1 pilulier de 60 comprimés Bio et Vegan de Spiruline qualité Premium PHYCO+ de LT Labo sera  offert aux 20 prochains abonné(e)s

LES HUMEURS DE LA CHOUETTE

Lettre ouverte aux humains

 

 

Vous dirigez un monde où les ours blancs ont dû apprendre à vider les poubelles et à se dévorer entre eux. Un monde où les dauphins meurent par centaines sur vos plages, victimes de vos filets de pêche, les nageoires amputées par des pêcheurs surmenés.

Un monde de colère où même vous, les humains, avez peur de demain. Un monde tout cassé et tout gris. Et pourtant, ce matin, je frissonne de bonheur. Figurez-vous que je venais de m’installer sur ma branche préférée pour me reposer toute la journée, comme toute chouette bien dans ses plumes, eh bien figurez-vous qu’un son inhabituel me fait sursauter. Et là, je vois un de vos petits d’hommes se balader sur le sentier en bas de mon arbre, avec un gros sac à l’épaule.

Mais que fais-tu là, bonhomme, à l’écart de ta route à voitures ? Ce n’est pas la saison des champignons ! Que cherches-tu avec ton air sérieux ? Il s’arrête, regarde autour de lui et puis se dirige vers un truc sale qu’un promeneur indélicat avait abandonné au sol et le met dans son sac ! Une vague de petits bruissements envahit la forêt. Intriguée, je risque une plume à travers les feuillages et je vois une petite fille, puis plein de gamins et de mamans dans ma clairière, chantant des refrains rigolos.

Une maîtresse d’école, l’air important, court d’un enfant à l’autre en donnant des instructions que personne n’écoute et regardant sa montre frénétiquement, comme si elle pouvait compresser le temps. Elle prend l’air important parce que c’est très difficile de s’occuper de vos petits et a l’air pressé car tous les gens importants sont pressés. Je suis sûre que c’est elle qui a eu l’idée de cette journée en plein air. Ce doit être une bonne maîtresse. J’espère que vous aimez vos enseignants comme il se doit et qu’ils ont une place de choix lors des jours de banquet.

Mais revenons à notre clairière. Tout va bien. Je viens de comprendre… Ils sont en train de nettoyer ma forêt ! Quel bonheur ! Alors les hommes ne sont pas tous là pour salir ma chambre ou pour tuer mes copains les lapins. Il en est des gentils, des propres, des respectueux ! Je crois que si je n’étais pas une vieille chouette « raloto », je les embrasserais. Ces petits d’hommes auraient une conscience, un désir de bienveillance et, pour un peu, il se peut même que certains soient de futures belles personnes.

Cette nouvelle me bouleverse. Toute ma vie, dans ma forêt, je n’ai vu que des humains avec des fusils ou des promeneurs malpropres et bruyants. Et voilà que ces enfants d’hommes arrivent avec de l’espoir et du rire dans leurs poches. Tout n’est pas perdu ! Nous avons une chance de ne pas disparaître sous une gigantesque décharge envahie par vos déchets. Je sens que ces gamins ne sont pas exactement comme ceux d’avant. Ceux-là « savent ». Ceux-là vont tout nettoyer.

Leurs parents ne savaient pas qu’un sac en plastique met plus longtemps qu’une vie d’homme à se dissoudre dans la nature. Ils ne savaient pas qu’ils allaient transformer les terribles ours blancs en mendiants faméliques. Ils ne savaient pas qu’ils allaient manger des poissons farcis du plastique de leurs poubelles. Ils ne savaient que des sorciers inventeraient des pommes qui allaient empoisonner leurs paysans. Enfin, les hommes d’avant ne savaient rien, ou presque. Leurs dirigeants fous d’avidité étaient devenus malheureux et méchants. Ils avaient confondu le plus et le mieux. Mais les enfants que je voyais étaient différents. Ils étaient joyeux et gentils. Ils étaient déterminés et allaient arrêter de cultiver des pommes de sorciers qui empoisonnent des paysans et rendre leur majesté aux ours blancs. Vous verrez, bientôt, grâce à eux, plus personne ne mettra le feu à la forêt pour faire pousser de l’huile à fabriquer des shampoings. Plus personne ne jettera de papiers sales par la fenêtre de sa voiture et les chasseurs auront des pistolets à bouchon pour ne pas faire mal à mes copains les lapins.

Vous croyez que je rêve tout éveillée et que ce monde n’existera que dans ma vieille tête de chouette stupide ? Eh bien, je vais vous dire pourquoi j’ai raison. Avant, les gens ne savaient pas. Ils croyaient que la Terre était à eux, inépuisable et immortelle. Ils croyaient vivre sur une planète aux ressources infinies. Et, forcément, ils faisaient des bêtises. Les enfants d’aujourd’hui, les gens de demain, savent pour vos bêtises. C’est plus simple quand on sait les choses.

Ils vont tout réparer ! Il paraît même qu’une petite fille du nord a commencé à vous dire comment !

Vous voyez que j’ai raison !

Naturellement vôtre,

La Chouette