Habitat

L’écolomag N° 81

Janvier – Février 2021

Rubrik’ à trucs Spécial Beauté

Rubrik’ à trucs Spécial Beauté

Des vapeurs de fenouil pour soulager les yeux

© Stock.Adobe.com

La fumigation de fenouil est très intéressante pour se débarrasser de la conjonctivite et faire dégonfler les paupières enflées.

Il faut moudre 1 c. à s. de graines de fenouil. Déposez-les dans un bol, puis versez de l’eau frémissante. Penchez-vous au-dessus du bol, la tête recouverte d’une serviette, et laissez vos yeux ouverts au-dessus de la vapeur pendant 10 mn (attention à ne pas vous brûler).

 

Lotion tonique pour raffermir les seins

Faites infuser 30 g de serpolet, 30 g de thym et 20 g de romarin dans 50 cl d’eau frémissante. Filtrez, puis réservez jusqu’à complet refroidissement. Transférez dans un flacon spray, puis vaporisez sur les seins. Laissez poser 20 mn, et rincez avec un jet d’eau froide.

 

Du rhum à la sauge pour stimuler la pousse des cheveux

Réalisez une décoction de sauge en versant 50 g de feuilles sèches dans 1/2 litre d’eau froide. Faites bouillir 5 mn, puis laissez infuser 10 mn. Filtrez et ajoutez 1/2 litre de rhum. Chaque matin, appliquez cette lotion en frictions sur le cuir chevelu, après avoir bien agité le flacon.

 

Du jus de concombre pour favoriser la pousse des cheveux

Avec sa richesse en sels minéraux et, surtout, en soufre et en silice, le jus de concombre active la pousse des cheveux et se présente comme un remède opportun contre leur chute. Buvez chaque jour 2 verres de jus de concombre, obtenu à l’aide d’une centrifugeuse, durant 6 semaines.

Belle et bien moi !

Belle et bien moi !

© Stock.Adobe.com

Le mouvement body positive a permis de dénoncer l’idéalisation des corps, ainsi que le diktat de la société en matière de beauté, et de nous décomplexer. Et ça, c’est une très bonne chose !

Nous prenons enfin conscience que notre singularité, nos défauts peuvent être de précieux atouts. Notre libre arbitre dans le domaine de la beauté doit être ROI. L’essentiel est que nous nous trouvions belle ou beau, au-delà de toute beauté normative, sans être jugé·e, ni critiqué·e. Notre perception de cette beauté si singulière ne doit aucunement être influencée par une société réductrice. On peut décider de ne pas s’épiler et de vivre avec notre cellulite ou nos vergetures, ou l’on peut aussi faire appel à la nature pour se sentir mieux dans notre peau. Avoir le choix sans être jugé·e, telle est la beauté décomplexée qui nous va bien !

Les alliés au naturel pour gommer la cellulite

Si les femmes acceptent de plus en plus leurs rondeurs, l’aspect de leur peau (ferme, avec peu de cellulite) demeure un critère important. Savez-vous que 80 à 95 % des femmes sont concernées par la cellulite, et ce quel que soit leur poids ? Car les hormones féminines, appelées oestrogènes, favorisent le stockage des graisses.

Rappelons que la cellulite se définit par une augmentation du volume des adipocytes, les cellules graisseuses situées en profondeur dans l’hypoderme. La peau prend alors un aspect bosselé et présente des capitons disgracieux, la fameuse peau d’orange.

Le phénomène est surtout localisé sur les cuisses, les fesses et les hanches.

Il n’existe pas un seul type de cellulite, mais trois…

La cellulite adipeuse lorsque les adipocytes s’enflamment et se dilatent ; ils repoussent les fibres de collagène qui les entourent et tirent sur l’épiderme. Elle est la plus fréquente et coexiste souvent avec l’une ou l’autre des autres formes.

La cellulite aqueuse est liée, quant à elle, à une rétention d’eau, résultat d’une mauvaise circulation sanguine et lymphatique. Les chevilles et les pieds peuvent prendre du volume en fin de journée ou le poids varier de plus de 1 kg d’un jour à l’autre.

La cellulite fibreuse est le résultat d’une fibrose, c’est-à-dire une déformation et un durcissement des fibres de collagène qui emprisonnent les adipocytes. Elle est compacte sous les doigts et souvent douloureuse.

Si l’apparition de la cellulite est généralement déclenchée au moment d’intenses bouleversements hormonaux, tels que la puberté, la grossesse, l’allaitement ou la ménopause, d’autres facteurs peuvent intervenir : insuffisance veineuse et lymphatique, manque d’exercice physique ou encore la consommation excessive de sucres, particulièrement des sucres raffinés et édulcorants.

On sait depuis longtemps que le sucre n’est pas bon pour l’organisme. Mais ce que l’on sait moins, c’est que plusieurs mécanismes liés à son métabolisme sont directement impliqués dans la formation des capitons. Non seulement les adipocytes sont très sensibles à l’insuline – l’hormone sécrétée par le pancréas en présence de glucides –, ce qui fait grossir et amplifie la cellulite ; mais il est aussi responsable de la glycation du collagène, un des phénomènes à l’origine de la fibrose. Les molécules de glucose se combinent au collagène et rigidifient leurs fibres pour emprisonner les adipocytes. Or, plus les tissus sont fibrosés, plus la cellulite devient difficile à déloger. On le sent sous les doigts, c’est compact, dur et, parfois, douloureux.

L’idée n’est bien évidemment pas de supprimer tous les sucres, mais d’éviter tout excès et, surtout, de savoir bien les choisir, en privilégiant les sucres non raffinés, tels que le sucre de fleur de coco, la sève de kitul…

Les alliés anticellulite

Les alliés anticellulite

© Stock.Adobe.com

1. On se bouge !

La cellulite adore l’inactivité ; par conséquent, pratiquer une activité physique permet de lutter contre toutes les formes de cellulite. Grâce au sport, on gagne en tonicité musculaire tout en diminuant la masse grasse et on booste la circulation sanguine. Alors, on marche dans la mer dès qu’on en a l’occasion, on pratique de l’aquabiking en piscine ou dans des centres spécialisés et on marche par tous les temps !

2. On ne lésine pas sur le palper-rouler !

Cette technique, qui consiste à pincer un pli de peau et à le faire rouler pour casser les capitons, est reconnue pour éliminer tous les types de cellulite.

Si quasiment tous les professionnels du massage le proposent, il est possible de le pratiquer en automassage, avec donc la possibilité de le réaliser tous les jours à moindre coût.

Comment faire ?

Comme son nom l’indique, l’objectif est de palper et de faire rouler la couche de graisse située entre la peau et les muscles.

Attraper un « boudin » de peau entre le pouce d’un côté, les autres doigts de l’autre. Soulever et faire rouler le pli de peau lentement en poussant avec les pouces. On s’aide en déplaçant les autres doigts, pour faire comme un effet de vague avec la peau.

Adapter sa force au geste, ni trop fort pour ne pas se faire mal, ni trop doucement pour être efficace. Augmenter progressivement la pression des doigts et la durée du massage.

Comment pratiquer le palper-rouler des cuisses ?

Debout, posez le pied sur une chaise, placez les doigts au-dessus du genou pour saisir un pli de peau. Le repousser vers le haut de la cuisse. Faites plusieurs bandes verticales pour couvrir l’ensemble de la cuisse, intérieur, extérieur, en démarrant du genou vers les hanches.

Comment pratiquer le palper-rouler du ventre ?

© Stock.Adobe.com

En position debout, pétrissez un côté de la taille quelques instants, puis faites rouler un pli en ligne horizontale jusqu’à l’autre côté. Faites plusieurs lignes horizontales sur toute la surface du ventre. On peut également travailler des lignes verticales, toujours en allant du bas vers le haut.

Massez-vous tous les jours, c’est aussi la régularité qui compte : plus on pratique le palper-rouler, plus la cellulite s’atténue. Le palper-rouler lui-même s’effectue facilement sans huile. Mais, avant votre séance, préparez la zone en la massant avec une huile de calophylle inophyle (car elle stimule la circulation), d’argan ou d’avocat (elles rendent la peau plus tonique), ou d’andiroba (qui atténue l’aspect de la cellulite)…

Pour faciliter le palper-rouler maison, sachez qu’il existe des ventouses très efficaces, qui non seulement vous faciliteront la tâche, mais également optimiseront l’efficacité du geste. Plusieurs marques en proposent, manuelles ou électriques.

La ventouse électrique reproduit automatiquement le palper-rouler, sans aucun effort, et aspire la peau de manière continue et personnalisable. Certains modèles sont même dotés d’une fonction EMS (électro-myostimulation), qui envoie de petites stimulations électriques à la peau pour éliminer et drainer les capitons cassés. Pour cela, les têtes de la ventouse ont spécialement été équipées de petites plaques qui diffusent un courant EMS.

 

3. On pratique le brossage à sec

Le brossage de la peau à sec (sans eau ni huile) est l’une des actions les plus efficaces pour nettoyer le système lymphatique. Il stimule la lymphe et facilite l’évacuation rapide des déchets proches de la surface du corps. Par la suite, les autres toxines trouveront plus facilement leur chemin via les organes majeurs pour l’élimination. Le brossage à sec conduit également à un raffermissant des tissus, ainsi qu’à une diminution de la cellulite et de l’effet peau d’orange.

Comment faire un brossage à sec en 10 minutes top chrono ?

Avec l’aide d’une brosse à poils souples en fibres naturelles :

  • On commence par masser les zones « portes d’entrée »* pour les activer, puis on démarre le massage du corps par les extrémités.
  • Le massage du corps doit durer une dizaine de minutes, autant dire que vous pouvez ajouter ce nouveau geste beauté sans trop de difficulté à votre routine quotidienne. Au fil des jours, vous sentirez les effets bénéfiques et aurez même du mal à vous en passer.
  • Le massage se fait sur peau nue et sèche par massages doux. Rien ne sert de frotter trop fort, mieux vaut faire 2 passages doux.
  • On commence par une jambe, en partant du pied. On amène la lymphe de l’arrière du mollet au devant de la jambe. Même mouvement pour les cuisses, de l’arrière au devant. Puis on remonte du pied, sur le tibia, puis le devant de la cuisse, et ce jusqu’au creux de l’aine pour évacuer les toxines.
  • Cette opération est à renouveler 3 fois pour chaque jambe.
  • Pour les bras, partir des mains, puis diriger les mouvements vers les aisselles. De la même manière, répéter 3 fois l’opération pour chacun des bras.
  • Le seul moment où l’on a un mouvement de descente, c’est pour le ventre, car le mouvement part du dessous de la poitrine vers l’aine (et donc descend).
  • Pour le dos, partir du milieu du dos et ramener la brosse sur le côté du buste, puis le devant du corps. Se diriger vers la porte d’entrée la plus proche. La partie haute du dos vers les aisselles, et la partie basse vers le pli de l’aine.
  • Le brossage se pratique avec des gestes doux. Chacun·e pourra adapter l’intensité pour un confort optimal. Mais n’oubliez pas qu’il vaut mieux plusieurs passages doux qu’un seul fort. Si la peau va devenir légèrement rouge, elle ne doit en aucun cas être blessée ni écorchée par le passage de la brosse.
  • Si vous ressentez de légers picotements sous la peau, c’est tout à fait normal. La circulation du sang est, elle aussi, réactivée. Vous finirez par apprécier chaque jour un peu plus ce rituel beauté.

* Ce sont les zones ganglionnaires superficielles : les ganglions auxiliaires, situés sous la peau au niveau des aisselles, et les ganglions inguinaux, placés sous la peau au niveau du pli de l’aine.

À faire 3 ou 5 fois par semaine.

 

4. On mise sur la cryothérapie corps entier

Appelée également neurocryostimulation, cette méthode expose le corps à des températures de froid extrême (- 110 °C) pour stimuler le métabolisme et l’aider à éliminer les toxines.

Soumise à un froid intense, la peau devient immédiatement plus tonique et les capitons diminuent.

 

5. On fait confiance à l’algue calcaire !

De la famille des Corallinacées, l’algue calcaire (jania rubens) – utilisée sous forme d’extrait hydro-glycériné – participe à la réactivation de la lipolyse dans les adipocytes, en augmentant la synthèse des aquaporines, canaux présents dans les membranes cellulaires et indispensables au bon métabolisme des cellules. Elle aide également à réactiver la synthèse du collagène dans les fibroblastes, à freiner l’invasion du derme par les adipocytes, caractéristique de la cellulite, et à prévenir la formation de la peau d’orange en augmentant l’expression de l’adiponectine, protéine qui module le catabolisme (destruction) des acides gras et l’expansion du tissu adipeux.

Recette express : mettez 82 gouttes de cet extrait* dans 100 ml de crème pour le corps neutre bio et bien mélanger. À appliquer quotidiennement en massages sur les zones concernées. Pour une peau lissée et raffermie !

 

6. On n’oublie pas le lierre grimpant (Hedera helix)

Riche en saponines (hédéragénine glycosides, hédéracoside C, hédérine alpha et bêta), le lierre, utilisé sous forme d’extrait hydroglycériné*, est particulièrement utile en tant qu’anticellulite : les saponines aident les lipides stockés dans les cellules grasses de la peau à retourner dans le réseau sanguin pour être éliminées ou utilisées en source d’énergie. Également raffermissant, il retend la peau, diminuant ainsi l’effet peau d’orange.

* Vous trouverez ces 2 extraits sur le site : www.aroma-zone.com

 

7. On adopte l’huile essentielle de christe marine (Crithmum maritimum)

Petite plante maritime, résistante au sel et à la sécheresse, très riche en sels minéraux, vitamine C et bêtacarotène, la christe marine est l’huile essentielle star anti-capitons. Vous pourrez la diluer dans une huile végétale, un gel ou une crème neutre à hauteur de 0,5 à 1 % (soit 16 ou 32 gouttes pour 100 ml de soin).

Rejoignez-nous dès maintenant et recevez toutes les dernières actualités en vous inscrivant à notre newsletter !

Vous recevrez toutes les dernières actualités du site directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.