Cuisine & Recettes

L’écolomag N° 26

Novembre – Décembre 2011

Nathalie Nagy-Kochmann

Passionnée de cuisine depuis toujours, auteure culinaire et animatrice d’un blog depuis 2006 (chez-willow.net), Nathalie Nagy-Kochmann cultive plaisir et alimentation saine à travers ses recettes qu’elle parsème sur son blog, dans ses livres, mais aussi pour le Campanier. Toutes les cuisines s’y côtoient et certains ingrédients oubliés, ou bien simplement exotiques, refont surface pour notre plus grand bonheur.
Pour la contacter : contact@chez-willow.net

 

Bœuf mijoté aux carottes et autres légumes

Bœuf mijoté aux carottes et autres légumesPour 4 personnes :

  • 800 g de bœuf à bourguignon en morceaux
  • 3 carottes
  • 1 branche de céleri
  • 1 bouquet garni
  • 1 navet
  • Sel, poivre
  • 500 ml de vin rouge
  • 1 c. à c. de farine
  • 1 oignon
  • 2 gousses d’ail

Brossez les carottes et coupez-les en grosses rondelles. Pelez le navet et coupez-le en mirepoix. Pelez et hachez les gousses d’ail. Pelez et émincez l’oignon. Lavez la branche de céleri et coupez-la en mirepoix. Réservez séparément tous les légumes de garniture. Dans une cocotte en fonte, faites revenir l’oignon émincé dans l’huile. Ajoutez l’ail haché. Salez et poivrez. Ajoutez la viande et faites-la dorer sur toutes les faces. Ajoutez les carottes, le navet et le céleri. Faites dorer rapidement à feu fort. Saupoudrez de farine avant d’ajouter le bouquet garni et le vin. Salez et poivrez. Portez à ébullition. Fermez la cocotte et enfournez pendant 3 à 4 h en surveillant. Servez avec des pâtes fraîches.

 


 
 

Jean-Charles Sommerard

Cultiver le savoir-faire familial des huiles essentielles, c’est son secret. Producteur respectueux du rythme des saisons et de l’écosystème, Jean-Charles vous propose une sélection d’eaux florales, d’huiles végétales et d’huiles essentielles bio de qualité supérieure.
Venez découvrir chez Artisan Nature à Paris ou sur sevessence.com sa nouvelle gamme Aromacook… un enchantement des sens.

Chou chinois au sésame

Chou chinois au sésamePour 4 personnes :

  • 1 chou chinois
  • 1 carotte
  • 1 petite boîte de pousses de bambou
  • 100 g de tofu fumé
  • 4 gousses d’ail
  • 2 c. à s. de tamari
  • 2 c. à s. de graines de sésame
  • 2 c. à s. d’huile de sésame grillé
  • 16 sprays d’Aromacook saveur d’Asie

Dans un faitout, faites chauffer l’huile de sésame grillé, l’ail haché et le tamari. Ajoutez le chou chinois finement émincé, la carotte et les pousses de bambou taillées en bâtonnets fins. Faites revenir à feu doux en remuant de temps en temps. Lorsque les légumes sont cuits, mettez le tofu fumé coupé en lanières de 2 mm d’épaisseur, laissez cuire 5 minutes. Au moment de servir, saupoudrez de graines de sésame et de 16 sprays d’Aromacook saveur d’Asie.

 


 

Simon Caillat

Simon Caillat est né “dans l’huile d’olive” à Sfax en Tunisie. Président de Mondolio, il a adapté les recettes que faisait sa mère, en n’utilisant aucune graisse animale, privilégiant une cuisine “de prince” quant aux goûts et qualité, accessible à tous même aux petites bourses. Cette cuisine sans produits laitiers, sans beurre, ni fromage, crème ou yaourts lui a d’ailleurs permis de garder une forme extraordinaire !

Boulettes de bœuf à l’étouffée à la rose

Pour 1 kg de viande hachée (notre recette est basée – c’est ma préférence – sur de la viande de bœuf. Certains mélangent bœuf/veau ou même poulet).

  • 4 œufs
  • 1/3 de baguette ou pain rassis
  • 5 oignons (ou équivalent)
  • ½ bouquet de persil plat
  • 1 pincée de cannelle
  • 1 c. à c. de poudre de boutons de roses séchées (existe en sachets prêts à l’emploi)
  • Sel, poivre
  • 1 c. à c. de sauce tomate
  • Huile d’olive Saintolives

Pour la deuxième cuisson :

  • Un peu d’ail
  • Sauce tomate

Faites tremper le pain (préférence eau chaude), l’égouttez-le en vérifiant que même les croûtes sont bien ramollies, et pressez au maximum pour éliminer l’eau. Préparez dans un plateau, ou un grand plat à tajine, les oignons pelés et coupés, le persil plat, le pain bien égoutté, la viande hachée. Ajoutez 2 œufs entiers, une pincée de cannelle et de la menthe hachée menu, ainsi qu’1 c. à c. de poudre de roses, sel et poivre. Malaxez bien pour obtenir un produit homogène et attaquez la 1ère cuisson. Confectionnez “à la main” des boulettes pas trop grosses, rouler-les dans la farine et les œufs : dans une assiette creuse, cassez 2 œufs que vous battez légèrement. Dans une 2nde assiette plate, posez assez de farine pour pouvoir “rouler” une à une les boulettes ainsi préparées, mettez-les à frire en ayant préalablement préparé et chauffé l’huile d’olive dans une poêle ou une friteuse. La boulette enroulée dans la farine d’abord et l’œuf ensuite va ainsi, au bout de quelques minutes, dans sa partie basse baignant dans l’huile bien chauffée, créer une croûte. Retournez la boulette et faites-lui subir le même sort. Avec une spatule, retournez-la sur un côté puis sur l’autre. Retirez-la de la poêle et posez-la sur un plateau.

Préparez la 2ème cuisson, très simple, qui va permettre à l’intérieur de la boulette “encroûtée” de cuire lentement. Prenez un faitout, remettez 3 ou 4 cuillerées d’huile d’olive dans lesquelles vous délayez 1 c. à c. de sauce tomate, un peu d’ail et plus d’oignons et posez les boulettes que vous avez décidé de faire cuire pour le repas. Vous mettrez les autres au congélateur, après les avoir laissé refroidir.

Dans la poêle ainsi préparée et à feu doux, ajoutez de l’eau à hauteur des boulettes supérieures. Parsemez avec de la menthe coupée en petits morceaux, une pincée de cannelle, poivre et sel. Ajoutez en les éparpillant sur la surface une grosse c. à c de poudre de feuilles de roses. Couvrez et laissez cuire à feu doux. À consommer par exemple avec du riz ou du quinoa, ou simplement avec du pain.

 


 
 

Frédérique Chartrand

Frédérique Chartrand est créatrice et photographe culinaire. Québécoise de 29 ans, elle milite pour une cuisine citoyenne et a l’obsession du bon produit. Habitant dans le sud de la France depuis 7 ans, Frédérique a écrit plusieurs livres de recettes.
www.frederiquechartrand.com
Blog : www.biorecettes.com

 
 
Je brunch bio
Recette proposée par Frédérique
Chartrand, extraite de son livre
Je brunche bio aux éditions
Terre Vivante
 
Pyramide de pancakes aux pommes et au comté
 

Pyramide de pancakes aux pommes et au comtéPour la pâte à pancakes :

  • 300 g de farine T80
  • 6 g de poudre à lever (1 sachet)
  • 2 c. à c. de bicarbonate de soude
  • 2 pincées de sel
  • 450 g de lait de soja nature
  • 2 c. à s. de sirop d’agave
  • 60 g de purée d’amande blanche
  • Huile d’olive

Ingrédients pour la garniture :

  • 4 pommes rouges
  • 150 g de comté
  • Sirop d’érable

Préchauffez votre four à 100 °C. Pour la pâte, mélangez tous les ingrédients secs dans un grand bol, formez un puits au centre et versez-y le “lait” de soja, la purée d’amande blanche et le sirop d’agave. Mélangez. Faites chauffer une poêle avec un flet d’huile d’olive. Lorsque la poêle est bien chaude, versez une louche de pâte à pancakes. Faites dorer des 2 côtés et réservez au four. Pour la garniture, enlevez le cœur des pommes avant de les couper en rondelles et coupez le comté en tranches. Procédez au montage de la pyramide en alternant les pancakes, les rondelles de pommes et les tranches de comté. Passez la pyramide au four quelques minutes, le temps de faire fondre le fromage. Avant de servir, arrosez de sirop d’érable.

Le mot de Frédérique

Les pancakes sont à mi-chemin entre les crêpes et les brioches. L’association pomme, fromage à pâte pressée et sirop d’érable servie sur des pancakes ou des crêpes est un grand classique des petits déjeuners québécois. Cette pyramide gourmande fera son petit effet ! N’hésitez pas à varier les fruits et les fromages à pâte pressée !

 


 

Marie-Laure Tombini

Jeune photographe culinaire, Marie-Laure transmet son amour pour l’alimentation saine et les préparations culinaires à travers un site d’échange, odelices.com, qui vous propose plus de 2000 recettes, toutes testées et photographiées, classées par thèmes, par catégorie et par produits. Elle organise également des rencontres pour déguster les plats dans la joie et la bonne humeur.

Verrines de grenade et thé blanc

Verrines de grenade et thé blanc

Pour 8 à 10 verrines :

  • 50 cl de jus de grenade
  • 2 sachets de thé blanc de bonne qualité
  • 3 c. à s. de sirop d’agave
  • 2 c. à c. d’agar agar
  • Les grains d’une grenade
  • 50 cl d’eau

Dans une casserole, versez la moitié du jus de grenade et 1 c. à c. d’agar agar, fouettez et portez à ébullition. Réservez. Faites la même chose avec l’eau et l’agar agar. Une fois l’ébullition maintenue, faites infuser les sachets de thé dans l’eau (la température idéale pour faire infuser du thé blanc est de 70 °C, vous pouvez donc attendre un peu avant de plonger les sachets de thé) et pendant 3 minutes. Remplissez les verrines avec soit le jus de grenade en premier, soit le thé blanc. Laissez la préparation se solidifier à température ambiante et versez ensuite l’autre liquide par dessus. Décorez avec des grains de grenade.

Les conseils de Marie-Laure

Pour égrainer une grenade sans devoir repeindre votre cuisine et laver votre jean, il y a une méthode imparable : coupez la grenade en 4, remplissez un saladier avec de l’eau et plongez les morceaux de grenade 1 à 1. Avec les doigts, égrainez le fruit sous l’eau. Les grains n’éclateront pas, et les parties blanches amères remonteront à la surface, il sera alors facile de les retirer et de les jeter. Le thé blanc est, comme la grenade, bourré d’antioxydants, c’est la raison pour laquelle je l’ai choisi. Mais vous pouvez bien sûr utiliser un autre thé, un aromatisé aux fruits rouges peut-être, … Le jus de grenade est assez acidulé, goûtez-le avant de faire le dessert et sucrez-le avec du sirop d’agave si cela vous paraît nécessaire.

Bûche de noël au chocolat et à l’orange

Bûche de noël au chocolat et à l’orange

Pour 8 personnes :

Pour les oranges confites et le sirop :

  • 2 oranges
  • 50 g de sucre
  • 1 c. à s. de Grand Marnier

Pour la ganache :

  • 200 g de chocolat noir
  • 20 cl de crème entière

Pour le biscuit :

  • 4 œufs
  • 100 g de sucre
  • 100 g de farine
  • 30 g de beurre fondu

Pour les oranges confites

Râpez le zeste des oranges et réservez. Coupez la chair en tranches en laissant la peau blanche. Placez-les dans une casserole avec 100 g d’eau et 50 g de sucre. Montez à ébullition et laissez cuire à petits bouillons durant 10 mn. Égouttez. Réservez les plus jolis morceaux et hachez les autres très finement. Allongez le sirop de cuisson d’une c. à s. de Grand Marnier.

Pour la ganache

Faites fondre le chocolat. Incorporez la crème. Ajoutez les morceaux d’oranges. Laissez refroidir. Placez le saladier de ganache dans un récipient rempli de glaçons. Montez la ganache au batteur. Lorsqu’elle s’éclaircit, fouettez encore 1 mn puis réservez à température ambiante.

Pour le biscuit

Fouettez les jaunes avec 50 g de sucre. Ajoutez le beurre fondu puis les zestes d’orange et la farine. Préchauffez le four à 180 °C. Montez les blancs en neige ferme, puis faites meringuer avec 50 g de sucre. Incorporez d’abord un tiers des blancs montés à la pâte précédente pour l’assouplir. Puis incorporez le restant avec une spatule souple. Étalez sur une feuille de papier cuisson sur la plaque du four de façon régulière. Faites cuire 10 mn.

Pour le montage

Aussitôt sorti du four, retournez le biscuit sur un torchon propre. Laissez le papier cuisson dessus, il gardera le biscuit moelleux. Lorsque le biscuit est tiède, étalez dessus les 3/4 de la ganache chocolat-orange. Enroulez le biscuit sur lui-même. Placez au réfrigérateur durant 10 mn. Ensuite badigeonnez de ganache. Collez une tranche d’orange confite de chaque coté de la bûche. Décorez à votre goût. Façonnez un nœud avec la tranche d’orange restante coupée en deux. Réservez au frais avant de servir.

 


 

Auteurs de livre cuisine bio, chroniqueurs en écologie, Amandine et Olivier ont créé il y a 10 ans What’s for dinner, une association engagée privilégiant les échanges sur les questions d’alimentation et d’écologie. Pour découvrir les programmes et les dates des prochains ateliers de cuisine bio d’Amandine rendez-vous sur whats-for-dinner.info.

par Amandine Geers
et Olivier Degorce

 

Je cuisine les fruits séchées

Recettes proposées par
Amandine Geers et Olivier Degorce,
extraites du livre
Je cuisine les fruits séchés
aux éditions Terre Vivante

Confiture aux fruits séchés

Confiture aux fruits séchésPour 1 petit pot à confiture :

  • 5 figues moelleuses
  • 5 abricots secs
  • 4 dattes
  • 3 pruneaux
  • 1 poignée de raisins secs
  • 50 ml de sirop d’agave
  • 1 pincée d’anis vert
  • 1 étoile de badiane
  • 2 tours de moulin à poivre
  • 200 ml de thé rouge (rooibos) aux fruits ou aux épices
  • 1 petite branche de romarin

Préparez les 200 ml de thé rouge en laissant infuser 5 mn puis filtrez. Rincez les fruits séchés et laissez-les tremper dans l’eau pendant 30 mn. Coupez tous les fruits en petits morceaux après avoir enlevé les noyaux et les queues (parties dures). Mettez le tout dans une casserole avec les épices, le brin de romarin, le sirop d’agave et le thé. Laissez cuire à petit feu pendant 30 mn. Retirez le brin de romarin avant de mettre en pot stérilisé.

Remarques et variantes

Ajoutez le jus d’un citron ou d’une orange. À consommer en petite quantité, cette confiture est un petit must à s’offrir de temps à autre. N’hésitez pas à l’utiliser en accompagnement de viande ou de terrine, comme un chutney.

Comment stériliser les pots à confiture ?

Faites bouillir le pot et son couvercle au préalable dans une grande quantité d’eau de laquelle vous ne les sortirez qu’au moment du remplissage. Ou remplissez le pot soigneusement nettoyé avec la préparation brûlante avant de le retourner 12 h après en avoir vissé le couvercle.

Pastilla de poulet aux figues et aux dattes

Pastilla de poulet aux figues et aux dattesPour 4 à 6 personnes :

  • 300 g de flet de poulet
  • 3 oignons
  • 4 figues séchées
  • 2 dattes
  • 200 g de poudre d’amande
  • 1/2 bouquet de persil haché
  • 1 c. à c. de cannelle
  • Margarine végétale
  • Une quinzaine de feuilles de brick
  • Huile d’olive
  • Sel et poivre

Rincez les figues et les dattes puis laissez-les tremper 15 mn avant de les égoutter et de les couper en morceaux. Détaillez les flets de poulet. Épluchez les oignons et hachez-les au couteau ou au robot. Dans une cocotte à fond épais, faites revenir l’oignon et la cannelle avec 3 c. à s. d’huile d’olive pendant 10 mn. Réservez dans un bol. Dans la même cocotte, faites revenir les morceaux de poulet puis ajoutez les dattes, les figues, l’oignon haché et le persil. Couvrez de deux verres d’eau. Salez et poivrez. Laissez cuire pendant 15 mn sans couvrir. Dès que la viande est cuite, retirez les ingrédients avec une écumoire et placez-les dans le bol du robot mixeur. Donnez quelques impulsions pour hacher la viande. Remettez le tout dans la cocotte avec la sauce et ajoutez la poudre d’amande. Mélangez soigneusement pour obtenir une pâte. Faites préchauffer le four thermostat 7. À l’aide d’un pinceau, graissez un moule à manqué à bords lisses avec un peu d’huile d’olive. Placez 4 feuilles de brick se chevauchant au centre du plat et débordant d’un tiers vers l’extérieur. Placez 1 feuille au centre pour consolider et badigeonnez de margarine fondue. Mettez la moitié de la farce. Repliez les feuilles de brick vers le centre du plat et ajoutez une feuille au milieu. Disposez le reste de farce. Repliez de nouveau les feuilles et ajoutez deux feuilles superposées au centre. Essayez de les faire rentrer aux bords du plat afin d’envelopper complètement la pastilla. Enfournez pendant 25 mn. Dégustez aussitôt.

Zoom figuesLes figues

Encore un fruit séché facile à transporter et à privilégier pour combler les petits creux au cours de la journée. Riches en minéraux et en fibres, les figues sont particulièrement intéressantes sur le plan nutritionnel.

Produites principalement en Turquie, elles ne sont d’ailleurs pas réellement un fruit mais le développement charnu des inflorescences des plantes femelles après fécondation. On trouve les figues sous différentes présentations : aplaties et joliment disposées en panières, bombées, en guirlandes, … Préférez les figues plus moelleuses, celles que l’on trouve dès le mois d’octobre. Pensez à les réhydrater avant de les consommer car leur teneur en sucre est importante, surtout en fin de période de conservation.

 

Zoom dattesLes dattes

Les dattes proviennent du palmier dattier, un arbre de très grande taille emblématique des oasis. Cultivées depuis plus de 4 000 ans, les dattes sont majoritairement consommées séchées. Célèbres et symbole de raffinement dans la cuisine du Moyen-Orient, elles étaient également utilisées au Moyen Âge dans des recettes aigres-douces et comme édulcorant.

On trouve 2 sortes de dattes : les Medjool, très grosses et charnues, et les dattes sur tiges vendues en barquettes. Ces dernières sont plus petites et plus fibreuses. Très riches en sucre, les dattes sont (avec les raisins secs) les fruits séchés qui permettent le mieux de sucrer naturellement les desserts.

 


 

Vos repas de Noël

recettes proposées par Lina Charlot

Chargée d’enseignement en cuisine gastronomique végétarienne, Lina possède une forte expérience dans le domaine des métiers de bouche et de la diététique. Depuis 29 ans, Lina organise des stages et des cours de cuisine diététique et bio sur près de 100 thèmes différents !

Renseignez-vous : 05 49 48 67 01 ou 06 89 43 11 08 – biolina@orange.fr

Les fêtes de fin d’année doivent être un moment de joie, de convivialité et de partage sans que la maîtresse de maison passe son temps dans la cuisine. Voici des idées pour être présente avec votre famille et vos amis.

Apéritif

Toasts

Au chèvre et miel :

  • 150 g de fromage de chèvre
  • 1 c. à s. de miel
  • 2 c. à s. de ciboulette
  • Poivre ou piment d’Espelette

Au tofu et pain d’épices :

  • 100 g de tofu
  • 50 g de betteraves cuites
  • 2 c. à s. d’huiles de noix
  • Sel et poivre
  • Pain d’épices

Écrasez le fromage de chèvre à la fourchette, puis disposez-le sur des tranches de pain traditionnel ou de pain de mie grillé. Répartissez ensuite l’ensemble des ingrédients sur les toasts en dosant selon votre goût.

Mixez les ingrédients. Tartinez largement le mélange sur des toasts de pain d’épices coupés en triangles et grillés. Les préparations peuvent se faire la veille et vous tartinerez les toasts 1 h avant l’arrivée de vos invités.

Entrée

Terrine de poissons fumés

  • Terrine de poissons fumés200 g de poisson fumé (fétan et chutes de saumon)
  • 300 g de flets de merlan
  • 2 blancs d’œuf
  • 25 cl de crème de votre choix
  • 6 noix de St-Jacques
  • 1 c. à c. de maïzena
  • Sel, poivre

Mixez les poissons avec les blancs d’œuf, la crème, la maïzena, le sel et le poivre. Tapissez un moule à cake de papier sulfurisé, versez-y la moitié de la préparation, ajoutez les noix de St-Jacques puis le reste de la préparation. Faites cuire au bain-marie 45 mn th. 6. Servez avec une crème fraîche additionnée de jus de citron, un peu de zeste râpé et 2 c. à s. d’œufs de saumon. Petit conseil : préparez votre terrine 48 h à l’avance, elle n’en sera que meilleure !

Pour les végétariens…

Coupez en cubes du tofu, du seitan et du tempeh fumé. Faites-les dorer à la poêle, puis ajoutez les fruits frais et secs. Couvrez et faites cuire doucement pendant 15 mn, le temps de cuire les poires. Servez avec une semoule de couscous parfumée à l’huile d’olive et un peu de cannelle.

Plat de resistance

Pintade farcie aux poires

  • Pintade farcie aux poires1 pintade bio
  • 2 belles poires bien mûres
  • 1 oignon
  • 5 dattes
  • 2 figues sèches
  • 50 g de raisins secs
  • 50 g de noisettes
  • 50 g de noix
  • 50 g de pignons de pin
  • 50 g d’amandes grillées et concassées
  • Sel

Coupez en cubes les poires épluchées, ainsi que les dattes et les figues. Ajoutez l’oignon épluché et mixez les raisins et les oléagineux grillés et concassés, ainsi que le sel. Si vous avez le foie et le gésier, mixez-les et ajoutez-les à la préparation. Mélangez bien. Farcissez la pintade, fermez-la et faites-la cuire 1 h à th. 7 pendant 15 mn puis à th.6 le reste du temps. Pour que les saveurs se diffusent dans la viande, préparez-la la veille. Servez avec des pommes au four ou une compote de pommes salée et beurrée.

Fromage

3 semaines avant les fêtes, mettez dans un bocal 4 crottins de chèvre pas trop frais à mariner dans l’huile d’olive avec 1 c. à c. d’herbes de Provence. Et, dans un autre bocal, mettez 1 camembert coupé en 8 et faites-le mariner dans de l’huile de noix avec des baies roses. Réservez dans une pièce fraîche. Servez avec du pain aux noix ou du pain d’épices grillé. Après consommation, vous pourrez utiliser l’huile dans vos salades ou sur vos légumes cuits !

Dessert

Fondant choco-marron

  • Fondant choco-marron500 g de crème de marron
  • 100 g de chocolat noir
  • 100 g de beurre 1?2 sel
  • 3 œufs
  • 1 c. à s. de farine
  • 1 c. à s. de rhum

Au bain-marie, faites fondre le beurre et le chocolat. Hors du feu, ajoutez la crème de marron, les œufs un à un, la farine et le rhum. Versez le tout dans un moule graissé et fariné. Faites cuire pendant 30 mn th. 6. Décorez avec du sucre glace et des débris de marrons glacés.

Tisane pour finir

Dans 1/2 l d’eau, mettez 1 c. à c. de thym, 4 graines de cardamome et 1 c. à c. d’anis vert. Faites frémir le mélange pendant 5 mn et laissez infuser pendant 10 mn.

 


 

Végétariens :
composez votre assiette d’automne !

Recettes extraites du livre Veggie, je sais cuisiner
végétarien de Clea aux éditions La Plage.

Purée de brocolis aux pois cassés

Pour 4 personnes :

  • 1/2 verre de pois cassés
  • 1 morceau d’algue kombu
  • 1 tête de brocoli
  • 100 ml de crème liquide d’avoine

La veille, mettez les pois cassés à tremper dans une grande quantité d’eau (facultatif). Le jour J, égouttez-les. Versez-les dans une casserole, ajoutez le kombu et 1,5 verre d’eau, puis faites cuire à couvert, sur feu moyen, pendant 30 mn. Au bout de 20 mn, ajoutez le brocoli détaillé en bouquets. Lorsque les pois cassés sont cuits, égouttez-les bien et mixez en ajoutant la crème. Salez.

Tarte navet-cantal à la farine de châtaigne

Pour 4 personnes :

  • 4 navets boule d’or
  • 125 g de farine de blé T80
  • 50 g de farine de châtaigne
  • 4 c. à s. d’huile d’olive
  • 100 g de cantal

Épluchez et coupez les navets en rondelles. Faites-les cuire à l’étouffée pendant 20 mn environ. Pour la pâte, mélangez les farines avec 1 pincée de sel. Ajoutez l’huile d’olive et 1/4 de verre d’eau. Pétrissez rapidement pour former une boule. Abaissez et foncez un moule à tarte. Disposez les rondelles de navets sur le fond de tarte. Salez et poivrez. Taillez le cantal en copeaux et répartissez-les sur les navets. Faites cuire au four à 180 °C pendant 45 mn. Servez chaud.

Salade de potimarron et betterave au pain d’épices

Pour 4 personnes :

  • 1/2 potimarron (de petite taille)
  • 1 petite betterave
  • 2 c. à s. de jus d’umebosis
  • 2 c. à c. de purée de noisette
  • 4 c. à s. d’huile de noisette (ou d’olive)
  • 1 grande tranche de pain d’épices

Pelez le potimarron. Coupez-le en morceaux. Ôtez les graines et la partie fibreuse. Râpez-le à l’aide d’un robot ménager. Pelez et râpez la betterave. Mélangez le potimarron et la betterave dans un saladier. Battez le jus d’umebosis, la purée, l’huile de noisette et 1 pincée de sel. Nappez les crudités de cette sauce. Découpez le pain d’épices en petits cubes. Mélangez avec les crudités et la sauce.

Bon à savoir : vous pouvez ajouter une petite poire et quelques dés de roquefort pour une salade plus complète.

 

éco Livres

Veggie, je sais cuisiner végétarienVeggie, je sais cuisiner végétarien
de Clea

Ne pas manger de viande ni de poisson ou faire des journées « sans », c’est bon pour la santé, pour le portefeuille, pour l’environnement… et pour les papilles ! Avec plus de 500 recettes, ce livre permet de passer à la pratique, sur un mode gourmand et décomplexé ! Vous découvrirez que cuisiner végétarien, c’est s’ouvrir à un monde d’ingrédients que l’on ne soupçonnait pas forcément jusque-là. Grâce aux conseils nutritionnels du docteur Bernard-Pellet, vous apprendrez aussi à les associer dans des menus complets et équilibrés.

Éditions La Plage – 324 pages – 29,90 €

 


 

Petit point sur les navets

Appartenant à la famille des Brassicacées, le navet est une plante herbacée cultivée comme plante potagère pour sa racine charnue. Faisons un petit tour sur les différentes formes que peut prendre ce légume racine aux silhouettes étonnantes…

Navet noir longLe navet noir long de Caluire

Ce navet long, à la saveur douce et au léger parfum de noisette, possède une chair tendre et goûteuse. Lorsqu’il est cultivé au sud de la France, ce navet noir est appelé navet de Pardailhan, du nom de son territoire.

Le navet boule d’or

Navet boule d'orCe navet parfaitement rond à la peau joliment dorée possède une chair délicatement sucrée. Épluchez-le cependant, car, à la cuisson, sa peau peut être légèrement amère. On le retrouve depuis très longtemps en Hollande, et en cherchant bien, vous le verrez même apparaître sur les tableaux des peintres famands !

Manchester MarketLe Manchester Market

Comme son nom l’indique, ce navet blanc à collet vert est d’origine anglaise. Cette racine ronde est légèrement aplatie et possède une chair blanche bien ferme qui se laisse parfaitement consommer en ragoût ou en soupe.

La capucine tubéreuse

Cette plante vivace est originaire des Andes. C’est son tubercule, à la jolie ligne légèrement violacée, qui est consommable. Si vous le dégustez cru, vous serez surpris par son petit goût légèrement piquant, qui disparaît après cuisson. La capucine tubéreuse, déjà dégustée environ 5 000 ans avant J.-C., se cuisine comme la pomme de terre : crue, cuite, tiède ou froide. On la récolte au début de l’hiver.

L’oca des Andes

Communément appelé oca du Pérou, ce petit tubercule bosselé peut être blanc, jaune, rouge ou violet. Cultivés sur les plateaux andins, ces petits légumes sont appréciés pour leur saveur proche de celle de la pomme de terre, quoique bien plus acide. Préférez-les cuits afin d’atténuer cette acidité, mais ne les « sur-cuisez » pas, pour conserver leur jolie couleur. On les trouve en novembre et en décembre.

Source : Légumes et fruits oubliés de Bérengère Abraham aux éditions Larousse

 

éco Livres

Légumes et fruits oubliésLégumes et fruits oubliés
de Bérengère Abraham

Magnifiquement illustré avec des photographies de Valérie Lhomme, ce livre fait (re)découvrir les légumes (et fruits) anciens et propose des recettes savoureuses pour les cuisiner. Jusqu’alors le plus souvent méconnus, ces produits réapparaissent sur les étals de nos marchés. Vous y trouverez plus de 80 portraits de légumes et de fruits oubliés ainsi que plus de 80 recettes, classées par produits, pour apprendre à cuisiner les légumes (et fruits) anciens.

Éditions Larousse – 192 pages – 17,90 €

 


 

VegMagVegMag

Le magazine de la bio-cohérence

À travers ses débats, réflexions, portraits et recettes, VegMag propose un regard éthique sur l’écologie, l’humanitaire, les animaux et la santé. Plus d’infos sur la revue sur www.vegmag.fr ou au 03 28 64 26 79 – contact@vegmag.fr – Abonnement 1 an (6 numéros) : 32 €

Un menu de fêtes
100 % végétal

Manteau de neige sous une nuit étoilée

Par Eve Beratto – http://mamapasta.over-blog.com
Recette parue dans VegMag n° 35

Manteau de neige sous une nuit étoiléeIngrédients pour 4 convives :

Des astres :

  • 60 g de poudre de gluten
  • 30 g de farine de riz
  • 1 c. à s. de graines de lin juste moulues
  • 100 g de chair de potimarron cuite
  • 80 g d’eau
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à s. de curcuma juste râpé (ou en poudre à défaut)
  • 1 pincée de poivre
  • 1 pincée de muscade râpée
  • 1/2 c. à c. de bicarbonate de soude
  • 1 c. à s. d’huile de tournesol

Mélangez tous les ingrédients en poudre, secs et les épices dans un bol. Mélangez tous les autres ingrédients dans un saladier. Réunissez ces 2 mélanges et pétrissez énergiquement au moins 5 mn (ou confiez cette tâche à un robot). Séparez la pâte en 8 boules et, avec les mains huilées, faites 4 lunes et 4 étoiles. Disposez ces astres sur un papier cuisson bien huilé et faites cuire 30 mn à four préchauffé à 150 °C (th. 5).

De la nuit :

  • 200 g de riz vénéré (riz noir, précieux, anciennement réservé à la cour de l’empereur de Chine)
  • 2 fois le même volume d’eau
  • Le zeste d’un demi-citron bio
  • Sel au goût
  • 1 c. à s. d’huile de goût neutre

Mettez dans un cuit-riz ou dans une casserole à feu très doux l’huile au fond, puis le riz, puis l’eau, puis les zestes et le sel, portez à ébullition puis baissez le feu pour que cela frémisse sous couvercle jusqu’à ce que toute l’eau soit absorbée, conservez au chaud.

Des arbres sous la neige :

  • 400 g de fleurettes de chou-fleur
  • 2 c. à s. rases de farine « crème de riz »
  • 1 c. à s. de purée d’amande blanche
  • 25 cl de lait de riz

Faites cuire les fleurettes de chou-fleur à la vapeur jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Pendant ce temps, faites la sauce : mélangez tous les ingrédients de la sauce et faites chauffer à feu doux tout en tournant avec un fouet pour obtenir une sauce bien lisse, maintenez au chaud.

Présentation :

Sur 4 assiettes chaudes, posez 1 lune et 1 étoile sur chaque assiette. Disposez le quart des fleurettes de chou-fleur en-dessous. Entourez les astres de riz et les fleurettes de sauce et servez.

Bûche de Noël
au pain d’épices

par Béatrice Leproust – http://vegansfelds.over-blog.com/
Recette parue dans VegMag n° 35

Bûche de Noël au pain d’épicesPour 10 parts :

  • 12 à 13 tranches de pain d’épices
  • 200 g de chocolat noir à 70 % cassé en petits morceaux
  • 180 g de crème de coco ou de lait de coco à 17 % (ou crème de soja cuisine)
  • 3 belles c. à s. de noix de coco râpée
  • 1 c. à s. de rhum ou 2 c. à s. de liqueur « coco-rhum » (ou version sans alcool : 1 ou 2 c. à c. de sirop d’orange)
  • 350 g de bananes coupées en rondelles d’1 cm
  • 1 belle c. à s. de margarine végétale
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 bol de café fort refroidi

Ganache extérieure :

  • 75 g de chocolat noir à 70 % cassé en petits morceaux
  • 2 c. à s. de lait de coco ou de crème de coco

Pour la déco : Noix de coco râpée ou poudre de cacao non sucrée

Note : La banane et la noix de coco ne vous font pas de l’œil ? Préférez alors une version poires/poudre de noisettes et optez pour une décoration en pralin sur la ganache extérieure.

Couvrez un moule à cake de film étirable transparent ou, à défaut, de papier aluminium. Préparez la ganache interne en laissant fondre à feu très doux le chocolat noir dans la crème de coco. Remuez bien puis ajoutez l’alcool et la noix de coco. Mélangez et réservez. Faites revenir à feu doux les bananes dans la margarine pour qu’elles soient juste saisies sans devenir trop molles. Ajoutez le sucre vanillé. Mettez de côté. Trempez rapidement 3 tranches de pain d’épices dans le café froid, tapissez-en le moule. Si besoin, rajoutez un tiers ou une demi-tranche pour que tout le fond soit recouvert. Déposez la moitié de la ganache coco (env. 10 c. à s.) dessus. Mettez au réfrigérateur 10 mn avant de déposer les rondelles de bananes puis une autre rangée de pain d’épices. Remettez la ganache restante, attendez de nouveau 10 mn, puis mettez la dernière couche de pain d’épices. Couvrez d’un film transparent et déposez 12 h au réfrigérateur.

Le lendemain :

Préparez une ganache de couverture en faisant fondre à feu très doux le chocolat dans la crème. Sortez la bûche, démoulez-la soigneusement puis nappez-la de crème au chocolat. Si vous avez choisi l’option coco pour la décoration, saupoudrez la bûche lorsque le chocolat est encore collant et déposez-la ensuite au réfrigérateur. Si vous avez un faible pour le poudrage chocolat, entreposez au frais la pâtisserie immédiatement après le nappage puis, avant de servir, saupoudrez de cacao non sucré au travers d’une petite passoire.

 


 

La Nutrivitalité de Frédéric Marr est une synthèse pratique et gourmande des meilleurs usages nutritionnels et culinaires (www.nutrivitalite.fr). Avec Clémence Catz, le « bec sucré » de la nutrivitalité, ils nous proposent de faire le tour d’un aliment, avec quelques astuces pratiques et des recettes simples. Ils animent des cours de cuisine à Paris, et accompagnent des artisans du bon beau bio.

par Frédéric Marr et Clémence Catz

Du cacao au cœur de l’hiver

CacaoParadoxalement, c’est quand il fait froid que nous sommes le plus attirés par cette graine tropicale qui n’a jamais vu la neige. C’est peut-être pour apporter à notre corps le soleil qui manque dans le ciel ? Mais c’est toujours en pleine pulsion chocolatée qu’un autre paradoxe vient souvent troubler notre gourmandise : le chocolat est à la fois encensé et incriminé par le corps médical. Pourquoi ?

Cacao ou chocolat ?

Cela vient en fait de la confusion entre 2 mots : le cacao, qui est la graine du cacaoyer, et le chocolat, produit du mélange de cette graine avec d’autres ingrédients. Le chocolat est montré du doigt pour les conséquences médicales de sa trop forte concentration en graisses ajoutées, en sucres ajoutés, protéines de lait, lécithine et autres produits allergènes ajoutés. En revanche, depuis les Mayas qui le considéraient déjà comme une nourriture divine jusqu’aux dernières études scientifiques qui lui découvrent encore de nouvelles vertus, le CACAO est incontestablement l’aliment, pardon, le super-aliment, le plus concentré en micronutriments et en principes actifs.

Cacao cuit ou cacao cru ?

Les fèves de cacao sont tellement concentrées qu’elles conservent de nombreuses vertus même après leur torréfaction (140 à 220 °C pendant 20 à 30 mn). Les plus grands transformateurs de cacao estiment eux-mêmes qu’ils détruisent jusqu’à 70 % des favonoïdes. À l’inverse, les tests ORAC faits par le US Department of Agriculture démontrent que le cacao cru a une capacité antioxydante 4 fois supérieure au cacao torréfié. Question saveur, c’est comme pour les carottes : certains les préfèrent fraîches et croquantes, d’autres mijotées et fondantes. La torréfaction crée des saveurs « caramel », alors que le cacao cru conserve la saveur originelle.

Du soleil dans ton corps

On peut désormais trouver en France du cacao cru sous de nombreuses formes. Les fèves se croquent ou s’utilisent en cuisine après en avoir retiré la peau. Pour la pâtisserie, la pâte de cacao et le beurre sont idéaux. Pour ceux qui veulent déguster sans cuisiner, plusieurs marques de chocolat cru n’ajoutent au cacao cru que de très bons ingrédients : fruits séchés, sirop d’agave, sucre de fleur de noix de coco, miel, pollen, … Attention, le cacao cru est tellement énergétique qu’il peut, s’il est consommé le soir, empêcher de dormir. Le reste de la journée : c’est du soleil dans ton corps.

Le cacao cru en magasin

Pousse Pousse – 7 rue Notre Dame de Lorette – 75009 Paris – 01 53 16 10 81
Voy Alimento – 23 rue des vinaigriers – 75010 Paris – 01 42 01 03 44
CChocolatitudes – 57 rue Daguerre – 75014 Paris – 01 42 18 49 02

Le cacao cru sur internet

www.rrraw.fr
www.sol-semilla.fr
www.marketveg.com

 

Rrraw invente les
cubes de cacao cru !

RrrawLes produits Rrraw ont pour vocation de faire rrronronner, rrroucouler ou rrrugir de plaisir tous ceux qui les dégustent. Fabriqués avec amour, ces produits sont exclusivement faits à partir de produits végétaux issus de l’agriculture biologique. Et, pour le plus grand plaisir de vos papilles, le grand cru de chocolat cru a créé une nouvelle forme du chocolat cru : des cubes de cacao cru ! Leur fabrication ? Les fèves de cacao cru (Criollo du Pérou non torréfié) ont lentement été broyées avec d’autres précieux ingrédients 100 % végétaux : des amades ou des noix de cajou, de la noix de coco ou du café. Ces subtils mélanges ont ensuite été découpés en petits cubes et délicatement recouverts de poudre de cacao. Côté dégustation, le petit cube de cacao cru résiste un peu avant de se laisser fendre par les dents. Il délivre ensuite une à une toutes les saveurs qu’il renferme. En fondant, il libère quelques éclats de cacao ou de café qui apportent une note finale totalement Rrr … Rrraw.

À partir de 14 € sur www.rrraw.fr

 

Tartelettes croustillantes
à la poire et au cacao cru

Tartelettes croustillantes à la poire et au cacao cruPour 4 personnes :

Pour la pâte :

  • 100 g de farine de blé type T80
  • 50 g de polenta instantanée
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 c. à s. de sucre blond

Pour la crème de poire :

  • 1 poire bien mûre
  • 1 c. à s. de purée d’amande blanche
  • 1 c. à c. de sirop d’agave

Pour la crème au chocolat :

  • 150 ml de crème de riz liquide
  • 30 g de pâte de cacao cru
  • 1 c. à s. rase de sucre intégral
  • 2 c. à c. de pépites de cacao cru
  • Préchauffez votre four à 180 °C (th. 6).

Préparez la pâte : mélangez la farine avec la polenta et le sucre blond. Ajoutez l’huile d’olive et travaillez du bout des doigts afin d’obtenir un mélange sableux. Ajoutez juste assez d’eau pour pouvoir former une boule de pâte souple et divisez-la en 4. Huilez légèrement 4 moules à tartelettes et étalez-y la pâte. Faites de petits trous avec une fourchette. Enfournez et laissez cuire 15 mn environ, jusqu’à ce que la pâte commence à dorer. Laissez tiédir.

Pendant ce temps, mixez la poire avec la purée d’amande et le sirop d’agave. Réservez au réfrigérateur. Réduisez la pâte de cacao en copeaux et placez-les dans un petit bol. Dans une casserole, portez la crème de riz à ébullition. Versez sur les copeaux de cacao afin de bien les recouvrir. Attendez 1 mn, puis ajoutez le sucre intégral et mélangez bien afin d’obtenir une crème homogène. Attendez encore 1 mn, puis ajoutez les pépites de cacao et mélangez. Répartissez la crème de poire sur les fonds de tarte, puis recouvrez de crème au cacao. Placez au réfrigérateur jusqu’à ce que la crème soit bien prise.

 

Velouté de butternut à l’orange,
aux épices douces et au cacao cru

  • Velouté de butternut à l’orange, aux épices douces et au cacao cru1 courge butternut d’1 kg environ
  • Le jus d’1 orange et le zeste d’1/2 orange
  • 7 g (1 c. à s.) de pâte de cacao en copeaux
  • 1 c. à s. rase de mélange d’épices de type panch phoron, ou à défaut de 4 épices
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 c. à c. de sel
  • 1 c. à s. de pépites de cacao (facultatif)

Épluchez la courge butternut, coupez-la en 2 dans sa longueur et ôtez les graines. Découpez la chair en gros morceaux. Faites chauffer l’huile d’olive dans une grande casserole, versez-y la courge et laissez dorer pendant 2 mn en remuant régulièrement. Ajoutez les épices, mélangez bien et couvrez d’eau à hauteur. Portez à ébullition, puis baissez le feu et laissez cuire à petits bouillons pendant 15 mn environ, en incorporant le zeste émincé finement 1 mn avant la fin de la cuisson. La courge doit être bien tendre. Ajoutez le jus d’orange, mixez avec un mixeur plongeant, puis ajoutez le sel et la pâte de cacao et mélangez bien. Décorez éventuellement de quelques pépites de cacao.

 

Cheesecake Stracciatella cru

Cheesecake Stracciatella cru

Recette conçue par Laura VeganPower

Pour 2 cheesecakes individuels (rectangle de 9 cm x 3,5 cm)

Ingrédients pour le fond :

  • 20 g de poudre d’amande
  • 10 g de noix de coco râpée
  • 10 g de sirop d’agave
  • 10 g de beurre de cacao fondu

Ingrédients du cheesecake :

  • 45 g de noix de cajou réhydratées (durant 1 nuit)
  • 25 g d’huile de coco (fondue)
  • 15 g de sirop d’agave
  • 2 g de beurre de cacao cru (fondu très légèrement au bain-marie) (par exemple de la marque Rrraw)
  • 15 ml de jus de citron
  • 45 ml de lait de cajou
  • 5 ml de vanille liquide ou 1/8 de c. à c. de poudre de vanille
  • 50 g de chocolat cru 68 % de cacao-coco (Rrraw)

Dans un premier temps, réalisez le lait de cajou. Mettez 1 poignée de noix de cajou dans le blender et couvrez d’eau. Mixez longuement afin d’obtenir le lait de cajou. Réservez 45 ml et gardez le reste au frais. Dans le bol du mixeur plongeant, mettez tous les ingrédients. Mixez jusqu’à obtention d’un liquide ultra lisse. Réalisez des copeaux avec les 50 g de chocolat en le râpant et incorporez 40 g à l’appareil (sans mixer). Coulez ce liquide sur les fonds durcis. Avec le reste du chocolat râpé, saupoudrez généreusement sur les 2 cheesecakes. Gardez au frais durant 1 nuit pour que tout le cheesecake soit bien ferme. Démoulez délicatement la nonnette, retirez le rhodoïd et servez immédiatement.

 


 

Mousse au chocolat à la menthe sauvage

Mousse au chocolat à la menthe sauvagePour 4 à 6 personnes :

  • 6 œufs
  • 200 g de chocolat noir
  • 60 g de beurre
  • 4 c. à s. de sucre roux
  • 20 g de menthe sauvage en poudre (à défaut menthe poivrée)

Battez les blancs en neige, ajoutez le sucre et incorporez les jaunes d’œufs. Mettez dans le chocolat fondu le beurre fondu et la menthe. Mélangez le tout. Décorez de feuilles de menthe et de fleurs puis mettez au frais. À servir avec une tasse de thé au jasmin ou un liquoreux style Château Yquem.

Source : www.choc-fleurs.fr

 


 

Strudel de Noël

Strudel de NoëlPour 4 à 6 personnes :

  • 60 g de cerneaux de noix
  • 100 g de raisins secs
  • 3 œufs
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 150 g de sucre
  • 500 g de fromage blanc type faisselle
  • 40 ml d’huile de noix grillée Bio Planète
  • 1 rouleau de pâte à strudel du rayon frais (ou à défaut des feuilles de brick ou de la pâte feuilletée)
  • 1 blanc d’œuf

Toastez les cerneaux de noix. Faites tremper les raisins secs. Montez les blancs d’œuf en neige puis ajoutez la moitié du sucre. Mélangez la faisselle, les jaunes d’œuf, l’huile et l’autre moitié du sucre, ajoutez ensuite les raisins secs et incorporez délicatement les blancs d’œuf. Déroulez la pâte sur un torchon propre, étalez la farce sur 2/3 en commençant par le bas et en gardant un bord de 2 cm de chaque côté. Enroulez le strudel. Repliez les côtés en les badigeonnant au blanc d’œuf. Faites cuire le strudel au four pendant 40 mn à 200 °C.

Source : www.bioplanete.com

 


 

Galettes de pommes de terre au fromage

Galettes de pommes de terre au fromagePour 4 à 6 personnes :

  • 400 g de pommes de terre
  • 2 oignons
  • 2 échalotes
  • 4 œufs
  • 4 c. à s. de farine
  • 60 g de gruyère râpé
  • 1/2 c. à c. de noix de muscade moulue
  • 4 c. à s. d’huile d’olive
  • 4 à 6 c. à s. d’huile de pépins de raisin

Pelez les pommes de terre et râpez-les. Mettez-les dans un bol, couvrez d’eau froide et laissez tremper pendant 15 mn. Pelez et émincez les oignons et les échalotes et faites-les revenir pendant 10 mn dans l’huile d’olive. Dans un saladier, mélangez les œufs, la farine, le gruyère râpé, la muscade, les oignons et les échalotes. Ajoutez les pommes de terres égouttées. Dans une grande poêle, faites chauffer à feu vif 2 c. à s. d’huile de pépins de raisin. Déposez plusieurs petits tas du mélange, bien espacés, et aplatissez-les un peu avec le dos de la cuillère. Laissez cuire 5 mn de chaque côté et retournez à mi-cuisson. Renouvelez 1 à 2 fois l’opération avec la préparation restante. Servez les galettes accompagnées d’une salade scarole.

Sources : L’agenda 2012 des Jardins de Cocagne par Laurence de Cabarrus aux éditions Rue de l’échiquier.

 


 

Gelée de thé à l’orange

Gelée de thé à l’orangePour 2 petits pots :

  • 50 g de thé à l’orange
  • 1 bâtonnet de cannelle
  • 500 g de sucre pour gelée
  • 2 c. à s. de jus d’orange

Mettez le thé et le bâtonnet de cannelle dans une casserole et versez 3,5 dl d’eau bouillante. Laissez infuser pendant 10 mn. Enlevez le bâtonnet de cannelle et faites bouillir le thé, le sucre pour gelée et le jus d’orange. Laissez bouillir pendant 4 à 5 mn. Versez la gelée à travers une passoire dans 2 petits pots propres. Fermez les petits pots sans attendre et retournez-les pendant au moins 5 mn à l’envers, afin de chasser l’air. Excellente sur des petits pains faits maison encore un peu tièdes.

Cette gelée peut être conservée pendant environ 6 mois. Une fois que vous aurez ouvert le pot, elle est à maintenir au frais au réfrigérateur.

Source : www.madebyhappyhands.com

 


 

Taboulé de quinoa aux graines germées

Taboulé de quinoa aux graines germéesPour 5 personnes :

  • 250 g de quinoa
  • 0,5 l d’eau de source
  • 1 jus de citron
  • 1/2 barquette de coriandre fraîche
  • 1/2 gousse d’ail
  • 1/2 oignon
  • 1 c. à s. de sauce soja
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 150 g de graines germées de votre choix

Versez le quinoa dans l’eau bouillante salée. Laissez cuire à couvert pendant 10 à 15 mn jusqu’à absorption complète de l’eau. Éteignez le feu et laissez gonfler. Mélangez les graines germées et la coriandre dans un saladier. Versez l’huile d’olive et la sauce soja. Salez et ajoutez l’ail et l’oignon hachés. Mélangez avec le quinoa bien gonflé et refroidi puis placez au frigo.

Source : www.germline.fr

 


 

Connaissez-vous le taux d’acidité
contenu dans votre huile d’olive ?

Il faut savoir que les huiles d’olive sont classées selon leur acidité. L’huile d’olive extra vierge, contient un niveau d’acidité assez bas car l’huile d’olive 1ère pression à froid vierge extra, bio ou non bio, ne peut avoir droit à cette appellation que si l’acidité est inférieure à 0°80. C’est aussi la base retenue par le Service de la Répression des Fraudes.

Pour comprendre l’importance de ce taux d’acidité, il faut savoir que l’huile d’olive renferme d’environ 99 % de matières grasses composées de triglycérides. Ceux-ci sont constitués de différents acides gras, dont la répartition est caractéristique de l’huile d’olive, et à un niveau de détail plus poussé, des différentes variétés ou du lieu de production. Lorsque des triglycérides sont dégradés, les acides gras qui les constituaient sont détachés et errent librement dans l’huile. Leur pourcentage dans l’huile est ce que l’on appelle « acidité » de l’huile, et s’exprime en « grammes d’acide oléique libre pour 100 grammes d’huile ». Cette acidité ne se perçoit jamais sous forme de goût acide, mais sous la forme de telle ou telle dégradation, comme par exemple un goût de moisi. Aujourd’hui, certaines entreprises telles que Mondolio ont fait de ce taux d’acidité leur argument de vente et, dorénavant, vous le trouverez affiché sur leurs étiquettes ou leurs bidons. La marque Saintolives, par exemple affiche à l’embouteillage une acidité inférieure à 0°35 et Sublima affiche quant à elle une acidité inférieure à 0°18. Pas mal, non ?


 

Croque-monsieur aux feuilles
de violette et chèvre

Croque-monsieur aux feuilles de violette et chèvrePour 4 personnes :

  • 1 petit saladier rempli de feuilles de violette (80 g environ)
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 75 ml d’eau
  • 160 g de fromage de chèvre onctueux
  • 8 tranches de pain de mie

Les feuilles de violette se cuisinent comme des épinards. Associées à du fromage de chèvre, elles forment un tandem gourmand plutôt étonnant ! Lavez soigneusement les feuilles de violette à l’eau légèrement vinaigrée. Faites-les revenir à la poêle, avec l’huile d’olive, pendant 5 mn, en mélangeant régulièrement. Ajoutez l’eau, couvrez et laissez mijoter pendant 5 mn, en remuant de temps en temps. Mixez les feuilles. Coupez le chèvre en lamelles. Répartissez-les sur 4 tranches de pain de mie. Disposez les feuilles de violette par-dessus. Recouvrez avec les 4 tranches de pain de mie restantes. Pressez les croque-monsieur avec la paume de la main. Faites-les toaster dans une grande poêle, 2 à 3 mn de chaque côté, puis coupez-les en diagonale.

Source : L’appel gourmand de la forêt de Linda Louis aux éditions La Plage.

 


 

Terrine de poireaux à l’huile
de colza et noix biologique

Terrine de poireaux à l’huile de colza et noix biologiquePour 8 personnes :

Le plat :

  • 12 poireaux de taille moyenne
  • 2 c. à s. de vinaigre de Xérès
  • 6 c. à s. d’huile de colza et noix biologique Escofine
  • 8 pincées d’agar-agar

La sauce :

  • 2 tomates
  • 1 échalote
  • 2 c. à s. de vinaigre de Xérès
  • 4 c. à s. d’huile de colza et noix biologique Escofine

Coupez les poireaux de la taille de la terrine en enlevant le vert. Cuisez-les dans l’eau bouillante salée 10 à 15 mn. Égouttez bien. Préchauffez votre four à 140 °C. Faites la vinaigrette avec l’huile de colza et noix biologique Escofine et le vinaigre de Xérès. Disposez dans le fond de la terrine 2 pincées d’agar-agar, puis 3 poireaux tête bêche, pour différencier la couleur. Versez 2 cuillères à soupe de vinaigrette dessus et ajoutez de nouveau 2 pincées d’agar-agar. Déposez 3 poireaux tête-bêche et ainsi de suite pour finir avec 2 pincées d’agar-agar. Enfournez 40 minutes à 140 °C. Laissez refroidir la terrine puis placez-la au réfrigérateur une nuit. Pour la sauce, lavez et coupez en dés les tomates, hachez l’échalote et mélangez avec le vinaigre et l’huile de colza et noix biologique. Servez avec un pain grillé.

Source : www.huilerievigean.com

 


 

Pensez au son de riz
en complément de vos repas

RizNotamment reconnu pour freiner la production de cholestérol par l’organisme, réguler le taux de glycémie, avoir un effet rassasiant (dans le cadre d’un régime adapté) et faciliter le transit intestinal, le son de riz possède bien des vertus ! Il peut être consommé à chaque repas en complément de vos préparations culinaires (salades, mueslis, yaourts, pains, …).

Boisson de riz

Le son de riz « Secrets de Meunière », issu de riz complet brun et riche en fibres alimentaires, est soluble dans l’eau. Il vous suffit de diluer 1 c. à c. dans un verre d’eau (environ 20 cl) pour obtenir instantanément une boisson à base de son de riz. Et pour apporter plus de saveurs, vous pouvez y ajouter une pincée de poudre de vanille !

Pour en savoir plus : www.minoterie-prunault.fr

 


 

Confiture d’oignons

  • Confiture d’oignons1 kg d’oignons
  • 150 g de sucre
  • 150 g de miel liquide
  • 3 c. à s. d’huile d’olive Saintolives
  • 1 c. à c. normale de gingembre en poudre
  • 1 pincée de cannelle
  • 1 pincée de muscade
  • 1 clou de girofle
  • 1/3 ou un peu plus d’une bouteille de vin rouge correct

Pelez et émincez les oignons en les coupant au préalable en deux dans le sens de la largeur pour éviter les tranches trop longues. À feu moyen, faites-les mijoter et fondre dans de l’huile d’olive Saintolives. Lorsqu’ils commencent à être dorés, ajoutez le sucre et le miel, le gingembre, les autres ingrédients et le vin ; salez et poivrez. Couvrez puis laissez évaporer à feu moyen pendant 10 min et à feu doux. Ensuite, pendant encore 10 min, ou un quart d’heure selon l’onctuosité. Laissez refroidir. Se conserve bien au congélateur si vous n’avez pas tout utilisé.

Source : www.mondolio.fr

 


 

Sablés à la cannelle

  • Sablés à la cannelle170 g de farine de riz
  • 80 g de fécule de pomme de terre
  • 175 g de sucre de canne
  • 150 g de margarine sans lait
  • 1/2 c. à c. de gomme de guar
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1 œuf
  • 2 c. à s. de cannelle
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de muscade

Dans un saladier, mélangez les farines, le sel, le sucre, la cannelle, la muscade, la levure et la gomme de guar. Incorporez la margarine que vous avez laissée à température ambiante une quinzaine de minutes. Ajoutez l’œuf et mélangez. Faites une boule avec la pâte obtenue et entourez-la d’un film plastique. Laissez reposer la pâte au frigo au minimum 2 h. Sortez la pâte 10 mn avant son utilisation et étalez-la sur une feuille de cuisson. Découpez pour former vos biscuits. La pâte est assez molle et difficile à travailler. Faites cuir au four pendant 18 min à 180°C.

Source : www.nature-et-cie.fr

 


 

Goji Bio : clarifications sur la certification

GojiLe Goji Bio fait son retour en magasins ! Si l’intérêt nutritionnel de cette petite baie n’est plus à démontrer, ce sont plutôt les filières qui sont à étudier de prêt. Contrairement à certains efets d’annonce, la certification du Goji en Chine est conforme aux règles de production et d’importation européennes (Ecocert y est présent). Mais les quantités sont limitées et ne répondent pas au besoin du marché et, tous les ans, des tentatives de fraudes font scandale partout en Europe, d’où un renforcement drastique des contrôles. Pour pallier à la difficulté de s’approvisionner, l’idée que le Goji Bio certifié n’existe pas a été lancée par des importateurs peu scrupuleux. Or, cette certification n’est attribuée que sur présentation des analyses de chaque lot importé, ce qui assure une qualité de produit. Il faut rappeler que la certification bio ne concerne pas seulement le produit lui-même mais impose une transparence dans la filière. Privilégiez les produits bio : c’est la seule garantie que vos petites baies préférées soient à la hauteur de vos exigences. Une qualité de Goji sans pesticides mais sans certification est aussi disponible sur le marché, mais c’est une confiance aveugle qu’il faut avoir… Soyez vigilants !

Source : www.ecoidees.com

 


 

Le sucre de fleur de coco

Par Mely

Jeune femme de 28 printemps, à travers son site www.chaudronpastel.fr, Mély partage son amour pour la cuisine saine et gourmande… et le plus souvent rapide et simple à réaliser au quotidien. Étudiante en naturopathie, elle s’est spécialisée dans l’alimentation. Végétarien, omnivore, intolérant : tout le monde y trouvera son compte parmi ses recettes. Un seul mot d’ordre : gourmandise !

Le sucre de fleur de cocoDu sirop d’agave à la sève de kitul, en passant par le miel, le sirop d’érable, le sucre de canne et les différents sirops de céréales : la cuisine saine et gourmande propose une large palette de sucrants. Chacun a un goût, des propriétés nutritionnelles qui lui sont propres, et on utilisera l’un ou l’autre, en fonction du résultat que l’on souhaite obtenir (certains supportent la cuisson, d’autres non ; le goût discret des uns sera idéal dans certaines recettes, alors que d’autres seront utilisés pour leur saveur prononcée…). Partons à la découverte d’un sucrant naturel encore peu connu, qui gagnerait à le devenir !

Index glycémique : un des plus bas

L’index glycémique du sucre de fleur de coco est d’environ 35 : soit un IG très bas, tous aliments confondus… même comparé aux autres sucrants utilisés dans la cuisine saine et gourmande : sucre de canne : 61 ; sirop d’érable : 54 ; miel : environ 48 ; sirop d’agave : 40.

Ce point fort sera apprécié des diabétiques qui ont un bec sucré !

Antioxydants : en veux-tu, en voilà !

En dehors des super-aliments et alicaments, on trouve des antioxydants dans les fruits et légumes de notre quotidien : ils en contiennent plus ou moins, selon leur variété, la saison, les éventuels traitements…

Eh bien… Les becs sucrés seront ravis d’apprendre que le sucre de fleur de coco contient beaucoup d’antioxydants.

Valeur ORAC : mesure des antioxydants

La valeur ORAC mesure la capacité d’un aliment à agir comme un antioxydant ou à protéger contre l’attaque des radicaux libres. Elle mesure la « capacité antioxydante totale » en prenant en compte tous les types d’antioxydants (vitamines, OE, enzymes, …). Elle se mesure en µmol de TE par gramme ou par litre. Le sucre de fleur de coco a une valeur ORAC de 2 200 (tomate = 406, kiwi = 1210).

La fleur de coco et ses produits dérivés

En coupant la fleur de coco s’écoule un nectar. Selon ce qu’on lui fait subir, il donne différents produits :

  • on peut obtenir du vin (nommé « Tuba »), en lui faisant subir une légère fermentation ;
  • en prolongeant la fermentation, on obtient du vinaigre ;
  • mis au-dessus d’un feu de bois, il se transforme en sucre… La version qui nous intéresse ici !

En cuisine, ça donne quoi ?

Au niveau gustatif, c’est un sucre légèrement caramélisé, au goût discret, très fin, qui conviendra aux palais les plus sensibles.

Il peut s’utiliser de mille et une manières : pour sucrer vos boissons froides ou chaudes, dans les pâtisseries. Dans les recettes, on peut le remplacer par le sucre de canne ou le sucre roux, en gardant les mêmes proportions. Sa température de fonte est basse (il fond rapidement), et sa température d’inflammation est élevée : 2 atouts pratiques pour son utilisation ! Et, enfin, il se dissout facilement dans un liquide (eau ou lait) et dans les appareils humides (pâtes à gâteaux).

On le trouve où ?

C’est bien ça le hic. Il est difficile à dénicher ce coquin ! Sur les salons bio, vous pourrez le trouver. Certains magasins bio en proposent sous la marque Écoidées. Le site de NobleHouse.tk commercialise également un sucre de fleur de coco fin, bio et équitable.

Équitable…

Jusqu’au bout, ce sucrant est génial : même dans sa façon d’« être » avec notre jolie Planète Bleue. En effet, son rendement est supérieur à celui du sucre de canne, et il consomme 20 % de ressources en moins !

 

Petits pots de crème régressifs

Petits pots de crème régressifsPour 3 à 4 petites pots :

  • 100 g d’haricots azukis (pesés crus – 170 g pesés trempés)
  • 1 morceau d’algue kombu réhydratée (facultatif)
  • 170 ml de lait d’amande
  • 50 g de sucre de fleur de coco
  • 1 c. à c. rase de vanille
  • 1 pincée de cannelle

De petits pots de crème où le sucre de fleur de coco rencontre des haricots azukis… De petites douceurs régressives qui nous font retomber en enfance et voyager en Asie, où les azukis sont traditionnellement utilisés dans les pâtisseries japonaises.

La texture est onctueuse, lisse, douce, crémeuse et légère… Le goût est fin, épuré, légèrement sucré. Il rappelle un chouya les châtaignes…

Mettez à tremper vos haricots azukis pendant environ 12 heures : mettez-les dans un bol et recouvrez-les largement d’eau. Faites-les cuire durant 1 h, à feu doux et à couvert. Dans l’eau de cuisson, vous pouvez ajouter un morceau d’algue kombu, que vous aurez réhydratée dans de l’eau quelques minutes. En fin de cuisson, égouttez les haricots. Versez tous les ingrédients dans votre blender (sauf l’algue kombu). Mixez. Versez dans de petits pots. Laissez refroidir.

 


 

Rubrik’ à trucs

Vinaigrette originale

PamplemousseVous êtes en train de préparer une bonne salade et… oups, plus de vinaigre pour faire la vinaigrette ! Essayez ceci : remplacez le vinaigre par ½ jus de pamplemousse. Vous verrez, vous viendrez à faire vos vinaigrettes au pamplemousse même lorsque vous aurez du vinaigre en stock !

Source : www.astucesmaison.com

 

Placez votre pâte à tarte

pâte à tartePour que votre pâte à tarte soit bien placée dans votre moule une fois aplatie et formée, pliez-la en 2, puis en 3. Prenez-la ensuite dans votre main, transvasez-la dans votre moule et dépliez aussitôt. Votre pâte restera intacte, sans se casser ni perdre sa forme initiale.

Source : www.astucesmaison.com

 

Feuilles de brick

Pour éviter que vos feuilles de brick ne se brisent, disposez-les une par une sur un linge humide puis farcissez-les.

Source : www.astucesmaison.com

 

Conservez les fines herbes

Pour conserver les fines herbes durant des mois, sans les faire sécher, hachez-les et mettez-les dans un moule à glace. Puis, ajoutez assez d’eau pour couvrir et congelez. Une fois les cubes gelés, conservez-les dans un sac ou bol qui se ferme hermétiquement. Vous n’avez plus qu’à les ajouter à une soupe ou tout autre plat. Elles auront gardé toute leur fraîcheur.

Source : www.mere-nature.com

 

Du café aux huiles essentielles

Voici une astuce qui étonnera vos papilles autant que vos amis ! Aromatisez votre café moulu avec 1 ou 2 gouttes (pas plus !) d’huile essentielle de votre choix. Attention toutefois à ne pas mélanger les huiles, car les fragrances pourraient se neutraliser… Et vous voilà avec un breuvage original et délicieusement aromatisé ! Vous préférez le thé au café ? Vous obtiendrez un résultat similaire en déposant une goutte d’huile essentielle sur le sachet de thé que vous allez faire infuser.

Source : www.phyto-aroma.com

Conservez votre gingembre

GimgembreLe gingembre doit être conservé dans un endroit sec, dans un bocal par exemple. Il est conseillé de le placer au réfrigérateur, sur la partie centrale et non dans le bac à légumes, sinon celui-ci aura tendance à développer des moisissures du fait de l’humidité. La meilleure solution reste la congélation, puisqu’une fois sorti du congélateur, le gingembre peut être râpé et rangé immédiatement.

Source : www.cuisine-et-recette.fr

 

Séchez votre gingembre

Pour sécher votre gingembre, passez-le au four à basse température pendant 10 à 12 heures. Il faut au préalable l’avoir ébouillanté pendant une dizaine de minutes pour éviter qu’il ne germe dans le four. Une solution plus simple consiste à le couper en rondelles pour le laisser sécher ensuite à température ambiante.

Source : www.cuisine-et-recette.fr

 


 

Zoom sur le soja

Zoom sur le sojaEn plus d’être une plante respectueuse de l’environnement, le soja, grâce à sa composition nutritionnelle unique dans le monde végétal, est un aliment de choix pour tous ceux qui souhaitent une alimentation saine et équilibrée ! D’abord cultivé en Asie depuis près de 5 000 ans, le soja a fait son apparition en occident au début du 20ème siècle. En France les régions de culture se situent surtout dans la moitié sud du pays. Les produits au soja sont fabriqués à partir de graines d’une plante dont le nom latin est Glycina Maxima. De la famille des légumineuses, la plante mesure environ 80 cm de haut et possède des gousses poilues contenant 2 à 5 graines : ce sont les graines de soja. Il en existe plus de 100 variétés différentes, qui se distinguent par leur taille, leur couleur, leur teneur en protéines,… Plante écologique par excellence, le soja permet de répondre aux besoins alimentaires d’une population mondiale grandissante, tout en ménageant la planète. En effet, pour produire 1 kg de protéines de bœuf, il faut 6 fois plus de surface cultivée et 60 fois plus d’eau que pour produire 1 kg de protéines de soja !

Attention toutefois à ne pas confondre les graines de soja et les pousses de soja ! Car, si les « pousses de soja », que l’on mange en salade ou dans les plats asiatiques, sont appelées ainsi de manière abusive, ce sont en fait des pousses de haricot mungo. Or, ces 2 plantes ne présentent pas les mêmes atouts nutritionnels : les pousses de haricot mungo offrent des valeurs nutritionnelles proches de celles des haricots verts (faible apport d’énergie, peu de protéines), tandis que les graines de soja sont riches en protéines, contiennent des sucres lents ainsi que de bons lipides.

Pour en savoir plus : www.sojade.fr

 


 

De la nouveauté dans votre bol de lait !

De la nouveauté dans votre bol de lait !Vous voulez un petit déjeuner ou un goûter équilibré, composé de produits issus de l’agriculture biologique ? Vous en avez assez des recettes standardisées et des céréales trop sucrées et trop grasses des hypers ? Vous préférez des produits sains et savoureux, qui préservent votre santé et sont respectueux de l’environnement ? En vous permettant de composer votre propre mélange de céréales et fruits secs avec les ingrédients de votre choix, www.bigbangcereales.fr répond à votre demande ! Comment ça marche ? Vous choisissez une des 10 bases de céréales qui vous sont proposées, vous ajoutez les ingrédients que vous préférez (fruits séchés, noix et graines, confiseries) et hop ! Votre commande est prête à être livrée.

Le+ les informations nutritionnelles. Lorsque vous composez vos céréales, vous êtes informé des données nutritionnelles pour 100 g de votre mélange. Cela vous permet de connaître le taux de sucres, de protéines et de lipides au fur et à mesure de vos ajouts d’ingrédients. Un concept simple et novateur que vous apprécierez sûrement !

 


 

Des chips de bananes séchées

Des chips de bananes séchéesHumm… Des chips de bananes ! C’est à vos p’tits bouts que ça va plaire ! En plus, c’est excellent pour la santé et facile à faire :

Coupez vos bananes en tranches d’un 1/2 cm. Faites préchauffer votre four à 70 °C. Placez vos tranches de bananes une par une sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. Mettez vos tranches de bananes dans le four pendant 1 heure ou 2 jusqu’à ce que les bananes soient sèchent. Quand elles sont bien sèches (elle doivent être un peu moelleuse à l’intérieur mais dures à l’extérieur), sortez-les du four. Attendez qu’elles soient bien refroidies avant de les mettre dans une boîte afin de les protéger de l’humidité. Une fois froides, vos bananes seront craquantes à souhait !

Petit conseil : arrosez vos bananes avec un peu de jus de citron avant le séchage, pour éviter qu’elle ne noircissent pendant qu’elles seront au four.

Source : www.astyouce.fr

 


 

éco Livres

L’ Agenda 2012 des Jardins de Cocagne
L’ Agenda 2012 des Jardins de Cocagne de Laurence de Cabarrus, illustré par Marie Delafon

En plus de sa fonction première, cet agenda pratique regroupe un tas d’idées de recettes, toutes soigneusement testées par l’auteure, faciles à réussir et rapides à réaliser. Ludique et pédagogique, il vous permettra de découvrir en famille le goût, les couleurs et les emplois possibles de multiples épices.

Éditions Rue de l’échiquier – 128 pages – 10 €

Déshydrater les aliments
Déshydrater les alimentsde Catherine Moreau

La déshydratation est la méthode de conservation des aliments la plus ancienne. Elle permettait à nos ancêtres de consommer des fruits et légumes toute l’année après les avoir fait sécher au soleil. S’inspirant de ce procédé, les déshydrateurs actuels nous permettent de sécher les aliments grâce à de l’air soufflé à basse température. Pour optimiser cette technique, il est important de respecter les saisons pour ne choisir que des fruits et légumes à maturité (et bien moins chers !). En plus de sa simplicité d’utilisation, le déshydrateur offre un autre intérêt majeur : la conservation d’un maximum de nutriments. Après une introduction qui répond aux questions essentielles que peut se poser le futur utilisateur d’un déshydrateur, ce livre suit les saisons et propose pour chacune d’elles les fruits et légumes à déshydrater, accompagnés de recettes simples et gourmandes.

Éditions Alternatives – 128 pages – 13,50 €

Manger local
Manger local de Lionel Astruc et Cécile Cros

Retrouver la maîtrise de son alimentation oblige à réapprendre des gestes souvent oubliés (jardiner, préparer des conserves, …) et à redécouvrir la coopération et l’entraide qui conditionnent le plus souvent la réussite. Pour aider à cette grande « requalification », les auteurs de cet ouvrage vous proposent 26 initiatives qui reposent sur des expériences vécues, réussies et facilement reproductibles. Une liste de conseils pratiques suit chacun de ces récits et donne une idée juste du travail à accomplir et de la marche à suivre pour adapter les différentes idées maîtresses à son propre territoire. Cette liste est accompagnée d’un annuaire très fourni qui vous permettra de poursuivre votre réflexion pour vous engager localement.

Éditions Actes Sud – 224 pages – 19 €

Des aliments aux mille vertus
Des aliments aux mille vertus de Claude Aubert et Jean-James Garreau

Pain, yaourts, bière, choucroute, kéfir, tofu… Nous consommons tous les jours sans le savoir des aliments fermentés. Méthode de conservation hors pair aux propriétés nutritionnelles et médicinales incomparables, la fermentation, procédé millénaire, mérite d’être redécouverte. Ce livre nous explique les intérêts de cette technique, et propose une soixantaine de recettes pour faire soi-même ou accommoder les aliments fermentés.

Éditions Terre Vivante – 128 pages – 14 €

4 saisons sans gluten et sans lait
4 saisons sans gluten et sans lait de Christine Calvet

Douleurs, migraine, fatigue chronique, dépression, … 1 personne sur 5, explique Thierry Souccar dans son avant-propos, soufre de troubles chroniques qu’aucun traitement ne soigne de façon satisfaisante. La raison : une intolérance au gluten ou au lait, qui passe souvent inaperçue. La solution : le régime Seignalet, sans blé ni laitages. Mais comment le rendre acceptable quand on vit en famille ? Il y a 6 ans, Christine Calvet a réussi à vaincre ses migraines chroniques en éliminant le gluten et le lait de son alimentation. Comme elle a toujours refusé de faire assiette à part, elle a imaginé pour chaque saison des recettes faciles sans gluten ni laitages pour la table familiale, aussi savoureuses et équilibrées que leurs équivalents classiques. Pas à pas, découvrez dans cet ouvrage comment faire la transition vers une nouvelle alimentation plus respectueuse de votre physiologie. Pour chaque saison, vous disposez d’un panel de recettes faciles à réaliser pour se régaler.

Éditions Thierry Souccar – 14,99 €

Sacré chou
Sacré choude Nadine Ker Armel

Le chou est réputé pour être un légume minceur et détox grâce à sa forte teneur en potassium qui agit comme un draineur naturel. En revanche, il est moins connu pour ses nombreuses vertus santé qui intéressent les chercheurs et, notamment, les cancérologues, les cardiologues et les nutritionnistes. Il existe une grande variété de choux appartenant au clan des crucifères. Si tous présentent des propriétés communes, chacun a ses propres spécificités que ce livre vous invite à découvrir, en complément de multiples recettes pour passer l’hiver en pleine forme.

Alysse éditions – 250 pages – 7,90 €

L’appel gourmand de la forêt
Et si vous alliez faire vos courses en forêt ?
L’appel gourmand de la forêt de Linda Louis

Ail des ours, mûres, cynorhodons, noix, champignons, asperges sauvages, …

En toute saison, les arbres et les plantes de la forêt offrent au promeneur une nourriture saine et sauvage. Dans cet ouvrage, l’auteure vous dévoile ses secrets simples et précieux pour fabriquer un lait de châtaigne, fumer des noix, confire des prunelles, faire mûrir des nèfles… Vous découvrirez également des recettes gourmandes et actuelles pour sublimer toutes vos cueillettes.

Éditions La Plage – 324 pages – 24,50 €

Je brunche bio
Je brunche bio de Frédérique Chartrand

Ne cherchez plus un restaurant où bruncher : ce dimanche, on brunche à la maison ! Faites le plein d’idées faciles pour préparer rapidement des recettes bio, saines et délicieuses. À travers 42 recettes bio, voici un livre qui conjugue plaisirs culinaires et bienfaits pour notre santé : concoctez bagels au petit épeautre et graines de lin, gelée de cerises au miel d’acacia et à la menthe, pâte à tartiner caroubes et noisettes, clémentines poêlées au caramel de gingembre… accompagnés d’un thé noir aux épices ou d’un citronnage au sirop de thym… sain et savoureux !

Éditions Terre Vivante – 96 pages – 12 €

Cultiver sa treille bio
de Jean-Claude Le Bihan

Cultiver sa treille bio Comment faire revivre une vieille treille ou en créer une nouvelle ? Comment la soigner, choisir les cépages… ? Comment réussir son propre vin ? Réponses dans ce livre « tout en un » !

En plus des conseils pour cultiver efficacement sa vigne en bio, il fournit toutes les étapes de la vinification. Sans oublier les autres produits : jus de raisin, confitures, chutney, … Un ouvrage d’une très forte utilité pour les jardiniers souhaitant produire du raisin et transformer leur récolte, dans le respect de l’environnement.

Éditions Terre Vivante – 192 pages – 17 €

Les incroyables vertus du café
Les incroyables vertus du café de Franck Senninger

C’est souvent pour son effet stimulant que nous consommons le café, mais il détient bien d’autres vertus ! Il facilite la digestion, c’est un bon antioxydant et un antimigraineux, il active la mémoire et détient même un effet modulateur de la régulation glycémique. Il améliore les performances sportives en augmentant la fréquence cardiaque. Activateur social depuis longtemps, il nous réunit entre collègues, amis, en famille et nous accompagne tout au long de notre vie ! Qu’il soit noir, au lait, décaféiné, vert… le café se conjugue sous différentes formes. Dans cet ouvrage, l’auteur revient sur des idées fausses et explique de façon amusante en quoi le café possède des vertus aussi variées qu’inattendues.

Éditions Jouvence – 128 pages – 8,50 €

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.