Loisirs

L’écolomag N° 20

Novembre – Décembre 2010

Gestes citoyens aux vacances d’hiver

Ça y est, l’hiver pointe le bout de son nez et vous commencez déjà à rêver de pistes enneigées, de feux de cheminées et de sapins blancs. Au ski également, il est possible d’agir de manière responsable et ainsi de limiter notre impact sur la planète dans une activité qui n’a pas la réputation d’être écologique.

L’écolomag vous propose quelques gestes à réaliser pendant ce séjour pour préserver la planète :

  • Le transport : Le train est à privilégier pour se rendre au pied des stations : plus confortable, plus rapide et souvent plus économique. Si vous souhaitez tout de même partir en voiture, le covoiturage est une solution alternative à étudier permettant d’allier économie et écologie.
  • La station : Cherchez une station proposant un cadre et un bilan écologique les plus favorables possible. Un nouveau label écologique a été créé pour les stations des Alpes, basé principalement sur la gestion des transports : Alpine Pearls – ” Les perles des Alpes “. Par ailleurs, le label ” Stations Vertes de Vacances ” regroupe des communes touristiques de l’espace rural et de la montagne ayant signé une charte de qualité. Aussi, les stations ” Famille Plus Montagne ” s’engagent à respecter une charte portant notamment sur la découverte de l’environnement et du patrimoine. C’est à vous de choisir !
  • Les activités à privilégier : Les pratiques ne nécessitant pas d’installations mécaniques, telles que le ski de randonnée, le ski de fond et la raquette, sont à privilégier par rapport au ski de piste. Dans tous les cas, le ski hors piste en forêt est à prohiber en raison de l’impact défavorable sur les jeunes arbres. Par ailleurs, il vaut mieux boycotter les pistes lorsque la neige est insuffisante ou alimentée par des canons à neige. Sauf si vous allez régulièrement skier ou pratiquer la raquette, il est plus économique et écologique de louer votre matériel.
  • La restauration : Outre de redescendre dans votre résidence pour manger, il est conseillé d’emmener son sandwich, sa salade et…son vin chaud sur les pistes, plutôt que de fréquenter les restaurants d’altitude, dont le transport de nourriture et de fluides n’est pas écologique. De plus, achetez plutôt des produits locaux, représentatifs de la culture locale et soutenant l’économie régionale.
  • Enfin, si vous achetez des petits cadeaux souvenirs, privilégiez la fabrication locale et l’artisanat régional !

Sources : www.econo-ecolo.org et www.consoglobe.com

 


 

Un petit air de grand nord en chiens de traîneaux…

Au sud de Beaufortain, accompagné d’un groupe d’amis et de 4 chiens par attelage, vous vous entraînerez dans un raid ludique en chiens de traîneaux! Entre forêts sauvages, vallons oubliés et hauts plateaux d’alpages, vous profiterez d’un itinéraire hors des sentiers battus, avec, en arrière plan, les plus beaux massifs alpins… Pour finir, imprégné de la quiétude des lieux d’une altitude moyenne de 1800 mètres, vous serez accompagnés par un guide musher rustique, ne mâchant pas ses mots et connaissant ses montagnes mieux que quiconque, qui vous fera partager sa passion de toujours. Limitée à 4 personnes, cette aventure sera en quelque sorte un premier pas vers le raid hors-piste du Québec. La période s’étale de décembre 2010 à fin Mars 2011 – 595 € TTC pour 5 jours, au départ du Beaufortain.

Chiens de traineau

Au Québec, vous accomplirez un raid hors pistes aux antipodes des sentiers classiques. Vous découvrirez ce qu’est la vie au cœur de la forêt… Pas de piste existante, seulement des lits de rivières, des lacs gelés et des terres enneigées à perte de vue. En fonction des conditions de neige, vous ouvrirez la première trace pour faciliter la progression de votre attelage et des chiens. Le soir venant, vous monterez votre tente prospecteur, couperez vos bûches et protégerez votre abri chauffé au poêle à bois des intempéries extérieures. Soudainement, vous aurez bien chaud, le repas mijotera, le hurlement des chiens attisera votre joie, les étoiles vous envelopperont de leur mystère… Au cœur de la forêt, en harmonie avec la nature, vous vous retrouverez spectateur actif de votre propre aventure. La période s’étale de décembre 2010 à fin mars 2011. 2650 € pour 10 jours, aérien et taxes aéroport compris, au départ de France.

Pour en savoir plus : www.terresoubliees.com


 

1% Pour La Planète

Fondé en 2001 par Yvon Chouinard, fondateur de la société Patagonia, et Craig Mathews, passionné de pêche et propriétaire de la boutique Blue Ribbon Files, le club 1% pour la planète est un réseau d’entreprises qui s’engagent à consacrer au minimum 1% de leur chiffre d’affaires annuel à des associations environnementales. Le mois d’octobre vient d’accueillir le 103e membre français avec l’arrivée de Philippe Bette Imagine de la société Bioprice. Ce réseau d’entrepreneurs d’une grande diversité où se côtoient : Le photographe Emmanuel Donfut de la société Balao, la gérante de la boutique en ligne Arasia-shop.com, l’architecte christophe Curci, le groupe Lea Nature, … tous conscients et soucieux de la responsabilité environnementale et avec pour seul intérêt de protéger les ressources naturelles sans lesquelles leurs entreprises ne pourraient exister.

www.onepercentfortheplanet.org/fr

 


 

Un nouveau refuge, écologique et autonome

Nouveau refugeBien loin des nouvelles techniques de construction environnementale, le Refuge du Goûter, perché à 3 835 m d’altitude, laissera bientôt la place à un nouveau bâtiment de haute technologie intégrant les normes HQE. Grâce à une gestion des ressources et des énergies en totale autonomie, ce nouveau refuge sera respectueux de l’environnement. Dessinée pour s’intégrer sur un plan esthétique et technique à toutes les contraintes climatiques d’un environnement où les vents moyens avoisinent les 240 km/h, la structure sera en bois local des Alpes françaises pour un approvisionnement en circuit court, évitant transport et pollution. La peau extérieure métallique à faible réflectivité, intègrera des facettes s’éclairant alternativement au rythme de la course du soleil. Afin d’assurer une parfaite autonomie en matière électrique, chauffage et eau, cette construction met en œuvre des technologies énergétiques de pointe (capteurs solaires, éoliennes, groupe de cogénération, fondoir à neige, module de traitement des eaux usées…). Le chantier, ouvert sur les hauteurs du Mont Blanc depuis le 5 juillet dernier, se terminera en juin 2012. Ainsi, ce nouveau refuge pourra accueillir 120 personnes dans des conditions optimales de sécurité et de confort.

Pour en savoir plus : www.nouveaurefugedugouter.fr

 


 

Devenir écovolontaire

Proposée par la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’association A Pas de Loup, des volontaires pour la nature, la plate-forme jagispourlanature.org donne à chacun les moyens d’agir concrètement sur le terrain, en faveur de la biodiversité, en devenant écovolontaire. Accueil et soins à des animaux, suivi et protection d’espèces, entretien d’espaces naturels, écoconstruction, nettoyage de plages ou de stations de ski… Les activités sont variées et s’adressent à tous. Chacun peut devenir écovolontaire, sans compétences particulières.

Pour en savoir plus : www.jagispourlanature.org


 

Des voyages solidaires

Voyages solidaires 3Privilégiant le mot voyage, plutôt que celui de tourisme, l’association Tamadi propose une démarche volontaire où le voyageur se frotte à d’autres cultures et réalités. Dans cette perspective, cette association propose une immersion dans le quotidien de familles paysannes, dans des villages de brousse. Le voyageur sillonne ainsi une région en logeant le plus souvent chez l’habitant et en y partageant les repas. Il utilise les transports locaux, rencontre les paysans, le chef de village, le potier et le forgeron ainsi que des responsables d’associations paysannes ou de femmes. Leur solidarité se marque d’abord par l’établissement de partenariats avec des associations locales, le plus souvent des organisations paysannes. Le principe est le partage effectif et équitable des responsabilités, des risques et des revenus. Leur conception de la solidarité n’est donc pas d’aller aider « les pauvres » à travers des actions « humanitaires » mais de se laisser interpeller par les réalités et les combats de leurs partenaires, d’échanger avec eux et de rémunérer équitablement leurs prestations. Voyager avec Tamadi, c’est donc accepter de s’éloigner un temps de nos repères occidentaux, y compris en ce qui concerne le confort et l’alimentation. Ainsi, Mali, Madagascar, Inde, Sahara Occidental et Anatolie Orientale (Turquie) sont autant de destinations que cette association nous propose afin de bousculer un peu les clichés qui nous trottent trop souvent dans la tête.

Vous êtes tentés par l’aventure : www.tamadi.org

 


 

Des voyages solidaires et équitables

La Route des Sens vous propose des voyages basés sur la rencontre et l’échange, et directement liés à l’aide au développement. De l’Asie à l’Amérique centrale, de l’Afrique à l’Océan Indien, les séjours sont conçus en étroite collaboration avec les populations locales. En petits groupes, vous découvrirez la richesse culturelle, humaine et environnementale des destinations proposées (Panama, Maroc, Laos, Madagascar, Casamance et Centrafrique). Par ailleurs, environ 25% du montant de votre voyage seront destinés aux populations qui vous accueilleront : d’une part de manière directe et équitable pour leurs prestations fournies dans le cadre des séjours, d’autre part, par l’implication financière de l’association dans la réalisation des actions de développement.

Pour plus d’informations : www.laroutedessens.org

 


 

Dôme de Montmiral

Dôme de MontmiralResponsable dans le transfert et la maintenance industriels et enseignante en lettres classiques, passionnés de cuisine et de voyages, adeptes de différentes techniques énergétiques permettant un mieux être, Raymond et Valérie ont décidé de changer de vie de façon à être en adéquation avec leurs passions… Dans un cadre exceptionnel, afin d’y accueillir des hôtes et leur proposer une cuisine végétarienne, bio, créative et gastronomique, ils ont alors construit une maison Domespace, près de Castelnau de Montmiral. Basé sur le principe de l’éco-construction, ce dôme en bois, posé sur un roulement à billes d’acier, a la particularité de pouvoir tourner, ce qui vous permettra de profiter pleinement des collines et vallées environnantes ! Dans ce lieu de repos, de ressourcement et de dégustation, vous pourrez également participer à des ateliers culinaires découvertes ainsi que des stages de développement personnel tels que le yoga, le tai-chi ou encore la géobiologie…

Pour plus d’informations : www.domedemontmiral.com

 


 

Les écotagnes

Baroudeur dans l’âme, Patrice Genand a pendant de longs mois arpenté la planète aux côtés de Nicolas Hulot, dont il fut un temps le conseiller technique pour l’émission Ushuaïa. De retour au pays, il lui fallait retrouver l’esprit d’aventure qu’il a chevillé au corps. D’où l’idée de cet éden en pleine nature, à proximité d’Annecy, conçu avec la participation de son fils compagnon charpentier. Les cabanes perchées sont comme suspendues dans un environnement à couper le souffle. De larges baies vitrées s’ouvrent sur la vertigineuse chaîne des Aravis que l’on peut contempler depuis son lit. Le vieux chalet construit en 1793 a été complètement rénové. Vieux bois, murs en pierres sèches, ont été soigneusement assemblés, contribuant à l’atmosphère intime et sereine qui s’impose dès votre arrivée. À la manière d’un refuge, le chalet est alimenté par des panneaux solaires et par une eau de source traitée. Tout autour, de larges terrasses vous accueillent pour vos repas ou vos moments de détente. 125 € par personne, repas du soir et petit-déjeuner compris.

Pour en savoir plus : www.ecotagnes.com

 


 

Le tourisme des catastrophes écologiques

Depuis quelques années, un tourisme surfant sur la vague du désespoir s’est développé : le tourisme des catastrophes écologiques. Sur la liste des nouveaux lieux touristiques figure en bonne place le site de Tchernobyl, théâtre de la pire catastrophe nucléaire, humaine et écologique, de tous les temps. L’année dernière, ce ne sont pas moins de 7 500 touristes qui se sont laissés charmer par le chant funèbre de l’accident nucléaire. Pourtant, c’est de notoriété publique, le site est encore extrêmement radioactif. De plus, pour se décharger de toute responsabilité, les voyagistes qui proposent ces excursions morbides font signer aux participants une feuille détaillant les interdictions auxquelles ils sont soumis : ne pas manger en plein air, ne pas fumer en plein air, ne rien toucher, ne pas s’asseoir par terre, ne pas poser ses affaires au sol, ne pas marcher dans l’herbe ou sur la mousse… Bref, les voyageurs ont alors tout le temps de se délecter de cette atmosphère chaotique tout en respirant l’odeur nauséabonde de la mort. Des vacances de rêves, vous ne trouvez pas !?

Source : www.developpementdurable.com

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.