Un coffret de 4 huiles 100% bio de BIO PLANÈTE sera offert aux 20 prochains abonné(e)s.

Les Fleurs de Bach au secours du stress

par Isabelle Bourdeau

Avant, dès qu’une réaction négative ou un bobo à l’âme survenait, on disait « c’est nerveux » ! Maintenant, on dit « c’est le stress »

Il est indispensable de distinguer le bon stress du mauvais :

Le bon stress, ou eustress (issu du préfixe grec eu, aller bien, être bien) : c’est celui qui nous permet de nous adapter à chaque stimuli (agent stressant, quel qu’il soit), nous met en éveil, nous demande une réaction immédiate, focalise notre attention, monopolise notre concentration, mobilise l’énergie nécessaire à l’évaluation de la situation et notre faculté d’adaptation afin de déterminer la réponse et/ou l’action adéquate pour y répondre au mieux et selon notre potentiel. Ce stress est nécessaire, vital et même protecteur…

Nous sommes assujettis au stress dès notre réveil, ne serait-ce que pour accomplir notre journée : l’école pour les enfants, la fac pour les étudiants, le bureau pour les adultes… La vie normale, évolutive, stimulante, planifiée, préparée…

Le mauvais stress ou distress (que l’on peut traduire par angoisse, souffrance ou détresse) : il arrive souvent, selon les périodes de vie, que des situations ressenties comme menaçantes, contraignantes ou déplaisantes se répètent, s’accumulent, s’entassent, sans que la personne n’ait le temps de se ressourcer, de récupérer l’énergie nécessaire pour faire face.

Elle n’a alors plus accès à son potentiel énergétique et est coupée de ses ressources. Le désamorçage indispensable à la récupération de ses facultés, à l’accès à soi, n’a pas été possible ; la personne perd alors pied de plus en plus souvent ; si la prise de conscience ne se fait pas en amont, la corde tendue peut se rompre…

Il peut s’ensuivre, bien entendu, ce que l’on appelle couramment un burn-out… et ça fait mal !

Dans le monde du travail, le niveau de stress se définit comme suit : c’est le déséquilibre que l’on ressent entre ce que l’on nous demande de faire et les ressources (corporelles, mentales et émotionnelles) dont on pense disposer pour le faire.

Chaque individu a sa propre résistance face au stress et sa propre capacité à le surmonter, suivant son vécu, son expérience, son comportement, son tempérament, son énergie, sa force.

Il peut en découler de nombreuses émotions : les Fleurs de Bach répondent efficacement à la gestion de ces états chaotiques, ces situations émotionnelles non maîtrisées, chronophages et destructrices.

• En tout premier lieu, mettre des mots sur son ressenti et évaluer les symptômes précurseurs, comme ses maux, ses humeurs et états d’âme, et son niveau de fatigue ;

Peur de ne pas y arriver, dévalorisation de soi et de ses compétences, dégradation de sa santé en général, de son sommeil, de son appétit, irritabilité ou indifférence, colère, amertume, hypersensibilité ou insensibilité, perte d’empathie, déconcentration, idées noires, épuisement… douleurs !

• Choisir alors les fleurs et les élixirs floraux qui, par leur énergie vibratoire, vont inverser ce processus négatif et apporter l’impulsion positive pour retrouver petit à petit le chemin de la maîtrise, de la paix, du confort perdu.

Une composition adaptée et personnalisée de Fleurs de Bach soutient le travail de rééquilibrage car l’énergie des fleurs agit sur le processus de guérison de chacun. Celles-ci accompagnent très bien toutes les méthodes douces, comme la méditation, la cohérence cardiaque, le yoga, le coaching de vie, les massages, la sophrologie…

Choisissez les fleurs qui vous parlent pour réagir avant, pendant ou après un gros stress, à quelque niveau que ce soit. Ce soutien énergétique, à raison de quelques gouttes 4 fois par jour, sera d’un grand secours et interviendra de manière naturelle pour recouvrer votre bien-être.

Cherry plum : fleur du calme intérieur pour pallier le « pétage de plombs », la perte du contrôle de ses émotions ; aide à la reprise de la maîtrise de soi et à garder son sang-froid.

Impatiens : fleur de la famille de la solitude, de l’irritabilité, de la précipitation ; aide à travailler en groupe, à gérer le rythme d’autrui, et apporte de la détente dans le moment présent.

Rescue : le remède d’urgence qui répond, par sa composition de 5 fleurs, à la quasi-totalité des mécanismes réactionnels au stress, et ce rapidement.

Sweet chestnut : fleur de la délivrance, face aux sentiments d’abandon, de grande détresse intérieure ; aide à se réapproprier ses repères et à s’apaiser.

Mimulus : fleur du courage, de la famille des peurs, peurs connues et définies, celles que l’on craint plus que tout et Rock rose pour les peurs paniques et paralysantes.

Oak : fleur de l’endurance, fleur de fatigue pour celles et ceux qui ne savent pas s’arrêter ni se ressourcer tant qu’il reste du travail à accomplir. Elle aide à intégrer que prendre du temps pour soi est aussi important que d’honorer ses obligations. Fleur des « jusqu’au-boutistes », des « il faut que ».

White chestnut : fleur des pensées et du lâcher-prise par excellence ; élixir du petit manège dans la tête qui empêche de trouver le sommeil car envahi-e de ruminations mentales et conflits intériorisés ; il apporte le retour au calme mental et aux idées claires et constructives.

Larch : la fleur de la confiance en soi et ses compétences, qui, lors de grand stress, s’amenuisent et semblent enfouies dans un conglomérat négatif de dévalorisation. « Je le veux, je le peux, je le fais » en est la devise !

Un mélange bien choisi et pertinent face à la situation émotionnelle du moment sera concocté par un ou une conseiller-ère florithérapeute, avec votre approbation bien sûr, selon vos besoins et votre niveau de stress. Vous pouvez aussi les choisir vous-même, mais rien de tel, au début en tout cas, que de vous faire aider pour être au plus près de vous… et connaître les subtilités d’une fleur par rapport à une autre, repérer votre fleur type afin de mieux gérer votre stress !

Isabelle Bourdeau, florithérapeute
L’Apogée de Soi – 06 814 614 86
Contact@lapogeedesoi.fr