Plus de verdure dans vos poêlées d’été !

Voici un légume-feuille souvent mal-aimé, par ignorance. Et pourtant, non seulement il apporte des saveurs subtiles à vos plats, mais, de surcroît, il est nutritif et gratuit.

Il existe plusieurs sortes d’amaranthe (ou amarante) sauvage ; bien heureusement, elles sont toutes comestibles. On la trouve facilement dans les terrains vagues, les jardins, les champs et les bords de route. Je vous propose une recette simple à préparer, goutteuse et très bon marché.

Poêlée d’amaranthe, fanes de radis
et pommes de terre

© Ysabel Andreo

Pour 4 pers. – Très bon marché – Préparation : 15 mn (hors cueillette et cuisson des pommes de terre) – Cuisson : 20 mn – Difficulté :

  • 250 g de jeunes feuilles d’amaranthe (amaranthus retroflexus)
  • 1 poignée de fanes de radis
  • 6 pommes de terre petites à moyennes déjà cuites
  • 1/2 oignon
  • 1 brique de 25 cl de crème soja ou de lait de coco
  • 1 à 2 pincées de sel gris de Guérande
  • 1 pincée de poivre
  • 1 c. à s. d’huile d’olive

Triez, rincez et égouttez les feuilles d’amaranthe, ainsi que les fanes de radis. Coupez-les, et faites-les blanchir quelques minutes à feu moyen dans une casserole dans 1 litre d’eau bouillante. Égouttez-les à nouveau. Dans une poêle chaude, versez l’huile d’olive et laissez dorer l’oignon, détaillé en morceaux. Ajoutez les pommes de terre préalablement coupées en morceaux, l’amaranthe et les fanes. Salez, poivrez le tout et laissez mijotez à feu très doux quelques minutes. Arrosez le mélange avec la crème soja ou le lait de coco, remuez et c’est prêt ! Pour accompagner votre plat de résistance, une assiette de crudités variées en entrée serait très indiquée. Par exemple : avec les radis dont vous aurez récupéré les fanes, des carottes râpées et quelques graines de tournesol.

 

La note naturo !

L‘amaranthe est une plante sauvage que nous consommons beaucoup chez nous l’été. Elle croît naturellement dans notre jardin en permaculture. Les jeunes pousses, les feuilles avec la tige, les inflorescences et les graines sont comestibles.

La saveur des feuilles se rapproche de celle des épinards. Les feuilles seraient plus riches en protéines que le soja. Elles renferment également des vitamines des groupes B et C, ainsi que des sels minéraux (potassium, calcium, magnésium et phosphore) et des antioxydants (flavonoïdes).

À manger avec modération, car, comme toutes les plantes de la famille des chénopodiacées, elles contiennent de l’acide oxalique. Elles sont contre-indiquées chez les personnes qui souffrent de calculs rénaux, de rhumatismes ou d’arthrite.

Les fanes de radis, quant à elles, sont une excellente source de vitamines B9 (acide folique), C (consommées crues), de minéraux : fer, potassium, calcium et magnésium. Elles sont également riches en antioxydants (caroténoïdes) et en polyphénols. Pour en profiter en toute sécurité, elles doivent impérativement être exemptes de pesticides. Si vous cultivez des radis dans votre potager bio, c’est encore mieux !

NB : Toutefois, soyez prudents !
La cueillette de plantes sauvages comestibles ne s’improvise pas. Si vous souhaitez les récolter vous-même, il est conseillé d’avoir un minimum de formation (sorties botaniques, ateliers/ stages sur le sujet, livres spécialisés) pour éviter les risques de confusions toxiques, voire fatales.