Cuisine & Recettes

L’écolomag N° 34

Christine SpohnRecette proposée par Christine Spohn

A 45 ans, Christine Spohn se passionne pour la cuisine et suit une formation au Lycée Hôtelier d’Illkirch, en Alsace, où elle obtient son CAP de cuisinier. A la recherche de “sens”, elle devient formatrice en arts culinaires et utilise la cuisine comme support de rencontre, de partage, de créativité, de cohésion, d’éveil… dans le respect du vivant. Formée aux plantes sauvages comestibles auprès de l’ethnobotaniste François Couplan, elle se passionne pour la rencontre spirituelle avec la matière, le vivant et l’humain et souhaite partager son enthousiasme pour une nourriture saine, équilibrée, créative et savoureuse. Son site : www.les-gourmandises-bio.fr

Crème crue d’épinards à l’avocat

Crème crue d’épinards à l’avocatPour 4 personnes – Entrée

  • 300 g d’épinards en branche
  • 2 avocats
  • 1 gousse d’ail
  • 1 filet d’huile Quatuor* Tamari (selon le goût)
  • 3 c. à s. de jus de citron
  • 300 ml d’eau pure
  • ½ carotte ou chourave râpé (pour la garniture)

Lavez les épinards. Épluchez l’ail, coupez-le en 2 et enlevez le germe. Prélevez la chair des avocats. Dans le bol d’un mixer, mettez les épinards, la chair des avocats, l’ail, le jus de citron, le tamari, l’huile Quatuor et 300 ml d’eau pure. Mixez. Si la consistance vous paraît trop épaisse, ajoutez un peu d’eau. Parsemez de légumes râpés. * l’huile Quatuor, pour assaisonnement uniquement, est un mélange d’huiles d’olive, colza, sésame et pépins de courge, qui apporte de manière équilibrée les acides gras essentiels – oméga 3 et oméga 6 –, indispensables pour la santé mais que l’organisme ne sait pas fabriquer)

 

 

Mlle PigutRecette proposée par Mlle Pigut

Créatrice culinaire, auteure d’ouvrage de cuisine et consultante en alimentation bio végétale, Mlle Pigut pense que bien se nourrir doit être un plaisir. Avide de créer et férue de cuisine gourmande, Mlle Pigut est captivée par les méandres de la nutrition. Elle anime le très positif site Petites idées pour Grandes Utopies, où elle partage ses recettes végétaliennes, ses astuces écologiques, tout comme ses réflexions et envies, avec la volonté d’avancer ensemble vers un monde toujours plus chouette ! Contact : contact@pigut.comhttp://pigut.com/

Aujourd’hui, les légumineuses sont trop souvent reléguées au rang de vague accompagnement, alors qu’elles font d’excellents plats nutritifs et réconfortants. Pourquoi ne pas les mettre plus souvent à l’honneur ? Bien sûr, leur préparation demande un peu d’organisation, mais finalement peu d’attention puisqu’elles trempent simplement pendant la nuit, puis cuisent toutes seules pendant 1 à 2 heures. Voici une recette à l’ancienne simplissime pour se régaler facilement de haricots blancs très savoureux. Eh oui, en attendant les beaux jours, rien de tel que les bons petits plats de nos grands-mères…

Haricots Blancs de nos Grands-Mères

Haricots Blancs de nos Grands-MèresPour 4 personnes – Plat

  • 500 g de haricots blancs secs
  • 2 carottes 2 oignons
  • 3 gousses d’ail
  • 2 feuilles de laurier
  • Herbes de Provence
  • Sel marin & poivre 1 filet huile d’olive

Laissez tremper les haricots blancs pendant une douzaine d’heures dans une grande quantité d’eau claire. Découpez les carottes en rondelles, émincez les oignons et l’ail. Dans une grande casserole bien chaude, faites revenir l’ail et les oignons dans un filet d’huile d’olive. Ajoutez le laurier et les herbes de Provence, laissez cuire quelques minutes en remuant. Égouttez ensuite les haricots blancs. Déposez-les dans la casserole et recouvrez d’eau. Laissez mijoter pendant environ 1 h 30 en surveillant le volume de liquide. Lorsque l’eau a été majoritairement absorbée et que les haricots sont bien fondants, incorporez le sel et le poivre au goût. Mélangez et retirez du feu.

Conseils :

  • Servez avec une jolie salade, qui accompagnera à merveille ce plat. Pour un repas très complet, on peut également prévoir une petite portion de quinoa ou de céréales, au choix. Finalement, afin de varier les plaisirs, on peut ajouter des légumes de saison à ce plat.
  • Le temps de cuisson des haricots secs dépend de leur âge : plus ils sont frais et lisses, moins la cuisson sera longue, et vice versa.
  • Si vous avez eu les yeux plus gros que le ventre, pas de soucis, sachez que ce plat mijoté sera encore meilleur servi le lendemain.

 

Nathalie Nagy-KochmannRecette proposée par Nathalie Nagy-Kochmann

Passionnée de cuisine depuis toujours, auteure culinaire et animatrice d’un blog depuis 2006 (chez-willow.net), Nathalie Nagy-Kochmann cultive plaisir et alimentation saine à travers ses recettes qu’elle parsème sur son blog, dans ses livres, mais aussi pour le Campanier. Toutes les cuisines s’y côtoient et certains ingrédients oubliés, ou bien simplement exotiques, refont surface pour notre plus grand bonheur. Pour la contacter : contact@chez-willow.net

Glace au sésame noir

Glace au sésame noirPour 4 personnes – Dessert

  • 30 cl de lait entier
  • 60 g de sucre
  • 1 c. à c. de miel
  • 3 c. à s. de pâte de sésame noir
  • 3 jaunes d’oeufs

Faites bouillir le lait. Pendant ce temps, battez énergiquement les 3 jaunes d’oeufs avec le sucre. Versez le lait bouillant sur l’appareil aux oeufs. Remettez immédiatement sur le feu et faites cuire à la nappe sur feu doux, c’est-à-dire portez le mélange entre 83 et 84 °C. Transvasez la crème anglaise obtenue dans un récipient froid pour stopper la cuisson. Ajoutez la pâte de sésame et le miel et fouettez doucement pour homogénéiser le tout. Laissez refroidir avant de passer 30 mn à la turbine à glace.

 

Lina Charlotpar Lina Charlot

Chargée d’enseignement en cuisine gastronomique végétarienne, Lina possède une forte expérience dans le domaine des métiers de bouche et de la diététique. Depuis 29 ans, Lina organise des stages et des cours de cuisine diététique et bio sur près de 100 thèmes différents !

Renseignez-vous : 05 49 48 67 01 ou 06 89 43 11 08 – biolina@orange.fr

Menu original spécial Printemps !

Nous voici au Printemps. Je vous ai préparé un menu avec une entrée légère, un plat de résistance revisité et un dessert rafraîchissant qui plaira à toute la famille. À vos casseroles et bon appétit !

Verrine de légumes croquants

fotolia_25213076Pour 4 personnes – Apéritif

Mixez la pulpe d’un avocat avec 100 g de tofu soyeux, le zeste d’½ citron râpé et 3 c. à s. de jus de citron. Ajoutez le sel et une pincée de piment (facultatif).

Versez la sauce dans 4 verrines, où vous piquerez des bâtonnets de légumes de votre choix (carottes, céleri, bouquet de chou-fleur, feuilles d’endive…).

Cette sauce pourra également vous servir pour remplacer la mayonnaise dans certaines recettes, comme « la salade de pommes de terre », en ajoutant une échalote mixée avec l’avocat, « la macédoine de légumes », mais aussi tous les légumes râpés et les salades composées ! Également pour le hamburger ci-dessous.

 

Hamburger végétarien

Pour 4 personnes – Plat

Écrasez 200 g de tofu à la fourchette, ajoutez-y 1 oignon mixé, 50 g de tomme de brebis râpée, 2 oeufs entiers, 3 c. à s. de fromage de chèvre frais ou de crème végétale de votre choix, 2 c. à s. de farine de votre choix, ½ c. à c. de muscade râpée et salez.

Graissez une poêle, déposez-y 2 à 3 c. à s. de préparation et faites cuire doucement des 2 côtés. Faites-en 4. Pendant ce temps, coupez du pain de mie ou du pain demi-complet bio. Avec un bol mis à l’envers sur le pain, découpez 8 cercles. Faites-les griller ; sur les 4 faces, disposez une feuille de salade, puis les hamburgers, une tranche très fine de tomme de votre choix, 2 tranches fines de concombre, du ketchup bio (recette maison dans l’écolomag septembre/octobre 2012), et, si vous le voulez, un peu de sauce avocat ci-dessus. Recouvrez avec l’autre tranche grillée. Accompagnez d’une salade verte.

 

Fruits en gelée de thé

Pour 4 personnes – Dessert

Dans ½ l d’eau bouillante, faites infuser 1 c. à s. de thé vert Earl Grey et le zeste d’½ orange râpée pendant 5 mn. Filtrez et ajoutez 100 g de sucre roux. Amenez à ébullition puis ajoutez 2 g d’agar agar dilué dans 2 c. à s. d’eau. Faites cuire 2 mn.

Pendant ce temps, préparez 250 g de fruits rouges ou un mélange de fruits de saison de votre choix et coupés en morceaux, et quelques pétales de fleurs comestibles (rose, pâquerette, violette, capucine…). Disposez les fruits et quelques fleurs dans des verrines ou des coupes. Recouvrez de thé tiède et mettez au frais au moins 2 h. Servez avec un petit pot de coulis de fruits.

Pour les personnes allergiques aux oeufs, vous pouvez remplacer un oeuf par 1 c. à s. de farine de lupin (que vous trouverez dans votre magasin bio) + 2 c. à s. d’eau.

 


 

Végétarien, végétalien et vegan, quelles différences ?

Un végétarien est une personne qui consomme uniquement des végétaux, ainsi que des oeufs, du lait et du miel. Il ne mange aucune viande, que ce soit celle des animaux terrestres ou des animaux marins. Bien sûr, il ne consomme aucun sous-produit de l’abattage des animaux, tel que la gélatine ou la présure.

Un végétalien est, quant à lui, une personne consommant uniquement des végétaux (plus des minéraux ou micro-organismes comme des levures ou des bactéries). Il ne consomme ni viande, ni sous-produits d’animaux terrestres ou marins, ni oeufs, ni lait, ni miel.

Un vegan, en plus d’être végétalien, n’utilise aucun produit d’origine animale dans toutes les facettes de sa vie. Que ce soit ses vêtements, chaussures, produits cosmétiques, objets divers, agriculture, loisirs, etc. Il n’utilise donc ni cuir, ni laine, ni fourrure, ni cire d’abeille, ni produits testés sur les animaux. Un vegan n’accepte de se servir que de produits non issus de la souffrance d’un animal : végétaux, minéraux ou micro-organismes (non testés sur les animaux).

Erratum : Une erreur s’est glissée dans notre dernier numéro en page 12 concernant la 1ère recette de Lina Charlot, qui est non vegan : le pot au feu, comprenant du fromage de chèvre, peut être qualifié de végétarien mais pas de vegan.

 


 

Houmous de chou-fleur

Houmous chou-fleurPour 4 personnes – Apéritif

Préparation : 5 mn

  • ½ chou-fleur
  • 3 c. à s. de tahin cru
  • ½ gousse d’ail
  • ½ c. à c. de cumin
  • ½ c. à c. de sel
  • Jus d’½ citron

Passez le tout au robot. Bon à savoir : si vous le souhaitez, vous pouvez aussi ajouter du persil frais.

Cette recette a été publiée dans l’ebook Recettes crues pour les fêtes, vendu sur le site du magazine de l’alimentation vivante Le chou brave : lechoubrave.fr. Elle vous est proposée par Catherine Forest (http://catherine-et-les-fees.blogspot.fr)

 


 

SOYDepuis plus de 30 ans, SOY développe une offre originale et unique de produits bio à base de soja et de céréales. Travaillant en étroit partenariat écolomiam (suite) avec plus de 250 agriculteurs du sud-ouest de la France, SOY développe chaque jour de nouvelles recettes pour vous aider à varier vos repas en toute gourmandise.

 

3 recettes faciles pour découvrir le Tofou Soyeux

Le Tofou Soyeux est une aide culinaire 100% végétale, qui se prête à une multitude de recettes salées et sucrées. Riche en protéines, il contient seulement 3% de matière grasse, pour une cuisine légère et gourmande !

 

Minis bouchées carotte et cumin

Minis bouchées carotte et cuminPour 6-8 pers. – Entrée ou accompagnement

Préparation : 20 mn / Cuisson : 30 mn

  • 500 g de carottes
  • 150 g de Tofou Soyeux
  • 2 oeufs
  • 2 c. à c. de cumin
  • 100 g de feta
  • 4 c. à s. de farine
  • Sel, poivre

Épluchez les carottes, coupez-les en fines rondelles et faites-les cuire à la vapeur pendant 15 mn. Hachez-les ensuite grossièrement. Ajoutez les oeufs, le Tofou Soyeux, la farine et le cumin et mélangez bien. Salez et poivrez. Coupez la feta en morceaux. Versez la moitié de la préparation dans des moules à muffins, posez un morceau de feta sur chaque terrine et couvrez avec le reste de la préparation. Laissez cuire 30 mn à 150 °C (th. 5).

 

Quiche aux poireaux

Quiche aux poireauxPour 4 pers. – Plat ou accompagnement

Préparation : 30 mn / Cuisson : 20-30 mn

  • 1 pâte brisée ou feuilletée
  • 400 g de Tofou Soyeux
  • 3 poireaux
  • 1 oeuf entier + 1 jaune
  • Huile d’olive
  • Moutarde
  • Noix de muscade
  • Sel & poivre

Émincez finement les poireaux avant de les faire revenir dans une poêle avec un léger filet d’huile d’olive et un peu d’eau. Une fois bien fondus, retirez les poireaux du feu et ajoutez le Tofou Soyeux et les oeufs. Mélangez en ajoutant un peu de noix de muscade, de sel et de poivre. Disposez la pâte dans un moule, nappez-la d’une fine couche de moutarde puis garnissez-la avec la préparation. Mettez au four à 175 °C (th.6) pendant 20 à 30 mn.

 

Gâteau choco-coco

Gâteau choco-cocoPour 4-6 pers. – Dessert

Préparation : 15 mn / Cuisson : 30 mn

  • 150 g de Tofou Soyeux
  • 50 g de noix de coco râpée
  • 100 g de farine
  • 80 g de sucre
  • 100 g de chocolat pâtissier
  • ½ sachet de levure
  • 1 pincée de sel
  • 1 noix de beurre

Préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Fouettez le Tofou Soyeux avec le sucre. Une fois le mélange lisse et homogène, ajoutez le chocolat fondu, la farine tamisée avec la noix de coco, une pincée de sel puis la levure. Ajoutez le beurre fondu et mélangez le tout. Versez la pâte dans un moule à cake et enfournez 25 à 30 mn à 180 °C (th. 6).

 

Bernadette Gilbertpar Bernadette Gilbert

Naturopathe et enseignante, cuisinière et gastronome dans l’âme, très gourmande aussi, Bernadette se passionne depuis des années pour la santé par l’alimentation et la nutrition. Son blog www.cuisine-en-sante.com offre des astuces et des recettes, faciles et rapides, pour être en bonne santé. Comment transformer des recettes alléchantes, mais basées sur des ingrédients nuisibles à notre santé et à notre planète, en recettes saines, nutritives et utiles à notre organisme, tel est son objectif.

Comment combler nos besoins en magnésium par l’alimentation ?

Notre alimentation a pour vocation de nous apporter les minéraux qui sont nécessaires à notre organisme dans son développement, son fonctionnement et son maintien. Parmi ceux-ci, le magnésium est celui dont nous sommes généralement le plus carencé, d’une carence très difficile à diagnostiquer. Une prise de sang peut révéler un taux normal à un moment précis de la journée et une carence l’heure d’après. Ceci est d’autant plus normal que la majorité du magnésium est stockée… dans les os !

Un régime alimentaire carencé et des produits de nutrition appauvris sont largement responsables de ces manques. Mais l’alimentation n’est pas la seule à mettre en cause.

J’accuse…

… certains médicaments ! En effet, certains médicaments aux effets diurétiques peuvent entraîner une perte de magnésium par l’urine. C’est le cas également de certains antibiotiques et immunosuppresseurs (pour traiter les maladies auto-immunes ou prévenir le rejet d’une greffe).

… certaines maladies ! La maladie de Crohn (maladie inflammatoire chronique des intestins) et la maladie coeliaque (maladie auto-immune due à une intolérance au gluten et à certaines protéines), ou une chirurgie intestinale ayant occasionné une difficulté à métaboliser le magnésium.

… l’alcoolisme

… l’utilisation de la pilule contraceptive

… la supplémentation oestrogénique

 

Quel rôle joue le magnésium dans notre organisme ?

  • il favorise l’absorption du calcium par les os, ce qui permet de préserver la structure osseuse et contribue à la croissance des os, mais aussi des dents ;
  • il régule notre réaction au stress et inhibe notre excitabilité neuronale, nous protégeant de l’hyperémotivité, des tremblements, de la fatigue nerveuse, des insomnies (action sédative) et des crampes ;
  • en intervenant dans la fabrication des anticorps et la tonification des cellules, il stimule l’activité du système immunitaire ;
  • il combat les radicaux libres ;
  • il participe à l’activité hormonale ;
  • il joue un rôle dans le fonctionnement de la digestion ;
  • il est nécessaire à la production d’ADN, participe à la synthèse des protéines et à la production d’énergie ;
  • il active l’action de pratiquement toutes les enzymes et empêche l’oxydation des acides gras ;
  • il permet le transport des acides aminés lors de leur passage au travers des parois cellulaires ;
  • il permet aux nerfs de transmettre leurs ordres aux muscles et participe à leur activation et à leur détente (modérateur de l’excitabilité neuromusculaire) ;
  • il participe à la production du glycogène dans le foie ;
  • etc.

Le magnésium fait donc bien figure de minéral de la plus haute importance dans le métabolisme. Nos besoins sont de 5 à 6 mg par jour et par kilo de poids corporel.

 

Quels sont les symptômes d’une carence en magnésium ?

Ils sont nombreux et très invalidants :

  • perte d’appétit,
  • nausées et vomissements,
  • fatigue et état de faiblesse généralisé,
  • en cas de carence plus profonde, engourdissements ou, au contraire, impatiences (jambes sans repos), crampes, rythme cardiaque irrégulier et troubles du sommeil. Plus simplement, des crampes aux mollets, des contractions musculaires, des fourmillements dans les mains et les pieds indiquent qu’il est temps de prendre un supplément de magnésium. De même, l’irritabilité, une hypersensibilité aux bruits, un sentiment de peur et l’agressivité sont souvent dus à un manque de magnésium.

Fruits de merEn période de croissance ou lors de la pratique d’un sport de compétition, en période de grossesse et d’allaitement, si vous êtes buveur ou fumeur, il convient sérieusement que vous envisagiez une supplémentation en magnésium.

La meilleure formule non médicamenteuse est le glycérophosphate de magnésium ou le bisglycinate de magnésium, augmenté de vitamine B6 et de silice colloïdale pour son assimilation. Personnellement, je déconseille le chlorure de magnésium, si souvent recommandé, parce que sa forme « chlorure » acidifie l’organisme et endommage les parois de l’intestin. De même, le lactate de magnésium apporte une surcharge à l’organisme, que celui-ci devra éliminer.

Il ne m’appartient pas, évidemment, de vous conseiller sur la supplémentation. Pour ce faire, adressez-vous à votre médecin ou à votre nutritionniste. Mais je peux vous offrir, par contre, une liste significative des aliments qui vous apporteront du magnésium à gogo et, par la même occasion, vous proposer quelques recettes incontournables !

 

Comment assurer le magnésium dans notre assiette ?

  • Les champions toutes catégories sont les fruits de mer. Pour 100 g, ils offrent 410 mg de magnésium.
  • Juste derrière, les noix du Brésil. J’ai pris l’habitude d’en mettre une par personne dans mon jus de fruit du matin.

 

Connaissez-vous le caviar d’aubergine aux noix du Brésil ? Je vous l’offre !

  • Noix du brésil50 g de noix du Brésil
  • 1 aubergine
  • 3 c. à s. d’huile de sésame grillé
  • 2 c. à s. de graines de sésame
  • 2 gousses d’ail
  • 1 petite botte de persil plat
  • Fleur de sel, poivre du moulin

Pour 4 personnes – Apéritif

Préchauffez le four à 200 °C (th. 6-7). Lavez l’aubergine et piquez sa peau à la fourchette. Enfournez-la et laissez- la cuire pendant 30 minutes, puis laissez-la refroidir. Coupez-la en 2, prélevez la pulpe à l’aide d’une cuillère et versez-la dans le bol d’un mélangeur. Ajoutez l’ail, le persil, les noix du Brésil et l’huile de sésame. Salez, poivrez et mixez. Transvasez le caviar dans un bol. Parsemez de graines de sésame et réservez au frais. Servez à l’apéritif, sur du pain grillé.

 

Vient ensuite le cacao pur, avec 400 mg/ 100 g. Bonne nouvelle, non ? Alors là, régalez-vous et explorez la Mousse au chocolat extra

  • Cacao200 gr de chocolat noir, très noir
  • 4 oeufs absolument frais et bio (on mange cru !)
  • 4 c. à c. de sucre (que je prends complet et bio aussi…)

Pour 4 personnes – Dessert

Mettez le chocolat coupé en morceaux dans une petite casserole et faites-le fondre doucement au bain-marie sans y toucher. Quand il est fondu et hors du feu, mélangez-le. Séparez les blancs des jaunes d’oeufs et ajoutez ceux-ci, un par un, au chocolat. Ajoutez ensuite le sucre. Battez les blancs en neige ferme et incorporez-les délicatement à votre mélange avec une cuiller en bois en gestes arrondis pour ne pas les casser. La mousse est prête… mais elle deviendra ce qu’elle doit être après quelques heures (une nuit, c’est parfait) au réfrigérateur.

Astuce : vous pouvez parfumer votre mousse avec du Grand Marnier ou du Whisky ou 2 gouttes d’huile essentielle d’orange ou d’amande.

 

Pour clôturer cette palette des généreux as du magnésium, je termine avec les amandes… Voici le Pesto aux amandes

  • Amande100 g d’amandes décortiquées (si vous les préparez vous-même, n’oubliez pas de les laisser tremper dans l’eau une nuit et de les rincer soigneusement avant de les éplucher)
  • 5 c. à s. d’huile d’olive
  • 80 g de tomates séchées
  • 50 g de parmesan
  • 1 bouquet de ciboulette

Pour 4 personnes – Dessert

Lavez la ciboulette et découpez-la finement aux ciseaux. Râpez le parmesan. Mixez grossièrement les amandes avec l’huile, les tomates et le parmesan. Ajoutez la ciboulette. Ce pesto est parfait avec des pâtes, des céréales, de la viande ou du poisson. Vous le conserverez 2 semaines au frais, à condition de le recouvrir d’une mince couche d’huile.

D’autres aliments offrent un apport important en magnésium : Céréales complètes, fruits secs, chou, oignon, luzerne, algues laminaires, prêle, germe de blé et d’orge, épinards bouillis. Légumineuses, graines, noix, grains entiers, légumes à feuilles vert foncé.

 

Amandine Geerspar Amandine Geers et Olivier Degorce

Auteurs de livre cuisine bio, chroniqueurs en écologie, Amandine et Olivier ont créé il y a 10 ans What’s for dinner, une association engagée privilégiant les échanges sur les questions d’alimentation et d’écologie. Pour découvrir les programmes et les dates des prochains ateliers de cuisine bio d’Amandine rendez-vous sur whats-for-dinner.info et Facebook (Amandine Geers).

Les algues dans nos assiettes !

Les algues, nos alliées santé et beautéLes algues marines bénéficient d’un profil nutritionnel unique, avec, entre autres, des protéines de très bonne qualité, des fibres solubles très douces, et une richesse exceptionnelle en minéraux. Elles sont un excellent complément aux légumes… terrestres. Mais, en occident, elles ne font pas partie des traditions culinaires, d’où une certaine appréhension à les employer en cuisine. À moins d’être guidé par quelques excellentes recettes !

Recettes extraites du livre « Les algues, nos alliées santé et beauté, 45 soins et recettes gourmandes » de Sylvie Hampikian, Amandine Geers et Olivier Degorce aux éditions Terre Vivante (sortie prévue en avril 2013) – cf. page 18.

 

Soupe miso gourmande au wakamé

Soupe miso gourmande au wakaméPour 4 personnes – Entrée

  • 80 g de patate douce
  • 1 petite carotte
  • 50 g de tofu fumé
  • 2 shiitakés
  • Quelques feuilles de pourpier ou de salade
  • 5 brins de ciboulette
  • 1 c. à s. de wakamé en paillettes
  • 1 c. à c. de miso de riz

Rincez et épluchez la carotte et la patate douce. Coupez-les en petits dés, ainsi que le tofu fumé. Réhydratez les champignons pendant 30 mn, puis émincez-les. Lavez la salade et la ciboulette, puis émincez-les. Faites chauffer 1 l d’eau dans une casserole avec le wakamé en paillettes. À ébullition, ajoutez la carotte, la patate douce, le tofu et les shiitakés. Laissez cuire pendant 15 mn à petits bouillons. Hors du feu, ajoutez le miso préalablement dilué dans une louche de bouillon. Servez en ajoutant la ciboulette et un peu de salade fraîche dans le bol de chaque convive.

Bon à savoir : Frais et proposé en barquette de 120 g, le wakamé se présente généralement en un seul morceau : des ramifications fines et tendres autour d’une tige centrale de 40 à 50 cm, plus charnue. Un vrai régal pour les yeux !

Astuce: Le wakamé, grâce à ses propriétés émollientes (qui attendrit les fibres), permet d’accélérer la cuisson des légumes secs et de les rendre plus moelleux (tout comme le kombu). Pour cela, ajoutez 1 tige de wakamé déshydratée à l’eau de cuisson non salée.

 

Pickels de haricots de merPickels de haricots de mer

Pour un bocal de taille moyenne – Accompagnement

  • 120 g de haricots de mer frais conservés au sel
  • 5 olives noires ou vertes
  • 1 c. à s. de câpres
  • 1 pincée d’estragon séché
  • Vinaigre de cidre

Dessalez les algues rapidement. Coupez-les éventuellement en morceaux plus petits. Hachez les olives. Mélangez les algues, les olives et les câpres dans un bocal. Assaisonnez avec l’estragon et remplissez le quart du bocal avec du vinaigre de cidre. Complétez avec de l’eau filtrée. Placez au frais et utilisez au fur et à mesure, en petite quantité. Délicieux dans une salade froide de pommes de terre, de pâtes ou de riz.

 

Poisson en papillote de kombu royal

Poisson en papillote de kombu royalPour 4 personnes – Plat

  • 800 g de filets de julienne en 4 morceaux
  • 4 fois 20 cm de kombu royal frais
  • 2 tomates
  • 1 oignon rouge
  • 1 c. à c. d’estragon séché ou quelques feuilles fraîches
  • Poivre au moulin
  • Huile d’olive
  • En accompagnement : 50 g de riz thaï par personne

Rincez les filets de poisson et séchez-les avec du papier absorbant. Rincez les algues pour les dessaler légèrement. Rincez les tomates, épluchez l’oignon et coupez-les en rondelles. Étalez un morceau d’algue sur le plan de travail. Placez un filet de poisson au milieu. Ajoutez 1 ou 2 rondelles de tomates, des rondelles d’oignon, une pincée d’estragon. Donnez quelques tours de moulin à poivre et arrosez légèrement d’huile d’olive. Refermez l’algue sur le poisson. Procédez de la même façon pour tous les morceaux d’algue. Faites cuire les papillotes à la vapeur pendant 12 à 15 mn environ. Servez avec le riz thaï.

 

Crème glacée express à la banane, lait d’amande et abricot

Crème glacée express à la banane, lait d’amande et abricotPour 3 personnes – Dessert

  • 2 grosses bananes
  • 450 ml de lait d’amande
  • 5 abricots secs
  • 5 amandes
  • 1 c. à c. de purée d’amande blanche
  • 1 c. à c. rase d’agar agar

Une heure avant, coupez les bananes en rondelles et placez-les au congélateur. Rincez les abricots et coupez- les en petits dés. Diluez l’agar agar dans le lait d’amande et faites chauffer doucement. Maintenez à petits bouillons durant 1 mn. Mixez les rondelles de bananes congelées, le lait tiédi et la purée d’amande blanche. Ajoutez les dés d’abricots et mélangez. Versez dans des coupes ou des verrines et placez au frais 15 à 30 mn avant de servir. Faites griller les amandes dans une poêle à sec pendant 3 mn. Coupez-les en morceaux au couteau. Servez en ajoutant les morceaux d’amandes grillées.

 


 

Dites OUI aux jus !

JusRiches en éléments nutritifs, les jus constituent une véritable eau vivante. Absorbés quasi-instantanément (15 à 30 mn), les jus entreprennent leurs tâches de nettoyage et de revitalisation beaucoup plus rapidement que les aliments entiers, tout en économisant l’énergie utilisée normalement pour leur digestion. La quantité de nutriments apportée est également plus importante compte tenu du nombre de légumes utilisés pour obtenir un verre de jus. Détoxifiants et revitalisants, les jus permettent de réaliser un profond drainage, particulièrement bienvenu au printemps ! Ils participent activement au retour à la vitalité mise à mal par une alimentation dénaturée. Antioxydants, ils protègent le corps des pollutions et des multiples stress oxydatifs de la vie moderne. Pour un résultat optimal, sachez que les jus doivent toujours être extraits à partir de légumes de qualité : d’origine biologique, toujours frais et de saison ! Globalement, il est judicieux de choisir une base de jus parmi les variétés « douces » mais abondantes en sels minéraux (céleri branche, choux, fenouil, concombre) à laquelle viendront s’ajouter, en quantité plus réduite, des variétés plus sucrées (carottes, betteraves…), ou acides (épinards, blettes…) ou piquantes (radis, navet…). Il est également toujours intéressant d’intégrer des jeunes pousses (alfalfa, brocoli, tournesol, sarrasin, pois, fenouil…) qui vont considérablement augmenter la teneur en nutriments des jus. On estime en effet que 30ml de jus de jeunes pousses contiennent l’équivalent d’1kg de légumes environ !

Pour en savoir plus : http://naturopathie-alimentation-vivante.net

 

Julie BalcazarSerge de ThaeyProfessionnel de la restauration biologique et sans cesse à l’affût de l’innovation, Serge de Thaey propose une cuisine qui est un mélange de saveurs locales, relevée d’arômes plus exotiques. Toujours à la recherche du plaisir de manger, il sait lier nutrition et gastronomie. Ancien chef de cuisine à Terre Vivante, formateur dans le cadre de programmes de restauration bio à l’école, Serge est aujourd’hui à la tête de la société BISCRU : une création originale qui distribue une gamme de crackers déshydratés sans gluten aux légumes et fruits. www.biscru.fr

Formée à la nutrition et à la naturopathie, Julie Balcazar a un parcours orienté, depuis 2003, vers l’alimentation saine. Coach, naturopathe et animatrice en cuisine diététique, elle a animé, entre autres, des stages sur l’alimentation du bébé et de la femme enceinte. Elle a publié aux éditions Terre Vivante Les premiers repas bio de mon bébé, que vous retrouverez dans la rubrique « Le coin des parents ». www.gaiana.over-blog.com

par Serge de Thaey et Julie Balcazar

Maman, qu’est-ce qu’on mange ce soir ?

Le dîner et la cuisine du placard

Entre travail, enfants et corvées ménagères, il peut être parfois assez difficile pour certains parents de cuisiner le soir. S’il est important de donner à vos enfants des aliments bio, sains et riches en nutriments, il faut aussi vous simplifier la vie. Organisezvous pour préparer à l’avance les plats qu’ils mangeront le soir ou le lendemain, et, surtout, retenez l’astuce de « la cuisine du placard ». Pour improviser des bons petits plats en peu de temps, quelques ingrédients de base sont à avoir en permanence dans vos placards ou au congélateur. Leur qualité garantira des repas équilibrés, riches en micronutriments intéressants et en saveurs originales.

 

À avoir dans vos placards

Les ingrédients de base

  • Céréales demandant 10 mn de cuisson : quinoa, semoule, pâtes…
  • Flocons de céréales nature (avoine, blé) pour épaissir un potage, réaliser des crumbles
  • Légumineuses demandant 10 mn de cuisson : lentilles corail, farine de pois chiches, farine de lentilles…
  • Conserves au naturel de légumineuses
  • Purée de pommes de terre instantanée (issue de l’agriculture biologique, sans conservateur comme le BHT)
  • Fécule de maïs ou arrow-root pour réaliser des sauces en une minute
  • Des graines de sésame, des amandes, des noisettes (entières ou effilées), des noix pour enrichir une salade ou un plat de céréales
  • Algues en paillettes
  • Sucre de canne roux, complet ; miel
  • Chocolat noir à cuire
  • Laits végétaux.

Les conserves

  • fotolia_41962021Sauces tomates nature ou cuisinées
  • Légumes divers (haricots verts, tomates, petits pois, fonds d’artichauts, coeurs de palmier…)
  • Thon, sardines
  • Pâtés végétaux (au tofou, humos…)
  • Compote de pommes et d’autres fruits
  • Conserves de fruits au naturel, sans sirop trop sucré (poires, pêches, ananas, myrtilles)
  • Crème soja dessert (praliné, chocolat)
  • Confitures et purées de fruits sans sucre (framboises, myrtilles, cassis, abricots, oranges).

Assaisonnements, sauces

  • Huiles de première pression à froid (olive, colza, noix, noisette, sésame)
  • Vinaigres parfumés (cidre, balsamique, de vin blanc aux herbes)
  • Sauce soja (shoyu, tamari)
  • Sel (gros, fleur de sel, sel fin nature et aromatisé)
  • Moutardes (nature, à l’ancienne en grains, parfumée aux herbes…)
  • Bouillons de légumes en poudre ou en cubes
  • Épices diverses
  • Lait ou crème de coco
  • Herbes de Provence (thym, sarriette, romarin, marjolaine, sauge)
  • Sirops de fruits (cassis, menthe).

 

Avoir dans votre congélateur

Viandes et volailles

  • Steaks hachés
  • Blancs de poulet
  • Plats cuisinés maison et emballés par portions individuelles (ou familiales).

Poissons et fruits de mer

  • Filets de poisson ou darnes en portions individuelles non panés
  • Crevettes roses décortiquées.

Fruits et légumes

  • Légumes nature épluchés et émincés
  • Mélanges de légumes émincés (pour jardinières, poêlées, ratatouilles, soupes…)
  • Fines herbes hachées
  • Petits fruits rouges (framboises, myrtilles, cassis, groseilles…)
  • Dés de fruits congelés par vos soins.

Le dîner est souvent trop riche et trop copieux car les parents tentent de « compenser » le déjeuner pris à la cantine. Il s’agit donc là de perdre certaines habitudes. D’où l’importance du goûter, qui évite que nos enfants se ruent sur la nourriture en grignotant tout et n’importe quoi (par exemple, le week-end sur les gâteaux apéritifs). Le dîner devrait avant tout privilégier les légumes (toujours dans la proportion 1/3 crudités et 2/3 cuits), une petite part de protéines facilement assimilables en fonction du goûter pris et du repas de midi (viande blanche, tofu, poisson, crustacés) et une petite part de céréales (à présenter à part pour que chacun puisse se servir en fonction de son appétit). À cette heure de la journée, l’organisme a besoin de peu de glucides pour l’activité nocturne car le sommeil ne demande que peu de calories. Il est aussi préférable d’éviter de manger gras. En effet, à l’heure du dîner, les sucs digestifs et biliaires ne sont pas sécrétés par l’organisme pour dégrader les graisses. Donc, exit le plateau de fromages à la fin du repas ! Eh oui, je vous parlais de changement d’habitudes… Le fromage, c’est mieux le matin ! Les corps gras sont stockés pendant la nuit s’ils sont consommés le soir, à l’inverse du matin où le corps a besoin de ces apports lipidiques pour reconstituer, entre autres, les membranes de ses cellules.

 

Menu Végétarien

Voici quelques idées de recettes du soir

Salade de carottes et navets aux lentilles

  • Salade de carottes et navets aux lentilles2 carottes à râper (300 g)
  • 2 navets râpés (200 g)
  • 200 g de lentilles cuites (restes ou conserve)
  • 1 petite branche de persil haché
  • 2 c. à s. d’huile de colza première pression à froid
  • 1 c. à c. de tamari
  • 2 gousses d’ail dégermées et écrasées
  • Sel, poivre

Pour 2 pers. – Entrée

Préparation : 10-15 mn

Préparez la sauce d’assaisonnement. Râpez les carottes et rincez les lentilles. Mélangez tous les ingrédients et mettez au frais avant de servir.

 

Pâtes aux brocolis au tofou poêlé

  • Pâtes aux brocolis au tofou poêlé500 g de brocoli
  • 250 g de spaghettis ou tagliatelles ½ complets
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel
  • 200 g de tofou nature
  • 1 c. à s. de tamari
  • 1 gousse d’ail
  • 2 c. à s. d’huile d’olive

Pour 2 pers. – Plat

Préparation : 15 mn / Cuisson : 15 mn

Plusieurs heures auparavant, découpez le tofou en cubes, mettez- les à mariner dans le tamari avec une gousse d’ail écrasée. Remplissez aux ¾ d’eau une grande marmite, ajoutez le sel et l’huile d’olive, portez à ébullition. Lavez les brocolis, coupez les bouquets et les parties tendres des tiges en morceaux. Plongez les brocolis et les pâtes dans l’eau bouillante, faites cuire 10 mn. Lorsque les pâtes sont al dente, égouttez-les ainsi que les brocolis. Pendant la cuisson des pâtes, faites dorer les dés de tofou à la poêle dans 1 c. à s. d’huile d’olive. Au moment de servir, mélangez les pâtes et les brocolis avec les dés de tofou poêlés, arrosez avec la 2ème cuillère d’huile d’olive. On peut aussi remplacer le tofou par : dés de jambon, dés de blanc de poulet, thon en boîte…

 

Jardinière de légumes en salade

  • Jardinière de légumes en salade200 g de carottes coupées en bâtonnets
  • 200 g de pommes de terre coupées en bâtonnets
  • 200 g d’oignons coupés en rondelles
  • 500 g de haricots verts coupés en 2 selon leur grosseur
  • 100 g au choix de : jambon blanc, blanc de poulet, viande froide, poisson froid, moules ou crevettes, thon, tofou mariné…
  • 1 c. à s. de sauce tamari (ou shoyu)
  • 1 c. à s. de jus de citron
  • 3 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel, poivre, fines herbes hachées

Pour 3-4 pers. – Plat

Préparation : 15 mn / Cuisson : 15-20 mn

Préparez les légumes, disposez-les dans le panier du cuit-vapeur, salez et faites cuire à la vapeur 15 à 20 mn. Laissez refroidir, préparez l’assaisonnement et mélangez avec tous les légumes. Au moment de servir, saupoudrez avec les fines herbes hachées.

 


 

Petit récap’ sur les AMAP

Les AMAP – Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne – sont destinées à favoriser l’agriculture paysanne et biologique, qui a du mal à subsister face à l’agro-industrie.

Dessin de Jicé - AmapUne AMAP naît en général de la rencontre d’un groupe de consommateurs et d’un producteur prêts à entrer dans la démarche. Pour la plupart, ils établissent entre eux un contrat pour 1 an. Ensemble, ils définissent la diversité et la quantité de denrées à produire pour la saison. Ces denrées peuvent être des fruits, des légumes, des oeufs, du fromage, et même de la viande. La diversité est très importante car elle permet aux adhérents de l’AMAP de consommer une grande variété d’aliments, à l’agriculteur d’étendre la durée de la saison et de limiter les risques dus aux aléas climatiques et aux éventuels problèmes sanitaires. Pendant la saison, et ce de manière périodique – en général 1 fois par semaine –, le producteur met les produits frais à disposition des consommateurs, ce qui constitue leur panier. Le contenu de ce dernier dépend des produits arrivés à maturité. Il est possible, dans une certaine mesure, d’échanger les produits entre eux selon ses préférences. Contrairement à la grande distribution, les consommateurs en AMAP accordent moins d’importance à la standardisation des aliments : tout ce qui est produit est consommé ! Le groupe de consommateurs et l’agriculteur se mettent également d’accord sur les méthodes agronomiques à employer. Ces dernières s’inspirent de la charte de l’agriculture paysanne et du cahier des charges de l’agriculture biologique (les producteurs possèdent souvent le logo AB). En effet, les participants à l’AMAP recherchent des aliments sains, produits dans le respect de l’Homme, de la biodiversité et du rythme de la Nature. Les AMAP contribuent ainsi à la lutte contre les pollutions et les risques de l’agriculture industrielle, et favorisent une gestion responsable et partagée des biens communs. Derniers points de discussion préparatoire au lancement d’une AMAP : le prix du panier, le lieu et l’heure de la distribution périodique. Le prix du panier est fixé de manière équitable : il permet au producteur de couvrir ses frais de production et de dégager un revenu décent, tout en étant abordable par le consommateur. Quant au lieu de distribution, il peut s’agir soit de la ferme elle-même si les adhérents de l’AMAP vivent dans un périmètre proche de celle-ci, soit d’un point de chute situé en ville (maison de quartier, magasin d’alimentation spécialisé, cour d’immeuble…). Enfin, l’horaire est fixé de manière à convenir au plus grand nombre. Afin de permettre au producteur de se concentrer au mieux sur la qualité de son travail, un comité de bénévoles est formé parmi les consommateurs partenaires de l’AMAP. Il comprend en général un trésorier, un responsable de la communication interne, un responsable animation et un coordinateur bénévole.

Si vous souhaitez adhérer à une AMAP, consultez l’annuaire des AMAP sur le site www.reseau-amap.org afin de vérifier s’il en existe une près de chez vous. Si vous ne trouvez pas d’AMAP correspondant à vos besoins, créez-la !

 

Nassera GoreiniRecettes proposées par Nassera Goreini

Nassera Goreini, restauratrice de profession, est créatrice de saveurs orientales bio. Lauréate en 2008 du « réseau entreprendre », en 2009 lauréate Bio’Innov, et en 2010 lauréate Idéclic… elle crée une gamme de cornes de gazelle bio, garante d’une gourmandise artisanale, diététique, riche en parfums subtils et, en plus, garantie sans gluten par l’AFDIAG. Puis, elle lance une gamme traiteur de plats cuisinés orientaux biologiques, en proposant des tajines, couscous et thés verts à la menthe ; elle développe et commercialise la gamme Rose d’Or dans les réseaux des magasins spécialisés bio. Tél : 06 89 85 69 25 – contact@roseedorwww.roseedor.fr

Nous vous conseillons, pour cette recette, d’utiliser le poulet noir biologique de 91 jours d’élevage minimum, qui est le fleuron de l’entreprise Bodin « La volaille biologique ». Cette souche rustique, élevée en plein air et uniquement à partir d’aliments 100 % biologiques, présente un goût délicat et authentique comparable aux poulets élevés à l’ancienne. Poulet de gourmet pour les gourmands, son élevage traditionnel, son bien-être, sont des gages de qualité, dûment influencés par le climat océanique propre à son terroir. À noter que ce poulet a été récompensé au Concours Général Agricole de Paris par la Médaille d’Or dans la catégorie Poulet Biologique…

Couscous au poulet

couscousPour 4 à 6 personnes – Plat

  • 250 g d’oignons
  • 20 ml d’huile d’olive
  • 300 g de carottes
  • 250 g de navets
  • 300 g de chou-fleur
  • 50 g de céleri
  • 200 g de pois chiches trempés la veille ou en conserve en verre
  • Un joli poulet découpé en morceaux (2,5 kg)
  • 15 ml d’huile
  • 200 g de concentré de tomates
  • 3 l d’eau
  • 300 g de raisins secs
  • 5 g de graines de coriandre
  • 10 g de cumin
  • 10 tiges de coriandre fraîche
  • 150 g de beurre pour la graine de couscous
  • Sel, poivre
  • 1 kg de graine de couscous (de préférence la graine de couscous intégral moyenne de la marque de Priméal)

Versez 300 g d’eau froide sur 1 kg de graine de couscous. Travaillez la graine jusqu’à ce qu’elle ait absorbé toute l’eau et mettez à cuire à la vapeur 15 mn. Versez ensuite la graine dans un saladier et aérez-la avec 100 ml d’eau, puis remettez à cuire à la vapeur 10 mn. Vous n’aurez plus qu’à la servir beurrée et salée. Pour le confit d’oignons, dans une casserole à feu doux, faites dorer les oignons émincés avec 10 ml d’huile d’olive et ajoutez 1 c. à s. d’eau toutes les 5 mn pendant 15 mn. Laissez mijoter jusqu’à ce que les oignons soient fondus et dorés. Salez, poivrez, le confit est prêt. Ensuite, ajoutez la moitié du confit d’oignons et 10 ml d’huile d’olive avec les carottes en rondelles, les navets, le chou-fleur, les pois chiches et le céleri, puis les épices telles que le cumin et la coriandre en graines concassées. Salez, poivrez, ajoutez 25 cl d’eau et laissez mijoter à feu doux pendant 20 mn. Dans une poêle, avec 15 ml d’huile, faites revenir le poulet des 2 côtés et mettez-le à cuire à feu doux. Ajoutez tous les légumes avec le concentré de tomates. Laisser mijoter le tout 20 mn. Servez-le avec les raisins secs et le confit d’oignons restant. N’oubliez pas d’ajouter la coriandre fraîche ciselée juste avant de servir.

 

Tajine de fruits de mer

Pour 6 à 8 personnes – Plat

  • 6 gambas
  • 200 g de coques
  • 300 g de moules
  • 300 g de crevettes
  • 300 g de langoustines
  • 250 g d’oignons
  • 1 sucre
  • 20 ml d’huile d’olive
  • 1 tomate coupée en dés (hors saison, mettez une boîte de tomates pelées à la place)
  • 1 carotte
  • 1 poireau
  • 1 jus de citron
  • 10 g de cumin
  • 10 tiges de coriandre fraîche
  • Sel, poivre

Avant tout, le confit d’oignons : dans une casserole, faites dorer les oignons émincés à feu doux avec 10 ml d’huile d’olive et ajoutez, toutes les 5 mn pendant 15 mn, 1 c. à s. d’eau. Ajoutez 1 sucre et laissez mijoter jusqu’à ce que les oignons soient fondus et dorés. Salez, poivrez, le confit est prêt. Maintenant, ajoutez la moitié du confit d’oignons dans une casserole, les légumes coupés en dés, 10 ml d’huile d’olive, le cumin et 1 verre d’eau. Laissez mijoter pendant 15 mn et ajoutez ensuite les fruits de mer. Salez, poivrez et laissez mijoter à feu doux 15 mn. Enfin, 2 mn avant la fin de cuisson, ajoutez le restant du confit d’oignons mélangé avec le jus de citron, la coriandre fraîche ciselée et laissez mijoter le tout 5 mn.

 

Jocelyne GuyarderJocelyne pratique la naturopathie depuis 12 ans. Son objectif est d’effectuer un bilan de vitalité et de déterminer les causes qui ont engendré le déséquilibre du terrain dans l’apparition de la maladie pour laquelle les personnes viennent la voir. Les séances débouchent sur des conseils d’hygiène de vie et des soins qui revitalisent l’organisme, pour aider ces personnes à revenir vers la santé et les amener vers un mieux-être stable et durable. Son cabinet se trouve à St-Maurice-d’Ibie, en Ardèche, ainsi qu’à Guilherand-Granges, tout proche de Valence, dans un Centre de Soins où sont déjà installés des kiné, ostéopathe, sophrologue et acupuncteurs ; ce qui lui permet de pratiquer la naturopathie dans une complémentarité de techniques thérapeutiques. Complémentarité qui lui semble de plus en plus souhaitable en ces temps de troubles fonctionnels chroniques, où il est nécessaire d’agir à plusieurs niveaux. Fortement attachée à une mission de santé publique, elle anime également des conférences et des stages de naturopathie, cuisine saine et naturelle, massage bien-être et podoréflexologie. Pour plus de renseignements, vous pouvez aller sur son site jocelyneguyader-naturopathie.fr, ou la contacter au 04 75 37 39 94/06 66 81 29 40, ou par mail sur jocelyneguyader@orange.fr

par Jocelyne Guyader

L’alimentation revitalisante

L’expression « revitalisante » signifie permettre au corps et à la vitalité qui l’anime de faire le plein d’énergie.

Le but de la revitalisation est de Recharger l’organisme en énergie – Combler les carences pour que tous nos mécanismes internes aient à disposition l’ensemble des pièces dont ils ont besoin – Éliminer les surcharges qui entravent la bonne circulation vers les cellules des nutriments et la sortie des déchets. Et tout cela pour mener une vie en santé et harmonieuse à tous les stades de l’existence.

fotolia_42078051Retour aux bases

En naturopathie, l’alimentation vivante est quelque chose d’essentiel car c’est une alimentation qui permet de contrebalancer les déséquilibres engendrés par l’alimentation moderne, qui est trop raffinée et dévitalisée.

D’autre part, le manque de vitalité est devenu une véritable préoccupation. L’organisme semble manquer de ressources. Nombre de personnes sont en fatigue chronique. Comme si l’organisme n’arrivait plus à récupérer, à se recharger… parce que la qualité de vie s’est détériorée. Tout a changé :

  • La qualité de l’air, de l’eau.
  • La chimie, les médicaments, les vaccinations ; tout produit chimique affaiblit le système immunitaire.
  • Le bruit, les pollutions magnétiques des portables et des écrans.
  • Des contraintes de plus en plus dures et permanentes.
  • L’alimentation moderne est une alimentation dévitalisante car elle est trop riche en produits animaux, en graisses, en sucre et en excitants.

Et, en même temps, elle est appauvrie parce que les végétaux sont cultivés sur des terrains où la culture intensive a fait disparaître complètement ce que la terre pouvait contenir en minéraux et en vitamines. Et parce qu’ensuite, les aliments sont raffinés, donc encore appauvris et finalement parce qu’ils sont, la plupart du temps, transformés et cuits, ce qui finit d’en faire des aliments morts ; c’est-à-dire ne contenant quasiment plus rien en valeur nutritive.

Ces aliments morts n’apportant pas les éléments indispensables au bon fonctionnement des cellules, l’organise déclenche une demande supplémentaire en quantité pour obtenir l’indispensable, qui n’est parfois jamais obtenu. Et ce facteur est une source d’obésité, la quantité remplaçant la qualité.

Concrètement, qu’est-ce que l’alimentation revitalisante ?

Donc, une alimentation revitalisante est une alimentation qui a conservé tous ses nutriments essentiels. C’est une alimentation qui n’intoxique pas le corps ; tout en lui apportant ce dont il a besoin de façon équilibrée et facilement assimilable.

C’est une alimentation qui évite les carences, en conservant intacts les éléments vitaux des aliments : chlorophylle, enzymes, oxygène, phytohormones, antioxydants, phytonutriments, vitamines, minéraux, oligoéléments, pigments… qui ont tous un rôle à jouer au sein de notre organisme et sont des substances actives hautement assimilables, mais très fragiles. Ce qui permet à l’organisme de fonctionner de façon optimale et de lui donner une certaine résistance face aux contraintes de la vie moderne. C’est une alimentation qui renferme ses propres enzymes et est donc plus digeste ; contrairement aux aliments cuits, qui vont avoir besoin des enzymes de l’organisme pour être digérés. Ce qui fatigue l’organisme au moment de la digestion, d’où l’envie de faire la sieste après le repas. C’est une alimentation qui permet à l’organisme de se nettoyer et qui participe au renforcement des défenses naturelles et lui donne tous les éléments pour se guérir par lui-même. Tout simplement, aussi, parce que :

  • L’alimentation crue fait réapparaître peu à peu notre instinct alimentaire. Cet instinct nous indique les aliments dont notre corps a besoin à un moment donné. Suivre son instinct alimentaire est un excellent moyen pour ne pas laisser les habitudes ou des facteurs émotionnels interférer dans le choix des aliments.
  • Les aliments crus conservent leur saveur naturelle, qui est le plus souvent délicieuse. Ce qui permet de très peu les assaisonner.
  • Les aliments crus nous facilitent la vie puisqu’ils sont extrêmement simples et faciles à préparer.
  • De plus, ils sont économiques.

Il faut savoir que l’alimentation cuite met le système immunitaire en alerte permanente. Des expériences ont montré que commencer un repas par un aliment cuit entraîne une augmentation importante des globules blancs (qui interviennent normalement lors d’infections, d’allergie, etc.). Comme si le corps se sentait agressé par cet aliment et qu’il devait s’en défendre. Par contre, commencer le repas par un aliment cru n’entraîne qu’une augmentation très faible des globules blancs. Preuve que l’organisme reconnaît et accepte plus facilement une alimentation crue. D’où l’importance de toujours commencer les repas par des crudités.

Des scientifiques ont constaté que, pour sauvegarder le système immunitaire, il fallait que la ration alimentaire comporte 75 % de cru et 25 % de cuit. Si l’on passe à 30 % de cuit, le système immunitaire chute de 17 %, et, à 35 % de cuit, il chute de 48 %.

légumesComment la mettre en pratique ?

À force de vouloir faire compliqué, on oublie ce qui est simple. On oublie que la nature nous offre en permanence tous les éléments nécessaires pour garder ou retrouver cette énergie.

Il y a une chose à retenir. Tous les éléments nutritifs contenus dans les aliments fonctionnent en synergie. Ce qui veut dire qu’ils ont besoin les uns des autres. Ce n’est qu’en travaillant ensemble qu’ils peuvent effectuer les processus compliqués qui nous font vivre. Il faut repenser son alimentation sans en faire une triste corvée dénuée de tout plaisir gastronomique.

Tout le monde sait manger cru et vivant. C’est inné. Il ne s’agit pas de s’enfermer dans une sorte de monastère alimentaire en suivant des règles strictes. Cela doit rester un plaisir et une découverte constante.

Qu’il s’agisse des feuilles, des racines, des graines ou des fruits, les végétaux sont à la base de préparations culinaires de toutes sortes que l’on a déjà l’habitude d’utiliser, là il n’y a rien de compliqué. Il s’agit seulement que les préparations soient crues.

La variété est importante car elle permet d’éviter la monotonie et de manger tout le temps les mêmes aliments. Chaque aliment a des propriétés qui lui sont propres et apporte des nutriments différents. On a délaissé les amandes, noisettes, noix, qui constituent pourtant des aliments énergétiques de grande valeur par leur richesse en protéines, en glucides et en minéraux. De même, les céréales complètes et les légumineuses, qui fournissent au corps une énergie régulière sans fatiguer le foie ni le pancréas, et qui apportent du magnésium et des vitamines du groupe B. On a délaissé les sucres revitalisants, comme les fruits séchés, riches en vitamines et en minéraux.

La meilleure manière de commencer à manger « vivant » pour les personnes qui n’ont pas l’habitude est d’intégrer progressivement ces nouveaux aliments, tout simplement en diminuant la quantité d’aliments cuits et en augmentant la quantité d’aliments crus. Tout le monde a ressenti les désagréments causés par une mauvaise alimentation (lourdeur, fatigue, maux de tête, indigestion, embonpoint). Dans le sens inverse, les effets bénéfiques d’une alimentation saine sont tout aussi palpables, cela ne marche pas que dans un sens !

Alors, faites l’expérience d’une cure d’aliments crus, jusqu’à ce que vous vous sentiez en pleine forme. Vous pourrez ensuite recommencer à manger des aliments différents, tout en restant attentif cette fois-ci à garder une proportion suffisante d’aliment vivants. Vous pourrez aussi, ce qui est plus facile pour certains, avoir des périodes pendant lesquelles vous mangez ce que vous voulez, en alternance avec des cures d’aliments vivants afin de maintenir votre équilibre.

 


 

Le chanvre, attention, c’est bon !!! c’est bon !!!

chanvreÀ la rédaction des emplumés, nous avons réuni toutes les chouettes de la famille et nous nous sommes dit qu’il était plus que temps de corriger cette absurde réputation à laquelle le chanvre doit aujourd’hui faire face. Car non, le chanvre n’est pas une plante néfaste, que ce soit pour nous ou pour la planète, bien au contraire ! Nous nous sommes donc dit que, pour lutter contre cette ignorance collective, la meilleure solution était de faire parler ceux qui la connaissent le mieux : les chanvriers !

C’est ainsi que vous allez avoir le plaisir de découvrir, au fil des numéros, ces hommes et femmes qui se battent pour que le plus grand nombre connaisse le plaisir de profiter de cette légendaire petite plante ! Chacun à leur manière, ils nous feront partager leurs avis et connaissances sur la question.

Pour ce 1er chapitre, nous avons donné la parole à Christophe Latouche, artisan chanvrier depuis 1998, spécialisé dans la transformation de la graine de chanvre biologique depuis 2002 et gérant de la SARL L Chanvre : Chanvre Biologique produit et transformé en France – 22480 LANRIVAIN – 02 96 36 57 12 – www.lchanvre.com

chanvre2

Cher Christophe, la parole est à toi !

Chanvriers depuis plus de 15 ans pour certains d’entre nous, nous allons tenter, malgré tout ce que l’on entend sur le chanvre, de redonner à cette plante incroyable ses lettres de noblesse. Car, justement !… Incroyable, c’est le mot.

Qui pourrait croire, par les temps qui courent, que l’on puisse continuer de jeter l’opprobre sur une plante 70 fois moins polluante que le coton, 10 à 15 fois plus productive en pâte a papier que ses concurrents, qui produit une graine contenant le même type de protéine que les matières animales telles que l’oeuf (9 acides aminés essentiels) directement assimilable par l’organisme et qui, pour faire court, peut se transformer en l’une des huiles les plus riches en omégas 3 et 6 ? La réponse est dans la question ! Ou peut-être est-ce parce que son nom botanique est cannabis sativa ? Nous aurons, je pense, l’occasion d’en reparler dans un prochain billet…

Aujourd’hui, j’ai envie de vous faire partager notre passion pour la filière chanvre au travers d’un produit que nous avons mis au point en 2005 et qui a un énorme succès auprès de beaucoup d’entre vous.

La graine de chanvre fraîche décortiquée

La graine de chanvreComme je vous comprends, un pur bonheur, la quintessence même de la graine ! En effet, après quelques secondes, on commence à percevoir ce petit goût assez indescriptible, au début de noisette ou pignon de pin pour certains, plutôt noix ou amande pour d’autres…

Concrètement, après avoir débarrassé l’amande de chanvre de son enveloppe dure, elle peut enfin livrer à vos sens tous ses parfums sans avoir été amputée d’aucune de ses propriétés diététiques, puisque ce n’est ni une céréale ni une graminée, mais bien une petite noisette : un protéo-oleagineux.

Ainsi, quand nous décortiquons la graine de chanvre, au lieu de l’appauvrir, nous concentrons les éléments, ce qui en fait un aliment au moins 3 fois plus complet que le soja en valeur nutritionnelle additionnée, notamment grâce à l’huile qu’elle contient, essentiellement constituée d’omégas 3 et 6 !

À ce titre, la graine est d’ailleurs recommandée pour certains problèmes circulatoires puisque son huile participe très activement au bon fonctionnement du système cardiovasculaire (77 % d’omégas 3 et 6). Mais, attention, la graine de chanvre n’est pas un médicament.

Apprenons à en apprécier son goût sur nos salades vertes ou composées, une petite mâche nantaise, une salade de pissenlits ou d’épinards frais, sur des carottes, betteraves rouges, choux rouges… mais, également, sur des lasagnes végétariennes après cuisson ou des fromages de chèvre chauds sur une tarte aux légumes. Attention les gourmands, vous en mettrez aussi sur vos laitages, fromages blancs, salades de fruits et mueslis, petits déjeuners aux fruits (Miam-ô-fruit, par exemple), tartes tatin ou aux poires (après cuisson ou juste au dernier moment pour le goût plus prononcé de noisette), profiteroles, glaces, etc.

Bref, les amateurs vont pouvoir se lâcher. Et sans arrière-pensée puisque les sportifs de haut niveau en consomment aussi !

Pour ce qui est de la technique de fabrication, nous ne donnerons pas un détail précis car nous avons mis le matériel au point et sommes (à notre connaissance) les seuls fabricants français de graines décortiquées. Mais nous vous assurons que, durant le processus – strictement mécanique –, la graine ne subit aucun traitement chimique, aucune température de cuisson ou n’importe quel procédé susceptible d’altérer ses qualités premières.

Un repas à la graine de chanvre décortiquée

D’abord, un petit chèvre chaud sur un lit de 3 salades – mâche, pissenlits et épinards –, saupoudré de graines de chanvre décortiquées préalablement séchées à la poêle et parfumées de sel aux herbes. Le chèvre est rôti sur un toast avec de l’olive, mais agrémenté d’un filet d’huile de chanvre.

Ensuite, un couscous servi avec une semoule dans laquelle on aura mélangé la graine décortiquée à raison d’½ c. à s. par portion.

Et, pour finir, au choix, une faisselle de fromage frais non battu, nappée d’un coulis de framboise et saupoudrée de graines décortiquées, ou une ½ poire au sirop sauce chocolat, blanchie de graines décortiquées.

Curieux d’en savoir plus ? Venez à notre rencontre, nous vous ferons partager notre passion ! Sur les salons, sur le net, ou même par le courrier des lecteurs, auquel nous répondrons avec plaisir ! Car, aujourd’hui, faire de l’écologie sans chanvre, c’est comme faire du vélo sans bicyclette. Alors, venez vite apprendre à en faire sans roulettes !

 


 

Rubrik' à Trucs

 

ailFini les odeurs d’ail

L’ail est un aliment qui possède bien des vertus ! Le seul truc, c’est qu’il sent fort et qu’il est difficile d’en enlever l’odeur sur ses mains. Pour y remédier, frottez simplement vos doigts sous l’eau et contre la partie non tranchante d’une lame en acier.

Source : www.comment-economiser.fr

 

Un frigo désodorisé

bouchonsPour éviter que les mauvaises odeurs envahissent votre frigo, placez-y quelques bouchons de liège : ils absorberont les effluves désagréables. Vous pouvez aussi y déposer un verre de lait ou encore une coupelle avec 2 c. à s. de café moulu. C’est tout aussi efficace.

Source : www.astussima.com

 

 

Contre les mites des céréales

miteLorsque l’humidité envahit vos farines, des petits insectes apparaissent : les mites des céréales. Celles-ci n’écloront jamais si vous conservez vos farines dans un bocal hermétique et si vous mettez quelques gros clous neufs. Attention, vérifiez régulièrement que les clous ne rouillent pas car ils contamineraient vos farines !

Source : www.astussima.com

 

Des champignons séchés à souhait

champignonPour sécher le mieux possible des champignons, commencez par les ramasser par temps sec pour éviter qu’ils ne pourrissent à cause de l’humidité. Ensuite, coupez-les en fines lamelles puis enfilez-les à l’aide d’une ficelle que vous suspendrez dans un lieu sec et chaud. Enfin, conservez-les dans des bocaux hermétiques. Vous ne serez pas déçu du résultat !

Source : www.astussima.com

 

cassisUne vinaigrette qui change de l’ordinaire

Pour changer un peu de la vinaigrette classique qui accompagne vos salades, vous pouvez y ajouter un peu de yaourt, du jus de citron ou encore du jus d’orange. Les baies de cassis sont aussi excellentes et donnent beaucoup d’originalité à votre salade !

Source : www.trucsdegrandmere.com

 

Une moutarde toujours fraîche

citronLorsque l’on utilise de la moutarde, il arrive souvent qu’elle se dessèche. Pour éviter cela, coupez un quartier de citron et mettez-le sous le couvercle du bocal de moutarde.

Source : www.trucsdegrandmere.com

 

 

oeufsDes oeufs en neige bien ferme

Certaines préparations de desserts demandent que les oeufs en neige restent bien fermes. Pour cela, il vous suffit de rajouter une petite pincée de sel à la préparation avant de les monter.

Source : www.trucsdegrandmere.com

 

Fini les odeurs de cuisine

girofleC’est toujours agréable de préparer de bons petits plats, mais l’inconvénient, c’est que quand on n’a pas de hotte aspirante, les mauvaises odeurs se répandent dans la maison. Pour éviter que cela ne se produise, mettez juste quelques clous de girofles dans un bol d’eau bouillante, et placez-le dans votre cuisine pendant 15 mn après la préparation de votre repas.

Source : www.astyouce.fr

 


 

Eco livres

La cuisine du coeur
La cuisine du coeurde Michel Fischbach, Michel Portos et Nicolas Magie

Et si nous parlions cuisine différemment ? Michel Fischbach et 2 chefs étoilés nous invitent à découvrir comment élaborer des recettes gourmandes et respectueuses de notre coeur. Après avoir rappelé les notions essentielles de l’hygiène de vie, passé en revue les défauts de notre alimentation, ils nous conduisent droit vers une gastronomie où la santé est bel et bien dans l’assiette. Nicolas Magie et Michel Portos nous livrent plus de 40 recettes à faire frémir nos papilles et mettre nos sens en éveil. Une seule vérité : il faut que la cuisine du coeur rime avec bonheur !

Éditions Féret – 138 pages – 19,80 €

 

Crêpes bio, c’est party !Crêpes bio, c’est party !
de Clémence Catz

De la farine blanche, des oeufs, du lait… Vous avez réuni tous les ingrédients pour votre soirée crêpes ? Très bien. Remettezles au placard et sortez maintenant votre arsenal bio-alternatif : farines complètes et/ou sans gluten, purées d’oléagineux, laits végétaux, sucres naturels, huiles essentielles… Des crêpes santé, sans gluten, sans oeufs ou sans lait de vache, c’est possible, et ça ouvre grand les portes à notre imagination débordante. Démonstration en 31 recettes salées ou sucrées, pour les petites comme pour les grandes occasions : • Blinis de soja vert à la coriandre • Petites crêpes aux flocons de quinoa • Crêpes au lait d’amande et crème de poires au gingembre confit • Mille-feuille de crêpes façon tiramisu… Vous ne verrez plus les crêpes de la même façon !

Éditions La Plage – 72 pages – 9,95 €

 

Je cultive pois, fèves, haricots
Je cultive pois, fèves, haricotsde Blaise Leclerc

Si les légumineuses sont des plantes fabuleuses, c’est qu’elles n’épuisent pas le sol, bien au contraire. Elles transforment l’azote de l’air en fertilisant naturel et gratuit. Fève, haricot, pois chiche, petit pois… Cet ouvrage indique aux jardiniers comment les choisir, les planter, les cultiver, les conserver et même produire leurs propres graines. Très riches en protéines, les légumineuses constituent aussi une alternative économique aux protéines animales. Bonnes pour la santé, faciles à cultiver, agréables à cuisiner, autant de bonnes raisons pour les inviter au potager.

Éditions Terre Vivante – 96 pages – 12 €

 

Les algues, nos alliées santé et beauté, 45 soins et recettes gourmandes
Les algues, nos alliées santé et beautéde Sylvie Hampikian, Amandine Geers et Olivier Degorce

Dans cet ouvrage, vous découvrirez les fantastiques vertus santé et beauté des algues marines et des micro-algues. Sources très complètes de nutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments, protéines…), les algues ont des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, détoxifiantes, anticancéreuses… Chlorelle, spiruline, wakamé… chaque algue est classée par fiche détaillant son origine, son intérêt nutritionnel, son effet sur la santé, puis des recettes de soins et de cuisine. Côté soins, vous découvrirez comment réaliser : bains et cataplasmes reminéralisants ou amincissants, masques hydratants, lotions pour les cheveux… Côté cuisine, les auteurs convient les algues dans nos assiettes pour leur saveur ou leur incroyable pouvoir gélifiant (comme celui de l’agar-agar par exemple) avec une trentaine de recettes gourmandes !

Édition Terre Vivante – 160 pages – 17 €

 

Cuisinez gourmand sans gluten, sans lait, sans oeufs…
Cuisinez gourmand sans glutende Valérie Cupillard

Comment préparer un gâteau sans gluten, une mayonnaise ou une mousse au chocolat sans oeufs, un cake sans farine de blé ? Cuisiner autrement quand on est allergique et gourmand… c’est possible ! Vous êtes intolérant au gluten ? Vous êtes allergique aux oeufs, au soja ou aux arachides ? Vous voulez consommer moins de lait ? Réapprenez les recettes de base qui vous serviront tous les jours, du pain à la pâte à crêpes, de la sauce béchamel à la crème pâtissière. Découvrez des recettes inédites, de la quiche à la pizza, des cookies à la tarte au citron, en passant par les desserts de fêtes ou le petit déjeuner, pour une cuisine saine qui conviendra à toute la famille.

Prat Éditions – 366 pages – 22 €

 


 

Zoom sur l’huile de pépins de raisin

En matière de cuisine, l’huile de pépins de raisin convient parfaitement pour toutes les cuissons à chaud comme à froid. C’est une huile stable, qui ne se dénature pas lorsqu’on la chauffe, et qui résiste très bien à la chaleur, ce qui la rend parfaite pour les fritures. Sa richesse en acide linoléique lui confère une qualité nutritionnelle très intéressante, notamment ses propriétés anti-cholestérol et sa contribution dans la prévention des maladies cardio-vasculaires. Riche en acides gras, elle possède également un bon apport en protéines, en minéraux ainsi qu’en vitamines (dont notamment la vitamine E). De couleur jaune vert, l’huile de pépins de raisin s’obtient suite à une longue procédure. Les pépins qui viennent des distilleries sont d’abord séchés, puis ils sont pressés afin d’obtenir des pellets. C’est à partir de ces pellets qu’une huile est isolée par solvant. À la fin, un raffinage est obligatoire afin d’éliminer ou de réduire les phospholipides, les pigments ainsi que les acides gras libres. En général, la plus grande qualité de l’huile de Pépins de Raisin réside en sa caractéristique anti-cholestérol. Concernant les modes d’utilisation de l’huile de Pépins de Raisin bio, il est conseillé de l’utiliser à froid pour des plats à régime diététique tels que les salades ou les crudités en vinaigrette.

 


 

Médaillons de Saint-Jacques et Raviolis « Saumon & Wakamé »

  • Médaillons de Saint-Jacques et Raviolis 1 sachet de raviolis Saumon & Wakamé
  • 3 coquilles Saint-Jacques/personne
  • 3 crevettes/personne
  • 50 g de beurre
  • 4 cl de vin blanc
  • Sel, poivre
  • Huile d’olive
  • Safran ou curry (facultatif)
  • 1 jus de citron
  • 2 oranges
  • 1 c. à s. de miel

Épluchez les oranges à vif, détachez-en les segments à l’aide d’un couteau bien aiguisé et pressez le restant des oranges pour en extraire le jus. Ajoutez un filet de jus de citron. Ôtez au maximum le blanc de la peau et conservez 4 à 5 morceaux de zeste. Réalisez une fine julienne avec ces zestes que vous ferez bouillir à 3 reprises (départ eau froide). À la quatrième eau, ajoutez 1 c. à s. de miel et faites confire à petit feu environ 20 mn. Reprenez les jus d’oranges pressées, les 4 cl de vin blanc, la pincée de sel et de poivre et faites réduire, puis ajoutez 50 g de beurre dans la réduction afin de lier la sauce. Vous pouvez ajouter un soupçon de pistil de safran ou de curry, la préparation devant napper le dos de la cuillère. Dans le même temps, faites cuire les raviolis Saumon & Wakamé dans l’eau bouillante 5 à 7 mn, égouttez-les et arrosez-les d’huile d’olive. Piquez les crevettes sur des piques à cocktail en bois (une par pique) et faites-les sauter à l’huile d’olive avec les coquilles Saint-Jacques. Dressez le tout sur l’assiette en piquant la crevette sur l’orange et la Saint-Jacques. Ajoutez un peu d’algues en lamelles fines et le zeste d’oranges. Nappez de la réduction et dégustez !

Source : www.coquelicot-provence.fr

 


 

Sans gluten : Pizza ratatouille et lardons

Préparation 15 mn – Cuisson : 15 mn

  • pizza1 pâte à pizza Nature & Cie
  • 100 g de ratatouille ou mélange de légumes maison
  • 50 g de lardons
  • 50 g d’emmental
  • Quelques feuilles de basilic
  • Un peu de farine sans gluten

Faites décongeler durant environ 1 h 30 la pâte à pizza Nature & Cie à température ambiante. Enlevez la plaque du four. Préchauffez le four à 210 °C (th. 8). Recouvrez la plaque du four de papier cuisson et formez une boule avec la pâte. Avant de l’étaler au rouleau, farinez dessus et dessous avec de la farine sans gluten. Garnissez avec la ratatouille ou le mélange de légumes maison, les lardons, l’emmental et le basilic haché. Enfournez la pizza pendant 15 mn et dégustez ! Bon à savoir : Pour faciliter la cuisson de la pâte à pizza, faites-la précuire quelques minutes avant le garnissage.

Source : www.nature-et-cie.fr

 


 

Îles flottantes à la lavande

  • Iles-flottantes-Fotolia6 oeufs
  • ½ litre de lait
  • 110 g de sucre + 50 g pour le caramel
  • Une gousse de vanille, ou de l’essence de vanille
  • 2 gouttes d’huile essentielle de lavande Body Nature
  • Une pincée de sel

Faites bouillir le lait avec la vanille (si c’est une gousse, laissez infuser 5 mn hors du feu). Séparez les jaunes d’oeufs et les blancs. Fouettez 80 g de sucre et les jaunes jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez- y le lait chaud et remettez sur feu doux pour faire épaissir la crème. Mélangez sans arrêt avec une cuillère en bois, sans faire bouillir la crème. Ajoutez les 2 gouttes de lavande. La crème est prise lorsque la mousse blanche en surface disparaît. Placez-la au frais dehors, puis dans votre réfrigérateur lorsqu’elle a refroidi. Dans une grande casserole, mettez 2 l d’eau à bouillir. Montez les blancs en neige avec une pincée de sel et ajoutez doucement 30 g de sucre. Faites cuire des « boules » d’oeufs en neige dans l’eau bouillante. Après 1 mn, égouttez-les sur du papier absorbant. Faites un caramel blond avec le sucre restant, un filet de citron et 2 c. à s. d’eau. Disposez la crème dans des ramequins transparents. Déposez-y les blancs et décorez avec le caramel. Un petit air de Provence flotte sur ces îles !

Source : www.body-nature.fr

 


 

Spécial Pâques

Des idées pour la friture de Pâques

Facon-chocolat2En utilisant directement un chocolat de couverture (minimum 60 % de cacao), vous évitez l’opération de tempérage indispensable à la préparation d’un bon chocolat, lisse, fin et brillant. L’utilisation du micro-ondes permet de fondre le chocolat de couverture juste à la bonne température (32 °C exactement pour du chocolat noir) : faites fondre (sans eau !) à 500/600 W pendant juste 1 mn, sortez, mélangez, remettez à fondre max 1 mn, ainsi de suite jusqu’à fonte complète. Le chocolat est prêt ! Remplissez la plaque des moules soit avec une poche à douille (plus précis), soit à la louche. Tapotez la plaque sur la table pour faire sortir les éventuelles bulles d’air. Raclez bien la plaque à la spatule pour enlever tous les débordements de chocolat. Laissez le chocolat bloquer à température ambiante, pas besoin de froid (à condition que la température de la pièce n’excède pas 20 °C !) Démoulez, c’est prêt ! Vous pouvez éventuellement décorer ensuite au pinceau, trempé dans du chocolat blanc fondu.

 

Facon-chocolat1Pâques 2013 : Façon Chocolat

vous propose une large gamme de chocolats noirs
100% bio, sans lécithine

Petits oeufs au praliné noisette (fondant ou croquant), ou bien aux fruits, en sachets ou en petites barquettes colorées, friture chocolat noir ou en mélange avec de délicieux grains d’écorce d’orange ou encore de jolis paniers remplis de rochers aux parfums divers et beaucoup d’autres choses encore ! Vente en ligne, tarifs pro. Chartre Nature et Progrès Certification Ecocert

Façon Chocolat – Atelier/Musée/Boutique – 32 rue Archinard 26400 Crest – 04 75 25 01 94 – www.faconchocolat.fr

 

Cookies des Incas

Pour 12 gros cookies

  • Saldac100 g de beurre
  • 100 g de sucre Panela*
  • 1 gousse de vanille
  • 1 oeuf
  • 140 g de farine d’amarante*
  • 1 pincée de sel
  • 100 g de chocolat noir 70 % El Inti*
  • 40 g de papaye sylvestre confite*

* produits proposés par Saldac

Dans un saladier, mélangez le beurre ramolli (pas fondu) avec le sucre et les petites graines de la gousse de vanille. Rajoutez l’oeuf, mélangez de nouveau, incorporez le sel et la farine, malaxer la pâte pour obtenir une consistance homogène. Cassez le chocolat en petits bouts avec un couteau, mélangez les morceaux à la pâte, mettez au frigo 45 mn. Préchauffez le four à 180 °C. Sur une plaque de cuisson recouverte d’un papier anti-adhérent, déposez des petites boules de pâte à l’aide d’une cuillère (de la taille d’une noix). Aplatissez un peu et rajoutez sur le dessus la papaye confite coupée en petits morceaux. Faites cuire 10 mn, laissez refroidir un peu avant de décoller les cookies.

Source : www.saldac.com

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.