1 pilulier de 60 comprimés Bio et Vegan de Spiruline qualité Premium PHYCO+ de LT Labo sera  offert aux 20 prochains abonné(e)s

Habitat

L’écolomag N° 76

Mars – Avril 2020

Rénovation énergétique : les aides 2020

Un expert de la Maison de l’économie d’énergie répond à vos questions…
Rénovation énergétique :
les aides 2020

avec Patrick Denieul
Pour plus d’informations, appelez-nous : 05 63 76 12 60
ou 06 70 14 10 47, ou encore par courriel : patrick.denieul@lamecoenergie.fr

Et par courrier : La Maison de l’économie d’énergie – 133 bis avenue François Verdier 81000 ALBI

 

C’est le printemps, il est temps de se préparer à l’hiver 2020/2021 :

Aujourd’hui, rénover son habitat est encore plus facile grâce aux nouvelles aides de l’État car tout le monde a le droit au confort. Cette année, l’État a voulu privilégier les ménages les plus modestes pour que le reste a charge soit le plus faible possible et qu’il se finance largement sur les économies d’énergie réalisées.

Pour une rénovation exemplaire, il ne faut pas faire les choses à l’envers

Important à savoir : faire les choses partiellement n’est pas la solution. Dans les postes déperditifs, il doit y avoir un équilibre. Les 4 postes sont, dans l’ordre du plus déperditif au moins déperditif :

  1. la toiture ;
  2. les sols et plus si c’est un vide sanitaire ventilé ;
  3. les parois verticales, murs et
  4. les menuiseries.

Un parfait équilibre doit être de 25 % pour chaque poste. Si vous ne traitez qu’un poste, l’équilibre sera rompu. Au lieu de 4 fois 25 %, on aura peut-être un poste à 10 % et 3 postes à 30 %. Ainsi, le résultat escompté ne sera pas celui annoncé en théorie mais un peu moins car les autres postes auront augmenté.

C’est peut-être un peu compliqué, mais un vrai expert de la rénovation vous l’expliquera aisément.

Donc, en premier et avant toute chose, on s’occupe de l’enveloppe : il faut impérativement lui donner une belle sobriété énergétique.

En second, il faut voir la ventilation car, en rénovant, vous avez changé l’état du bâti, vraisemblablement plus étanche et, dans ce sens, sans ventilation adaptée, de nombreuses pathologies vont apparaître, comme des moisissures, une humidité intempestive, une mauvaise qualité de l’air intérieur et les sources de polluants sont plus nombreuses que l’on pense.

Là seulement, et quand ces postes sont réalisés, on peut s’occuper de dimensionner son système de chauffage de rafraîchissement et de production d’eau chaude sanitaire.

Cerise sur le gâteau, si vous avez bien travaillé, vous pourrez passer en énergie positive avec quelques panneaux solaires et vous pourrez vous enorgueillir d’avoir fait une rénovation exemplaire.

Faites-vous aider, avec des organismes comme FAIRE, Espace Info Énergie, le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement) de votre département, mais aussi des cabinets de thermiciens ou d’experts en rénovation énergétique du secteur privé.

Les aides

a- Définir sa catégorie

Elles sont au nombre de 4 :

  • Ménages très modestes,
  • Ménages modestes,
  • Ménages aux revenus intermédiaires,
  • Ménages aux revenus les plus élevés.

Pour cela, il faut consulter le tableau ci-après. Munissez-vous de votre avis d’imposition. Sur la première page dans le quart supérieur gauche, il y a une ligne Revenu fiscal de référence. C’est ce montant qui vous permettra de définir votre catégorie. Ainsi que le nombre de personnes vivant sous le même toit (NB : pas de demi-part, 1 personne = 1 part.).

Les aides sont de plusieurs types et cumulables.

b- Les CEE – Les certificats d’économie d’énergie (CEE)

Toutes les entreprises polluantes doivent payer une taxe sur leurs émissions de gaz à effet de serre, par exemple le CO2 (gaz carbonique). Soit elles les paient à l’État (tarif majoré), soit elles subventionnent des travaux de rénovation énergétique aux particuliers (c’est, par exemple, ce qu’utilisent les entreprises qui font de l’isolation à 1 euro). Celles-ci se font payer directement par ces entreprises contre des certificats d’économie d’énergie.

Elles sont très nombreuses, comme EDF, TOTAL, etc. Vous pouvez faire des simulations. D’autres, comme Leclerc, Carrefour, grandes enseignes, sont malins et vous donnent des bons d’achat ; cela leur permet de payer moins au final.

Attention, elles ne donnent pas toutes les mêmes montants, il est bon de les mettre en concurrence. Sur Internet, tapez « primes CEE ». Ils vont tous apparaître. Attention, certains vous posent des questions : nom, adresse, téléphone, nature des travaux, etc. ZAPPEZ IMMÉDIATEMENT, ce sont des sites marchands, ils revendent vos coordonnées et la nature de vos projets.

Il y a un site du ministère de la Transition écologique et solidaire qui est très bien fait pour vous aider.

Suivez ce lien : ecologique-solidaire.gouv.fr/coup-pouce-economies-denergie-2019-2020

c- Les aides complémentaires

Certaines communes, ou communautés de communes, certains départements ou régions donnent des aides. Renseignez-vous, il serait dommage de passer à côté, cela peut aller jusqu’à 2 000 € parfois.

d- Le CITE

Le CITE, crédit d’impôt à la transition énergétique, a été supprimé pour les catégories modestes et très modestes et remplacé par MaPrimRénov’ depuis le mois de janvier 2020. C’est largement plus avantageux mais très compliqué. Pour les autres catégories, le CITE est maintenu partiellement.

e- MaPrimRénov’

Pour connaître la multitude d’aides, je vous conseille de télécharger le guide MaPrimRénov’ sur Internet. C’est assez bien expliqué.

Suivez ce lien : cohesion-territoires.gouv.fr/sites/default/files/2019-12/MaPrimeRenov-Pr%C3%A9sentationdetaillee.pdf
Ou tapez : cohesion-territoires.gouv.fr ›MaPrimeRenov-Présentationdetaillee

C’est un guide très important, où vous trouverez les montants forfaitaires des aides en fonction de vos travaux et catégorie de revenus. Si vous n’y arrivez pas, contactez-nous, nous vous adresserons le guide par mail. Vous pouvez également faire la simulation de vos aides en fonction des travaux sur le site : economie.gouv.fr/particuliers/prime-renovation-energetique

f- Aides de l’ANAH

Elles sont maintenant fusionnées avec MaPrimRénov’. NB : dans certains cas, le programme sérénité existe encore.

Pour monter un dossier, contactez l’ADIL de votre département. À partir du mois de mai, des mandataires pourront vous aider à monter votre dossier. Pour les copropriétés, des aides sont également disponibles, vous les trouverez sur le guide MaPrimRénov. Pour aller plus loin, nous avons créé un tableau qui récapitule une grande partie des aides regroupant MaPrimRénov’ et les CEE. N’oubliez pas de consulter votre commune, agglo, département et région, d’autre aides existent.

g- Éco-PTZ

Vous avez droit à 30 000 € de prêt à taux zéro sur une durée maximale de 15 ans pour les travaux de rénovation énergétique, à la seule condition de gagner 2 catégories au DPE.

NB : les travaux d’assainissement autonome sont également éligibles à l’éco-PTZ à concurrence de 10 000 €.

Tableau des plafonds des ressources financières 2020 par foyer

Tableau des aides financières – Sommes indiquées au titre des CEE sont une moyenne et peuvent être différentes selon les opérateurs

Le cinquième élément

Un billet pour l’autonomie
Le cinquième élément

par Emmanuel Toitot

« Le danger, ce n’est pas ce qu’on ignore, mais ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas. » Mark Twain

En autonomie énergétique, il n’y a pas d’autre formation que l’école de la vie. Quelques connaissances techniques, de la persévérance et pas mal de bon sens ! Ceci n’engage que moi, mais j’en conclus aujourd’hui que l’autonomie énergétique va beaucoup plus loin que la simple technique photovoltaïque ou le bouilleur thermique. Disons que cet aspect« matériel » représente 50 % de la solution. L’autre moitié, c’est une énergie plus subtile, un bruit de fond…

Le cinquième élément

Nous connaissons tous les 4 éléments que sont l’air, l’eau, le feu et la terre. En autonomie énergétique, ce sont eux qui comblent nos besoins au cours des saisons. Mais il en est un cinquième, que nos ancêtres appelaient éther et que les physiciens d’aujourd’hui nomment l’onde scalaire. Sans elle, aucune forme de vie ne serait possible. Ces ondes sont partout et viennent de toutes parts, de l’univers, du soleil, des minéraux, de la terre… Cette lumière invisible nous est aussi indispensable que l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons ou les aliments que nous ingérons.

Des chercheurs de l’Université du Pirée ont voulu en avoir le coeur net. Ils ont placés des lapins dans des cages de plomb, épaisses et hermétiques. Ces lapins ont été nourris, abreuvés, ventilés et éclairés artificiellement. Ainsi installés confortablement mais privés de lumière vitale, les lapins sont pourtant morts en 8 jours !

Et alors ?

Alors, vous allez me dire : « Mais moi, ce qui m’intéresse, c’est de savoir de combien de panneaux photovoltaïques j’ai besoin pour ma maison passive. » Et moi de vous répondre : « pour votre maison comment ? »

Je rappelle la définition de la maison passive : construction avec une isolation très épaisse, hermétique à l’air extérieur et ventilée de manière artificielle. Cela ne vous rappelle rien, mes petits lapins ?…

Voilà pourquoi, quand on parle d’autonomie vivante, on ne conseillera jamais la maison passive avec membrane d’étanchéité, mais simplement une habitation bien isolée de l’extérieur pour éviter les ponts thermiques et en matériaux naturels pour respecter le vivant. Avec des géobiologues, nous avons effectué des mesures sur isolants. Au-delà de 200 mm de laine de bois, une grande partie de cette onde vitale a disparu. Donc inutile, voire dangereux, d’isoler davantage sa maison.

Nous aurons sacrifié quelques lapins sur l’autel de l’ignorance humaine, mais si cette expérience pouvait servir dans notre réflexion, ce ne sera pas vain.

Pour la même raison, on ne vous conseillera jamais de poser tous vos panneaux photovoltaïques sur le toit, au-dessus des pièces de vie de votre habitation. Le panneau en aluminium perturbe notre connexion à cette lumière éthérique.

Ici encore, on vous suggérera de laisser vos fruits et légumes au soleil et pas sous serre. Eux aussi ont besoin des ondes scalaires !… Ce sont quelques applications, mais il en existe plein d’autres !

Vision globale

La matière n’est qu’une partie du tout… Une solution autonome qui ne s’intéresse pas au vivant est incomplète, voire néfaste… Ces 5 éléments sont intégrés dans notre base de données, pour nous forger un outil de réflexion sain et pérenne. Par contre, puisque l’on vit avec les éléments, n’oubliez pas que c’est à nous d’adapter notre comportement à eux, et non l’inverse. De cette façon, on aura sûrement une chance de s’en sortir !

Emmanuel Toitot
Expert en solutions autonomes Conseil, vente et installation
www.toitot.com / 06 89 19 62 71

La 6G…

Petit lexique de géobiologie…
La 6G…

par Philippe Bouchaud

 

© Federico Beccari / Unsplash.com

DÉFINITION. La 5G n’en est qu’à ses balbutiements et il est déjà question de la 6G (pour 2030 environ), qui sera 100 fois plus puissante que la 5G.

Rappel : la 5G va présenter des débits plus importants que la 4G et une latence beaucoup plus courte. Elle va permettre la mise en place de l’IdO (Internet des Objets), de la voiture autonome, des robots de chirurgie à distance, des usines intelligentes, etc. Elle utilise la bande de fréquence des gigahertz.

Avec la 6G, on obtiendrait des débits énormes et une latence encore plus réduite. Elle utilisera la bande des gigahertz, mais aussi des terahertz (1 terahertz = 1 000 gigahertz). Selon les promoteurs de cette technologie : « Elle sera accessible sur terre, la mer, dans l’air et l’espace. »

Il faut savoir que plus la fréquence devient élevée et plus la pénétration est faible. Il faudra donc prévoir une densité d’antennes plus forte. On parle de small cells, petites antennes employées dans le mobilier urbain ou les environnements fermés comme des parkings, les centres commerciaux ou les stades. Mais quid en matière de bien-être ? La seule chose incontestable sera un accroissement de l’électrosmog – les champs électromagnétiques – dans les années à venir. De là émerge le sempiternel débat sur la nocivité ou l’innocuité des ondes, sur lequel je ne reviendrai pas ici.

MON CONSEIL BIEN-ÊTRE. Toujours le même… Ces nouvelles technologies finissent par être forcément mises en place, à tort ou à raison. La seule réponse, à titre individuel, reste la maîtrise de son micro-environnement. On ne peut contrôler l’électrosmog ambiant que dans son lieu de vie : en partie la zone d’habitation et, surtout, l’intérieur de son habitat. Il existe presque toujours des solutions pour se conformer aux prudentes préconisations de prévention plutôt qu’aux normes officielles, beaucoup plus élevées.

Philippe Bouchaud
GCB Conseils
Aide à la conception d’un habitat biotique
Expertises / Formations / Livres
geobiologie-pb.com
info@geobiologie-pb.com
06 15 21 18 74

H2O, les eaux de l’oubli

éco Livres

H2O, les eaux de l’oubli
d’Ivan Illich – Traduit de l’anglais par Maud Sissung

En 1984, un groupe d’habitants de Dallas contacte Ivan Illich pour l’interroger sur l’opportunité de créer un lac à l’emplacement de tout un quartier central. Deux camps s’affrontent : les partisans rêvent d’un parc urbain avec un lac, qui serait aussi utilisé comme réservoir pour les eaux usées épurées ; les opposants évoquent le gaspillage des deniers publics. Mais tous s’accordent sur la beauté de l’eau et sa vertu apaisante. Cette ville est agitée par ce débat de manière récurrente. Ivan Illich se rend sur place le temps d’une conférence, invité par le Dallas Institute of Humanities and Culture. « Ce que je veux étudier, explique-t-il, c’est l’historicité de la matière, le sens que l’imagination d’une époque donne à la toile sur laquelle elle peint ses imaginaires. » La symbolique de l’eau contient en elle une puissance mythologique et son observation déclenche d’innombrables rêveries. Ivan Illich emprunte à l’histoire des villes, à celle des techniques, du corps et de la médecine, des religions, des sensibilités de quoi démontrer que la canalisation de l’eau, sa décantation, son traitement chimique ne suffisent pas à rendre la ville habitable. Habiter exige un rapport direct à la matière et non pas la simple « consommation » d’un « bien » rare, « géré » techniquement… L’eau exprime la vie, sa valeur n’a pas de prix.

Éditions Terre Urbaine – 160 pages – 14,50 €

Un futur renouvelable

Un futur renouvelable
de Richard Heinberg et David Fridley

Tracer les contours de la transition énergétique

l’heure où les changements climatiques commencent sérieusement à faire sentir leurs effets, nous devons nous préparer à une profonde transformation dans la façon dont nous produisons et utilisons l’énergie à travers le monde. Le passage obligé des combustibles fossiles à des sources renouvelables entraînera un changement majeur dans notre façon de vivre. À quoi pourrait ressembler un avenir 100 % renouvelable ? Quelles technologies joueront un rôle crucial dans notre avenir énergétique ? Quels défis allons-nous devoir affronter dans cette transition ? Et comment pouvons-nous nous assurer que le nouveau système énergétique soit juste et équitable ? Dans ce livre, Richard Heinberg et David Fridley explorent les défis et les opportunités que présente le passage aux énergies renouvelables.

Éditions Écosociété – 264 pages – 20 €

Petites annonces

Si vous désirez passer une petite annonce

Agenda

Prés de chez vous

Trouvez l'actualité écologique de votre région ainsi que les magasins bio qui diffusent l'écolomag autour de chez vous

Partenaires

Suivez-nous
sur Facebook