Anaïs s’en va-t-en guerre
d’Anaïs Kerhoas

C’est l’histoire d’une fée des champs et sorcière des temps modernes.

De son enfance à Saint-Malo, elle a conservé l’odeur du troène au printemps, le potager de son « pépé », le « chemin du blé en herbe » et la plage de la Touesse.

À 18 ans, elle part en Inde et s’y retrouve seule. De ce premier voyage initiatique, elle découvre un nouveau lien spirituel à la terre et voit naître son rêve : cultiver son jardin. Anaïs se met alors en quête d’un lopin de terre et apprend la culture des simples aux noms enchanteurs : l’aubépine, la guimauve, la marjolaine, la sauge, le souci, la reine-des-prés… La jeune fille de la ville est prête à tout endurer : vivre dans une caravane, se laver à l’eau du puits, s’éclairer à la bougie, grelotter au réveil, travailler sans compter ses heures, batailler avec l’administration, les intempéries et les agriculteurs du coin.

Petit à petit, elle modifie son rapport au temps, à la nature, à l’alimentation, à la solitude, à l’argent et au travail, aspirant à une « sobriété heureuse ».

Ce livre est une réflexion sur la liberté, un petit guide de survie alternatif et stimulant dans un monde qui va trop vite, une invitation à aller jusqu’au bout de ses rêves.

Éditions des Équateurs – 180 pages – 16 €