Et si le déchet n’ était pas le problème,
mais que l’enjeu était dans la collecte ?

Alors que l’amendement CD1013 qui prévoit le recours à la vaisselle réutilisable dans le secteur de la restauration a été annoncé, Tri-o Greenwishes (TGW) – acteur spécialisé dans la gestion et la revalorisation des déchets – l’affirme : le changement de déchets est un faux combat. Les déchets existants (bouteilles, gobelets carton, emballages alimentaires, etc.) sont des produits recyclables… mais pas (assez) recyclés. Il faut aujourd’hui accompagner la législation pour optimiser la collecte et la revalorisation de ces déchets. TGW a, par exemple, tissé des partenariats avec des acteurs 100 % Français, qui savent revaloriser ces déchets. Le gobelet carton devient du papier alimentaire, la bouteille plastique redevient une bouteille plastique… Le tout en créant de l’emploi en France. Encore faut-il pouvoir les collecter ! Il faut changer les mentalités pour collecter véritablement ces déchets et leur redonner vie. Le changement de contenants qui engendre une autre pollution ne permettra pas de modifier les habitudes ni les comportements.

Et si on se trompait de combat ?

La problématique ne serait finalement pas le déchet recyclable, et par conséquent la filière papier/carton concernée par ce décret. Quand le déchet est bien collecté et va dans la bonne filière, il peut être recyclé correctement, et plusieurs fois ! La problématique se trouve à la première étape du recyclage, c’est-à-dire à la collecte !

Ensuite, après la collecte, l’enjeu serait de soutenir les acteurs français qui revalorisent les déchets. Oui, la collecte est primordiale. Mais il y a aussi l’aval. TGW a noué des partenariats avec des entreprises françaises, par exemple :

  • Les Alchimistes pour la revalorisation des déchets alimentaires,
  • GreenGo pour les barquettes alimentaires,
  • Greenfield pour le papier,
  • Plastipak pour les bouteilles plastiques,
  • Bouchons d’Amour pour les bouchons plastique,
  • Cy-Clope pour les mégots,
  • Etc.

Toutes ces filières françaises créent de l’emploi et répondent aux enjeux de la revalorisation des déchets. L’amont et l’aval doivent être encadrés, optimisés… Que ce soit dans la restauration ou dans d’autres secteurs, la législation devrait développer ces filières et soutenir ces acteurs.

« Des acteurs du secteur de l’emballage durable estiment que cet amendement, s’il devait être voté, n’améliorerait pas la performance environnementale tout en menaçant directement près de 20 % des emplois de la filière emballage carton et plusieurs centaines de millions d’euros d’investissements supportés par des PME et des groupes implantés dans plusieurs territoires pour sortir de la dépendance au plastique. Cet amendement aurait des conséquences significatives sur la filière de tri qui a des réponses très concrètes pour répondre aux dernières évolutions législatives », conclut Matthieu de Chanaleilles, directeur de Tri-o Greenwishes.

Rendez-vous sur groupetgw-recyclage.com