1 pilulier de 60 comprimés Bio et Vegan de Spiruline qualité Premium PHYCO+ de LT Labo sera  offert aux 20 prochains abonné(e)s

Coin des parents

L’écolomag N° 76

Mars – Avril 2020

La socialisation précoce en collectivité proposé par Émilie Boudot

La socialisation précoce en collectivité
garantit-elle la sociabilité de l’enfant ?

proposé par Émilie Boudot

Émilie Boudot est rédactrice web spécialisée en parentalité consciente et mode de vie écologique.
Elle défend également une alimentation végétarienne en partageant ses recettes sur son blog : http://www.lescasserolesdemiliye.wordpress.com

La socialisation est définie comme le processus par lequel l’enfant intériorise les divers éléments de la culture environnante (valeurs, normes, codes symboliques et règles de conduite) et s’intègre dans la vie sociale1. La sociabilité est la qualité de quelqu’un qui est sociable, c’est-à-dire qui se lie facilement aux autres et avec qui il est agréable de vivre. Tout parent souhaite que son enfant s’intègre au groupe sans difficulté. Pour autant, le contact précoce avec la collectivité est-il la solution ?

© Stock.adobe.com

La socialisation commence dès la naissance

Dès les premières semaines de vie, le bébé acquiert naturellement les codes de la société dans laquelle il se trouve par la reproduction des comportements observés au sein de sa famille. On parle alors de socialisation primaire2, qui est étroitement liée au milieu dans lequel le nouveau-né va évoluer (culturel, social, religieux…). Par la suite, il élargit son champ pour être confronté aux règles de savoir-vivre inhérentes à la collectivité et entrer dans un groupe.

Attachement, autonomie et sociabilité

Parmi les besoins fondamentaux du nouveau-né, la sécurité affective joue un rôle prédominant dans la construction de la relation avec ses parents et à autrui. Ainsi, un bébé dont les besoins ont été reconnus et satisfaits a toutes les chances de développer un attachement dit secure3, qui facilitera grandement son ouverture sociale et son élan vers l’autonomie. Le placement précoce en collectivité n’est donc pas une garantie de la sociabilité future de l’enfant. L’attitude des parents4, ainsi que celle des professionnels de la petite enfance, jouent alors un rôle primordial.

Attachement, autonomie et sociabilité

L’enfant qui est confronté à un autre environnement, souvent institutionnel (crèche, assistante maternelle, halte-garderie…), va assimiler très tôt d’autres codes sociaux que celui de la famille. Un avantage ? Pas forcément. La mise en collectivité précoce des bébés pourrait même être source de risques pour leur développement et la création de liens d’attachement5. En effet, outre la sur-stimulation sensorielle, l’organisation inhérente à la collectivité n’est, bien souvent, pas suffisamment stable ni prévisible pour le très jeune enfant, qui n’est pas en capacité de repérer les raisons pour lesquelles l’adulte va lui manifester de l’attention, puis se détourner de lui pour satisfaire les besoins d’un autre enfant. Ainsi, le manque d’attention entièrement personnalisée accroît le sentiment d’insécurité et donc le besoin de dépendance de l’enfant. Il est donc impossible d’affirmer qu’un enfant ayant fréquenté la crèche se sentira, à coup sûr, plus en sécurité au sein de l’institution scolaire. Nous avons tous dans notre entourage des exemples contradictoires, parfois au sein d’une même fratrie, qui prouvent bien que le processus de sociabilité est propre à chaque enfant.

1- Dictionnaire Larousse
2- En sociologie, on distingue la socialisation primaire, essentiellement familiale, de toutes celles qui suivent et que l’on nomme secondaires (école, groupe de pairs, univers professionnel, institutions politiques, religieuses, culturelles, sportives, etc.). Source : Encyclopædia Universalis.
3- Voir à ce sujet le travail de John Bowlby et de Mary Ainsworth.
4- Et surtout de la figure d’attachement principale.
5- Voir l’article « Socialisation précoce et accueil du très jeune enfant en collectivité », paru dans la revue Devenir (Revue européenne du développement de l’enfant) : cairn.info/revue-devenir-2003-3-page-279.htm

Pour nos enfants : développons notre compréhension – 6

Pour nos enfants : 
développons notre compréhension – 6

proposé par Nathalie Reinhardt
coordinatrice de l’Atelier Gordon
(www.ateliergordon.com)

 

Plus sur cet article et vos réactions sur notre page Facebook : L’Atelier Gordon France.
Partagez aussi entre parents dans notre groupe Facebook : Les Ateliers Gordon.

© Simon Rae / Unsplash.com

Comment développer notre compréhension de l’autre et notre empathie ? C’est si difficile parfois, et il ne suffit pas de bonnes intentions, malheureusement. C’est un chemin personnel passionnant et infini ! Voici le 6e article de notre série.

Poursuivons le chemin tracé par Carl Rogers, créateur du courant de la psychologie humaniste. Pour lui, une relation d’aide réussie passe par 10 critères, qu’il nous propose sous forme de questions. Voici les 5 dernières questions qu’il nous pose :

6- Puis-je me permettre d’entrer complètement dans l’univers des sentiments d’autrui et de ses conceptions personnelles et les voir sous le même angle que lui ?

7- Puis-je accepter toutes les facettes que me présente cette personne ?

8- Puis-je agir avec assez de sensibilité dans cette relation pour que mon comportement ne soit pas perçu comme une menace ?

9- Puis-je me libérer de la crainte d’être jugé-e par les autres ?

10- Puis-je voir l’autre comme une personne en devenir, ou vais-je être bloqué-e par son passé et par le mien ?

Vous trouverez dans les 5 numéros précédents de l’écolomag une première exploration des questions 1 à 7. Poursuivons notre recherche avec la suivante !

8 – Puis-je agir avec assez de sensibilité dans cette relation pour que mon comportement ne soit pas perçu comme une menace ?

Carl Rogers a mené de nombreuses études sur l’impact physiologique de la psychothérapie et a souligné la facilité avec laquelle les individus se sentent menacés à un niveau physiologique.

Carl Rogers nous dit : « Le réflexe psychogalvanique (la mesure de la conductibilité de la peau) plonge brusquement quand le thérapeute réagit par un mot qui n’est qu’un peu plus fort que les sentiments du client. Et à une réflexion, comme “Dites donc, que vous avez l’air bouleversé-e !”, l’aiguille bascule presque jusqu’à quitter le papier. Mon désir d’éviter même des menaces infimes n’est pas dû à une hypersensibilité vis-à-vis de mon client. Il est dû simplement à la conviction fondée sur l’expérience que si je peux le libérer aussi complètement que possible de toute menace extérieure, alors il pourra commencer à éprouver et à affronter les conflits internes qui lui apparaissent menaçants. »

Bien entendu, les effets d’un mot plus haut que l’autre, d’une attitude, d’un ton particuliers sont mesurables aussi quand nous nous adressons à nos enfants. De la même façon que pour la relation patient-thérapeute, il est passionnant de développer notre sensibilité, notre capacité à nous adresser à nos enfants sans qu’ils puissent se sentir menacés. Ainsi, si ce sont eux qui, au départ, avaient un problème, ils pourront plus facilement accéder à la compréhension de ce qui leur arrive ainsi qu’à leurs ressources internes… avec notre accompagnement, bien entendu. Ah, ce n’est pas évident, et, là encore, la perfection n’est pas la panacée. Mais l’attention portée à cela et le développement de cette sensibilité sont une voie magnifique à découvrir.

Prenez le temps de laisser infuser, méditez. Et, si le coeur vous en dit, venez commenter et participer aux échanges sur notre page Facebook !

À très vite,

Nathalie Reinhardt
Fondatrice de l’Association
Les Ateliers
Gordon
www.ateliersgordon.org

L’aventurine verte proposé par Sophie Folliot

L’aventurine verte
Une pierre douce très utile pour les enfants

proposé par Sophie Folliot
Sophie est énergéticienne et créatrice de LuMi, sa marque de bijoux thérapeutiques,
en pierres semi-précieuses. Retrouvez ses bracelets énergétiques sur www.lumi-creations.fr
Possibilité de faire du sur-mesure.

L’aventurine verte agit à différents niveaux et a un large spectre d’actions. Elle est très appréciée pour ses propriétés anti-inflammatoires, par exemple pour apaiser les petits bobos. Aussi, elle calmera efficacement les douleurs de croissance, qui s’intensifient souvent au moment du coucher. On la placera alors sous l’oreiller.

L’aventurine verte est une superalliée pour lutter contre les dermites et les allergies (eczéma, urticaire…) ; la cause des problèmes de peau étant très souvent émotionnelle. Associée au chakra du coeur, l’aventurine fera ce travail de « nettoyage » émotionnel et aidera votre enfant à se libérer de ses petits soucis ! Elle aidera également à apaiser le chagrin et apportera du réconfort aux petits coeurs tendres. Les enfants sensibles et anxieux pourront compter sur l’aventurine pour atténuer le bégaiement.

Nos conseils : une pierre roulée d’aventurine verte dans la poche de votre enfant peut être portée en journée, mais attention à ne pas la perdre ! La nuit, placez la pierre sous son oreiller. L’aventurine verte peut se porter sous forme de bracelet, en l’associant éventuellement à d’autres pierres susceptibles lui être utiles, notamment contre les allergies.

Entretien : purification sous l’eau claire ; rechargement à la lune. Pensez aussi à l’onde de forme pour plus de simplicité !

Conseils supplémentaires, créations personnalisées, votre créatrice est disponible sur www.lumi-creations.fr ou par mail contact@monbraceletenpierres.fr

À bientôt pour un zoom sur une autre pierre ! Sophie

Et la porte de son imaginaire s’ouvre… Sur la colline

Et la porte de son imaginaire s’ouvre… Sur la colline

Relaxation et conte pour enfants

 

proposé par Fanny Guichet
Réflexologue

Réflexologies, reiki, gestion du stress, cours de yoga…
À travers les diverses pratiques naturelles
de santé
et de bien-être qu’elle propose,
Fanny
vous invite à vous (re)connecter avec votre corps.
Rendez-vous sur : inspirequilibre.fr
Retrouvez le conte guidé par Fanny sur https://inspirequilibre.fr/blog

 

 

© Stock.adobe.com

Lorsque vient l’heure du dodo, voici un conte à lire à votre enfant pour l’aider à s’endormir avec de belles images en tête. Ici, l’idée est de l’accompagner vers la détente et développer son imaginaire et ses ressentis. – L’idéal est de lui faire la lecture lentement, dans son lit, confortablement installé-e, les yeux fermés. –

Il est l’heure de se détendre pour se préparer à faire de jolis rêves…

Ferme tes yeux…

Commence par inspirer profondément par le nez en gonflant ton ventre, et expire tout doucement en relâchant l’ensemble de ton corps dans le matelas. Détends tes pieds, tes genoux, tes fesses, ton dos, ton ventre, ta poitrine, tes mains, tes coudes, tes épaules, ton cou et ton visage. Avant de commencer à faire marcher notre imagination, nous allons tenter d’évacuer un peu nos soucis avec la respiration… Donc pense à ce qui te contrarie en ce moment… Visualise bien ce qui te tracasse, inspire par le nez, profondément, et, avec la bouche, souffle très fort ton souci, comme si tu le faisais sortir de toi à travers ta bouche. Tu as compris le principe ? Alors, recommence ainsi 3 fois de suite. Inspire par le nez et expire fort par la bouche, toujours en pensant à ces vilains soucis qui sortent de toi…

Si cela t’a fait du bien, n’hésite pas à recommencer cet exercice lorsque tu es contrarié-e…

Maintenant, imagine que tu te trouves sur le sommet d’une colline, au clair de la lune. Devant toi, il y a la mer, et la lune qui se reflète dedans. C’est une grosse lune, toute ronde et pleine de lumière. Tellement lumineuse que tu vois son reflet dans l’eau, comme si elle y était !

Autour de cette jolie lune, tu vois plein d’étoiles briller dans le ciel. Tu les regardes un moment, assis-e sur cette colline, et tu profites de cet instant de calme. Tu te sens bien.

Et puis, tu t’aperçois que, cachés dans les arbres aux alentours, il y a des oiseaux qui chantent joyeusement. Tu te concentres et distingues de plus en plus les sons qu’ils font. C’est agréable d’entendre tous ces jolis bruits… C’est comme s’ils chantaient rien que pour toi !

En regardant les arbres au loin, tu aperçois quelques feuilles bouger, comme pour te montrer qu’il y a de la vie tout autour de toi. Tu aperçois un écureuil sauter d’un arbre à un autre, suivi d’un autre, suivis encore de deux autres petits écureuils. C’est en fait toute une famille que tu observes se déplacer… C’est rigolo de voir leurs petites pattes se tendre pour atteindre l’arbre d’en face !

Tu continues de regarder les arbres autour de toi et essaies de deviner ce qui s’y cache… Mais tu n’as pas peur. Tu sais que c’est un endroit où rien ne peut t’arriver de mal.

Et puis là, dans la pénombre, tu découvres deux petits yeux clairs sortir des bois. Tu plisses les paupières pour essayer de voir un peu mieux, et, lentement, tu devines une silhouette qui s’avance vers toi. Intrigué-e, tu suis du regard cette fine silhouette venir dans ta direction. Petit à petit, tu distingues que les deux petits yeux de cet animal sont d’un bleu étincelant, et, surtout, tu y vois une profonde gentillesse…

Autour de ces deux jolis yeux bleus, tu arrives maintenant à voir un petit museau, et, enfin, tu arrives à reconnaître ce bel animal… C’est un loup ! Un loup magnifique, couvert d’un joli poil de couleur bleu-gris, déhanchant délicatement son arrière-train de droite à gauche, faisant ainsi bouger sa queue touffue d’un côté et de l’autre… Comme s’il flottait.

À la lumière de la lune, dans ce joli décor de nature, tu te dis que c’est une très belle image que tu as devant les yeux…

Sans bouger, tu le regardes, un peu étonné-e, s’approchant délicatement de toi, pour venir finalement s’asseoir en face de toi.

Vos deux visages au même niveau, à quelques centimètres l’un de l’autre, vous restez là un moment, les yeux dans les yeux. Comme si vous vous connaissiez depuis toujours et que vous veniez de vous retrouver… Vous vous sentez tous les deux emplis d’un amour infini ! Du bout de tes petits orteils jusqu’à la racine de tes cheveux, tu sens tout ton corps se réchauffer d’un coup ! C’est une sensation vraiment très agréable…

Naturellement, tu tends ton bras pour lui caresser la tête, qu’il avance un peu vers toi, comme pour te dire qu’il est d’accord pour que tu le touches. Sous tes doigts, tu sens son poil incroyablement doux ! Tu lui caresses la tête, le museau, le cou, le dos, de ses épaules jusqu’à la pointe de sa queue, et tu vois que ça lui plaît beaucoup !

Doucement, il approche son museau de ton visage et vient te faire une léchouille pleine de tendresse sur le bout de ton nez. Ça te fait rire ! Tu lui caresses la tête, la prends délicatement entre tes mains, te penches sur lui pour lui faire un bisou sur le front, et finis par le serrer fort dans tes bras ! Un peu sauvage quand même, il accepte ton câlin mais finit par doucement se retirer de tes bras. Il te regarde, te refait une léchouille – sur la joue cette fois – et vient s’installer à côté de toi.

Assis l’un à côté de l’autre, vous restez un moment à regarder la lune se refléter dans la mer. Vous regardez les vagues danser légèrement au loin. Et vous entendez même parfois le bruit de l’eau qui se pose sur le sable. C’est vraiment un chouette moment…

Puis, ton ami se lève et vient s’allonger derrière toi, posant délicatement son petit museau entre ses pattes gracieuses. Alors toi, tu t’allonges, tout aussi délicatement, en posant ta tête sur son flanc tout doux, et regardes à nouveau les étoiles un moment.

Son ventre est chaud, et cette chaleur te fait du bien ! En plus, c’est rigolo, ta tête bouge doucement en fonction de sa respiration. Quand il inspire, ta tête se lève un peu, et quand il expire, elle redescend lentement… Tu te laisses bercer par les doux va-et-vient de son souffle. Tu te sens bien. Rempli-e d’amour, protégé-e et en sécurité.

En regardant le ciel bleu nuit rempli d’étoiles, tu sens tout ton corps se relâcher dans le sol moelleux sur lequel tu es allongé-e, la tête posée sur le pelage soyeux de ton ami.

Progressivement, tu sens que son souffle devient plus lent, que son corps se relâche lui aussi dans le sol… Tu amènes ta main vers lui et attrapes une de ses petites pattes de devant, qu’il laisse avec plaisir dans ta main.

Alors là, main dans la patte, un léger sourire aux lèvres, tu accordes doucement ta respiration à la sienne. Lorsque ta tête se lève, tu gonfles ton ventre et remplis tes poumons d’air ; et lorsque ta tête redescend, tu relâches un peu plus ton corps dans la terre et ressens l’air qui passe à travers tes jolies petites narines.

Doucement, ton ami et toi vous endormez paisiblement, au clair de la lune.

Vous vous sentez bien… Parce que vous savez que vous allez très vite vous retrouver dans vos rêves…

Captain Paul et le sanctuaire des baleines

éco Livres

Captain Paul et le sanctuaire des baleines
de Gropapa et Mickael Brunet

Au milieu de l’océan Arctique, une baleine est prise en chasse par des pêcheurs. C’est pourtant une zone protégée et la pêche y est interdite ! Heureusement, Captain Paul Watson et son équipage sont là.

Paul Watson, le fondateur charismatique de l’ONG Sea Shepherd, est connu pour ses actions contre les baleiniers et les braconniers du monde entier. Son courage pour défendre les animaux marins suscite un tel engouement qu’en France, un demi-million de sympathisants et autres donateurs le soutiennent. Aujourd’hui, son ONG, implantée dans de nombreux pays du monde, compte des milliers de bénévoles et collabore avec les polices de différents pays pour mettre fin au braconnage et à la souffrance animale. Pour chaque exemplaire vendu, 1 € est reversé à Sea Sheperd.

Evalou Éditions. À partir de 3 ans – 32 pages – 12 €

L’Amazonie racontée aux enfants

L’Amazonie racontée aux enfants
de Philipe Godard

Un ouvrage familial qui explique les particularités de cet écosystème extraordinaire et sensibilise à sa protection

L’Amazonie, la plus grande forêt pluviale de la planète, un décor hors norme, sauvage et mystérieux ; l’un des écosystèmes les plus anciens et les plus riches au monde, avec plus de 60 000 espèces de plantes, 2 000 espèces d’oiseaux et autant de poissons, plus de 400 variétés de mammifères, d’innombrables amphibiens et des millions d’insectes… Sans compter toutes les espèces qui n’ont pas encore été découvertes ni répertoriées ! Voici un ouvrage pour tout savoir du poumon vert de la planète et sensibiliser à sa protection, dès le plus jeune âge, à travers de magnifiques photographies.

À partir de 8 ans – Éditions de la Martinière Jeunesse – 72 pages – 14,50 €

Mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives

Mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives
de Madeleine Deny et d’Anne-Cécile Pigache

Tout pour prendre un bon départ avec Montessori, Freinet, Decroly, Reggio…

Les enfants apprennent mieux quand ils font ce qui les intéresse vraiment : bouger, manipuler, se servir de tous leurs sens ! C’est l’idée phare des pédagogies alternatives et la meilleure façon de les aider à développer leur langage, à commencer à compter ou à reconnaître les lettres.

En s’inspirant des grands pédagogues de l’Éducation nouvelle – Maria Montessori, Friedrich Froebel, Ovide Decroly et tant d’autres –, ce livre montre comment on peut facilement accompagner son enfant dans ses premiers apprentissages, pas-à-pas, à la maison ou en balade. Au programme :
– 6 grands chapitres thématiques pour guider votre enfant dans sa découverte du langage, des mots, des chiffres…
– 150 activités pour faire rimer jeu et apprentissage : petite activité de 5 minutes ou atelier pour une longue après-midi de vacances, elles sont simples à mettre en pratique.
– Un matériel pédagogique clé en main : un cahier détachable à la fin du livre fournit tout le matériel nécessaire pour compléter ce que l’on trouvera tout simplement… à la maison !

Éditions Eyrolles – 128 pages – 16 €

Élever son enfant autrement (nouvelle édition)

Élever son enfant autrement (nouvelle édition)
de Catherine Dumonteil-Kremer

Manuel pour une parentalité positive – De la naissance à 6 ans

Véritable guide pour les parents à l’ère de la parentalité positive, ce compagnon de route explore la diversité des méthodes pour accompagner l’enfant autrement et grandir avec lui.
Au programme :
– Attendre son enfant en vivant sa maternité en pleine conscience, l’accueillir en douceur, accoucher en harmonie avec ses besoins et désirs.
– Apprendre à adopter « l’art de parenter », comme Michel Odent le nomme, à travers de nombreuses activités du quotidien.
– De l’haptonomie au cododo, en passant par le portage de bébé et les pédagogies alternatives : à la découverte d’outils favorisant une éducation cohérente et respectueuse de l’enfant.
– Articles de spécialistes et témoignages de parents « experts » dans leur domaine s’entremêlent pour partager des savoir-faire en toute bienveillance : fabrication de couches lavables, allaitement, jeux coopératifs…

Éditions La Plage – 344 pages – 29,95 €

Petites annonces

Si vous désirez passer une petite annonce

Agenda

Prés de chez vous

Trouvez l'actualité écologique de votre région ainsi que les magasins bio qui diffusent l'écolomag autour de chez vous

Partenaires

Suivez-nous
sur Facebook