1 pilulier de 60 comprimés Bio et Vegan de Spiruline qualité Premium PHYCO+ de LT Labo sera  offert aux 20 prochains abonné(e)s

Équilibre acido-basique…
vous connaissez ?

Il y a quelques années, Hervé Bobard a découvert l’importance de notre alimentation (bénéfique ou délétère) sur notre équilibre acidobasique. Sceptique, il a expérimenté l’alimentation alcaline. Aujourd’hui, essai transformé ! Après de longues années d’interdiction médicale, il a pu enfin reprendre une activité physique régulière et, même, du sport ! Fini les allergies aux pollens, lombalgies, lumbagos et la cohorte des maladies saisonnières de types rhumes, maux de gorge, grippes et autres. Maintenant, à 48 ans et « 5 ans d’alimentation alcaline plus tard »… tous ces problèmes sont derrière lui. Hervé Bobard a créé, en 2015, un blog de recettes alcalines et gourmandes. Il y témoigne et partage cette belle expérience et ses connaissances en nutrition. Face à la demande, il compte proposer prochainement une formation (sous forme de modules vidéo consultables sur le site), pour aider tous ceux qui le souhaitent à franchir les obstacles et les étapes nécessaires à l’atteinte de leur objectif : apprendre à manger alcalin au quotidien. http://bouchees-doubles.com

par Hervé Bobard

 

L’alimentation alcaline
en quelques mots…

C’est une alimentation basée sur un dosage bénéfique des proportions entre aliments, en fonction de leur pH (après transformation lors de la digestion, puis assimilation par notre métabolisme). Elle respecte nos besoins physiologiques. Les proportions communément pratiquées oscillent entre 60 à 80 % d’aliments basiques pour 20 à 40 % d’aliments acides. Ce ratio s’équilibre de préférence quotidiennement ou hebdomadairement, en fonction des contraintes, des besoins et des objectifs de chacun.

Avec l’activité physique et l’hydratation, l’alimentation alcaline est un puissant levier pour aider nos poumons (expiration), nos reins (urine) et notre peau (sudation) à équilibrer notre balance acido-basique en éliminant nos acides, plus ou moins rapidement et facilement.

C’est une alimentation à l’indice glycémique (généralement) bas et naturellement riche en : fibres, vitamines, minéraux, oligoéléments, antioxydants, protéines végétales (principalement).

C’est une alimentation qui met l’accent sur les micronutriments et qui est naturellement pauvre en : gluten, lactose, allergisants.

Ce n’est ni régime, ni une diète ! Pour obtenir des effets pérennes et durables, cette approche alimentaire doit s’inscrire dans la durée. Aucun aliment n’est interdit. Elle respecte des proportions entre aliments acides et basiques (alcalins) qui sont bénéfiques à notre fonctionnement métabolique et notre équilibre acidobasique.

Bon à savoir : Lorsque l’on parle d’aliments acides/basiques, cela n’a rien à voir avec le goût d’un aliment.

Par exemple, le citron est acide au goût mais basique (alcalin) pour l’organisme après son assimilation, tandis que la viande, douce en goût, est acide pour l’organisme après son assimilation.

Comment distinguer un aliment
acide d’un aliment basique ?

L’outil de mesure du potentiel acide ou de base pour l’organisme est :

L’indice PRAL (Potential Renal Acid Load = Indice de Charge Acide Rénale), une formule scientifique qui permet de calculer et classer les aliments en fonction de leur taux d’acidité ou d’alcalinité pour l’organisme.

Les familles d’aliments acidifiants pour l’organisme sont :

  • les produits céréaliers (les farines, le riz, les pâtes),
  • les produits d’origine animale (viandes, poissons, lait, oeufs),
  • certaines légumineuses,
  • les produits sucrés (en dehors des fruits),
  • les produits trop salés,
  • les produits transformés par les procédés industriels (plats préparés trop salés avec des sucres cachés et des neurotoxiques : adjuvants, conservateurs, exhausteurs de goût, dont l’organisme ne sait que faire).

Les familles d’aliments basifiants ou alcalinisants sont :

la quasi-totalité des produits végétaux (fruits et légumes), les herbes, les épices, les graines, certains oléagineux.

Les principaux maux que favorise une acidose métabolique latente sont :

  • la baisse de l’immunité,
  • l’installation des inflammations et des infections,
  • le manque de résistance au stress et/ou à la fatigue,
  • la perte de sommeil,
  • la chute des cheveux,
  • la baisse de la vue,
  • les problèmes cutanés.

L’alimentation alcaline est
une approche nutritionnelle qualitative qui :

  • est basée sur la connaissance et l’utilisation de la micronutrition et de nos besoins métaboliques ;
  • privilégie donc la consommation de produits frais issus de l’agriculture biologique car ils sont plus riches en micronutriments ;
  • est équilibrée, nourrissante, rassasiante, elle ne provoque pas de frustrations ;
  • est vertueuse pour notre santé et celle de notre planète ;
  • amène à consommer moins (dans des proportions bénéfiques) des produits de meilleure qualité nutritive, issus de filières plus éthiques, plus sains pour nous et notre environnement.

L’alimentation alcaline est, de fait, une solution transversale à de nombreux régimes alimentaires et peut donc être utile dans tous les cas, car :

  • Elle tient compte de la façon dont notre organisme transforme et utilise les aliments (acides et basiques) en les assimilant.
  • Quels que soient nos choix alimentaires (omnivore, végétarien, végétalien, végan, crudivore, méditerranéen, Seignalet, instinctivore, paléo, etc.), on peut s’acidifier à son insu.
  • On peut présenter un excès d’acides bien que l’on croit son alimentation saine.
  • Le constat est affligeant : aujourd’hui, dans nos sociétés occidentales, de par nos modes de vie plus sédentaires et nos habitudes alimentaires trop riches en aliments acidifiants, 90 % des gens souffrent à leur insu d’un déséquilibre acido-basique nommé acidose métabolique latente (comprenez : un peu trop d’acides, tous les jours, tout le temps).

Pourquoi manger alcalin ?

  • Pour fournir (entre autres) le carburant essentiel et indispensable à notre équilibre acidobasique : les minéraux, sans le contraindre à « s’épuiser à puiser » quotidiennement dans nos précieuses réserves minérales.
  • Pour optimiser sa santé, son bien-être et sa vitalité.
  • Pour éviter d’être en acidose métabolique latente, qui fragilise l’état de santé général.

 

Salade acido-basique aux légumes,
fruits et oléagineux

Pour 4 pers. – Préparation : 10 mn – Cuisson : 25 à 45 mn en fonction de la taille de la betterave et du mode de cuisson choisi – Difficulté : 1

© Hervé Bobard

Fruits, légumes et oléagineux :

  • 1/2 ou 1/4 de chou chinois en fonction de sa taille
  • Quelques pieds de mâche
  • 1 betterave Burpee’s Golden
  • 1 petit radis noir
  • 1 petite pomme
  • 1 petite poire
  • Des raisins secs
  • 8 à 10 noix
  • 1 c. à s. de graines de pavot
  • 1 c. à s. de graines de sésame
  • 1 ou 2 c. à s. de graines de courge

Sauce :

  • 1 ou 2 c. à s. d’herbes de Provence déshydratées
  • 8 c. à s. d’huile d’olive
  • 2 c. à s. d’huile de lin
  • 1 gousse d’ail
  • 1 c. à s. de moutarde fine
  • 1 c. à c. de crème de sésame
  • 1 c. à c. de coriandre moulue
  • 1 c. à c. de curcuma déshydraté moulu
  • 1 c. à c. de sel
  • 1 c. à c. de poivre
  • 1/2 citron jaune

Préparez les légumes : Faites cuire la betterave à la vapeur (35 à 40 mn) ou à l’eau (25 à 30 mn). Ôtez les racines des feuilles de mâche, puis triez, lavez, essorez et séchez-les. Émincez les feuilles de chou chinois en fines lamelles. Râpez le radis noir. Coupez les fruits et la betterave cuite et refroidie en brunoise (petits dés fins). Déposez les légumes dans un saladier. Ajoutez les raisins secs, les noix et les graines. Préparez la sauce : Mélangez la moutarde, la crème de sésame, les herbes, épices, sel et poivre dans un bol. Versez l’huile progressivement en remuant régulièrement à l’aide d’une cuillère pour bien émulsionner la sauce. Ajoutez ensuite le jus de citron et continuez de mélanger. Pressez enfin la gousse d’ail (pelée et dégermée) et incorporez-la à la sauce. Goûtez et rectifiez si nécessaire. Servez avec les légumes.