Coin des parents

L’écolomag N° 55

KUFU : des produits upcyclés pour une génération zéro déchet

KUFU est un concept japonais qui signifie « faire avec les moyens du bord ».

kufu-1kufu-2Nul besoin d’acheter, encore et encore, pour être satisfait. Une démarche créative peut être la voie de la rédemption… Et quand ce nouveau regard sur le monde croise la route du zéro déchet, ça donne la marque KUFU.

Elle met à disposition des produits artisanaux upcyclés (recyclés et améliorés) pour simplifier notre quotidien zéro déchet. Sacs à vrac pour accompagner nos courses, produits réutilisables pour pallier au jetable et autres trouvailles savamment pensées. La démarche KUFU mobilise de jeunes créateurs locaux, des fournisseurs de tissus biologiques et des couturières amatrices, qui n’hésitent pas à vider leurs sacs… de chutes de tissus. Dans les mains de la créatrice, ces pièces d’étoffe deviennent, au coeur de séries limitées, de nouveaux objets de désir.

Rendez-vous sur www.kufu.fr

 


 

Zébio, une gamme de loisirs créatifs écolos

Des loisirs créatifs rigolos, sains et écolos, qui éveillent et amusent les enfants, voici la devise de la toute nouvelle gamme Zébio !

zebioDans un marché du jouet dominé par l’Asie, Zébio joue la carte locale en proposant des produits fabriqués en France par de petites structures. Conçus à partir de matières premières naturelles et d’un minimum d’ingrédients, les produits Zébio sont simples et sains, tout en respectant la réglementation en vigueur.

Pour son lancement, la gamme Zébio s’est concentrée autour de 4 articles :

un tube de savon à bulles : Zébio est la seule marque du marché qui propose un tel produit à base de savon bio !

une recharge de savon à bulles : en 500 ml, dans un flacon en plastique végétal, elle sert à remplir le tube qui contient la tigette et contribue ainsi à réduire ainsi la production de déchets ;

un ensemble de 4 pots de pâte à modeler végétale : à base d’ingrédients naturels, cette pâte à modeler est garantie sans gluten ni arachide pour les petits allergiques !

un pot de pâte autodurcissante : à base de végétaux et de minéraux, cette pâte permet de créer des objets, personnages, perles… Sa particularité est de sécher et durcir rapidement à l’air, ce qui évite ainsi la cuisson. Les réalisations peuvent ensuite être peintes et même percées ! Les petits créatifs écolos ont ainsi l’opportunité de laisser libre cours à leur imagination tout en préservant leur environnement et leur santé !

Zébio, c’est rigolo !® est une marque d’Ecodis –
www.ecodis.info

À retrouver dans vos magasins bio.

 


 

Petites histoires zen
La famille Zen apprend à mémoriser pour réussir à l’école

Par les créateurs de relaxstory.com
Beatriz Mezzetti
et Mathieu Wolniewicz
La pause bien-être pour adultes
et enfants
CD et MP3

Les vacances sont finies, une nouvelle année scolaire vient de démarrer. Les premiers jours d’école ont commencé avec les nouveaux et les anciens copains, la découverte d’autres enseignants et, comme d’habitude, un programme scolaire bien chargé. Monsieur et Madame Zen ont prévu des vacances au ski pour Noël et les enfants ont bien l’intention d’avoir de bons résultats sur leurs bulletins scolaires pour profiter à fond des pistes enneigées. L’objectif, cette année, est de bien mémoriser les cours pour que l’apprentissage se fasse le plus sereinement possible.

Vous, qui lisez cette histoire, vous aussi, vous aimeriez connaître quelques trucs et astuces pour que vos enfants retiennent plus facilement et sans stress leurs leçons ?

Tout le monde n’a pas les mêmes facilités pour apprendre à l’école. L’aînée de la famille Zen a, depuis la maternelle, toujours de bons résultats sans trop fournir d’efforts. Elle est sérieuse et attentive en classe, ce qui lui permet de mémoriser déjà une grande partie des cours et lui facilite l’apprentissage à la maison. Son petit frère est d’un caractère rêveur, il a tendance à focaliser son attention sur ce qui a lieu à l’extérieur de la classe plutôt qu’à s’intéresser à ce qui se passe au tableau. Pour compenser ce petit défaut d’attention, Monsieur et Madame Zen utilisent les capacités de rêverie de leur enfant et les transforment en un atout pour se souvenir des cours. Prenons l’exemple de l’anglais. Le principe consiste à demander à son enfant de mémoriser les nouveaux mots. Le mot « pomme » en anglais se dit « apple ». Madame Zen demande à son fils de fermer les yeux, d’imaginer le fruit et d’écrire le mot « apple » sur ou sous la pomme. C’est un exercice qui peut prendre au début 10 à 20 secondes à l’enfant, le temps de laisser travailler son imagination. Un 2e exemple, la géométrie. Pour apprendre la forme carrée, on explique à l’enfant la règle : un carré est un quadrilatère qui a 4 côtés de même longueur et 4 angles droits. Dans un premier temps, l’enfant doit associer le carré à la forme du dessin, toujours en fermant les yeux. Il peut soit dessiner le carré dans sa tête, soit l’associer à un objet du type Rubik’s cube, par exemple. Dans un second temps, on associera le mot quadrilatère à cet ensemble. Le but est que l’enfant développe sa mémoire en ayant recours à son propre imaginaire. Le fait d’utiliser ses propres références lui permet de mieux retenir les leçons. Cette méthode d’apprentissage développe la concentration de l’enfant et ancre dans la mémoire tout ce qui doit être appris. L’enfant va, par la suite, s’en servir de manière plus fluide et naturelle, comme un automatisme.

Dernier petit conseil de Madame Zen : au début, cette méthode est fatigante pour l’enfant. Il ne faut pas demander plus de 10 mots ou 5 règles et ne pas dépasser 30 minutes par jour. Avec le temps, l’enfant améliorera ses résultats scolaires sans devoir constamment revenir sur les leçons antérieures, ce qui fera gagner du temps et diminuera le stress lié à l’apprentissage. Il verra sa confiance en lui augmenter, ainsi que son envie d’apprendre. RelaxStory vous souhaite une très belle rentrée !

 


 

Nathalie-Reinhardtproposé par Nathalie Reinhardt
coordinatrice de l’Atelier Gordon (www.ateliergordon.com)
https://www.facebook.com

L’écologie relationnelle Et si nous cultivions nos relations en famille à l’engrais du positif ?

Plus sur cet article et vos réactions sur notre page Facebook : L’Atelier Gordon France. Partagez aussi entre parents dans notre groupe Facebook : les Ateliers Gordon.

C’est la rentrée ! À nous les bonnes résolutions, alors que toute la famille rentre à nouveau dans un rythme actif. Comment rester sur ces belles expériences de l’été ? Comment, surtout, continuer à enrichir nos relations ?

Je vous propose de changer de point de vue et de mettre des lunettes à filtre positif. En tant que parent, surtout dans les périodes actives durant lesquelles nous courrons tous, notre focus et nos échanges avec nos enfants tournent surtout autour de questions de logistique ; et quand nous sortons de la logistique, c’est souvent pour régler des problèmes.

Nous parlons beaucoup à nos enfants de l’heure à laquelle nous venons les chercher, du rangement de leur chambre, de leurs devoirs, des activités du week-end, etc.

Quand nous abordons avec eux plus spécifiquement leurs comportements, c’est le plus souvent car nous n’en sommes pas content. « Ta chambre est déjà en désordre », « Arrête d’embêter ta soeur », « Dis bonjour à la dame », etc.

Ces communications sont nécessaires car elles ajustent le fonctionnement de la famille et apportent à nos enfants des retours sur leurs comportements. Cependant, elles pèchent souvent par leur forme (cf. articles sur le message- je) et par leur fréquence relative aux messages positifs.

Or, le paradoxe est simple : nous apprenons tous mieux grâce aux renforcements positifs – cela a été mille fois étudié et démontré. Alors, pourquoi continuer à vouloir « éduquer » nos enfants en leur signalant principalement ce qu’ils font de mal ? Et si notre challenge de rentrée était d’inverser la tendance ? Qu’est-ce que cela créerait dans la famille ? Mettons nos lunettes positives !

Comment faire ?

dessin-parents-551- Renforcer notre capacité de perception des choses positives : cela s’exerce ! Plusieurs fois dans la journée, se demander : qu’est-ce que Tom a fait aujourd’hui et qui me met dans le vert, ou me permet de rester dans le vert ? Et, parfois, ce seront de petites choses : il a mis son manteau sur la chaise plutôt que par terre, il est venu dire bonsoir plutôt que d’aller directement dans sa chambre en rentrant du sport. L’important c’est de les VOIR, de s’en rendre compte et, déjà, de s’en réjouir !

2- Le dire en prenant les formes. Chez Gordon, comme vous le savez, nous faisons attention à la forme de nos messages pour qu’ils aient toutes leurs chances de porter leurs fruits. Quand un enfant a un comportement qui nous va, l’important, c’est qu’il s’en rende compte et qu’il sache quoi faire pour le reproduire. Nous utilisons alors le message-je d’appréciation.

Le message-je d’appréciation comprend 3 parties. C’est un cousin très proche du message-je de confrontation.

Je décris le comportement (des FAITS) + j’exprime ce que je RESSENS + je verbalise les conséquences concrètes pour moi.

Par exemple : « Je suis contente, tu as mis ton manteau sur la chaise plutôt que par terre dans l’entrée. Du coup, je n’ai pas besoin de le ramasser et c’est mieux rangé ! » Ou bien « J’ai beaucoup apprécié que tu viennes me voir en rentrant ce soir, cela nous a permis de papoter sur nos journées. C’était super chouette. »

Bien entendu, ces messages sont à mettre à votre sauce car la CLÉ ici est d’être authentique. Pas question de faire des messages positifs si vous ne les pensez pas. L’expression du ressenti se doit d’être en ligne avec ce que vous ressentez vraiment.

Bien entendu, en tant que parent, on se dit souvent « mais, quand même, je ne vais pas souligner ce que mon enfant fait et que je trouve normal. C’est la moindre des choses qu’il vienne me voir le soir en rentrant ! »

Je vais vous raconter l’histoire de Dominique. Dominique participait à un atelier que j’animais. Le fils de Dominique, Romain, en grandissant, avait tout d’un coup arrêté de la prévenir quand il passait chez des amis après être sorti du lycée. Cela était de plus en plus fréquent, et il rentrait de plus en plus tard. S’en était suivi un bras de fer de plusieurs mois entre Dominique et son fils autour de « tu devrais me prévenir » et « tu ne me fais pas confiance ». Dominique nous a alors raconté que, pendant des années. Romain lui avait envoyé des SMS à chaque fois qu’il allait chez un ami pour la prévenir et lui dire à quelle heure il rentrait. Elle avait trouvé cela « normal » et ne l’avait pas souligné. Sa conclusion devant nous a été : « Bien que trouvant cela normal, je pense que si j’avais pris le temps de lui dire “Romain, tu sais, quand tu m’envoies tes SMS pour me dire que tu vas chez un copain et à quelle heure tu rentres, je suis vraiment contente parce que, du coup, je sais à quoi m’en tenir et je peux m’organiser autour de cela”, je pense qu’il aurait continué de le faire, en tous cas plus longtemps et que cela l’aurait d’autant plus responsabilisé. Ce n’est pas parce que je trouve cela “normal” que je n’en suis pas heureuse, alors autant le dire. »

C’est tout le message que porte Thomas Gordon dans ses livres. Soulignons les comportements de nos enfants qui nous vont, même si c’est « normal », ce sera le meilleur moyen de les renforcer et de les responsabiliser. Et puis, quel baume pour la relation !

« Nourris tes qualités, tes défauts mourront de faim. »

Ce dicton magnifique vaut pour nos enfants et pour nous !

Alors, chaussons nos lunettes positives et, tous les jours, faisons un message d’appréciation à nos proches. De petits miracles pourraient en découler !

Belle rentrée positive à tous,

Nathalie Reinhardt
Présidente Les Ateliers Gordon
www.ateliergordon.com

Pour nous faire vos retours sur cet article et aller plus loin, rendez-vous sur notre page Facebook L’Atelier Gordon France ou dans notre groupe Les Ateliers Gordon.


eco-livres-rose

Couture Récup’
d’Emmanuelle Vibert

livre-couture-recupCoudre pour résister au grand gaspillage

Vous ne savez pas coudre ? Peu importe. Ici, pas de patrons compliqués ni d’explications alambiquées. Les modèles proposés par Emmanuelle Vibert reposent presque tous sur des formes géométriques simples. On s’amuse à couper et assembler des carrés, des rectangles ou des triangles dans des vieux pulls, des chemises d’hommes trouées, des tee-shirts déformés, des sweats avachis. Et on obtient un kimono douillet, une jupe d’été légère, une blouse de soirée, un pull amazone… Lancez-vous, c’est facile ! Pour chaque modèle :
– un tableau des matières conseillées,
– des dessins pas-à-pas pour réussir à coup sûr,
– des variantes ou des conseils.

Un cahier photos présente les modèles.

Éditions Rue de l’échiquier – 104 pages – 9,95 €

Je cuisine bio avec les enfants
livre-je-cuisine-biode Marie Chioca

Petit manuel pour les 4-18 ans

Comment enseigner la cuisine aux enfants ? leur transmettre les bases de la cuisine saine ? leur expliquer les bons gestes ? Marie Chioca reprend le b.a.- ba de la cuisine à travers 55 recettes adaptées à 3 tranches d’âge (4-7 ans, 8-11 ans et 12-18 ans). Les explications sont très détaillées et les étapes nécessitant l’intervention d’un adulte sont signalées. Un livre à la fois plaisant et pédagogique, pour lutter contre la malbouffe.

Éditions Terre vivante – 156 pages – 14 €

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.