LES HUMEURS DE LA CHOUETTE

« Le temps passe… C’est normal, il n’a que ça à faire ! »

 

 

Je ne suis plus qu’une vieille chouette qui a eu la chance de vous connaître plus joyeux ! Le monde a bien vrillé le temps d’une vie. Je me souviens de l’époque où j’étais la télécommande de la maison. Aujourd’hui, c’est une marque de pouce qui active mon téléphone. Je tiens toute la connaissance du monde dans le creux de ma main, et, pourtant, on me dit qu’il n’y a jamais eu autant d’illettrés. Notre santé n’a jamais été aussi bonne et nous n’avons jamais autant tremblé devant la maladie. Nous n’avons jamais gaspillé autant de nourriture et, pourtant, il est des vieux qui se disputent les invendus de nos marchés. Une question me taraude. N’avons-nous pas accepté de revêtir un costard trop grand ? Sommes-nous comme ces chauffards du dimanche au volant d’une voiture trop puissante ? Cette époque tellement complète, sophistiquée, si riche ne va-t-elle pas un peu trop vite pour les âmes simples que nous sommes devenus ? Sommes-nous condamnés à jouer les Sisyphe et à courir derrière un train qui n’accepterait que quelques passagers en classe affaires, obligeant le reste du monde à galoper sur un quai de plus en plus escarpé ? Pourtant, tout est là.

Les moyens de vivre dans un monde plus propre et plus joli. Les moyens d’éduquer nos enfants en leur apprenant à réfléchir et à savoir sans risquer ce burn out que nous semblons tant redouter. Et si nous essayions d’avoir un peu moins peur pour devenir un peu plus curieux des autres. Si nous décidions que la solidarité n’est pas que collective, que tendre la main est aussi l’affaire de chacun. Aider les autres ne se fait pas qu’en donnant du pognon à la télé. Sourire à son voisin et souhaiter le bonjour dans une épicerie n’est pas si difficile que ça ! Acheter ses tomates à la bonne saison et à la bonne personne est à notre portée ! Pareil pour nos déchets. Plus d’un automobiliste sur trois jette ses emballages par la fenêtre, bon dieu de bois ! Alors, pourquoi ne pas essayer de maîtriser notre époque avec un peu plus de bon sens et de coeur ? Il suffit de le vouloir. Commençons par apprendre à vouloir !

Naturellement vôtre,

La Chouette