Un coffret de 4 huiles 100% bio de BIO PLANÈTE sera offert aux 20 prochains abonné(e)s.

Pour nos enfants : 
développons notre compréhension – 4

proposé par Nathalie Reinhardt
coordinatrice de l’Atelier Gordon
(www.ateliergordon.com)

Plus sur cet article et vos réactions sur notre page Facebook : L’Atelier Gordon France.
Partagez aussi entre parents dans notre groupe Facebook : Les Ateliers Gordon.

 

Comment développer notre compréhension de l’autre et notre empathie ? Voici notre 4e article de la série sur ce magnifique projet !

Poursuivons sur le beau chemin tracé par Carl Rogers, créateur du courant de la psychologie humaniste. Pour lui, une relation d’aide réussie passe par 10 critères, qu’il nous propose sous forme de questions.

La relation d’aide étant « toute relation dans laquelle l’un au moins des deux protagonistes cherche à favoriser chez l’autre la croissance, le développement, la maturité, un meilleur fonctionnement et une plus grande capacité à affronter la vie ». Beau programme, non, pour nos relations avec nos enfants ?

Voici les 10 questions que Carl Rogers nous pose :

1- Puis-je arriver à être perçu-e par autrui comme digne de confiance, comme fiable et cohérent-e au sens le plus profond ?

2- Puis-je m’exprimer de façon à communiquer sans ambiguïté l’image de la personne que je suis ?

3- Puis-je éprouver des attitudes positives envers l’autre : chaleur, attention, affection, intérêt, respect ?

4- Puis-je, en tant que personne, être assez fort-e pour être distinct-e de l’autre ?

5- Suis-je assez sûr-e de moi pour permettre à l’autre d’être distinct ?

6- Puis-je me permettre d’entrer complètement dans l’univers des sentiments d’autrui et de ses conceptions personnelles et les voir sous le même angle que lui ?

7- Puis-je accepter toutes les facettes que me présente cette personne ?

8- Puis-je agir avec assez de sensibilité dans cette relation pour que mon comportement ne soit pas perçu comme une menace ?

9- Puis-je me libérer de la crainte d’être jugé-e par les autres ?

10- Puis-je voir l’autre comme une personne en devenir, ou vais-je être bloqué-e par son passé et par le mien ?

Vous trouverez dans les 3 numéros précédents de l’écolomag une première exploration des questions 1 à 4. Poursuivons notre recherche avec les suivantes !

5- Suis-je assez sûr-e de moi
pour permettre
à l’autre d’être distinct-e ?

Nous projetons tellement sur nos enfants. Nous rêvons, consciemment ou pas, à la personne que nous souhaiterions qu’ils soient. Et s’ils pouvaient être quelque peu comme nous, ce serait pas mal, non ? Au moins, ce serait rassurant. On connaît, pas de surprises !

Quand nous surprenons d’ailleurs une ressemblance, nous sommes touchés, bien sûr, et c’est bien naturel !

Cependant, Carl Rogers nous pose la question suivante : « Suis-je capable de permettre à mon enfant d’être présomptueux ? Puis-je lui accorder la liberté d’être ? Ou bien, est-ce que je ressens qu’il devrait suivre mes conseils, ou demeurer quelque peu dépendant de moi, ou encore me prendre pour modèle ? »

Que se passe-t-il si mon enfant est totalement différent de moi ? Puis-je l’accepter ? Puis-je envisager, au plus profond de moi, qu’il trace sa route à sa façon, qu’il soit pleinement qui il est et non un clone, un représentant, un fidèle descendant de la lignée ?

Pour avoir vu mes enfants grandir, maintenant, je peux témoigner de ces moments incroyables qui jalonnent leur croissance et où nous voyons poindre et éclore leur personnalité propre. C’est vertigineux, magnifique ! Et cela peut être déstabilisant pour un parent. On ne connaît pas la situation, on cherche par analogie à rapprocher leur façon d’être de la nôtre… mais ils ne sont pas nous ! Ils sont distincts et c’est formidable ainsi. Il faut être sacrément bien ancré, en tant que parent, pour laisser toute la place à cette éclosion, à ces particularités. Profondément accepter qu’ils ne sont pas nous ni un morceau de nous, quel travail ! Ils sont eux, et c’est à la fois suffisant et merveilleux.

6- Puis-je me permettre d’entrer complètement
dans l’univers des sentiments d’autrui
et de ses conceptions
personnelles
et les voir sous le même
angle que lui ?

Carl Rogers interroge ici notre capacité à nous mettre dans les chaussures de nos enfants « pour de vrai ». Il nous interroge : « Sommes-nous capables de pénétrer leur univers intérieur en perdant tout désir de l’évaluer ou le juger ? Puis-je entrer dans cet univers intérieur avec assez de sensibilité pour m’y mouvoir librement, sans piétiner des conceptions qui lui sont précieuses ? Puis-je comprendre cet univers avec assez de précision pour saisir non seulement les conceptions de son expérience, qui sont évidentes pour lui, mais aussi celles qui sont implicites et qu’il ne voit qu’obscurément ou confusément ? Y a-t-il une limite à cette compréhension ? »

Ce que nous savons, c’est que quand on parvient à faire preuve de ce type de compréhension, de cette magnifique empathie, alors nous pouvons être un vrai agent d’aide. Et même si, parfois, mes tentatives d’écoute sont un peu maladroites, si l’empathie est là, cela aidera l’autre.

Qu’en dites-vous ?

Dans les prochains numéros de l’écolomag, vous trouverez des éléments sur chacune des 4 autres questions. Nous vous invitons à venir commenter, participer aux échanges en direct sur notre page Facebook pour enrichir le débat !

À très vite,

Nathalie Reinhardt
Fondatrice de l’Association
Les Ateliers
Gordon
www.ateliersgordon.org