faire « comme si » j’étais à l’aise, je finis par être plus à l’aise, « comme si » j’étais calme, je finis par être plus calme, « comme si » j’avais confiance en moi-même, je finis par être plus confiant-e.

Le mot de la fin ?

Cela vaut la peine de découvrir cette méthode simple et d’aller au-delà de la caricature qui en est faite. Elle est très efficace et c’est pour cette raison que les initiateurs de ces techniques reconnues, comme la PNL, la sophrologie, la visualisation créatrice, s’en sont inspirés.

 

Pour aller plus loin

Ma-bible-de-la-methode-coueMa bible de la méthode Coué
de Luc Teyssier d’Orfeuil

Dans ce guide pratique riche en exercices, fiches et témoignages, Luc Teyssier d'Orfeuil vous invite à :

  • Découvrir l'histoire d'Émile Coué, pharmacien visionnaire, et l'essence de sa méthode. Dépasser les obstacles que vous rencontrez grâce au pouvoir de la visualisation et de l'imagination.
  • Pratiquer l'autosuggestion et vous libérer des croyances et suggestions négatives et limitantes.
  • Améliorer votre vie et retrouver confiance en vous.

Éditions Leduc.s - 480 pages - 24 € (Parution le 22 janvier)

 


 

Rubrik-a-trucs-special-sans

Une année SANS
carence de sommeil

En 2019, on dort aussi longtemps que nécessaire.

Selon certaines études, il semblerait que moins l’on dort, plus notre IMC – indice de masse corporelle – est élevé. La faute à la ghréline, l’hormone de l’appétit, qui serait produite en grande quantité lorsque l’on manque de sommeil. On se met au lit quand les yeux deviennent lourds, picotent et que les premiers signes de fatigue arrivent. On évite la télé ou l’écran d’ordinateur avant de se coucher (lire un livre est préférable). Si l’on se réveille brusquement pendant la nuit ou au petit matin (des voisins matinaux, le bruit des moteurs de voitures…), on tente de retrouver le sommeil si on le juge nécessaire.

 

Une année SANS
grignotage

Rubrik-img1Veillez à faire 3 repas par jour, si possible à heures régulières. Prenez votre repas du soir au moins 3 heures avant le coucher. Évitez les grignotages. Il faut, en effet, entre 4 et 6 heures pour digérer un repas. Chez l’enfant, cela dure entre 3 et 5 heures. Chaque grignotage, aussi infime soit-il, fatigue l’organisme.

Sachez que si 2 heures après un repas, vous mangez une datte ou une 1/2 pomme, vous changez brutalement la nature biochimique des aliments et la programmation ne correspond plus au bol alimentaire. Le cerveau doit alors reprogrammer un nouvel état de digestion, ce qui entraîne la prolifération de bactéries, fatigue l’organisme et nuit à la vitalité de l’appareil musculaire. Le grignotage serait l’une des causes principales de la fatigue chez la femme, bien avant la carence protéique et l’insomnie.

 

Une année SANS
déprime grâce
à
l’aromathérapie

Les huiles essentielles sont de précieuses alliées dans la lutte contre la déprime, qu’elle soit saisonnière ou chronique.

Voici notre top 5 :

Rubrik-img2L’huile essentielle d’épinette noire (Picea mariana), riche en esters, est réputée pour stimuler l’immunité et recharger les batteries en cas de fatigue chronique ou de dépression.

L’huile essentielle de sapin baumier (Abies balsamea) est un baume pour le coeur et permet, en stimulant les endorphines, de lutter contre les états dépressifs. Dynamisante, elle renforce la vitalité et nous transmet énergie, courage, optimisme et joie de vivre.

L’huile essentielle de petit grain bigaradier (Citrus aurantium var. amara) est une puissante harmonisante des plans affectif et émotionnel. C’est l'huile du « coeur ».

L’huile essentielle d’encens oliban (Boswellia carterii) est harmonisante du système nerveux et calme les tensions nerveuses, les états dépressifs et les angoisses.

L’huile essentielle d’ylang-ylang (Cananga odorata) relaxe et aide à combattre la dépression. Elle déclenche légèreté, joie et euphorie.

Comment utiliser ces 5 huiles essentielles pour chasser la déprime ?

En diffusion atmosphérique, lors d'un moment où vous vous sentez disponible et prêt-e à accepter les bienfaits de l'huile essentielle (séance de méditation, de relaxation ou simple moment de détente).

Dans un bain aromatique : mettez 6 gouttes de l’HE de votre choix dans un peu de lait ou une base lavante neutre. Versez le mélange dans l'eau chaude du bain. Respirez et détendez-vous.

En massage aromatique : mettez 3 gouttes de l’HE de votre choix dans 1 cuillère à café d’huile végétale d’abricot ou d’amande douce. Massez le plexus solaire et la face interne de vos poignets. Respirez profondément en humant l'huile essentielle.

 

Une année SANS
charge mentale

Rubrik-img3Dans un numéro précédent consacré aux addictions, nous avions parlé de la charge mentale, qui a fait l’objet de toutes les attentions en 2018. Elle correspond à un état de surchauffe à la fois mentale et physique, lié à la gestion quotidienne d'une multitude de tâches, aussi bien au niveau professionnel que personnel. En règle générale, c'est à la femme qu'incombe la responsabilité de gérer non seulement le foyer, mais aussi « d'assurer » au travail. Cet état de surchauffe chronique doit attirer la plus grande vigilance car il peut conduire au désormais tristement célèbre burn-out ou à d'autres pathologies.

Alors, en 2019, on essaie de lâcher prise, de se recentrer sur l'essentiel, d’être capable de s'offrir ce que l'on donne aux autres, de s'accorder le droit d'en faire moins, déléguer plus souvent, baisser son niveau d'exigence tout en augmentant son seuil de tolérance, et, surtout, se dire qu'après tout, si ce que nous faisons n'est pas parfait, cela n'est pas si grave !

1 à 3 fois par jour, prenez quelques minutes pour vous et pratiquez cet exercice de méditation :

  • Observez votre état émotionnel. Vous pouvez, par exemple, ressentir une tristesse latente, une colère exprimée ou refoulée. Posez-vous la question suivante : « en quel état suisje à cet instant ? »
  • Prenez alors conscience de l’impact de cet état émotionnel sur votre corps et sur votre attitude : courbure, crispation, apnée, boule à l’estomac… Accélération nerveuse au moment de la réalisation d’une tâche, repli sur soi…
  • Afin de vous ressourcer rapidement, faites d’abord quelques pas et étirez-vous.
  • Puis respirez profondément en imaginant que vous vous remplissez des couleurs suivantes : vert olive (3 respirations), vert émeraude (3 respirations), rose (3 respirations).
  • Répétez cette série de 9 respirations autant de fois que nécessaire.
  • Observez à nouveau votre état émotionnel : vous sentez-vous plus apaisé-e ou davantage conscient-e de vos sensations ? Qu’est-ce qui a changé en vous ? Répéter quotidiennement cet exercice de méditation vous aidera à prendre du recul et à lâcher prise.

 

Une année SANS
procrastination

Du latin pro, en avant, et crastinus, lendemain, la procrastination est l’art de reporter au lendemain. On se réveille le matin plein-e d’entrain, persuadé-e que nous allons exécuter la liste plus ou moins longue des choses à faire ; et plus la journée passe, plus les choses ne se déroulent pas comme prévu.

Rubrik-img4Les raisons de cette procrastination ?

Nous évitons ainsi ce que nous craignons, de nous confronter à une difficulté.

Nous avons tendance à surévaluer nos possibilités, en matière de temps, de capacités ou de disponibilité. Nous nous basons très souvent sur des interprétations erronées de la réalité.

Pour sortir de la spirale infernale de la procrastination, commencez par tester votre motivation en répondant aux questions suivantes :

Qu’est-ce qui vous motive pour arrêter de procrastiner ?

Sur une échelle de 1 à 10 (1 étant le plus faible, 10 le plus fort), à combien estimez-vous la force de votre désir de changer ?

Qu’est-ce que changer vous permettra de faire, d’être ou d’avoir ?

Vérifiez que ce que vous avez répondu vous donne vraiment envie de changer. Si tel est le cas, passez à l’action, sans pression aucune, mais avec la ferme intention de changer les choses et d’être fier-ère de vous. Pensez à utiliser la technique du plan BCD, qui consiste à identifier des alternatives à l’action que vous souhaitez accomplir. En cherchant véritablement des solutions différentes, vous pouvez identifier un plan B, mais aussi des plans C et D. De quoi toujours savoir quoi faire dans toutes les circonstances !

 

La citrine pour équilibrer naturellement
le positionnement de l’ego

Particulièrement malicieux, l’ego met en place, lorsqu'il est déséquilibré, un certain nombre de stratégies qui altèrent profondément notre vie intime, relationnelle, sociale, matérielle et spirituelle. Il va alors se manifester de multiples façons, à travers de nombreuses nuances qui oscillent entre prise de pouvoir sur les autres et dévalorisation de nous-même, le tout teinté de jugement et d'auto-jugement. Pas toujours simple…

Rubrik-img6La citrine naturelle dissout les besoins de reconnaissance et de perfection que provoque un ego déséquilibré. Elle nous invite à ne pas rester dans un positionnement égocentrique, qui monopolise l’espace des autres, et nous aide à ne pas être dans une attitude de repli sur nous-même et/ ou de fausses modesties, qui entraveraient le rayonnement de notre propre lumière.

La citrine nous aide à ne pas entrer dans des stratégies de manipulation, conscientes ou inconscientes. Elle nous évite d'être dans un contrôle excessif qui crée des mécanismes dits de « balancier », à savoir le mode « petite souris qui se cache de tout le monde », ou bien « j'écrase les autres », qui nous font jouer des jeux de rôles et qui nous font agir en fonction du regard des autres.

Rubrik-img7Comment faire concrètement ce travail avec la citrine ? Il vous suffira de la prendre en main chaque fois que le besoin s’en fait sentir, en étant à l’écoute de vos sensations.

Choisir une citrine d’une taille suffisante : un minimum de 150 g.

Après chaque journée d’utilisation, il est impératif de penser à bien dégager votre citrine de vos énergies en la mettant à tremper dans un grand bol d’eau froide durant quelques heures.

 

Une année SANS
caféine

Rubrik-img8Soyons honnêtes… nous consommons généralement trop de café dans une journée. Il faut dire qu’il est très facile de dépasser la dose maximale recommandée : 300 mg par jour pour une femme et 400 mg par jour pour un homme. Bien ancré dans nos habitudes, le café est la boisson reine des petits déjeuners en France (80 %). Si le petit noir possède des vertus non négligeables (il améliore l’état de vigilance, la concentration, ainsi que les capacités cérébrales et physiques), il possède le lourd inconvénient d’augmenter le rythme cardiaque, l’anxiété et l’irritabilité, et d’assécher l’organisme par son action diurétique. Cette nouvelle année est par conséquent l’occasion rêvée pour lever le pied sur notre consommation du petit « kawa ».

2 conseils pour consommer moins de caféine avec le café

- Privilégiez le café arabica, plus subtil, plus doux et qui contient moins de caféine.

- Préférez l’expresso au café allongé. Eh oui, un expresso contient beaucoup moins de caféine (50 mg) qu’un mug de café, qui peut en renfermer plus de 300 mg.

Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que la caféine est soluble dans l’eau.

Les alternatives ? Consommer d’autres sources de caféine ne présentant pas les mêmes inconvénients que ceux du café, ou avoir recours à des plantes sans caféine, comme la chicorée, capable, là encore, de stimuler notre vitalité.

Rubrik-img10

Alternative n° 1 : le warana (ou guarana), dynamisant physique et intellectuel

Les graines de guarana renferment de la guaranine, substance chimiquement identique à la caféine. Grâce à ses tanins, il est dynamisant sans être excitant.

Rubrik-img17

Alternative n° 2 : le maté, « booster » de vitalité

Riche en vitamines, chlorophylle et oligoéléments, le maté favorise la diurèse, la digestion, ainsi que la circulation du sang et permet de lutter contre la fatigue. Il contient de la matéine, une molécule similaire à la caféine, qui n’en possède toutefois pas les inconvénients.

Rubrik-img9

Alternative n° 3 : le cacao, pour allier vitalité et gourmandise

Le cacao est obtenu à partir des fèves torréfiées du cacaoyer. Parmi les nombreux composants du cacao, on trouve la théobromine, la caféine et la théophylline. Le cacao contient des tanins qui empêchent la diffusion rapide de ces éléments alcaloïdes dans le corps.

Rubrik-img11

Alternative n° 4 : la chicorée, une plante 100 % sans caféine

La chicorée est considérée comme une plante médicinale car elle est dotée de propriétés toniques, dépuratives et aussi laxatives. Grâce à son amertume naturelle, elle est bénéfique pour le foie et la vésicule. Riche en prébiotiques et en inuline, elle est intéressante pour la flore intestinale et un bon transit.

Rubrik-img12

Alternative n° 5 : les succédanés de café élaborés à partir de céréales torréfiées

Très tendance, ces succédanés de café, élaborés à partir de céréales torréfiées telles que l’orge ou le seigle, sont des alternatives au café saines, naturelles et sans gluten, et particulièrement gourmandes.

Rubrik-img13

Alternative n° 6 : l’infusion dynamisante

Eh oui, l’infusion n’est plus la chasse gardée des soirées au coin du feu. Elle peut tout à fait rivaliser (et avec brio) avec le petit noir du matin. Il suffit de l’associer à des plantes dynamisantes.

 

Une année SANS
douleurs

Dans l'Antiquité, la reine des prés était employée contre les douleurs articulaires et les rhumatismes, avant de tomber dans l'oubli. On ne retrouve sa trace qu'à partir du XVIIIe siècle. En 1835, à Berlin, Karl J. Löwig – un chimiste allemand – isole et identifie, à partir de la reine des prés, l'acide salicylique, substance anti-inflammatoire et analgésique, précurseur de l'aspirine (mot dérivant de l'ancien nom de la reine des prés : la spirée). La reine des prés fut alors largement exploitée pour son intérêt en cas de fièvre, maux de tête, douleurs dentaires, manifestations articulaires douloureuses, tendinites, foulures, etc. Préparez-la en infusion, mais sachez que, pour une réelle efficacité, il faut utiliser les sommités fleuries et les feuilles fraîches. Mettez 1 cuillère à soupe de sommités fleuries et feuilles fraîches dans une tasse d’eau frémissante (non bouillante) et laissez infuser 10 minutes. En cas de douleur, prenez 2 à 3 tasses par jour.

Rubrik-img14

 

Une année SANS
cholestérol

Si vos analyses sont mauvaises et que vous avez tendance à avoir du cholestérol, préparez cette tisane : mettez 2 cuillères à soupe de réglisse (contreindiquée en cas d’hypertension) en morceaux dans 1/2 litre d’eau froide. Portez à ébullition, puis ajoutez une bonne pincée de poudre de curcuma. Remuez, laissez infuser 10 minutes, puis filtrez. Buvez-en après chaque repas.

Rubrik-img15

 

Une année SANS
hémorroïdes

Championne de la circulation, l’écorce de marron d’Inde soulage les crises hémorroïdaires. Faites bouillir 25 g d’écorce dans 1/2 litre d’eau pendant 10 minutes, puis filtrez. Laissez refroidir et appliquez en compresses sur la zone concernée. Par voie interne, le marronnier d’Inde est aussi souverain, mais sous forme d’extraits, que l’on trouve en pharmacie ou en magasins spécialisés. Il est conseillé d’en prendre 50 gouttes matin et soir dans un verre d’eau.

Autre plante intéressante, le cerfeuil, qui, par ses propriétés décongestionnantes, fait dégonfler l’hémorroïde. Faites infuser 60 g de cerfeuil dans 1 litre d’eau frémissante pendant 15 minutes. Filtrez. Imprégnez des compresses de cette infusion et placez-les sur les hémorroïdes. Laissez agir 1/2 heure à 1 heure.

Rubrik-img16

 

Une année SANS
aphtes

Petits ulcères superficiels qui se forment le plus souvent sur les muqueuses à l'intérieur de la bouche, les aphtes sont particulièrement désagréables. Vous pourrez mâchouiller des feuilles de sauge, qui apaiseront vos aphtes et les feront cicatriser plus vite. La racine de guimauve saura également calmer la douleur et accélérera la guérison de vos aphtes. Faites-en bouillir 25 g dans 1/2 litre d’eau, laissez infuser 10 minutes, puis filtrez. Réservez jusqu’à complet refroidissement, et servez-vous de cette décoction en bains de bouche.

 


 

cote-beaute-63annee-sans-img16

Une année sans…
100 % de mieux-être

L’ère de la beauté futile et irréfléchie est révolue. Se faire belle et beau en conscience est désormais une priorité de chaque instant. En se débarrassant du superflu et, surtout, des substances faisant polémique de par leur toxicité supposée ou avérée, la cosmétique du SANS (sans parabènes, sans perturbateurs endocriniens, sans phtalates…) a montré qu’elle pouvait être bien autre chose qu’une cosmétique du vide, à savoir une cosmétique éthique et responsable, qui a du sens.

 

Vers une beauté minimaliste

Une étude Mintel de l’an derniet révèle que « 61 % des consommateurs français sont ou seraient enclins à adopter un mode de vie plus naturel pour améliorer leur santé. Aujourd’hui, 70 % des Françaises ne sont pas toujours certaines de l’impact que peuvent avoir les ingrédients qu’elles utilisent sur leur visage. »

Déjà amorcée l’année passée, cette cosmétique minimaliste s’inscrit comme une demande forte des consommateurs qui souhaitent revenir à l’essentiel, en achetant des formules courtes contenant un nombre restreint d’ingrédients. Pourquoi cette attente ? Tout simplement parce que nous savons désormais qu’efficacité ne rime pas forcément avec complexité et que plus une formule contient d’ingrédients, plus les interactions pathogènes peuvent être fréquentes.

Bien conscients de ces attentes grandissantes, les industriels de la beauté favorisent de plus en plus les ressources d’origine naturelle, écoresponsables, qui respectent l’environnement, limitent les transformations et les déchets. Ils essaient ainsi d’éviter la surenchère des allégations, sans pour autant oublier l’efficacité et la sensorialité dans les formules naturelles contenant peu d’ingrédients.

Nul doute que cette volonté d’accéder à une beauté minimaliste, avec non seulement peu d’ingrédients, mais aussi des composants bruts de moins en moins transformés, soit l’une des tendances fortes de cette nouvelle année.

 


 

Une année SANS cotons
et SANS protections hygiéniques jetables

annee-sans-img17Au quotidien, nous pouvons faire des petits gestes (aux grandes répercussions) pour restreindre nos déchets dans toutes les pièces de la maison. Dans la cuisine, en réduisant les emballages et en supprimant les bouteilles d’eau plastique, mais aussi dans la salle de bains.

Une femme qui se maquille au quotidien se sert d’environ 2 000 cotons à démaquiller chaque année, soit l’équivalent d’une baignoire entièrement remplie.

Pourquoi ne pas adopter, en 2019, des carrés démaquillants lavables, compatibles avec les soins démaquillants habituels, sans rien changer de ses habitudes ni se compliquer le quotidien ? Après usage, ils se mettent à laver dans un filet de lavage avec le linge sale habituel. Non seulement vous faites un geste pour la planète, mais vous réaliserez une économie d’environ 200 euros sur l’année, ce qui n’est pas négligeable.

Par ailleurs, 1 447 serviettes hygiéniques sont employées chaque seconde dans le monde et une femme consomme environ 400 protègeslips par an.

Passer au lavable ou à la coupe menstruelle réduit ses déchets de manière conséquente : pas de protège-slips jetés, ni d’emballage plastique et carton. Il est bon de rappeler que les protections féminines sont composées de coton, culture la plus polluante au monde, qui utilise 19 % de l’ensemble des pesticides et insecticides pour 2 % des cultures, avec un besoin énorme en eau d’irrigation. Sans parler des produits désinfectants, gels absorbants, produits de blanchiment, traces de dioxine, rayonne (viscose), nécessaires à la fabrication de ces produits.

Cap’ ou pas cap’ ?

 


 

Une année SANS complexe
avec le « body positive »

annee-sans-img18Considéré comme une lutte optimiste, le « body positive » n’a cessé de faire parler de lui en 2018. Mouvement féministe venu des États-Unis, il consiste à accepter son corps et à affirmer qu’il n’existe pas qu’une seule beauté. Une manière engagée de combattre les diktats imposés aux corps féminins. Nombreuses sont les bloggeuses, telles que Nina Flageul, qui militent actuellement pour cette liberté de corps et d’esprit !

En 2019, il est grand temps que nous cessions d’entretenir nos complexes. Car, bien souvent, nos croyances négatives gouvernent nos comportements et entraînent un cercle vicieux auquel il n’est pas toujours simple d’échapper. Notre conseil : prenez le temps d’observer la manière dont vous entretenez vos croyances négatives sur vous-même, notez comment vous prenez les réactions des autres comme des confirmations de vos propres croyances. Contre toute attente, vous verrez que, peu à peu, vous vous accorderez le bénéfice du doute. Puis, en guise de défis, tentez l’expérience de comportements inhabituels, comme par exemple prendre la parole en public si tel est votre complexe. Une manière efficace pour restaurer votre estime de soi et vous sentir bien plus léger-ère en cette nouvelle année.

 


 

Rubrik' à trucs

Une année SANS
chute de cheveux

Rubrik-img18Superaliment issu de la pharmacopée africaine, le moringa (Moringa oleifera) est riche notamment en vitamines (A, B1, B2 B3, C, E), minéraux et oligoéléments (calcium, fer, potassium, manganèse, zinc, cuivre), flavonoïdes et acides aminés.

En cosmétique, c'est un ingrédient de choix pour revitaliser les peaux ternes, sèches ou matures, purifier les peaux mixtes ou à imperfections, mais aussi pour stimuler la pousse des cheveux.

Dans un bol, mélangez 3 c. à c. de poudre de shikakai avec 3 cuillères à café de poudre de moringa bio. Ajoutez 4 cuillères à café d’hydrolat d’ortie (chauffé à environ 50-60 °C) et mélangez soigneusement,
à l’aide d’une petite cuillère en bois. Appliquez le shampooing sur cheveux mouillés tout en prenant soin de bien masser votre cuir chevelu. Ajoutez un peu d’eau chaude si nécessaire. Laissez 3 à 5 minutes, puis rincez à l’eau claire.

 


 

annee-sans-img19Le dossier du mois
Une année SANS
coloration chimique

avec Simon Assoun
Spécialiste de la coloration végétale

 

Le début de l’année 2018 aura vu fleurir plusieurs gammes de colorations capillaires végétales sur le marché français. La fin de l’année aura été marquée, quant à elle, par un fait peu réjouissant : une jeune femme de 19 ans a mis sa santé en péril suite à l’application d’une coloration conventionnelle (donc chimique) et s’est retrouvée avec le visage déformé de façon très impressionnante en raison d’une allergie à l’un des produits de la composition… Cet incident, relaté utilement par les médias, doit nous faire réfléchir, car se colorer les cheveux est loin d’être un acte anodin.

Il est grand temps de changer nos habitudes de consommation et de donner le meilleur à nos cheveux dans le seul but de veiller sur notre santé. Pour vous apporter des éléments de réponse, nous avons posé quelques questions à Simon Assoun, spécialiste de la coloration végétale.

Les colorations conventionnelles, donc chimiques, peuvent provoquer des allergies : sous quelle(s) forme(s) se manifestent-elles ?

Une réaction allergique aux colorations chimiques peut être plus ou moins forte et peut se manifester sous différentes formes. Il peut s'agir d'une légère sensation de chaleur localisée, d'un picotement, ou de fortes démangeaisons et de gonflements, ou encore de l'apparition de plaques sur tout le corps. Si les premières peuvent s'apaiser en quelques minutes, les dernières peuvent être plus graves et nécessiter des traitements. On pense au cas de la jeune fille qui a fait le tour des réseaux dernièrement. Sa vie était même en danger.

À quelles substances sont-elles dues ?

Les substances les plus « connues » – celles ayant été identifiées comme à risque et médiatisées – sont le PPD, ou paraphénylènediamine, le resorcinol, le p-aminophénol…

Zoom sur le PPD

Le paraphénylènediamine est un constituant à éviter absolument : il est pourtant déjà interdit dans tous les produits cosmétiques, mais encore toléré dans les colorations capillaires, comme révélateur, à hauteur de 6 %. Les fabricants de colorations chimiques qui l’utilisent encore ont « seulement » l’obligation d’informer les consommateurs sur ses risques. Le PPD traverse la barrière cutanée, passe dans le sang et peut atteindre les organes. Il est allergisant, mutagène, agit tel un poison au niveau du foie et des reins, perturbe le système immunitaire et peut aussi toucher les systèmes respiratoire et nerveux.

Rappelons par ailleurs que, depuis le 1er décembre 2006, 22 substances encore présentes dans certaines teintures sont interdites à la commercialisation :

6-Methoxy-2,3-Pyridinediamine et son sel HCI ; 2,3-Naphthalenediol ; 2,4-Diaminodiphenylamine ; 2,6-Bis (2-Hydroxyethoxy)-3,5-Pyridinediamine ; 2-Methoxymethyl-p-Aminophenol ; 4,5-Diamino-1-Methylpyrazole et son sel HCI ; 4,5-Diamino-1-((4-Chlorophenyl)Methyl)-1H-Pyrazole Sulfate ; 4-Chloro-2-Aminophenol ; 4-Hydroxyindole ; 4-Methoxytoluene-2,5-Diamine et son sel HCI ; 5-Amino-4-Fluoro-2-Methylphenol Sulfate ; N,N-Diethyl-m-Aminophenol ; N,N-Dimethyl-2,6-Pyridinediamine et son sel HCI ; N-Cyclopentyl-m-Aminophenol ; N-(2- Methoxyethyl)-p-phenylenediamine et son sel HCI ; 2,4-Diamino-5-methylphenetol et son sel HCI ; 1,7-Naphthalenediol ; 3,4-Acide diaminobenzoïque ; 2-Aminomethyl-p-aminophenol et son sel HCI ; Solvent Red 1 (CI 12150) ; Acid Orange 24 (CI 20170) ; Acid Red 73 (CI 27290) (Source : Commission européenne)

 

Comment expliquer que ces produits soient encore présents dans des colorations alors qu’ils sont si toxiques ?

Ils sont encore présents car aujourd'hui, dans le monde de la chimie, il est difficile de procéder autrement. Dans les années 70, l’industrie a éliminé quelques-unes des substances qui étaient considérées comme cancérigènes, mais les molécules employées actuellement sont encore à risque, que ce soit en matière d’allergie ou encore de risques liés au cancer.

Quand une substance est identifiée comme étant allergène ou cancérigène, elle est remplacée par une substance « cousine », qui aura probablement les mêmes effets. Mais le temps de la preuve et de la démonstration d’un lien direct est toujours long. Le principe de précaution est rarement appliqué.

Je pense que c'est aux marques elles-mêmes de se remettre en question, de supprimer des ingrédients douteux de leurs compositions et d'évoluer vers d'autres méthodes.

Quelles alternatives propose le végétal ?

Chez Biocoiff', nous proposons une alternative claire : des colorations 100 % végétales et certifiées bio. Nous maîtrisons en effet la coloration par les plantes et uniquement par les plantes. Ce sont des protocoles que nous avons mis au point et que nos équipes connaissent parfaitement. Nous formons même les professionnels de la coiffure de toute la France. C'est une toute autre méthode de coloration, qui ne modifie pas la structure du cheveu pour la colorer mais s'enroule autour et s’y fixe fortement et de façon durable.

Sont-elles totalement sûres ?

Oui. L'absence d'ingrédients chimiques est une garantie de sûreté. Cependant, certaines personnes sont allergiques à des fruits ; et, pour des terrains allergiques très sensibles, il est préférable, avant de faire une couleur, de faire un test de peau pour évaluer une éventuelle réaction.

 

Zoom sur le PPD

Comment agissent les colorations conventionnelles ?

Leur action se déroule en 3 temps, qui agressent et fragilisent fortement les cheveux :

1. La peroxydation

Elle a pour objectif d’ouvrir les écailles des cheveux afin que les colorants chimiques pénètrent au sein de la fibre capillaire, puis de la décolorer. Cette réaction chimique se nomme ainsi car elle utilise un peroxyde, autrement dit un dérivé de l’eau oxygénée.

2. La dépigmentation

Elle fait disparaître la couleur naturelle d’origine et dépigmente le cheveu. Il va alors s’éclaircir et peut même devenir tout blanc.

Ce processus est extrêmement agressif car le cheveu doit perdre sa structure pour que la réaction chimique puisse se faire. Il est de cette façon totalement dénaturé.

3. La repigmentation

Enfin, cette dernière réaction chimique se produit à l’intérieur de la fibre capillaire. Elle va redonner une couleur aux cheveux en insérant les pigments colorants artificiels. Elle n’a donc rien de naturel non plus.

 

À qui s’adressent-elles ?

Les colorations végétales s'adressent à tous et à toutes. D’abord, aux personnes qui ont un mode de vie bio, celles qui ont le sentiment d’avoir des cheveux abîmées et souhaitent les soigner et les réparer, et celles qui, justement, ont des sensibilités particulières : allergies, traitements chimio ou encore des femmes enceintes.

Le mot de la fin ? Pensez-vous que l’avenir soit au végétal après l’ère du tout chimique ?

Absolument ! Le végétal est le futur de la coiffure. Les consommateurs et les professionnels de la coiffure sont de plus en plus nombreux à prendre le virage du végétal. Que ce soit pour des raisons de santé, d'écologie ou de beauté du cheveu.

La chimie a été une révolution, mais le végétal sera la « rébiolution ». Une rébiolution basée sur le pouvoir des plantes, qui se révélera encore plus grand que celui de la chimie car il soigne et protège le cheveu, et la planète.

Pour en savoir plus : www.biocoiff.com

 


 

annee-sans-img20Une année sans
callosités aux pieds

L’hiver, nous avons tendance à négliger quelque peu nos pieds. La corne peut se former plus rapidement et la peau se dessèche.

Pour y remédier, il existe un allié d’une grande efficacité : l’urée.

Très courante en cosmétique et dans les préparations dermatologiques, l’urée est connue pour ses qualités hydratantes intenses et son effet kératolytique (qui aide à éliminer les squames et les cellules mortes). De par cet effet exfoliant, l’urée stimule le renouvellement cutané et redonne un aspect plus lisse et plus doux à la peau.

Pour celles et ceux qui se demanderaient d’où vient l’urée, sachez qu’il s’agit d’un composé naturellement présent dans le corps, issu du métabolisme des acides aminés. Elle fait partie des composés hygroscopiques qui forment le fameux natural moisturizing factor (facteur naturel d’hydratation), c’est-àdire l’ensemble des composés qui permettent le maintien naturel de l’hydratation de la peau.

Étant très hygroscopique, l’urée joue le rôle d’un humectant (elle attire l’eau dans la couche supérieure de l’épiderme), mais elle a également la propriété de « dissoudre » la kératine en altérant la configuration des chaînes protéiques. Pour information, l’urée est l’un des ingrédients fétiches des podologues, qui s’en servent pour leurs soins.

Hydrosoluble, cet actif peut être incorporé très facilement à hauteur de 5 à 10 % dans des émulsions maison (soit dans la phase aqueuse avant réalisation de l’émulsion, soit une fois l’émulsion réalisée – pas plus de 5 % dans ce cas précis et pas d’émulsion eau dans l’huile), en agitant bien jusqu’à dissolution complète des cristaux.

Vous pourrez incorporer l’urée dans une crème ou un lait neutre bio (ne pas dépasser 5 %), ou réaliser vous-même l’émulsion en suivant, par exemple, la recette ci-dessous.

 

Crème « SOS pieds en détresse »

  • Conservation : 3 mois à l’abri de la lumière et de la chaleur
  • Préparation : 25 mn

Mon matériel

  • sos-pieds-en-detresse1 pot de 50 ml
  • 1 thermomètre
  • 2 bols
  • 1 balance de précision
  • 1 petite cuillère

Dans mon panier

  • 7,5 g de beurre de karité bio
  • 2,5 g de cire de riz
  • 4 g de cire émulsifiante olive douceur
  • 30 g d’eau de source
  • 5 g d’urée
  • 30 gouttes de fragrance naturelle abricot
  • 10 gouttes de conservateur Cosgard

La recette

  1. Transférez le beurre de karité, la cire de riz et l’émulsifiant (phase A) dans le 1er bol.
  2. Dans le 2nd bol, transférez l’eau de source (phase B).
  3. Faites chauffer séparément au bain-marie les 2 phases à 70 °C.
  4. Lorsque les 2 phases sont à la même température, sortez les bols du bain-marie, puis ajoutez l’urée dans la phase B et mélangez jusqu’à dissolution totale.
  5. Sans attendre, versez lentement ce mélange dans la phase A, sans cesser d’agiter vigoureusement pendant environ 3 mn. Le mélange blanchit et s’homogénéise.
  6. Mettez le bol dans un fond d’eau froide afin d’accélérer le refroidissement et la prise de l’émulsion pendant encore 3 min environ.
  7. Ajoutez le reste des ingrédients en mélangeant bien entre chaque ajout.
  8. Transférez la préparation dans le pot.

Mon rituel beauté

Passez cette crème 2 à 3 fois par semaine sur des pieds bien séchés, juste après la douche, en prenant soin de bien masser les talons. Astuce : 1 fois par semaine, juste après avoir mis la crème, passez une râpe sur vos pieds pour optimiser le travail d’élimination des cellules mortes et des callosités.

 


 

Une année SANS
cellulite avec le massage aromatique

annee-sans-img21Ce sont en grande partie les estrogènes qui sont responsables de la cellulite : en déterminant la répartition et le remplissage des cellules graisseuses (adipocytes), en favorisant la rétention d’eau cellulaire pendant les jours précédant les règles, au moment de la maternité ou de la ménopause et en agissant sur le volume des adipocytes. Certes, les problèmes circulatoires ou lymphatiques jouent sur la cellulite, mais il faut savoir que cette dernière est souvent liée à un phénomène hormonal ou héréditaire. L’hygiène de vie, l’alimentation et l’élimination ont aussi un rôle primordial. Le meilleur résultat pour agir sur la cellulite sera obtenu en prenant en compte un ensemble d’éléments : un régime approprié, de l’exercice physique avec une bonne oxygénation et des soins corporels adaptés, particulièrement le massage aromatique avec un cocktail d’huiles essentielles, à la fois lipolytique, désinfiltrant, anti-inflammatoire et circulatoire.

Surdouées, les huiles essentielles ont une grande affinité avec la peau, permettant une pénétration optimale jusqu’à la zone à traiter, à savoir l’hypoderme.

Les huiles essentielles riches en cétones, telles que le cèdre de l’Atlas, la lavande aspic ou le romarin à camphre, seront parfaites pour déloger la cellulite.

L’huile essentielle de cyprès de Provence va mettre en circulation le sang et la lymphe, en tonifiant et chauffant tout le réseau vasculaire. L’essence de citron soutient, quant à elle, leur travail par une action protectrice sur la paroi des vaisseaux. L’huile essentielle de genévrier stimule la circulation et draine les rétentions hydrolipidiques. Enfin, les huiles essentielles d’eucalyptus citronné et d’hélichryse italienne calment l’inflammation caractéristique des problèmes de cellulite.

Ces huiles essentielles devront être diluées dans une huile végétale ou une synergie d’huiles végétales. Pensez au macérât huileux de millepertuis, aux propriétés anti-inflammatoires très intéressantes à l’huile de calophylle inophyle, qui fluidifie aussi le sang et favorise l’élimination des toxines, et à l’huile de rose musquée, qui apporte les oméga 3, acides gras essentiels incontournables à l’amélioration de l’état du tissu cutané.

 

Ça dégomme ! Roll-on raffermissant anticellulite

ll-on 1 à 2 fois par jour pendant 2 mois minimum, sur une peau bien propre, sur les cuisses, le ventre et les hanches. Ça dégomme ! Roll-on raffermissant anticellulite Contrairement aux idées reçues, la cellulite ne se traite pas uniquement au printemps, avant les beaux jours, mais toute l’année. Ce roll-on minceur sera un allié 100 % naturel pour vous aider à garder votre peau bien ferme tout en réduisant la cellulite.

  • Conservation : 6 mois
  • Préparation : 5 mn

Mon matériel

  • Ca-degomme1 bol
  • 1 flacon roll-on de 50 ml
  • 1 mini-fouet ou 1 petite cuillère
  • 1 éprouvette graduée de 50 ml

Dans mon panier

  • 25 ml d’huile de calophylle inophyle
  • 20 ml d’huile de rose musquée
  • 30 gouttes d’HE de citron
  • 30 gouttes d’HE de cèdre de l’Atlas
  • 30 gouttes d’HE d’eucalyptus citronné
  • 7 gouttes de vitamine E

La recette

  1. Versez les 2 huiles végétales dans le bol.
  2. Ajoutez les HE une à une, puis mélangez soigneusement.
  3. Terminez par l’ajout de vitamine E, mélangez à nouveau.
  4. Transvasez dans le flacon roll-on.

Mon rituel beauté

Appliquez ce roll-on 1 à 2 fois par jour pendant 2 mois minimum, sur une peau bien propre, sur les cuisses, le ventre et les hanches.

 


 eco-livre-beaute-et-maison

J’évacue les perturbateurs endocriniens, c’est parti !
d'Isabelle Doumenc

Livre-j-evacue-les-perturbateurs-endocriniensManger, boire, se maquiller, faire la toilette de bébé, nettoyer sa salle de bains, mettre de l’antipuces à son chat ou simplement vivre chez soi… À notre insu, à travers ces petits actes de notre vie quotidienne, nous nous exposons à une forme de pollution invisible, celle des perturbateurs endocriniens. Une pollution dangereuse, qui peut modifier des mécanismes dans notre système hormonal et provoquer des dérèglements de santé que nous transmettons à nos enfants, évidemment sans le vouloir, mais, surtout, sans le savoir !

Il est grand temps d’identifier ces polluants qui ont envahi notre environnement, et de connaître leur impact réel sur notre santé.

Ce guide propose des solutions pratiques pour soutenir foie et reins, les deux organes indispensables à l’élimination de ces polluants, ainsi que des moyens d’action pour tous, avec tous les conseils spécifiques pour les femmes enceintes, allaitantes et les enfants.

Éditions Jouvence - 128 pages - 6,90 €

 

Coffret livre Savons 100 % maison

Livre-coffret-Savons-100-maisonVoici un kit complet pour réaliser et offrir de délicats savons. Savons de Castille, cubes multicolores à la consoude et à la spiruline, marbrés au thé blanc, camaïeux de garance… Devenez apprenti-e savonnier-ière, laissez place à votre créativité. Dans ce coffret :

  • 1 moule en bois avec insert en silicone pour faire un « pain » de savon à couper au couteau;
  • 2 charmants petits moules à savons en silicone ;
  • des papiers cadeaux, de la ficelle et des étiquettes pour emballer vos créations;
  • 1 livret de 48 pages expliquant la technique de la saponification à froid, les précautions à prendre, les différents ingrédients d’un savon et quelques recettes.

Éditions Larousse - 17,95 €

 

C’est bio la vie
livre-C-est-bio-la-vieLes enjeux bio de l’alimentation et de la cosmétique
de Jean-Louis Poiroux et Galya Ortega

Face aux dangers croissants qui menacent à la fois notre planète, notre santé et notre sécurité, nous sommes aujourd’hui forcés de repenser progressivement tous les domaines de l’activité humaine, qu’il s’agisse de l’agriculture, l’alimentation, l’énergie, du textile, mais aussi indéniablement de la cosmétique ! Au plus près de notre peau, les cosmétiques devraient logiquement nous être avant tout bénéfiques. Mais qu’en est-il réellement ? À partir d’une réflexion générale sur le bio dans le rapport entre l’homme et la nature, l’alimentation, mais aussi vis-à-vis des questions environnementales, éthiques et sociales, cet ouvrage nous apporte les réponses aux interrogations suscitées par cette nouvelle manière de vivre et de « consommer », qui, si elle est porteuse d’espoirs, fait également naître des doutes. Se penchant plus particulièrement sur le cas de la cosmétique bio, cet ouvrage nous explique comment le bio peut protéger notre santé, mais également être à l’origine d’un nouveau modèle sociétal, fondé sur des valeurs participatives et écoresponsables.

Éditions du Chêne - 224 pages - 22 €

 

Livre-savonsDo It Nature
Savons Recettes à faire soi-même

d'Amélie Boué

Le b.a.-ba pour fabriquer en toute sécurité et facilement des savons naturels !

Amélie Boué, artisan savonnière, nous donne dans cet ouvrage toutes les clés pour fabriquer en toute confiance nos savons naturels et nous propose des recettes de savons destinés aussi bien au corps, au visage qu'aux cheveux.

Faire ses savons, c'est bon pour la peau, écolo, économique et ludique !

Éditions Rustica - 80 pages - 9,95 €

 

Les Plaisirs secrets de la ménopause
Livre-les-plaisirs-secrets-de-la-menopause.du Dr Christiane Northrup
Traduit par Émilie Gourdet

La ménopause est le début d’une période passionnante, au cours de laquelle les plaisirs peuvent atteindre des sommets inconnus.

Les études démontrent que la ménopause ne réduit pas la libido, n’empêche pas d’atteindre l’orgasme et n’affecte en rien la satisfaction sexuelle. Pourtant, la majorité des femmes ménopausées ne connaissent pas le plaisir et le bien-être sexuels auxquels elles peuvent accéder.

L’idée largement répandue selon laquelle la ménopause signalerait « le début de la fin » est erronée : c’est pour les femmes le moment idéal de s’affirmer et d’apprendre à jouir des meilleures années de leur vie. Dans ce livre fascinant, Dr Christiane Northrup propose de faire de la vie après 50 ans la plus agréable de toutes les périodes.

Mama Éditions - 176 pages - 19 €

 

 


 

N° Suivant N° Précédent

Les informations proposées par l'Ecolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Agenda
Salon-Respire-la-Vie-Vannes-img160
Salon-Les-thermales-img160
Salon-Tourissima-Lille-img160
Salon-vivez-nature-paris-img160
Pourvu-que-l-on-seme-img160
Salon-Millesime-Bio-2019-260918-img1-min
BAN-BE19-PARIS-160X230-2
agenda-2019-img160
Salon-Les-thermales-img160
Salon-Veigy-Foncenex-2019-img160
Salon-Respire-la-Vie-Rennes-img160
salon-zen-et-bio-Angers-img160
salon-questembert-img160
Salon-bassens-2019-img160
Salon-destination-nature-141218-img160
SalonBEBT-Mandelieu-2019-img160
Vivre autrement - Paris - 15-18 mars 2019
Salon-Manosque-2019-img160
salon-Respire-la-Vie-La-Rochelle-img160
Salon-La-vie-autrement-2019-img160
salon-zen-et-bio-Tours-img160
Salon-Evian-les-bains-2019-img160
Salon-BE-LYON-img160
RCN2019-img160
Salon-Aix-les-Bains-2019-img160
AFF_JOYEUX_REMIREMONT_img160
Salon-Remiremont-2019-img160
Festival-grains-de-sable-211218-img160
Salon-Montrond-les-bains-2019-img160
Salon-Naturally-2019-img160
AFF_JOYEUX_GREOUX-LES-BAINS_img160
Salon-Greoux-les-bains-2019-img160
AFF_JOYEUX_VITTEL_img160
Salon-Vittel-2019-img160
Foire-bio-Meaudre-img160
Salon-Saint-Martin-en-Haut-2019-img160
Salon-Romans-sur-isere-2019-img160
SalonBEBT-Toulouse-2019-img160
AFF_JOYEUX_VICHY_img160
Salon-Vichy-2019-img160
Salon-Thonon-2019-img160
Salon-Saint-Cyr-2019-img160
1-AFF_2019_PREVESSIN-img160
Salon-Seyssins-2019-img160
AFF_JOYEUX_MAZAN_img160
Salon-Mazan-2019-img160
SalonBEBT-Bordeaux2019-img160

 

Rechercher
BAN-BE19-PARIS-160X780
peps_paillettes_ecolomag_aromandise-160x780
Ayur-vana-160x780
Aromandise-grillade-left
Aromandise-brumessentielle-left
VS-BANNIERE-MASTIC-2018-ecolomag
Banner-EcoloMag-KeratineComplexForte-FR-160x780-2017-11
clubbio-780-160
Pural-banniere-160x780
noria-160x780
Ballot-flurin-160x780
che-160x780
Ecolo Régions
Bons Plans
RSS

Communiqués

22.01.2019
22.01.2019
22.01.2019
22.01.2019
22.01.2019
22.01.2019
22.01.2019
18.01.2019
17.01.2019
16.01.2019
16.01.2019
16.01.2019
16.01.2019
16.01.2019
16.01.2019
16.01.2019
16.01.2019
16.01.2019
16.01.2019
15.01.2019
15.01.2019
15.01.2019
15.01.2019
15.01.2019
13.01.2019
13.01.2019
13.01.2019
13.01.2019
13.01.2019
13.01.2019
Liste des communiqués