Un coffret de 4 huiles 100% bio de BIO PLANÈTE sera offert aux 20 prochains abonné(e)s.


Le Tégarome du Dr Valnet

Il s’agit du célèbre produit du père de l’aromathérapie moderne, l’éminent Docteur Jean Valnet (1920- 1995). Le Tétarome, c’est la petite bouteille magique 100 % naturelle qui répare, désinfecte et soigne les peaux agressées (abcès, ampoules, furoncles, brûlures, coups de soleil, plaies, piqûres d’insectes…). C’est une préparation prête à l’emploi, aux huiles essentielles bio de lavandin, romarin, sauge, thym, cyprès, géranium, niaouli et d’eucalyptus. Il s’utilise pur en application locale ou en compresses bien imprégnées.

Recette express s’inspirant du Tégarome :

Dans un petit verre, mélangez 3 ml de macérât de calendula, 3 ml de macérât huileux de millepertuis, 2 ml (70 gouttes) d’HE de lavande aspic, 1 ml (35 gouttes) d’HE de géranium bourbon (Pelargonium graveolens var. Bourbon). Transférez dans un flacon roll-on de 10 ml. Appliquez aussi souvent que nécessaire de manière locale sur les zones à traiter.

L’essence algérienne

Ce remède est né dans le laboratoire de Léon Touhladjian, pharmacien, qui cherchait un remède pour soigner sa fille, atteinte de coqueluche et de bronchopneumonie. C’est d’ailleurs toujours le portrait de celle-ci qui figure sur la petite étiquette bleue de l’emballage ! Décongestionnante et antiseptique, l’essence algérienne est un mélange d’eucalyptus, de bois de gaïac et de menthe. Elle agit sur les voies respiratoires, les fosses nasales et intervient contre toutes les lésions des muqueuses. Elle s’emploie en inhalation (pas plus de 3 fois par jour), mais également en diffusion. Dans votre diffuseur électrique, 1 à 4 goutte(s) suffisent pour assainir l’atmosphère. Vous pouvez aussi en verser 1 goutte sur un mouchoir, que vous respirerez au cours de la journée. Ne pas donner aux enfants de moins de 12 ans.

Sirop de coquelicot maison à l’ancienne

Remplissez un bocal de pétales de coquelicot en les tassant et recouvrez-les d’eau bouillante. Laissez infuser pendant 24 heures, puis portez l’infusion à ébullition. Après refroidissement, filtrez et exprimez le jus avec un linge propre. Ajoutez 1 kg de sucre en poudre par litre de jus, et le jus d’1 citron. Faites cuire à feu doux pendant 15 minutes jusqu’à l’obtention d’une consistance sirupeuse. Embouteillez les flacons à chaud après avoir rincé le bouchon à l’alcool. Conservez à l’abri de la lumière. Ce sirop est excellent contre la toux. Une fois ouvert, il se conservera 1 mois au réfrigérateur.

L’eau de plantain, une panacée pour les yeux

Le plantain est connu en Europe méridionale dès l’an 4 000 av. J.-C. et va se propager petit à petit vers le nord. Ses propriétés thérapeutiques étaient déjà beaucoup exploitées par les Grecs et les Romains dans l’Antiquité. À partir du XVIe siècle, les colons européens vont le répandre dans le monde entier.

La feuille de plantain est un pansement d’urgence bien connu de nos anciens : ils la froissaient entre leurs doigts et l’appliquaient sur la plaie. L’abbé Kneipp, prêtre et guérisseur bavarois du XIXe siècle, disait du plantain : « On dirait qu’il referme la plaie béante par une couture de fils d’or ; car de même que l’or n’admet pas la rouille, ainsi le plantain n’admet pas de pourriture et de chair mortifiée. » La feuille de plantain calme aussi la douleur des piqûres d’orties ou d’insectes.

La formule de l’eau de plantain a été donnée par un médecin du XIXe siècle, J. Roques, célèbre phytothérapeute. Elle était préconisée pour soigner les yeux des malades. « Prenez une once de miel de Narbonne, une décoction de plantain et de feuilles de rose filtrée. Mêlez et faites fondre exactement le miel. On bassine souvent les yeux avec cette liqueur dans laquelle on trempe aussi des compresses dont on les recouvre et que l’on humecte de temps en temps. »

Hépatoum, vous avez dit hépatoum ?

Cette solution buvable à base de plantes médicinales et d’épices a eu son heure de gloire ! Dans sa composition, on trouve notamment de l’anémone, du curcuma et de l’huile essentielle de menthe, qui facilitent la digestion et participent à l’évacuation de la bile.

La cure de l’herboriste Suzanne Robert

Au début des années 70, Suzanne Robert, herboriste diplômée de la faculté de pharmacie de Paris, fonde l’herboristerie située au 26 rue de l’Aiguillerie, à Montpellier. Passionnée par son métier, elle fait prospérer l’herboristerie et fidélise la clientèle grâce à son savoir-faire, sa connaissance des plantes, sa chaleur humaine et son expérience. Elle livre ses recettes dans l’ouvrage Tous mes secrets de santé, aux éditions Henri Veyrier. Il n’est plus édité aujourd’hui mais on le trouve d’occasion sur certains sites.

Elle a notamment mis au point une cure active et efficace pour lutter contre les rhumatismes et les douleurs diverses. Dans un saladier, mélangez 50 g de feuille de frêne, 50 g de feuilles de cassis, 50 g d’aubier de tilleul, 50 g de bardane et 50 g de réglisse. Mettez 4 cuillerées à soupe du mélange dans 1 litre d’eau et faites chauffer. Éteignez le feu au moment où la tisane commence à bouillir. Laissez infuser pendant 20 minutes. Buvez 1 litre de cette tisane dans la journée pendant 21 jours.

La tisane des cinq racines

Elle est utilisée traditionnellement pour ouvrir l’appétit et accélérer l’élimination des toxines. Excellente pour faire un grand nettoyage de printemps

Préparez un mélange de 50 g de racines de fenouil, 50 g de racines de fragon (ou petit-houx), 50 g de racines d’ache, 50 g de racines d’asperge et 50 g de racines de persil. Vous pourrez le conserver dans un pot en verre bien hermétique. Comptez 20 g de ce mélange pour 1 litre d’eau frémissante. Portez à ébullition et laissez frémir pendant 5 à 10 minutes à feu doux. Puis, hors du feu, laissez infuser 5 minutes et filtrez. Vous pourrez boire 3 tasses par jour pendant 3 semaines, et ce dès l’arrivée des beaux jours.

La tisane des quatre semences

Formulée avec des plantes carminatives, elle aide à l’expulsion des gaz intestinaux. On recommande donc cette tisane en cas de ballonnements. On pourra en boire 1 tasse après chaque repas. Mélangez 20 g de chacune des semences suivantes : anis, fenouil, coriandre et carvi. Comptez 10 g de ce mélange pour 1 litre d’eau frémissante. Portez à ébullition et laissez frémir pendant 5 à 10 minutes à feu doux. Puis, hors du feu, laissez infuser 5 minutes et filtrez.

Le cataplasme associé à la tisane anti-cellulite

Préparez le mélange suivant : 20 g de sommités fleuries de reine des prés, 20 g d’écorce de bouleau, 20 g de fucus vésiculeux, 20 g de feuilles de vigne rouge et 20 g d’orthosiphon. Prenez 2 cuillerées à soupe de ce mélange et plongez-les dans 1/2 litre d’eau frémissante. Laissez infuser 10 minutes, puis filtrez. Conservez séparément la liqueur des plantes qui ont infusé. Étalez les plantes encore chaudes sur une bande de gaze, que vous poserez sur les parties à traiter. Laissez en place une dizaine de minutes. Pendant ce temps, buvez une tasse d’infusion, sans sucre bien évidemment !

La tisane du cœur tranquille

Elle calme la nervosité, améliore la circulation sanguine, fait baisser la tension artérielle et protège les artères. Préparez le mélange suivant : 15 g de sommités fleuries de bourrache, 30 g de feuilles d’olivier, 30 g de queues de cerises, 15 g de verveine odorante. Comptez 1 cuillerée à café de ce mélange pour 1 tasse d’eau bouillante. Laissez infuser 10 minutes avant de filtrer. On pourra en boire 2 ou 3 tasses par jour.

Le blanc de Meudon

Cette poudre blanche, fine et crayeuse servait aussi bien à nettoyer les vitres, les miroirs, la faïence, l’argenterie, le marbre ou le cuivre qu’à blanchir des tissus ou des chaussures, épaissir des enduits, fortifier un sol ou tanner des peaux…

Baptisée du nom de la ville où s’établit, dès le XVIIIe siècle, la plus grosse exploitation de cette craie, aujourd’hui fermée, le blanc de Meudon est extrait de carrières naturelles. Son usage est ancien, mais sa production s’est développée à l’échelle industrielle au début du XXe siècle. Ainsi connaît-on le blanc d’Espagne, de Troyes ou encore de Champagne, de même composition que le blanc de Meudon. Constituée de particules de carbonate de calcium, élément principal du calcaire et de la craie, peu abrasive, non inflammable et très absorbante, cette poudre s’utilise pure ou mélangée, notamment à de l’eau. Elle ne raye pas. Ainsi, elle nettoie et fait briller de nombreux métaux et matériaux, comme les plastiques, l’inox, le verre ou les cuivres. Épaississant naturel, on la retrouve dans les peintures ou les mastics. Le blanc de Meudon se conserve bien à l’abri de l’humidité.

La terre de Sommières

Sous la forme d’une poudre fine de couleur ocre, verte, blanche, voire violette, la terre de Sommières est tout simplement une argile devenue l’arme absolue du nettoyage à sec 100 % naturel !

Cette argile doit son nom au village près duquel elle fut découverte au XIXe siècle, Sommières, dans le sud de la France, aux environs de Montpellier. C’est une argile de type smectique. Comme pour toutes les argiles, le pouvoir absorbant de la terre de Sommières est très important. Mais celle-ci est également connue pour être un formidable dégraissant et détachant ; c’est d’ailleurs son utilisation première. De plus, elle est désodorisante : elle résorbe donc les mauvaises odeurs des tissus qu’elle détache. Sa grande force tient au fait qu’elle agit à sec, sans mouiller le linge. Une aubaine pour nettoyer des tissus qui ne supportent pas d’être humidifiés.

L’hydromel pour se revigorer

Cette boisson alcoolisée est constituée uniquement d’eau, de miel et de levure. Le résultat alcoolisé est obtenu par la fermentation des levures, ce qui en fait une boisson extrêmement tonique et revigorante. Vous trouverez en vente de l’hydromel de fabrication artisanale. L’hydromel est pour ainsi dire la première boisson alcoolisée de l’humanité. Les premières traces prouvant son existence remontent à l’âge de bronze. Il a donné son nom à la célèbre nuit qui suit tout mariage, la lune de miel, dont l’origine remonte à l’époque de Babylone : il était coutume de donner au futur mari de l’hydromel afin de le rendre vigoureux. Il fut également la boisson préférée des Gaulois.

Synthol, là où ça fait mal !

Universellement connu et créé par le docteur Roger en 1925, le Synthol n’a pratiquement pas changé depuis lors, si ce n’est que la bouteille en verre est aujourd’hui en plastique. Il soulage de nombreuses affections… Composé d’acide salicylique, de lévomenthol, de résorcinol et de vératrole, il est idéal en bain de bouche pour les affections buccales (maux de dents, gingivites, aphtes…), mais aussi en application locale en cas d’ecchymoses, de coups, de contusions, de lumbago, de piqûres d’insectes ou de méduses.

Un peu de quintonine, et ça repart !

On doit cette fameuse potion à un pharmacien de Châteauroux, Eugène Cayron, dans les années 1900. Elle est constituée d’herbes médicinales, de kola, de cannelle, d’écorce d’orange amère et, surtout, d’écorce de quinquina. Fortifiant contre la fatigue, l’anémie, l’infection, le manque d’appétit ou les états dépressifs, la quintonine se prenait autrefois à l’arrivée de l’hiver et au printemps, pour donner des forces : mélangée à 1 litre de vin rouge, on en buvait un petit verre avant les repas.

Néroli, une huile de princesse

Le néroli est une huile essentielle produite à partie de la fleur du bigaradier (Citrus aurantium), un arbre originaire d’Asie appelé également oranger amer. À la fin du XVIIe siècle, Anne-Marie Orsini, duchesse de Bracciano et princesse de Nerola, fait connaître cette huile essentielle, dont elle se sert comme parfum pour ses gants et son bain. Très à la mode, l’essence est baptisée « néroli ». Elle est produite par entraînement à la vapeur car la fleur est trop fragile pour supporter une distillation à l’alcool. Le néroli est l’une des essences les plus utilisées en parfumerie. On la trouve également dans les cornes de gazelle, une pâtisserie marocaine.

Vous pouvez profiter de son huile essentielle pour ses remarquables propriétés bien-être. Elle est en effet relaxante, mais aussi positivante. Elle redonne vitalité et confiance en soi, apaise les angoisses et les peurs et développe la joie. Elle est idéale en cas de stress, d’anxiété, de tensions nerveuses ou de crises d’angoisse. Mélangez 2 gouttes de son HE avec 4 gouttes d’huile végétale de votre choix. Appliquez ce mélange en massage sur le plexus solaire ou le long de la colonne vertébrale.

Vinaigre médicinal à la sauge

Utilisez ce vinaigre en lotion pour traiter les imperfections de la peau, les irritations, les piqûres ou morsures d’insectes, ou pour apaiser l’épiderme après un coup de soleil. Il pourra être appliqué en friction sur le cuir chevelu, pour aider à prévenir la chute des cheveux. En bain, à raison de 1 verre de vinaigre pour 5 litres d’eau tiède, il assainit les pieds et lutte contre la transpiration excessive.

La recette maison express : faites macérer, durant 8 jours, 3 à 4 poignées de feuilles de sauge officinale dans 75 cl de vinaigre de cidre, le plus naturel possible. Remuez ou agitez chaque jour, puis filtrez et conservez le vinaigre obtenu dans une bouteille fermée hermétiquement.