Habitat

L’écolomag N° 17

Mai – Juin 2010

éco… logis

Ça mousse ?

Pour éviter que la mousse n’envahisse votre toiture, tendez un fil de cuivre sur la faîtière (le point le plus haut). Et hop plus besoin d’utiliser des produits polluants pour en venir à bout !

Source : www.trucsdegrandmere.com

 


 

Ma piscine au naturel

Piscine biologique : mode d’emploi

L’eau est épurée par les plantes qui sont installées sur un support minéral qui fixent les bactéries. Les plantes se nourrissent des micro-organismes contenus dans l’eau et contribuent à nettoyer celle-ci. Aucune maçonnerie pour la construction, la terre sert à la confection de la digue et des abords de la baignade. Aucun U.V. pour la stérilisation de l’eau, le soleil fait son travail. Aucun apport d’eau du réseau ; la pluie permet le maintien du niveau de la baignade. Il est possible de construire soi-même sa baignade naturelle pour un coût très raisonnable et cela en quelques mois.

Source : www.econo-ecolo.fr

 

Table d’appoint faite maison

Quand vous êtes sur votre chaise longue à vous prélasser au soleil, il ne vous manque pas quelque chose ? Voici une idée récup’ toute simple pour recycler vos caillebotis et faire une table d’appoint.

Matériel :

  • 10 à 15 caillebotis (en fonction de la hauteur de vos chaises longues)
  • de la visserie
  • un tournevis ou une visseuse
  • du papier de verre.

Temps : moins de 30 minutes

Nettoyez les caillebotis et débarrassez-les des éventuelles échardes en les ponçant à l’aide du papier de verre. Vous pouvez les protéger et les nourrir avec une huile bio. Mettez les caillebotis les uns sur les autres (veillez à ce que les angles soient bien ajustés) et fixez-les à l’aide de vos vis. Répétez l’opération en fonction de la hauteur désirée. Vous pouvez varier en formant une spirale, pour cela positionnez le deuxième caillebotis en le faisant pivoter de 45° et ainsi de suite. Et voilà ! allongez-vous, sirotez et profitez !!

 


 

éco Livre

« J’aménage ma mare naturelle »
de Gilles Leblais

Créer sa mare, un jeu d’enfant !

Comment construire sa mare de A à Z ? Réponses dans ce livre ! Des questions préliminaires : où l’installer, quelle forme lui donner, combien ça coûte,… de sa mise en place en passant par les conseils d’entretien et d’aménagement, tous les conseils sont ici réunis pour que l’univers de la mare puisse revivre. Un ouvrage très accessible, largement illustré, qui donne les moyens de passer facilement à l’action.

Editions Terre Vivante – 96 pages – 12€

 


 

L’écoquartier par le magazine « Habitat Naturel »

C’est avec brio, que pour la 2ème année consécutive, Habitat Naturel a présenté fin mars sur Planète Durable, un salon 100 % dédié au développement durable, un espace entièrement dédié à l’écoconstruction. L’an dernier, cela s’était déjà traduit par la construction d’un village articulé autour du thème de la récupération. Cette année, François Richet s’est investi avec succès dans la mise en place d’un véritable éco-quartier, en prenant soin de sélectionner des entreprises de qualité, représentatives de corps de métiers très complémentaires et capables de vous donner plein d’idées et de conseils pour vous aider dans la réalisation de vos chantiers. Cet éco-quartier a réuni : St Samson, terres cuites – Auro, peintures naturelles – Husler, literie saine et naturelle – Substance 5, éco design, récup et meubles industriels – Hapco, puits canadien, VMC, PAC – O’top, eau de pluie – Voltec Solar, solaire photovoltaïque – Hargassner chaudières bois, granulés,et plaquettes – Casaverde, végétalisation – Terre Eau Chaux, terre crue, maçonnerie écologique Technichanvre, isolation, solutions chanvre – Stramentech, panneaux de construction en paille compressée Logiconfor, architectes et maîtres d’œuvre – Cogébloc, matériau de construction – Moulibox, compost domestique.

 

« Ecoquartiers secrets de fabrication » de Taoufik Souami

Les écoquartiers fascinent. Ils sonnent aux oreilles comme LA solution pour faire la ville durable. L’engouement est tel aujourd’hui, que des centaines de projets foisonnent sur tout le territoire français et l’Etat annonce la réalisation d’un écoquartier dans chaque commune en 2012. Comment fabriquer ces écoquartiers ? Pourquoi les construire ? Quelle est la réalité de ces quartiers ? Quelles sont leurs réalisations, leurs limites, leurs « secrets de fabrication » ? A partir d’une fine analyse de grands exemples européens, cet ouvrage propose d’étudier les contextes économiques et sociaux qui conditionnent l’initiation des écoquartiers, les grands choix techniques et urbains qui les caractérisent ainsi que leurs écueils, les procédés de mise en œuvre de ces projets, leurs problèmes et leurs dérives potentiels.

Editions les carnets de l’info – 192 pages – 16€

 


 

L’eau de pluie tout simplement

On a l’habitude de dire que pour mettre en place une cuve de récupération des eaux pluviales, il faut pratiquer un terrassement lourd, qu’il s’agisse de cuve béton ou de cuve polyéthylène. La société Sodeveaux propose désormais une alternative : le réservoir souple. Ce réservoir souple permet une installation dans un vide sanitaire, sous une terrasse, dans une cave, ou simplement en extérieur, entouré d’une intégration paysagère. Le réservoir est en tissu polyester armé, et enduit PVC. Cette forme souple permet que la paroi soit collée au liquide, évitant ainsi une oxydation de l’eau, ainsi que toute contamination bactérienne ou prolifération d’insectes. Autre avantage : pas besoin de permis de construire. Ce produit permet aussi de bénéficier d’un crédit d’impôt (25%) et sa pose est éligible à la TVA à 5,5%. Disponible de 1000 à 500 000 L.

Source : Guillaume Demarque – www.mnidf.fr

 


 

Un rêve d’enfant ?

Et bien si vous adorez être en pleine nature et rêvez de passer une nuit à la belle étoile…mais que vous ne soyez pas (encore) prêts à dormir dans l’humidité en compagnie des bébêtes, une solution : la Cristalbubble.

Késako ? C’est une sphère parfaite, entièrement transparente et sans aucune armature, maintenue ronde par un dispositif de soufflerie déportée exerçant une légère surpression créant ainsi un renouvellement continu de l’air. Anti-UV, anti-feu, elle répond à toutes les normes applicables à l’accueil du public.

Son installation est simple et rapide (15’ maxi !) et cette magnifique bulle d’air ne demande aucun permis de construire. Alors laissez vous buller selon vos humeurs, au bord de l’eau, au milieu d’un champs ou en plein cœur de la forêt…Histoire de faire rimer nature et confort. Bonus : il existe une version composée de 3 sphères pour ceux qui voudraient une vraie villa avec chambre, salon et salle d’eau.

Infos sur www.bubbletree.fr

 


 

Mur en bambou

Bambou Habitat présente un système de construction homologué, à base de cannes de bambou entières qui va permettre le développement rapide du bambou comme matériel de construction. C’est une bonne nouvelle pour l’environnement car l’empreinte écologique de la construction en bambou est bien meilleure que les autres matériaux de construction, y compris le bois produit localement. C’est également une bonne nouvelle pour les architectes qui vont pouvoir créer des espaces plus ouverts grâce aux qualités mécaniques du bambou. Les tests dans le cadre d’une homologation européenne pour des constructions para-sismiques et para-cycloniques, ont été réalisés avec succès.

Des partenariats se nouent aujourd’hui afin de marier différents matériaux végétaux pour des constructions écologiques. Le béton de chanvre par exemple a d’excellentes propriétés isolantes, aussi bien thermiques que phoniques. Il est très durable, ne se tasse pas, régule l’humidité ambiante, n’est pas attaqué par les rongeurs, les champignons ou les moisissures. C’est l’intérieur de sa tige, la chènevotte, qui est associée à de la chaux (le liant).

Source : www.bambouhabitat.com

 

Le saviez-vous ?

Tout comme le bambou, le chanvre est une plante qui pousse très vite, sans traitement ni engrais, et nécessitant peu d’eau. Cette association permet d’avoir un mur isolé avec un excellent bilan écologique.

Source : www.bambouhabitat.com

 


 

Du standard au naturel

Même si vous possédez déjà une piscine enterrée, semi-enterrée ou hors-sol classique, bref que le mal est fait, vous avez des solutions, pour un investissement assez modique, pour passer à une solution écologique du traitement de votre eau. En matière de filtration, vous pouvez choisir l’option écologiquement soft en ne changeant que vos produits d’entretien. Le problème de l’eau de votre piscine, entretenue avec des produits chimiques, est qu’il faut régulièrement augmenter les doses pour conserver une eau saine (d’un point de vue bactériologique) et propre (non trouble). Cette solution n’est ni rentable, ni bonne pour la santé. Des produits biologiques possèdent les mêmes propriétés que des solutions chlorées. Ils sont un peu plus onéreux certes (de l’ordre de 25 à 30 € de plus par mois) mais le bénéfice plaisir et santé en vaut la peine. Il existe cependant un procédé totalement naturel qui ne demande que très peu de produit (pas forcément chimique) et qui garantit un très haut niveau sanitaire de votre eau de baignade. Ce procédé ne demande pas de modification importante de votre système de filtration puisqu’il suffit de le coupler avec des appareils d’ionisation de l’eau et un stérilisateur d’eau à ultra-violet. Après l’étape de filtration, l’eau de la piscine va traverser une chambre (constituée d’un tube inox) dans laquelle se trouve une lampe à ultra-violets (UVc). Ces derniers détruisent à la fois les germes, les bactéries, les algues et tous les micro-organismes. Ce procédé est économique et écologique sans résidu dans la piscine. Le surcoût d’une telle installation est de l’ordre de 1 000 € (650 € pour le filtre UV + 350 € pour l’appareil de ionisation) mais l’investissement est assez vite rentabilisé car il n’est plus nécessaire de chlorer la piscine… tout juste faut-il équilibrer le PH de l’eau et cela peut parfaitement se faire avec un produit (le Brome) aux propriétés moins irritantes que le chlore et qui s’utilise dans ce cadre là, en dose beaucoup plus faible.

Le saviez-vous ?

Une piscine enterrée avec filtres à sable, d’une dimension moyenne (4 m X 8 m, et une profondeur d’1m 50), consomme au remplissage 50 m3 d’eau et, si elle est bien entretenue, ne doit être remplie qu’une fois. On estime que si la piscine est utilisée du 15 avril au 15 octobre, elle consomme pour le lavage du filtre à sable 21 m3 d’eau et 30 m3 d’eau pour l’hivernage et perd 7,5 m3 d’eau par évaporation.

www.ideesmaison.com

 


 

Construire en paille

Dans le domaine de la construction écologique, vous connaissez certainement la paille, ses propriétés isolantes et faiblement inflammables en font un matériau très performant et très économique. Mais connaissez-vous le panneau de paille compressée ? Utilisé dans le cloisonnement de l’habitat, le panneau de paille compressée permet la valorisation d’un sous-produit de l’agriculture tout en limitant la pollution. L’histoire du panneau de paille compressée en France, a démarré fin 2005 pour aboutir, en juin 2010, à l’ouverture de l’usine installée près de Châteauroux en zone rurale. La société Stramentech a fait le choix d’implanter son unité de production dans le Berry, qui dispose d’une ressource en paille équivalente à plus de 800 000 tonnes et de fabriquer ses panneaux à partir de paille propre et sèche sans liants chimiques. Cerise sur le gâteau, en disposant d’un matériau entièrement recyclable, issu d’une transformation peu énergivore, qui réduit la pollution, les panneaux permettent de séquestrer plus de 8,5kg de carbone au m2. De plus, ils bénéficient de certifications européennes. Facile et rapide à installer, solide et durable, accessible à tous, car d’un prix tout à fait abordable, le panneau est résistant au feu et s’avère être un excellent isolant thermique et acoustique, ce qui en fait un matériau écologique de premier choix.

Source : stramentech – www. panneaudepaille.com

 


 

Habitat-durable.com

Lorsque l’on souhaite construire, rénover ou isoler son logement tout en maîtrisant ses dépenses d’énergies, il n’est pas facile de s’y retrouver. Habitat durable est une entreprise privée indépendante qui réalise le bilan énergétique de votre habitation et fait les préconisations nécessaires.

L’eau en bouteille…

Ca coûte cher. Considérons que l’on boit un litre d’eau par jour. Un litre d’eau en bouteille coûte environ 20 centimes d’euro. Soit sur une année 73 euro. L’eau du robinet, quant à elle, coûte en moyenne à 3 € TTC le M3 en France (chiffres 2007). Soit 1,094 euro par an. Ce qui représente une économie de 71,90 euro. Certains trouvent que l’eau du robinet à un goût. Certes, cela peut arriver, sachez que si elle a un goût de chlore il vous suffit de la faire décanter. Pour cela mettez l’eau dans une cruche, au bout de quelques minutes, le chlore plus léger que l’eau, se retrouve en surface et s’évapore au contact de l’air. Si un goût persiste, il vous reste la solution de la cruche filtrante (environ 27 euro/an), soit une économie de quand même 46 euro. Attention! pensez à changer les filtres régulièrement. Sachez que chaque année c’est 2 500 000 de tonnes de déchets plastique qui sont produits en France. Mais ceci est un autre sujet.

Source : www.habitat-durable.com

 


 

Pour un meilleur sommeil

Assurez-vous 20% de détente en plus en dormant sur des produits naturels (par rapport à des matériaux synthétiques). Respectez le bon environnement aéré, sombre et calme. Prêtez attention à la capacité d’adaptation de votre lit, un lit trop ferme empêche l’irrigation sanguine. Choisissez des lits sans éléments métalliques pour ne pas être exposé aux rayonnements. Privilégiez une commande hors réseau pour éliminer toute influence électrique dans votre chambre. Ne vous couchez pas en état d’excitation – détendez-vous 30 minutes avant le coucher. Ne buvez pas d’alcool, ne fumez pas et ne mangez pas avant le coucher – vous risquez d’être excité ou de perturber votre sommeil. N’utilisez votre lit que pour dormir et non pas pour regarder la télévision ou manger – le lit sera donc uniquement affecté au sommeil. Observez un rythme de 90 minutes (phases de sommeil profond-léger-profond), après 4 à 5 heures de sommeil plus léger. Respectez des intervalles de sommeil réguliers – vous vous sentirez plus détendu le matin au réveil.

Source : www.jv-habitat.com

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.