Home / Habitat / La magnéto-réception

Petit lexique de géobiologie…
La magnéto-réception

par Philippe Bouchaud
Aide à la conception d’un habitat biotique. Expertises / Formations / Livres

DÉFINITION. Il s’agit de la capacité d’un être vivant (animal, végétal ou humain) à ressentir ou capter le champ magnétique terrestre. Ce champ magnétique, qui sort du plus profond de la Terre, traverse les cellules de tous les organismes vivants.

Depuis quelques années, les études les plus nombreuses ont porté sur les animaux. Études concernant la migration des oiseaux (que l’on peut désorienter avec un aimant placé sur eux) ou des mammifères, études sur le déplacement de certaines bactéries en fonction du champ magnétique terrestre, etc. Au fil des années, le nombre d’espèces concernées grandit continuellement.

Je n’entrerai pas ici dans l’explication des divers mécanismes de perception possibles, directs ou indirects, d’autant qu’il n’existe pas de consensus sur le sujet. Un des principes, par exemple, se réfère à la présence de magnétite dans le corps de certains animaux, constituée de fer sensible au champ magnétique.

Le végétal n’a pas véritablement fait l’objet d’études, mais cette capacité est concrètement exploitée par la magnétoculture.

En ce qui concerne l’homme : le Professeur Rocard (père de Michel Rocard) a fait état dans son livre Le signal du sourcier de la présence de magnétite dans diverses zones du corps humain. Il avance l’hypothèse que le sourcier capterait par sa magnétite les modifications du champ magnétique générées par les discontinuités de terrain ou le frottement de l’eau sur les parois des cavités.

Finalement, ce que les adeptes du paranormal nomment le 6e sens pourrait avoir une explication beaucoup plus rationnelle.

MON CONSEIL BIEN-ÊTRE. Cette allusion la magnéto-réception participe à la réflexion commencée dans mon dernier article sur nos immenses facultés humaines. Nous avons de grandes capacités de mémoire, de réflexion, de calcul, d’orientation… que nous utilisons de moins en moins. Pour deux raisons :

  • L’éducation, bien sûr, qui nie certains de nos potentiels ;
  • La facilité liée au développement du numérique et, notamment, du Smartphone, qui contient tant de fonctions (calculatrice, GPS, Internet…) lesquelles nous dispensent peu à peu de la nécessité ou de l’envie d’utiliser nos propres capacités.

Philippe Bouchaud – GCB Conseils
www.geobiologie-pb.com
info@geobiologie-pb.com
06 15 21 18 74

à la une sur le même thème

Habitat
Faites le vous-même… mais pas tout seul !
par Emmanuel Toitot
Habitat
Le mur Trombe et les capteurs solaires à air
par Sylvain Bouhot
Habitat
Habiter l’air
de Michèle Boni
Habitat
Circuits neuronaux et plasticité cérébrale
par Philippe Bouchaud

Rejoignez-nous dès maintenant et recevez toutes les dernières actualités en vous inscrivant à notre newsletter !

Vous recevrez toutes les dernières actualités du site directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.