Cuisine & Recettes

L’écolomag N° 21

Janvier – Février 2011

Amandine Geers et Olivier Degorce

Auteurs de livre cuisine bio, chroniqueurs en écologie, Amandine et Olivier ont créé il y a 10 ans What’s for dinner, une association engagée privilégiant les échanges sur les questions d’alimentation et d’écologie. Pour découvrir les programmes et les dates des prochains ateliers de cuisine bio d’Amandine rendez-vous sur whats-for-dinner.info.

Soupe miso aux shiitakés

Soupe miso aux shiitakés

Utilisation : En entrée – Préparation : 10 mn – Cuisson : 5 mn

Pour 4 personnes

  • 800 ml d’eau
  • 4 shiitakés frais
  • 2 brins de cive ou 1 petit oignon fanes
  • 1 c. à s. de paillettes d’algues en mélange
  • 4 c. à c. de miso de riz
  • 4 c. à s. de sauce soja

Lavez les shiitakés en les frottant avec un torchon humide. Coupez les chapeaux en lamelles et hachez les pieds qui sont plus durs. Faites revenir les shiitakés quelques minutes avec 1 c. à s. d’huile d’olive. Lavez la cive ou l’oignon et ciselez-les finement. Faites chauffer l’eau. Dans chaque bol, mettez 1 c. à s. de miso et 1 c. à s. de sauce soja. Délayez. Ajoutez la cive ou l’oignon, une pincée de paillettes d’algues et les champignons. Versez l’eau chaude dans chaque bol. Mélangez soigneusement et dégustez aussitôt.

Découvrez… les shiitakés
Originaire du Japon, où il est considéré comme un élixir de vie, le shiitaké est un délicieux champignon dont le goût et la texture rappellent le cèpe. De très petites quantités suffisent pour relever un pâté végétal, parfumer une sauce, une soupe ou une omelette.

 

Bouillon de lettres pour petit poète

Bouillon de lettres pour petit poète

Utilisation : Idéal pour attendre la suite du repas – Préparation : 5 mn – Cuisson : 6 mn

Pour 1 bol

  • 200 ml d’eau
  • 4 c. à s. de pâtes alphabet
  • 1 pincée de bouquet garni maison
  • 1 pointe de miso de riz
  • 2 c. à s. de carottes coupées en petits dés
  • persil ciselé et graines germées alfalfa (facultatif)

Faites chauffer l’eau avec le bouillon. Ajoutez les dés de carottes et les pâtes alphabet. Faites cuire 5 à 6 mn et ajoutez le miso une fois le feu éteint. Mélangez bien et servez aussitôt avec un peu de persil ciselé et quelques graines germées de saveur douce, comme l’alfalfa.

La variante d’Amandine
N’hésitez pas à enrichir ce bouillon de quelques cubes de tofu nature ou aux herbes et ajoutez une pincée d’algues en paillettes.

Recettes extraites de « La cuisine bio pour tous les jours »

 


 

Jean-Charles Sommerard

Cultiver le savoir-faire familial des huiles essentielles, c’est son secret. Producteur respectueux du rythme des saisons et de l’écosystème, Jean-Charles vous propose une sélection d’eaux florales, d’huiles végétales et d’huiles essentielles bio de qualité supérieure.
Venez découvrir chez Artisan Nature à Paris ou sur sevessence.com sa nouvelle gamme Aromacook… un enchantement des sens.

Crevettes caramélisées

Crevettes caramélisées

Pour 4 personnes

  • 24 grosses crevettes décortiquées
  • 3 échalotes
  • 50 ml de sirop d’agave
  • 1 c. à s. de shoyu
  • 2 c. à s. de vinaigre de riz
  • 2 c. à c. d’alcool de riz
  • 2 c. à s. d’huile de tournesol
  • ½ botte de coriandre
  • 20 sprays d’Aromacook saveur d’Asie

Faites chauffer l’huile dans une poêle, faites-y sauter les crevettes avec de l’échalote hachée pendant 1 mn en remuant. Incorporez doucement le sirop d’agave, le vinaigre et l’alcool de riz avec un peu d’eau. Laissez bouillonner afin de faire réduire la sauce jusqu’à l’obtention d’un sirop. Parsemez de coriandre ciselée et de 20 sprays d’Aromacook saveur d’Asie. Servez accompagné de riz.

 


 

Frédérique Chartrand

Frédérique Chartrand est créatrice et photographe culinaire. Québécoise de 29 ans, elle milite pour une cuisine citoyenne et a l’obsession du bon produit. Habitant dans le sud de la France depuis 7 ans, Frédérique a écrit plusieurs livres de recettes.
www.frederiquechartrand.com
Blog : www.biorecettes.com

Gnocchis de potiron et gingembre à la crème vanillée

Gnocchis de potiron et gingembre à la crème vanilléePour 5 à 6 personnes

  • La pulpe de 4 kg de potiron (la pulpe est ce qui reste après avoir réduit en purée et passé au chinois fin)
  • 1 morceau de gingembre de 2 cm I 5 c. à s. de farine de riz
  • Huile d’olive
  • 100 ml de crème liquide
  • ½ gousse de vanille

Étalez la pulpe sur une plaque en silicone ou sur du papier sulfurisé et faites cuire au four 60 mn à 90 °C. Sortez-la du four et ajoutez 2 c. à s. de farine de riz puis le morceau de gingembre pressé. Mélangez bien. Formez les gnocchis dans le creux de vos mains. Si la pâte est trop collante, ajoutez un peu de farine de riz. Sur un plan de travail, roulez les gnocchis dans la farine de riz restante. Versez la crème liquide dans une petite casserole. Prélevez les graines de la gousse de vanille et ajoutez-les à la crème avec la ½ gousse fendue. Faites chauffer à feu très doux. Éteignez dès que la crème est bien chaude. Réservez. Faites chauffer un flet d’huile d’olive dans une poêle et faites dorer les gnocchis des deux côtés pendant quelques minutes. Versez la crème vanillée dans la poêle et servez de suite.

 


 

Lina Charlot

Chargée d’enseignement en cuisine gastronomique végétarienne, Lina possède une forte expérience dans le domaine des métiers de bouche et de la diététique. Depuis 29 ans, Lina organise des stages et des cours de cuisine diététique et bio sur près de 100 thèmes différents !
Renseignez-vous : 05 49 48 67 01 ou 06 89 43 11 08 – biolina@orange.fr

Les légumineuses sont de bonnes protéines d’hiver, riches en vitamines, minéraux, oligo-éléments !

Pour vous donner quelques exemples :

  • Soja : 40 %
  • Fèves : 23 %
  • Haricots secs : 21 %
  • Lentilles : 25 %
  • Pois cassés : 26 %
  • Pois chiche : 19 %

En comparaison, la viande blanche en contient 12 % et la viande rouge 15 %.

Si vous ne consommez pas de protéines animales au cours du repas, vous devrez les associer à des céréales pour profiter de tous les acides aminés indispensables.

Voici les associations traditionnelles des 4 continents :

  • Orient : Blé + pois chiche ou fèves
  • Europe : Blé, épeautre, seigle, avoine + lentilles, haricots ou pois
  • Asie : Riz + soja
  • Amérique : Maïs + haricots rouges
  • Afrique : Mil ou sorgho + haricots niébés

Les recettes ci-dessous peuvent êtres confectionnées avec toutes les légumineuses de votre choix !

 

Crème de pois cassés goût fumé

Crème de pois cassés goût fuméPour 4 personnes

  • 200 g de pois cassés
  • 1 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 1 bouquet garni
  • 1 carotte
  • 1 petit poireau
  • 200 g de tempeh fumé
  • 2 c. à s. de tamari
  • 2 c. à s. de crème végétale de votre choix
  • 150 g de tomme de brebis râpée
  • 2 c. à s. d’huile d’olive, sel

Faites tremper les pois cassés une nuit. Dans un faitout, versez l’huile d’olive, faites-y fondre l’oignon émincé, puis ajoutez les pois cassés égouttés. Recouvrez d’1 litre d’eau avec le bouquet garni, la carotte épluchée et taillée en rondelles, le poireau en tronçons, l’ail émincé. Couvrez et faites cuire doucement 1 h 30. Au bout de ce temps, ajoutez le sel, 100 g de tempeh coupé en cubes. Faites cuire 5 mn. Otez le bouquet garni. Mixez l’ensemble. Ajoutez le reste de tempeh en tout petits cubes, le tamari, la crème et enfin le fromage râpé.

 

Bruschetta de pois cassés

Faites griller une tranche de pain de campagne par personne, frottez-la d’ail. Recouvrez d’une couche de purée de pois cassés. Ajoutez une tranche de tomme de brebis ou de gruyère et passez au four pour faire fondre le fromage. Servez avec une salade verte.

 

Galette de pois cassés

  • Un bol de purée de pois cassés pas trop sèche
  • 3 c. à s. de flocons d’avoine
  • 2 œufs entiers
  • 1 oignon râpé
  • ½ c. à c. de noix de muscade râpée
  • 1 c. à c. de cumin en poudre
  • 1 c. à s. de maïzena I sel.

Mélangez tous les ingrédients. Dans une poêle, versez un peu d’huile, déposez 2 c. à s. de préparation, aplatissez et faites cuire doucement des 2 côtés. Servez avec des légumes cuits à l’étouffée, à basse température si possible. Pour des cuissons de légumineuses plus rapides, pensez aussi aux flocons de pois cassés, de pois chiche et d’azukis qui cuisent en 10 mn. La marque Celnat en est le créateur et le distributeur. Bon appétit !

 


 

Spécial Chandeleur

Nathalie Nagy-Kochmann

Passionnée de cuisine depuis toujours, auteure culinaire et animatrice d’un blog depuis 2006 (chez-willow.net), Nathalie Nagy-Kochmann cultive plaisir et alimentation saine à travers ses recettes qu’elle parsème sur son blog, dans ses livres, mais aussi pour le Campanier. Toutes les cuisines s’y côtoient et certains ingrédients oubliés, ou bien simplement exotiques, refont surface pour notre plus grand bonheur.
Pour la contacter : contact@chez-willow.net

Beignets de la Chandeleur

Beignets de la ChandeleurPour 8 à 10 pièces

  • 275 g de farine
  • 50 g de sucre + quelques cuillers pour enrober les beignets
  • 35 g de beurre
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à c. de levure sèche
  • 80 g d’eau
  • 25 g de lait entier
  • 3 jaunes d’œufs

Mélangez la farine, la levure, le sel et le sucre. Ajoutez les jaunes d’œufs et commencez à pétrir. Ajoutez l’eau mélangée au lait. Une fois la pâte homogène, incorporez progressivement le beurre. Couvrez le pâton d’un torchon et laissez lever au chaud pendant 1 à 2 heures. Rompez la pâte et divisez en 8 à 10 morceaux. Formez des boules de pâte sur une plaque recouverte de papier cuisson. Couvrez et laissez lever 1 à 2 heures. Faites cuire quelques minutes dans une huile chauffée à 180 °C. Essorez sur du papier absorbant et saupoudrez de sucre.


 

Pancakes aux yaourts maison

Pancakes aux yaourts maisonRecette proposée par Nature et Aliments

Pour 6 personnes :

  • 275 g de farine
  • 75 g de beurre fondu
  • 2 yaourts nature maison (faits avec les ferments Nat-Ali)
  • ¼ lait
  • ½ sachet de poudre à lever Nat-Ali
  • ½ sachet de sucre vanillé
  • 1 pincée de sel

Mélangez la farine, la poudre à lever Nat-Ali, le sucre vanillé Nat-Ali et le sel. Faites fondre le beurre dans le lait chaud et versez petit à petit dans la farine. Ajoutez les yaourts maison et fouettez pour alléger la préparation. Faites cuire les 12 pancakes avec un peu de beurre dans une petite poêle.

www.nature-aliments.com

 


 

Comment reconnaître un bon sirop d’érable

« Un bon sirop d’érable doit goûter… l’érable. Les bons goûts sont avant tout l’érable, le caramel au beurre, la vanille, le café, la fleur blanche, la cassonade légère, rarement le chocolat, un boisé léger. Un bon travail de l’érablière à l’embouteillage, associé à notre terroir, est le secret de fabrication de notre sirop d’érable » nous confie Vital Pelletier, qui a repris l’érablière de son père, qui la tenait lui aussi de son père et, cela, depuis 1900. Une vingtaine de producteurs associés travaillent avec lui afin de vous proposer leurs meilleurs sirops. De l’entaillage à l’évaporation de la sève, ils apportent un grand respect à la forêt afin d’obtenir des sirops 100 % érable de bon goût, tout en pérennisant un espace naturel.

Producteur à la Ferme Vifranc – Québec – www.vifranc.com
Claude Walterspiler – Importateur – Le Bio Monde – www.lebiomonde.net

 


 

Tarte au sirop d’érable appelée
« tarte au sucre » au Québec

Recette proposée par Le Bio Monde

Tarte au sirop d’érableLa pâte :

  • 300 g de farine T80
  • 100 g de beurre
  • une pincée de sel
  • un verre d’eau.

La garniture :

  • 350 ml de sirop d’érable
  • 90 g de beurre
  • 150 g de farine T65
  • 125 ml de crème fraîche
  • 50 g d’amandes effilées pour la décoration

Préparez la pâte à tarte et réservez-la au frais. Sur feu doux, faites fondre le beurre et incorporez la farine sans laisser brunir. Ajoutez le sirop d’érable, puis la crème petit à petit en brassant jusqu’à épaississement. Étalez la pâte dans un moule de 30 cm de diamètre. Versez la garniture. Disposez les amandes sur le dessus. Faites cuire au four à 180 °C environ 30 mn.

 


 

Nutrivitalité = Gourmandise + Vitalité

Après s’être formé à la naturopathie, la nutrition ayurvédique et la diététique énergétique chinoise, Frédéric créé la Nutrivitalité une synthèse pratique et gourmande des meilleurs usages culinaires et nutritionnels.
Il nous livre ici un aperçu de ses 7 principes capitaux. Il organise des cours de cuisine et des séjours de revitalisation. www.nutrivitalite.fr

  1. Plaisir : Pas de plaisir … pas de vitalité ! Toutes nos fonctions digestives sont améliorées quand un repas est pris avec plaisir et digéré dans un état de détente physique et mentale. A l’inverse quand nous sommes stressés : « ça passe pas ».
  2. Frugalité : Manger moins pour vivre plus. La quantité est toujours au détriment de la qualité; si ce n’est la qualité des aliments, se sera la qualité de leur assimilation … car notre capacité digestive a des limites.
  3. La végétalité : Omnivores, nous pouvons digérer plein de choses. Mais ces sont les végétaux que nous assimilons le mieux et dont nous éliminons le plus facilement les résidus. Et c’est grâce aux micronutriments et aux fibres des végétaux que nous pouvons manger de la viande.
  4. La vitalité : Pour entretenir la vie en nous, nous avons besoin du vivant. Le plus vivant dans les aliments est aussi ce qui est le plus fragile : les enzymes et les micronutriments. La nutrivitalité propose de privilégier les aliments les plus concentrés en micronutriments.
  5. Le respect : Respecter les rythmes et les limites physiologiques de son système digestif, c’est lui permettre de remplir sereinement son rôle. Ballonnements, vents, brûlures d’estomac, irritations intestinales, diarrhée, constipation, … sont souvent les signes d’un manque de respect de son système digestif.
  6. L’équilibre acido-basique : L’acidification est avec l’oxydation, l’une des clefs du vieillissement cellulaire. L’excès d’acide ronge les réserves minérales de l’organisme comme le vinaigre dissout le calcaire. A l’instar des peuples centenaires, nous pouvons privilégier les aliments les plus alcalins.
  7. La variété : Multiplier le plaisir, varier les apports. Manger un peu de tout permet d’éviter les excès d’un aliment et d’éviter les carences. Pour pouvoir concilier cette variété avec la simplicité des repas (éviter les mélanges), il faut concevoir la variété sur une journée ou une semaine et pas, comme c’est souvent le cas, dans un seul repas.

Les indispensables :

Il vaut mieux bien manger de mauvais aliments que de mal manger de bons aliments.

  • Mâcher : La mastication, c’est la clef ! En mâchant on commence la digestion, on allège le travail musculaire de l’estomac, on favorise et accélère la biochimie digestive, on désinfecte les aliments, on modère les quantités … et on amplifie les saveurs.
  • « Petit jeûner » : C’est jeûner chaque jour 10 à 12h entre le repas du soir et le PETIT DEJEUNER. Le système digestif peut alors se reposer et se régénérer … il fonctionne mieux et vous le rend bien !
  • Réduire les quantités : Ne mangez pas plus que ce que supporte votre estomac … merci pour lui !
  • Simplifier : Apéro, entrée, plat, fromage et dessert … trop de mélange pompe notre énergie digestive. Apprendre à faire de bonnes et simples associations d’aliments permet de mieux assimiler et les nutriments et conserver notre énergie pour vivre plutôt que pour digérer !
  • Ne pas noyer : Trop boire en mangeant noie le système digestif. A l’instar des autres mammifères terrestres, hydratez-vous en dehors des repas.

 

Les fournisseurs de vitalité
CarottesDes fruits et légumes bien vivantsAsperges
De bonnes protéines
(80% végétales / 20% animales)

PoissonDes bons acides gras :
(80% végétales / 20% animales)

 

 

  • poissons gras
  • huiles de première pression à froid
  • oléagineux

SucresDe bons sucres lents :

  • céréales complètes ou ½ complètes
  • légumineuses (lentilles, pois chiches, fèves, haricots,…)
  • légumes racines et farineux

CuissonCuissons justes :
Si ce n’est pas cru, privilégiez les cuissons douces ou courtes :

 

 

  • vapeur
  • étouffé
  • wok
  • hypocuisson

Aliments VitalogènesAliments vitalogènes :

  • jus fruits et légumes frais
  • algues et graines germées
  • pollen
  • maca, acérola, goji, physalis, cacao et autre « super-food »

 

Les voleurs de vitalité
Les excès de protéines et de produits laitiers :
Un adulte n’a plus besoin de manger comme un adolescent en pleine
croissance !
L’excès d’acidité :
D’abord celle du stress mental mais aussi celle de nos assiettes

BonbonsLes mauvais sucres :

  • les sucres raffinés
  • les sucreries
  • les produits industriels
Les produits dénaturés :
Plus un aliment a été modifié, trituré, concentré, moins l’organisme trouve ce dont il a besoin et plus il a de mal à évacuer les résidus.
L’excès de cuisson :
A partir de 40°C, on commence à détruire les enzymes.
Dès 60°C, la vitamine C commence à se volatiliser.
Au dessus de 90°C, on détruit plus de 50% des vitamines.
Au-delà de 160°C, on altère les protéines et les acides gras
CaféLes excitants :
Café, alcool, snacking et produits chocolatés.

 


 

Salade de sarrasin aux légumes
croquants et langoustines

Salade de sarrasin & huile de pépin de courgeÀ l’huile de pépins de courge toastés Biopress

Pour 4 personnes

Préparation : 30 mn – Cuisson : 10 mn

  • 250 g de sarrasin
  • 16 langoustines crues
  • 200 g de petits pois écossés (soit environ 400 g en cosse) et quelques fèves
  • 1 carotte
  • 1 oignon
  • 1 botte de ciboulette
  • 1 c. à s. d’huile de pépins de courge toastés Biopress
  • 2 c. à s. d’huile d’olive vierge extra Biopress
  • 2 c. à s. de vinaigre de cidre

Plongez 200 g de sarrasin durant 5 mn dans l’eau bouillante salée, égouttez-le et laissez-le refroidir. Plongez les petits pois 3 mn dans l’eau bouillante salée, puis ajoutez les fèves, poursuivez la cuisson 2 mn. Égouttez les légumes. Enlevez la peau des fèves. Émincez l’oignon. Détaillez la carotte en fins bâtonnets. Mélangez dans un bol l’huile de pépins de courge toastés Biopress, 1 c. à s. d’huile d’olive vierge extra Biopress et le vinaigre. Salez et poivrez, ajoutez l’oignon. Mélangez tous les légumes au sarrasin cuit, assaisonnez de vinaigrette à l’huile de pépins de courge toastés Biopress. Grillez à sec dans une poêle les 50 g de sarrasin restants. Ôtez les têtes des langoustines et décortiquez les queues. Faites-les sauter 3 mn dans une c. à s. d’huile d’olive vierge extra Biopress. Salez et poivrez. Servez la salade de sarrasin à l’huile de pépins de courge toastés Biopress, surmontée de langoustines poêlées, de sarrasin grillé et de ciboulette.

 


 

Camembert au calvados et pommes
Belle de Boskoop Côteaux Nantais

Pour 2 personnes

  • 1 camembert
  • Du calvados
  • 3 pommes Belle de Boskoop

Préchauffez le four à 200 °C. Laissez le camembert dans sa boîte en bois, après avoir ôté le papier autour. Faites un trou au milieu. Versez du calvados à l’intérieur du trou. Passez au four 10 mn. Le camembert doit devenir coulant. Pendant ce temps, découpez les pommes en quartiers. Sortez le camembert du four et retirez-lui son chapeau. Il ne reste plus qu’à tremper les quartiers dans le camembert… et à vous régaler.

 


 

Compotée de chou rouge
aux fruits séchés

Compotée de chou rouge aux fruits séchésRecette extraite du livre « Jamais trop chou » d’Anne Brunner

Pour 4 personnes

  • 1 poignée de raisins secs
  • Environ 200 g de figues séchées
  • ½ chou rouge I 1 c. à s. d’huile d’olive

Faites chauffer de l’eau et en couvrir les fruits secs pour les réhydrater. Pendant ce temps, coupez le chou en fines lanières. Faites-le revenir dans un peu d’huile d’olive, puis baissez le feu et couvrez. Lorsque les fruits ont bien gonflé, égouttez-les en réservant l’eau de trempage. Coupez les figues en deux et retirez leur queue. Ajoutez les fruits au chou avec un peu d’eau de trempage. Salez et couvrez à nouveau. Laissez mijoter jusqu’à ce que tout le liquide soit absorbé. Le chou doit commencer à dorer et être fondu.

 


 

Abricot sec, orange ou brun ?

Saviez-vous que les abricots secs orange sont séchés dans des fours (donc énergivores), et parfois affublés de colorants pour avoir ce teint ? En revanche, les abricots secs qui sont bruns sont généralement récoltés manuellement, leur séchage a lieu au soleil, ce qui produit un enrichissement en magnésium et permet de mieux conserver les vitamines !

Source : http://untrucparjour.blogspot.com/

 


 

Ces épices qui nous soignent

Les propriétés générales des épices sont de relever, conserver et aider à mieux digérer les aliments. Les remèdes indiqués sont destinés à la prévention et au soulagement des petits maux du quotidien ou de certaines maladies clairement diagnostiquées. Ces informations ne remplacent pas le suivi médical d’un thérapeute compétent.

L’anis étoilé

Utilisé depuis plus de 1 000 ans dans la médecine traditionnelle chinoise, l’anis étoilé est originaire du sud et du sud-ouest de la Chine, ainsi que du nord du Vietnam. Cette épice soulage l’arthrite, les rhumatismes et soigne la fièvre. Particulièrement indiqué en cas de grippe, l’anis étoilé agit également pour tous les problèmes digestifs, notamment les maux d’estomac, les ballonnements et les coliques intestinales.

Le cumin

Le cumin était bien connu des Anciens, dès 5000 av. J.C. Des graines ont été trouvées dans les tombes des pharaons et l’on sait que les Égyptiens l’employaient pour embaumer leurs rois avant d’utiliser la cannelle et le clou de girofle. Le cumin aide à la digestion, permet de soigner les nausées ainsi que la diarrhée. C’est un vermifuge très utile pour prévenir les problèmes d’ostéoporose et un allié pour purifier le sang. Chez les femmes, il nettoie l’utérus et augmente la sécrétion de lait maternel. Enfin, il prévient les pertes de mémoire, la baisse de la vision et les tumeurs.

Le clou de girofle

Découvert sur un site archéologique de Mésopotamie dans une cuisine datant de 1700 av. J.C., le clou de girofle a été introduit en Chine en 220 av. J.C. Les Romains l’ont importé via le port d’Alexandrie et l’ont ainsi fait connaître tout autour de la Méditerranée. Possédant des propriétés anti-infectieuses, le clou de girofle est connu pour soulager les infections dentaires, les troubles intestinaux d’origines virales, les infections gynécologiques et l’acné infectée. Stimulant général et neurotonique, il lutte contre le refroidissement du corps. De plus, c’est un aphrodisiaque léger et un cicatrisant.

La cardamome

Originaire de la côte de Malabar, la cardamome est la deuxième épice la plus importante en Inde, où elle est appelée « reine des épices ». Les populations locales ont longtemps consommé les fruits sauvages, avant que les colons anglais en développent la culture au 19ème siècle. Cette épice est connue pour ses vertus expectorantes, stimulantes, rajeunissantes et aphrodisiaques. Ses indications sont nombreuses : indigestion et troubles gastro-intestinaux, perte du goût, bronchite, infections urinaires, hoquets nerveux de l’enfant, hémorroïdes, impuissance, stress, fatigue, …

La vanille

La vanille vient d’Amérique centrale (sud du Mexique, Guatemala, Honduras), mais elle est devenue rarissime à l’état sauvage (tous les pieds connus sont des clones). De fait, elle était reproduite par bouturage par les Amérindiens bien avant l’arrivée des conquistadors espagnols. Cette épice est connue comme stimulant du système nerveux et stimulant général, mais elle est également apaisante et sédative. La vanille aide à lutter contre le stress, la fatigue et la déprime.

La cannelle

Connue depuis l’Antiquité, la cannelle était utilisée par les anciens Égyptiens dans le processus de l’embaumement. Elle contribue à éliminer les toxines, soulage les rhumatismes, les inflammations de la gorge, les rhumes et la grippe. Très efficace contre les diarrhées, la cannelle améliore les tissus reproducteurs. Enfin, elle est recommandée contre tout refroidissement car elle réchauffe l’organisme.

Le curcuma

Le curcuma est originaire du sud de l’Asie, où il était cultivé et utilisé à la fois pour la thérapeutique et pour les rituels religieux. Répertorié en Syrie en 600 av. J.C., il a gagné la Chine au 7ème siècle après J.C. Madagascar a connu le curcuma au 13ème siècle. Cette épice a des propriétés antioxydantes, stimulantes, dépuratives, cicatrisantes, anti-bactériennes, anti-inflammatoires et aphrodisiaques. Il est aussi très réputé pour ses propriétés digestives. Enfin, le curcuma fluidifie la circulation sanguine, diminue l’anxiété et le stress, améliore
la souplesse du corps et a un effet amincissant.

La coriandre

Apparue initialement dans le sud-est de l’Europe et en Asie Mineure, la coriandre est une des herbes les plus anciennes. C’était l’épice favorite des Grecs, des Hébreux et des Romains de l’Antiquité. La coriandre augmente l’appétit, facilite la digestion, prévient et soulage les ballonnements et permet de contrôler l’hyperacidité gastrique. Efficace contre les rhumes, les grippes, les éruptions cutanées, l’herpès et tous les problèmes d’allergies, la coriandre nettoie et décongestionne le foie, améliore les urines brûlantes et la vision.

La muscade

Provenant des îles Banda, en Indonésie, le muscadier s’est répandu en Malaisie péninsulaire, à Singapour, au Sri Lanka, en Chine puis en Inde vers 500 av. J.C. Il est maintenant cultivé dans le sud de l’Inde, sur la côte de Malabar et dans le Nilgiri. Cette épice combat les digestions difficiles et calme les coliques et les flatulences. Calmante pour le système nerveux, elle est un bon remède contre les insomnies et l’esprit agité. De plus, elle est aphrodisiaque : crée l’euphorie, stimule l’activité sexuelle, combat le manque d’intérêt et retarde l’éjaculation.

22 épices pour preserver la santé

Extraits du livre « 22

épices pour préserver la santé »
du Docteur Guy Avril – Éditions Terre Vivante
Prix public : 17 €
194 pages

 


 

L’Or rouge Grec
Le safran Krokos Kozanis

C’est au sud du département de Kozani, en Macédoine Grecque, que se trouve le territoire de Krokos, seul lieu en Grèce, et l’un des rares en Europe, où l’on cultive cet or rouge hors du commun. La culture actuelle du safran dans cette zone de Macédoine Occidentale remonte au 17ème siècle. La température et l’humidité du sol, propres à cette région, la méthode de culture utilisée ainsi que l’expérience acquise depuis 3 siècles expliquent la qualité optimale et les caractéristiques propres du safran Krokos Kozanis. Par ailleurs, cet or rouge possède un grand nombre de vertus ! Avec ses propriétés antiseptiques, antispasmodiques, anti-cholestérol et peptiques (qui aident à la digestion), c’est le meilleur antioxydant pour lutter contre le vieillissement des cellules. Riche en vitamines B et provitamines A, ce safran grec possède de fortes actions anti-inflammatoires, anti-thromboses et vasodilatatrices, qui peuvent améliorer les fonctionnements cérébraux, principalement au niveau de la mémoire. Le petit plus : la coopérative du safran Krokos Kozanis permet aujourd’hui à 1 500 familles grecques de travailler décemment, en commercialisant un safran européen, pur et à un prix attractif.

Pour plus d’informations : www.demetere.com

Notre suggestion
Sardines à la Grecque

Sardines à la GrecquePour 4 personnes :

  • Une douzaine de sardines
  • 3 c. à s. d’huile
  • 1 petite capsule de safran
  • Quelques grains de coriandre
  • 1 gousse d’ail
  • Une brindille de thym
  • Une feuille de laurier
  • Une petite boîte de concentré de tomates
  • 3 dl de vin blanc sec
  • Citron à volonté

Nettoyez les poissons. Rangez-les côte à côte dans une grande sauteuse, de façon à ce qu’ils soient tous en une seule couche. Arrosez d’huile et répartissez l’assaisonnement (sel, safran, coriandre), ajoutez l’ail écrasé, le thym et le laurier. Délayez le concentré de tomates dans le vin blanc et versez-le par-dessus. Mettez sur le feu, portez à ébullition, puis continuez la cuisson 15 mn à feu doux. Servez chaud ou froid avec du citron à volonté.

Source : www.masalchi.fr

 


 

Citrouille et huile de pépins
de courge gourmande

Citrouille et huile de pépins de courge gourmandeRecette proposée par Frédérique Cailloce, extraite du livre « Huiles et saveurs » d’Eric Vigean et Denis Hervier aux éditions Féret

Pour 4 personnes

  • 2 tranches de citrouille
  • 1 pomme de terre
  • 1 c. à s. de crème fraîche
  • Sel, poivre
  • Huile de pépins de courge gourmande

Faites cuire à la vapeur la citrouille et la pomme de terre. Ensuite, mixez le tout avec la crème fraîche, sel, poivre. Mettez la préparation dans des petits ramequins et posez un filet d’huile de pépins de courge gourmande dessus.

 


 

La saviez-vous

Évitez de mélanger le lait de vache et le jus d’orange. Parfois indigeste, la fermentation ralentit la digestion et provoque des troubles intestinaux.

Source : Les petits déjeuners de nos enfants de Nicole Tripier. Éditions Le Goût des mots

 


 

Produits bio récompensés

Lors de ses rencontres nationales, Natexpo a récompensé Nature & Aliments en lui décernant le prix coup de coeur. Les petits sachets ont gagné ce prix grâce à trois de leurs ambitions.

Cultiver la différence : Après 30 ans de partenariat avec l’ESAT « Les Ateliers de la Cholière », Nature et Aliments accueille dans ses locaux une équipe de 8 travailleurs handicapés. Cette volonté de changer le regard sur le handicap s’est aussi traduite par le sponsoring de l’association « la Mer en solidaire ». Lors de la mini transat 6.50 La Rochelle-Salvador de Bahia, Gilles et Maxime, handicapés moteurs, ont ainsi pu traverser l’Atlantique. Ces actions sont racontées dans le film « De nouveaux visages pour l’INSERT IGNOREion » (visionnable sur http://vimeo.com/12663803), réalisé en partenariat avec l’ADAPEI 44. Participer à la sensibilisation sur l’intégration des handicapés dans le monde du travail est pour Nature et Aliments une facette de sa responsabilité sociale.

Soutenir la diversité : Nature et Aliments accompagne depuis 10 ans l’association Bolivia Inti-Sud Soleil dans ses actions pour la promotion de la cuisson solaire, limitant ainsi la déforestation et libérant les femmes de l’esclavage de la corvée de bois. Ce soutien à l’économie du sud passe aussi par l’adhésion à l’association Bio Partenaire, pour la promotion de 3 filières bio équitables. La responsabilité économique de Nature et Aliments s’exprime dans le choix de matières premières issues de circuits répondant aux principes de développement durable.

Agir pour demain : Les valeurs éthiques portées par l’entreprise depuis un siècle trouveront une nouvelle expression en 2011, dans la construction d’un outil de production écologique au Pôle Bio de Nantes-Rezé. La prise en compte de l’impact des choix de production sur l’environnement relève pour Nature et Aliments de sa responsabilité environnementale.

 


 

Le kombucha

Remède traditionnel, alicament aux vertus thérapeutiques, le kombucha, littéralement « algue de thé », est une boisson connue depuis la Chine antique. Selon la philosophie zen, il apporte équilibre, pureté, beauté du corps et de l’esprit. Traditionnellement préparée avec du thé vert ou noir, cette boisson acidulée est obtenue par le biais d’une culture de bactéries, de levures essentielles et de lactobacilles. Il enrichit la fore intestinale, élimine les toxines, active et booste le foie, renforce et mobilise le système immunitaire, favorise la croissance des dents et des os, aide à combattre les courbatures et revitalise l’ensemble de l’organisme. De plus, durant le principe de fermentation, cette symbiose libère et développe des enzymes, des acides naturels, de nombreuses vitamines ainsi que des antibiotiques naturels.

Source : www.dtox4life.frwww.germline.fr

 


Rubrik’ à trucs

Réutiliser les bouchons
des bouteilles en plastique !

Pour sceller un sac en plastique pratiquement sous vide, découpez le goulot d’une bouteille en plastique, insérez le sac en plastique à travers le goulot et revissez le bouchon par-dessus. La bouteille est faite pour être hermétique, le sachet le sera aussi.

Source : www.faire-soi-meme.net

Enlever la rouille de votre couteau

Si votre couteau est taché de rouille, introduisez la lame à plusieurs reprises dans un oignon cru. Lorsque elle est bien mouillée, saupoudrez-la de sucre en poudre et frottez-la énergiquement. Elle deviendra brillante.

Source : www.trucsmaison.com

Pour un rôti plus moelleux…

Ajoutez un petit récipient en terre rempli d’eau dans le four où il cuit.

Source : Trucs et astuces de nos mamies aux éditions Clairance

Du vin frais illico presto !

Vous n’avez pas mis le vin blanc au frais ? Pas de panique, il vous suffit de remplir le seau à glace de quelques glaçons et d’ajouter 2 ou 3 cuillères à soupe de gros sel. Plongez-y votre bouteille, elle sera fraîche beaucoup plus vite !

Source : Le sel malin aux éditions Leduc.s

Oranges plus juteuses

Courageux, vous pressez vos oranges tous les matins pour votre petit-déjeuner ? Si vous voulez des oranges plus juteuses, passez les sous l’eau chaude avant de les presser.

Source : www.astucerie.com

Jus de citron au goutte à goutte

Plantez un cure dent dans le citron. En le pressant, vous aurez son jus au goutte à goutte le long du cure dent ; et votre citron se conservera mieux que si vous le coupez !

Source : www.foire-aux-astuces.fr

Choux sans odeur

Pour éviter les odeurs de choux pendant leur cuisson, mettez 3 ou 4 noix dans l’eau de cuisson.

Source : www.pourtoutvousdire.com

Pâte à tarte

Pour bien placer votre pâte a tarte dans votre moule, commencez par la plier en 2, puis en trois. Prenez-la ensuite dans la main et transvasez-la dans votre moule pour la déplier aussitôt !

Source : www.astucesmaison.com

Éplucher vos marrons

Pour éplucher facilement vos marrons, mettez-les dans une passoire au-dessus d’une casserole d’eau bouillante, et laissez-les une demi-heure à la vapeur.

Source : www.belle-belle-belle.com

Conserver un caramel mou

Pour que votre caramel reste moelleux, il vous suffit de rajouter un flet de citron en fin de préparation. Il ne se solidifiera pas.

Source : www.trucsdegrandmere.com

L’huile de friture qui déborde ?

Lorsque vous faites des frites, si votre huile menace de déborder, jetez dedans des morceaux d’oignon. Il n’y aura plus qu’un simple frémissement.

Source : www.ecotruc.com

 


 

Risotto au potimarron et au lait de coco

Variations PotimarronRecette extraite du livre « Variations potimarron » de Clea

Pour 4 personnes

  • ¼ de potimarron
  • 1 l de bouillon de légumes
  • 1 oignon
  • 2 échalotes
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 300 g de riz carnaroli
  • 1 c. à c. de curry en poudre
  • 20 cl de lait de coco
  • Coriandre fraîche

Coupez le potimarron en dés. Réservez. Faites chauffer le bouillon et maintenez à frémissements. Pelez l’oignon et les échalotes. Hachez finement. Chauffez l’huile dans une poêle et ajoutez l’oignon et les échalotes, puis le riz et les dés de potimarron. Faites revenir pendant 5 mn, tout en remuant. Le riz doit prendre une teinte nacrée. Ajoutez alors le curry et une louchée de bouillon, sans cesser de remuer. Laissez le riz absorber le liquide. Ajoutez le reste du bouillon petit à petit, à mesure que la louchée précédente à été absorbée. Après avoir incorporé la dernière louchée de bouillon, versez le lait de coco dans la casserole qui contenait celui-ci et faites chauffer. Ajoutez au risotto, de la même manière que le bouillon. Parsemez de coriandre ciselée et servez sans attendre.

 


 

Le saviez-vous

  • Environ 97% des variétés de légumes que l’on trouvait habituellement sur la liste du ministère de l’Agriculture des Etats-Unis sont maintenant considérées comme disparues.
  • Le bétail des pays riches mange autant de céréales que les Indiens et les Chinois réunis.

 


 

Une réussite solidaire

Parti de Paris, c’est en vélo que Jean Hervé arrive à Annecy en 1970, où il commence par expérimenter l’agriculture biologique et biodynamique. Avec une vie bien remplie et plusieurs enfants, il cherche une solution pour faciliter la préparation des repas tout en optimisant les apports nutritionnels. C’est sa rencontre quasi passionnelle avec une meule en pierre et une poêlette au feu de bois datant du 19ème siècle qui va donner un nouveau virage à son aventure ! En améliorant la saveur de ses produits, particulièrement axés sur les oléagineux, et en abaissant considérablement le prix de vente, il parvient à atteindre son objectif : rendre accessibles au plus grand nombre des produits 100 % végétaux de grande qualité gustative et nutritionnelle. De plus, sa participation solidaire a permis la création de 10 écoles, 3 collèges et un lycée à Madagascar… Et l’aventure solidaire continue désormais à Haïti ! Le projet actuel porte sur la création de 2 écoles, d’un lycée, et d’une structure dédiée aux orphelins.

 


 

Idée recette aux purées de fruits secs oléagineux

Tartelette aux poires et aux amandes
de Jean Hervé

Tartelette aux poires et aux amandesPour 2 personnes

  • 1 grosse poire ou 2 petites
  • 40 g de farine de blé type T80
  • 30 g de polenta instantanée
  • 25 g de purée d’amande blanche Jean Hervé
  • 1 c. à s. de sucre blond
  • 2 c. à s. de sucre intégral
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 c. à s. de purée d’amande complète
  • 1 c. à s. de crème de soja
  • 5 amandes

Mélangez la farine avec la polenta et le sucre blond. Ajoutez la purée d’amande blanche et l’huile d’olive et travaillez du bout des doigts, puis ajoutez un peu d’eau (15 ml environ) et formez 2 boules de pâte. Étalez-les grossièrement du plat de la main. Mélangez la purée d’amande complète avec la crème de soja et une cuillère à soupe de sucre intégral. Étalez sur les fonds de tarte. Coupez la poire en lamelles et disposez-les sur la crème. Saupoudrez les tartelettes du restant de sucre et des amandes concassées. Faites cuire 25 mn à 175 °C.

Source : www.cuisine-de-presse.com

 


 

VegMag

Le magazine de la bio-cohérence

vous propose
des barres énergétiques 100% végétales
pour un hiver naturel et gourmand !

Barres à la cacahuète et à la mélasse

Barres à la cacahuète et à la mélassePour 15 barres

  • 200 g de flocons d’avoine
  • 80 g de cacahuètes non salées
  • 60 g de sucre de canne
  • 5 g de riz soufflé
  • 6 cl de mélasse
  • 3,5 c. à s. de beurre de cacahuètes
  • 4 cl de sirop de céréales
  • 1 c. à c. de vanille en poudre
  • 1/3 c. à c. de sel

Préchauffez le four à 170°C. Hachez les cacahuètes. Dans un grand saladier, mélangez les flocons d’avoine, les cacahuètes, le riz soufflé, la vanille et le sel. Dans une casserole, combinez la mélasse, le sirop de céréales, le beurre de cacahuète et le sucre. Faites chauffer doucement, tout en remuant, jusqu’à ce que le sucre soit fondu. Versez sur les ingrédients secs. Mélangez bien à la cuiller puis à la main, de manière à mouiller l’ensemble des ingrédients secs. Tapissez un plat à gratin avec une feuille de papier sulfurisé. Versez le mélange, répartissez bien et tassez. Enfournez et faites cuire 20 minutes. Laissez refroidir 1 mn dans le plat, puis transférez délicatement la feuille de papier sulfurisé sur une planche à découper. Après 10 mn, coupez les barres au couteau. Laissez refroidir complètement. Les barres se conservent une dizaine de jours dans une boîte hermétique.

 

Barres latinas

Barres latinasPour 15 barres

  • 180 g de flocons d’avoine
  • 60 g de sucre de canne
  • 50 g de flocons de quinoa
  • 30 g de quinoa soufflé
  • 40 g de chocolat min. 70 % de cacao
  • 25 g de noix de cajou
  • 25 g d’amandes
  • 10 cl de sirop de céréales
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 c. à c. de cannelle en poudre
  • ½ c. à c. de cardamome en poudre
  • 1 large pincée de piment de Jamaïque

Préchauffez le four à 170°C. Hachez le chocolat noir, les amandes et les noix de cajou. Dans un grand saladier, mélangez les flocons d’avoine et de quinoa, le quinoa soufflé, le chocolat, les amandes et les noix de cajou, la cannelle, la cardamome et le piment. Dans une casserole, combinez le sirop de céréales, l’huile et le sucre. Faites chauffer doucement, tout en remuant, jusqu’à ce que le sucre soit fondu. Versez sur les ingrédients secs. Mélangez bien à la cuillère puis à la main, de manière à mouiller l’ensemble des ingrédients secs. Tapissez un plat à gratin avec une feuille de papier sulfurisé. Versez le mélange, répartissez bien et tassez. Enfournez et faites cuire 20 mn. Laissez refroidir 1 mn dans le plat, puis transférez délicatement la feuille de papier sulfurisé sur une planche à découper. Après 10 mn, coupez les barres au couteau. Laisser refroidir complètement.

Créatrice culinaire : Virginie Péan – Crédits photos : Fredrick Fälth

 

VegMag

VegMag, la revue de la Bio-cohérence, propose depuis 2006 des témoignages, conseils, recettes et réflexions positives sur le mode de vie bio-végétarien, sur la responsabilité de l’homme vis à vis de la planète et des animaux.

Plus d’infos sur la revue sur www.vegmag.fr ou au 05 49 39 21 36 – contact@vegmag.fr

À partir de janvier, VegMag devient mensuel !
Abonnement 1 an (11 numéros) : 32€

 


 

Les graisses brunes et la température interne

France GuillainFrance Guillain est originaire de Polynésie, où elle a grandi avant l’arrivée des avions, dans une famille polynésienne très simple. Grâce à une bourse, elle quitte son île et fait des études supérieures scientifiques puis part à la voile autour du monde pour 20 ans. Chemin faisant, elle n’arrête jamais d’étudier et de travailler, cumulant diplômes et recherches. À partir de 1970, elle publie ouvrages et articles de presse plusieurs fois par an, sans discontinuer jusqu’à aujourd’hui. Outre toutes les publications, des centaines d’émissions de radio, de télé, accumulées au fil des ans lui permettent de nous faire partager ses expériences et découvertes. Grande navigatrice, elle faisait partie en 1986 de la sélection des 12 grands sportifs choisis par L’Équipe Magazine pour représenter la France au Festival du Film Sportif de La Plagne. Seule femme de cette sélection, déjà mère de 5 enfants, elle figurait aux côtés de Gérard d’Aboville et du Dr Jean-Louis Etienne. France Guillain travaille actuellement sur 2 axes principaux : 1) Fabriquer les graisses brunes – 2) Faire baisser la température interne du corps. Késako ?

par France Guillain

Les graisses brunes ont 8 fonctions essentielles

  1. Chasser les mauvaises graisses
  2. Protéger du chaud et du froid
  3. Agir sur l’énergie physique
  4. Alimenter de façon permanente les os, les muscles et les organes
  5. Entraîner les déchets (cellules mortes)
  6. Entraîner ce qui arrive de l’extérieur (fumée, pollutions diverses)
  7. Réguler la thyroïde en tant que précurseurs hormonaux
  8. Réparer l’organisme car riche en cellules souches éthiques

Comment les fabriquer ?

S’il fallait simplifier au maximum en une phrase, on pourrait dire : manger cru à 80 %, en petites quantités et mastiquer jusqu’à liquéfier les aliments en bouche avant de les avaler. Aujourd’hui, le cerveau, beaucoup plus sollicité à l’heure actuelle qu’il y a 60 ans, consomme beaucoup plus de sucres et de gras : il est donc logique de le nourrir davantage. L’apport de sucres naturels se fait grâce aux fruits frais à raison de 400 g par jour et l’apport en gras à travers l’utilisation d’huiles bio de 1ère pression à froid type amande, noisette, noix, graines de lin, … Chaque jour, 5 à 6 cuillères à soupe d’huile sont nécessaires à notre alimentation, soit 2 cuillères d’huile d’olive (pour se protéger du cancer), 2 cuillères d’huile de colza (pour nourrir notre cerveau), 1 cuillère d’huile de sésame (pour l’apport en calcium) et 1 cuillère d’huile de courge (pour protéger vessie et prostate). A savoir : l’huile crue non chauffée fait mincir dans une préparation à condition de bien mastiquer…

Bon à savoir :

  • Manger toujours cru au début du repas et ne pas manger de dessert sucré en fin de repas car cela multiplie par 2 le temps de la digestion.
  • Un individu qui se met au bio peut perdre 1,5 kg en moins de 13 jours sans efforts en divisant par 4 les toxines dans son sang.
  • Nourri uniquement à partir de produits achetés au supermarché, il multipliera par 7 la quantité de produits toxiques absorbés et prendra 2 kg en 13 jours. I Nous possédons dans notre cerveau une hormone que nous fabriquons naturellement et dont la fonction est de nous envoyer un signal de satiété lorsque la quantité de nourriture absorbée est suffisante. Or, il existe une substance connue sous le nom de glutamate, qui, rajoutée dans de nombreux aliments par l’industrie agroalimentaire, fait disparaître ce sentiment de satiété, nous donnant envie de nous remplir davantage. Inutile de chercher sur les étiquettes, la législation permet que le glutamate soit englobé dans ce que l’on nomme condiments.

 

Recette « Miam-Ô-fruits » :
pour favoriser la fabrication
des graisses brunes

Ingrédients :

  • 3 fruits au choix : pomme, poire, kiwi, papaye, mangue, longane, fruit du dragon, …
  • ½ banane
  • graines de lin, sésame, amande, courge, …
  • huile de colza ou multi-huiles bio
  • ½ citron bio

Préambule : Dans un 1er bocal, mettre 2 c. à s. de graines oléagineuses (non grillées, ni salées, ni trempées) moitié sésame/moitié lin, broyées finement au moulin électrique.

Dans un 2ème bocal mettre 1 cuillère à soupe comprenant au moins 3 graines différentes au choix : courge, tournesol, noix, amande, noisette, cajou, arachide, macadamia, noix du Brésil, etc.

Conserver les bocaux dans le bas du frigo pas plus d’une semaine. À la fin de la semaine, terminer les surplus dans vos salades. N’en gardez surtout pas pour la semaine suivante, les huiles s’oxyderaient.

Ecrasez ½ banane à la fourchette jusqu’à obtenir une purée parfaitement lisse. Emulsionnez 2 c. à s. pleines d’huile de colza ou de lin avec la banane écrasée (comme une mayonnaise : l’huile doit disparaître). Mettez 2 c. à s. pleines mais rases du bocal n° 1 et 1 c. à s. pleine mais rase du bocal n° 2 (les cuillerées sont rases pour ne pas irriter l’intestin). Pressez le jus d’½ citron, soit 2 c. à c. de jus de citron (gros citron). Sur ce mélange, ajoutez très joliment au moins 3 sortes de fruits coupés en morceaux (sauf orange, pamplemousse, pastèque, melon car ils sont à digestion trop rapide). N’utilisez pas de fruits séchés (pruneaux, raisins car ils sont cuits par le soleil). Faites une belle assiette appétissante ! Vous pouvez également ajouter du pollen frais ou du miel.

Pour en savoir plus :

Le Bain dérivatif ou D-CoolInWay
Éditions du Rocher 200 pages

La Méthode France Guillain
Éditions du Rocher 316 pages

 


 

TempératureFaire baisser la température interne

Il se trouve qu’aujourd’hui la température moyenne de notre corps est de 37,2 °C. Or pour assurer un bon état de santé, la température interne ne doit pas dépasser 36,6 °C et l’augmentation de cette température a ouvert la porte à tout un tas de maladies dégénératives. Il faut donc trouver des moyens pour faire baisser cette température. Tout d’abord, pourquoi a t-elle progressé ? Notre façon de nous alimenter y a beaucoup contribué. Nous sommes aujourd’hui dans une errance alimentaire, qui dure depuis 30 – 40 ans, car on ne nous enseigne plus comment manger correctement. Les nombreux pesticides, antibiotiques et autres sont venus perturber notre équilibre alimentaire. Par ailleurs, notre façon de nous habiller y a également participé, en étant toujours plus ajustée.

Comment faire diminuer cette température ?

On peut se balader tout nu, … on peut aussi adopter le principe du bain dérivatif. Efficace, simple à comprendre, il se résume à tenir au frais notre périnée grâce à des poches de gel qui s’appliquent au niveau de l’entrejambe (une petite bouteille d’eau fraîche peut tout aussi bien faire l’affaire, en moins pratique). Plus elles seront portées, plus ces poches de gel seront efficaces. Leur utilisation va permettre de faire travailler nos fameuses graisses brunes. Pour la première fois, la recherche commence à expliquer que ce n’est pas l’exercice physique qui a pour fonction d’éliminer les mauvaises graisses, et que 50 % de graisses brunes bien activées peuvent permettre de brûler 20 % de calories. En choisissant des aliments adéquats, en apprenant à les mastiquer correctement et en laissant son périnée au frais, on a donc toutes les chances de mourir en bonne santé.

 


 

Mon crumble aux pommes

Mon crumble aux pommesDepuis décembre dernier, vous pouvez découvrir en magasins une recette pour faire un bon petit dessert : un crumble de Juliet®.

  • 1 kg de Juliet®
  • 1/2 jus de citron
  • 20 g de beurre (pour le moule)
  • 125 g de beurre mou
  • 150 g de farine
  • 125 g de sucre en poudre
  • 1 pincée de sel

Préchauffez le four à 220°C. Beurrer un plat à four. Pelez les pommes Juliet®, coupez-les en quartier, retirez les pépins. Coupez les quartiers de Juliet® en dés et répartissez-les dans le plat de façon homogène. Répartissez un peu de jus de citron sur les dés de Juliet®. Dans un saladier, mettez une pincée de sel, versez la farine, ajoutez le sucre et le beurre mou. Emiettez la préparation avec vos doigts jusqu’à obtention d’une semoule assez grossière. Recouvrez les dés de Juliet® avec votre pâte. Ajoutez quelques copeaux de beurre sur le dessus. Faites cuire 30 mn. Le crumble doit être doré. Dégustez tiède. C’est encore meilleur ! Suggestion : vous pouvez l’accompagner avec une boule de glace à la vanille.

(www.juliet.eu)

 


 

éco Livres

Le guide Carité des bonnes adresses du vin bio 2011-2012
par Jean-Marc Carité

Cette « bible des vins bio» recense et présente une sélection rigoureuse de la production française de vins d’appellations, issus de l’agriculture biologique et biodynamique. Seul guide à indiquer les doses de sulftes ajoutés, la qualité des levures et des vendanges, il vous informe aussi des possibilités d’œno-écotourisme pour vos déplacements et vacances. Ces adresses, références et commentaires de dégustations vous emmèneront chez les producteurs les plus scrupuleux, qui prennent soin autant de la santé de leurs terres que de la nôtre, avec, en plus, de surprenants rapports qualité-prix.

Éditions d’Utovie 240 pages – 14 €

Consommer écolo
de Michel Cros

Né en Californie en 2005, le mouvement des « locavores » (qui consomment des aliments produits dans un environnement proche), avec son concept du « kilomètre zéro », connaît un grand essor. Au point que l’on commence à s’interroger : au-delà de l’anecdotique, en participant à la réduction de l’émission des gaz à effet de serre, en favorisant une activité agricole, artisanale et tertiaire dans les régions, les locavores détiendraient-ils la solution aux problèmes environnementaux grandissants ? À travers ce livre, Michel Cros se propose de vous éclairer sur les grandes lignes de cette nouvelle tendance. Il vous donne également des conseils et astuces pour conserver une gamme de produits la plus large possible. Que vous soyez tenté de rejoindre la tribu locavore ou que vous vous sentiez simplement concerné par le devenir de la planète, vous trouverez une mine d’informations dans ce petit manuel du consommer « éco-durable ».

Éditions De Vecchi – 160 pages – 12,90 €

Soupes, veloutés, potages et consommés
de Stéphanie de Turckheim

Amusez-vous derrière votre marmite à réaliser des soupes goûteuses et pleines de saveur. Mélangez les fruits et les légumes de saison, ajoutez des épices, de la crème ou des jaunes d’œufs pour des textures veloutées ou épaisses. Commencez dès le printemps avec une soupe revigorante aux fanes de radis, puis, lorsque les beaux jours approchent, dégustez une soupe glacée à la rhubarbe. L’été venu, rafraîchissez-vous avec des soupes froides aux carottes ou aux pêches. À l’automne, retrouvez avec bonheur les champignons et les potirons. En hiver, au coin du feu, réchauffez-vous avec une crème d’endives ou une gratinée à l’oignon. Que du bonheur pour vos papilles !

Tana Éditions – 128 pages – 14,90 €

Jamais trop chou !
d’Anne Brunner

Savez-vous cuisiner le chou autrement ? Le cuisiner léger, cru, vitaminé… En tirer des petites salades digestes, des bâtonnets à tremper, des woks parfumés ou encore des coleslaw rafraîchissants ? Chou rouge, chou-rave, chou-fleur, romanesco ou chinois… Vous allez vite repérer, dans ces recettes gourmandes, vos choux préférés, qui, tout au long de l’année, vous apporteront des fibres, des vitamines et de précieux antioxydants.

Éditions La Plage – 72 pages – 9,90 €

Mes petites recettes magiques au son d’avoine
de Claire Pinson

Connaissez-vous le son d’avoine ? Avec ses effets minceur et santé, vous ne pourrez que l’adorer ! Constitué en grande partie de fibres solubles, il a un effet coupe-faim qui calmera l’ardeur des appétits les plus gourmands. Mieux encore : il permet de se débarrasser des calories sans effort et d’éliminer des déchets toxiques qui peuvent favoriser l’apparition de certains cancers. Mincir facilement tout en préservant sa santé, ça, c’est vraiment magique ! Dans ce guide pratique, découvrez les vertus du son d’avoine, les conseils pour le choisir ainsi que 100 recettes délicieuses et très simple à appliquer.

Éditions Leduc.s – 192 pages – 5,90 €

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.