Un coffret de 4 huiles 100% bio de BIO PLANÈTE sera offert aux 20 prochains abonné(e)s.

Biodiversité : le rôle essentiel des espèces rares dans la multifonctionnalité des écosystèmes

Une équipe internationale impliquant des chercheurs de l’Inra et du CNRS révèle le rôle capital de la diversité végétale des espèces rares et de leur histoire évolutive pour le maintien d’écosystèmes dits « multifonctionnels ». Publiés dans la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences), ces résultats mettent en lumière l’importance de conserver les espèces rares afin de protéger l’intégrité du fonctionnement des écosystèmes. Issus de l’observation de 123 sites dans le monde, ces travaux démontrent l’intérêt de la biodiversité au travers de ses composantes taxonomiques (classification scientifique des espèces), fonctionnelles et phylogénétiques (formation et développement des espèces vivantes au cours des temps) sur le fonctionnement des écosystèmes. Au-delà du nombre d’espèces végétales, leurs travaux mettent en lumière la valeur des espèces rares, et en particulier de la diversité de leurs histoires évolutives dans le maintien d’un haut niveau de multifonctionnalité des écosystèmes terrestres.

A contrario, l’étude indique que les espèces dominantes ont peu d’effets sur la multifonctionnalité des écosystèmes, même si elles ont un rôle qui peut être important sur certaines fonctions écosystémiques prises isolément, comme la production de biomasse. Ces résultats mettent en exergue la nécessité de conserver les espèces rares, non seulement comme la biologie de la conservation le fait afin de protéger certaines espèces menacées d’extinction, mais aussi dans un cadre élargi de préservation de l’intégrité du fonctionnement des écosystèmes.

Répondre à la crise de la biodiversité actuelle devient un enjeu majeur afin de maintenir la multifonctionnalité des écosystèmes et de sécuriser des services écosystémiques essentiels à l’humanité, tels la production de nourriture, le stockage de carbone dans les sols et leur fertilité, la production d’eau potable, ou encore la limitation des risques d’érosion.

Maintenir la capacité des écosystèmes à fournir de multiples fonctions écosystémiques de manière simultanée (multifonctionnalité) constitue bien un enjeu environnemental, économique et sociétal de premier plan dans le contexte de changements globaux actuels et de crise de la biodiversité.

Source : http://presse.inra.fr