Un coffret de 4 huiles 100% bio de BIO PLANÈTE sera offert aux 20 prochains abonné(e)s.

Pas besoin d´avoir “Flight Shame”
Voici comment réduire votre empreinte carbone en vol

 

Si vous vous sentez inspirée par Greta Thunberg, militante adolescente écologiste, LuggageHero.com a quelques suggestions utiles à vous faire. La jeune fille de 16 ans a récemment quitté son domicile en Suède pour se rendre à New York pour le Sommet des Nations Unies à propos de l’action pour le climat, le 23 septembre (le Sommet sur le climat et sur la jeunesse aura lieu le 21 septembre).

Greta est le visage actuel de «flygsham» ou «honte du vol», un mouvement croissant en Europe et en Amérique du Nord visant à réduire les déplacements aériens à fin de réduire l’impact sur l’environnement. La combustion de carburéacteur libère des gaz à effet de serre, tels que le dioxyde de carbone, dans l’atmosphère et les océans, ce qui entraîne une hausse des températures mondiales.

La France se classe au 4ème rang en Europe et au 10ème rang mondial en termes d’émissions émises par le transport aérien, avec un total de 15,58 millions de tonnes de dioxyde de carbone, soit une augmentation de 20% par rapport à 2017. Elle se situe juste derrière l´Allemagne, l´Australie et la Russie. En Europe, elle se situe derrière la Grande-Bretagne, l’Espagne et l’Allemagne. * (En juillet 2019, le ministre des Transports Français a annoncé la création d’une «éco-taxe» sur tous les vols décollants du pays, pouvant varier de 1,5 à 18 euros. Les fonds seront utilisés pour financer d’autres modes de transport, y compris les voyages en train.)

Dans le monde, les vols ont produit 895 millions de tonnes de CO2 en 2018, tandis que les humains en produisent plus de 42 milliards, a déclaré le Air Action Group. Au total, l’industrie aéronautique est responsable d’environ 2% des émissions de dioxyde de carbone que l’homme produit, ceci selon l’Association du transport aérien international. Ces émissions peuvent avoir un impact dévastateur sur notre environnement. Avec l’augmentation rapide du trafic aérien, les dommages vont certainement se multiplier. Mais il n’est pas trop tard pour améliorer la situation.

Voici quelques conseils pour réduire notre empreinte carbone tout en tirant le meilleur parti de nos voyages. Rappelez-vous: tout est utile!

Évitez les vols courts

Par exemple, si vous voyagez de Paris à Londres et optez pour le transport routier, vous réduirez vos émissions de dioxyde de carbone de plus de la moitié. Votre part d’émissions de CO2 sur un vol entre les deux villes totaliserait 122,1 kilogrammes, contre 48,4 kg pour la conduite et 14,4 pour le trajet en train. **

Sur le plan énergétique, les trajets inférieurs à 965 km seraient plus efficaces en train, en bus ou en voiture.

Dites oui au vol sans escale

Voler sans escale permet d’économiser beaucoup d’énergie, car les décollages et les montées demandent beaucoup plus d’énergie que le vol en croisière. En fait, environ 25% du carburant utilisé est consommé au décollage. Une fois à l’altitude de croisière, l’avion consomme beaucoup moins de carburant. Pensez-y de cette façon: changer d’appareil est le double du problème.

Mais évitez aussi les longs vols

Pour réduire la consommation de carburant, la meilleure durée de vol est de 4828 km. Les vols plus longs nécessitent plus de carburant, ce qui rend l’avion plus lourd et moins efficace, augmentant ainsi son empreinte carbone au kilomètre.

Ou simplement volez moins

Prenez moins de vols et restez plus longtemps sur ceux-ci. Avantage supplémentaire: vous connaissez mieux un endroit. N’est-ce pas cela le voyage?

Utilisez des aéroports verts dans la mesure du possible

Qu’est-ce qui caractérise un aéroport vert? Des choses comme les programmes de recyclage, la conception de bâtiments durables, la réduction des nuisances sonores et le contrôle des émissions des véhicules de service. Les aéroports reconnus pour leurs efforts en matière d’environnement sont: l’aéroport international de Boston Logan, l’aéroport de Zurich et l’aéroport d’East Midlands en Angleterre.

Choisissez la solution économique

Plus il y a de monde dans un avion, plus la consommation d’énergie devient efficace. On embarque davantage de passagers dans un autocar, tandis que les business class accueille moins de passagers avec des sièges plus lourds, et utilise plus d’éléments de service. Dans ce cas la consommation par passager et plus importante.

Pack plus léger

Plus vos bagages pèsent, plus l’avion est vorace en énergie. Alors, partez avec le strict minimum de bagages, ce qui est plus pratique quand même. Refuser ou réutiliser du plastique. N’utilisez pas de plastique lorsque vous êtes à l’aéroport ou en vol. Cela comprend les pailles, les mélangeurs et les tasses. Si vous prenez un plastique pendant le vol, réutilisez-le. Vous pouvez même apporter votre propre repas, en renonçant à toutes les pièces en plastique.

Faire connaître les agences de voyages qui compensent le carbone

Certains prestataires de voyages compensent régulièrement les émissions de carbone. Recherchez des agences qui atténuent cet’impact.

Inscrivez-vous pour un plan de compensation de carbone

Les programmes de compensation de carbone sans but lucratifs vous permettent d’acheter une compensation de carbone équivalente au coût en carbone de votre vol. De cette façon, vous investissez dans un projet qui tente d’économiser de l’énergie et des émissions.  Exemples:  plantation d’arbres et subvention de cuisinières économes en combustible en Afrique. Certaines compagnies aériennes s’associent également à des programmes de compensation de carbone. Lorsque vous choisissez un plan, essayez de rechercher le sponsor chez qui votre argent est dépensé.

Renoncer à voler pendant un an

Maja Rosén, de Suède, encourage les gens à s’engager à cesser de voler pour un an – 2020. L’année dernière, elle a fondé le groupe We Stay on the Ground afin de recruter d’autres militants. Tout le monde peut y adhérer, mais une promesse nationale ne deviendra officielle que lorsque 100 000 personnes auront signé un pays. Des campagnes actives sont en cours en Suède, au Royaume-Uni, au Danemark, en Belgique, en France, en Allemagne et au Canada.

Restez à la terre

Vous pouvez vous déplacer sans prendre l’avion, comme Greta et d’autres. Au lieu de cela, prenez d’autres moyens de transport, tels que les trains, les bus, les bateaux, les vélos et les automobiles (encore mieux si vous faites du covoiturage).

Rejoignez le mouvement

Que vous boycottiez tous les vols, changiez quelques habitudes personnelles ou ne changiez rien, vous pouvez toujours aider en faisant la promotion de l’environnement. Cela pourrait inclure le soutien à la recherche et au développement d’une aviation plus verte, la promotion de transports en commun plus écoénergétiques et le vote des dirigeants locaux et nationaux qui accordent la priorité aux changements climatiques. Chaque bit aide!

 

* Source des données: Amadeus IT Group en combinaison avec les facteurs d’émission de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), compilés par l’Institut du tourisme de l’Université Griffith et interprétés par LuggageHero.

** Date source: EcoPassenger, un outil de calculfourni par l’Union Internationale des chemins de fer. Les calculs pour les déplacements en voiture utilisent 1,5 passager, pour les déplacements en train, un facteur de charge moyen, et pour les avions, une utilisation moyenne européenne, y compris les heures d’arrivée et de départ et la taxation sur l’aérodrome.

LuggageHero.com est un réseau mondial de sites de stockage de bagages sûrs, pratiques et abordables dans les magasins, les cafés et les hôtels. Il a stocké plus d’un million d’heures de bagages dans plus de 1 100 points de dépose en Europe et en Amérique du Nord. Le siège social de LuggageHero est situé à Copenhague. Il dessert les voyageurs de 29 grandes villes d’Europe et d’Amérique du Nord. Une douzaine d’autres seront lancées cette année. Luggage Hero a été nommée l’une des 25 meilleures entreprises en démarrage dans le secteur des voyages à surveiller en 2019 par Phocus Wire et a été recommandée par les principaux médias, notamment le New York Times, LonelyPlanet et CNBC.

——

Pour plus de renseignements vous pouvez contacter:

Marcelina Horrillo

Relations des Médias Luggagehero

Email: mhhgdsaa@gmail.com