Un coffret de 4 huiles 100% bio de BIO PLANÈTE sera offert aux 20 prochains abonné(e)s.

Environnement

L’écolomag N° 73

Jeune bergère : Un documentaire de Delphine Détrie

Jeune bergère
Un documentaire de Delphine Détrie, en DVD collector

Ce film raconte le parcours atypique de Stéphanie Maubé, parisienne d’origine, qui a tout quitté pour réaliser son rêve et vivre plus près de la nature.

Installée en Normandie, au coeur des prés salés du Cotentin, elle se réinvente en apprenant le métier de bergère. À la tête de son troupeau, elle découvre chaque jour les joies et les difficultés de sa nouvelle vie rurale. Face à un quotidien qui veut la faire plier, elle dépoussière devant nos yeux, avec humour et tendresse, un métier mal connu.

La documentariste Delphine Détrie signe ici un portrait inspirant, émouvant et drôle, comme une ode au terroir et au territoire du Cotentin.

En bonus : une interview de la réalisatrice (20 mn), des séquences inédites (16 mn) et une galerie de photographies du tournage dans les magnifiques paysages du Cotentin.

Ce documentaire a reçu le prix du meilleur film étranger au Festival du film environnemental de Washington 2019.

KMBO Distribution – 1 h 31 – 19,99 €

Le Village des talents créatifs

Le Village des talents créatifs 
Des produits durables, des services bien faits, voici un lieu qui donne du sens à la consommation

Rassemblant artisans, commerçants, thérapeutes et restaurateurs, le Village des talents créatifs prouve qu’il est possible de changer son rapport à l’objet et au service !

Espace unique, dédié au savoir-faire français, le concept de ce centre commercial est complètement nouveau et révolutionne les centres commerciaux traditionnels : c’est un lieu d’échange, de partages, mais aussi de réflexion sur le développement durable et toutes les pistes d’amélioration possibles au quotidien. Fabriqué à partir de matériaux respectueux de l’environnement et biosourcés, le Village des talents créatifs est meublé avec des objets recyclés détournés. C’est un espace d’inspiration, qui prouve qu’il est possible de vivre en harmonie avec ses convictions, de créer et vendre autrement.

– Convaincus que manger bio réduit la pollution, les restaurateurs mettent l’accent sur les produits biologiques dans la composition de leurs plats. Ils sont également conscients que cela aide les producteurs à mieux vivre de leur métier ; c’est pourquoi ils travaillent tous des produits cultivés localement, par des producteurs qu’ils connaissent et avec qui ils ont l’habitude de collaborer.

– Tous les commerçants s’engagent à vendre des produits authentiques, éthiques, fabriqués en France, ou à proposer des services « responsables ».

Au Village, vous trouverez donc : des spécialités régionales, un dépôt-vente, une savonnerie, des cosmétiques naturels, des textiles et accessoires zéro déchet, de la décoration…

Parmi les services proposés : un salon de coiffure qui n’emploie que des colorations naturelles, une galerie d’art qui met en valeur des artistes régionaux, un salon d’esthétique n’ayant recours qu’à des produits naturels et vegan, une boutique où l’on trouve des produits typiques de toutes les régions de France…

– Toujours dans une démarche respectueuse et d’écoute, les thérapeutes en santé naturelle du Village invitent chacun à se reconnecter à lui-même et à la nature. Le Village compte une trentaine de thérapeutes : psychologue, coach en développement personnel, chiropracteur, naturopathe, magnétiseur, apithérapeute, fasciathérapeute, sophrologue, masseur, etc.

Bref, vous l’aurez compris, le partage, la solidarité, l’engagement du collectif, le recyclage, l’économie circulaire et les circuits courts sont les maîtres mots de ce lieu hors norme de consommation intelligente.

Infos pratiques :
Le Village des talents créatifs est ouvert toute l’année,
du mardi au samedi de
10 h 00 à 19 h 00.
Ouverture partielle du Village le lundi, de 10 h 00 à 19 h 00.
146 boulevard de Bazeilles
83480 Puget-sur-Argens
www.levillagedestalentscreatifs.fr

Les Estivales de la Permaculture 2019

Les Estivales de la Permaculture 2019
La santé du vivant

Le collectif Permamontreuil organise les samedi 14 et dimanche 15 septembre 2019, la 9e édition des Estivales de la Permaculture aux fins de faire découvrir la permaculture au plus grand nombre. Pour la 6e fois consécutive, le festival se déroulera sur le site historique des murs à pêches de Montreuil, dans l’esprit de partage autogéré qui en est la marque de fabrique.

Le thème de l’édition de cette année est La santé du vivant : humaine, animale, végétale. Au programme : des stands, des ateliers, des conférences, des animations, des concerts, des projections, des débats, un espace enfants, une bibliothèque, un café permaculture…

L’invité d’honneur sera Jade Allègre, médecin, naturopathe et anthropologue médicale. Vous pourrez ainsi apprendre la permaculture à travers des ateliers (yoga, balade botanique, cuisine sauvage, sciences participatives…), des conférences, des tables rondes, de l’art, des concerts, des projections et également rencontrer quelques spécialistes du domaine.

Entrée à prix libre en participation consciente. Prairie des Murs à Pêches : 61 rue Pierre de Montreuil – métro Mairie de Montreuil
Bus 102 et 121 arrêt Danton ou bus 122 arrêt Saint-Just.

Plus d’infos sur festival-permaculture.fr

Un sac recyclable dans le monde de la pet food

Un sac recyclable dans le monde de la pet food

Fort de sa position de leader français en fabrication et distribution d’aliments naturels bio pour animaux de compagnie, connu sous le nom de Canichef BIO pour le chien et Felichef BIO pour le chat, Sauvale Production lance son sac recyclable.

C’est une première dans le milieu de la pet food et les marques Canichef BIO et Felichef BIO peuvent ajouter ce critère à leur ADN, déjà très complet.

Elles peuvent en effet se targuer de proposer une large gamme bio (aliment complet, friandises, terrines pour chien et mousses pour chat), avec les caractéristiques suivantes comme mot d’ordre :

– Fabrication 100 % française : croquettes fabriquées en Mayenne avec des matières premières françaises.

– Respect de l’environnement : aliment naturel, certifié bio par Ecocert, issu de l’agriculture biologique, sans colorant, ni conservateur, ni produit chimique, ni OGM, ni arôme artificiel.

– Santé animale : aliment complet dont le premier ingrédient est la viande de volaille issue d’élevage extensif bio, élevée en plein air.

Et maintenant : des sacs recyclables afin de préserver notre planète tout en valorisant nos déchets.

Rendez-vous dans votre magasin bio près de chez vous* ou sur le site www.canichefbio.fr pour retrouver ces produits.

* liste des points de vente disponible sur le site : www.canichefbio.fr

Réussir la transition écologique

Réussir la transition écologique
de Grégory Derville

Outils pour agir ensemble

Qu’est-ce que la transition écologique ? Comment agir sur son territoire pour la mettre en oeuvre ? Grégory Derville présente de façon concrète les outils à disposition des citoyens qui souhaitent se lancer dans la création de structures collectives : repair café, AMAP, magasin coopératif, monnaie locale… Tout en analysant radicalement l’urgence des enjeux écologiques, il apporte des réponses positives pour donner les moyens à chacun de s’engager.

Parution le 8 octobre 2018 Éditions Terre vivante – 208 pages – 25 €

Territoires Zero Waste

Territoires Zero Waste
de Flore Berlingen, Laura Châtel et Thibault Turchet

Guide pratique pour révolutionner la gestion locale des déchets

Ce guide pratique s’adresse à tous les citoyens qui souhaitent réduire les déchets et le gaspillage des ressources à l’échelle locale et leur offre toutes les clés pour comprendre et agir en ce sens. En s’appuyant sur des retours d’expériences en France et à l’étranger, l’association Zero Waste France propose une vision complète et ambitieuse de la révolution à opérer pour mieux gérer nos déchets et analyse toutes les opportunités ou obstacles que peuvent rencontrer les différents acteurs des territoires au cours de leur démarche : responsabilités, coûts, emplois, etc.

Illustré de nombreux témoignages, l’ouvrage présente avec pédagogie les étapes et actions qui inscrivent un territoire dans une perspective zéro déchet.

Éditions Rue de l’échiquier – 156 pages – 15 €

Rapport du GIEC : les principaux points par GoodPlanet

Rapport du GIEC : les principaux points

Rendus publics début août par le GIEC – le groupe des experts du climat de l’ONU –, voici les principaux points du rapport dédié à l’usage des terres et au réchauffement climatique :

Des terres dégradées

Les hommes utilisent directement plus de 70 % des terres émergées et non recouvertes par les glaces. Environ 1/4 de cette surface est dégradée par leurs activités.

L’expansion de l’agriculture et de la sylviculture, ainsi qu’une élévation des rendements, ont permis de nourrir une population croissante, mais ont aussi entraîné une aggravation du taux des émissions de gaz à effet de serre, une perte d’écosystèmes et une détérioration de la biodiversité. Le rapport insiste aussi sur la menace posée par la désertification et la nécessité de lutter contre ce phénomène.

Un réchauffement rapide

La température moyenne mondiale sur les surfaces émergées augmente plus vite que la température globale, océans compris. Depuis la période préindustrielle, elle a progressé de 1,53 °C, selon le rapport. Ce réchauffement provoque une hausse de la fréquence et de l’intensité des canicules et des sécheresses.

Le poids du système alimentaire

Notre système alimentaire pèse lourd dans les émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture et les autres usages de la terre, comme l’élevage, représentent 23 % du total des émissions. Elles sont encore plus importantes en prenant compte de la totalité du système alimentaire et devraient s’amplifier à l’avenir. En effet, les habitudes alimentaires ont évolué au cours du demisiècle écoulé : l’approvisionnement en viande par habitant a plus que doublé en moyenne depuis 1961, alors même que 820 millions de personnes souffrent de la faim. Dans le même temps, 2 milliards d’adultes sont en surpoids ou obèses et « 25 à 30 % de la production totale de nourriture est gaspillée ».

Comment utiliser les terres

Le GIEC a élaboré différents modèles pour imaginer comment limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C ou bien en dessous de 2 °C par rapport à la période préindustrielle. Ils incluent des mesures d’atténuation basées sur les terres et des changements d’usage, combinant boisement, reboisement, une déforestation réduite et des bioénergies.

Le rapport fait valoir que ces modèles limitent le réchauffement à 1,5 °C sans nécessiter des changements massifs d’usage des terres.

Les solutions sont à chercher du côté d’une réduction du gaspillage alimentaire, un changement de régime alimentaire – ce qui libérerait des millions de km2 de terres d’ici 2050 –, une restauration des écosystèmes, une amélioration de la gestion des forêts, une plus grande productivité alimentaire durable…

Mexique : le cactus pour produire du plastique ? par GoodPlanet

Mexique : le cactus pour produire du plastique ?

Le cactus, emblème national du Mexique, décliné en de nombreux produits, pourrait trouver un usage supplémentaire et inédit : entrer dans la composition d’un plastique biodégradable. En effet, la chercheuse mexicaine Sandra Pascoe a mis au point un nouveau matériau à base de jus extrait du nopal – également appelé figuier de Barbarie –, qui permet de fabriquer des emballages jetables non polluants. Cette substance est en effet mélangée à des additifs non toxiques, puis étalée pour obtenir des feuilles.

Ces feuilles sont ensuite colorées à l’aide de pigments et pliées en fonction des besoins d’emballage. Le mode de fabrication fait encore l’objet de tests, mais la chercheuse espère pouvoir se mettre en quête de partenaires dés début 2020 pour produire ce plastique à plus grande échelle. Pour mener ses expérimentations, Sandra Pascoe acquiert des nopales à San Esteban, une petite ville de la banlieue de Guadalajara, où s’alignent des centaines de cactus. Dans cet État de Jalisco (ouest), les sacs en plastique à usage unique, non recyclables, seront interdits à partir de l’an prochain, ainsi que l’usage de pailles ou de certains autres articles jetables. Plusieurs autres États du pays, comme la Basse- Californie (nord-ouest), ou encore la ville de Mexico, ont également modifié leurs lois dans ce sens. En 2021, les pailles, les ballons à gonfler, les assiettes et couverts en plastique seront aussi prohibés dans la mégalopole mexicaine s’ils sont fabriqués « entièrement ou partiellement en plastique », indique le texte adopté par le congrès local.

Le nouveau procédé à base de nopal ne sera toutefois qu’« une goutte d’eau » dans la lutte pour l’environnement, prévient la chercheuse. À cause de la lenteur du processus qu’elle a mis au point, si on le compare à la fabrication de plastique industriel, il doit y avoir d’autres stratégies de recyclage. L’Amérique latine et les Caraïbes génèrent environ 10 % des déchets produits dans le monde, selon des chiffres de l’ONU. En mars, les pays membres des Nations Unies réunis à Nairobi, au Kenya, se sont engagés à « réduire sensiblement » les plastiques à usage unique au cours de la prochaine décennie.

Pour rappel, 8 millions de tonnes de plastique se retrouvent chaque année dans les océans.

Océans : la moule serait un aspirateur à pollution par GoodPlanet

Océans : la moule serait un aspirateur à pollution

Sous sa coquille noire bleutée se cache une chair orangée savoureuse, mais également… microplastiques, pesticides, bactéries : la moule aspire tout, permettant de surveiller la qualité de l’eau, et aussi peut-être un jour d’aider à l’épurer. « C’est un superfiltreur du milieu marin, avec jusqu’à 25 litres d’eau filtrés par jour », s’enthousiasme la biologiste marine Leila Meistertzheim. Aussi, pesticides, bactéries, résidus de médicaments… Les moules, qui pompent et filtrent l’eau pour se nourrir de phytoplancton, stockent au passage tout ce qui passe, d’où la nécessité de règles sanitaires strictes pour celles destinées à la consommation. Considérées comme des organismes « sentinelles » de l’environnement parmi les premiers frappés par les contaminations, elles sont utilisées comme bioindicateurs de l’état de santé des mers, lacs ou rivières qui les abritent. Des polluants encore mal connus pourraient s’ajouter à la liste des substances « surveillées » par les mollusques : les microplastiques et leurs additifs, comme le bisphénol A ou les phtalates.

Dans le cadre d’une campagne en cours de la Fondation Tara Océan, Leila Meistertzheim et son équipe ont ainsi placé des nasses remplies de moules sur les côtes des estuaires de la Tamise, de l’Elbe ou encore de la Seine. Immergées pendant 1 mois, elles sont ensuite récoltées, disséquées, puis congelées ou lyophilisées, notamment pour recenser les particules prises au piège et voir si certains additifs chimiques sont présents dans les tissus. L’idée de couvrir la mer de parcs à moules pour absorber ces microplastiques omniprésents n’est encore qu’un lointain mirage. Mais, pour d’autres polluants, les processus sont bien plus avancés.

La présence en excès de certaines matières nutritives, comme l’azote et le phosphore issus de l’industrie et de l’agriculture, entraîne une prolifération des algues qui s’en nourrissent, et un appauvrissement en oxygène qui étouffe l’écosystème. Les moules procèdent à une sorte de « recyclage » de ces nutriments en ingérant des algues en expansion, explique la chercheuse Eve Galimany, qui a participé, avec le laboratoire Milford de l’agence américaine NOAA (Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique), à des expérimentations sur la rivière Bronx.

1 % – Reprendre le pouvoir face à la toute-puissance des riches

1 % – Reprendre le pouvoir face
à la toute-puissance des riches

de Vandana Shiva

Le manifeste de Vandana Shiva contre le pouvoir des multinationales et des ultra-riches.

Dans cet essai, Vandana Shiva se confronte au club des milliardaires – Gates, Buffet, Zuckerberg et autres empereurs modernes – et dénonce l’impact destructeur de leur modèle de développement économique linéaire. Leur quête insatiable du profit a imposé, de manière antidémocratique, l’uniformité et les monocultures, la division et la séparation, les monopoles et le contrôle externe – sur la finance, l’alimentation, l’énergie, l’information, la santé et même les relations. Se fondant sur des faits peu connus et explosifs, Vandana Shiva analyse comment, en particulier, la soi-disant « philanthropie » est le moyen pour ces milliardaires de contourner les structures démocratiques, d’empêcher la diversité et d’imposer des idées totalitaires, basées sur une vision unique de la science, de l’agriculture et de l’histoire. Elle appelle à la « résurgence du savoir réel, de l’intelligence réelle, de la richesse réelle, du travail réel, du bien-être réel », afin que les gens puissent revendiquer le droit à vivre, penser, respirer et manger librement.

Éditons Rue de l’échiquier – 184 pages – 19 €

En forêt de Natasha Penot

En forêt 
de Natasha Penot

150 idées pour des escapades nature en France

À l’heure où le besoin de ralentir, de se reconnecter à l’essentiel, de revenir aux sources se fait de plus en plus présent, cet album vous emmène découvrir les multiples ressources de la forêt, pour des séjours en France 100 % nature. Ouvrage unique sur un thème peu exploré sous l’angle du tourisme, ce livre est classé par région avec, pour chacune d’elles, une sélection de forêts françaises remarquables par leur histoire, des cartographies et infographies détaillées. Vous y trouverez aussi une liste d’activités et d’hébergements insolites et respectueux de l’environnement, en plus des pages thématiques pour aller plus loin.

Ici, vous apprendrez à grimper aux arbres, partir à la cueillette des bois de cerfs, dormir dans un kota finlandais ou dans une cabane perchée, vous initierez à la plongée dans un lac perdu au milieu des bois, découvrirez, au détour d’un chemin, des œuvres d’art contemporain… et, pourquoi pas, achèterez une parcelle de forêt pour vous offrir votre propre coin de nature !

Éditions Gallimard Voyage – 312 pages – 35 € (parution le 17 octobre 2019)

Partenaires

Agenda

Prés de chez vous

Trouvez l'actualité écologique de votre région ainsi que les magasins bio qui diffusent l'écolomag autour de chez vous

Écolivres
Notre sélection