LE PARC NATIONAL DES ÉCRINS (05 – 38) EN HIVER : ATTENTION, FRAGILE !

Après une saison estivale record, le Parc national des Écrins est entré dans sa saison d’hiver. Les gardes du Parc et les accompagnateurs en montagne préparent leur matériel pour faire découvrir aux vacanciers les secrets du massif des Écrins… De décembre à avril, ils peuvent venir profiter des vallées du parc accessibles et des grands espaces tout de blanc vêtus. Mais « chut »…la faune aussi passe en mode hiver et a besoin de calme et d’espace pour passer cette saison dans les meilleures conditions !

 

#1. GARE AU DÉRANGEMENT DES ANIMAUX EN HIVER…

Avec la sortie progressive du confinement, les randonneurs en raquettes, à pied ou en skis de randonnée sont de plus en plus nombreux à profiter des montagnes enneigées. Pour autant, il faut garder en tête que, plus encore qu’en été, les pratiques de chaque individu peuvent avoir un impact direct sur la faune. Pendant l’hiver, la vie des animaux de la montagne est particulièrement rude. Le moindre dérangement les oblige à puiser dans leurs réserves, ce qui peut leur être fatal. Il est donc important de faire preuve de respect et de civisme pour protéger une faune particulièrement vulnérable

Quelques conseils :

  • De nombreux itinéraires à pied ou en raquettes sont balisés dans les vallées des Écrins. Idéal pour profiter des paysages enneigés… et on ne s’en éloigne pas ! Il est possible de faire appel à un accompagnateur pour être guidé dans la découverte de la montagne tout en garantissant la tranquillité des animaux !
  • La pratique du ski de randonnée est en plein boom ! Nul doute que la fermeture des remontées mécaniques amènera de nouveaux aficionados. Pour les débutants, des itinéraires balisés et sécurisés permettent de s’initier sans danger dans la plupart des stations des Écrins. Pour les habitués, il est important de rester dans les traces de skis existantes afin de minimiser le dérangement de la faune.

 

#2. ZOOM SUR QUELQUES ESPÈCES EMBLÉMATIQUES DE L’HIVER…

  • Le lagopède alpin, oiseau de l’extrême

Emblématique des régions froides et de la haute montagne, le lagopède ou « perdrix des neiges » est doté d’un grand mimétisme qui lui permet de se confondre avec son environnement (couleur blanche en hiver). La fragilité des populations en fait un marqueur important de l’évolution du climat, son air de répartition n’ayant cessé de rétrécir depuis 50 ans. Ainsi, le Parc met à contribution les randonneurs : leurs observations sont précieuses ! Elles peuvent aider les gardes à mieux comprendre l’évolution de cette population et leur répartition dans les Écrins : « Au-delà de vos spatules, écoutez et observez le lagopède alpin »

Infos https://www.ecrins-parcnational.fr/dossier/avez-entendu-lagopede

  • Le suivi des tétras lyre, une espère rare mais suivie !

Dans le secteur de Vallouise, quatre oiseaux ont été capturés et équipés d’une balise à proximité d’un itinéraire de ski de randonnée. L’objectif ? Mieux connaître le comportement de ce galliforme qui est globalement en déclin. Les gardes du Parc peuvent ainsi étudier l’utilisation spatiale et temporelle de l’espèce en période hivernale et évaluer l’efficacité et l’utilisation des zones refuges mises en place en bordure des domaines skiables. Il s’agit donc d’appréhender les impacts directs et indirects des dérangements. 

Infos https://www.ecrins-parcnational.fr/actualite/tetras-lyre-suivis-gps-cours

  • Le blanchon ou lièvre variable sort de l’ombre…

Le site de Mikéou sur la commune de Réotier dans le sud du massif des Écrins fait l’objet depuis 7 ans d’un suivi approfondi du lièvre variable. La méthode mise au point par le Parc national, sur la base de l’analyse génétique des crottes et de l’utilisation de logiciels de capture-marquage-recapture, a fait ses preuves. Selon Michel Bouche, technicien patrimoine du Parc, la population de cette espèce emblématique « a un effectif relativement stable, ce qui peut paraître surprenant pour une espèce à faible durée de vie ». Des études sont en cours actuellement dans les différents parcs et massifs de France

Infos : le Parc national des Écrins a lancé une série intitulée « Secrets de nature » avec un épisode sur les 4 saisons du lièvre variable – https://www.ecrins-parcnational.fr/actualite/blanchon-sort-ombre

 

#3. UNE RANDO-RAQUETTE AU PAYS DES CHAMOIS – LABELLISÉE ESPRIT PARC NATIONAL

Le massif du Combeynot dans la haute vallée de la Guisane est le refuge des chamois. Équipés d’une longue vue, randonneurs et guide partent en raquettes à la découverte de cet animal emblématique des Alpes. Entre forêt et clairière, le groupe s’approche à pas feutrés du site d’hivernage des chamois. L’occasion d’observer son adaptation à l’hiver (changement de couleur de pelage) et s’émerveiller devant les richesses de cette nature préservée. 

Tarifs : 29€/adulte et 25€/enfant (-12 ans)

Infos : sortie à la demi-journée – https://www.espritparcnational.com/diffusio/fr/sorties-decouvertes/puy-st-andre/au-pays-des-chamois_PDT238.php

 

#4. UNE SORTIE TRAPPEUR SUR LES TRACES DE LA FAUNE HIVERNALE

En compagnie d’un garde moniteur du Parc national des Écrins, c’est parti pour une balade sur les traces de la faune hivernale. Tous les indices de présence laissés par les animaux seront étudiés : empreintes, crottes, plumes, restes de nourriture… autant de découvertes pour connaître les animaux du parc et leur mode de vie !

Infos : à partir de 6 ans – https://www.ecrins-parcnational.fr/evenement/sortie-traces-indices-faune-hiver-13

 

Programme d’animation du Parc national

Toutes les sorties prévues par le Parc national des Écrins sont à retrouver ici : https://www.ecrins-parcnational.fr/programme-animation

Les participants doivent se munir d’un masque et leur nombre sera limité à 10 par groupe (sauf mention contraire).