Petit lexique de géobiologie…
Évolution du ressenti chez l’homme moderne

par Philippe Bouchaud
Aide à la conception d’un habitat biotique. Expertises / Formations / Livres

 

© Nimesh Basu / Unsplash.com

DÉFINITION. Jusqu’à l’âge de 7 ans environ, les enfants se fient à leur ressenti, sans préjugé aucun. L’un va détester ou adorer d’emblée une personne rencontrée pour la première fois, un autre va vous montrer quelque chose que vous ne voyez pas. Caprice ou ressenti direct, imagination ou vision réelle… à chacun d’apprécier selon ses croyances.

Puis arrive l’âge de l’apprentissage, de l’éducation. Tout doit devenir rationnel, visible, explicable. Et l’enfant – en règle générale – perd cette spontanéité innée au profit de l’analyse, du concret, du palpable. C’est la victoire de l’hémisphère gauche sur le droit.

Il existe une 3e période pour certaines personnes (de plus en plus nombreuses), vers 40 ou 50 ans. Elles se sont rendu compte, au fil des années, que leurs premières impressions – sans analyse objective – se sont très souvent révélées justes, alors qu’elles les avaient gommées après s’être entendu dire : « Mais tu ne connais pas cette personne, comment prétends- tu la juger ? »

Car elles ont fréquemment aimé ou détesté certains lieux, spontanément, sans raison objective, alors que les éléments concrets auraient dû leur faire penser le contraire.

MON CONSEIL BIEN-ÊTRE. Souvent, c’est au cours d’un stage que l’on réapprend à écouter, mais aussi à interpréter ses ressentis psychiques ou simplement physiologiques. Quel étonnement de constater que l’on n’avait jamais perçu les réactions de son corps et, pourtant, qu’une simple attention suffit : impression de lourdeur à certains endroits ou de légèreté à d’autres. Un exercice dans une cheminée cosmo-tellurique est toujours une découverte enthousiasmante : sans bouger, notre stabilité varie au même rythme que le phénomène. De même, pour le côté psychique, certains lieux nous oppressent et d’autres nous paraissent sereins.

Nous voilà alors réconcilié-e avec notre hémisphère droit, pour une utilisation plus complète de notre cerveau.

Philippe Bouchaud – GCB Conseils
www.geobiologie-pb.com
info@geobiologie-pb.com
06 15 21 18 74