Home / Humeurs / Comme les hirondelles

Il fut un temps, de plus en plus lointain dans les grandes villes, un temps qui avait duré quelques millions d’années, où les hirondelles vivaient, chaque année, six mois de leur vie auprès des hommes. Elles ne les craignaient point, tout le monde se réjouissait, elles annonçaient le printemps.

Au creux des toits des maisons, sous la charpente des granges ou des étables, dans la soupente du préau de l’école ou de celui de l’église, voletant au-dessus des humains ou des animaux de l’étable, nous les voyions passer et repasser, pour bâtir leurs nids.

Dans leurs becs, c’était ici une brindille, là-bas une fine paille ou un fil échappé de quelque haillon d’épouvantail de jardin. Elles entrelaçaient ce petit matériel qu’elles collaient soigneusement de leur salive, ajoutant quelques duvets ou morceaux de laine déposés sur une barrière où s’était frotté un mouton.

Ainsi leur nid douillet était prêt pour deux ou trois oeufs, sur lesquels père et mère se relayaient sans cesse afin de les garder bien au chaud.

Enfin naissaient les oisillons, mais avec quel tapage ! Père et mère allaient sans cesse quérir moustiques, mouches et toute sorte d’insecte friand de ce qu’il trouve sur les animaux et les gens, mais aussi ceux qui nuisent aux récoltes. Nul besoin de pesticides, les hirondelles faisaient le travail. Dans les villes, elles se régalaient de moustiques et de mouches, au soulagement des humains.

Les longs cous et les longs becs ouverts ou piaillants étaient un enchantement pour les enfants comme pour les grands.

Ce spectacle émouvant nous renvoyait ce que nous-mêmes, humains, vivions.

Dans les écoles des villes, c’était comme un morceau de nature, d’amour tendre, d’émerveillement.

Alors est venu le temps de l’hygiène. De l’hygiène absolue. Aucune minuscule crotte d’oiseau ne devait pouvoir souiller la cour de récréation. Seul un bon dieu sait peut-être quelles maladies terribles risquaient d’attraper les enfants. Et les enseignants.

Parents et enseignants applaudirent. Il fut décrété que les hirondelles n’auraient plus leur nid où elles le souhaitaient, parmi les hommes. Et l’on colmata tous les recoins qui leur servaient de refuge. Nous étions (car j’y étais) si peu nombreux à soutenir les hirondelles, que c’est l’avis de la masse, ou de la mairie, ou de quelque chef suprême qui l’emporta !

Dans la cour bétonnée, sans un arbre, puisque les feuilles par terre, c’est sale aussi, sans un jeu autre que le toboggan d’un mètre de haut seulement, car la cage d’écureuil, la balançoire, le grand toboggan avaient disparu depuis longtemps car c’est dangereux, les enfants de l’école maternelle avaient perdu le bonheur des oiseaux du printemps.

Au nom de l’hygiène, de la santé, de leur sécurité sanitaire vue d’en haut. Pas vue de leur hauteur. Vue de ceux qui ne sont jamais venus dans la cour. De ceux qui n’ont jamais observé la vie des hirondelles et de leurs petits, de ceux qui n’ont pas compris le bonheur fou qu’elles apportaient aux tout petits enfants.

À tant d’enfants qui n’ont que les bonheurs de la ville. Et jamais ceux de la campagne. Ne laissant à ces enfants que le risque de recevoir, sur leur tête, une gigacrotte de biset1, la mairie n’ayant pas eu le temps de les exterminer.

Les enfants d’autrefois ont-ils souffert de tant de graves maladies apportées par les hirondelles ? Certes non. Mais au nom de la santé, on les prive de ce qui est le plus important pour la leur, le bonheur. Le bonheur d’observer les papa et maman des oiseaux remplir les becs de leurs petits. Le bonheur de voir les petits apprendre à voler, accompagnés de leurs parents.

On voit là combien, à trop vouloir faire le bien, on peut faire le malheur des autres.

Sachez tout de même que ce qui va suivre le grand souci de notre santé, ce sera le grand souci de l’écologie. Et cela est déjà en route, à l’instant même où vous lisez ces lignes. Au nom de l’écologie, il est en effet prévu de supprimer beaucoup de nids. Les nids trop chauds ou trop froids, les nids mal placés, que les oiseaux n’auront pas toujours les moyens ni le temps de rendre plus chauds ou plus frais. Des nids isolés, pas assez écologiques.

À l’instar de L’hirondelle et les petits oiseaux de Jean de La Fontaine dont je vous parlais naguère, je vous supplie de ne point tomber dans les rets2 de l’obsession écologique, tout aussi dangereuse si ce n’est plus pour le bonheur des petits enfants comme pour celui des grands. Une hirondelle ayant beaucoup voyagé, elle a aussi beaucoup appris ! Tâchons de ne point donner vérité à la moralité de cette fable qui nous dit que « nous n’écoutons d’instincts que ceux qui sont les nôtres, et ne croyons le mal que quand il est venu. »

Prenons garde de ne pas tarder à le comprendre ! Sinon, comme les hirondelles, nous perdrons nos logis !

Sachons de l’écolomag tirer beaucoup de science, tout en sachant raison garder !

France Guillain
www.bainsderivatifs.fr
Facebook : Méthode France Guillain
franceguillain@yahoo.fr

1- Biset : gros pigeons des villes
2- Rets : filets

0 Commenter

Laisser un commentaire

Autres articles de l'auteur

Humeurs
Elles ne savent pas…
J’écrivais, il y a 24 ans, que le combat pour la liberté d’être nu, dans un lieu naturel et protégé, était comparable au combat féministe.
Humeurs
Révélons, révélons, car rêve est long !
Un peu d’écologie dans nos esprits !
Humeurs
L’économie nationale, et même mondiale au bout de notre fourchette !
nous respecter nous-même en premier lieu, ainsi que respecter tout ce qui nous entoure
Humeurs
42 °C à l’ombre ! Vous prendrez bien une p’tit bière ?
Une Pisner ? C’est nouveau !
Humeurs
De l’importance du plaisir et de la jouissance !
Par France Guillain
Humeurs
« Pourtant, on nous dit que c’est statistique ! »
Si certaines expressions ont le pouvoir de m’agacer, celle-ci est celle que j’entends le plus fréquemment.

À la une sur le même thème

Humeurs
? Apocalypse sous le Soleil exactement ? ?! ? Egalité devant ( / écologie Juste) – Fraternitées – Liberté… )) )
? Apocalypse sous le Soleil exactement ? ?! ? Egalité devant ( / écologie Juste) - Fraternitées - Liberté... )) ) Toutes et tous écolos en 2022 !!! ? (élections "charnières" )
Humeurs
Une révolution intérieure est en cours…
À la surface du monde, en ce moment même, il y a des guerres, de la violence, de la folie, et l’avenir peut paraître bien sombre… Pourtant, au même moment... ( image choisie en "aveugle" par hazard dans ma photothèque... )
Humeurs
« La vie, ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre à danser sous la pluie. » Sénèque
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE
Humeurs
Bien-être
Bien dans sa tête, bien dans son corps, bien dans sa vie professionnelle et personnelle
Humeurs
« L’été m’émoustille. » Kim Kardashian (philosophe contemporaine)
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE
Humeurs
Amusé
Si vous riez 1 à 2 minutes par jour, vous êtes dans la moyenne.

Autres articles

Beauté
Du CBD de toute beauté !
Eh oui, là encore, le CBD fait des siennes.
Beauté
Dossier beauté : Le chanvre, une plante vraiment stupéfifiante
Qu’on se le dise, le chanvre est le nouveau mantra du soin cosmétique.
Beauté
Beauté et huile de chanvre
l’huile de chanvre possède une belle couleur verte, des notes légèrement épicées et d’herbe coupée fraîche
Beauté
Bain fortifiant et éclaircissant pour les ongles
Ce bain améliore et renforce la structure des ongles mous et cassants. Recette minute, ne se conserve pas.
Santé
Zoom sur la réglementation du chanvre
avec Aurélien Delecroix, président du Syndicat Professionnel du Chanvre (SPC) fondateur de Green Leaf Company
Santé
Dossier santé : Le chanvre, une plante vraiment surprenante !
Le chanvre est une herbe vulnéraire composée de 400 éléments chimiques, aux nombreuses propriétés thérapeutiques

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.