Agora, le réseau social citoyen pour aider les élus
à co-construire des villes et villages durables

La démocratie participative au service du territoire

Face à la crise sanitaire, économique, sociale et environnementale, un constat s’est imposé lors des dernières élections municipales : les 6 prochaines années seront décisives, tant pour la démocratie que l’avenir de notre planète. Si nous souhaitons un monde encore viable et vivable, il est donc fondamental de penser le développement de nos territoires de façon durable.

En France, le secteur du bâtiment est le plus énergivore, utilisant 44 % de l’énergie consommée et plus de 123 millions de tonnes de CO2 émis par an. Il représente donc l’un des points-clés de la transition énergétique.

Cependant, il ne faut pas seulement revoir les modes de construction. En réalité, c’est la totalité du processus de conception, de la programmation jusqu’à la gestion et l’utilisation d’un bâtiment ou d’un aménagement, qui doit être réinterrogée. Ainsi, ce changement de pratiques implique l’ensemble des acteurs et induit une évolution vers plus de collégialité.

C’est donc ensemble que le combat doit être mené ! Chacun doit pouvoir contribuer aux décisions publiques et prendre ses responsabilités face au changement climatique en cours.

Après 3 ans de recherches scientifiques en architecture et urbanisme, révélant la nécessité d’impliquer les citoyens dans la définition des besoins pour l’avenir d’un territoire durable, Pierre Fauré, Sébastien Labouteley et Guillaume Danger ont décidé de créer Agora, le premier réseau social citoyen pour construire ensemble des villes et des villages durables.

Comment ça marche ?

Le concept est simple : l’ensemble des échanges entre les acteurs du territoire se fait au travers de la carte participative de la commune. Sur celle-ci, ils retrouvent :

1. Les consultations citoyennes : l’ensemble des projets envisagés par la commune sont référencés et expliqués sur la carte. À partir de là, les citoyens peuvent juger de la pertinence des propositions et exprimer leurs besoins et envies en répondant aux questionnaires mis en place pour chacun.

2. Le vote citoyen : une fois la consultation citoyenne réalisée, plusieurs architectes sont invités à proposer une réponse sur le projet initié. Les habitants peuvent alors les classer selon leurs préférences.

3. La boîte à idées : les citoyens partagent leurs idées d’amélioration du territoire. Une fois référencées et expliquées sur la carte participative, elles seront source de débats, d’échanges et d’initiatives afin de les amener à se concrétiser.

4. Les signalements : les habitants notifient les anomalies du territoire qu’ils rencontrent. Par ce biais, ils préviennent leurs concitoyens ainsi que les élus, qui pourront intervenir plus rapidement pour une amélioration permanente du lieu de vie.

5. Les rassemblements : les citoyens sont avertis des actions menées par les associations locales et peuvent notifier de leur présence.

6. Les agoras citoyennes : les élus organisent des moments physiques d’échanges, d’ateliers et de débats autour d’un sujet prédéfini.

7. Les actualités : les citoyens sont informés des nouvelles de leur commune directement par les élus, ainsi que par la presse locale.

Agora a commencé sa mise en place sur plusieurs communes depuis la rentrée. À terme, ce réseau social ambitionne de donner à la France entière les moyens de s’organiser pour coconstruire des territoires cohérents et durables.

Pour plus d’infos : https://my-agora.fr