Home / Écolo rubrik / Santé Bien-être Beauté / Se libérer des douleurs des traumatismes répétés

© Simon Lambert/Haytham-Rea

Se libérer des douleurs
des traumatismes répétés

Savez-vous que notre corps a une mémoire et que, à l’image d’un millefeuille, les traumatismes peuvent s’accumuler et causer de graves douleurs chroniques ?
Myriam Brousse, auteure de l’ouvrage Les mémoires du corps – Se libérer de la répétition des traumatismes, aux éditions du Rocher, nous éclaire sur le sujet.

 

avec Myriam Brousse
Psychothérapeute

© Stock.Adobe.com

 

Comment et pourquoi vous êtes-vous intéressée aux mémoires du corps ?

Dans les livres que j’ai écrits, Votre corps ne le sait pas encore et jusqu’à y compris Votre corps a une mémoire, j’ai relaté avoir vécu une très grave maladie à l’âge de 39-40 ans, et être sortie de cette maladie grâce au travail dans le corps guidé par un maître tibétain et les pionniers de la recherche en mémoire cellulaire. Cette pratique a été guidée.

 

Comment définiriez-vous la mémoire cellulaire ?

La mémoire cellulaire s’intéresse aux informations inscrites dans les cellules du corps à l’insu du mental, qui, lui, n’a pas accès à cette mémoire. Tout ce que notre esprit s’efforce d’oublier parce que c’est insupportable, notre corps le porte en lui. Il semblerait que la mémoire cellulaire s’inscrive comme un conte dans notre corps, qu’il faut savoir déchiffrer.

 

Dans quels cas est-il intéressant d’y avoir recours ?

Il est intéressant d’y avoir recours :

  •  lorsque nous avons des schémas répétitifs qui entravent notre liberté d’agir et dont on veut se libérer ;
  • pour connaître l’origine des souffrances que l’analyse n’a pas pu déceler ;
  • lorsque nous avons des symptômes inexplicables, nous pouvons aller chercher leur origine à l’aide de la généalogie. Car nous répétons presque toujours les maux de nos ancêtres, sur lesquels il est important de mettre des mots.

 

Lorsque l’on pense que l’on a un mauvais karma,  avec les mêmes traumatismes et les mêmes souffrances  qui se répètent, peut-il être pertinent de travailler sur cette mémoire cellulaire ?

J’hésite à parler du karma. Car c’est un sujet très délicat, qui a besoin d’être éclairé de différentes façons, par différents chemins et diverses traditions. L’expérience de cette vie est faite pour être réelle, concrète et vérifiable dans la matière. Ce travail permet de ne pas donner corps à l’illusion. C’est à quoi s’emploie le travail en mémoire cellulaire au travers de sa méthode.

 

Ces traumatismes peuvent-ils provenir de nos ancêtres ?
Si oui, comment
cette mémoire se transmet-elle ?

Comme évoqué plus haut, ces traumatismes peuvent venir de nos ancêtres. C’est par l’intermédiaire de nos cellules que l’on peut toucher et ressentir cette transmission concrètement dans le corps. En effet, nous reproduisons à l’infini les comportements dont nous n’avons pas pris conscience et qui se réveillent au fur et à mesure du travail accompli : le coucou qui pond dans le nid des petits oiseaux fauvettes. Le coucou ne peut s’observer dans son comportement, c’est le règne animal, alors que l’humain a la faculté de se voir agissant au fur et à mesure de l’éveil de ces mémoires dans le corps. Il peut donc agir pour s’en libérer.

 

Comment procédez-vous concrètement pour travailler  sur cette mémoire cellulaire et l’effacer ?

Je ne peux répondre en quelques mots à cette question. C’est un long travail de recherche, avec une méthode qui donne ses preuves et qui est en partie écrite dans mes deux derniers livres. Mais je dois avouer que le mot « effacer » ne me convient pas et qu’il faudrait le remplacer par le mot « transformer ».

 

Avez-vous quelques mots à dire sur la situation actuelle  vis-à-vis de la Covid-19 ?

Le monde et les êtres qui s’y trouvent sont actuellement entraînés dans un grand état de « manque » – de contact, de visibilité, de liberté… Tous ces manques sont peut-être des solutions offertes pour échapper à la pandémie. Cependant, si nous élargissons notre regard, il se peut que nous trouvions là une possibilité d’intériorisation plus forte de silence permettant de nous rencontrer dans une dimension différente et plus intime. Tout cela rendra peut-être possible l’accompagnement d’un grand changement.

à la une sur le même thème

Santé Bien-être Beauté
Le ventre, au centre de nos préoccupations
par Sophie Macheteau
Santé Bien-être Beauté
Soulager naturellement les douleurs chroniques
par Sophie Macheteau
Santé Bien-être Beauté
Cahier de 5 grandes plantes antidouleur
La reine des prés
Santé Bien-être Beauté
Côté santé : Soulager tout naturellement les douleurs
Lorsqu'elle devient chronique, la douleur envahit peu à peu notre quotidien

Rejoignez-nous dès maintenant et recevez toutes les dernières actualités en vous inscrivant à notre newsletter !

Vous recevrez toutes les dernières actualités du site directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.