Cuisine & Recettes

L’écolomag N°80

Novembre – Décembre 2020

Tourte forestière par Gin Delac

Tourte forestière

© Caroline Villate

Depuis sa petite enfance, Virginie est passionnée de cuisine végétarienne. Diagnostiquée intolérante au gluten il y a 10 ans, et atteinte d’une maladie auto-immune, Virginie s’est alors tournée vers une cuisine hypotoxique pour gagner en énergie et en tonus. Elle est l’auteur du blog Dans la cuisine de Gin, où elle partage ses recettes gourmandes et montre que l’alimentation « bonne santé » peut être goûteuse et savoureuse. Elle anime aussi des ateliers culinaires et d’initiation à la cosmétique maison. Son blog : http://danslacuisinedegin.blogspot.fr dans_la_cuisine_de_gin DansLaCuisineDeGin

par Gin Delac

© Gin Delac

Pour 6 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn – Cuisson : 30 mn – Difficulté :

  • 2 pâtes feuilletées
  • 500 g de champignons frais
  • 2 poignées de noix
  • 1 poignée de pignons de pin
  • 125 g de châtaignes cuites
  • 1 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • Huile d’olive
  • Sel, poivre
  • Un peu de lait végétal mélangé à une pincée de curcuma pour dorer la pâte

Préparez les champignons et faites-leur perdre leur eau dans une poêle. Pelez et dégermez l’oignon, et détaillez-le en lamelles. Pelez et dégermez l’ail. Dans une grande poêle (pour ma part un wok), faites chauffer un peu d’huile et faites revenir l’oignon. Ajoutez ensuite les champignons. Cuisez 8 à 10 mn en mélangeant souvent. Ajoutez l’ail écrasé, les noix et les pignons, poursuivez la cuisson 2 mn. Coupez le feu. Terminez avec les châtaignes. Salez et poivrez à votre convenance.

Préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Déroulez les pâtes. Elles doivent être à température ambiante, sinon elles vont se déchirer au moment du façonnage. Chemisez un moule ou une tourtière avec du papier sulfurisé (celui de la pâte feuilletée fera très bien l’affaire). Abaissez la première pâte au fond en faisant remonter les bords sur les côtés. Piquez-la légèrement avec une fourchette pour qu’elle ne gonfle pas trop à la cuisson. Versez le mélange de légumes. Tassez bien avec le dos de la fourchette. Étalez la seconde pâte sur le plan de travail et, à l’aide du moule, qui servira de gabarit, découpez un rond un peu plus large que le moule. Posez le disque de pâte sur la garniture et jointez la pâte à l’aide de vos doigts trempés dans l’eau. Décorez en entaillant la pâte avec la lame d’un couteau, puis faites un trou qui servira de cheminée (pour la vapeur). Fabriquez une cheminée avec un morceau de papier d’aluminium, par exemple, et insérez-la dans le trou pour la cuisson. Vous pouvez aussi décorez comme ici, avec des formes réalisées avec un emporte-pièce dans le reste de la pâte, que vous collerez avec un peu de lait végétal. Dorez la tourte à l’aide d’un pinceau et glissez au four pour 30 mn. Retirez la cheminée, démoulez ou pas et servez. Vous pouvez réaliser la tourte d’avance dans la journée. Vous aurez juste à la réchauffer à four doux avant le repas.

Forêt noire aux cranberries par Gin Delac

Forêt noire aux cranberries

© Gin Delac

Pour 8 pers. – Assez bon marché – Préparation : 40 mn – Repos : 24 h – Cuisson : 20 mn – Difficulté :

Pour les biscuits : Ingrédients secs

  • 200 g de farine de riz complet
  • 100 g de farine de châtaigne
  • 150 g de sucre (ou sucrant de votre choix)
  • 60 g de fécule de maïs
  • 60 g de poudre d’amande
  • 60 g de cacao en poudre
  • 10 g de levure en poudre
  • 2 c. à s. de psyllium
  • 1 c. à c. de bicarbonate

Ingrédients liquides :

  • 60 cl de lait végétal
  • 9 cl d’huile neutre
  • 2 cl de vinaigre de cidre

Pour le confit de cranberries :

  • 150 g de cranberries
  • Le jus d’1/2 citron
  • 20 cl d’eau
  • 50 g de sucre

Pour la crème « mascarpone » :

  • 600 g de yaourt au soja nature
  • 3 cl de lait de soja nature
  • 5 cl d’huile de coco désodorisée fondue
  • 150 g de sucre en poudre

Pour le sirop à puncher (pour imbiber les biscuits) :

  • Un peu de kirsch (facultatif)

Pour les plaques de chocolat :

  • 100 g de chocolat noir de couverture

Avant tout, le « mascarpone » végétal doit être prêt. Pour ceci, 24 h à l’avance, dans un pot à faisselle ou une passoire fine posée dans un saladier, tapissez celui-ci d’une étamine (ou de gaze). Versez le yaourt de soja. Recouvrez d’une autre étamine, puis posez un poids dessus (un petit saladier, par exemple) et mettez au frais 24 h environ à égoutter. Au bout de ce temps-là, dans un saladier, fouettez vivement ensemble l’huile de coco désodorisée fondue au bain-marie et le lait de soja (je le fais au blender, je verse ensuite le mélange dans un saladier). Ajoutez le yaourt égoutté et fouettez. Le mascarpone végétal est prêt. Puis ajoutez le sucre et fouettez de nouveau. La crème de fourrage est terminée. Gardez au frais.

Faites préchauffer le four à 180 °C (th. 6). Dans la cuve d’un robot pâtissier, mélangez tous les ingrédients secs du biscuit. Dans un bol, mélangez tous les ingrédients liquides du gâteau. Versez sur le mélange sec, en laissant tourner le robot plusieurs minutes, jusqu’à ce que l’appareil soit homogène.

Huilez 3 moules de 18/20 cm de diamètres et répartissez la pâte à parts égales (ou en 3 fois si vous n’avez qu’un seul moule). Glissez au four pour 12 à 15 mn environ. Les biscuits doivent être secs à coeur. Attendez qu’ils refroidissent pour démouler. Laissez refroidir sur une grille. Réservez.

Préparer les plaques de chocolat : Faites fondre le chocolat au bain-marie, puis versez-le au centre d’une feuille de papier sulfurisé que vous aurez étalée sur le plan de travail. Déposez une seconde feuille de papier cuisson par-dessus et étalez soigneusement le chocolat avec un rouleau à pâtisserie. Le chocolat ne doit pas déborder des feuilles. Laisser refroidir au moins 1 h dans un endroit frais (évitez le réfrigérateur, le chocolat pourrait blanchir). Retirez ensuite la feuille supérieure du papier cuisson et brisez le chocolat en longs morceaux. Réservez.

Préparez le confit de cranberries : Dans une casserole à feu moyen, faites cuire les cranberries avec le sucre, le jus de citron et l’eau pendant 5 à 7 mn. Les cranberries vont éclater à la cuisson et confire. Tamisez le confit au chinois et gardez d’un côté le sirop et, de l’autre, les cranberries cuites. Laissez refroidir et réservez.

Enfin, montez la forêt noire : Coupez le dessus des gâteaux si ces derniers ont trop monté de façon à obtenir de beaux disques. Posez le premier disque sur un plat et versez plusieurs c. à s. de sirop de cranberries additionné ou non de kirsch, pour bien imbiber le biscuit, puis nappez de crème. Parsemez de confit de cranberries. Posez le deuxième disque dessus et procédez à la même opération. Venez ensuite disposer le dernier disque de gâteau et recouvrez le tout de crème, y compris le pourtour. Réservez au frais. Décorer le gâteau en collant les longs morceaux de chocolat tout autour du gâteau, que vous finirez de fixer avec un joli ruban. Terminez la décoration de copeaux de chocolat, de cranberries… Réservez au frais en attendant la dégustation.

Blinis à la farine de châtaigne par Gin Delac

Blinis à la farine de châtaigne

© Gin Delac

Pour 12 blinis (Ø 10cm). – Bon marché – Préparation : 10 mn – Cuisson : 20 mn – Difficulté :

  • 2 yaourts au soja nature
  • 100 g de farine de riz
  • 50 g de farine de châtaigne
  • 2 c. à s. de fécule + 4 c. à s. d’eau
  • 10 cl de lait végétal nature
  • 1 c. à s. d’huile neutre
  • 1/2 sachet de levure chimique S
  • el et poivre

Dans un saladier, versez la fécule et les 4 c. à s. d’eau. Mélangez bien. Ajoutez les yaourts, l’huile et la levure. Mélangez de nouveau, puis versez les farines de riz et de châtaigne. Délayez avec le lait végétal. Salez et poivrez. Laissez reposer 1/2 h. Huilez une poêle posée sur feu moyen et versez une petite louche de pâte. Faites cuire 1 mn de chaque côté environ jusqu’à épuisement de la pâte. Les blinis doivent se décoller tout seuls de la poêle. Servez immédiatement ou réchauffez-les au four ou à la poêle. Ces blinis se gardent quelques jours au réfrigérateur et même se congèlent très bien. Idéal pour prendre de l’avance pour votre dîner !

Recettes proposées par Bio Planète

Recettes proposées par

Roses de légumes à l’huile de sésame grillé
Bio Planète

© Bio Planète

Pour 4 pers. – Préparation : 40 mn – Difficulté :

  • 1 pâte feuilletée
  • 2 courgettes
  • 2 panais
  • 2 navets
  • 250 g de yaourt nature
  • 2 c. à s. de crème fraîche (ou crème végétale)
  • 2 c. à s. d’huile de sésame grillé Bio Planète
  • 1 gousse d’ail
  • 4 c. à s. de graines de sésame

Préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Lavez les légumes, puis coupez-les en fines lamelles à l’aide d’un économe ou d’une mandoline. Blanchissez-les à l’eau bouillante. Égouttez et réservez. Déroulez la pâte et coupez 4 bandes de 4 cm de large (les plus longues possible). Dans un saladier, mélangez le yaourt, la crème fraîche ou végétale, l’huile de sésame grillé Bio Planète et l’ail dégermé et pressé. Tartinez les bandes de pâte de cet appareil uniquement jusqu’à mi-hauteur. Déposez les légumes par-dessus, en alternant. Repliez la pâte dans le sens de la longueur sur la préparation. Roulez les bandes. Beurrez ou chemisez les 4 moules à muffins. Déposez les rouleaux et parsemez-les de graines de sésame et d’un filet d’huile de sésame grillé Bio Planète. Enfournez 40 à 45 mn.

 

Légumes racines rôtis, grenade à l’huile
Olive & Truffe Bio Planète

© Bio Planète

Préparation : 15 mn – Cuisson : 45 mn – Difficulté :

  • 10 carottes (orange et violettes)
  • 4 navets avec fanes
  • 4 betteraves avec fanes
  • 1 gousse d’ail
  • 1 botte de sauge fraîche
  • 1 poignée de noisettes
  • 2 c. à s. de graines de sésame
  • 3 c. à s. d’huile Olive & Truffe Bio Planète
  • 1 grenade
  • Sel Poivre du moulin

Préchauffez le four à 200 °C (th. 6/7). Lavez à l’eau puis pelez les carottes, les navets et les betteraves en gardant les fanes. Coupez-les dans la longueur. Pelez, dégermez la gousse d’ail et hachez-la. Faites de même avec la sauge. Réservez. Placez les noisettes entières sur un plat allant au four (ou directement sur la plaque) et cuisez-les au four pendant 10 mn en les retournant de temps en temps. Concassez-les grossièrement au mortier. Dans un grand plat, mélangez les légumes, l’huile Olive & Truffe Bio Planète, le sel, le poivre et l’ail. Les légumes doivent être parfaitement enrobés. Recouvrez de papier sulfurisé une plaque de cuisson allant au four, puis disposez les légumes. Enfournez la plaque pendant environ 35 mn. Pendant ce temps, égrenez la grenade. Une fois cuits, recouvrez les légumes d’un filet d’huile Olive & Truffe Bio Planète. Saupoudrez de graines de sésame, sauge hachée, grains de grenade, noisettes concassées et poivre.

 

Muffins beurre de cacahuète
à l’huile de cacahuète grillée
Bio Planète

© Bio Planète

Pour 12 muffins – Préparation : 25 mn – Cuisson : 25 mn – Difficulté :

  • 125 g de cacahuètes non salées
  • Sel
  • 1 c. à c. de sirop d’agave
  • 1 à 2 c. à s. d’huile de cacahuète grillée Bio Planète
  • 200 g de farine de blé
  • 50 g de flocons d’avoine
  • 2 c. à c. de levure chimique
  • 100 ml de sirop d’érable
  • 100 ml de lait
  • 1 oeuf

Préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Torréfiez les cacahuètes dans une poêle antiadhésive sans matière grasse, laissez refroidir. Passez-les au robot avec un peu de sel et 1 c. à c. de sirop d’agave. Ajoutez l’huile de cacahuète grillée Bio Planète en laissant le robot tourner jusqu’à obtenir un mélange crémeux. Le beurre de cacahuète est prêt. Mélangez la farine, les flocons d’avoine, la levure chimique et du sel. Dans un deuxième saladier, mélangez au fouet le beurre de cacahuète, le sirop d’érable, le lait, l’oeuf jusqu’à obtenir une consistance lisse. Incorporez le mélange précédent petit à petit, tout en mélangeant. Versez la pâte dans les moules à muffins préalablement graissés et enfournez 20 à 25 mn.

Sardines farcies par Amandine Geers et Olivier Degorce

Sardines farcies aux
herbes et au cumin

© Olivier Degorce

Auteurs de livres de cuisine bio, chroniqueurs en écologie, Amandine et Olivier ont créé, il y a maintenant 19 ans, What’s for dinner, une association engagée, privilégiant les échanges sur les questions d’alimentation et d’écologie. Pour découvrir les programmes et les dates des prochains ateliers de cuisine bio d’Amandine, rendez-vous sur :
whats-for-dinner.info et  Amandine Geers.

Par Amandine Geers et Olivier Degorce

Recette extraite du livre
Je cuisine à la vapeur douce et à l’étouffée
Cuisson santé, saveurs préservées
d’Amandine Geers et Olivier Degorce
Éditions Terre vivante – 120 pages – 12 €

Tous les bienfaits de la cuisson douce expliqués en 120 pages !
Au cuit-vapeur, à l’étouffée, au bain-marie ou à l’eau : ces modes de cuisson préservent les nutriments. De l’entrée au dessert, en passant par les pains, les 40 recettes déclinent les saveurs et donnent des astuces pour gagner du temps.

© Olivier Degorce

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn – Cuisson : 10 mn – Difficulté :

  • 8 sardines de belle taille, vidées
  • 1 citron

Pour la farce :

  • 2 gousses d’ail
  • 1 oignon
  • 4 c. à s. d’herbes fraîches (persil, coriandre, ciboulette)
  • 1/2 c. à c. de cumin en poudre
  • 1 pointe de piment
  • 2 c. à s. de graines concassées (noisettes, amandes, courge)
  • 4 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel et poivre

Rincez et séchez les sardines. Pelez l’ail et l’oignon. Lavez les herbes fraîches. Hachez tous les ingrédients de la farce au robot ou au couteau. Ajoutez une cuillerée de farce dans chaque sardine et repliez les filets l’un contre l’autre. Faites chauffer 50 cl d’eau dans la partie basse du cuit-vapeur. Disposez les sardines bien serrées les unes à côté des autres dans le panier vapeur et baissez le feu. Comptez 10 mn de cuisson à couvert. Servez chaud avec un quartier de citron.

Macarons de champignons par Lina Charlot

Macarons de champignons

Chargée d’enseignement en cuisine gastronomique végétarienne, Lina possède une forte expérience dans le domaine des métiers de bouche et de la diététique. Depuis 30 ans, elle organise également des stages et des cours de cuisine diététique et bio sur près de 100 thèmes différents ! Renseignez-vous : 09 63 27 41 89 ou 06 89 43 11 08 – biolina@orange.fr

par Lina Charlot

© DR

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 30 mn – Difficulté :

  • 24 petits champignons de Paris ou 24 gros champignons (personnellement, je préfère les bruns, plus parfumés)
  • 100 g ou 150 g de fromage de chèvre frais bien égoutté
  • 1/2 citron
  • 2 échalotes râpées
  • 50 g de noix ou de noisettes grillées et mixées
  • 1 c. à s. de tamari
  • 4 branches de persil émincées
  • Sel
  • Un peu de crème soja si la préparation est trop ferme

Essuyez les champignons (ne jamais les laver ; très frais, je ne les épluche pas) et équeutez-les. Écrasez le fromage et ajoutez tous les autres ingrédients, dont le zeste du 1/2 citron. Avec une poche à douille, remplissez de la préparation la moitié des champignons. Recouvrez de l’autre moitié. Coupez légèrement la base des chapeaux pour que les champignons soient stables. (Pour les végans, remplacez le fromage par un tofu parfumé, de votre choix, et mixé). Vous pouvez aussi faire tremper de petits raisins de Smyrne dans un porto ou un vin cuit durant 12 h et les ajouter à la préparation. Pour une entrée, disposez 3 macarons sur un lit de salade assaisonnée avec jus de citron, sel et huile de noisette. Pensez à cette recette pour les fêtes !

Mendiants au chocolat noir par Aurélie Toulis

Mendiants au chocolat noir

Passionnée de cuisine saine, Aurélie partage sur son blog des recettes simples et originales. Elle revisite aussi les recettes classiques pour créer la version healthy afin de varier les saveurs. Elle est également thérapeute holistique, réflexologue, conférencière et consultante en alimentation saine. Pour découvrir toute son actualité, le programme et les dates des prochaines formations sur l’alimentation saine, rendez-vous sur son blog : www.aurelietoulis.fr ou Aurélie Toulis Santé & Bien Être

par Aurélie Toulis

© Aurélie Toulis

Pour environ 20 mendiants – Bon marché – Préparation : 10 mn – Difficulté :

  • 200 g de chocolat noir à pâtisser de bonne qualité
  • 1 c. à s. de purée de noisettes
  • Quelques raisins secs et quelques noix de cajou

Faites fondre le chocolat au bain-marie. Ajoutez la purée de noisettes, mélangez afin d’obtenir une préparation homogène. Versez le chocolat dans des petits moules et attendez quelques instants avant de répartir les raisins secs et les noix de cajou sur le chocolat. Laissez cristalliser à température ambiante et décollez délicatement une fois le chocolat bien durci. Bonne dégustation !

 

 

Avec l’aronia, pigmentez votre vie !

Avec l’aronia,
pigmentez votre vie !

Un jeu de mots facile mais ô combien réaliste. En effet, depuis de nombreuses années, les pigments contenus dans notre alimentation sont reconnus, étudiés et conseillés pour leurs vertus antioxydantes, mais également pour leur action particulièrement favorable au système cardio-vasculaire. Dans le peloton de tête, on connaît bien la myrtille, le cassis ou d’autres superfruits, tels la baie de goji ou l’açaï. Et pourtant, c’est dans une baie noire poussant avec une facilité déconcertante sous nos latitudes que l’on trouve la plus grande concentration d’anthocyanes, ces molécules rouges, bleues ou violettes qui colorent certains végétaux.

 

L’aronia, robuste et local

Originaire d’Amérique du Nord, à la frontière entre les États-Unis et le Canada, l’aronia s’est implanté en Europe grâce aux travaux d’un botaniste russe, Ivan Vladimirovitch Mitchourine, qui a été fasciné par la résistance exceptionnelle de cet arbuste face aux rudes conditions climatiques de son pays. De Russie, l’aronia a été progressivement cultivé en Europe de l’Est, puis en Allemagne. Il est totalement adapté à nos climats et on le trouve en France proposé dans les pépinières comme arbuste fruitier ou d’ornement. Il est tombé en désuétude après la chute du mur de Berlin, mais c’est grâce à une entreprise allemande, Aronia Original, que les baies d’aronia parviennent enfin à se faire connaître en Europe sous différentes formes : séchées, jus, poudre de fruits, confitures. En France, le partenariat entre Aronia Original et Écoidées a pris forme il y a plus de 10 ans et a également participé à la découverte de ce petit fruit, désormais disponible en magasins biologiques. Récemment, la popularité des baies d’aronia a connu une croissance soudaine, ainsi que les connaissances sur leurs propriétés exceptionnelles, confirmées par de nombreuses études.

 

© Aronia Original

Jörg Holzmüller, un pionnier de la culture de l’aronia en Europe.

 

Les anthocyanes pour votre coeur

Les anthocyanes font partie des antioxydants majeurs de l’alimentation humaine. Les recommandations en santé naturelle sont unanimes : mangez des fruits et des légumes colorés ! Les couleurs tant recherchées dans les végétaux sont dues à la présence de molécules protectrices, dont font partie ces fameuses anthocyanes que la baie d’aronia concentre en des quantités dépassant – de loin – bon nombre d’autres baies et de petits fruits.

En quoi ces anthocyanes sont-elles si précieuses ? Tout d’abord, elles agissent contre le vieillissement cellulaire en luttant contre les radicaux libres ; les études confirmant leur action antioxydante sont unanimes. Ne nous arrêtons pas en si bon chemin : les anthocyanes améliorent la santé des artères par un procédé bien connu de régulation du monoxyde d’azote, qui intervient directement dans la préservation de la paroi interne des vaisseaux sanguins et la vasorelaxation. Les anthocyanes luttent également contre l’hypertension artérielle et sont par conséquent définitivement identifiées comme étant des composés vasculo- et cardio-protecteurs. Qu’on se le dise : l’aronia est en haut du podium ! Sa teneur en anthocyanes est en moyenne 2,5 fois plus élevée que celle des myrtilles, 5 fois plus que les cranberries, 15 fois celle des framboises et 30 fois celle du vin rouge (en mg par 100 g de denrée alimentaire, d’après l’étude Clifford 2000, Eder 2000, Timberlake, Henry, 1988).

© Aronia Original

© Aronia Original

© Aronia Original

 

Consommer l’aronia… et le planter dans son jardin !

Les baies d’aronia se consomment telles quelles ou mélangées à d’autres fruits secs. Elles se prêtent parfaitement à la réalisation de smoothies, d’une couleur violette caractéristique, tout comme la poudre d’aronia, qui peut aussi s’utiliser de multiples façons en pâtisserie. Le jus, pur ou mélangé, est adapté à une consommation quotidienne pratique. L’aronia est un arbuste de culture facile. Plantez- le dans votre jardin si vous en avez la possibilité et profitez-en pour faire aussi de ses fruits des tartes ou des confitures. Consommer l’aronia… et le planter dans son jardin ! Les baies d’aronia se consomment telles quelles ou mélangées à d’autres fruits secs. Elles se prêtent parfaitement à la réalisation de smoothies, d’une couleur violette caractéristique, tout comme la poudre d’aronia, qui peut aussi s’utiliser de multiples façons en pâtisserie. Le jus, pur ou mélangé, est adapté à une consommation quotidienne pratique. L’aronia est un arbuste de culture facile. Plantez- le dans votre jardin si vous en avez la possibilité et profitez-en pour faire aussi de ses fruits des tartes ou des confitures.

© Aronia Original

 

Violette et végane :

© Écoidées

la meringue à l’aronia

Pour une vingtaine de petites meringues rondes (ø 3,5 cm environ) Préparation : 15 mn Cuisson : 1 h 15 Difficulté :

  • 100 g d’aquafaba (eau de pois chiches en bocal)
  • 140 g de sucre de canne roux
  • 1 c. à c. de poudre d’aronia
  • 1/2 c. à c. de jus de citron

Dans un robot mixeur, montez l’aquafaba en neige (comme des blancs d’oeufs) avec le jus de citron. Lorsque la préparation bien blanche et ferme, ajoutez, en 3 étapes, le sucre de canne roux, ainsi que l’aronia. Une fois la meringue très ferme, arrêtez le robot et placez le contenu dans une poche à douille. Formez les meringues et enfournez-les à 100 °C, pendant 1 h 15.

Crackers aux tomates séchées par Marie Lossy

Crackers
aux tomates séchées

 

Passionnée de cuisine et auteur du blog Allergique Gourmand, Marie a changé totalement sa façon de cuisiner suite à la découverte de multiples allergies alimentaires chez son fils. Elle a fait de la diversification et du plaisir des papilles son credo, malgré ce régime d’éviction. Prouver que l’on peut se faire plaisir en mangeant « sans » et « sain », c’est ce qu’elle partage sur son blog. Elle est également consultante en alimentation pour allergiques et intolérants alimentaires.
Son blog : http://allergiquegourmand.over-blog.com/   allergique_gourmand  AllergiqueGourmand

par Marie Lossy

Pour une vingtaine de crackers – Assez bon marché – Préparation : 15 mn – Repos : 1 h – Cuisson : 50 à 60 mn – Difficulté :

© Marie Lossy

Ustensiles : un bol un saladier du film étirable du papier cuisson une plaque à pâtisserie

  • 50 g de farine de quinoa
  • 50 g de farine de riz complet
  • 30 ml d’huile d’olive
  • 45 ml d’eau
  • 1/4 de c. à c. de bicarbonate
  • 1/4 de c. à c. de sel
  • Piment d’Espelette
  • 25 g de tomates séchées
  • Du romarin
  • De la fleur de sel

Faites tremper les tomates séchées dans un bol d’eau chaude. Dans un saladier, mélangez les farines, le bicarbonate, le sel et le piment d’Espelette. Séchez les tomates. Détaillez-les finement et ajoutez-les au mélange farines – sel – bicarbonate. Versez l’huile et l’eau. Mélangez. Formez une boule, couvrez d’un film étirable et placez au réfrigérateur 1 h. Préchauffez le four à 190 °C (th. 6/7). Couvrez la plaque de papier cuisson. Sortez la pâte et étalez-la sur le papier cuisson sur 1 mm d’épaisseur. À l’aide d’un couteau, formez plusieurs carrés. Dispersez du romarin séché et de la fleur de sel sur le dessus. Enfournez pour 12 mn. Sortez la plaque et laissez refroidir.

Tarte aux pommes par Marie Lossy

Tarte aux pommes à la crème
de sarrasin-cannelle

© Marie Lossy

Pour 6 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn – Cuisson : 40 à 45 mn – Difficulté :

Pour la pâte :

  • 120 g de farine de sarrasin
  • 80 g de farine de riz complète
  • 40 g de sucre de fleur de coco
  • 80 g de margarine végétale
  • 50 g de compote de pommes non sucrée
  • 20 à 30 ml d’eau

Pour la garniture :

  • 4 à 5 pommes Gala
  • 300 ml de crème de sarrasin
  • 3 c. à s. rase de fécule de maïs
  • 30 g de sucre non raffiné
  • 2 c. à c. de cannelle + 1

Préparez la pâte : mettez tous les ingrédients dans un saladier. Malaxez avec les doigts. (La pâte colle un peu. Vous pouvez soit fariner vos mains, soit les mouiller un peu.) La pâte doit être bien homogène. Formez une boule. Placez du papier cuisson sur le plan de travail. Mettez la pâte en son centre. Couvrez avec du film étirable et aplatissez au rouleau pâtissier. Formez un rond de la taille du moule + les bords. Déposez la pâte avec le papier cuisson dans un moule à tarte. Réservez.

Préparez les pommes et l’appareil : lavez les pommes. Coupez-les en 4 et épépinez-les. Coupez-les en quartiers et détaillez-les en fines tranches. Déposez-les sur la pâte en les espaçant très peu. Renouvelez l’opération jusqu’à remplir le moule. Laissez libre cours à votre imagination, vous pouvez disposer les lamelles de pomme de façon désordonnée sur la pâte. Saupoudrez avec 1 c. à c. de cannelle. Préchauffez le four à 180 °C (th. 6), chaleur tournante. Dans un saladier, mettez le sucre, la cannelle, la fécule de maïs. Versez peu à peu la crème de sarrasin, tout en fouettant la préparation pour éviter les grumeaux. Elle doit être fluide. Versez sur les pommes. Enfournez pour 40 à 45 mn en fonction du four. Sortez la tarte. Laissez refroidir avant de la démouler.

 

Distillerie du Champsaur

Distillerie du Champsaur
Une gamme de spiritueux certifiée bio

© Gayral

avec la mention Nature & Progrès

Avec l’achat d’un deuxième alambic (voir photo), la distillerie du Champsaur a pu agrandir la production et ainsi créé une plus large gamme de spiritueux.

C’est grâce à une sélection rigoureuse de fruits et de plantes, dont certains sont issus de cueillettes sauvages, que sont préparés les eaux-de-vie, liqueurs, crèmes et vinaigres (pomme, poire, genièvre, génépi, mélèze, foin…).

La connaissance des fruits et des plantes, la transformation en suivant toutes les étapes et la distillation, le meilleur dosage en sucre pour un équilibre harmonieux des liqueurs : c’est par cette méthode que les arômes les plus subtils sont obtenus.

Des alcools de qualité permettent d’élaborer des liqueurs et des eaux-de-vie au goût si parfumé. La fabrication de liqueurs est un art car, à partir d’une formule type, un liquoriste habile saura toujours apporter des modifications de nature à les adapter au goût du jour et aux exigences locales.

Vous pouvez retrouver les
spiritueux sur le site Internet :
www.gayralreynier.fr

Pour les fêtes, mitonnez de bons petits plats avec Aromandise

Pour les fêtes, mitonnez de bons petits
plats pleins de couleurs et de saveurs !

Pas besoin de se mettre en quatre, il suffit d’ajouter la touche AROMANDISE pour un résultat simple et original.

 

A P É R I T I F

Saint-Jacques sur purée de
châtaignes et petits fours
chèvre Ronde de Thyms

©Aromandise

Pour 4 pers. – Préparation : 15 mn – Cuisson : 20 mn – Difficulté : 

Pour les verrines de Saint-Jacques :

  • 6 noix de Saint-Jacques
  • 300 g de châtaignes décortiquées
  • 30 ml de lait
  • 100 g de beurre + un peu pour poêler
  • Sel Cristaux d’Huiles Essentielles Baies Roses

Pour les Saint-Jacques sur purée de châtaignes : Dans une casserole, déposez les châtaignes décortiquées et versez le lait. Couvrez et laissez cuire 30 mn à feu moyen avec 50 g de beurre. Surveillez régulièrement. Une fois le lait absorbé, mixez la préparation en y ajoutant le reste du beurre, avec le sel et les Cristaux d’Huiles Essentielles Baies Roses. Réservez. Dans une poêle, dorez les Saint-Jacques 1 mn de chaque côté dans une noix de beurre à feu vif. Dressez sur une jolie assiette en disposant des noix de purée de châtaignes, puis les Saint-Jacques par-dessus.

©Aromandise

Pour les tartines au chèvre :

  • 4 tranches de pain complet
  • Du miel
  • 1 bûche de chèvre
  • Cristaux d’Huiles Essentielles Ronde de Thyms

Pour les tartines au chèvre : Coupez de belles tranches de bûche de chèvre. Placez le pain sur une grille de four recouverte de papier cuisson, puis répartissez un filet de miel sur le pain. Ajoutez les tranches de chèvre, puis enfournez pendant 10 mn à 180 °C (th. 6). À la sortie du four, saupoudrez de quelques versées de Cristaux d’Huiles Essentielles Ronde de Thyms (plus ou moins selon les goûts). Dégustez !

 

D E S S E R T

Truffes de chocolat noir
parfumées aux fleurs

©Aromandise

Pour 6 pers. – Préparation : 30 mn – Cuisson : 15 mn – Repos : 7 h – Difficulté :

Pour la ganache :

  • 300 g de chocolat pâtissier
  • 20 g de beurre
  • 10 cl de crème fraîche épaisse

Pour le glaçage :

  • Cristaux d’Huiles Essentielles de Géranium, Lavandin, Ylang
  • 50 g de chocolat noir
  • 10 cl de lait

Pour le glaçage :

  • Fleurs à Croquer Hibiscus, Lavande, Boutons de Rose
  • Cacao en poudre non sucré

La ganache : Faites fondre le chocolat au bain-marie à feu doux. Ajoutez 1 c. à s. d’eau pour éviter qu’il ne brûle. Dans une casserole à part, portez la crème fraîche à ébullition, puis sortez-la du feu. Dans un bol, mélangez le chocolat fondu, la crème fraîche et le beurre. La ganache doit être lisse et homogène. Placez au réfrigérateur pendant au moins 6 h. Sortez la ganache du frigo, puis « réchauffez » la préparation en remuant à la cuillère, de manière à ce qu’elle soit souple. Faites des boulettes de tailles similaires et réservez-les dans une assiette.

Le glaçage : Faites fondre le chocolat au bain-marie à feu doux avec le lait. Une fois fondu et lisse, placez un fond de chocolat dans 3 récipients distincts qui vous permettront de tremper les boulettes (des verres, par exemple). Versez des Cristaux d’Huiles Essentielles dans chacun afin d’obtenir un glaçage Géranium, un glaçage Lavandin et un glaçage Ylang et mélangez délicatement. NB : les Cristaux sont à doser selon les goûts ! Décoration : Mettez une pincée de cacao sur les truffes avec les Fleurs à Croquer pour différencier les saveurs ! Puis placez au réfrigérateur 1 h environ. Dégustez !

 

B O I S S O N

©Aromandise

Vin chaud

Pour 1 pers. – Préparation : 5 mn – Infusion : 5 à 10 mn – Difficulté : 

  • 20 cl de vin rouge
  • 1 c. à c. de Fleurs d’Épices Vin Chaud

Pour 1 tasse, faites chauffer 20 cl de vin rouge. Éteignez le feu, versez 1 c. à c. rase de Fleurs d’Épices Vin Chaud (ou plus selon les goûts), puis mélangez. Laissez infuser 5 à 10 mn, puis servez

« Crûtons » à la spiruline par Croc’ la Vie

« Crûtons » à la spiruline

Ce sont deux passionnées qui partagent leurs expériences à travers des ateliers, des stages, des livres, des vidéos, une newsletter… Des recettes et des conseils de saison pour vivre en harmonie avec la nature et se soigner naturellement. Elles puisent leurs inspirations dans leur pratique quotidienne et leurs expérimentations personnelles. Loin de tout dogme, Croc’ la Vie propose avant tout une nourriture simple, saine, créative et délicieuse. www.croclavie.org

par Croc’ la Vie

Très ancienne, la spiruline n’est pas une algue mais une cyanobactérie – un organisme procaryote (sans noyau). Elle nourrit des populations entières depuis la nuit des temps ! Très riche en protéines, vitamines et minéraux, la spiruline est un aliment aux multiples vertus, qui s’intègre volontiers à diverses préparations, qu’elles soient de saveur sucrée ou salée. Elle contient en moyenne 60 % de protéines végétales (51 à 71 % selon le stade physiologique et la période de récolte), pour une digestibilité de 90 % chez l’homme. Elle renferme également des vitamines : A, E, D, B1, B2, B3, B6, B7, B8, K et du bêta-carotène. La spiruline est aussi constituée de minéraux et d’oligo-éléments : calcium, phosphore, magnésium, fer, zinc, cuivre, manganèse, chrome, sodium, potassium et sélénium. Elle est enfin pourvue en acides gras essentiels : oméga 6, acide gamma-linolénique.

© Croc’ la Vie

Pour 2 plateaux de déshydrateur – Bon marché – Trempage : 1 nuit – Préparation : 10 mn – Déshydratation : 16 à 18 h – Difficulté :

  • 400 g graines de tournesol (trempées 1 nuit)
  • 100 graines de sarrasin (trempées également 1 nuit)
  • 1 c. à c. de cumin en poudre
  • 1/2 c. à c. de muscade
  • 1 oignon et de la poudre d’ail
  • 4 à 5 c. à c. spiruline en poudre
  • Jus d’1 citron et d’1 orange
  • 50 ml de tamari

Mixez 200 g de graines de tournesol avec tous les ingrédients (sauf les graines de sarrasin) jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Hachez finement au couteau les 200 g de graines tournesol restantes et les graines de sarrasin. Mélangez le tout dans un saladier. Étalez sur les plateaux du déshydrateur sur une épaisseur de 1 à 2 cm environ. Coupez des cubes. Déshydratez jusqu’à ce qu’ils soient entièrement secs, entre 16 et 18 h.

Salade trop chou par Croc’ la Vie

Salade trop chou

Le chou est un légume vraiment « trop chou ». Les choux, ou plus largement les légumes de la famille des brassicacées – ou crucifères –, sont gorgés de vitamines (A, B, C, E et K). La liste de leurs vertus est très très longue. Ils offriraient plus de 80 propriétés médicinales… Le chou vert, que l’on retrouve dans cette recette, est particulièrement nutritif, idéal pour nourrir nos articulations… Les feuilles s’appliquent aussi en usage externe en cataplasme pour soigner de nombreux maux, des affections des voies respiratoires aux lésions dermatologiques, en passant par les douleurs articulaires, les troubles digestifs…

© Croc’ la Vie

Pour 2 pers. – Bon marché – Préparation : 5 à 10 mn – Difficulté :

  • 1 petit chou vert
  • 1 belle poire juteuse ou 1 pomme ferme
  • 1 belle poignée de jeunes pousses de cresson (ou de graines germées d’alfalfa ou celles de votre choix)
  • Quelques raisins secs
  • Feuilles de persil
  • Assaisonnement de votre choix (dans cette recette, nous avons mélangé huile de sésame et jus de citron)
  • Gomasio aux algues (maison si possible)
  • Poivre

Émincez finement le chou vert dans un saladier. Coupez la poire (ou la pomme) en cubes. Ajoutez-la au chou, ainsi que le reste des ingrédients et l’assaisonnement. Et voilà une recette simple et rapide à préparer pour le déjeuner.

Bouchées d’énergie par La Mandorle

Bouchées d’énergie

© La Mandorle

Pour 12 bouchées – Préparation : 10 mn – Difficulté : 

  • 10 petites dattes
  • 3 c. à c. rase de Lait d’Amande Oméga La Mandorle
  • 75 g d’amandes
  • 75 g de cranberries
  • Une poignée de mélange de graines

Dans un mixeur, placez tous les ingrédients, hormis le mélange de graines. Mixez pendant 30 s. À l’aide d’une cuillère à café, prélevez de la pâte et formez une petite boule. Répétez l’opération pour les autres bouchées, puis enroulez-les dans le mélange de graines. Placez au réfrigérateur.

Découvrez plus de recettes sur www.lamandorle.com

Recettes proposées par Food4Good

Recettes proposées par

Noix de Saint-Jacques MSC,
sauce cajou et thé matcha,
« choucroute » de radis noir

© Food4Good

Pour 4 pers. – Décongélation : 1 nuit – Préparation : 20 mn – Cuisson : 20 mn – Difficulté :

  • 16 noix de Saint-Jacques MSC Food4Good
  • 100 g de noix de cajou
  • 2 c. à s. d’huile de coco
  • 20 cl d’eau
  • 1 c. à c. de poudre de thé matcha
  • 1 c. à c. de sésame noir
  • 2 radis noir longs de taille moyenne
  • 1 verre de vin blanc sec
  • Une trentaine de baies de goji
  • Huile d’olive
  • Sel et poivre

La veille, disposez les noix de Saint-Jacques dans le réfrigérateur pour les faire décongeler. Dans un bol, réhydratez les baies de goji en les plongeant dans un peu d’eau chaude. Retirez les extrémités des radis noirs. Lavez-les soigneusement à l’eau claire, puis râpez-les avec une râpe à gros trous. Faites chauffer un filet d’huile d’olive dans une poêle ou une sauteuse et faites revenir les radis noirs pendant quelques minutes après avoir légèrement salé et poivré. Ajoutez le verre de vin blanc, puis laissez mijoter jusqu’à complète évaporation pendant une vingtaine de minutes.

Réalisez la sauce : mixez les noix de cajou avec l’huile de coco, l’eau et le thé matcha jusqu’à l’obtention d’une sauce lisse. Ajoutez ensuite les graines de sésame noir. Salez et poivrez pour finir. Dans une poêle bien chaude, chauffez à nouveau un filet d’huile et faites dorer les Saint-Jacques de chaque côté sur feu vif. Servez-les dans des assiettes de service accompagnées de sauce cajou matcha, de choucroute de radis noir. Décorez avec quelques baies de goji.

 

Noix de Saint-Jacques MSC laquées,
miso blanc et algues nori

© Food4Good

Pour 4 pers. – Décongélation : 1 nuit – Préparation : 20 mn – Cuisson : 20 mn – Difficulté :

  • 20 noix de Saint-Jacques MSC Food4Good
  • 2 c. à s. de miso blanc
  • 1 c. à s. de sucre de canne
  • 300 g de riz noir
  • 1 verre de vin blanc sec
  • 85 cl de bouillon de légumes
  • 1 poignée de noisettes torréfiées et concassées
  • Huile de sésame
  • 1/2 feuille d’algue nori
  • Sel et poivre

La veille, disposez les noix de Saint-Jacques au réfrigérateur pour les faire décongeler. Dans une casserole, versez un filet d’huile. Déposez le riz et faites revenir 1 mn en remuant avec une cuillère en bois. Ajoutez le bouillon de légumes et le vin blanc. Laissez cuire jusqu’à évaporation de l’eau. Remuez de temps en temps. Salez et poivrez. Maintenez au chaud. Formez des petites paillettes avec la feuille de nori en la découpant en petits morceaux à l’aide de ciseaux de cuisine. Dans une petite casserole, déposez le miso blanc et le sucre complet. Ajoutez 10 cl d’eau. Chauffez à petit feu en mélangeant régulièrement le tout jusqu’à l’obtention d’une sauce lisse et sirupeuse. Retirez du feu et maintenez au chaud en couvrant. Dans une poêle, faites chauffer à feu vif un filet d’huile de sésame. Faites dorer les Saint-Jacques pendant 3 mn, en les retournant à mi-cuisson. Dans chaque assiette, déposez une portion de riz noir. Décorez de noisettes concassées et de paillettes d‘algue. Répartissez les noix de Saint-Jacques. Laquez-les avec la sauce réservée en l’appliquant délicatement à l’aide d’une cuillère ou un pinceau. Servez aussitôt.

Si la soupe m’était contée… par Christine Calvet

Si la soupe m’était contée…

Formée à l’Institut Méditerranéen de Documentation, d’Enseignement et de Recherches sur les Plantes Médicinales de Montpellier (IMDERPLAM), Christine Calvet est une conseillère en santé spécialisée dans les techniques de soins naturels et de prévention. À l’issue de cette formation, elle a choisi d’approfondir ses connaissances en diététique et en phytonutrition, pour accompagner notamment des personnes intolérantes au gluten et au lait de vache, ainsi que d’autres souffrant de surpoids et de diabète. Son objectif est d’enseigner « l’art de se soigner et de manger autrement » par des méthodes naturelles de prévention santé et une nutrition choisie, synthèse des travaux des Prs Henri Joyeux et David Servan-Schreiber, des Drs Catherine Kousmine et Jean Seignalet et du naturopathe Daniel Kieffer. Elle est installée à Perpignan, où elle consulte et anime des ateliers culinaires. Christine Calvet est également autrice culinaire.
Pour la contacter : calvet-christine@orange.fr

par Christine Calvet

© Stock.Adobe.com

Si décriée lorsque nous étions enfants, la soupe n’a cessé d’évoluer, d’être réinventée par les grands gourmands et les restaurants.
Intéressons-nous donc à cette tradition culinaire, populaire depuis des siècles, saine, créative, écologique car « anti-gaspillage » et conviviale, qui mérite une place de choix dans nos menus.

Petite histoire de la soupe pour éveiller
notre
curiosité avant d’éveiller nos papilles

Le premier bouillon date du néolithique, affirmation attestée grâce aux fouilles ayant mis en évidence des traces d’utilisation de récipients qui servaient à la préparation de breuvages chauds.

La préhistoire est marquée par les prémices de l’agriculture et notamment de la culture des céréales, qui, broyées, enrichiront le bouillon auquel sont également ajoutées herbes et racines.

Au Moyen Âge, le pain domine l’alimentation et c’est au XIIIe siècle que le terme soupe fait son apparition pour désigner la tranche de pain que l’on arrose de bouillon.

C’est à partir du milieu du XVe siècle que la soupe désigne le plat que l’on connaît aujourd’hui : un bouillon épaissi par des aliments solides non passés, généralement à base de légumes pouvant néanmoins être complétés par des morceaux de viande.

Les XVIIe et XVIIIe siècles voient l’essor de la cuisine française et la profusion d’ouvrages de recettes, dans lesquels soupes, potages et consommés sont très présents.

Ensuite, les innovations industrielles donneront lieu au premier potage minute mis au point par Julius Michael Johannes Maggi. Le célèbre bouillon Kub date de 1908 et le premier potage déshydraté Poule aux nouilles Knorr est commercialisé en 1949.

Alors qu’elle était encore consommée aux 3 repas principaux, la soupe perdra sa signification jusqu’à devenir un plat décrié, pour renaître enfin au XXe siècle grâce au concept du bar à soupes, créé dans les années 90 à New York et qui a traversé l’Atlantique dès 2001.

Et hors de nos frontières ?

Savez-vous que les Crétois et les habitants d’Okinawa, réputés pour leur exceptionnelle espérance de vie en pleine santé, en raffolent et en mangent tous les jours ?

Quant à la médecine traditionnelle chinoise, elle nous apprend que l’estomac, qui a besoin de porter le bol alimentaire à 38 °C pour faire son travail correctement, apprécie une soupe chaude (pas brûlante) et recommande un bol en début ou en fin de repas. Terminer son repas par un petit bol de soupe est meilleur pour la digestion qu’un dessert sucré !

Les principales vertus d’un bol de soupe de légumes maison :

– il hydrate : il compense agréablement le manque d’eau chez ceux qui ne boivent pas assez dans la journée. Bu chaud, ce potage, selon la médecine chinoise, posséderait un pouvoir hydratant supérieur.

– il représente l’équivalent d’une portion de légumes et donc conserve la majorité de leurs nutriments (vitamines, minéraux et antioxydants) et fibres. Petite astuce pour préserver le maximum de vitamines et minéraux : choisir des légumes de culture biologique, ne pas les éplucher, les cuire peu de temps et en maintenant une ébullition douce, à couvert, dans une casserole de bonne qualité.

– il est peu calorique et apporte une sensation de satiété : une étude menée chez des personnes en surpoids a révélé que commencer son déjeuner par un bol de soupe réduit les calories ingérées dans la journée.

– il permet d’intégrer des pâtes tout en conservant un index glycémique bas : en effet, l’association légumes et pâtes diminue l’index glycémique souvent élevé de ces dernières… et c’est tout simplement délicieux pour peu que l’on joue avec épices, aromates et bonnes huiles bien parfumées !

Quelques conseils pour se régaler « en toute santé » :

– notre alimentation « moderne » étant trop riche en sodium et pas assez en potassium, pour saler, optez plutôt pour une petite poignée d’algues en paillettes prêtes à l’emploi, une cuillère de pâte miso (pâte de soja fermenté) ou bien de tamari (sauce de soja fermenté). N’oubliez pas les herbes aromatiques, riches en antioxydants, qui parfument délicieusement ;

– variez les légumes : les courges qui amènent une belle onctuosité sont bénéfiques pour l’intestin et la rate ; les carottes et panais, les poireaux et le céleri, diurétiques, sont bien pourvus en potassium ; les choux (sous toutes leurs formes) se distinguent par leurs composés soufrés, leur taux élevé en vitamine C et en calcium… et, bien sûr, ajoutez ail et oignon !

– pour agrémenter votre soupe, évitez crème fraîche et gruyère râpé, acidifiants et trop riches en graisses saturées : préférez- leur une crème végétale (amande, riz, avoine…) ou une bonne cuillère à soupe de purée d’oléagineux : amandes, noisettes, noix de cajou…

– privilégiez la patate douce à la pomme de terre, plus subtile. Aimée des enfants pour sa douceur, elle présente surtout l’avantage de posséder un index glycémique bas et d’être hypoglycémiante ;

– pensez à ajouter des légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots secs…), qui l’épaissiront, la rendront goûteuse, plus nourrissante en l’enrichissant en protéines et minéraux sans en augmenter l’index glycémique ;

– ou bien, dans le même esprit, des flocons de céréales (flocons de riz, de millet, de sarrasin, d’avoine…), des légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots secs…) et pourquoi pas un peu de farine de souchet, qui lui donnera une belle consistance ainsi qu’un délicieux goût proche de la noisette.

Quelques idées futées pour :

– les adeptes de la récup : les soupes peuvent faire la part belle à toutes les fanes et à toutes les parties non utilisées des légumes (fanes de carottes, de betteraves rouges, feuilles dures des fenouils, feuilles extérieures des choux, tiges des brocolis…) ;

– ceux et celles qui possèdent un potager : les soupes sont l’occasion d’utiliser les légumes de fin de saison qui tardent à mûrir correctement, ont perdu un peu de leur saveur ou dont la chair a durci ;

– les plus pressés : il ne faut pas hésiter à avoir recours aux conserves de bonne qualité, telles que des légumineuses ou des châtaignes au naturel, qui, ajoutées à des légumes simplement cuits vapeur, deviendront d’excellents veloutés que l’on assaisonnera au gré de sa fantaisie.

Velouté de châtaignes et poireaux par Christine Calvet

Velouté de châtaignes et poireaux
aux éclats de noisettes

© Christine Calvet

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 15 mn – Cuisson : 15 mn – Difficulté :

  • 1 botte de 500 g de poireaux
  • 1 bocal de châtaignes entières cuites
  • 2 échalotes
  • 1 l de bouillon de légumes maison ou reconstitué avec 1 cube
  • 1 c. à s. de graines de fenouil
  • 60 g de noisettes + 1 poignée
  • 2 c. à s. d’huile d’olive

Lavez les poireaux et coupez-les (blanc et vert) en rondelles. Épluchez et émincez les échalotes. Dans une cocotte, faites revenir ces dernières dans l’huile, sans les colorer, puis ajoutez les poireaux et les châtaignes et faites cuire encore quelques minutes en remuant. Versez le bouillon, ajoutez les graines de fenouil et laissez mijoter à couvert une dizaine de minutes. Mixez avec les 60 g de noisettes et rectifiez l’assaisonnement si nécessaire. Répartissez dans des bols et décorez avec des copeaux de noisettes réalisés à l’aide d’une râpe à fromage à tambour. Dégustez bien chaud.

Soupe de légumes aux penne par Christine Calvet

Soupe de légumes aux penne

© Christine Calvet

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn – Cuisson : 15 mn – Difficulté :

  • 200 g de penne farines de riz et pois chiche
  • 2 bulbes de fenouil
  • 2 poireaux
  • 4 côtes de blettes avec leurs feuilles
  • 1/2 potimarron
  • 2 oignons
  • 1 c. à s. d’origan séché
  • 1 c. à s. de thym séché
  • 1 c. à c. de cumin en grains
  • 1 l d’eau (de source ou filtrée)
  • 1 cube de bouillon de légumes
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • Persil frais ou ciboulette
  • Tamari
  • 4 c. à c. d’huile de noix

Lavez et coupez les poireaux (blancs et 2/3 de vert) en rondelles. Rincez et émincez les bulbes de fenouil. Lavez les blettes, puis séparez les côtes des feuilles. Ôtez les fils des côtes avant de les couper en tronçons et taillez les feuilles en grosses lanières. Débitez la chair du potimarron non pelé en cubes. Dans une cocotte, faites revenir les oignons épluchés, dégermés et émincés dans l’huile d’olive sans les colorer, avec les graines de cumin, le thym et l’origan. Ajoutez les autres légumes en prenant soin de conserver les cubes de potimarron au-dessus. Préparez le bouillon avec l’eau et le cube, versez-le sur les légumes et portez à ébullition. Lorsque l’eau bout, jetez-y les penne et laissez cuire 8 à 10 mn environ. Répartissez dans les bols de service, assaisonnez avec un filet de tamari, du persil ou de la ciboulette ciselés, 1 c. à c. d’huile de noix et déguster aussitôt bien chaud.

Crémeux de lentilles jaunes par Christine Calvet

Crémeux de lentilles jaunes à la coriandre
et au gingembre

© Christine Calvet

Pour 4 pers. – Bon marché – Trempage : 1/2 h ou plus – Préparation : 25 mn – Cuisson : 30 mn – Difficulté :

  • 250 g de lentilles jaunes (à défaut des lentilles corail)
  • 1/2 l de bouillon de légumes maison ou reconstitué avec 1 cube
  • 1 gros oignon
  • 2 gousses d’ail
  • 1 c. à c. de graines de coriandre
  • 1 c. à c. de graines de fenouil
  • 1 c. à c. de graines de fenugrec
  • 1 c. à c. d’épices « Colombo » en poudre
  • 1 tronçon de 2 cm de gingembre frais
  • 1/2 bouquet de coriandre fraîche
  • Crème de coco

Faites tremper les lentilles 1/2 h au moins dans de l’eau froide filtrée. Pendant ce temps, dans un mortier, écrasez les 3 graines, puis ajoutez les épices en poudre. Râpez le gingembre, hachez très finement les tiges de coriandre et réservez les feuilles. Pelez, dégermez et pressez les gousses d’ail, épluchez, dégermez et émincez finement l’oignon. Dans une cocotte à fond épais, faites griller les épices du mortier, puis ajoutez l’oignon, l’ail, le gingembre et les tiges de coriandre. Remuez doucement jusqu’à ce que les oignons deviennent translucides. Versez les lentilles égouttées. Recouvrez de bouillon à hauteur, laissez mijoter à feu doux et à couvert, 20 à 30 mn, jusqu’à ce que le bouillon soit absorbé et que les lentilles soient tendres (ajoutez du bouillon si nécessaire, la préparation ne doit pas être sèche). Servez dans des bols individuels, parsemés de feuilles de coriandre et avec 1 c. à s. de crème de coco tiède.

Recettes proposées par COOK

Recettes proposées par

Légumes de fin d’été et tofu sautés
au mélange Wok

© Arcadie

Pour 8 pers. – Préparation : 15 mn – Cuisson : 20 mn – Difficulté : 

  • 2 gros oignons
  • 500 g de chou chinois
  • 3 carottes moyennes
  • Autres légumes de saison de votre choix
  • 600 g de tofu soyeux
  • 400 g de riz long blanc de Camargue
  • Huile d’olive ou autre huile adaptée à la friture
  • 1 c. à s. de sauce tamari
  • 2 brins de coriandre fraîche ou quelques pincées de coriandre séchée Cook
  • 3 c. à c. de mélange Wok Saveur Asie Cook
  • Sel, poivre

Le principe de la cuisson au wok est celui d’une cuisson très rapide à très haute température, qui saisit les aliments à l’extérieur et les cuit peu à l’intérieur. Même si nous n’avons pas le matériel des restaurateurs de cuisine asiatique, nous pouvons nous rapprocher de cette cuisson avec notre matériel habituel. Lancez la cuisson du riz. Coupez les légumes. Variez les formes pour avoir différents niveaux de cuisson (et aussi pour la beauté dans l’assiette) : grandes languettes de carottes, fines lamelles d’oignon et de chou, dés d’autres légumes… Coupez tout de même assez fin pour une cuisson rapide. Coupez le tofu en dés de 2 cm de côté. Placez un wok (à défaut une cocotte ou une poêle) sur feu fort et versez 5 c. à s. d’huile d’olive ou de mélange d’huile pour friture. Une fois que l’huile est très chaude (mais elle ne doit pas fumer), ajoutez les légumes et les dés de tofu. Après 30 secondes de cuisson (remuez constamment en agitant votre wok), ajoutez le mélange d’épices Wok et la sauce soja. Laissez encore cuire 2 à 3 mn. Réservez dans un plat, ajustez l’assaisonnement si nécessaire. Dressez une belle assiette, versez les légumes et le riz. Poivrez ce dernier et parsemez d’un peu de coriandre fraîche ciselée.

Une recette de Malika pour Cook.

 

Mulet vapeur et crevettes avec leur lit
de légumes aux épices du pêcheur

 

© Arcadie

Pour 4 pers. – Préparation et cuisson : 30 mn – Difficulté :

  • 4 filets de mulet gris
  • 300 g de riz rond blanc de Camargue
  • 1 douzaine de crevettes cuites
  • 2 grosses carottes
  • 2,5 c. à s. rases du mélange Cook Épices du pêcheur
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Parsemez les filets de mulet de quelques gouttes d’huile d’olive et saupoudrez-les d’1 c. à c. de mélange Cook Épices du pêcheur. Étalez et mettez à cuire à la vapeur pour au moins 20 mn. Coupez les légumes : épluchez les carottes et, à l’aide d’un économe, taillez de larges bandes. Dans une poêle, versez 2 c. à s. d’huile d’olive, 2 c. à s. du mélange Épices du pêcheur. Ajoutez les légumes et faites revenir lentement à feu doux pendant au moins 15 mn. Lancez la cuisson du riz. Réservez si besoin. Décortiquez les crevettes. Dressez de grandes assiettes avec le riz préalablement moulé dans un bol à fond plat, les légumes, le mulet et les crevettes. Bon à savoir : Lorsqu’ils sont de saison, n’hésitez pas à ajouter 2 courgettes moyennes et 1 poivron rouge.

 

Macaronis
à l’arrabiata

 

© Arcadie

Pour 4 pers. – Préparation et cuisson : 20 mn – Difficulté :

  • 500 g de macaronis
  • 1 petit bocal tomates concassées (environ 250 g)
  • 2 c. à c. de mélange Cook Arrabiata
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Mettez l’eau des pâtes à chauffer. Verser l’huile d’olive dans une casserole, avec 2 c. à c. du mélange Arrabiata. Laissez 1 mn à feu moyen avant d’ajouter les tomates. Laissez le tout à feu doux pendant une dizaine de minutes. Faites cuire les pâtes de façon à ce que la fin de cuisson soit synchronisée avec celle de la sauce. Versez la sauce arrabiata dans un bol. Servez les pâtes, salez et poivrez à votre convenance. C’est aussi bon que simple ! On peut agrémenter d’autres légumes coupés en dés, comme carottes, courge, selon la saison.

Retrouvez recettes, produits et actus sur www.arcadie.fr

 

Cake potimarron par Sarah Meyer

Cake potimarron, épices,
pépites de chocolat

 

Sarah est auteure du blog Farine d’étoiles, depuis plus de 8 ans. Formée en alimentation santé, elle y partage son univers culinaire gourmand, joyeux et sain. Les recettes, basées sur les légumes et les fruits de saison, sont accessibles à tous : ce sont celles d’une famille qui aime cuisiner et se retrouver autour des plaisirs de la table, en tenant compte des particularités alimentaires de chacun (intolérances, diabète, tendance veggie…). Retrouvez aussi ses recettes dans L’Alsace végétale et Petits biscuits au naturel, aux Éditions Ouest-France.
Adresse de son blog, : Farine d’étoiles

par Sarah Meyer

par Sarah Meyer

Pour 4 à 6 pers., soit 1 cake – Assez bon marché – Préparation : 15 mn – Cuisson : 45 mn – Difficulté :

  • 110 g de farine de riz complet
  • 110 g de farine de sarrasin
  • 20 g d’arrowroot (ou autre fécule)
  • Une pincée de sel
  • 1 c. à c. de poudre à lever sans gluten
  • 1 c. à c. de bicarbonate
  • 3 c. à c. de cannelle moulue
  • 2 c. à c. de gingembre moulu
  • Un peu de muscade fraîchement râpée ou moulue
  • Quelques tours de moulin à poivre
  • 2 clous de girofle fraîchement râpés
  • 70 g de pépites de chocolat (+ un peu pour le topping)
  • 3 à 4 c. à s. de sirop d’agave ou de sirop d’érable
  • 160 g de fromage blanc de brebis (ou de soja pour une version sans lactose)
  • 250 g de potimarron râpé

Préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Mélangez les farines, l’arrow-root, le sel, la poudre à lever, le bicarbonate, les épices et les pépites de chocolat. Ajoutez le sirop d’agave, le fromage blanc et le potimarron épluché et râpé. Mélangez. La pâte est un peu sèche, c’est normal. Disposez dans un moule à cake légèrement huilé ou chemisé de papier cuisson. Saupoudrez de quelques pépites de chocolat. Enfournez pour 40 à 45 mn de cuisson. Laissez refroidir un peu avant de démouler sur une grille.

Cookies potimarron par Sarah Meyer

Cookies potimarron,
épices et chocolat

© Sarah Meyer

Pour 4 pers., soit une dizaine de cookies – Bon marché – Préparation : 10 mn – Cuisson : 15 mn – Difficulté :

  • 125 g de potimarron épluché et coupé en petits morceaux, cuit à la vapeur environ 20 mn et bien égoutté
  • 50 g de beurre très mou, en petits morceaux (ou de purée d’oléagineux pour une version vegan)
  • 40 g de sucre complet
  • Une pincée de sel
  • 65 g de farine de riz complet
  • 65 g de farine de sarrasin
  • 1 c. à c. de poudre à lever sans gluten
  • 1 c. à c. d’épices à pain d’épices
  • 70 g de chocolat dessert concassé très grossièrement
  • 30 g de graines de courge

Préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Dans un saladier, mélangez le beurre avec le sucre, pour former une sorte de pâte. Ajoutez le potimarron et écrasez-le à la fourchette. Ajoutez les farines, le sel, les épices et la poudre à lever. Mélangez. Incorporez enfin le chocolat et les graines de courge. Façonnez de petites boules à la main, aplatissez-les légèrement et disposez-les sur une plaque recouverte de papier cuisson. Enfournez pour 15 mn. Laissez refroidir sur la plaque, puis sur une grille. Ce cake est encore meilleur le lendemain, les saveurs sont bien prononcées et il gagne en moelleux.

Verrines mangue-coco par Nature & Cie

Verrines mangue-coco

© Nature et Cie

Pour 4 pers. – Congélation : 2 h – Préparation : 15 à 20 mn – Difficulté :

  • 2 mangues
  • 8 sablés coco citron Nature & Cie
  • 20 cl de crème de coco
  • 1 sachet de fixe chantilly
  • 1 c. à s. de sucre glace
  • 1 citron vert

Deux heures avant la préparation, mettez au congélateur : la crème de coco, le ou les fouets du batteur électrique et le récipient qui servira à battre la crème. Coupez les mangues en petits cubes et mixez les 2/3 pour obtenir une purée de fruit. Émiettez les sablés coco citron dans un bol. Sortez la crème, le fouet et le récipient du congélateur. Mélangez dans le récipient qui était au congélateur : la crème de coco, le sachet de fixe chantilly et le sucre glace. Battez le mélange avec un fouet électrique pendant 5 bonnes minutes pour monter la crème. Vous pouvez à présent passer au montage en répartissant dans 4 verrines : les sablés émiettés, la purée de mangue, la crème de coco, les morceaux de mangue. Terminez la décoration avec les zestes de citron et servez !

www.nature-et-cie.fr

Poularde bio Le Picoreur® farcie aux pain d’épices

Poularde bio Le Picoreur® farcie aux pain d’épices,
lardons de volaille bio, et légumes anciens

© Stock.Adobe.com

Pour 6 pers. – Préparation : 35 mn – Cuisson : 2 à 2 h 30 – Difficulté :

  • 1 poularde bio Le Picoreur®
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 10 cl de porto
  • 3 tranches de pain d’épices
  • 75 g de lardons de volaille bio Le Picoreur ®
  • 2 échalotes épluchées
  • 1 petite botte de persil plat
  • 1 oeuf
  • 1 oignon rouge
  • 500 g de légumes colorés type panais, navet, butternut…
  • Sel et poivre du moulin

Préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Faire revenir les lardons de volaille dans une poêle et réservez. Dans un bol moyen, mélangez le pain d’épices émietté avec les échalotes et le persil ciselés, l’oeuf et le porto. Poivrez, ajoutez les lardons, puis farcissez la poularde. Déposez-la dans un plat creux, badigeonnez la peau avec l’huile, puis faites cuire pendant 2 h à 2 h 30 en arrosant régulièrement d’eau. Pendant ce temps, épluchez, coupez et faites blanchir les légumes d’accompagnement. Égouttez-les. Pelez et coupez l’oignon rouge en quartiers. À mi-cuisson, ajoutez les légumes directement dans le plat autour de la poularde et poursuivez la cuisson. Rectifiez l’assaisonnement.

Astuces : Ne salez pas la peau avant la cuisson pour éviter de trop la sécher. Vous pouvez aussi utiliser des restes de madeleines ou de brioche pour réaliser la farce.

Petites annonces

Si vous désirez passer une petite annonce

Agenda

Prés de chez vous

Trouvez l'actualité écologique de votre région ainsi que les magasins bio qui diffusent l'écolomag autour de chez vous

Partenaires

Suivez-nous
sur Facebook