Humeurs

L’écolomag N° 81

Janvier – Février 2021

Édito 81

LES HUMEURS DE LA CHOUETTE

« Ce qui éclaire l’existence, c’est l’espérance. » Jean d’Ormesson

 

 

Depuis le temps que la rédaction des emplumés défend une écologie du quotidien, on nous a traité de bisounours, de naïfs, d’utopistes et de plein d’autres trucs que les « esprits forts » méprisent allègrement. Eh bien, figure-toi que ma copine la rédactrice en chef a décidé de diffuser un questionnaire auprès des lecteurs, dont tu es, toi aussi, mon ami·e. Les réponses sont dans les colonnes de ce numéro.

On n’est pas tout seuls ! Tu fais partie de tous ceux, et il y en a tout plein, qui pensent comme nous. Vous aussi défendez cette idée d’écologie au jour le jour.

Je vais te raconter une histoire.

Un jour lointain où j’étais dans ma forêt en train de faire ma gymnastique et de gamberger pour savoir si nous aurions, avec ma camarade de jeu, l’idée un peu folle de créer un magazine « écolo » de plus, une jolie petite mésange bleue s’est posée sur ma branche et m’a expliqué, avec un sourire bien charmant, que l’écologie « c’est bien beau, mais bon, c’est que des idées et je voudrais bien savoir comment vivre avec tous les jours. » Puis elle s’est envolée.

Je ne l’ai jamais revue. Mais je pense souvent à elle. Et, depuis, on essaie de faire comme elle a dit.

On parle de trucs « pratiques ». On ne donne pas de leçons de vie… On donne des recettes du quotidien.

On a publié des tas de numéros. On a laissé passer du temps pour que tu te fasses une opinion.

Et, bien plus tard, on t’a demandé ton avis avec ce fameux questionnaire.

On a fait ça en plein pataquès, au moment où tu devais avoir le moral dans les chaussettes avec ton masque sur le bout du nez et ton gel à portée de main.

Je t’avoue que j’avais un peu la pétoche que tu m’envoies balader. Je savais que tu avais d’autres chats à fouetter et tout plein de trucs hostiles dans ta vie qui te prenaient la tête.

Tu m’as répondu. Tu m’as dit qui tu étais. Tu m’as dit que des gentillesses. Tu m’as encouragée à continuer.

Et, surtout, tu m’as redonné une chose dont j’avais bien besoin. Tu m’as rendu l’espérance, pendant cette période de tourments et de solitude. Tu m’as rendue toute jeune, toute fringante. Merci !

Et pendant que j’y suis, je dois aussi remercier tous ces gens qui bossent dans l’écologie et qui nous font confiance en nous achetant de la réclame pour leurs produits.

C’est grâce à eux que l’écolomag est mis gratuitement à votre disposition. En plus, on les connaît tous. Ce sont des bonnards. Ils y croient. Ils font de bien bonnes choses.

Alors, je te conseille de dépenser tes sous chez eux plutôt que dans des rayons de supermarchés qui se disent bio, te fourguent des fraises en hiver et mettent au rancart des caissières pour te faire faire leur boulot.

Ce questionnaire m’a appris aussi que mon lecteur est plutôt une lectrice. Merci, mesdames, qui nous faites la vie plus belle.

La suite au prochain numéro.

Je vous souhaite à tous une bonne année.

Naturellement vôtre,

La Chouette

Au ghel an heu ! par France Guillain

Au ghel an heu ! Que le blé lève !
Que l’esprit s’élève ! Au gai l’an neuf !

France Guillain

 

Où nous voyons comment l’ignorance que nous avons parfois de la langue et de la vie de nos ancêtres, nous conduit à déformer et appauvrir leur message. Car Au ghel an heu est devenu Au gui l’an neuf, nous faisant cueillir le gui pour fêter l’an neuf.

Aux abords de l’année nouvelle, nous souvenir d’où nous venons et mieux comprendre ce que disaient nos anciens, pourrait nous être salvateur. Peu nous importe d’ailleurs qu’ils fussent blonds ou bruns, aux yeux noirs ou bleus, nous partageons tous, universellement les mêmes gènes, que chacun de nous utilise à sa guise, en fonction d’où il se trouve sur la Terre.

Mais Au ghel an heu devenu Au gui l’an neuf porte en soi une profonde réflexion. D’abord un petit décalage dans le temps puisque les Celtes proclamaient que le blé lève dix jours avant la fin de l’an, au solstice d’hiver, le 21 décembre. Au jour le plus court, à la nuit la plus longue de l’année.

Au moment où la fin des nuits les plus longues s’achève, et que pointe le premier jour qui s’allonge. Que le blé se lève, que revienne la vie, que le jour renaissant élève, préserve la vie de nos esprits et de nos corps, était le message des anciens.

Car sans le jour, pas de blé. Et, sans le blé, venaient la famine et la souffrance. Au ghel an heu, que le blé lève, était le voeu le plus partagé, l’espoir de vivre un an de plus.

Tandis qu’Au gui l’an neuf, qui en est une déformation acoustique, après que l’on ait totalement oublié comment grimper aux arbres pour aller quérir le gui en le détachant à la serpe d’or, ne nous incite qu’à nous en procurer chez un marchand contre un peu de monnaie, le suspendre au-dessus de la porte et passer dessous en faisant un voeu.

Mille fois pardon, mais nous passons sous une plante privée de ses racines, en train de mourir, pour nous souhaiter à tous une bonne et belle année.

Avec les connaissances de plus en plus approfondies que nous commençons tout juste à avoir sur l’affectivité des plantes, il n’est pas sûr que celles que nous coupons pour les accrocher au-dessus de nos têtes, nous accompagnent toujours très fidèlement vers la félicité.

Inutile de nous flageller si nous l’avons fait une fois de plus, nous sommes des êtres humains, heureusement très imparfaits, et le temps étant une notion très relative, il nous est toujours possible de réparer nos erreurs à posteriori, car l’amour sert aussi à ça !

Et 2021, entrée dans l’ère du Verseau depuis le 20 décembre de l’an d’avant, doit être une année charnière vers l’élévation de nos esprits, comme le blé, si souvent cité dans tous les écrits, comme le modèle de notre élévation intérieure. Le grain de blé qui doit mourir à lui-même dans la terre, là où il fait froid et noir, pour se transformer en germe riche en vitamines et sels minéraux, puis en tige, en feuille pleine d’enzymes, et se démultiplier en épi.

Pour nous aussi, l’année 2020 ressemble à la terre noire, humide et froide. Beaucoup de grains semés peuvent y disparaître, mangés par des oiseaux, dégradés en compost, pour se transformer et évoluer d’autre manière.

Mais pour ceux qui, sur cette Terre, germent et poussent en cet an neuf, il ne tient qu’à nous de bien ouvrir les yeux. D’observer comment les plantes sont très organisées pour s’entraider, pour protéger les plus jeunes, nourrir les plus mal placées, comment elles savent attirer et s’associer avec les insectes qui les protègent. La nature est un grand livre ouvert, avec une foule de réponses.

2021 est le bon moment, pour nous tous, pour apprendre à lire, à analyser, à réfléchir, à penser notre vie.

Le bon moment pour retrouver une autonomie qui s’est perdue au fil des ans, en s’éloignant pas trop des campagnes, en oubliant de cultiver notre jardin chaque jour comme le conseille Candide à Pangloss dans le conte philosophique Candide ou l’Optimisme de Voltaire, en perdant le contact avec la Terre, avec le sol qui, seul, peut nous nourrir.

Même quelques pots cultivés en nos maisons peuvent nous conduire à cette réflexion sur nos vies. Conduire nos corps, nos cerveaux, qui vivent en symbiose permanente, en parfaite harmonie, avec 10 000 milliards de bactéries et 3 000 milliards de virus qui nous protègent et que nous devons aussi protéger de notre mieux, comme tout ce qui est vivant.

Pour que 2021 soit, pour nous tous, un beau départ vers un monde plus éclairé sur la confiance que nous devons avoir dans la nature, dans tous les êtres humains qui nous entourent, malgré des apparences trompeuses. Que l’Écolomag reste notre point de ralliement et de nos riches échanges, au gai l’an neuf !

Ou, quand une seule petite voyelle est capable de tout changer, et que tous les espoirs sont donc permis !

France Guillain
www.bainsderivatifs.fr
Méthode France Guillain
Appli smartphone http://bainsderivatifs.mobapp.at/
Formations diplômantes
La Méthode France Guillain, Le Bain dérivatif, Le Miam-Ô-Fruit, Le Miam-Ô-5, éditions du Rocher
7 aliments précieux, éditions Eyrolles
Le bonheur d’être nu, éditions Albin Michel
J’allaite mon bébé, éditions La Plage

Stress par Olivier Guilbaud

 

Stress

Olivier Guilbaud

 

Savez-vous que le stress est une réaction innée bio-psychocomportementale ?

En clair, le stress nous permet, depuis des millions d’années, de survivre, de nous adapter à notre environnement : c’est un comportement normal pour nous mobiliser et agir face à une situation menaçante. Le stress, bon pour la santé ? En fait, comme le cholestérol, il y a le bon et le mauvais. Je précise tout de suite que vivre sans stress, c’est ne pas vivre ! Comme nous avons besoin des poumons pour respirer, nous avons besoin de stress pour vivre. Et comme d’habitude, c’est une question d’équilibre.

Il est donc fondamental de vivre avec et d’apprendre à le gérer car nous ne pourrons jamais supprimer ces fameux stresseurs… La charge du mammouth a été remplacée par la charge des messages et posts reçus de toute part, auxquels l’homme doit faire face. Nous sommes dans la société des 2S : sédentarité et stress… Vivre, c’est donc maîtriser ces réactions que l’on ne peut empêcher, vous savez, le cocktail émotions et réactions corporelles.

Des idées ? Un bon moyen est d’apprendre à se relaxer, de vivre au présent et ressentir les sensations du moment plutôt que de ressasser le passé et craindre le futur. Un autre bon moyen est de socialiser, c’est bon  pour le moral ; l’homme est fait pour les contacts. Sinon, programmez des activités plaisantes ou effectuez des actes de gentillesse gratuite, effet garanti pour amoindrir les émotions négatives.

En tous cas, je reste convaincu qu’un certain niveau de stress est nécessaire pour continuer à être performant et qu’il revient à chacun de l’apprécier. Après, chacun sa technique, l’essentiel est d’avoir quelques clés…

Respirez, ça va déjà mieux.

Olivier Guilbaud
Co-dirigeant du Groupe Laboratoire
Science et Nature

Conseils et vente à domicile www.body-nature.fr

 

Cosmétique naturelle des marais salants Produits écologiques et biologiques disponibles sur l’e-shop et en magasins bio www.guerande-cosmetics.com Cosmétiques bio en distribution spécialisée et e-commerce www.centifoliabio.fr

 

Petites annonces

Si vous désirez passer une petite annonce

Agenda

Prés de chez vous

Trouvez l'actualité écologique de votre région ainsi que les magasins bio qui diffusent l'écolomag autour de chez vous

Partenaires

Suivez-nous
sur Facebook