Un coffret de 4 huiles 100% bio de BIO PLANÈTE sera offert aux 20 prochains abonné(e)s.

Déjouer le stress tout naturellement

« Le sage ne s’afflige jamais des maux présents, mais emploie le présent pour en prévenir d’autres. »
William Shakespeare

Par Sophie Macheteau

Pour la très grande majorité d’entre nous, le stress fait désormais partie intégrante de notre vie. Il est devenu tellement familier que nous avons fini par croire qu’il était la norme, tel un nuisible qui s’invite chez nous et dont nous avons fini par tolérer la présence, voire éprouver une forme de compassion à son égard. À force de croire qu’il était la norme, nous l’avons laissé prendre le contrôle de notre existence et de notre santé. Certes, le stress est un processus naturel et indispensable au fonctionnement de la vie ; mais, lorsqu’il devient chronique, il peut participer de manière importante au mal de vivre, à l’affaiblissement du système immunitaire et à l’apparition de différents troubles et maladies.

Car, pour faire face au stress, l’organisme a instauré des mécanismes réflexes qui modifient, de façon conséquente, l’équilibre biologique. Et tous ces phénomènes qui, à court terme, font que le corps réagit adéquatement, peuvent, à plus long terme, contribuer à des dérèglements sévères.

Le stress chronique n’est pas la norme et nous ne naissons pas stressés. Alors, soyons davantage à l’écoute de notre corps afin de trouver les solutions naturelles personnalisées, qui sauront nous réconcilier avec notre sérénité originelle.

Comprendre les mécanismes du stress
Le stress peut se définir comme une réponse de l’organisme à toute demande qui lui est faite, qu’elle soit physique, psychologique ou émotionnelle. Notre corps réplique en produisant des hormones du stress. Ces hormones sont sécrétées dans le but de l’aider à réagir lors de situations stressantes. La première d’entre elles est l’adrénaline, l’hormone guerrière. En quelques secondes seulement, l’adrénaline agit et stimule les battements cardiaques, la respiration, et le sang alimente davantage certains organes, comme les muscles, le cerveau et le coeur. Vient ensuite le cortisol, l’hormone « espionne ». Il envahit l’organisme après quelques minutes (environ 10) pour soutenir l’adrénaline, qui maintient un niveau d’énergie suffisamment haut. Le cortisol convertit les gras en sucre, le carburant de notre corps. Malheureusement, l’excès de cortisol entraîne les réactions délétères suivantes :

  • Vieillissement accéléré · Mort des cellules du cerveau
  • Troubles de la mémoire et de l’apprentissage · Diminution de la densité osseuse, augmentation de l’ostéoporose
  • Réduction de la masse musculaire · Croissance de la peau minimisée et ralentissement de sa régénération · Affaiblissement de la fonction immunitaire · Augmentation de la glycémie · Accumulation de graisse autour de la taille/ des hanches.

Les chercheurs de l’Institut HeartMath, aux États-Unis, ont mis en lumière un lien entre le stress chronique – impliquant donc un taux élevé de cortisol – et les maladies suivantes : · Obésité · Diabète · Hypertension · Maladies cardiaques · Cancer · Maladie d’Alzheimer · Maladies liées au SIDA.