1 pilulier de 60 comprimés Bio et Vegan de Spiruline qualité Premium PHYCO+ de LT Labo sera  offert aux 20 prochains abonné(e)s

Cuisine & Recettes

L’écolomag N°76

Mars -Avril 2020

Gaufres au chou kale par Marie Lossy

Gaufres au chou kale

 

Passionnée de cuisine et auteur du blog Allergique Gourmand, Marie a changé totalement sa façon de cuisiner suite à la découverte de multiples allergies alimentaires chez son fils. Elle a fait de la diversification et du plaisir des papilles son credo, malgré ce régime d’éviction. Prouver que l’on peut se faire plaisir en mangeant « sans » et « sain », c’est ce qu’elle partage sur son blog. Elle est également consultante en alimentation pour allergiques et intolérants alimentaires.
Son blog : http://allergiquegourmand.over-blog.com/   allergique_gourmand  AllergiqueGourmand

par Marie Lossy

Pour une dizaine de gaufres – Bon marché – Préparation : 30 mn – Cuisson : 30 mn – Difficulté :

© Marie Lossy

Ustensiles : une casserole, un gaufrier, un saladier

  • 1 oignon
  • 3 branches de chou kale
  • 2 c. à c. de pâte de curry jaune
  • 150 g de farine de riz complète
  • 100 g de farine de quinoa
  • 1 sachet de poudre à lever « sans gluten »
  • 20 cl de crème de sarrasin, chanvre, riz ou soja
  • 10 cl d’eau
  • 6 cl d’huile d’olive
  • Sel, poivre corsé

Coupez les feuilles de chou kale en petits morceaux. Rincez-les à l’eau et faites-les cuire 10 mn dans de l’eau bouillante. Égouttez. Épluchez, dégermez et émincez l’oignon. Faites-le rissoler dans une casserole avec un peu d’huile d’olive. Ajoutez la pâte de curry. Remuez. Déposez les feuilles de chou kale et laissez cuire 5 mn. Éteignez le feu et réservez. Mettez les farines et la levure dans un saladier. Faites un puits, puis versez la crème de sarrasin et l’eau tout en fouettant la pâte. Ajoutez l’huile d’olive. Mélangez. Salez, poivrez, puis ajoutez le chou kale. Mélangez jusqu’à obtenir une préparation bien homogène. Faites chauffer le gaufrier selon le mode d’emploi. Versez 1 c. à s. bien pleine de pâte et faites cuire. Renouvelez l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.

Nids de Pâques par Marie Lossy

Nids de Pâques
au quinoa soufflé chocolaté

© Marie Lossy

Pour 6 nids – Bon marché – Préparation : 30 mn – Repos : 2 h minimum – Difficulté :

Ustensiles : un saladier, une casserole, un moule en demi-sphère

  • 100 g de chocolat
  • 65 g de Vitacoco ou autre margarine
  • 40 g de quinoa soufflé
  • 1 c. à s. de sirop d’érable
  • Des fritures

Versez le chocolat, la margarine et le sirop d’érable dans un saladier. Faites fondre le tout au bain-marie. Mélangez. Sortez le saladier une fois le mélange fondu et bien homogène. Versez le quinoa. Mélangez afin que tous les grains soufflés soient recouverts de chocolat. Avec une cuillère à café, répartissez uniformément sur les parois des moules, en formant un nid. Placez au réfrigérateur pendant au moins 2 h, en fonction de l’épaisseur. Au moment de servir, démoulez délicatement. Garnissez de fritures au chocolat ou d’oeufs sucrés.

Tarte sans gluten céleri-rave et carotte par Christine Charles-Ducros

Tarte sans gluten
céleri-rave et carotte

 

Auteure et conférencière, Christine Charles-Ducros a suivi des cours de cuisine énergétique et s’est formée à l’Institut Kushi, aux Pays-Bas. Elle a complété ses connaissances par une formation en médecine traditionnelle chinoise, avec comme spécialisation la diététique chinoise. Dans ses cours et livrets, Christine Charles-Ducros nous guide vers une alimentation saine, source de vitalité et de santé. Elle nous invite, dans cet ouvrage, à découvrir les nombreux atouts du psyllium, pour une cuisine gourmande, qui maintient, voire améliore notre santé !

par Christine Charles-Ducros

Recette extraite du livre
Le psyllium en cuisine de Christine
Charles-Ducros
Éditions Terre vivante – 120 pages – 12 €

Cet ingrédient santé joue un rôle central dans l’élaboration des préparations sans gluten. Découvrez sa recette de tarte céleri-rave et carotte, extraite du livre Le psyllium en cuisine.

Avec cette tarte salée, vous ajouterez des fibres à votre alimentation et profiterez de 2 légumes peu caloriques ! D’abord, le céleri-rave, légume méconnu, l’un des moins énergétiques avec 18 calories pour 100 g. Il est très riche en minéraux : potassium, calcium et fer. Le céleri-rave est bon pour la santé, en plus de l’être au goût. C’est un légume aux arômes assez puissants et c’est tant mieux, car les saveurs font un peu défaut dans le potager en fin d’hiver.
Dans cette recette, son goût sera adouci par celui, sucré et doux, de la carotte. Cette dernière est riche en bêta-carotène, un antioxydant, et en vitamines.
C’est aussi un incontestable allié minceur. Cuite ou crue, elle n’apporte que 33 calories pour 100 g.

© Christine Charles-Ducros

Pour 4 à 6 pers. – Bon marché – Préparation : 20 à 25 mn – Repos : 20 à 35 mn – Cuisson : 20 à 25 mn – Difficulté :

Pâte sans gluten :

  • 250 g de farine de riz
  • 2 c. à s. bombées d’arrow-root
  • 10 g de levure de boulanger sèche
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à s. de psyllium
  • 2 c. à s. de sirop de riz ou de malt d’orge
  • 2 c. à s. d’huile d’olive Eau

Dans un bol, délayez la levure et le sirop de céréale avec un peu d’eau à température ambiante. Réservez dans un endroit chaud jusqu’à ce que le mélange devienne un peu mousseux. Mélangez la farine, l’arrow-root, puis l’huile, le psyllium et le sel. Ajoutez de l’eau jusqu’à l’obtention de la consistance voulue. Laissez lever la pâte 15 à 30 mn. Enfin, étalez-la dans un moule à tarte de 25-30 cm de diamètre préalablement huilé.

Préparation de la tarte :

  • 1 céleri-rave
  • 3 carottes
  • 1 oignon
  • 400 g de tofu soyeux
  • 2 c. à s. de psyllium
  • 2 c. à s. de tamari
  • 3 c. à s. de poudre d’amande
  • Herbes de Provence
  • Levure maltée
  • Huile d’olive

Faites cuire à l’étouffée les légumes épluchés et finement émincés dans un peu d’huile d’olive. Répartissez-les sur la pâte sans gluten déjà levée. Mixez le tofu soyeux avec le psyllium et le tamari ; laissez reposer 5 mn. Versez ensuite sur les légumes et parsemez-les de poudre d’amande, de levure maltée, d’herbes de Provence et finissez par un filet d’huile d’olive. Faites cuire 20 à 25 mn à 200 °C (th. 6/7). Laissez refroidir la tarte quelques minutes avant de la déguster avec une salade verte !

Recettes proposées par Bio Planète

Recettes proposées par 

Smoothie bowl à l’huile de lin vierge France
Bio Planète

© Emilie Gentils – Bio Planète

Pour 1 bol – Préparation : 15 mn – Difficulté :

  • 1 banane
  • 120 g de framboises + 4 ou 5 pour le topping (surgelées si hors saison)
  • 1 yaourt au lait de coco
  • 1 c. à s. de jus de citron
  • 1 c. à c. de graines de lin 1 c. à s. de cranberries (surgelées si hors saison)
  • 1 c. à c. de baies d’acérola (surgelées si hors saison)
  • 2 c. à s. de mélange de noix (amande, cajou, noix du Brésil)
  • 1 c. à s. d’huile de lin vierge France Bio Planète
  • 1 c. à s. de graines germées de pourpier

Concassez grossièrement les noix et faites-les griller à sec dans une poêle. Réservez sur une assiette. Mixez la banane avec les framboises, le yaourt de coco, le jus de citron et l’acérola. Versez dans un bol. Ajoutez joliment sur le dessus 4 à 5 framboises, les cranberries et le mélange de noix. Ajoutez les graines de lin, les graines germées et versez l’huile de lin vierge France Bio Planète. Dégustez immédiatement.

 

Crème de tofu soyeux aux fruits rouges et
à l’huile de chanvre vierge France Bio Planète

© Emilie Gentils – Bio Planète

Pour 2 bol – Préparation : 15 mn – Difficulté :

  • 120 g de tofu soyeux
  • 125 g de fruits rouges + 4 belles c. à s. pour le topping (surgelés si hors saison)
  • 2 c. à c. de sirop d’agave
  • 1 c. à c. d’huile de chanvre vierge France Bio Planète
  • 2 c. à s. de mélange de graines (lin, courge, tournesol, pavot…)
  • 2 c. à s. de menthe fraîche
  • 2 c. à s. de basilic frais

Égouttez le tofu soyeux et mettez-le dans un mixer. Ajoutez le sirop d’agave et mixez bien. Incorporez les fruits rouges. Mixez bien la préparation, qui doit être lisse et homogène. Versez dans 2 bols et réservez au frais le temps que la crème prenne. Ciselez la menthe et le basilic. Sortez les crèmes du réfrigérateur et ajoutez 1 c. à s. de fruits rouges sur chaque bol, ainsi que des herbes ciselées. Parsemez de graines et versez l’huile de chanvre vierge France Bio Planète. Dégustez immédiatement.

 

Miam-Ô-Fruit à l’huile
de cameline vierge France
Bio Planète

© Emilie Gentils – Bio Planète

Pour 1 bol – Préparation : 15 mn – Difficulté :

  • 1 banane
  • 2 c. à s. de jus de citron
  • 1 c. à s. d’huile de cameline vierge France Bio Planète
  • 1 c. à s. de graines de sésame
  • 1 c. à s. de graine de lin
  • 3 tranches d’ananas
  • 1 kiwi
  • 2 c. à s. de grains de grenade
  • Du miel liquide
  • 1 c. à s. de noix de coco fraîche râpée
  • 1 c. à s. d’amandes concassées

Mixez la banane avec le jus de citron, l’huile de cameline vierge France Bio Planète et les graines de sésame et de lin. Versez dans un bol. Épluchez le kiwi et l’ananas. Coupez-les en morceaux de même taille. Déposez les fruits sur la crème de banane. Ajoutez les grains de grenade. Versez 1 filet de miel, la noix de coco et parsemez d’amandes concassées. Dégustez immédiatement.

Carrot cake végétalien à la cardamome par Gin Delac

Carrot cake végétalien
à la cardamome

 

© Caroline Villate

Depuis sa petite enfance, Virginie est passionnée de cuisine végétarienne. Diagnostiquée intolérante au gluten il y a 10 ans, et atteinte d’une maladie auto-immune, Virginie s’est alors tournée vers une cuisine hypotoxique pour gagner en énergie et en tonus. Elle est l’auteur du blog Dans la cuisine de Gin, où elle partage ses recettes gourmandes et montre que l’alimentation « bonne santé » peut être goûteuse et savoureuse. Elle anime aussi des ateliers culinaires et d’initiation à la cosmétique maison. 
Son blog : http://danslacuisinedegin.blogspot.fr dans_la_cuisine_de_gin DansLaCuisineDeGin

par Gin Delac

© Gin Delac

Pour 1 cake – Bon marché – Préparation : 15 mn – Cuisson : 40 mn – Difficulté :

  • 300 g de carottes râpées
  • 160 g de poudre d’amande
  • 150 g de farine sans gluten (ici farine de riz)
  • 1 poignée de raisins secs
  • 6 cl d’huile neutre
  • 20 cl de lait végétal
  • 8 c. à s. de fructose (ou sucrant de votre choix)
  • 2 c. à c. de levure chimique
  • 1 c. à s. de vinaigre de cidre
  • 1/2 c. à c. de cardamome en poudre
  • 1/4 c. à c. de bicarbonate de sodium
  • 1 pincée de sel

Pour le glaçage :

  • 6 c. à s. de crème épaisse de soja (ou à défaut du tofu soyeux)
  • 4 c. à s. de sucre glace
  • 4 c. à s. d’huile de coco désodorisée fondue
  • 1 c. à c. d’extrait de vanille

Préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Dans un grand saladier, versez les carottes râpées, la poudre d’amande, la farine, la levure, le bicarbonate, le sucre, le sel, les raisins et la cardamome. Mélangez bien et ajoutez les ingrédients liquides : lait végétal, huile et vinaigre. Mélangez pour avoir un appareil homogène. Huilez un moule à manqué et versez-y la préparation. Glissez au four pour 40 mn. À la sortie du four, laissez tiédir avant de démouler. Laissez refroidir avant de le couvrir de son nappage ; ce que je n’ai pas fait suffisamment car mon glaçage a un peu fondu.

Préparez le glaçage : Dans un bol, fouettez au batteur la crème épaisse de soja, le sucre, la vanille et l’huile de coco. Lorsque le sucre est complètement fondu, nappez le gâteau et décorez-le comme ici avec des petites carottes en pâte à sucre. Servez frais.

Muffins aux champignons par Aurélie Toulis

Muffins aux champignons
à la sauce châtaigne et noix de cajou

Recette à indice glycémique bas

Passionnée de cuisine saine, Aurélie partage sur son blog des recettes simples et originales. Elle revisite aussi les recettes classiques pour créer la version healthy afin de varier les saveurs. Elle est également réflexologue, conférencière et consultante en alimentation saine. Pour découvrir le programme et les dates des prochains stages sur l’alimentation saine, rendez-vous sur : Son blog : www.aurelietoulis.fr ou Aurélie Toulis Santé & Bien Être

par Aurélie Toulis

© Aurélie Toulis

Pour 6 muffins – Bon marché – Préparation : 10 mn – Cuisson : 12 mn – Difficulté :

Pour les muffins :

  • 100 g de champignons frais
  • 60 g de farine de pois chiche
  • 60 g de farine de lupin
  • 100 g de boisson végétale riz-amande
  • 50 g d’huile d’olive
  • 1 c. à c. de basilic
  • 1 pincée de sel rose de l’Himalaya
  • 1 pincée de poivre

Pour la sauce à la châtaigne et noix de cajou :

  • 150 g de châtaignes cuites
  • 50 g de purée de noix de cajou
  • 120 g d’eau minérale chaude
  • 1/2 c. à c. de sel rose de l’Himalaya

Pour la préparation des muffins : préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Épluchez les champignons avant de les mixer à l’aide d’un robot. Ajoutez les farines de pois chiche et de lupin, la boisson végétale et l’huile d’olive. Mélangez la préparation. Une fois le mélange homogène, ajoutez le basilic, le sel et le poivre. Mélangez et versez dans 6 moules à muffins. Enfournez pendant 12 mn.

Pour la préparation de la sauce : mixez les châtaignes avec la purée de noix de cajou avant d’ajouter l’eau et le sel. Servez chaud, en ajoutant quelques feuilles de mâche ou de salade verte, assaisonnées d’un filet d’huile d’olive.

Tartelettes aux pommes et crème de noix de cajou

Tartelettes aux pommes
et crème de noix de cajou

 

© Denis Faravel

Pour 4 belles tartelettes – Bon marché – Préparation : 15 mn – Cuisson : 15 mn – Difficulté :

  • 200 g de pâte brisée
  • 2 pommes
  • 4 c. à c. de Crème de Noix de Cajou Senfas
  • 40 g de sucre en poudre
  • Cannelle en poudre

Préchauffez le four à 200 °C (th. 6/7). Découpez des ronds à dimension des moules dans la pâte brisée. Piquez les petits fonds de tartelettes à la fourchette dans les moules et nappez le fond de Crème de Noix de Cajou Senfas. Coupez les pommes en rondelles fines et disposez-les sur la pâte. Saupoudrez de sucre et de cannelle. Faites cuire les tartelettes pendant 15 mn.

 

Le poivre de Kampot, le poivre des plus grands chefs !

Le poivre de Kampot,
le poivre des plus grands chefs !

La culture du poivre de Kampot est très ancienne… On en retrouve les traces dès la fin du 13e siècle. De renommée internationale, ce poivre a pourtant failli disparaître lors de la période khmère rouge, durant laquelle son exploitation a été réduite à néant. C’est grâce au travail de coopératives d’anciens planteurs et d’entreprises impliquées dans la valorisation de ce produit d’exception qu’il a retrouvé ses lettres de noblesse et qu’il reconquiert aujourd’hui les cuisines des grands chefs et des connaisseurs.

Kampot Jewels (Les Joyaux de Kampot, en français) est la gamme de poivre de Kampot certifié biologique et attesté équitable développée par l’entreprise Fair Farms, dirigée par Norbert Binot. Le nom de cette gamme reflète la qualité exceptionnelle des produits et le travail minutieux réalisé par les cultivateurs pour produire le poivre le plus précieux. Chaque grain est à leurs yeux aussi pur et raffiné qu’un joyau. Le projet se situe au sudouest du Cambodge, dans la région de Chhuk, au coeur même de la province de Kampot.

Les + de la filière

Le projet Kampot Jewels est de faire connaître et reconnaître le savoir-faire traditionnel cambodgien dans la culture du tout premier produit IGP (indication géographique protégée) du pays.

Fair Farms s’engage également à respecter les principes du commerce équitable et de l’engagement social afin d’aider la population locale et de lui apporter une meilleure qualité de vie. L’équipe de Fair Farms est composée uniquement d’employé-e-s cambodgien-ne-s, qui sont tous déclarés, perçoivent un salaire confortable ainsi qu’une allocation repas, et bénéficient d’un logement sur place et d’une assurance santé. Fair Farms cherche en permanence à améliorer le niveau de vie de ses employé-e-s. C’est pour le moment un succès qui se traduit par une équipe heureuse, soudée et stable depuis plusieurs années.

Le projet Kampot Jewels est aussi caractérisé par des actions de solidarité, notamment dans le partenariat avec une ONG, l’école du Bayon, à qui du poivre est remis gracieusement. Ce poivre est emballé dans des petits sacs en krama (foulard traditionnel cambodgien), cousus main par des mamans à Siem Reap. Les sacs sont ensuite vendus. La totalité des bénéfices revient à l’école et participe à la scolarisation des enfants les plus démunis de la région des temples d’Angkor.

Les conseils d’Écoidées

Pour libérer ses arômes, le poivre est à concasser au dernier moment avant de l’incorporer dans tous vos plats en sauce ou grillades. Il est également excellent sur les tartes, dans les confitures ou compotes de poires ou de mirabelles. Il développe ainsi des arômes forts et délicats : son goût très intense et doux à la fois révèle des notes fleuries d’eucalyptus et de menthe fraîche.

Rendez-vous dans vos magasins bio et sur ecoidees.com

 

Tartelettes poire et poivre
rouge de Kampot

© Écoidées

Pour 4 à 6 tartelettes Préparation : 20 mn Cuisson : 10 à 12 mn Difficulté :

  • 1 pâte feuilletée
  • 4 poires
  • 4 oranges
  • 4 à 6 c. à c. de farine de coco Écoidées
  • 4 c. à s. de sucre de coco Écoidées
  • 1 c. à s. de sucre roux Écoidées
  • 1 c. à c. de cannelle Écoidées
  • L’équivalent de 2 petites c. à s. de poivre rouge de Kampot (moulu) Écoidées
  • 1 c. à s. d’huile de coco

Commencez par peler les poires, ainsi qu’1/2 orange. Coupez les poires en lamelles et la 1/2 orange en petits dés. Faites fondre l’huile de coco dans une poêle, déposez-y les poires, ainsi que la cuillère de sucre de canne roux et la cannelle. Pressez le jus de 3 oranges et ajoutez-le sur les poires. Incorporez ensuite le sucre de coco et le poivre rouge, laissez réduire le jus tout en arrosant les poires avec celui-ci. Après 5 mn de cuisson, récupérez un peu de jus dans la poêle et réservez-le. Foncez les moules avec la pâte. Sur chaque part, étalez 1 c. à c. de farine de coco. Une fois qu’il ne reste quasiment plus de jus de cuisson, déposez les poires sur les tartelettes, ajoutez-y un peu de poivre. Enfournez à 180 °C (th. 6) pendant 10 à 12 mn. Pendant ce temps, faites réduire le jus d’orange mis de côté. Il servira à réaliser un petit sirop. À la fin de la cuisson, ajoutez le sirop obtenu, ainsi que les dés d’orange. Bon appétit !

 

Crème noix de cajou
et poivre

© Écoidées

Trempage : 6 h Préparation : 10 mn Difficulté :

  • 100 g de noix de cajou
  • 15 à 20 cl d’eau
  • Poivre noir moulin Écoidées
  • Sel de l’Himalaya Écoidées

Laissez tremper les noix de cajou minimum 6 h dans de l’eau. Une fois bien imbibées, rincez-les bien sous l’eau du robinet, puis égouttez-les. Dans une poêle, faites revenir doucement, sans corps gras, 1 c. à s. rase de poivre noir moulu, ainsi qu’1 c. à c. de sel. Versez ensuite l’eau, le poivre préalablement légèrement grillé à la poêle et les noix de cajou dans un blender. Mixez le tout jusqu’à obtention d’une crème bien lisse. Ajoutez un peu d’eau si vous souhaitez la crème plus liquide, ainsi que plus d’épices en fonction de votre goût.

Biscuits de la joie

Biscuits de la joie

Recette extraite du livre
Hildegarde dans ma cuisine de Mélody Molins
100 idées et fiches recettes pour répondre à
l’attente actuelle d’un nouveau mode de vie plus
proche de la nature et d’un retour à l’équilibre
entre le corps et l’esprit !
Éditions IH – 200 pages – 20 € (À paraître le 20 mars 2020)

 

© Hildegarde dans ma cuisine

Pour 100 biscuits – Bon marché – Préparation : 10 mn – Cuisson : 17 à 20 mn – Difficulté :

  • 500 g de farine d’épeautre non hybridé T65
  • 150 g de beurre pommade
  • 150 g de sucre complet
  • 150 g de poudre d’amande douce
  • 3 gros oeufs
  • 1 c. à c. bombée d’épices de la joie

Mélangez les ingrédients à la main et faites-en une pâte homogène. Divisez la pâte en 2 et étalez chaque pâton en forme de carré directement sur du papier cuisson.

À l’aide d’un couteau, réalisez un quadrillage (épaisseur 0,5 cm et 2,5 cm x 2,5 cm environ) ou coupez-les en cercles à l’aide d’un emporte-pièce. Disposez sur 2 plaques. Enfournez à 200 °C (th. 6/7) pendant 17 à 20 mn.

Bon à savoir : Compte-tenu de leur richesse en épices, il est conseillé de se limiter à 3 gâteaux maximum par jour pour les enfants et 5 maximum par jour pour les adultes. Ces biscuits se conservent très bien ! On peut limiter les épices à 1 pincée au total pour ainsi en manger sans compter ! Le mélange se trouve tout prêt dans les boutiques spécialisées « Hildegarde ».

Gougères par Nature et Cie

Gougères

© Nature et Cie

Pour 8 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn – Cuisson : 15 mn – Difficulté :

  • 50 g de farine de riz Nature et Cie
  • 100 g de fécule de maïs
  • 150 g de fromage râpé
  • 4 oeufs
  • 25 cl d’eau
  • 80 g de beurre
  • 1 pincée de sel

Préparation de la pâte : Dans une casserole, mélangez le beurre et l’eau. Une fois le beurre fondu, retirez du feu. Ajoutez la farine de riz et la fécule de maïs, puis mélangez énergiquement avec une cuillère en bois. Remettez la casserole sur feu vif et remuez jusqu’à ce que le mélange forme une pâte qui se détache de la casserole. Retirez la casserole du feu et laissez tiédir. Ajoutez les oeufs un à un et mélangez bien entre chaque. Ajoutez le fromage râpé. Pensez à en garder un peu pour en parsemer sur les gougères avant de les enfourner.

Former les gougères : À l’aide d’une poche à douille, faites des gougères d’environ 5 cm de diamètre, en veillant à bien les espacer les unes des autres. Parsemez-les de fromage râpé. Cuisson : Enfournez à 220 °C (th. 7/8) pendant 15 mn.

Bon à savoir : Pour un apéro encore plus gourmand, vous pouvez farcir les gougères avec la farce de votre choix : fromage frais aux herbes, saumon, tapenade, etc.

https://nature-et-cie.fr

L’appel gourmand de la forêt

éco Livres

L’appel gourmand de la forêt
de Linda Louis

Et si vous alliez faire vos courses en forêt ?

Ail des ours, mûres, cynorhodons, noix, girolles, asperges sauvages… En toutes saisons, les arbres, les plantes et les champignons de la forêt offrent au promeneur une nourriture locale, saine et sauvage. Linda Louis a longtemps vécu au coeur d’une grande forêt de l’Allier, où elle a appris à repérer ces trésors sylvestres, à les cueillir, les préparer, les conserver. Elle nous dévoile ses secrets simples et précieux pour fabriquer un lait de châtaigne, fumer des noix, confire des prunelles, faire mûrir des nèfles… Elle nous propose des recettes gourmandes et actuelles pour sublimer nos cueillettes :
Tapenade de trompettes de la mort
Quiche aux orties
Beignets de fleurs de sureau
Gelée d’épicéa ou de pomme sauvage
Eau de bouleau
Crème glacée à la mûre…
Répondez à l’appel gourmand de la forêt !

Éditions La Plage – 312 pages – 19,95 € (À paraître le 8 avril 2020)

Seitan

Seitan
de Sébastien Kardinal

Découvrez ici 26 recettes issues d’une uchronie culinaire où la viande n’existe pas, mais où elle est remplacée par de savoureuses préparations mêlant tradition locale et gluten de blé. Ce livre vous apprendra tous les secrets pour réussir à réaliser vous-même ce merveilleux substitut à la viande qu’est le seitan. Avec ce livre, cette spécialité végétalienne vous réserve bien des surprises !

Éditions La Plage – 80 pages – 9,95 € (À paraître le 18 mars 2020)

Le sarrasin, la petite graine aux grands effets

Le sarrasin, la petite graine
aux grands effets

de Marie-Laure Tombini

45 recettes salées et sucrées

Le sarrasin est plein de vertus : source de protéines végétales, regroupant tous les acides aminés essentiels, un index glycémique modéré et très riche en minéraux et vitamines.

Et, cerise sur le gâteau : sa culture n’impacte que très faiblement notre environnement et favorise la biodiversité. Peu usitée en cuisine, cette petite graine y a pourtant toute sa place, surtout qu’elle est très facile à cuisiner. Avec son petit goût de noisette, elle vous surprendra par ses différentes formes : en grains entiers ou concassés (boulgour), grillés (kasha), en flocons ou en farine. Cette pseudo-céréale, à la jolie forme triangulaire, se prépare en soupes, salades, pilaf, risotto, boulettes… En pâtisserie, la farine de sarrasin, naturellement sans gluten, peut s’utiliser seule dans des biscuits ou cookies ou combinée à une autre farine pour plus de moelleux. Découvrez ici 50 recettes salées et sucrées, testées et validées, pour la connaître et apprendre à l’introduire dans votre quotidien ailleurs que dans les traditionnelles, mais néanmoins délicieuses, galettes bretonnes au sarrasin !

Éditions Terre vivante – 120 pages – 12 €

Recettes proposées par Délices & Phare d’Eckmühl

Recettes proposées par Délice &

Un gratin de pâtes original
aux poireaux et au saumon

© Chancerelle

Pour 4 à 5 pers. – Préparation : 30 mn – Cuisson : 20 + 10 mn – Difficulté :

  • 350 g de tortiglioni
  • 800 g de blanc de poireaux
  • 1 boîte de saumon (90 g égoutté) Phare d’Eckmühl
  • 1 oignon blanc
  • 375 ml de lait
  • 30 g de farine
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 bouillon de légumes
  • 20 g d’emmental
  • Sel, poivre
  • 5 g de beurre

Lavez les poireaux. Coupez-les en tronçons d’environ 1 cm. Versez 1/2 litre d’eau dans un faitout. Émiettez-y la moitié du bouillon de légumes, puis faites cuire les poireaux à la vapeur pendant 20 mn.

Pendant ce temps, réalisez une béchamel simple : Mélanger la farine dans un bol avec le lait et délayer peu à peu pour ne pas faire de grumeaux. Porter à ébullition sans cesser de tourner jusqu’à épaississement. Assaisonnez-la bien et ajoutez le restant du cube de bouillon de légumes. Faites cuire les pâtes dans un grand volume d’eau salée selon le temps indiqué sur le paquet.

Épluchez l’oignon. Dégermez, puis ciselez-le. Faites-le colorer dans l’huile d’olive. Ajoutez-le dans la béchamel. Égouttez les poireaux et ajoutez-les à la béchamel. Préchauffez le four à 220 °C (th. 7/8). Beurrez un plat à gratin. Répartissez la moitié des pâtes égouttées. Recouvrez avec la moitié de la sauce béchamel aux poireaux. Ajoutez le saumon égoutté et émietté. Recouvrez avec un peu de béchamel, puis le restant de pâtes. Finissez avec le restant de béchamel aux poireaux, puis saupoudrez d’emmental râpé. Enfournez pendant 10 mn. Servez bien chaud.

Bon à savoir : Pour une préparation plus rapide, vous pouvez cuire les poireaux dans un autocuiseur pendant 10 mn. Les pâtes doivent être cuites al dente, puisqu’elles vont encore passer au four. Le poireau, légume originaire du Moyen-Orient, est disponible toute l’année sur les étals du marché, bien que sa pleine saison soit de septembre à avril. Avec un faible taux calorique, ce légume de la famille des alliacés – tout comme l’oignon et l’ail – est riche en fibres, minéraux et vitamines.

Cette recette légère convient parfaitement à un régime équilibré : la béchamel ne contient pas de matière grasse. Ce plat vous apporte votre portion de viande/poisson, des légumes, des féculents et une portion de produit laitier.

 

Gaufrettes au saumon et aux crevettes

Recette proposée par Cuisine et Déco by Maria

Voici un apéritif rafraîchissant qui plaira autant aux petits qu’aux grands, avec ces jolies gaufres de saumon et crevettes.

© Chancerelle

Pour 5 pers. – Préparation : 20 mn – Cuisson : 20 mn – Difficulté :

  • 500 g de pommes de terre Laurette
  • 150 ml de crème fraîche
  • 2 oeufs
  • 60 g de farine
  • 50 g de beurre
  • 1 boîte de saumon (90 g égoutté) Phare d’Eckmühl
  • 1 boîte de crevettes
  • 1 c. à s. d’aneth
  • 1 c. à s. de coriandre fraîche
  • Le jus d’1/2 citron

Épluchez et faites cuire les pommes de terre à l’eau. Laissez-les bien sécher et refroidir. Séparez les blancs des jaunes d’oeufs. Mélangez la farine, les jaunes d’oeufs, la crème fraîche, le beurre fondu, les pommes de terre émiettées, le saumon et les crevettes, l’aneth, la coriandre, le jus de citron. Poivrez et salez. Montez les blancs en neige, puis ajoutez-les délicatement à la préparation. Faites chauffer un gaufrier, puis versez la pâte. Laissez cuire les gaufres. Vous pouvez les proposer à l’apéritif ou en entrée.

Lait d’or par Amandine Geers et Olivier Degorce

Lait d’or

Indications :
indigestion, ballonnements

© Olivier Degorce

Auteurs de livres de cuisine bio, chroniqueurs en écologie, Amandine et Olivier ont créé, il y a maintenant 19 ans, What’s for dinner, une association engagée, privilégiant les échanges sur les questions d’alimentation et d’écologie. Pour découvrir les programmes et les dates des prochains ateliers de cuisine bio d’Amandine, rendez-vous sur : whats-for-dinner.info et  Amandine Geers.

Par Amandine Geers et Olivier Degorce

Recettes extraites du livre
Ma pharmacie, c’est ma cuisine !
60 recettes gourmandes pour maux
du quotidien
d’Amandine Geers  et de
Sylvie Hampikian. Photos d’Olivier Degorce
Éditions Terre vivante – 120 pages – 12 €

Que manger quand on est malade ?
De l’entrée au dessert, cet ouvrage propose des recettes pour soigner les petits maux du quotidien : troubles digestifs ou de transit, fatigue, stress, syndromes hivernaux, problèmes de peau… Elles associent des ingrédients agissant en synergie, dans le cadre d’une alimentation fraîche et variée. Le livre comprend de nombreux commentaires sur les aliments, leurs bienfaits et leurs modes d’action.

Le lait d’or est une préparation inscrite dans la tradition ayurvédique. Connu en hindi sous le nom de haldi ka doodh, il est réputé pour améliorer la digestion, le sommeil, l’immunité et la santé mentale et articulaire. Il en existe plusieurs recettes, mais le lait et le curcuma sont ses ingrédients incontournables. Le curcuma, une épice en or.

© Olivier Degorce

Pour environ 2 l de lait d’or – Bon marché – Préparation de la pâte : 10 mn – Cuisson : 5 mn – Préparation de la boisson : 5 mn – Conservation : 1 à 2 semaines au réfrigérateur – Difficulté :

Pour la pâte de curcuma :

  • 30 à 35 g de curcuma en poudre
  • 1 c. à c. de poivre moulu à l’instant
  • 1/2 tasse d’eau

Pour 1 tasse :

  • 1 c. à c. de pâte de curcuma
  • 1 tasse de lait de noisette (ou de riz ou de soja)
  • 1 c. à c. d’huile de coco
  • 1 c. à s. de sirop d’agave ou de miel

Mélangez les ingrédients de la pâte de curcuma dans une petite casserole. Mettez sur feu doux et laissez cuire quelques minutes jusqu’à obtenir une pâte. Conservez la pâte de curcuma dans un pot. Au moment de préparer la boisson, diluez la pâte de curcuma dans le lait de noisette dans une petite casserole. Ajoutez l’huile de coco et le miel ou le sirop d’agave. Mettez à feu doux et servez dès que la température vous convient.

Bon à savoir : Voici bien une plante qui fait l’unanimité dans le monde entier. Très prisé par la médecine traditionnelle chinoise et par l’ayurvéda, le curcuma est également apprécié de longue date en médecine occidentale. On le trouve mentionné pour la première fois comme remède dans une pharmacopée rédigée à Francfort en 1450. Se fondant sur la théorie des signatures (on pensait que Dieu avait laissé des indices montrant ce qu’une plante soignait, donc ici la jaunisse), le curcuma fut très tôt catalogué comme remède des affections digestives et hépatiques, ce qui n’était pas faux ! En France, il a d’ailleurs longtemps été cantonné à cette indication, comme en témoigne la seule spécialité pharmaceutique à base de curcuma parvenue jusqu’à nous (Hepatoum). Aujourd’hui, on l’apprécie plutôt sous forme d’épice, aux propriétés antioxydantes, toniques, anti-inflammatoires et digestives. Sa saveur douce et plutôt discrète permet de l’intégrer à de nombreux plats salés ou sucrés. Pour bien profiter de ses vertus, la dose à ingérer est idéalement 1 cuillère à café de poudre par jour et par personne.

Soupe à l’ail et aux shiitakés par Amandine Geers et Olivier Degorce

Soupe à l’ail
et aux shiitakés

Indications :
état grippal, rhume, toux, bronchite

Quoi de mieux qu’une bonne soupe pour se requinquer quand il fait froid dehors, que l’on a le nez pris et une bonne envie de rester sous la couette ? Cette version, aussi gourmande qu’originale, met en vedette de précieux alliés qui vous aideront à prendre le dessus sur les virus. N’hésitez pas à en faire une cure de quelques jours.

© Olivier Degorce

Pour 2 ou 3 portions – Bon marché – Préparation : 30 mn – Cuisson : 15 mn – Conservation : 2 jours au réfrigérateur – Difficulté :

  • 1 blanc de poireau
  • 1 petit navet violet
  • 4 gousses d’ail
  • 1 oignon jaune
  • 1 branche de romarin
  • 2 shiitakés
  • Huile d’olive
  • 1 c. à c. de persil frais
  • Sel et poivre

Lavez le poireau et le navet et coupez-les en petits morceaux. Pelez, dégermez et détaillez les gousses d’ail et l’oignon en morceaux. Dans une casserole, couvrez d’eau les légumes, l’ail et l’oignon, ajoutez la branche de romarin, salez et faites cuire à petits bouillons pendant 15 mn. En parallèle, parez les champignons, émincez- les et faites-les fondre doucement dans une poêle avec de l’huile d’olive et le persil émincé pendant une dizaine de minutes. Retirez la branche de romarin de la casserole et mixez. Rectifiez l’assaisonnement et donnez quelques tours de moulin à poivre. Servez la soupe en ajoutant les lamelles de shiitakés dans l’assiette.

Recettes proposées par Food4Good

Recettes proposées par

Pavés de Truite Bio mi-cuit
sauce teriyaki

© Marie-Laure Tombini

Pour 2 pers. – Préparation : 20 mn Cuisson : 15 mn – Difficulté :

  • 2 pavés de Truite bio Food4Good
  • 20 g de riz
  • 400 g d’edamames
  • 2 c. à s. d’huile d’olive Sel, poivre
  • 1 c. à s. de graines de sésame blond et noir

Sauce teriyaki :

  • 10 g de fécule de maïs
  • 50 g de sucre
  • 5 cl d’eau (50 g)
  • 2 cl de vinaigre de riz (20 g)
  • 4 cl de sauce soja (40 g)
  • 1 gousse d’ail
  • 2 cm de gingembre frais

La veille sortez les pavés de Truite Bio du congélateur
et laissez décongeler toute la nuit.

Préparez la sauce teriyaki : dans un bol, mettez la fécule de maïs et le sucre, ajoutez progressivement 5 cl d’eau, la sauce soja, le vinaigre puis la gousse d’ail pelée, dégermée et écrasée, et le gingembre râpé. Faites chauffer le tout dans une casserole à feu doux, pendant 5 à 10 mn, en mélangeant régulièrement, jusqu’à ce que cela épaississe et devienne sirupeux.

Préparez les accompagnements : Faites cuire le riz dans une casserole d’eau bouillante salée. Écossez les edamames et faites-les revenir 5 mn dans une poêle avec 1 c. à s. d’huile d’olive, sel et poivre.

Faites cuire les pavés de Truite Bio 5 à 7 mn à la poêle, à l’unilatérale côté peau, avec 1 c. à s. d’huile, du sel et du poivre. Servez les pavés de truite bio avec la sauce teriyaki et saupoudrez de graines de sésame.

 

Pavés de Cabillaud MSC
en papillote à la persillade,
frites de patate douce

© Delphine Pocard

Pour 2 pers. – Préparation et cuisson : 30 mn – Difficulté :

  • 2 pavés de Cabillaud MSC Food4Good
  • 1 belle patate douce
  • 1 petite c. à c. de feuilles de romarin hachées
  • 3 c. à s. d’huile d’olive bio extra-vierge
  • 1/4 de bouquet de persil frais
  • 1 gousse d’ail
  • Sel non raffiné et poivre

La veille, sortez les pavés de Cabillaud MSC du congélateur et laissez décongeler toute la nuit. Épluchez la gousse d’ail, dégermez et hachez-la. Prélevez les feuilles du bouquet de persil et ciselez-les. Mélangez ail et persil dans un bol avec 1 c. à s. d’huile d’olive, du sel et du poivre.

Préparez les papillotes : disposez un peu de persillade sur un premier carré de papier sulfurisé, déposez un dos de Cabillaud MSC. Ajoutez-en une petite quantité dessus, puis refermez. Faites de même avec l’autre morceau de poisson.

Préparez les frites : Préchauffez le four à 200 °C (th. 6/7). Lavez la patate douce à l’eau claire. Détaillez-la en bâtonnets afin d’obtenir des frites. Salez, ajoutez 2 c. à s. d’huile et le romarin. Mélangez bien. Étalez les frites sur une plaque de four en conservant une place pour les papillotes. Enfournez pour 16 mn et retournez-les de temps en temps. Au bout de ce temps, disposez les papillotes de poisson sur la plaque et continuez la cuisson pendant 8 mn. Servez sans attendre.

La cuisine plaisir au coeur de la santé

éco Livres

La cuisine plaisir au coeur de la santé
La méthode Masson appliquée

de Sandrine Navarrete Masson

Manger équilibré, digeste, sain, éviter le gluten, les laitages, faire plaisir à toute la famille, sans que cela ne prenne trop de temps ou que cela ne soit trop compliqué ? Sandrine a voulu relever le défi !

Passionnée de cuisine et de nutrition depuis plus de 30 ans, elle s’est aperçue que la plupart des gens qu’elle reçoit en consultation pour des réglages alimentaires manquent d’idées, d’inspiration pour varier leurs repas.

Elle propose à travers ce livre plus de 50 menus équilibrés, plus de 100 recettes, sans lait et sans gluten afin de faciliter le quotidien de toutes les personnes qui souhaitent fortifier leur santé par l’alimentation, tout en se faisant plaisir. Vous y trouverez aussi quelques menus plus spécifiques pour lutter contre l’anémie, l’ostéoporose, etc.

Ce livre est un guide pour celles et ceux qui ne savent pas comment entreprendre leur changement alimentaire en évitant les erreurs courantes et les carences.

Sandrine Navarrete Masson dirige le centre d’enseignement de naturopathie appliquée (C.E.N.A. École Masson). Elle a oeuvré pendant plus de 20 ans aux côtés du célèbre naturopathe Robert Masson, dont elle fut l’épouse.

cena-ecole-masson.fr / Éditions Trédaniel – 288 pages – 22,90 €

En route pour l’autonomie alimentaire

En route pour l’autonomie alimentaire
de François Rouillay et Sabine Becker

Guide pratique à l’usage des familles, villes et territoires

L’autonomie alimentaire, c’est l’affaire de tous, ça s’apprend et ça s’organise ! Les auteurs invitent aussi bien les habitants des villes et des territoires que les élus locaux et les forces vives à reprendre la main et à s’investir pour retrouver l’autonomie alimentaire.

Ils proposent une feuille de route de 21 actions testées et éprouvées : végétalisation de la ville et paysages nourriciers, pépinières citoyennes, potagers pédagogiques, production de biomasse et aggradation des sols, plantations de forêts nourricières, jardins de semences, ateliers de cuisine et de conservation des aliments, organisation de circuits courts, création de zones d’activités nourricières…

Une approche à la fois globale et très concrète, pour que chacun se réapproprie son alimentation et devienne acteur de son territoire.

Éditions Terre vivante – 224 pages – 23 €

Aïoli léger de la mer par Lina Charlot

Aïoli léger de la mer

Chargée d’enseignement en cuisine gastronomique végétarienne, Lina possède une forte expérience dans le domaine des métiers de bouche et de la diététique. Depuis 30 ans, elle organise également des stages et des cours de cuisine diététique et bio sur près de 100 thèmes différents ! Renseignez-vous : 09 63 27 41 89 ou 06 89 43 11 08 – biolina@orange.fr

par Lina Charlot

© Peterzsuzsa / Adobe Stock

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn + temps de préparation des légumes – Difficulté :

  • 200 g de tofu soyeux
  • 1 c. à s. de mélange salade du pêcheur (algues déshydratées)
  • 2 ou 3 gousses d’ail
  • 1 oeuf dur
  • 1 c. à s. de moutarde
  • 3 c. à s. de jus de citron
  • 1 c. à c. de zeste de citron râpé
  • 5 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel

Disposez tous les ingrédients dans un mixeur et mixez le tout pour obtenir un genre de mayonnaise. Servez avec des bâtonnets de carottes, bouquets de chou-fleur ou de romanesco, feuilles de salade, champignons frais en lamelles, du fenouil en tranches…

Omelette aux fleurs de pissenlits par Lina Charlot

Omelette
aux fleurs de pissenlits

© TTLmedia / Adobe Stock

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn – Difficulté :

  • 2 bols de fleurs entières de pissenlits (draineur du foie et diurétique)
  • 8 oeufs
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 10 cl de crème de soja
  • Sel

Ébouillantez les fleurs dans de l’eau salée et égouttez-les. Battez les oeufs avec 10 cl de crème de soja et salez. Ajoutez les fleurs et faites cuire dans une poêle graissée.

 

Apéritif aux fleurs de pissenlits par Lina Charlot

Apéritif aux fleurs
de pissenlits

© goodmanphoto / Adobe Stock

Pour 1 bouteille – Préparation : 10 mn – Macération : 3 mois – Difficulté :

  • 1,5 l de vin blanc sec
  • 1 bol de fleurs de pissenlits
  • 1 orange coupée en tranches
  • 5 cm de gingembre frais râpé
  • 40 cl d’eau de vie
  • 300 g de sucre roux

Dans un bocal, disposez le vin avec les fleurs, l’orange, le gingembre et l’eau de vie. Laissez macérer 10 jours en remuant tous les 2 jours. Puis filtrez en pressant les ingrédients. Ajoutez le sucre. Quand il aura fondu, au bout de quelques jours, mettez en bouteille et laissez vieillir au moins 3 mois. Plus il vieillit, meilleur il sera. À consommer avec modération.

Tartelettes sans cuisson par Croc’ la Vie

Tartelettes sans cuisson
aux fleurs de primevères

Bérengère et Christina sont deux passionnées qui partagent leurs expériences à travers des ateliers, des stages, des livres, des vidéos, une newsletter… Des recettes et des conseils de saison pour vivre en harmonie et se soigner naturellement. Elles puisent leurs inspirations dans leur pratique quotidienne et leurs expérimentations personnelles. Loin de tout dogme, Croc’ la Vie propose une nourriture simple, saine, créative et délicieuse. www.croclavie.org

par Croc’ la Vie

Voilà une petite douceur florale aux saveurs du printemps ! Primula veris, ou coucou, ou encore primevère officinale, est la primevère sauvage qui fleurit au tout début du printemps. On observe facilement ces petits bouquets de fleurs jaune doré dans les régions de terrain calcaire, sur les talus, au bord des routes et dans les prairies.

© Croc’ la Vie

Pour 4 tartelettes – Bon marché – Préparation : 15 mn – Difficulté :

Pour la pâte :

  • 60 g d’amandes émondées
  • 65 g de dattes dénoyautées
  • 35 g de farine de souchet (ou de poudre d’amandes)
  • Zeste de citron
  • 1 c. à s. d’eau

Pour la crème d’amande :

  • 2 c. à s. de purée d’amande
  • 1 pomme épluchée
  • 1 c. à c. de psyllium ou graines de chia

Pour le fond de tarte, mixez tous les ingrédients au robot jusqu’à l’obtention d’une pâte collante. Étalez la pâte crue dans de petits moules à tarte et réservez. Pour préparer la crème d’amande, mélangez tous les ingrédients ensemble. Il faut que la préparation soit homogène mais pas trop liquide. Si elle est trop compacte, ajoutez un peu d’eau. Le psyllium ou les graines de chia ont la propriété de gonfler au contact du liquide, cela va donc rendre la crème plus dense. Coupez 3 petites tranches de pommes, arrosez-les de jus de citron et ajoutez-les sur la tartelette, puis décorez avec des fleurs de primevères.

Recettes proposées par COOK

Recettes proposées par

Artichauts farcis à l’artichaut
(basilic, baies roses)

© Yvan Cadiou pour Cook

Pour 6 pers. – Préparation : 30 mn – Difficulté :

  • 8 artichauts
  • 120 g de quinoa
  • 2 beaux oignons
  • 1 citron + 1/2 pour la cuisson des artichauts
  • Huile d’olive
  • 1 c. à s. de basilic Cook
  • 1 c. à c. de baies roses Cook
  • Sel et poivre

Ôtez les tiges des artichauts. Placez une marmite d’eau sur feu vif et portez à ébullition. Ajoutez 1/2 citron en tranches et une grosse pincée de sel. Lorsque l’eau bout, plongez les artichauts et comptez 25 mn de cuisson, puis rafraîchissez-les. Pendant ce temps, faites cuire le quinoa dans 2 volumes d’eau. Une fois celle-ci évaporée, laissez gonfler le quinoa à couvert, feu éteint, pendant 15 mn et réservez. Épluchez et dégermez les oignons, coupez-les en 4 et faites cuire dans une petite casserole d’eau salée à ébullition 4 à 5 mn. Rafraîchissez-les, puis réservez. Ouvrez le coeur de 4 artichauts en ôtant les premières feuilles au centre et les poils, tout en gardant les artichauts entiers. Épluchez les 4 autres artichauts pour ne garder que les coeurs, hachez ceux-ci aussi fin que possible, réservez. Mélangez le quinoa, les artichauts hachés, les lames d’oignon poché, le jus du citron, un filet d’huile d’olive, sel et poivre et le basilic haché. Placez ce mélange dans les artichauts évidés. Saupoudrez de baies roses et de basilic. Servez frais !

 

Soupe de navets au mélange Thaï
(mélange Thaï, poivre noir)

© Frédérique Barral pour Cook

Pour 4 pers. – Préparation : 20 mn – Cuisson : 40 mn – Difficulté :

  • 400 g de petits navets plats blancs
  • 200 g de pommes de terre
  • 50 g d’échalotes (2 échalotes environ)
  • 2 c. à s. d’huile d’olive douce
  • 600 g d’eau
  • 75 g de crème soja cuisine
  • 1 petite c. à c. rase de sel
  • Poivre noir Cook
  • 1 c. à c. rase du mélange Thaï Cook
  • 4 belles pincées de graines de chanvre

Pelez les navets, les pommes de terre et les échalotes. Coupez les navets et les pommes de terre en petits morceaux. Émincez les échalotes en lamelles. Faites revenir à feu doux les échalotes dans une casserole avec un filet d’huile d’olive. Dès qu’elles commencent à dorer, ajoutez les légumes coupés en dés et remuez 1 mn. Ajoutez le mélange Thaï et l’eau, le sel et 2 pincées de poivre noir. Couvrez et laissez mijoter 30 mn. Ajoutez ensuite la crème soja cuisine et mixez l’ensemble à l’aide d’un mixeur plongeant ou d’un blender pour obtenir un beau velouté homogène. Servez les veloutés dans de jolis bols et saupoudrez de graines de chanvre juste avant de servir.

Hachis parmentier par Sarah Juhasz

Hachis parmentier

  

Ingénieur en génie biologique de formation, Sarah est naturopathe et créatrice culinaire (en cuisine végétale à tendance crue). Elle se passionne pour la santé, le bien-être, l’alimentation, le sport, la nature, les voyages, et bien plus encore. Elle aime partager et le fait avec grand plaisir sur son blog www.pimpmegreen.com, en accord avec ses valeurs et sa pratique de la naturopathie. « Je n’ai pas de talent particulier, je suis juste passionnément curieux » est une phrase d’Albert Einstein qui lui correspond bien !

par Sarah Juhasz

Pour 2 à 3 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn + 1 h de marinade – Difficulté : 

Matériel : blender avec bras mélangeur

© Sarah Juhasz

Pour la purée :

  • 300 g de fleurs de chou-fleur
  • 200 g de panais pelé et coupé en morceaux
  • 30 g d’huile oméga 3
  • 20 g de levure alimentaire
  • 50 g de purée d’amande
  • 40 g d’eau
  • 30 g de moutarde
  • Sel, poivre
  • De la muscade en poudre (ou de la coriandre en poudre)

Pour le hachis :

  • 180 g de champignons de Paris
  • 30 g d’huile oméga 3
  • 30 g de sauce tamari
  • 1 à 2 c. à s. de romarin
  • 2 pincées de sel
  • Du poivre
  • Des épices
  • 60 g de noix de Grenoble

Préparez les champignons marinés : rincez-les et coupez-les en morceaux. Ajoutez l’huile, la sauce tamari, le romarin, les épices de votre choix, sel et poivre. Mélangez pour couvrir les champignons de marinade et laissez reposer pendant 45 mn à 1 h. Vous pouvez remuer de temps en temps pour bien les imprégner de marinade.

Préparez la purée en mixant l’ensemble des ingrédients dans le blender. Réservez. Une fois les champignons prêts, gardez-en quelques morceaux pour la décoration, puis mixez le reste grossièrement et rapidement avec les noix. Vous obtenez le hachis.

À l’aide d’un emporte-pièce, dressez les hachis parmentier : dans le fond, mettez la préparation aux noix et champignons, puis surmontez cette de purée de panais et chou-fleur. Décorez de champignons marinés et, éventuellement, d’herbes fraîches de votre choix. Dégustez !

Bon à savoir : Ce plat se déguste le jour même idéalement. Les restes peuvent éventuellement attendre le lendemain, mais, ensuite, les saveurs changent.

Salade crémeuse de carotte par Sarah Juhasz

Salade crémeuse de carotte

 

Pour 4 pers. – Bon marché Trempage : 1 nuit – Préparation : 15 à 20 mn – Difficulté :

© Sarah Juhasz

Matériel : robot équipé de la lame à râper les légumes + blender avec bras mélangeur

Pour la sauce :

  • 110 g de graines de tournesol décortiquées
  • 60 g de purée d’amandes
  • 20 g d’eau 30 g de sauce tamari
  • 200 g de chair d’orange
  • 1 oignon
  • 2 gousses d’ail
  • 1 bâton de citronnelle
  • 1 à 1,5 cm de gingembre frais
  • 60 g de jus de citron

Pour les légumes :

  • 220 g de carottes
  • 200 g de patate douce
  • 80 g de céleri branche
  • 20 g de persil frais

La veille au soir, mettez les graines de tournesol à tremper dans de l’eau pour les activer. Le lendemain, épluchez l’oignon et l’ail. Retirez les parties extérieures de la citronnelle (comme le poireau) et mixez l’ensemble des ingrédients de la sauce au blender. Pelez les carottes et les patates douces et râpez-les au robot. Émincez le céleri et le persil. Dans un saladier, versez les légumes, puis la sauce. Mélangez bien. Servez sur un lit de feuilles d’épinards à l’aide d’un emporte-pièce. Décorez de graines germées, puis dégustez !

Bon à savoir : Cette salade s’accorde très bien avec des tomates séchées à l’huile.

Ma bible de la naturopathie spéciale alimentation végétale crue

éco Livre

Ma bible de la naturopathie spéciale
alimentation végétale crue

de Sarah Juhasz

Baisse d’énergie, troubles du sommeil, problèmes de peau, prise de poids, stress… Adoptez une nouvelle hygiène de vie (respiration, sommeil, activité physique…), en mettant l’accent sur l’alimentation.

Pourquoi est-ce important d’avoir une grande part de cru dans son alimentation ? Quelles sont les catégories d’aliments à consommer crus et pourquoi ? Comment faire des graines germées, des légumes lacto-fermentés, des préparations déshydratées…? Bien d’autres questions encore trouveront réponse dans ces pages. L’univers de l’alimentation végétale crue n’aura alors plus de secret pour vous !

Au menu :
– Les bienfaits de la raw food : bien digérer, réduire l’inflammation, augmenter sa vitalité…
– L’alimentation vivante en cuisine : comment faire pour manger cru au quotidien ? Quelles techniques acquérir ? Quels ustensiles avoir en cuisine ? Quels ingrédients avoir dans ses placards ?…
– 3 programmes d’une semaine pour vous aider dans votre transition : antistress, détox, spécial enfants.
– 90 recettes crues pour toutes les occasions : tartare d’algues, crumble provençal, makis, crackers au nori, jus de légumes, laits végétaux, pâtés végétaux…
– Les techniques naturelles de la naturopathie : alimentation, psychologie, hydrologie, phytothérapie, aromathérapie…

Éditions Leduc.s – 492 pages – 24 €

Filets de poulet noir Bio Le Picoreur®

Filets de poulet noir Bio Le Picoreur®,
duo de blé et légumes de printemps

© Le Picoreur

Pour 2 pers. Préparation et cuisson : 40 à 45 mn Difficulté :

  • 2 filets de poulet noir Bio Le Picoreur®
  • 3 c. à s. d’huile d’olive
  • 60 g de blé
  • 4 carottes
  • 100 g de pois gourmands
  • 100 g de fèves fraîches
  • Sel et poivre du moulin

Dans une casserole d’eau bouillante salée, faites cuire blé selon le temps indiqué sur le paquet. Égouttez, ajoutez un filet d’huile d’olive et réservez. Rincez les pois gourmands, épluchez les carottes et coupez-les en 2 dans le sens de la longueur. Faites blanchir les pois gourmands pendant 5 mn ; faites cuire les carottes et les fèves dans l’eau bouillante salée pendant 20 à 25 mn. Égouttez-les et écossez les fèves. Faites-les revenir à la poêle dans un filet d’huile d’olive en mélangeant régulièrement pendant 5 mn. Salez et poivrez. Réservez. Dans cette même poêle, faites cuire les filets de poulet 5 à 8 mn sur chaque face selon l’épaisseur du morceau.

Bon à savoir : N’hésitez pas à ajouter un peu de jus d’orange sur le blé ou du 4 épices après cuisson pour une note parfumée.

Ail des ours

© Stock.adobe.com

Ail des ours

C’est une plante de sous-bois frais et ombragés, à fleurs blanches, de 20 à 50 cm de hauteur. Lorsque son feuillage est légèrement froissé, elle dégage une forte odeur – caractéristique – d’ail. C’est une plante sociale qui forme parfois de vastes colonies dans les sous-bois ou le long des ruisseaux. Les feuilles apparaissent en février-mars et les fleurs d’avril à juin. La période de la récolte se termine avec les premières fleurs.

Les composés soufrés précurseurs des arômes d’allium, les S-alk(en)yl cystéine sulfoxides, tels que l’alliine et l’allicine, sont des métabolites secondaires qui participent, avec les hétérosides, les dérivés phénoliques, les flavonoïdes et les tanins à la défense contre les herbivores et parasites (champignons, bactéries).

Il a été très utilisé en Europe et en Asie. On peut manger ses feuilles comme légume ou condiment, ainsi que son bulbe, mais il est assez coriace. Malgré la puissance de leur odeur, la saveur des feuilles est délicate, avec une note sucrée et agréablement piquante. Elles se consomment crues dans les salades, se préparent sous formes de pesto et soupe ou comme épice dans des salades, des tisanes. On peut également les cuire comme des épinards, les consommer sur des tartines avec du fromage blanc, du tofu ou encore dans du yaourt nature. On en fait enfin un beurre assaisonné pour les grillades.

Les boutons floraux sont également comestibles.

Source : Wikipédia

La saisonnalité de l’ail des ours par Gin Delac

La saisonnalité de l’ail des ours est
très courte et il faut vite en profiter !

 

© Caroline Villate

Depuis sa petite enfance, Virginie est passionnée de cuisine végétarienne. Diagnostiquée intolérante au gluten il y a 10 ans, et atteinte d’une maladie auto-immune, Virginie s’est alors tournée vers une cuisine hypotoxique pour gagner en énergie et en tonus. Elle est l’auteur du blog Dans la cuisine de Gin, où elle partage ses recettes gourmandes et montre que l’alimentation « bonne santé » peut être goûteuse et savoureuse. Elle anime aussi des ateliers culinaires et d’initiation à la cosmétique maison. 
Son blog : http://danslacuisinedegin.blogspot.fr dans_la_cuisine_de_gin DansLaCuisineDeGin

par Gin Delac

Vous pourrez déguster ce pesto de manière classique avec des pâtes, mais aussi en guise de tartinade, tout simplement étalé sur une tranche de pain.

Les arômes de l’ail des ours sont beaucoup plus puissants que ceux d’un pesto de basilic, mais beaucoup moins forts qu’avec de l’ail classique.

Assurez-vous tout de même de ne pas en manger avant un rendez-vous galant, car votre haleine en sera sans doute un peu affectée, mais c’est divin ! Les chefs étoilés l’ont bien compris et s’en sont épris depuis quelques années. De ce fait, cette plante est passée du statut de belle sauvage, toute simple, à la plante à la mode que l’on retrouve maintenant sur les étals des marchés et des primeurs.

L’ail des ours – ou ail sauvage – est utilisé depuis l’Antiquité pour ses nombreuses vertus médicinales. Il a des principes actifs identiques à ceux de l’ail commun, mais à des concentrations supérieures.

Cette plante est appelée Bärlauch (ail des ours) en allemand et daslook (ail des blaireaux) en néerlandais, en référence à une légende selon laquelle, après l’hibernation, ces animaux se mettraient en quête de ces feuilles pour se purger.

Pesto d’ail des ours par Gin Delac

Pesto d’ail des ours

 

© Gin Delac

Pour 1 bocal moyen – Assez bon marché – Préparation : 5 mn – Difficulté :

  • 200 g de feuilles d’ail des ours
  • 50 g de pignons de pin
  • 8 cl d’huile de chanvre (ou huile douce et neutre)
  • Sel, poivre

Lavez et essorez les feuilles d’ail des ours. Coupez les tiges trop épaisses. Dans une poêle, torréfiez les pignons de pin. Déposez les feuilles d’ail des ours, les pignons de pin grillés et l’huile dans le bol d’un blender. Mixez jusqu’à obtenir la texture désirée. Salez et poivrez à votre convenance. Mettez en bocal et gardez au frais pour quelques jours seulement. Dégustez plutôt cru, mais vous pouvez aussi le réchauffer au besoin, par exemple pour agrémenter des pâtes.

Croque tofu à l’ail des ours par Gin Delac

Croque tofu à l’ail des ours

 

© Gin Delac

Pour 2 croques – Bon marché – Préparation : 10 mn – Difficulté :

  • 4 tranches de pain plutôt de type campagne sans gluten
  • 4 c. à s. de pesto à l’ail des ours
  • 1 tomate
  • 1/2 bloc de tofu mariné
  • 2 tranches de fromage ou faumage à fondre
  • Quelques petites feuilles de chou kale
  • Un peu d’huile d’olive

Coupez les tranches de pain en 2. Badigeonnez- les d’un peu d’huile d’olive. Tartinez une face de chaque tranche de pain de pesto d’ail des ours. Coupez la tomate en fines tranches. Rincez les feuilles de chou kale. Coupez le tofu en 2 dans le sens de l’épaisseur. Assemblez les croques : sur tranche de pain tartinée de pesto, glissez 2 à 3 tranches de tomate, des feuilles de chou kale, une tranche de tofu mariné, une tranche de fromage et quelques feuilles de chou kale à nouveau. Fermez avec une autre tranche de pain au pesto, face tartinée contre la garniture. Faites de même avec le reste des ingrédients. Glissez au four quelques minutes ou dans une machine à croque-monsieur.

Salade de pommes de terre par Christine Spohn

Salade de pommes de terre
nouvelles à l’ail des ours

À 45 ans, Christine Spohn se passionne pour la cuisine et suit une formation au lycée hôtelier d’Illkirch, en Alsace, où elle obtient son CAP de cuisinier. À la recherche de « sens », elle devient formatrice en arts culinaires et utilise la cuisine comme support de rencontre, de partage, de créativité, de cohésion, d’éveil… dans le respect du vivant. Formée aux plantes sauvages comestibles auprès de l’ethnobotaniste François Couplan, elle se passionne pour la rencontre spirituelle avec la matière, le vivant et l’humain, et souhaite partager son enthousiasme pour une nourriture saine, équilibrée, créative et savoureuse. D’ailleurs, elle a ouvert des chambres d’hôtes dans une maison écologique à la campagne en Haute- Saône, où elle anime également des ateliers de cuisine. Pour la contacter : Tél. 06 33 52 75 28, mail : christine@les-gourmandises.bio.fr et son site : www.les-gourmandises-bio.fr

par Christine Spohn

© Christine Spohn

Pour 6 pers. – Bon marché – Préparation : 30 mn – Difficulté : 

  • 1 kg de pommes de terre nouvelles
  • 1 pot de 200 g de pesto d’ail des ours
  • Huile d’olive
  • Sel et poivre du moulin
  • Quelques feuilles d’ail des ours pour la décoration

Lavez et faites cuire les pommes de terre sans les éplucher. Une fois cuites, passez-les sous l’eau froide pour les refroidir. Coupez les pommes de terre en cubes (la taille qui vous inspire). Incorporez délicatement le pesto. Au besoin, rectifiez l’assaisonnement en ajoutant de l’huile d’olive, du sel et du poivre du moulin. Décorez avec des feuilles d’ail des ours ciselées et régalez-vous !

Prévenir les allergies printanières par Christine Calvet

Prévenir les allergies printanières
par l’alimentation

Formée à l’Institut Méditerranéen de Documentation, d’Enseignement et de Recherches sur les Plantes Médicinales de Montpellier (IMDERPLAM), Christine Calvet est une conseillère de santé spécialisée dans les techniques de soins naturels et de prévention. À l’issue de cette formation, elle a choisi d’approfondir ses connaissances en diététique et en phytonutrition, pour accompagner notamment des personnes intolérantes au gluten et au lait ainsi que d’autres souffrant de surpoids et de diabète. Son objectif est d’enseigner « l’art de se soigner et de manger autrement » par des méthodes naturelles de prévention santé et une nutrition choisie, synthèse des travaux des Prs Henri Joyeux et David Servan-Schreiber, des Drs Catherine Kousmine et Jean Seignalet et du naturopathe Daniel Kieffer. Elle est installée à Perpignan, où elle consulte et anime des ateliers culinaires. Christine Calvet est également auteur culinaire. Pour la contacter : 06 86 44 91 96 – calvet-christine@orange.fr Site web de son association : http://harmovie.baguenaudes.fr/ et son blog : www.saisonsdemets.fr

par Christine Calvet

© Stock.adobe.com

Mars et avril, si joliment fleuris, signent pour certains le retour des allergies saisonnières : nez qui pique, éternuements, gorge qui picote, irritation des yeux, démangeaisons… Comment atténuer, voire même éviter ces désagréments ? Par la prévention, car rien n’est plus efficace que de les prendre en amont ! Ainsi, il convient dès à présent de soigner son assiette afin de s’assurer de la bonne santé de son foie et de sa flore intestinale.

I/ Les symptômes des allergies printanières sont, en médecine chinoise, liés au foie

Organe majeur de la gestion des déchets de l’organisme, s’il est surchargé, le foie détruira imparfaitement l’histamine (neuromédiateur impliqué dans les phénomènes allergiques) produite en excès par le corps.

Notre foie adore la saveur amère, les verdures et les jus verts riches en chlorophylle : aussi, mangeons des salades composées de roquette, cresson, d’épinards, de pissenlits et autres jeunes pousses amères de printemps. Tous les choux, dont la teneur en vitamine C et en composés sulfurés leur confère une action détoxifiante, la betterave rouge, riche en bétaïne, et les aliments qui stimulent la production de glutathion – le foie est le plus important centre de stockage de glutathion, antioxydant essentiel qui permet à l’organisme de se débarrasser des toxines et polluants indésirables – lui sont également favorables. Certains condiments et épices participent aussi à sa bonne santé.

FOCUS SUR QUELQUES ALIMENTS BÉNÉFIQUES POUR LE FOIE :

> L’avocat et les noix, qui aident l’organisme à produire le glutathion. Les noix sont, en outre, une source d’oméga 3, principaux anti-inflammatoires.

> Tous les légumes de la famille allium : ail, oignon, échalote, ciboulette, poireau sont riches en soufre, nécessaire à la synthèse du glutathion.

> Les légumes crucifères : tous les choux (en particulier le brocoli), les radis, le raifort, les navets, le cresson, la roquette… sont riches en composés soufrés, mais également en glucosinolates, qui facilitent la production d’enzymes digestives.

> Les légumes-feuilles, tels que les épinards, la roquette, les feuilles de pissenlits, la chicorée, la laitue… agissent comme mécanisme protecteur du foie en favorisant la production et le flux de bile.

> Le pamplemousse : très bien pourvu en vitamine C, qui prévient la sécrétion de l’histamine, et en antioxydants, il contribue à la purification hépatique. Il contient également un composé flavonoïde, la naringénine, qui aide le foie à brûler les graisses plutôt qu’à les stocker.

> Le curcuma : anti-inflammatoire puissant, c’est l’un des aliments les plus efficaces pour maintenir le foie en bonne santé. Il a été démontré qu’il le protège activement et régénère même des cellules hépatiques endommagées. Il améliore également la production naturelle de bile et réduit l’engorgement des conduits hépatiques.

II/ Des probiotiques naturels pour régénérer la flore intestinale

Le stress chronique subi ou que nous nous imposons (sport intensif, par exemple), le stress issu de notre alimentation (aliments mal digérés, comme ceux contenant du gluten et du lactose) enflamment notre intestin et détériorent sa flore. Or, le tissu lymphoïde intestinal (tissu composé des cellules de défense de l’organisme) représente la plus grande masse lymphoïde de l’organisme, faisant de cet organe l’acteur-clé de l’immunité. Une flore en mauvais état favorise donc les allergies.

Au printemps, c’est le bon moment pour se régaler avec des probiotiques naturels que sont :

– le pollen cru (dit aussi pollen frais, conservé au congélateur) : en effet, il contient d’importantes doses de lactobacilles et bifidobactéries provenant des estomacs des abeilles, utiles pour la restauration de la flore intestinale.

– les légumes lacto-fermentés sont une bonne source de probiotiques variés, surtout si l’on intègre à ses menus différents types de légumes lacto-fermentés, qui contiennent des fibres, donc des prébiotiques, la nourriture des bonnes bactéries intestinales.

Tartare de gambas par Christine Calvet

E N   P R A T I Q U E   D A N S   L ’ A S S I E T T E

Tartare de gambas, pamplemousse
et avocat à la thaï,
crème au raifort

© Christine Calvet

Pour 4 pers. – Assez cher – Préparation 30 mn – Marinade : 20 mn – Difficulté :

  • 4 gambas fraîches
  • 2 c. à s. de jus de citron vert
  • 4 versées de cristaux d’huiles essentielles Thaï
  • 1 pamplemousse rose
  • 4 c. à s. d’huile d’olive bien fruitée
  • Fleur de sel de Camargue
  • 2 avocats bien mûrs
  • 4 c. à s. de crème épaisse de soja lacto-fermentée
  • 1 noisette de raifort (selon votre goût)
  • Graines germées

Épluchez le pamplemousse, séparez les quartiers et détaillez-les en cubes en récupérant le jus dans un bol. Décortiquez les gambas, débitez-les en petits morceaux, salez-les légèrement et mettez-les à macérer dans un mélange d’huile d’olive, de citron vert, du jus de pamplemousse, de cristaux d’huiles essentielles. Réservez au frais une vingtaine de minutes environ. Épluchez et dénoyautez les avocats, coupez-les en dés, puis mélangez-les délicatement aux cubes de pamplemousse. Salez légèrement et arrosez de la marinade après avoir prélevé et mis de côté 1 c. à s. de cette dernière. Fouettez la crème de soja avec la cuillère de marinade, puis incorporez le raifort. Dressez les verrines en déposant le mélange avocats-pamplemousse au fond, puis le tartare de gambas et, enfin, la crème au raifort. Décorez avec des graines germées.

Betterave et choucroute crues par Christine Calvet

Betterave et choucroute crues
à l’huile de cameline

© Christine Calvet

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn – Difficulté :

  • 250 g de choucroute crue
  • 1 betterave rouge crue
  • 2 échalotes
  • 1 c. à c. de graines de carvi
  • 1 c. à s. de graines de chia
  • Huile de cameline
  • Tamari
  • Estragon frais ciselé

Émincez finement les échalotes, pelez la betterave rouge et râpez-la. Ajoutez la choucroute et mélangez. Préparez une vinaigrette avec l’huile, le tamari et les graines de carvi. Assaisonnez la salade de cette vinaigrette, puis incorporez-y les graines de chia, parsemez d’estragon frais.

Terrine de carottes et navets fanes par Christine Calvet

Terrine de carottes et navets fanes
aux flageolets et au curcuma

© Christine Calvet

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn – Cuisson : 10 mn – Difficulté :

  • 150 g de carottes râpées
  • 150 g de navets fanes râpés
  • 1 tomate
  • 1 petit oignon
  • 1 gousse d’ail pelée, dégermée et écrasée
  • 200 g de flageolets cuits Huile d’olive
  • 2 g d’agar-agar
  • 1 c. à c. de curcuma frais râpé
  • Sel de Camargue au piment d’Espelette

Pelez et émincez l’oignon, et faites-le revenir avec la gousse d’ail écrasée dans un peu d’huile, sans le laisser colorer. Ajoutez la tomate coupée en petits morceaux, puis, lorsqu’elle est tendre, les légumes râpés, le curcuma et le sel. Dès que les légumes sont bien imprégnés des saveurs mais croquants, incorporez les flageolets et l’agar-agar. Mélangez bien et chauffez la préparation 2 mn. Répartissez-la dans des plats individuels, moulée dans un petit cercle, bien compactée.

Petites annonces

Si vous désirez passer une petite annonce

Agenda

Prés de chez vous

Trouvez l'actualité écologique de votre région ainsi que les magasins bio qui diffusent l'écolomag autour de chez vous

Partenaires

Suivez-nous
sur Facebook