Coin des parents

L’écolomag N° 40

Partez à la ferme
avec vos enfants

la-fermeune expérience hors du commun en partageant la vie d’un agriculteur, le temps d’un séjour à la ferme : voici ce que propose Un Lit au Pré. Un concept de camping à la ferme unique, où l’on découvre la ferme dans un cadre authentique et chaleureux. Une expérience unique, un régal pour les enfants et une belle nostalgie pour les parents.

Ces vacances à la ferme s’adressent aux familles qui privilégient le luxe ultime de la simplicité, celles pour qui l’authenticité sobre et heureuse vaut bien mieux que les standards aseptisés des loisirs minutés. Chaque séjour est unique car chaque ferme est toujours différente. Aussi, pour ceux désireux de retrouver leur âme d’enfant, voici 6 véritables bijoux de fermes en France, parfaites pour passer des vacances hors du temps, en famille !

La Ferme de Penquelen Huella (Bretagne)

La Ferme de Penquelen Huella est située à Scaër, un petit village breton au pied des Montagnes Noires et à proximité de Quimper et Lorient. Cette superbe ferme a conservé son authenticité à travers les années. Ici, vous serez accueilli par les fermiers, Clara et Cyrille, amoureux de la nature et impatients de vous transmettre leur savoir. Mais ils ne sont pas les seuls… Leurs deux jeunes enfants connaissent la ferme comme leur poche et sont d’excellents camarades de jeu !

La Ferme de la Folivraie (Normandie)

À 3 km de la célèbre plage d’Omaha Beach, la Ferme de la Folivraie est un endroit magique, à la fois proche de l’océan et située au coeur de la campagne. C’est une ferme laitière biologique, avec un beau jardin potager. Ici, on se ressource et on revient à l’essentiel de la vie. Un endroit idéal pour profiter de la nature et de la culture. Les enfants adoreront passer voir les vaches juste à côté de leur tente, et, avec un peu de chance, nourrir les petits veaux !

La Ferme de la Moricière (Normandie)

La Ferme de la Moricière est probablement un des endroits les plus magiques d’Un Lit au Pré. Depuis le pré où se trouvent les tentes, on a une vue imprenable sur la baie et, par temps clair, sur le Mont-Saint-Michel. Sylvie et Yves Guillard y élèvent un troupeau de vaches laitières en agriculture biologique. Sylvie est également guide et connaît la région mieux que personne. Outre la visite du Mont-Saint- Michel, une excursion vers les îles Chausey est vivement recommandée.

La Ferme des Champeaux (Limousin, Saint-Amand-le-Petit)

Prenez un paysage unique, des produits locaux de haute qualité, mélangez-les avec une hospitalité unique, et vous êtes à Champeaux ! Située à 9 km du lac de Vassivière, la Ferme des Champeaux est le paradis des animaux. Si vous souhaitez vous rafraîchir pendant les jours d’été, rendez-vous au lac de Vassivière. Et avec la Dordogne proche, on s’organise facilement une visite de château et du célèbre village gastronomique de Sarlat.

La Ferme du Moncel (Fay, Orne, Basse-Normandie)

Pour des vacances plus proches de Paris, on opte pour un séjour chez Michèle et Sylvain. Niché magnifiquement entre les collines du Pays d’Ouche, cet élevage de cervidés se trouve à seulement 2 heures de route de Paris. Ici, on se croit dans un autre univers. Construction de radeaux et baignade dans l’étang raviront les grands comme les petits.

La Noble Tente au Domaine du Cloître Saint-Christophe (Lorraine)

À St-Mihiel, sur les côtes de la Meuse, en haut d’une colline entourée de forêts, se trouve le Cloître Saint-Christophe. Pieter et Savine y vivent avec leurs perles noires : les beaux chevaux Frisons, au caractère en or. Ici, on vit l’expérience Un Lit au Pré avec une touche de luxe en plus. On séjourne dans des « Nobles Tentes », qui sont équipées d’une salle d’eau avec douche privée et lavabo, d’un auvent pour lire un bon bouquin et d’un délicieux hamac 2 places. On profite de la nature et, pourquoi pas, d’une virée en canoë sur la Meuse. Et on passe les longues soirées d’été autour du feu de camp.

Pour plus d’infos, rendez-vous sur : www.unlitaupre.fr – 01 76 43 00 61

 


 

L’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs

Mathieu-WolniewiczMathieu Wolniewicz est relaxologue et créateur de RelaxStory. Les CD et les téléchargements MP3 RelaxStory sont des contes relaxants et des mini-pauses yoga pour enfants, et des séances de relaxation ludiques pour adultes. Ils s’inspirent de la sophrologie, de l’imaginaire et permettent de relâcher la pression, de se détendre en seulement quelques minutes sans effort. RelaxStory propose également des animations zen et bien-être pour les entreprises, les centres commerciaux, les écoles… Écoutez, relaxez-vous, rêvez ! Pour le contacter : 06 80 99 82 25 – contact@relaxstory.comwww.relaxstory.com

par Mathieu Wolniewicz

Il était une fois, loin d’ici, dans une plaine orientale, un joli champ de roses traversé par une voie de chemin de fer. Elle était toute droite comme un i, comme si on avait tracé un trait avec un crayon. Ozan, souricette des champs, se lassait de sentir le parfum envoûtant de ces fleurs de printemps, que les hommes cultivaient pour les grandes usines près des villes. Elle savait, en écoutant les chants des cueilleuses de fleurs, qu’une autre vie existait, ailleurs, là où disparaissait le train. « Un jour, je partirai avec les roses et j’irai voir, moi aussi, cet autre monde », se disait-elle. Ozan se mit à rêver.

Madame, Monsieur, vous qui lisez cette histoire, ne voudriez-vous pas vous aussi partir et fuir votre quotidien ?

Une fois par mois, on entendait siffler le train. Il faisait vibrer les rails de la vallée et annonçait fièrement son arrivée, avec ses volutes de fumée noires. « Cette fois, je pars, je pars », dit-elle à ses soeurs, et elle se cacha dans un ballot de pétales de roses prêt à être embarqué dans un wagon. Au ciel couchant, le train semblait dire au revoir en sifflant et la fumée se dissipa. Le voyage fut inconfortable et très long. Enfin, une fois arrivée, Ozan croisa, à la descente du train, un petit rat des villes. « Eh, bien souricette, d’où viens-tu ? », lui demanda le rat. « Je viens d’une vallée qui a un soleil trop brillant, qui sent trop la rose, qui est trop perdue au bout du monde et qui n’a qu’un seul train. Je veux voir autre chose, tu comprends ? Je suis partie pour toujours. Et toi, que fais-tu avec ton costume noir ? » « Je suis noir à cause de la fumée des trains, des usines, de l’eau trouble des égouts, sans parler de mon odeur nauséabonde. Regarde dans quel état je suis. Ma pauvre souricette ! Ici, on va vouloir t’empoisonner, te tuer, t’écraser, si c’est la guerre, on te mangera. Moi qui rêve de soirées sous les étoiles, d’espaces grandioses, de brises d’air pur qui me caressent les moustaches, de siestes dans un endroit calme et apaisant. En ville, tu crois pouvoir profiter de la vie et te distraire comme bon te semble, mais c’est un leurre. Viens avec moi, je vais te faire visiter. » Quelques jours plus tard, fatiguée de marcher, son pelage un peu plus gris et terne, Ozan se dit que partir pour toujours n’était finalement pas une si bonne idée. Elle demanda en pleurant où trouver le chemin de la gare. « Je retourne chez moi », dit-elle. Et comme deux amis ne se quittent pas, Ozan et le rat devinrent guides touristiques pour petits rats citadins désireux de changer d’air et, pourquoi pas, de devenir rats des champs.

La morale de cette histoire : « l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs ».

Si les voyages ouvrent l’esprit, il faut envisager un retour toujours possible car l’attrait de la nouveauté ne veut pas dire que l’on sera plus heureux loin de chez soi.

 


 

À l’affiche
Les chèvres de ma mèreLes chèvres de ma mère
de Sophie Audier – En salle à partir du 16 avril

En faisant le récit d’une passation agricole dont la réussite doit se conclure par des changements, ce film révèle les paradoxes d’un monde occidental où se confrontent nos besoins grandissants de sécurité et nos désirs de liberté. Un documentaire à voir en compagnie de vos p’tits bouts !

Synopsis : Sur un plateau isolé des gorges du Verdon, Maguy fabrique, depuis 40 ans, du fromage de chèvre, dans le respect de la nature et des animaux. Bientôt à la retraite, elle doit céder son troupeau. Elle décide alors de parrainer Anne-Sophie, une jeune agricultrice qui souhaite s’installer. Au fil des saisons, le processus de transmission s’avère être un douloureux renoncement pour l’une et un difficile apprentissage pour l’autre. Peut-on encore aujourd’hui transmettre le goût de la liberté ?

 


 

Le guide de grossesse de maman travailleLe guide de grossesse de maman travaille
de Marlène Schiappa

Tous les bons conseils et astuces pour une grossesse sereine Dans un plan de carrière, l’arrivée d’un bébé peut passer pour un handicap, voire une impasse définitive. Pourtant, ambition, motivation et talent ne disparaissent pas d’un coup ! Alors, comment faire pour continuer à exercer le métier que l’on aime tout en gérant les rendez-vous médicaux et toutes les nouvelles émotions liées à la grossesse ?

À paraître le 11 avril aux éditions Leduc.s – 224 pages – 10 €

 


 

Nathalie-ReinhardtL’écologie relationnelle
Poser des limites à deux :
ce n’est pas toujours facile !

proposé par Nathalie Reinhardt
coordinatrice de l’Atelier Gordon
(www.ateliergordon.com)
https://www.facebook.com/pages/LAtelier-Gordon-
France/544035392310154

Les parents qui participent à nos ateliers nous disent souvent : « C’est bien beau tout cela, mais avant de progresser dans notre façon de communiquer avec nos enfants, il faudrait déjà que nous soyons d’accord l’un avec l’autre ! »

dessin-parents40C’est bien beau tout cela, mais avant de progresser dans notre façon de communiquer avec nos enfants, il faudrait déjà que nous soyons d’accord l’un avec l’autre !

Le job de parent n’est pas toujours facile. En premier lieu, et c’est peut-être le moins évident, sur les sujets importants pour nous, nous devons nous former une opinion : où est-ce que je souhaite poser la limite ? Pour les plus petits, est-ce que je le/la laisse pleurer, est-ce que je lui donne à manger à volonté ou pas, est-ce ok si il/elle salit la table en mangeant ? Un peu plus tard, à partir de quand peuvent-ils aller à l’école tout seul, à quelle heure doiventils se coucher ? Enfin, lorsqu’ils sont plus grands, portable ou pas, à partir de quand ? Comment gérer le travail scolaire, les sorties… jusqu’à quelle heure ? Petit copain/copine sous le même toit ? Etc.

Certaines de ces limites semblent aller de soi pour nous. Beaucoup d’autres sont moins évidentes, on manque de repères. Le risque, alors, peut être de ne pas les poser du tout !

Il est crucial à ce moment là de prendre un temps pour penser, s’écouter et pour choisir. Pour chaque parent, la question est : où est-ce que Je souhaite poser cette limite ? Qu’est-ce qui est adapté à mon environnement, à mon enfant, à mes besoins, à mes convictions ? Nous devons parfois faire le tri entre ce que l’on reproduit automatiquement et dont on a hérité de nos parents, et ce que l’on souhaite vraiment. Et puis, c’est souvent quand on s’est forgé une opinion que notre meilleure amie nous dit : « Ah bon ?! Tu leur as donné un portable à l’entrée en 6e ?! Nous, on a décidé que c’était à l’entrée en 2nde, on ne va tout de même pas subir la pression de la société de consommation ! »

Est-ce que le cadre que nous avons posé autour de notre enfant est suffisamment large pour qu’il puisse éprouver sa liberté, développer son autonomie et, en même temps, assez sécure pour qu’il puisse oser et se développer ?

C’est un vrai job de décider où l’on souhaite poser les limites, car de la qualité de cette réflexion et de cette décision découlera directement notre capacité à la tenir, notre force tranquille. La cohérence, l’autorité, cela se travaille !

Pour couronner le tout, ces limites seront amenées à bouger au fur et à mesure que l’enfant grandit. C’est dans l’ordre des choses, toute la question étant : est-ce que le cadre que nous avons posé autour de notre enfant est suffisamment large pour qu’il puisse éprouver sa liberté, développer son autonomie et, en même temps, assez sécure pour qu’il puisse oser et se développer ?

Une fois la limite décidée, il faut la communiquer ! Et là peuvent se poser 2 questions : sommes-nous d’accord (sur le fond) avec l’autre parent, et comment communiquer cette limite ?

Les difficultés entre parents à propos de leurs enfants découlent souvent de ces situations dans lesquelles nous ne sommes pas d’accord sur la limite et/ou sur la façon de la communiquer.

Entre parents, devrions-nous être d’accord sur tout ?

Soyons clair… c’est impossible !

Devrions-nous alors faire front commun ? La réponse de Thomas Gordon est NON !

Sur les questions importantes et récurrentes, celles qui peuvent pourrir la vie de famille, cela vaut le coup de « s’arrêter à 2 ».

Cela nécessite de prendre le temps de réfléchir ensemble à ce que nous voulons, d’échanger et de faire valoir nos points de vue : « Moi, je pense que c’est important qu’elle gagne en autonomie et qu’elle apprenne à manger toute seule, même si elle en met partout », « Et moi, je suis inquiet du travail de rangement que cela génère ; et puis, en plus, elle prend de mauvaises habitudes. Je n’ai pas fait des enfants pour qu’ils soient des cochons ! » La résolution de conflit sans perdant peut permettre d’aller plus loin et de trouver entre parents des solutions innovantes qui remplissent les besoins de tous.

Ceci dit, parfois, à l’issue du dialogue, nous ne serons toujours pas d’accord.

Thomas Gordon insiste alors sur le fait que

le front commun est souvent impossible.

Comment pourrions-nous avoir les mêmes sentiments à propos de tout ce qui a à voir avec l’éducation de nos enfants ? Le « faux » front commun serait pire que tout, car l’enfant, nous le savons, détecte très vite nos désaccords réels, même quand nous essayons de les cacher. Tout ce qu’il percevra, c’est que l’un de ses parents n’est pas authentique, ne dit pas vraiment ce qu’il pense, avec la perte de crédibilité que cela peut engendrer. Il décèlera ainsi une brèche dans le dispositif, qu’il pourrait être tentant d’aller tester !

Quand nous ne sommes pas d’accord sur le fond, nous pouvons cependant décider d’être solidaire de l’autre parce que ce sujet est important pour l’autre. Être solidaire ne veut pas dire être d’accord, mais bien : « Vous savez que je ne suis pas aussi stricte que papa sur le rangement [bien sûr qu’ils le savent !]. Cependant, c’est important pour lui et, par conséquent, je suis embêtée de voir tous ces vêtements par terre ! » Ainsi, on est authentique, et on prend en compte le besoin de l’autre parent.

On se retrouve parfois coincé dans des situations qui se reproduisent régulièrement et qui mettent à mal notre relation entre parents. Comment faire pour sortir de ces cercles vicieux relationnels ?

Et puis, parfois, nous ne sommes pas d’accord entre parents sur la forme, voire sur le fond et la forme, et les situations se répètent. « Pourquoi lui parles-tu aussi durement ? Tu vas le casser ! » « Tu es trop gentille avec elle, elle en profite… » « Arrête de crier ! » « C’est toujours la même chose ! »

– En premier lieu, la clé, c’est déjà de s’en rendre compte. Dès que nous prenons conscience que l’on reproduit toujours les mêmes échanges, les mêmes disputes et que cela ne fonctionne pas… il est sage de se dire STOP, peut-être pourrais-je faire autrement ?!

– Puis, il faudra trouver cette petite chose que nous pourrions changer dans notre façon de faire, dans notre comportement, et qui nous permettra d’enclencher un cercle vertueux dans notre communication avec l’autre parent.

Pour Nathalie Koralnik, formatrice Gordon et psycho-praticienne en thérapie systémique et stratégique brève : « Dans tous les cas, les difficultés vécues au sein du couple à propos de l’éducation ne facilitent pas le positionnement de l’un ou de l’autre vis-à-vis des enfants lorsqu’il s’agit de faire une demande ou de s’affirmer. Sortir de la répétition, du cercle vicieux n’est pas évident mais salvateur. »

Au vu des témoignages que nous recevons, nous avons même souhaité proposer aux parents un atelier spécifique, réservé non plus à la communication parent-enfant mais à la communication au sein du couple, à propos des enfants.

Ca y est, vous êtes au clair. Il va falloir maintenant communiquer cette limite à l’enfant. Cela ne se fera pas n’importe comment pour qu’elle soit audible et qu’elle donne envie à l’enfant de collaborer en s’assurant que lui aussi puisse être entendu pour de vrai…

L’arrivée des enfants dans un couple ouvre une nouvelle dimension dans la relation. Grâce à eux, nous grandissons aussi, et c’est une bonne nouvelle ! Comme eux, nous ne sommes pas parfaits et, surtout, il ne faut pas chercher à l’être ! Prendre le temps de la communication et du dialogue dans le couple à propos des enfants est un investissement qui n’est pas toujours facile mais qui, certainement, portera beaucoup de fruits.

 


 

Bébé zenBébé zen
d’Aurore Aimelet

Calmer ses pleurs, comprendre ses besoins… Tous les conseils pour un bébé serein Comment réussir à cerner les besoins de son bébé ? Calmer ses émotions et favoriser son sommeil ? Prendre du recul et rester zen en toutes circonstances ?… Des réponses et des conseils pour un bébé et des parents sereins !

À paraître le 21 mars aux éditions Leduc.s – 192 pages – 10 €

 


 

Jouet scientifique

Le moulin magique

le rendez-vous de Touchons du Bois
par Thierry de l’Épine – www.touchonsdubois.fr

Matériel :

  • Une paille à boisson en plastique
  • Un crayon à papier bien taillé
  • Un gobelet en carton
  • Un morceau de papier de soie

moulin-magiqueOutils

  • Des ciseaux
  • Une règle

C’est parti !
Préparation du moulin

  1. Avec la pointe du crayon, transperce le gobelet au centre de sa base. Pose le gobelet à l’envers sur une table, puis ajuste le crayon de façon à ce qu’il soit parfaitement vertical.
  2. Coupe un carré de 10 cm de côtés dans le papier de soie.
  3. Plie le carré de papier sur lui-même de façon à localiser son centre.

Assemblage

Pose le centre du carré sur la pointe du crayon.

Fonctionnement

Place la tige sur le rebord d’une table et maintiens-la plaquée avec une main. Tapote avec un doigt de l’autre main et le ventilateur se met à tourner. Bon rythme !

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.