Home / Santé Bien-être Beauté / Le dossier du mois : Perturbateurs endocriniens, une menace sur la santé des femmes entretien avec Valérie Foussier

Le dossier du mois :
Perturbateurs endocriniens, une menace sur la santé des femmes

Il est une évidence que nous avons pourtant longtemps méconnue : les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques qui interviennent sur notre système hormonal. Cette action sur nos hormones a une influence néfaste sur notre santé, malheureusement à notre insu. Car nous les respirons. Nous les consommons. Nous les portons.

Nous avons voulu en savoir plus en posant quelques questions à Valérie Foussier, médecin endocrinologue, qui vient de publier l’ouvrage Perturbateurs endocriniens : ils sont partout !, aux éditions Josette Lyon.

On entend beaucoup parler des perturbateurs endocriniens environnementaux. Mais que sont-ils réellement ?

Un perturbateur endocrinien environnemental – ou PEE – est, selon l’OMS, une substance chimique d’origine naturelle ou synthétique, étrangère à l’organisme, et susceptible d’interférer avec le fonctionnement du système endocrinien, et induire ainsi des réactions délétères sur cet organisme ou ses descendants.

L’effet PEE peut être plus puissant à faible dose qu’à forte dose. Cela correspond au mode d’action des hormones, qui sont régulées de cette façon.

Ces perturbateurs endocriniens peuvent être d’origine naturelle. Ce sont les hormones et aussi les phyto-œstrogènes contenus dans le soja, la bière ou le houblon par exemple. Lorsqu’ils sont d’origine synthétique, ce sont alors les produits issus de l’industrie chimique contenus dans des objets de consommation courante, comme des médicaments. Il est ainsi possible qu’ils soient présents, de manière naturelle ou du fait d’une contamination, dans différents milieux : eau, aliments, produits de consommation, air. Ils peuvent avoir une action hormonale activatrice ou bloquante.

Ces leurres hormonaux sont incriminés dans différentes pathologies chroniques : troubles du développement, de la reproduction, cancers hormonodépendants, obésité, diabète…

Quels sont leurs modes d’action ?

Ils peuvent avoir une action hormonale activatrice ou bloquante et influent sur les processus de synthèse, de sécrétion, de transport, de stockage, de libération, d’action ou d’élimination des hormones. Ils peuvent se fixer sur le récepteur d’une hormone de manière anarchique et déréguler, de cette façon, le système hormonal. Ils peuvent perturber la régulation d’autres facteurs sous la dépendance de ces hormones en modifiant le signal hormonal, en gênant ou en bloquant la production ou la régulation d’autres hormones ou récepteurs. Quatre modes d’action principaux ont été décrits :
• Ils miment l’action d’une hormone par leur structure moléculaire similaire à celle d’une hormone naturelle en activant le récepteur.
• Ils bloquent la fixation d’une hormone sur son récepteur présent sur les cellules cibles, ce qui empêche son action.
• Ils modifient le signal hormonal, ce qui perturbe le fonctionnement des hormones. • Ils agissent sur les enzymes-clés de la synthèse des stéroïdes, comme le cytochrome P450.

Pouvez-vous nous donner des exemples de PEE dont il faut particulièrement se méfier ?

Le bisphénol A (BPA)
C’est un composant d’un type de plastique, le polycarbonate, et de certaines résines époxydes à usage alimentaire. Il est susceptibles de migrer dans les boissons et les aliments stockés dans ces matériaux, d’autant plus si les aliments sont chauffés avec leur emballage à au moins 40 °C.

Les phtalates
Ce sont des substances chimiques que l’on retrouve notamment dans pratiquement tous les articles en PVC, matériaux de construction, d’ameublement et de décoration, mais aussi dans certains cosmétiques : parfums, déodorants, laques, gels, vernis à ongles, lotions après-rasage, lubrifiants.

Les composés perfluorés
Ils sont utilisés dans de nombreuses applications industrielles, entre autres pour les traitements antitache et imperméabilisants de textiles, les enduits résistant aux matières grasses, les emballages en papier et carton pour le contact alimentaire, les revêtements antiadhésifs d’ustensiles de cuisine, les mousses anti-incendie ou encore certaines formulations d’insecticides.

Les retardateurs de flamme
Ils sont employés dans différents équipements électroniques, tels que les téléviseurs, les ordinateurs, les matelas, canapés, les tissus, les meubles, les vêtements, les peluches.

Les parabènes
Ce sont des conservateurs présents dans plus de 80 % des produits cosmétiques, mais aussi dans les produits alimentaires ainsi que les médicaments. Ils sont capables de mimer l’activité des œstrogènes et « nous collent à la peau ».

Les filtres chimiques des crèmes solaires
Les crèmes solaires sont composées de deux types de filtres : les filtres chimiques, qui absorbent les rayons UV, et les filtres minéraux, qui reflètent la lumière. Les premiers sont suspectés d’agir comme des perturbateurs endocriniens.

Les éthers de glycol
On les retrouve dans les produits d’entretien, médicaments, cosmétiques, peintures, encres, adhésifs. Les principales voies d’exposition potentielles à ces composés sont l’inhalation de vapeurs ou l’absorption par la peau.

Les pesticides
La France est le premier utilisateur européen de pesticides et le troisième dans le monde. Parmi ceux ayant un effet perturbateur endocrinien, on peut citer en tête de liste le DDT, ou dichlorodiphényltrichloroéthane. Certains sont interdits depuis longtemps en Europe mais persistent encore dans l’environnement. Ils sont connus pour être responsables d’une baisse de la fertilité en réduisant le nombre de spermatozoïdes.

Qu’appelle-t-on l’effet cocktail de ces perturbateurs ?

Des substances qui, individuellement, n’ont pas d’effet peuvent en induire en présence d’autres molécules. C’est l’effet cocktail. Il résulte d’une multi-exposition, avec possibilité d’addition de concentration lorsque les PEE utilisent les mêmes voies de signalisation ou d’action. C’est le mélange qui provoque l’effet, les produits séparés pouvant être non toxiques. Il peut s’agir d’addition de réponse ou d’effet synergique, les produits se potentialisant les uns les autres. C’est en raison de cette complexité qu’il est difficile de reconnaître les conditions réelles responsables de tel ou tel effet et de réaliser des études sur ces PEE.

Quel est l’impact des PEE sur la santé des femmes ?

On constate des anomalies de la fonction ovarienne, de la fertilité, de la fécondation, de la gestation. Les responsables sont avant tout le BPA et les dioxines, à l’origine également de cancers du sein hormonodépendants. Le taux de phtalates a été retrouvé plus élevé dans les urines des femmes atteintes d’un cancer du sein que chez le groupe témoin.

L’âge de la puberté s’abaisse. De plus en plus de petites filles débutent leur puberté très tôt, avant l’âge de 8 ans. La puberté précoce serait grandement liée à la mise en contact avec des parabènes présents dans la plupart des cosmétiques, des médicaments et même des aliments, des phtalates qui tapissent le fond des boîtes de conserve, les moquettes, certains jouets pour bébés et anneaux de dentition, le bisphénol A, qui continue d’envahir les plastiques, les gobelets ou la vaisselle pour enfants et les emballages alimentaires.

Chez les femmes enceintes, quels troubles du développement fœtal observe-t-on ?

La grossesse est une période critique. C’est la femme enceinte et sa descendance qui sont le plus exposés aux conséquences des perturbateurs endocriniens. Ils engendrent des troubles de l’implantation de l’embryon, aboutissant à une fausse couche et des troubles du développement foetal. Les phtalates sont en première ligne.

On a constaté une association entre le niveau de phtalates dans les urines des femmes enceintes et les accouchements prématurés. Des études montrent qu’ils pourraient, en plus, augmenter le risque de fausses couches, diminuer les chances de réussite de fécondation in vitro (FIV).

Je recommande de se méfier des cigarettes électroniques, un substitut hautement utilisé par les femmes enceintes qui essaient d’arrêter leur consommation tabagique, selon les souhaits des pédiatres et obstétriciens. Elles produisent du formaldéhyde, de l’acroléine et de l’acétaldéhyde, tous toxiques. Attention aussi au propylène glycol, un éther de glycol type, utilisé également en cosmétique comme agent tensioactif, émulsifiant qui apporte de la douceur et plus ou moins de consistance aux crèmes.

L’exposition commence dès la vie fœtale. Les perturbateurs endocriniens passent dans le cordon fœtal. L’impact sur l’embryon et le fœtus peut être dramatique en raison des risques de mortalité intra-utérine, de retard de croissance fœtale, d’anomalies de la différenciation sexuelle et du développement du système nerveux. Il est urgent d’agir afin que ces milliers de perturbateurs endocriniens cessent de contaminer les enfants dès la vie fœtale, avec un impact qui demeurera sur plusieurs générations, comme avec le DES*.

* DES : un œstrogène de synthèse prescrit en France entre 1948 et 1977 à environ 200 000 femmes enceintes en prévention de certains problèmes, et dont les descendants subissent encore aujourd’hui les conséquences (pathologies de l’appareil génital).

Quels conseils donneriez-vous aux femmes afin d’éviter le plus possible les PEE au quotidien ?

• Fabriquez vos propres produits cosmétiques d’hygiène et d’entretien entièrement naturels.
• Laissez les bouteilles d’eau en plastique au supermarché. L’eau de robinet est tout aussi bonne. Dans le cas où elle serait trop calcaire, il existe des carafes filtrantes ou des filtres de robinet.
• Apportez votre verre au travail ou votre propre matériel à café ou thé.
• Ayez un sac réutilisable pliable dans votre sac à main.
• Évitez le maquillage trop précoce et outrancier chez les adolescentes.
• Fuyez les récipients en polycarbonate ou les plastiques renfermant du bisphénol A.
• Épluchez les fruits et légumes, les laver ne suffit pas, excepté pour les produits bio.
• Bannissez les canettes et les conserves.
• Méfiez-vous des cigarettes électroniques.

Autres articles de l'auteur

Archives
C’est quoi le bonheur pour vous ? Le film de Julien Peron
Loin d'être une utopie, le bonheur est en effet une réalité tangible à la portée de tous.
Actualités
Les 300&bio, l’union de 300 laitiers passionnés
Les 300&bio n’est pas qu’une simple marque de yaourts bio.
Archives
Prenez votre santé en main, 12 conférences prévention-santé du Pr Henri Joyeux
En 2016, le Professeur Henri Joyeux, grand habitué des conférences, en donnait pour la première fois à Paris.
Actualités
Terres d’espérance : Un webdocumentaire sur l’agriculture alternative précautionneuse des sols
Certains agriculteurs audois ont fait le choix de l’agriculture alternative précautionneuse de l’environnement.
Actualités
Saint-Quentin-en-Yvelines, une ville en transition qui passe au compostage
Saint-Quentin-en-Yvelines propose aux habitants de l’agglomération des kits de compostage
Archives
Édition 2019 des Défis du Bois 3.0
Cette année, les Défis du Bois 3.0 auront lieu du 11 au 18 mai 2019, sur le Campus Bois d'Épinal.

À la une sur le même thème

Santé Bien-être Beauté
La cure zen détox aromatic de Nelly Grosjean et Miguel Barthéléry
Nelly Grosjean se fait l’ambassadrice des super cures zen détox aromatic
Santé Bien-être Beauté
Les remèdes d’antan à redécouvrir aujourd’hui
Illustrations avec quelques remèdes bien-être emblématiques
Santé Bien-être Beauté
Les remèdes d’antan à redécouvrir aujourd’hui
Au travers de nombreuses galéniques (baumes, onguents, fumigations…), les hommes ont su tirer profit de la quintessence du végétal
Santé Bien-être Beauté
Le moringa, l’arbre à miracles
Le moringa n’est pas surnommé « l'arbre à miracles » par hasard...
Santé Bien-être Beauté
Les remèdes d’antan à redécouvrir aujourd’hui
Côté santé, nombreux sont les remèdes d’antan qui ont traversé les siècles sans prendre une ride – ou presque…
Santé Bien-être Beauté
Le chlorure de magnésium, le stimulant marin
Le chlorure de magnésium est reconnu pour son action antistress...

Autres articles

Humeurs
« Aujourd’hui peut-être, ou alors demain… »
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE
Humeurs
« Cachez ce petit triangle que je ne saurais voir ! »
Le soleil et la douceur printanière précoces cette année nous rappellent combien notre corps a besoin de ce véritable aliment qu’est le soleil.
Humeurs
C’est grave, docteur ?
Réchauffement ou dérèglement climatique, nous n’en sommes plus à l’heure de la sémantique.
Humeurs
« Ce qui éclaire l’existence, c’est l’espérance. » Jean d’Ormesson
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE
Humeurs
« Les gens sont ce qu’est leur époque. » William Shakespeare
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE
Humeurs
« Le temps passe… C’est normal, il n’a que ça à faire ! »
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.