Le thé vert Benifuki (Camellia Sinensis L. cv Benifuki)
un super-allié anti-allergie

Le thé est la boisson la plus bue à travers le monde après l’eau, au rythme de 15 000 tasses par seconde.

Il semblerait que la popularité grandissante du thé vert soit à la fois liée à la délicatesse et à la particularité de ses arômes, ainsi qu’à la très large palette de bienfaits qu’il procure. Si les centenaires d’Okinawa, adeptes de ce breuvage si raffiné, semblent constituer la preuve vivante de son efficacité, le thé vert relève d’une alchimie complexe, qui en fait bien plus qu’une simple infusion.

Plante vertueuse pour la santé, le thé vert possède de nombreuses propriétés, aujourd’hui bien connues.

Rappelons que la feuille de thé vert ne totalise pas moins de 350 constituants. Alors, que trouve-t-on dans le thé vert ?

Des alcaloïdes

Le thé en contient 3 :

  • la théine, son principal alcaloïde : entre 2,9 et 4,2 % selon la maturation et la préparation. La teneur en théine du thé dépend de divers facteurs :
    • son origine géographique : les théiers du Japon sont souvent plus chargés en théine que ceux de Chine ;
    • la feuille utilisée : le bourgeon et la première feuille en contiennent 2 fois plus que les feuilles basses ;
    • la saison de la récolte : les thés primeurs, riches en bourgeons, seront plus forts en théine que les secondes récoltes ;
    • la durée d’infusion : la théine est la première substance qui se libère pendant l’infusion, mais c’est aussi la plus éphémère. Ainsi, plus vous prolongerez l’infusion, moins elle contiendra de théine !
  • la thébromine est présente en quantité moindre (entre 0,15 et 0,2 %) et dispose d’une puissante action diurétique. En activant la circulation rénale, elle favorise l’élimination des toxines par les voies urinaires.
  • la théophylline figure en quantité encore plus faible (entre 0,02 et 0,04 %). Elle possède une action vasodilatatrice, c’est-à-dire qu’elle dilate veines et artères coronaires, dont elle améliore le débit. C’est pour cette raison que le thé vert nous donne l’impression d’être plus rafraîchissant que le thé noir.

 

Des vitamines

  • la vitamine A : elle est indispensable à l’acuité visuelle et agit sur la peau et les muqueuses ;
  • la vitamine B : fortement solubles dans l’eau, de nombreuses vitamines du groupe B sont présentes dans notre tasse de thé. Elles contribuent à la bonne santé générale du corps humain, en favorisant le métabolisme ;
  • la vitamine C : si le thé est une plante naturellement riche en vitamine C (environ 250 mg pour 100 g de feuilles fraîches), notre tasse de thé n’en contient pas. En effet, la vitamine C est entièrement détruite dès lors que les feuilles de thé sont infusées dans une eau supérieure à 30 °C ;
  • la vitamine E : antioxydante, elle participe à la lutte contre le vieillissement ;
  • la vitamine K : elle accélère la cicatrisation et régule le transit intestinal ;
  • la vitamine P : disponible en quantité importante dans le thé, elle accroît la résistance capillaire et raccourcit la durée de saignement.

 

Fluor et chlorophylle

À hauteur de 0,3 g par tasse environ, le fluor favorise l’absorption du fer et prévient les caries. La chlorophylle, quant à elle, régule l’oxygénation.

 

Des tanins ou polyphénols

Les principaux polyphénols du thé sont les flavonoïdes et les catéchines – dont la célèbre EGCG, l’épigallocatéchine gallate. Tout comme ceux du vin, les tanins du thé se libèrent lentement, mais dans des quantités croissantes. Une infusion trop longue augmente considérablement leur concentration, ce qui donne au thé son amertume.

Leurs atouts sont multiples : antioxydants (véritables destructeurs des radicaux libres) et anti-inflammatoires, ils dynamisent également le métabolisme de base et la lipolyse, c’est-à-dire le processus qui dégrade les lipides pour produire de l’énergie. Par ailleurs, les flavonoïdes favorisent l’absorption de la vitamine C par notre organisme.

La catéchine principale du thé vert – ou l’épigallocatéchinegallate (EGCG) – représente 10 à 15 % de la matière sèche du thé vert. À titre de comparaison, on en trouve seulement 4 à 5 % dans le thé noir.

Il existe un thé vert très particulier, que l’on appelle le thé vert Benifuki.

De par leur préparation, les feuilles du thé vert Benifuki sont particulièrement riches en EGCG méthylées (EGCGE”3-Me). Et il se trouve que ces molécules (EGCG’3-Me) ont des propriétés antihistaminiques étonnantes. Ces EGCG méthylés jouent en effet un rôle en inhibant la libération des histamines qui sont à l’origine des réactions allergiques. L’effet concerne aussi bien les réactions allergiques aux pollens que les asthmes allergiques. Cette caractéristique a été démontrée par de nombreuses études publiées dans la revue Allergology International.

 

Un procédé de fabrication unique…

Pour produire un thé vert Benifuki concentré en molécules EGCG’3-Me, il faut exposer des feuilles matures au soleil. Lors de la première récolte ce sont les feuilles à partir de la 4e feuille qui sont prélevées, pour la 2e récolte à partir de la 3e feuille. Afin d’avoir un thé contenant le plus possible de ces molécules méthylées, il est nécessaire de trier les tiges et la base des feuilles. Plus le thé sera riche en EGCG’3-Me, plus il sera efficace contre les allergies.

Les feuilles sont passées à la vapeur, puis roulées et séchées rapidement afin de stopper l’oxydation et donc la détérioration des EGCG’3-Me.

 

Une filière premium

Aromandise a toujours eu une forte connexion avec le Japon et vocation à développer ces liens. Michel Pryet, son fondateur et dirigeant, a vécu au Japon pendant 5 ans, Yumi Pryet – son épouse – étant Japonaise. Aromandise a développé une collaboration depuis une vingtaine d’années avec des producteurs renommés, acteurs de premier plan et pionniers historiques du thé bio au Japon.

Le thé Benifuki est une rareté, a fortiori s’il est cultivé en bio. Aromandise travaille avec un producteur de la région de Kagoshima, territoire le mieux adapté à ce cépage. Ils collaborent afin d’obtenir le meilleur compromis entre un goût agréable et un contenu intéressant en molécules actives.

Plusieurs voyages par an et un partenariat construit dans la durée sont garants d’un rapport qualité-prix équitable et rationnel.

Une légitimité qui garantit globalement la pole position sur le marché français, en matière d’offre de thés japonais de qualité.

 

Des plantes de caractère pour accompagner le thé vert Benifuki

Pour booster les bienfaits de ce thé vert, 4 plantes ont été associées :

  • L’ortie contribue aux défenses de l’organisme. On trouve dans ses feuilles des composés anti-inflammatoires, des flavonoïdes antioxydants, de nombreux minéraux, de la chlorophylle détoxifiante et d’intéressants nutriments : protéines végétales et vitamines.
  • La cannelle soutient la santé des voies respiratoires supérieures. Elle a des vertus antioxydantes, antibactériennes et antiinflammatoires. Elle est principalement employée pour stimuler le système immunitaire.
  • Le gingembre a des propriétés antioxydants et aide à soutenir l’immunité. Sa racine est riche en gingérol, un principe actif antibactérien, antiseptique et antiinflammatoire.
  • La menthe poivrée, très utile dans le soin des rhumes et voies respiratoires obstruées grâce à sa forte teneur en menthol. C’est d’ailleurs l’espèce de menthe la plus efficace pour soigner ces maux.

 

Le rituel bien-être anti-allergies

Contre les allergies saisonnières

Durant 6-8 semaines, dont 2 avant la saison des allergies : 2 g pour 200 ml, 2 à 3 fois (sachets) par jour, 95 °C, 7 mn.

Contre les allergies non saisonnières et l’amélioration du métabolisme. Peut se consommer au cours de l’année hors cure ou en ménageant des périodes de non-utilisation, par exemple 6-8 semaines 3 fois par an.

Pour en savoir plus : www.aromandise.com