Les fleurs de Bach et les terrains allergiques : tout s’explique…

par Isabelle Bourdeau

Comment définir l’allergie sinon par l’intolérance envers… des êtres, des choses, des aliments, des substances, des situations… tout ce que l’on peut percevoir de dangereux !

L’allergie définie par le Dr Dransart (homéopathe grenoblois) est « une hypersensibilité de l’organisme à certaines substances vis-à-vis desquelles notre corps réagit de façon exagérée. Tout se passe comme si ces substances, en principe non toxiques pour le corps humain, étaient perçues comme dangereuses. Il s’ensuit une réaction de défense non seulement excessive, mais complètement hors de propos. L’allergie est avant tout une défense, déplacée certes, mais qui résulte d’un Moi qui se protège. Ces personnes qui en souffrent sont moralement hypersensibles, et perçoivent l’extérieur comme hostile à leur égard… »

En tant que florithérapeute, ce que j’entends et perçois en matière émotionnelle, ce sont la peur, le besoin de sécurité, l’hypersensibilité, l’intolérance, l’inadaptation, la fragilité, la colère même…

Soit, nous devenons allergique quand nous percevons comme hostile ce qui devrait nous être familier ; fondée donc sur la peur, celle-ci peut nous être transmise par les générations antérieures comme un facteur héréditaire, ou bien nous pouvons le devenir au cours de la vie de façon surprenante suite à un événement déclencheur, souvent en rapport avec le cadre de vie si celui-ci est remis en question !

Le sentiment inconscient d’insécurité qui accompagne ce changement de vie ou de statut peut déclencher ces réactions de sauvegarde et de défense que l’organisme exprime en excès, par de l’eczéma, une urticaire géante, une poussée inflammatoire, un oedème, des boutons, vomissements, etc.

La première fleur à laquelle je pense pour ce sujet est Beech (le hêtre), qui correspond tout à fait, sur le plan émotionnel, à l’intolérance, au rejet pour les personnes qui ont du mal à supporter l’autre dans sa différence. Elles sont critiques, arrogantes et se positionnent en juges.

L’énergie de l’élixir floral leur apporte cette aptitude plus douce pour l’indulgence, la compréhension et la tolérance.

Il est d’ailleurs délicat de donner cette fleur à quelqu’un qui doit alors se remettre en question sur les plans humain et relationnel car souvent dans le déni… et lui faire accepter ce message-là avec le travail intérieur qui l’accompagne.

Le Docteur Orozco* décrit Beech en termes de schéma transpersonnel, « comme une fleur de type et de comportement, qui entretient des relations allergiques avec son environnement qui découle d’un mécanisme de défense structuré sur l’intolérance ». Nous décrivons donc une personne plutôt rigide et stricte, avec des vues étroites sur le monde qui l’entoure et qu’elle critique ! Il est difficile de vivre avec quelqu’un de ce type car il déploie un mécanisme négatif pour qui rien ne va et rien n’ira !

Comme dit plus haut, le hêtre exprime une intolérance à des allergènes tels que le pollen, les acariens, certains aliments : gluten, arachides, etc., de l’irritation tant physique que psychique et le rejet sous forme d’éternuements, toux, eczéma, vomissements, asthme, diarrhées…

« L’extrait de Beech ne saurait avoir des propriétés d’un antihistaminique classique tels que la polaramine ou un corticoïde, mais les résultats, à court ou moyen terme, se révèlent cependant bons contre les rhinites, les toux allergiques, l’asthme et les allergies alimentaires… » – Ricardo Orozco.

En cabinet, lors de séances en présence de mon chat ou au printemps – période de diffusion du pollen dans l’air –, j’ai pu donner quelques gouttes de Beech directement dans la bouche de mes clients gênés, et l’apaisement est arrivé petit à petit le temps de la séance…

Je préconise, pour pallier ces lourds désagréments ou pour adoucir tout simplement cet aspect d’intolérance caractérielle, un mélange de Beech et Walnut pour l’adaptivité, une aide aux perturbations du changement. Walnut (le noyer), qui, dans sa générosité, va apporter un soutien lors de toute évolution au quotidien, avec ce sentiment de sécurité telle la coquille de noix virtuelle protectrice autour de soi, comme son fruit.

De plus, parmi les 5 fleurs formant la famille des peurs, Aspen, Cherry plum, Rock rose, Red chestnut et Mimulus, chacune d’elles, en fonction de la forme et de la coloration de l’émotion ressentie, apportera son lot de consolation, de calme et d’apaisement en plus des 2 élixirs cités plus haut.

Un mélange jusqu’à 7 fleurs de Bach pourra atténuer les manifestations d’intolérance générées par l’entourage, les peurs, l’hypersensibilité… et toutes autres émotions ressenties que cela engendre en fonction de la situation émotionnelle du sujet à un moment donné de sa vie. Un bon choix parmi les élixirs floraux s’impose… Si vous vous sentez concerné-e par ces états pluriels, nous pouvons en parler ensemble et convenir d’une composition personnalisée, pour une cure d’1 mois pour commencer !

L’énergie vibratoire des fleurs contribue naturellement à améliorer son mieux-être, quelles que soient les circonstances de vie de chacun et en respectant la personne dans son entier, son histoire, sa vie, sa mission, son destin même !

* Ricardo Orozco, médecin à l’université de Barcelone, enseigne les médecines naturelles orientales et occidentales. Thérapeute floral depuis 1984, il est formateur dans ce domaine depuis 1993. Il est considéré actuellement comme l’une des plus grandes autorités mondiales en thérapie du Dr E. Bach.

Isabelle Bourdeau – Florithérapeute
Cabinet L’Apogée de Soi
06 814 614 86 – contact@lapogeedesoi.fr