1 pilulier de 60 comprimés Bio et Vegan de Spiruline qualité Premium PHYCO+ de LT Labo sera  offert aux 20 prochains abonné(e)s

LES HUMEURS DE LA CHOUETTE

« Tout va très bien, Madame la Marquise »

 

 

On me dit que, çà et là, vous allez supprimer les chauffages des terrasses de bistrots, les feux d’artifice sur les places publiques, les sacs plastique sont presque interdits en Thaïlande et plein d’autres trucs qui me plaisent et me rassurent.

Mais il est des jours où je me demande si vous avez tout compris au film !

Les koalas meurent par milliers sur une terre martyrisée par le barbecue du siècle.

L’Amazonie, que nous avions qualifiée de poumon de la Terre, ressemble de plus en plus à un thorax de fumeur compulsif.

En France, la vente de produits phytosanitaires, en hausse de 25 % en 2018, est encore saluée par des économistes autistes (et j’en connais !).

Bon, j’arrête… Vous allez me dire qu’il y a des camions de bonne volonté qui s’accumulent et que plein de gens veulent changer les choses. Et vous avez raison, parole de « colibri » !

Et je vous jure que, si vous en êtes, de ces gens-là, je vous aime du fond de mon cœur de vieille chouette « raloto ». Mais, tout de même, à propos de « raloto », je dois vous dire que chez les « seigneurs de la Terre », il en est quelques-uns que j’aimerais voir en cage jongler avec des ballons plutôt qu’avec des milliards ; et tous ces types qui jouent au Monopoly avec nos carcasses et celles de nos enfants me rendent de plus en plus triste.

À commencer par le dernier en date, le premier ministre australien qui nous explique avec l’oeil humide, face caméra, que c’est la faute des écolos s’il y a le feu au lac.

Lui, c’est vraiment le « Chuck Norris » des « bachibouzouks ». Champion toutes catégories des montreurs de foire à l’ancienne. Toi, mon pote, tu rejoins le club très fermé des rois du monde déjantés qui gouvernent avec leurs pieds et ne nous veulent pas que du bien.

Je me demande, à l’aube de cette nouvelle année au millésime moelleux comme une promesse de bonheur, je me demande disais-je si vous allez continuer longtemps à supporter tous ces escrocs à rosette.

Tout le monde sait que les chouettes sont de nature pacifique, et que s’il nous arrive de déguster quelque mulot, nous ne sommes pas des animaux coléreux ; mais, bon dieu de bois, je trouve que vous vivez dans un monde bien perfectible et qu’il y a des fessées qui se perdent ! Et, pourtant, la solution est toute simple, à mon humble avis, et pour illustrer mon propos, je vais vous citer un philosophe bien connu des familles. « Quand on pense qu’il suffirait que les gens arrêtent de les acheter pour que cela ne se vende plus. »

Les plus lettrés d’entre vous auront reconnu l’auteur. Pour les autres, j’ai un indice. C’est un ancien candidat à la présidence de la République prénommé Michel dans la vraie vie. Eh bien, Michel Colucci avait raison. Tout ça, finalement, n’est qu’une histoire de pognon. Ou, plutôt, de « pouah-gnon ». Si nous voulons mettre la misère à tous ces vilains, il suffit de les mettre au régime sans blé. Je vous le radote depuis plus de 10 ans. Ne donnez votre argent qu’à des gens que vous respectez et avec qui vous pourriez être copain.

Je peux vous garantir que, si vous vous y mettez, il y aura deux ou trois trucs qui vont m’enchanter. Imaginez… Des industriels de l’agroalimentaire veillant à ce que vos tomates aient du goût et que les paysans soient heureux.

Parce que, dès que ces chacals connaîtront un peu la disette, ils vont s’y coller à l’écologie, au bien-être animal et tout le toutim.

Nous allons les voir fleurir, les coachs spécialisés en sevrage de pesticides et en détartrage de cervelle des dealers de junk food.

Je ne dis pas que les gentils vont gagner, je dis juste que si les méchants voient leur magot en détresse, ils vont vite venir vous manger dans la main et stopper les lasagnes à la viande de cheval et les porcs en batterie pour vous proposer du bonheur en barquette, que dis-je, du bonheur en « vrac » pour vos assiettes.

Je dis juste que si bien faire devient plus rentable que de vous vendre du trop salé, du trop sucré, du trop-plein de malbouffe, vous allez pouvoir résoudre pas mal de problèmes de santé publique.

Je dis juste que si les filous comprennent que ce n’est pas la bonne méthode, ils vont se calmer et, qui sait, nous préparer une bonne surprise et me permettre de croire à nouveau en vous, les humains.

C’est ce que je nous souhaite pour la nouvelle année !

Naturellement vôtre,

La Chouette