Et la porte de son imaginaire s’ouvre…
Au bord de l’océan
Relaxation et conte pour enfants

 

proposé par Fanny Guichet Réflexologue
Rendez-vous sur www.inspirequilibre.fr

 

© Stock.Adobe.com

Lorsque vient l’heure du dodo, voici un conte à lire à votre enfant pour l’aider à s’endormir avec de belles images en tête. Ici, l’idée est de l’accompagner vers la détente et de développer son imaginaire et ses ressentis, pour l’emmener vers de jolis rêves…

– L’idéal est de lui faire la lecture lentement, dans son lit, confortablement installé-e, les yeux fermés. –

Ferme tes yeux et commence par détendre l’ensemble de ton corps…

Détends tes pieds, tes chevilles, tes mollets, tes genoux, tes cuisses, tes fesses, ton dos, ton ventre, ta poitrine, tes mains, tes coudes, tes épaules, ton cou, et l’ensemble de ton visage… Le contour de tes yeux, ton front, tes joues, les muscles autour de ta bouche, ta mâchoire, ta langue… Doucement, tout se relâche et se détend.

Puis, connecte-toi à ta respiration : avec le nez et en gardant la bouche fermée, inspire en faisant monter ton souffle de ton ventre à tes épaules, en passant par tes poumons, tes clavicules et en ouvrant légèrement ta poitrine ; et expire tout doucement en faisant redescendre ton souffle, qui passe par tes épaules qui se relâchent, ta poitrine, tes poumons, jusqu’à vider tout l’air qu’il y a dans ton corps en finissant par creuser ton ventre, comme si ton nombril voulait aller toucher ta colonne vertébrale. De la même manière, continue à inspirer et expirer lentement et profondément.

À chaque expiration, tu sens ton corps se détendre de plus en plus dans le matelas. Inspire, fais monter l’air, expire, relâche tout ton corps. Inspire… Expire…

Maintenant, toujours avec tes yeux fermés, imagine que tu te redresses lentement pour venir t’asseoir en tailleur, les jambes croisées.

Imagine que tu places ton dos bien droit, que tu poses délicatement tes mains sur tes cuisses ou tes genoux et que, tout aussi délicatement, tu ouvres les yeux.

Puis, imagine que, devant toi, tu vois l’océan danser, jusqu’à perte de vue…

Sous tes fesses, tu sens qu’il y a du sable tiède et moelleux dans lequel tu t’enfonces légèrement… Tu te trouves sur une magnifique plage de sable blanc !

En face de toi, bas dans le ciel, tu vois le soleil se coucher et colorer le bleu du ciel qui se reflète dans l’eau. C’est vraiment très joli !

Il y a le bleu du ciel et le jaune étincelant du soleil, mais aussi du rose, de l’orange, et même un peu de violet qui traversent ce ciel tout doux qui t’entoure.

Dessous, l’eau transparente danse lentement au gré du vent, formant de petites vaguelettes se mélangeant et s’éloignant de plus en plus loin, jusqu’à se confondre avec le reste de l’océan. Vraiment très joli…

Presque irréelle, toute cette beauté, tu ne trouves pas ?!

Pendant que tu te dessines ce joli décor de nature, je t’invite à te connecter.

À toi, à ce qui t’entoure…

Sens que tu ne fais qu’un avec le sable, avec la mer, le ciel, le soleil.

Sens que tu fais partie de ce tout dans lequel tu te trouves : la chaleur du soleil sur ta peau, la brise du vent dans tes cheveux, le bruit des vagues qui dansent, la douceur du sable que tu sens sous tes chevilles, tes mollets, tes fesses, l’odeur salée et iodée de l’océan qui chatouille tes narines…

Essaie de ressentir les éléments qui t’entourent : l’eau, la terre, le vent, le soleil… Connecte-toi à tout ça. Prends le temps qu’il te faut pour Sentir.

La chaleur du soleil, la brise du vent, le bruit des vagues, la douceur du sable, l’odeur de l’océan… Connecte-toi à tout ce qui se trouve autour de toi…

Derrière toi, à quelques mètres, longeant le sable fin, il y a des dizaines et des dizaines de grands arbres majestueux, présentant toutes les couleurs de verts possibles.

Tu découvres alors que le sable relie l’océan à la forêt, te plaçant ainsi au milieu de ce tout.

En tendant l’oreille, tu entends un tas de chants d’oiseaux très différents les uns des autres : certains sont très bruyants et répétés, d’autres sont beaucoup plus doux, plus mélodieux, plus discrets. C’est amusant toutes ces différences mêlées à l’harmonie qui s’en dégage !

Comme les arbres derrière toi, toujours assis-e en tailleur, le dos droit, les épaules relâchées, les fesses bien ancrées dans le sol, imagine maintenant que, de tes fesses, de tes chevilles, de tes pieds se créent de longues racines qui creusent le sable, puis la terre qui se trouve en dessous, devenant progressivement de plus en plus profondes…

De ces racines, imagine une énergie de couleur rouge revenir doucement jusqu’à tes pieds, tes fesses, au bas de ton dos, et remonter le long de ta colonne vertébrale, jusqu’à traverser le sommet de ton crâne.

Se diffusant le long de ton dos, imagine la couleur rouge se transformer en orange, puis jaune, vert, bleu et devenir enfin violette lorsqu’elle ressort du sommet de ton crâne, pour finalement t’entourer d’une délicate bulle violette.

Avec toute la douceur et l’apaisement qu’elle dégage, tu ressens cette énergie grandir, et grandir encore, englobant le sable sur lequel tu te trouves, les racines qui te relient à la terre, la mer en face de toi, les arbres qui gigotent dans ton dos, le ciel devenu plus pastel, le soleil qui ne se voit plus qu’à moitié, les oiseaux dans les arbres…

Dans cet univers devenu légèrement violet, tu sens alors que les arbres gigotent un peu plus fort derrière toi, que les feuilles ne bougent plus seulement parce que le vent leur suggère…

Naturellement, tu tournes la tête en direction de la forêt et y devine de nombreux petits yeux lumineux entre les feuilles…

C’est ainsi que, curieux-se et en harmonie avec tout ce qui t’entoure, tu observes un tas d’animaux se diriger joyeusement vers toi…

Tu sais que tu ne cours aucun danger : parce que bienveillants et emplis de gentillesse, ils sont tous attirés par la paix qui émane de toi…

Il y a des oiseaux qui se rapprochent de toi en volant, des écureuils qui sautillent doucement dans ta direction, des renards qui s’avancent nonchalamment, des hérissons qui courent, des grenouilles qui sautillent, des sangliers, des coccinelles, des loups, des libellules, des papillons, des biches, des lapins… et même une famille d’ours qui se dirige lentement vers toi, tout en douceur.

Dans l’océan, tu vois aussi des poissons faire de jolis bonds dans l’eau, deux ou trois tortues de mer sortir lentement de l’écume, et, tiens… il y a même quelques crabes qui arrivent.

En te centrant quelques instants sur toimême, en te reliant à la terre, au ciel et aux éléments qui t’entourent, il semblerait que la jolie énergie que tu as créée a attiré tous ceux ce qui se trouvaient autour de toi !

Avec un petit sourire aux lèvres, ressentant une agréable douceur t’envahir, tu te replaces face à l’océan et, tout en te reconnectant au bruit des vagues et à la douceur du temps, tu sens tes nouveaux amis s’installer à tes côtés. Ou sur tes épaules, tes cuisses, tes chevilles, tes bras, tes pieds, tes orteils, contre ton dos, contre tes fesses, sur ta tête…

C’est amusant, c’est réconfortant, c’est doux et chaud, c’est vivant…

Ça fait drôlement du bien d’être là, installé- e dans ce joli décor, entouré-e de tous ces petits êtres sauvages et pleins d’amour qui se trouvent à tes côtés !

Tout ça fait maintenant partie de toi… Les animaux, le sable tiède, l’océan qui danse, le ciel, les arbres, le soleil qui se couche, le vent… Tout est en toi !

Bonne nuit.

Fais de jolis rêves…