Habitat

L’écolomag N° 42

Philippe BouchaudLa géobiologie sacrée

par Philippe Bouchaud

La géobiologie de l’habitat, celle que nous traitons habituellement dans cette rubrique, s’est inspirée de la géobiologie sacrée et en a intégré certains principes énergétiques, lorsqu’ils pouvaient s’appliquer à l’habitat privé.

La géobiologie sacrée est une autre branche de la géobiologie

Il s’agit en réalité d’un savoir-faire ancestral, perdu au fil des siècles et redécouvert au siècle passé par les géobiologues, grâce à leur sensibilité aux énergies invisibles. Ces connaissances remontent donc à la nuit des temps, mais n’ont été reprises que récemment sous le vocable « géobiologie ».

Cette géobiologie consiste à étudier et décrypter des hauts lieux cosmo-telluriques, qui sont souvent la conjonction d’un site naturellement très énergétique et d’une structure qui capte, canalise et module ces énergies en fonction des besoins, différents selon les cas : cathédrales, églises, lieux de culte anciens, abbayes, pyramides, sites mégalithiques, pierres guérisseuses, sources miraculeuses, etc.

Mais il n’est pas recommandé de vivre constamment dans ces endroits hautement énergétiques, qui ne correspondent pas à un lieu de vie normal. S’ils sont presque toujours favorables pour des fréquentations courtes, ils deviennent perturbants lors de séjours prolongés. C’est donc à l’opposé de ce que recherche la géobiologie de l’habitat. Par conséquence, ce sont deux approches totalement différentes, qui constituent chacune une spécialité.

Les hauts lieux cosmo-telluriques

geobiologieL’homme a longtemps eu conscience des énergies de la terre et du ciel, ainsi que de leur impact sur la vitalité des êtres vivants et leur besoin d’évolution.

Égyptiens, Tibétains, Hindous, Celtes, Chinois, Mayas… À des époques et sur des continents différents, les civilisations anciennes ont eu un rapport similaire avec les énergies naturelles. Cette longévité des perceptions, ainsi que leurs similitudes – alors que les moyens de communication et de transmission existaient peu –, devraient nous inciter à réfléchir avant de reléguer ces notions au chapitre des croyances infondées. Les édifices païens ou sacrés ont tous été érigés sur des lieux à fort taux vibratoire. Souvent, l’un prenait la place d’un autre : par exemple, une église était construite sur les vestiges d’un ancien site gallo-romain, qui avait pris lui-même la place d’un antique site druidique. Grâce aux études que nous réalisons aujourd’hui en ces lieux, nous pouvons confirmer la présence d’énergies exceptionnellement fortes, telluriques et cosmiques. Le choix de ces implantations ne pouvait être fortuit.

L’exemple du savoir-faire des maîtres-bâtisseurs de cathédrales

Les premières opérations consistaient à trouver le bon site d’implantation, puis à déterminer l’orientation du bâti. Il faut savoir que la plupart des églises et des cathédrales sont orientées vers l’est (l’orient), mais qu’elles peuvent aussi se tourner vers le saint ou le monument auquel elles sont dédiées. Les maîtres-bâtisseurs concevaient ensuite le lieu à l’aide de diverses techniques.

Tout d’abord, l’architecture invisible, qui leur permettait de bien relier le lieu, le vivant, le bâti et Dieu.

Cette forme particulière d’architecture est basée sur les tracés régulateurs et la géométrie opérative. Il s’agit d’établir une trame géométrique invisible, qui sert de support à la construction visible. Les mesures, les proportions et les formes peuvent être accordées au lieu, à l’homme ou à Dieu. Une oeuvre réussie n’est régulée que par un seul système de mesures : système métrique relié à la terre ou système pied-pouce relié à l’homme ou « divine proportion » et figures géométriques à forte valeur symbolique reliées à Dieu, etc.

Les belles oeuvres ont toujours une trame qui les ordonne, invisible aux non-initiés.

Les maîtres-bâtisseurs maîtrisaient ensuite parfaitement les énergies. Par exemple, ils étaient capables de créer des circuits énergétiques dans le but d’augmenter l’énergie cosmique et de diminuer l’énergie tellurique du visiteur pendant son cheminement vers l’autel, afin de le relier plus intimement avec le cosmos et de faciliter son élévation spirituelle.

Il y a beaucoup de symbolisme dans un édifice religieux, mais ce sont parfois simplement des messages laissés par les bâtisseurs, comme par exemple une vouivre pour signaler la présence voire l’orientation d’un courant tellurique.

À cette aune, la lecture de chaque monument présente donc beaucoup d’intérêt et de curiosité. Un des plus connus est la cathédrale de Chartres, avec son labyrinthe incrusté dans le dallage, le croisement de nombreux cours d’eau sous l’autel, naturels ou créés artificiellement par les bâtisseurs, la présence de cheminées cosmotelluriques (vortex d’énergie) à des points précis de l’édifice, les flux sacrés qui relient le monument à d’autres sites, etc.

Bien sûr, toutes ces interprétations ne restent que des hypothèses. Ces connaissances ont disparu avec l’extermination de l’Ordre des Templiers par Philippe le Bel, jaloux de leur puissance et de leur richesse. Il fut aidé en cela par le pape Clément V. Les Templiers protégeaient les fraternités de constructeurs, et ces derniers comprirent qu’ils seraient les prochains persécutés. En mars 1314, ils décrétèrent « la grève des cathédrales ». En l’espace de 3 semaines, les chantiers en cours furent abandonnés et la presque totalité des compagnons prit les chemins de l’exil. La Renaissance italienne a largement bénéficié de cet apport de connaissances. Par la suite, la dimension énergétique a totalement disparu des nouvelles constructions. À chacun de se faire sa propre opinion, de préférence en expérimentant soi-même. Même sans être un spécialiste, simplement en se mettant à l’écoute de son corps, il est possible de ressentir dans un même monument les différents contextes énergétiques : impression de « flotter » (surabondance d’énergies cosmiques) ou, au contraire, d’être profondément ancré au sol (excès de tellurisme).

La géobiologie sacrée permet donc de décrypter ces hauts lieux, non plus uniquement sous leurs aspects architectural et artistique, mais également sous leurs dimensions énergétique et symbolique. La visite d’une cathédrale, d’une pyramide ou d’un site mégalithique prend alors une toute autre dimension.

Philippe Bouchaud / GCB Conseils – Études géobiologiques. Formations / Livres
geobiologie-pb.cominfo@geobiologie-pb.com
04 26 03 17 28 / 06 15 21 18 74


Rubrik' à Trucs orange

En cette période estivale, nous avons enfin du temps. Du temps pour soi, mais aussi du temps à consacrer à nos maisons ! Voici donc quelques astuces pour ceux et celles qui aiment passer du temps à arranger leur foyer.

Côté intérieur…

Créez une entrée accueillante

Première pièce que l’on voit lorsque l’on arrive dans une maison, l’entrée est un lieu de passage, mais aussi une ouverture sur le reste de la maison. Il est donc important qu’elle soit claire, hospitalière, accueillante et bien rangée. Jouer sur le minimalisme est l’un des principes du Feng Shui. Aussi, faites en sorte d’aménager un espace de rangement pour les chaussures et manteaux. Selon la taille de votre entrée, 1 meuble ou 2, aux bords arrondis, avec seulement 1 ou 2 objets décoratifs. Un miroir, si possible posé en face de la porte d’entrée, donnera de la profondeur à votre maison. Une plante verte, quelques tableaux et c’est tout !

Faites-vous un espace cocooning

Pour créer un effet douillet et confortable, optez pour des meubles près du sol ! Entre matelas, gros coussins, tapis doux et épais, placés de part et d’autre de l’espace, votre pièce « cocoon » vous invitera à la détente et à la sieste collective !

Ravivez vos tomettes

Vous avez de vieilles tomettes rouges au sol et souhaitez les raviver ? Commencez par les nettoyer au savon noir, passez ensuite de la cire incolore et laissez sécher. Lustrez, puis passez une seconde couche de cire. Laissez séchez et finissez en lustrant une nouvelle fois.

Mettez du soleil dans votre maison

Jaune citron ou bouton d’or, safran ou moutarde, le jaune se montrera discret mélangé à du blanc, pour donner un ton « coquille d’oeuf ». Réservé aux pièces plus sombres, le jaune vif apportera de la lumière. Vous pourrez l’associer à du marron pour une ambiance chaleureuse, à du vert pour une ambiance « nature », à du rouge et du orange pour une ambiance plus chaude. À vos pinceaux !

Côté extérieur…

Faites vieillir vos statues de jardin

Vous avez une nouvelle statue de jardin mais celle-ci paraît justement trop neuve à votre goût ? Pour la faire vieillir très vite, il vous suffit de la badigeonner avec du yaourt nature. En quelques jours, cette dernière aura pris une patine de plusieurs années. A contrario, si vos statues ont perdu leur blancheur d’antan et se mettent à noircir, mélangez de l’amidon avec de l’eau tiède et recouvrez-les avec le mélange. Laissez sécher et brossez.

Fabriquez des tuteurs en bambou

Plus naturels et décoratifs, les tuteurs en bambou sont beaucoup plus esthétiques que les autres tuteurs en métal ou en bois. En plus, le bambou peut tenir vos plantes plusieurs années, en raison de sa robustesse. Pour les fabriquer, il vous suffit de récupérer des bambous et de couper les tiges. Vous pourrez ensuite les utiliser pour soutenir les plantes molles à longue tige.

Égayez un escalier extérieur

Pour égayer un escalier extérieur, il suffit de le fleurir ! Mettez des jardinières sur chaque marche et choisissez des fleurs qui vous plaisent. Les annuelles seront jolies, mais on peut aussi planter des vivaces. Pour encore plus d’effet, vous pouvez également poser des plantes, comme de petits arbustes, entre chaque jardinière. Les cyprès nains donnent de très beaux résultats.

Décorez une façade de roses

On ne peut le nier, une façade extérieure garnie de rosiers grimpants est très agréable ! Privilégiez des rosiers parfumés qui auront le don, en plus de décorer vos murs, d’embaumer votre maison. Pour ce faire, à l’aide de pitons, fixez au mur un treillage ou des fils horizontaux, espacés d’une vingtaine de centimètres. Vous pourrez ainsi attacher les tiges de vos rosiers au fur et à mesure qu’ils grandiront. À vous ensuite de les guider pour les faire passer autour des fenêtres et portes.

Source : www.trucsdegrandmere.com


eco-livre-orange

Plantez votre haie naturelle
Plantez votre haie naturellede Rémy Bacher et Yves Perrin

Conseils, coûts, entretiens…

Clés de l’équilibre écologique, les haies méritent une place de choix dans nos jardins. Ce livre détaille les pratiques bio et naturelles pour créer ou faire évoluer tout type de haie, dans un petit ou grand jardin, en ville ou à la campagne. Avec tous les savoir-faire bio des auteurs !

Éditions Terre Vivante – 192 pages – 20 €

La construction préfabriquée en bois
La construction préfabriquée en boisde Philippe Lequenne et Jean-Luc Moulin

Bâtir écologique en optimisant coûts et qualité

Rapide, économique, répondant aux normes d’habitat passif ou basse consommation, la construction en bois préfabriquée en atelier est une solution d’avenir ! Ce guide décrit les différentes étapes de cette construction : élaboration du projet, conception des plans, fondations, montage, aménagements en autoconstruction… Toutes les clés d’une construction économique, écologique et performante !

Éditions Terre Vivante – 160 pages – 23 €

éco DVD

Énergie Solaire : illusion ou réalité ?
Réalisé par Eric Ellena, George Crawford et Marc Toulin

Énergie Solaire : illusion ou réalité ?Un film documentaire sur ces pionniers qui ont réussi le passage au solaire. Développée dans les années 50 par la NASA dans le cadre de la recherche spatiale, l’énergie solaire n’a tout d’abord pas été envisagée comme une énergie grand public à cause de son coût élevé et son faible rendement. Mais grâce aux avancées technologiques récentes, à la réduction des coûts de fabrication et à l’envolée du prix des énergies fossiles, l’énergie solaire est devenue une véritable alternative. Comment pouvons-nous l’exploiter de façon intelligente dans notre monde moderne ? Ce film en deux parties, tourné en Europe, Amérique du Nord et Afrique, nous permet de partager l’expérience de nombreux adeptes du solaire qui en font une utilisation réussie et partagent avec nous leurs trucs, astuces et conseils. Le film nous ouvre aussi les portes des associations qui implantent l’énergie solaire dans les zones rurales et des centres de recherche qui travaillent à une intégration du solaire dans les matériaux du futur.

Distribution : French Connection Films : www.frenchcx.com Durée : 50 mn (épisode 1), 51 mn (épisode 2) – 14, 95 €

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.