Cuisine & Recettes

L’écolomag N° 46

Cuisiner les huiles essentielles…
c’est facile !

Les Cristaux d’Huiles Essentielles permettent d’utiliser les huiles essentielles en cuisine de manière très simple et économique. 100 % biologiques, ils sont composés de pulpe d’agave cristallisée imprégnée d’huiles essentielles. Il suffit d’à peine quelques versées pour donner un goût intense à vos plats salés, sucrés, sauces et, même, vos boissons ! 25 saveurs à découvrir en magasin et sur : www.cristauxdhuilesessentielles.com

Kiwis au gingembre

kiwiPour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn – Difficulté : 1

  • 6 kiwis
  • 6 c. à c. de sucre en poudre
  • 6 versées de Cristaux d’Huiles Essentielles de Gingembre

Photo : © Paty Wingrove

cristaux-gingembrePelez et coupez les kiwis en rondelles. Saupoudrez-les avec les Cristaux d’Huiles Essentielles de Gingembre. Ajoutez le sucre et mélangez. Réservez 1 h au frais avant de servir.

Frittata oignon et aneth

FrittataPour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn – Cuisson : 20 mn – Difficulté : 1

  • 8 oeufs
  • 125 ml de lait
  • 1 c. à s. d’huile végétale
  • 1 oignon
  • 1 tasse de croûtons
  • 1 c. à s. de moutarde
  • Sel et poivre
  • 4 versées de Cristaux d’Huiles Essentielles Aneth

Photo : © Marco Mayer

cristaux-anethDans une poêle, faites chauffer l’huile à feu moyen. Ajoutez l’oignon préalablement épluché et tranché finement. Laissez cuire jusqu’à ce qu’il soit doré et parsemez les croûtons. Dans un bol, mélangez les oeufs, le lait, la moutarde, le sel, le poivre et les Cristaux d’Huiles Essentielles Aneth. Versez la préparation dans la poêle et mélangez délicatement. Couvrez et faites cuire à feu doux pendant 20 mn. Lorsque la frittata est prise, servez aussitôt.

Crème de petits pois aux baies roses

creme-petits-poisPour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 30 mn – Cuisson : 15 mn – Difficulté : 1

  • 400 g de petits pois frais
  • 1 oignon
  • 1 oignon nouveau
  • 100 g de crème fraîche épaisse
  • 15 cl de crème liquide
  • 1 tablette de bouillon
  • 1 morceau de sucre
  • 4 versées de Cristaux d’Huiles Essentielles Baies roses
  • 2 c. à s. de gros sel
  • Sel, poivre

Photo : © Koss13

cristaux-baie-rosesFaites dissoudre la tablette de bouillon dans 30 cl d’eau chaude. Fouettez la crème liquide très froide en chantilly et réservez-la au réfrigérateur. Écossez les petits pois. Épluchez et émincez les oignons. Plongez les légumes dans 2 l d’eau bouillante avec le gros sel. Laissez bouillir à découvert pendant 10 mn. Entre temps, préparez un saladier et des glaçons. Égouttez rapidement les légumes et plongez- les pendant 5 mn dans de l’eau glacée pour arrêter la cuisson. Égouttez-les à nouveau et passezles au moulin à légumes. Recueillez la purée dans une casserole. Ajoutez le bouillon, la crème fraîche épaisse et le sucre. Poivrez et portez à ébullition. Ajoutez 3 c. à s. de crème chantilly et les Cristaux d’Huiles Essentielles Baies roses, puis fouettez quelques secondes. Si besoin, rectifiez l’assaisonnement. Servez accompagné de chantilly.

Pavés de saumon parfumés à la sauge

saumon-saugePour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn – Cuisson : 15 mn – Difficulté : 1

  • 4 pavés de saumon frais
  • 2 c. à s. de farine
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 60 g beurre doux
  • 4 versées de Cristaux d’Huiles Essentielles de Sauge

Photo : © Marco Mayer

cristaux-saugeRecouvrez les pavés de saumon de chaque côté avec la farine. Dans une poêle, versez l’huile d’olive et déposez les pavés de saumon. Laissez cuire à feu doux en les retournant à mi-cuisson jusqu’à ce que les pavés soient bien dorés. Dans une petite casserole, faites fondre le beurre et ajoutez les Cristaux d’Huiles Essentielles de Sauge. Remuez bien. Disposez les pavés de saumon dans les assiettes et arrosez-les avec le beurre à la sauge.


Le pollen cru : comment le consommer ?

Le pollen cru, cet aliment naturel, vivant, non transformé, fait souvent soulever des questions concernant son mode de consommation, car son aspect de graines met parfois dans l’embarras les personnes qui en font la découverte.

Déjà du fait d’être un produit qui peut subir des cycles de congélation-décongélation répétés, il provoque plus d’une fois l’étonnement. Et, à vrai dire, il y a de quoi s’étonner car le pollen – la cellule fécondante des fleurs que les abeilles butinent – présente une richesse nutritionnelle sans pareille dans le monde végétal : ferments lactiques (qui sont très intéressants pour la flore intestinale), fibres, vitamines, oligoéléments, substances antioxydantes. Voilà une heureuse rencontre… Comment donc consommer ce produit pour tirer profit au maximum de ses vertus ? Grâce à sa texture fondante et à ses saveurs agréables, qui diffèrent pourtant d’une variété à l’autre, le pollen peut être consommé nature, à jeun avant le petit déjeuner, ce qui peut entraîner une action plus intense sur le transit intestinal.

Pourtant, pour les personnes ayant une certaine sensibilité stomacale, ou même pour rendre le pollen encore plus digeste, des mélanges avec d’autres aliments peuvent s’avérer utiles, notamment avec des fruits, du yaourt, de la compote, voire des céréales, du lait de soja ou d’amande. Ces associations présentent de fortes synergies et constituent un petit déjeuner complet, qui est capable de fournir l’énergie nécessaire avant le repas du midi, pour un excellent tonus et une bonne immunité. Il suffit donc de trouver la bonne recette qui vous permettra d’apporter à votre organisme les nutriments nécessaires, tout en vous procurant un véritable plaisir gustatif !

www.abeille-heureuse.fr

par Amandine Geers et Olivier Degorce

Auteurs de livre cuisine bio, chroniqueurs en écologie, Amandine et Olivier ont créé il y a 10 ans What’s for dinner, une association engagée privilégiant les échanges sur les questions d’alimentation et d’écologie. Pour découvrir les programmes et les dates des prochains ateliers de cuisine bio d’Amandine rendez-vous sur whats-for-dinner.info et Facebook (Amandine Geers).

livre-cuisine-saine

Recettes extraites du livre
Le guide Terre vivante de la cuisine saine et gourmande –
1000 recettes pour tous les jours
aux éditions Terre vivante.

Tarte de carottes et graines de tournesol

Pour 4-6 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn (+ 10 mn pour la pâte et 1 h de repos) – Cuisson : 40 mn – Difficulté : 1

  • Tarte-carottes1 kg de carottes râpées
  • 300 ml de lait de soja
  • 1 oeuf
  • 100 à 150 g de graines de tournesol grillées à sec dans une poêle
  • Pâte à tarte :
  • 250 g de farine (blé, kamut, épeautre)
  • 1 poignée de petits flocons d’avoine
  • 2 c. à c. d’herbes de Provence
  • ½ c. à c. de sel
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • Eau

Préparez la pâte en mélangeant tous les ingrédients à la fourchette, puis formez une boule en ajoutant un peu d’eau. Laissez reposez à température ambiante. Pendant ce temps, préparez les carottes. Faites-les cuire dans une poêle à feu doux avec un fond d’eau, à couvert. Dans un bol, mélangez le lait de soja et l’oeuf. Foncez le plat à tarte avec la pâte et répartissez dessus le contenu du bol, puis ajoutez les carottes. Faites cuire pendant environ 30 mn à 150 °C (th. 5). À la sortie du four, répartissez les graines sur la tarte.

Terrine de fanes aux flocons

Voici la recette idéale pour valoriser les fanes, moins présentables, mais aussi toutes sortes d’épluchures (carottes, courgettes), le vert inutilisé des poireaux, les feuilles extérieures des choux-fleurs ou le vert du céleri.

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn – Cuisson : 45 à 55 mn – Difficulté : 1

  • Terrine-fanesUn saladier de fanes diverses, de verdure et d’épluchures
  • 1 petit verre de flocons de riz (ou quinoa, azukis ou autres)
  • 2 oeufs
  • 2 gousses d’ail ou 2 tiges d’ail vert
  • 4 c. à s. de levure de bière (levure maltée)
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 peu de lait de soja (environ 50 ml)
  • 1 poignée de noix de cajou ou 2 c. à s. de purée de noix de cajou
  • Sel et poivre

Nettoyez les fanes. Les épluchures devant être déjà propres, repassez- les rapidement sous l’eau. Hachez la verdure, les fanes et les épluchures dans un robot ou à l’aide d’un grand couteau. Faites-les revenir dans un faitout avec l’huile d’olive. Salez, poivrez, ajoutez l’ail vert ciselé ou les gousses écrasées et les noix de cajou. Poursuivez la cuisson 5 mn. Ajoutez les flocons. Mélangez bien. Battez les oeufs dans un saladier avec 50 ml de lait de soja et un peu d’huile d’olive. Préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Versez le contenu de la poêle dans le saladier. Ajoutez la levure de bière. Rectifiez la texture en ajoutant un peu de lait de soja ou de flocons selon qu’elle est trop sèche ou trop liquide. Mélangez soigneusement. Graissez un plat à terrine avec de l’huile d’olive. Versez la préparation et cuisez 35 à 45 mn. Attendez le refroidissement avant de démouler. Cette terrine peut se déguster très fraîche, avec une petite sauce froide relevée d’ail (concassée de tomates, crème végétale fouettée, tapenade…).

Omelette aux verts d’oignons

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn – Cuisson : 5 à 7 mn – Difficulté : 1

  • Omelette-oignons6 oeufs
  • 1 verre de lait de soja
  • 2 ou 3 oignons fanes
  • 1 c. à c. d’arrow-root (facultatif)
  • Huile d’olive
  • Sel et poivre

Lavez les oignons et coupez-les finement. À l’aide d’un fouet, battez les oeufs énergiquement dans un saladier jusqu’à ce qu’ils deviennent mousseux. Salez et poivrez et ajoutez le lait de soja. Incorporez l’arrow-root pour une consistance un peu plus dense et moelleuse. Faites chauffer doucement une poêle légèrement huilée. Versez les oeufs battus et laissez l’omelette cuire 2 mn. Dispersez les oignons sur le dessus de l’omelette et posez un couvercle. Poursuivez jusqu’à la cuisson désirée : baveuse ou bien cuite. Pour une omette bien cuite, retournez-la en fin de cuisson. Servez aussitôt avec une bonne salade verte.

Gâteau au chocolat et aux canneberges

Pour 8 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn – Cuisson : 30 mn – Difficulté : 1

  • Gateau-chocolat180 g de farine
  • 130 g de sucre complet
  • 70 g de chocolat noir en morceaux
  • 3 oeufs
  • 70 g de canneberges
  • 50 ml d’huile d’olive
  • 1 sachet de poudre à lever
  • 1 c. à c. rase de poivre moulu
  • Huile d’olive pour graisser le moule

Dans un saladier, battez énergiquement les oeufs avec le sucre et le poivre jusqu’à obtenir un mélange mousseux. Faites fondre le chocolat dans une petite casserole avec quelques cuillères d’eau. Ajoutez le chocolat fondu au saladier, ainsi que l’huile d’olive. Ajoutez enfin la farine tamisée et la poudre à lever. Une fois le mélange homogène, intégrez les canneberges. Versez la préparation dans une moule à cake huilé et faites cuire environ 30 mn dans un four préchauffé à 180 °C (th. 6). Vérifiez la cuisson en piquant le gâteau en son centre avec la pointe d’un couteau. Elle doit ressortir propre.

Variantes : Vous pouvez aussi réaliser ce gâteau dans des petits moules individuels, en diminuant la cuisson de 10 mn. Autre variante, remplacez les canneberges par des raisins secs.

Photos : © Olivier Degorce

Livre

Je cuisine les plantes sauvages
livre-je-cuisine-les-plantes-sauvagesd’Amandine Geers et Olivier Degorce

50 recettes pour accommoder mes cueillettes

Observer, récolter, cuisiner ! Amandine Geers et Olivier Degorce présentent 24 plantes sauvages comestibles : plantain, pourpier, ail des ours, lierre, menthe, amarante, etc. Elles ont été sélectionnées pour leur identification facile. Les nombreuses illustrations permettent de les reconnaître afin de les récolter sans risque dans la nature. Les auteurs rappellent leurs vertus et donnent des conseils de cueillette. 50 recettes, salées et sucrées, prolongeront vos balades jusque dans l’assiette !

En librairie le 24 avril – Éditions Terre vivante – 144 pages – 12 €

4 recettes au seitan !

soy-seitan

Découvrez le seitan, une spécialité 100 % végétale, riche en protéines et pauvre en matière grasse. Le seitan constitue ainsi la base d’un repas complet et équilibré, et s’intégrera facilement dans vos recettes de cuisine. Parfait pour remplacer la viande de temps en temps et varier vos repas !

Émincé de seitan aux pois gourmands

Pour 2 pers. – Bon marché – Préparation : 5 à 7 mn – Cuisson : 5 à 7 mn – Difficulté : 1

  • Emince-seitan2 tranches de seitan Soy
  • 250 g de pois gourmands
  • 2 gousses d’ail
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 c. à s. d’huile de sésame
  • 1 c. à s. de sauce soja
  • 1 c. à s. de sésame blond
  • 1 c. à c. de mélange d’épices de votre choix
  • 1 c. à s. de coriandre hachée
  • 1 c. à s. de ciboulette hachée
  • Quelques graines de sésame

Coupez le seitan en fines tranches ou lamelles. Dans un wok ou une sauteuse, faites chauffer les huiles à feu vif. Ajoutez le seitan, l’ail émincé et les épices. Mélangez bien le tout. Ajoutez les pois gourmands et laissez cuire quelques minutes. Ajoutez les herbes et la sauce soja. Mélangez pendant 2 mn. Ajoutez le sésame et sortez du feu.

Boulettes de seitan

Boulettes-seitanPour 2-4 pers. – Bon marché – Préparation : environ 7 mn – Cuisson : environ 7 mn – Difficulté : 1

  • 2 tranches de seitan Soy
  • 1 gousse d’ail
  • 1 c. à s. de fécule de maïs
  • 1 c. à s. de persil plat
  • ½ c. à c. d’origan
  • Huile d’olive
  • Sel, poivre

Mixez le seitan avec le persil et l’ail, puis versez dans un bol. Ajoutez la fécule, l’origan, le sel et le poivre. Mélangez bien le tout. À l’aide des paumes de mains et en tassant bien, formez 8 boulettes. Faites cuire quelques minutes dans une poêle à feu vif avec un filet d’huile d’olive. Faites rouler les boulettes régulièrement pour les cuire uniformément. Servez avec une sauce tomate maison ou utilisez-les dans la préparation d’un couscous.

Burgers de seitan

Burger-seitanPour 2-4 pers. – Bon marché – Préparation : environ 7 mn – Cuisson : environ 7 mn – Difficulté : 1

  • 2 tranches de seitan Soy
  • 2 échalotes
  • 1 c. à s. de tamari
  • 3 c. à s. de fécule
  • Huile d’olive
  • Poivre
  • Quelques crudités (salade, tomates… )
  • Pain burger

Mixez le seitan. Émincez les échalotes et faites-les dorer dans une poêle avec un filet d’huile d’olive. Dans un bol, mélangez le seitan, les échalotes, le tamari et la fécule, puis poivrez. Formez 2 grosses boulettes et aplatissez-les entre les mains en pressant délicatement pour former 2 steaks. Faites-les cuire ensuite à feu vif dans une poêle huilée, quelques minutes de chaque côté. Enfin, créez votre burger avec les crudités et la sauce de votre choix.

Aiguillettes de seitan panées

Aiguillettes-seitanPour 2 pers. – Bon marché Préparation : 10 mn – Cuisson : 10 mn – Difficulté : 1

  • 2 tranches de seitan Soy
  • 75 g de chapelure
  • 4 c. à s. de fécule de maïs
  • ½ c. à c. de curcuma en poudre
  • ¼ de c. à c. de coriandre moulue
  • ¼ de c. à c. de sel
  • Mélange d’huiles neutres pour la cuisson
  • 75 ml d’eau

Détaillez le seitan en aiguillettes. Dans un bol, mélangez la chapelure, les épices et le sel. Dans un autre bol, mélangez l’eau et la fécule. Trempez une aiguillette de seitan dans ce mélange, puis badigeonnez-la de chapelure. Procédez de la même manière pour toutes les aiguillettes. Dans une poêle, faites dorer les aiguillettes à feu vif dans de l’huile bien chaude, quelques minutes de chaque côté.

Photos : © Marie Laforêt

Livre

25 desserts vegan
Livre-25-desserts-vegande Marie Laforêt

Des plus rustiques aux plus décadents, 25 classiques de la pâtisserie en version vegan ! Pas de beurre, pas de crème, pas d’oeufs, mais des conseils précis pour réussir sa crème pâtissière ou sa génoise avec des ingrédients simples et efficaces (purée d’amande, fécule de maïs, banane, lait de riz…).

Des recettes inratables et gourmandes, qui ont fait le succès des livres vegan de Marie Laforêt.

Éditions La Plage – 72 pages – 9,95 €

Astrid LaisneyAstrid Laisney crée des petits plats depuis son adolescence. La cuisine est pour elle un cadeau que l’on offre. La cuisine bio, l’équilibre nutritionnel sont pour elle des évidences. Les produits qu’elle cuisine sont des matières imprégnées d’une rencontre, d’un coup de coeur. Les recettes créées sont un hommage à un produit, à la ou les personnes qui l’ont mis en oeuvre. Elles ont en commun d’allier la qualité, l’éthique et le gourmand. Elle crée des recettes, les photographie, collabore, entre autres, avec L Chanvre (une de ses belles rencontres !) pour qui elle a créé un blog (lchanvrebyastrid). Elle est aussi l’auteure d’un autre blog, lesrecettesdastrid.wordpress.com, qui met à l’honneur des créations variées, toujours dans le même état d’esprit.

par Astrid Laisney

Les recettes d’Astrid

Salade de nombril de Vénus

Le nombril de Vénus est une plante qui pousse sur les talus qui voient peu le soleil. Il est riche en fer et en sels minéraux. Son goût est frais et acidulé. Choisissez des endroits protégés pour vos cueillettes car c’est une plante drainante : le sol doit être sain pour qu’elle le soit aussi. C’est l’époque idéale pour la déguster, ses jeunes poussent sauront vous ravir les papilles… Et quel plaisir d’aller cueillir sa salade en nature !

Salade-nombril-VenusVoici une suggestion de recette, mais n’hésitez pas à varier les plaisirs en fonction de vos idées (avocats, radis, fleurs de soucis, assaisonnés au pesto à l’ail des ours…).

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn – Difficulté : 1

  • 4 belles poignées de nombrils de Vénus
  • 2 grosses betteraves
  • 1 bloc de feta
  • 1 boîte de graines germées de votre choix
  • Huile de carthame
  • Vinaigre de cidre
  • Sel, poivre

Lavez les nombrils de Vénus, séchez-les sur du papier absorbant. Coupez les betteraves en fines lamelles (avec une mandoline). Coupez la feta en dés. Réunissez tous ces ingrédients dans un saladier, ajoutez les graines germées. Confectionnez la vinaigrette et versez-la dessus au dernier moment avant de servir.

Sauté de veau aux carottes

Habituellement, je ne suis pas fana de viande mais, avec ce plat, je dois dire que je redécouvre le plaisir de sa dégustation. Cette recette est légère, la viande est littéralement fondante, les carottes l’accompagnent à merveille et la tomate vient rafraîchir un peu le tout grâce à son acidité : une belle harmonie de saveurs.

Saute-veau-carottesPour 4 pers. – Assez bon marché – Préparation : 20 mn – Cuisson : 2 h – Difficulté : 1

  • 1,5 kg de blanquette de veau
  • 1 kg de carottes
  • 500 ml de pulpe de tomates
  • 1 bouquet garni
  • 3 gros oignons
  • 2 gousses d’ail
  • 1 cube de bouillon de légumes (ou de poule)
  • 1 c. à s. de farine
  • Huile d’olive
  • Sel, poivre

Pelez et coupez les carottes en rondelles. Coupez la viande en morceaux. Épluchez les oignons et émincez-les. Faites-les revenir avec un peu d’huile d’olive dans une cocotte (celles en terre de Nature Utile sont idéales pour une cuisson douce). Déposez les morceaux de viande et saisissez-les de tous côtés. Ajoutez la farine et mélangez bien. Ajoutez les carottes, du sel, du poivre, ainsi que le bouquet garni et l’ail écrasé. Versez à présent la pulpe de tomates et suffisamment d’eau chaude pour recouvrir le tout (dans laquelle vous aurez préalablement délayé le bouillon de légumes). Laissez mijoter à feu minimum pendant 2 h, en remuant de temps en temps. Rectifiez l’assaisonnement selon votre goût. Couvrez jusqu’à la dégustation.

Ce plat est encore meilleur réchauffé. Alors, n’hésitez pas à le préparer à l’avance, et même pour 2 jours de repas !

En accompagnement, vous pouvez servir une belle laitue. Il m’arrive d’ajouter des pommes de terre avec les carottes (5 ou 6), mais une timbale de riz basmati va très bien aussi.

Ananas rôti et crème de banane au lait d’amande

Pour 4 pers. – Assez bon marché – Préparation : 20 mn – Repos : 3 h – Cuisson : 15 mn – Difficulté : 1

Ananas-rotiPour l’ananas rôti :

  • 12 tranches d’ananas (1 ananas)
  • ½ gousse de vanille
  • 50 g de sucre
  • 1 noix de beurre demi-sel

Pour la crème de banane au lait d’amande :

  • 1 banane
  • 80 g de lait d’amande La Mandorle pour 500 ml d’eau (soit 10 doses)
  • ½ c. à c. d’agaragar
  • 50 g de sucre
  • ½ gousse de vanille

Faites bouillir à feu doux les tranches d’ananas recouvertes d’eau, avec le sucre et ½ gousse de vanille fendue en 2. Au bout de 10 mn, éteignez le feu et laissez infuser jusqu’au dernier moment. 3 h à l’avance, faites bouillir le lait d’amande avec l’agaragar et la ½ gousse de vanille fendue en 2. Ajoutez le sucre. Portez à ébullition et maintenez à feu très doux pendant 5 mn. Ajoutez la banane en morceaux, retirez la gousse de vanille et laissez refroidir avant de réfrigérer. Au moment de servir, mixez la crème de banane. Faites revenir les tranches d’ananas égouttées des 2 côtés dans du beurre demi- sel (ou ajoutez une pincée de sel si vous utilisez du beurre doux).

Dressez 3 tranches d’ananas par assiette et servez une portion de crème de banane à l’amande par personne. Ce dessert est succulent, original et très digeste.

Photos : © Astrid Laisney

Ellen FrémontCréatrice culinaire et naturopathe, Ellen anime également le blog de cuisine santé Saveurs végétales (www.saveursvegetales.com). Elle y propose des recettes saines, 100 % végétales et gourmandes, ainsi que de nombreux conseils en hygiène alimentaire. De plus, elle est auteur et photographe de Desserts aux sucres naturels et Les superaliments santé (collection Saveurs et bien-être aux éditions Larousse). Retrouvez-la sur son site : www.ellen-fremont.com par Ellen Frémont

par Ellen Frémont

Mini-crêpes au petit épeautre et fleur d’oranger

Pour 25 mini-crêpes environ – Bon marché – Préparation et de cuisson : 1h – Difficulté : 1

  • Mini-crepes150 g de farine de petit épeautre (complète ou intégrale)
  • 10 g de fécule de pomme de terre
  • 350 ml de lait de riz
  • 20 g de sucre de canne complet (rapadura, panela, muscovado)
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 c. à c. de vanille en poudre
  • 1 c. à s. d’eau de fleur d’oranger
  • 1 c. à s. de rhum
  • 1 mini-pincée de sel
  • 1 pincée de bicarbonate de soude alimentaire

Dans un saladier, mélangez ensemble les ingrédients secs : la farine de petit épeautre et la fécule, le sucre, le bicarbonate, la vanille et le sel. Ajoutez le lait de riz, le rhum et l’eau de fleur d’oranger et battez le tout jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Ajoutez l’huile d’olive, puis battez à nouveau. Faites chauffer une mini-poêle, puis huilez-la à l’aide d’un essuie-tout imbibé d’huile d’olive. Versez une demi-louche dans la poêle bien chaude, puis faites dorer la crêpe de chaque côté. Répétez l’opération. Conservez les mini-crêpes sous un torchon ou une cloche pour éviter qu’elles ne sèchent et pour qu’elles conservent tout leur moelleux.

Céleri rémoulade grenade pécan

Pour 2 pers. – Bon marché – Préparation : 25 mn – Difficulté : 1

  • Celeri-remoulade300 g de céleri rave
  • 100 g de purée de noix de cajou
  • 100 ml d’eau chaude
  • 1 c. à s. de moutarde
  • 2 c. à s. de vinaigre de cidre
  • Une poignée de noix de pécan (ou de noix de Grenoble)
  • Une poignée d’arilles de grenade fraîches
  • 1 jus de citron
  • Sel marin complet

Commencez par peler le céleri rave, puis râpez-le finement avec un robot ménager. Versez le jus de citron sur le céleri pour éviter qu’il ne s’oxyde. Préparez ensuite la « cajounnaise » : placez la purée de noix de cajou dans un bol, puis ajoutez l’eau bien chaude. Délayez le tout à l’aide d’un fouet pour obtenir une sauce bien crémeuse et de consistance homogène. Ajoutez ensuite la moutarde, le vinaigre et le sel et mélangez à nouveau. Versez la sauce rémoulade sur le céleri râpé, puis mélangez délicatement afin de bien imprégner le légume de sauce. Placez au frais, pour 1 h minimum, dans un récipient hermétique. Juste avant de servir, ajoutez les noix de pécan concassées et les arilles de grenade. Dégustez bien frais.

Photos : © Ellen Fremont

Katy GawelikKaty Gawelik, auteure culinaire, est spécialisée dans la cuisine végétarienne, saine, simple et gourmande. Elle cuisine les légumes, les plantes sauvages et les fruits qu’elle cultive dans son jardin 100 % naturel. Elle partage ses recettes, pas à pas, sur son blog Les Gourmandes Astucieuses. Elle publie, chaque semaine, une recette dans le journal L’Avenir de l’Artois. Elle écrit également des livres.

par Katy Gawelik

La consoude,
une plante sauvage aux multiples vertus

La consoude (ou « oreille d’âne », « langue de vache », « sole végétale ») est une plante sauvage comestible qui pousse le long de fossés. Elle est assez imposante, avec de grandes feuilles qui ont un côté velcro (poilues et rêches) et des fleurs en grappes blanches, roses ou mauves. Elle est utile au jardin comme aide à la pollinisation et comme purin.

La consoude possède de multiples vertus : en usage externe, elle est anti-inflammatoire, soulage les entorses et aide à la cicatrisation. C’est un trésor nutritionnel : elle est riche en protéines, en vitamines, minéraux, chlorophylle et calcium. Elle soulage les hémorroïdes et est un bon laxatif. Je l’utilise régulièrement en cuisine, même si j’en limite ma consommation, puisque des études ont montré qu’elle pouvait provoquer des problèmes de foie (à cause d’un alcaloïde) à très forte dose. Comme pour tout, il ne faut pas en abuser…

Pour ma consommation personnelle, j’en ai prélevé 2 pieds dans la nature (sans piller le site, évidemment) et je les ai replantés chez moi. Depuis, ils ont fait des petits et me fournissent généreusement en « légumes » gratuits, au goût qui se rapproche un peu de celui du poisson.

Nems de consoude

Pour 2 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn – Cuisson : 47 mn (dont 45 pour le riz) – Difficulté : 1

  • Nems-consoude100 g de riz complet
  • 8 grandes feuilles de consoude
  • 1 vert d’oignon nouveau
  • 15 feuilles d’origan sauvage
  • 2 brins de sarriette
  • 1 grosse pincée d’ail déshydraté
  • Sel

Pour la sauce d’accompagnement :

  • 1 petite c. à c. de moutarde
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 c. à s. de vinaigre d’alcool blanc

Commencez par cuire 100 g de riz complet. Un reste de riz pourra faire largement l’affaire. Une fois cuit, laissez-le refroidir. Puis ajoutez les herbes aromatiques lavées et émincées finement, l’oignon, l’ail et le sel. Mélangez bien. Ensuite, lavez les feuilles de consoude et faites-les blanchir rapidement (10 à 20 secondes) dans une casserole remplie d’eau. Dès qu’elles ramollissent, sortez-les immédiatement et posez-les sur un plan de travail. Puis, disposez un peu de farce au centre, au niveau de la partie plus large de la feuille, et commencez à rouler avec délicatesse, en refermant les côtés, puis roulez jusqu’au bout. Le côté velcro de la consoude est pratique, la feuille tient toute seule. Préparez la sauce pour accompagner les nems, en mélangeant tous les ingrédients. Servez les nems de consoude immédiatement avec la sauce.

Sarrasin et consoude à la florentine

Pour 2 pers. – Bon marché – Préparation : 25 mn – Cuisson : 20 mn – Difficulté : 1

  • Sarrasin-consoudeUne passoire remplie de feuilles tendres de Consoude
  • 400 ml de lait de soja
  • 2 petites c. à s. de farine de riz complet
  • 2 petites c. à s. de tahin (purée de sésame)
  • 150 g de sarrasin grillé
  • 4 oeufs
  • 100 g de gruyère râpé
  • Sel, poivre

Commencez par cuire le sarrasin. Faites-le bouillir pendant 10 mn dans 1,5 fois son volume d’eau salée. Couvrez la casserole et coupez le feu pour qu’il gonfle. Pendant ce tempslà, lavez les feuilles de consoude et faites-les tomber à sec (sans huile) dans une casserole. Salez et réservez. Enfin, faites cuire les oeufs en brouillade pendant 5 mn. Ensuite, mettez une couche de sarrasin cuit dans un plat allant au four. Répartissez la consoude sur le dessus et déposez les oeufs par dessus, en les enfonçant un peu. Puis, après avoir préchauffé le four à 210 °C (th. 7), préparez la sauce blanche. Dans une casserole, faites « fondre » le tahin et ajoutez la farine de riz complet. Puis, faites cuire ce roux pendant quelques minutes en mélangeant au fouet. Ajoutez le lait de soja et fouettez immédiatement. Après avoir salé et poivré, continuez à fouetter jusqu’à épaississement. Ensuite, versez la sauce blanche dans le plat à gratin et terminez par le gruyère râpé. Enfin, enfournez et laissez cuire pendant 20 mn. Servez immédiatement ce gratin original et complet.

Soupe miso rapide à la consoude

Pour 2 pers. – Bon marché – Préparation : 5 mn – Cuisson : 10 mn – Difficulté : 1

  • Soupe-miso5 jeunes feuilles de consoude
  • ½ gousse d’ail
  • 60 g de vermicelle de riz
  • Sel
  • 2 c. à s. de pâte miso au soja et/ou au riz

Commencez par laver la consoude et l’émincer grossièrement. Puis, faites chauffer 1,5 l d’eau dans une casserole. Ajoutez la consoude, l’ail, le sel et le vermicelle. Faites bouillir à petits bouillons, pendant 10 mn. Puis, après avoir éteint le feu, mettez la pâte miso dans une louche (la pâte miso ne doit pas bouillir), ajoutez-y un peu de bouillon et mélangez avec des baguettes pour qu’elle se dilue bien. Servez immédiatement. Il est difficile de faire plus rapide !

Photos : © Katy Gawelik

Livre

Redécouvrez le chou
Livre-le-choude Katy Gawelik

32 recettes, 10 variétés

Laissez-vous séduire par le chou et faites-en votre allié santé ! Dans son nouveau livre, Katy Gawelik vous montre que le chou est un incontournable de la cuisine santé, de la cuisine saine, mais aussi gourmande !
Après un exposé de tous les bienfaits du chou (un aliment anti-cancer), vous découvrirez qu’il peut se manger de multiples façons. 32 recettes vous sont proposées, des plus simples aux plus élaborées, des plus classiques aux plus originales.

Éditions Katisa – 115 pages – 5,79 €

Christine CalvetFormée à l’Institut Méditerranéen de Documentation, d’Enseignement et de Recherches sur les Plantes Médicinales de Montpellier (IMDERPLAM), Christine Calvet est une conseillère de santé spécialisée dans les techniques de soins naturels et de prévention. À l’issue de cette formation, elle a choisi d’approfondir ses connaissances en diététique et en phytonutrition, pour accompagner notamment des personnes intolérantes au gluten et au lait ainsi que d’autres souffrant de surpoids et de diabète. Son objectif est d’enseigner « l’art de se soigner et de manger autrement » par des méthodes naturelles de prévention santé et une nutrition choisie, synthèse des travaux des Prs Henri Joyeux et David Servan-Schreiber, des Drs Catherine Kousmine et Jean Seignalet et du naturopathe Daniel Kieffer. Elle est installée à Perpignan, où elle consulte et anime des ateliers culinaires. Christine Calvet est également auteure culinaire. Pour la contacter : 06 86 44 91 96 – calvet-christine@orange.frwww.saisonsdemets.fr

par Christine Calvet

Menu anti-hypertension,
pour éviter la survenue de l’hypertension artérielle

L’hypertension artérielle est la conséquence d’un mauvais fonctionnement des artères, qui, avec l’âge, perdent de la souplesse et ne peuvent plus se relaxer correctement pour recevoir le sang provenant du coeur : c’est ce que l’on appelle l’artériosclérose.

L’hypertension non traitée peut entraîner des lésions importantes des artères, qui entraveront le fonctionnement du coeur, du cerveau et des reins, alors moins bien irrigués. Par ailleurs, elle force le coeur à travailler plus. Enfin, elle rend rugueuse la paroi interne des artères, favorisant ainsi l’incrustation de graisses et du cholestérol, qui finiront par les boucher.

Être hypertendu augmente donc les risques d’insuffisance cardiaque, d’infarctus, d’accidents vasculaires cérébraux et d’insuffisance rénale.

Si le tabagisme, la sédentarité et le stress ont une incidence, certaines habitudes alimentaires favorisent l’hypertension :

  • l’excès de sel,
  • le manque de potassium,
  • le déséquilibre des graisses,
  • le manque d’antioxydants,
  • le stockage de kilos superflus.

À l’inverse, une diététique appropriée permet d’abaisser sa tension artérielle.

5 règles faciles à appliquer :

Réduire sa consommation de sel

Nous sommes génétiquement programmés pour épargner le sodium en freinant son élimination urinaire, héritage de nos ancêtres préhistoriques se nourrissant essentiellement de produits de la cueillette, pauvres en sodium (graines, noix, fruits). Les aliments contiennent naturellement du sodium. Les consommer sans rajout de sel de cuisine nous ferait ingérer une quantité comparable à celle de nos ancêtres, soit entre 1 et 2 g de sodium par jour, apport jugé suffisant. Or, actuellement, notre consommation quotidienne varie entre 8 et 10 g. Quantité que l’organisme ne sait pas gérer. Éviter d’acheter des produits industriels : plats cuisinés, soupes en brique, sauces, conserves… et du pain blanc (plus chargé en sel pour relever son goût fade), diminuer sa consommation de charcuteries et de fromages permettent d’éliminer la principale source de sodium sous forme de sel ajouté. Donner de la saveur aux mets en cuisinant moins salé des aliments crus est la solution : épices, condiments, herbes aromatiques mettront en valeur la saveur des aliments. Autre astuce : utiliser du sel aux herbes, qui ne contient que 70 % de sel marin, du gomasio, composé de 96 % de sésame et de 4 % de sel marin.

Manger davantage de fruits, légumes, graines pour leur potassium

L’alimentation de nos ancêtres, outre le fait d’être pauvre en sodium, était riche en potassium protecteur. Elle leur en apportait environ 12 g/jour, contre 2 g aujourd’hui ! Optimisons nos apports en potassium en consommant plus de fruits frais (bananes, kiwis, kakis, pamplemousses, petits fruits rouges, avocats…), de fruits secs à chair déshydratée (abricots, figues, pruneaux, raisins…) et oléagineux (pistaches, noix, amandes…), de graines (courge, sésame, lin…), de légumes (céleris, poireaux, blettes, épinards, brocolis, mâche, carottes, courges, tomates, champignons, radis noirs…) et de légumineuses (haricots secs, soja, lentilles, pois cassés…). Les pommes de terre, les patates douces, les herbes aromatiques, les céréales complètes, le cacao sont également de très bonnes sources. En outre, une alimentation riche en potassium réduit les risques d’ostéoporose.

Bien choisir les matières grasses

Réduire les graisses saturées (viandes, fromages, beurre, crème fraîche), qui sont celles se déposant le plus sur les parois artérielles et augmenter les graisses monoinsaturées contenues dans l’huile d’olive, de noisette et d’avocat, reconnues pour leurs effets bénéfiques sur la santé cardiovasculaire. Réduire également les graisses polyinsaturées, trop riches en oméga 6 (huiles de tournesol, pépins de raisin, maïs), qui ont tendance à augmenter la pression artérielle, au profit des graisses polyinsaturées, riches en oméga 3, qui protègent les artères de l’athérome (dépôt graisseux) et amplifient l’effet des médicaments antihypertenseurs (huiles de colza, noix, lin, cameline…). Ces précieux oméga 3 se trouvent aussi dans les poissons gras, la morue, les crustacés. Éliminer les graisses trans (ou hydrogénées) présentes dans les produits industriels : viennoiseries, pâtisseries, biscuits, quiches et pizzas, plats cuisinés, barres de céréales, certaines margarines. Ces graisses sont associées à une augmentation du risque cardiovasculaire et favorisent l’athérome. On parle alors d’athérosclérose.

Augmenter la consommation d’aliments riches en antioxydants et recourir à des compléments alimentaires à partir de 50 ans

Les aliments riches en antioxydants (essentiellement fruits et légumes, riches en vitamines C, E, caroténoïdes et polyphénols, ces derniers étant également présents dans le thé, le vin rouge, le cacao, les fleurs d’hibiscus à infuser et le curcuma) protègent les lipoprotéines de l’oxydation, phénomène qui joue un rôle prépondérant dans le développement de l’athérosclérose. On veillera à manger beaucoup d’ail, qui fluidifie le sang et fait baisser la tension artérielle, et d’oignon, véritable protecteur (surtout le rouge) grâce à sa quercétine (présente aussi dans la pomme). À partir de 50 ans, adopter un complément alimentaire antioxydant avec des composés naturels (lycopène de la tomate, anthocyanines de la grenade, curcumine, resvératrol des raisins, pycnogénol extrait de l’écorce de pin maritime, vitamines C, A et E naturelles) est fortement conseillé.

Éviter le surpoids

En adaptant sa consommation à ses dépenses énergétiques, en chassant les sucres et les aliments à index glycémique élevé, qui seront transformés en graisses (tous les aliments raffinés : pain, pâtes, riz, semoule… blancs, les céréales soufflées du petit déjeuner), pour leur préférer fruits secs, céréales complètes, légumineuses. Bien mâcher permet d’arriver plus vite à satiété, doubler la portion de légumes verts satisfera un gros appétit.

Salade mâche cresson radis et champignons

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 15 mn – Difficulté : 1

  • Salade-mache-cresson300 g de mâche
  • 100 g de cresson
  • 1 radis noir
  • 1 radis rose long
  • 8 champignons de Paris rosés
  • 2 échalotes
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 2 c. à s. d’huile de noix
  • 1 c. à s. de vinaigre balsamique
  • 20 cerneaux de noix
  • 4 c. à s. d’algues « salade de la mer »

Préparez la vinaigrette en mélangeant les huiles, le vinaigre et les algues. Râpez le radis noir, coupez le radis rose en rondelles, émincez les champignons et les échalotes. Mélangez le tout avec les salades, ajoutez les noix, incorporez la vinaigrette et dégustez aussitôt.

Fondue de poireaux et son pavé de morue

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn (dessalage de la morue pendant 12 h) – Cuisson : 15 mn – Difficulté : 1

  • Fondue-poireaux4 pavés de morue de l’Atlantique Nord-Est (pêche durable)
  • 800 g de poireaux
  • 1 oignon rouge
  • Thym et estragon (quantité selon le goût désiré)
  • 2 citrons
  • 1 c. à s. de curcuma frais râpé
  • 1 c. à s. de gingembre frais râpé
  • Mélange d’aromates pour poisson Huile de lin Gomasio

Dessalez la morue pendant 12 h en changeant régulièrement son eau de trempage. Émincez l’oignon, coupez les poireaux rincés, en gardant un peu de leur vert, en minces rondelles. Dans une cocotte à fond épais, disposez l’oignon et les poireaux, ajoutez le jus d’½ citron, le thym émietté, l’estragon ciselé. Laissez mijoter à feu très doux et à couvert. Il est inutile d’ajouter du liquide, les poireaux et l’oignon rendent leur jus. Faites cuire les pavés de morue à la vapeur, citronnés et parsemés du mélange d’aromates, de curcuma et de gingembre. Dans les assiettes de service, répartissez morue et poireaux. Arrosez ces derniers d’un filet d’huile et saupoudrez de gomasio.

Salade de fruits frais et secs au jus de pamplemousse

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn – Difficulté : 1

  • Salade-fruits-frais2 pommes
  • 2 bananes
  • 4 kiwis
  • 1 gros pamplemousse
  • 16 petits abricots secs
  • 1 c. à s. de sirop d’érable
  • Épices pour vin chaud
  • 4 c. à s. de baies de goji
  • 20 pistaches décortiquées

Réhydratez les baies de goji dans de l’eau tiède. Portez à ébullition le jus de pamplemousse avec le sirop d’érable et les épices. Laissez le jus s’imprégner des épices, puis coupez le feu et plongez-y les abricots, qui macéreront le temps de refroidissement du jus. Coupez les fruits : billes de pomme, rondelles de bananes et kiwis. Dresser les coupes en disposant au fond les abricots secs coupés en morceaux. Ajoutez les fruits frais, les baies de goji égouttées, les pistaches et arrosez de jus épicé mélangé à l’eau de trempage des baies de goji. Dégustez à température ambiante.

Photos : © Christine Calvet

Lina CharlotChargée d’enseignement en cuisine gastronomique végétarienne, Lina possède une forte expérience dans le domaine des métiers de bouche et de la diététique. Depuis 29 ans, Lina organise des stages et des cours de cuisine diététique et bio sur près de 100 thèmes différents !

Renseignez-vous : 05 49 48 67 01 ou 06 89 43 11 08 – biolina@orange.fr

par Lina Charlot

Autour du chocolat

chocolatLe chocolat un aliment aimé de tous et bon pour la santé si vous le choisissez noir et en le consommant avec parcimonie. 2 carrés par jour pour le plaisir. Riche en oligoéléments pour 100 g :

Fer : 12 mg
Potassium: 715 mg
Magnésium : 228 mg
Calcium : 73 mg
Sodium : 20 mg
Manganèse : 1,9 mg
Cuivre : 1,8 mg
Phosphore : 233 mg
Mais aussi oméga 3, oméga 6, oméga 9
Vitamines A, E, B1, B2, B3, B5, B6, B9, B12

Crème à tartiner

Creme-a-tartinerPour 1 pot -Bon marché – Préparation et cuisson : 25 mn – Difficulté : 1

  • 150 g de chocolat noir 70 %
  • 100 g de beurre ou de margarine
  • 10 cl de crème de votre choix
  • 2 c. à s. de purée de noisettes
  • 50 g de sucre intégral

Mettez tous les ingrédients dans un saladier et faites fondre au bain-marie, puis fouettez. Disposez dans un pot à confiture. Laissez refroidir avant de fermer. À garder au frais. Pour le petit déjeuner, les crêpes, les gaufres, les tartines, fourrer un gâteau…

Clafoutis poire-chocolat

Pour 6 pers. – Bon marché – Préparation : 15 mn – Cuisson : 30 mn – Difficulté : 1

  • 120 g de beurre ou de margarine
  • 100 g de sucre roux
  • 2 oeufs
  • 10 cl de lait de votre choix
  • 120 g de farine
  • 3 poires
  • 1 poignée de pépites de chocolat

Dans un saladier, mélangez le beurre fondu avec le sucre et fouettez. Ajoutez les oeufs l’un après l’autre en fouettant, puis la farine et le lait. Terminez par le chocolat. Graissez un moule, versez-y la préparation et déposez dessus les poires épluchées et coupées en morceaux, légèrement enfoncés. Faites cuire 35 mn à 210 °C (th. 7).

Verrine coco-chocolat

Verrine-coco-chocolatPour 4 pers. – Bon marché – Préparation et cuisson : 25 mn – Difficulté : 1

  • 50 cl de lait de coco
  • 2 x 2 g d’agar-agar
  • 50 cl de lait de noisette
  • 1 c. à s. de cacao pur
  • 20 g de sucre roux
  • Coulis de fruits rouges de votre choix ou sirop d’érable

Chauffez le lait de coco, ajoutez l’agar-agar en fouettant et laissez cuire 2 mn. Versez dans 4 verrines. Dans une casserole, mélangez le lait de noisette avec le sucre et le cacao. Chauffez, ajoutez l’agar-agar en fouettant et laissez cuire 2 mn. Versez dans les verrines. Mettez au frais. Au moment de servir, recouvrez de coulis de votre choix ou de sirop d’érable.

Sans gluten
Gâteau au chocolat

Pour 6-8 pers. – Bon marché – Préparation : 20 mn – Cuisson : 30 mn – Difficulté : 1

  • Gateau-au-chocolat125 g de chocolat
  • 60 g de beurre ou de margarine
  • 3 oeufs
  • 100 g de sucre
  • 40 g de fécule de pommes de terre
  • 60 g de noix de coco râpée (facultatif)
  • 1 pincée de sel

Faites fondre le chocolat au bain-marie avec le beurre et le sucre. Séparez les blancs des jaunes. Ajoutez les jaunes au mélange chocolat et fouettez vivement, puis la fécule, le sel et la noix de coco. Fouettez les blancs en neige et ajoutez-les délicatement à la préparation. Graissez un moule, versez-y la préparation et faites cuire 30 mn à 210 °C (th. 7).

Sans oeuf
Mousse au chocolat

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation et cuisson : 20 mn – Difficulté : 1

  • 200 g de chocolat noir
  • 10 cl de lait de soja
  • 1 zeste d’orange râpé
  • 3 c. à s. de sucre roux
  • 400 g de tofu soyeux

Faites fondre le chocolat au bain-marie avec le lait de soja, le zeste et le sucre. Disposez le tofu dans le mixeur. Mixez, puis ajoutez le mélange ci-dessus (une fois tiédi) pendant 1 mn. Versez dans des coupes et placez au frais au moins 2 h.

Tarte ricotta-chocolat

Pour 6-8 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn (sans la pâte à tarte) – Cuisson : 35 mn – Difficulté : 1

  • Tarte-ricotta-chocolat200 g de ricotta (peut être remplacée par du fromage de chèvre frais fouetté)
  • 2 oeufs
  • 100 g de sucre roux
  • ½ zeste d’orange râpée
  • 100 g de pépites de chocolat
  • 1 pâte brisée ou feuilletée

Foncez un moule à tarte de pâte brisée ou feuilletée. Mélangez la ricotta avec les oeufs, le sucre, le zeste et le chocolat. Versez la préparation dans le moule et faites cuire 35 mn à 210 °C (th. 7).

Livre

Mes irrésistibles recettes au chocolat
de Marie Chioca

Livre-irresistible-chocolatManger sain… et gourmand !

Réaliser de somptueux desserts au chocolat sans les saturer de mauvaises graisses ou de sucres raffinés, c’est possible ! Au fil de 48 recettes irrésistibles, Marie Chioca associe le chocolat à des ingrédients sains : purée de noisette ou d’amande, miel, épices, fruits de saison… Au menu des délices : fondants, truffes, micuits, brownies, petites mousses et gros gâteaux !

Éditions Terre vivante – 120 pages – 12 €

Christine SpohnRecette proposée par Christine Spohn

À 45 ans, Christine Spohn se passionne pour la cuisine et suit une formation au Lycée Hôtelier d’Illkirch, en Alsace, où elle obtient son CAP de cuisinier. À la recherche de « sens », elle devient formatrice en arts culinaires et utilise la cuisine comme support de rencontre, de partage, de créativité, de cohésion, d’éveil… dans le respect du vivant. Formée aux plantes sauvages comestibles auprès de l’ethnobotaniste François Couplan, elle se passionne pour la rencontre spirituelle avec la matière, le vivant et l’humain et souhaite partager son enthousiasme pour une nourriture saine, équilibrée, créative et savoureuse. D’ailleurs, elle a ouvert des chambres d’hôtes dans une maison écologique à la campagne en Haute-Saône, où elle anime également des ateliers de cuisine. Son site : www.les-gourmandises-bio.fr

Mini-cakes à l’ail des ours

Pour 10 mini-cakes ou un cake standard – Bon marché – – Préparation : 15 mn – Cuisson : 30 à 45 mn – Difficulté : 1

  • 3 oeufsMini-cakes_1
  • 100 ml d’huile de tournesol
  • 100 ml de lait de riz (ou autre lait végétal, selon vos goûts)
  • 200 g de farine d’épeautre
  • 1 sachet de poudre à lever sans phosphates
  • 100 g de comté râpé
  • 2 c. à s. d’ail des ours frais haché
  • 1 c. à s. de pistaches concassées (facultatif)
  • Sel et poivre de Sechuan

Préchauffez le four à 190 °C (th. 6). Cassez les oeufs et fouettez-les dans un saladier avec l’huile de tournesol et le lait de riz. Incorporez peu à peu la farine et la poudre à lever. Mélangez intimement. Ajoutez l’ail des ours frais haché, le comté, les pistaches, le sel et le poivre de Sechuan. Assaisonnez à votre goût. Enfournez pour 45 mn pour un moule à cake et 30 mn environ pour des moules à mini-cakes. Vérifiez la cuisson. Parfait pour un apéro printanier !

Photo : © Christine Spohn

Sarah BienaiméRecette proposée par Sarah Bienaimé

Créatrice culinaire, Sarah crée des recettes 100 % végétales et sans gluten. Elle travaille pour la presse et les médias, conseille des fabricants et des restaurateurs et anime des formations. Elle prépare actuellement un livre de recettes en partenariat avec les éditions Gallimard. Sarah travaille essentiellement à partir des couleurs qui lui servent de fil conducteur. Elle pratique une cuisine très intuitive en phase avec les saisons, son humeur et ses cueillettes. Elle aime faire tout elle-même – épices, pain, lait végétal, pickles, sel aux herbes sauvages… et même son « café » ! Enfin, elle a créé HAPPY FOOD pour faire aimer la cuisine végétale, la rendre belle et accessible.
Sarah Bienaimé – HAPPY FOOD création happyfoodcreation@gmail.com
http://happyfoodformation.blogspot.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/behappyfood
Tél : 06.47.73.50.86.

Wraps 100 % végétal et sans gluten

Préparer des wraps 100 % végétal et sans gluten en un tour de main.

Pour 2-3 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn – Repos : 10 h – Cuisson : 1 mn – Difficulté : 1

  • wrap200g de sarrasin (en grain)
  • 70 ml d’eau
  • 1 belle c. à s. de « fromage blanc » au lait de soja (ou 2 c. à s. de yaourt de soja)*
  • 1 pincée de gros sel de mer non raffiné
  • 1 pincée de cumin en graines (facultatif)

Rincez le sarrasin à l’eau claire. Faites-le tremper une dizaine d’heures dans une grande quantité d’eau. Rincez-le de nouveau. Dans un blender, mettez le sarrasin, l’eau, le sel, le fromage blanc, le cumin. Mixez à pleine puissance. Éteignez l’appareil et remuez manuellement si nécessaire. Mixez de nouveau jusqu’à obtenir une pâte homogène, un peu plus épaisse qu’une pâte à pancakes. Huilez et faites chauffer une poêle à crêpes ou, mieux, une crêpière de type Krampouz (crêpière professionnelle en fonte). Versez une petite louche de pâte et étalez immédiatement avec un râteau à crêpes. Faites cuire à peine 1 mn, retournez pour une cuisson de quelques secondes.

Astuce : La pâte est trop épaisse pour s’étaler comme une pâte à crêpes. Il faut donc utiliser un râteau à crêpes, un ustensile souvent fourni avec les crêpières électriques. On peut fourrer le wrap encore chaud avec des crudités de son choix : salade, carottes râpées, avocat, graines germées… On peut également ajouter une petite tartinade maison. Exemple : 150 g de fromage blanc de soja + 1 c. à s. de tahin + le jus d’½ demi citron + une pincée de sel, le tout mixé.

* Les termes de « fromage blanc » et de « yaourt » sont officiellement réservés aux produits à base de lait d’origine animale. Mais on trouve partout en magasins bio, au rayon frais, des équivalents au lait de soja, appelés « spécialités » au lait de soja. Vous pouvez essayer de faire la recette sans, le résultat sera moins moelleux, c’est tout.

Photo : © Sarah Bienaimé

Vanessa RomanoRecette proposée par Vanessa Romano

De formation hôtelière, Vanessa a eu le plaisir de travailler dans des palaces et de beaux hôtels. Puis, à la naissance de ses filles et après avoir retrouvé son sud natal, elle s’est tournée vers ses 2 passions : la cuisine et la photographie. Cela fait une dizaine d’années maintenant qu’elle travaille dans ce secteur, son métier étant photographe culinaire, mais aussi auteure et styliste culinaires. Outre les livres qu’elle écrit, elle collabore avec des sites internet, des magazines, des restaurateurs ou des sociétés de l’agroalimentaire, et donne également des cours de cuisine. Elle s’est intéressée au bio après la lecture du premier livre de Laurence Salomon et, depuis, elle est accro ! Quand elle ne consomme pas bio, c’est vers le local qu’elle se tourne (agriculture raisonnée en priorité). Elle essaye de privilégier une cuisine savoureuse et gourmande, jolie à regarder mais qui reste saine et pleine de vitalité. Elle tient depuis 8 ans un blog essentiellement consacré à la cuisine, mais aussi aux endroits qu’elle aime et aux lieux qu’elle visite : http://vanessacuisine.fr

Cupcakes à la fraise

Pour une douzaine de cupcakes – Bon marché – Préparation : 15 mn – Cuisson : 17 mn – Difficulté : 1

  • Cupcakes-fraise1 yaourt de soja ou autre
  • 1,5 pot de sucre
  • 1 pot de crème de coco
  • 2 pots de farine de riz complet
  • 1 pot de poudre d’amande
  • 3 oeufs
  • ¼ c. à c. de bicarbonate de sodium
  • 1 pincée de sel gris de mer
  • Vanille

Garniture : confiture de fraise

Faites chauffer le four à 170 °C (th. 6). Dans un saladier, versez les ingrédients de la recette dans l’ordre, sauf la confiture de fraise. Mélangez à l’aide d’un grand fouet, sans pour autant faire entrer de l’air dans la pâte. Cessez de mélanger dès que la pâte est belle, sinon, elle risque de devenir élastique et de perdre du moelleux après la cuisson. Coulez-la dans de petites caissettes. Faites cuire entre 17 et 20 mn à 170/180 °C (th. 6), four ventilé. Quand les cupcakes sont refroidis, découpez un petit cône à l’aide d’un couteau d’office et garnissez d’1 c. à c. de confiture de fraise. Coupez la base pointue du cône et remettez le chapeau de pâte sur la confiture afin de refermer le gâteau. Pour garnir et décorer le cupcake, vous pouvez soit étaler finement de la pâte d’amande, ou bien choisir de préparer une des garnitures ci-dessous et la pocher sur les gâteaux.

Crème au chocolat blanc

À faire la veille pour que la crème soit suffisamment ferme pour être pochée.

  • 400 g de chocolat blanc
  • 400 g de tofu soyeux

Faites égoutter le tofu soyeux sur du papier absorbant. Faites fondre le chocolat blanc à feu doux. Versez le tofu égoutté et le chocolat blanc fondu dans un blender et mixez 1 petite minute jusqu’à ce que la crème soit lisse. Transvasez dans une poche à douille et réservez une nuit au frais avant de la pocher sur les cupcakes. Décorez à votre guise, avec des fleurs, des décors de sucre ou en chocolat…

Crème cheesecake à la vanille

  • 250 g de fromage à tartiner
  • 50 g de sucre
  • Quelques gouttes de vanille liquide

Mélangez les ingrédients à la fourchette et versez dans une poche à douille.

Photo : © Vanessa Romano

Mlle PigutCréatrice culinaire, auteure d’ouvrage de cuisine et consultante en alimentation bio végétale, Mlle Pigut pense que bien se nourrir doit être un plaisir. Avide de créer et férue de cuisine gourmande, Mlle Pigut est captivée par les méandres de la nutrition. Elle anime le très positif site Petites idées pour Grandes Utopies, où elle partage ses recettes végétaliennes, ses astuces écologiques, tout comme ses réflexions et envies, avec la volonté d’avancer ensemble vers un monde toujours plus chouette ! Contact : contact@pigut.comhttp://cuisine.pigut.com/

par Mlle Pigut

Roulade gourmande
de crudités printanières

Pour profiter des bienfaits des légumes de saison, rien de mieux qu’un mélange de crudités colorées. Quand ce mélange se présente sous la forme d’une roulade entourée de salade et d’algue nori, accompagné d’une petite crème de sésame onctueuse, c’est le bonheur assuré pour les papilles. Vous verrez que ce rouleau rapidement préparé est tout aussi rapidement mangé !

Pour 2 petits rouleaux – Très bon marché – Préparation : 15 mn – Difficulté : 1

  • Roulade-gourmande100 g de radis blanc daïkon
  • 1 c. à s. de vinaigre de riz
  • 2 c. à c. de graines de sésame
  • 20 g de betterave
  • 1 feuille de nori grillée (« algue à sushi »)
  • 2 feuilles de salade verte

Crème de sésame :

  • 25 g de purée de sésame (tahin)
  • 10 ml de jus de citron (1 c. à s.)
  • 25 ml d’eau
  • 1 bonne pincée de sel

Nettoyez, puis râpez finement le radis. Déposez-le dans un bol et ajoutez le vinaigre de riz, ainsi que le sésame. Mélangez et réservez. Épluchez éventuellement la betterave et coupez-la en fins bâtonnets. Réservez. Préparez la crème de sésame en mélangeant ensemble la purée de sésame, le jus de citron, l’eau et le sel.

Placez la feuille de nori dans une assiette et déposez les 2 feuilles de salade sur le dessus. Répartissez la préparation de radis le long des feuilles de salade. Étalez un peu de crème de sésame par dessus, puis déposez les bâtonnets de betterave. Repliez les feuilles de salade pour fermer le rouleau, puis enroulez le tout dans la feuille de nori. Coupez le gros rouleau obtenu en 2 et dégustez.

Astuces :

Ce rouleau n’est pas fermé « hermétiquement », mais la feuille de nori est suffisamment enveloppante pour que le tout se tienne lorsqu’on le mange. On peut varier les crudités en utilisant, par exemple, de la carotte ou de la pomme à la place de la betterave et du radis noir ou rose, ou encore du chou blanc à la place du radis blanc.

Photo : © Mlle Pigut

Ysabel AndreoPassionnée par les thérapies naturelles, les voyages, le monde des plantes sauvages et comestibles ainsi que la permaculture, Ysabel Andreo a exploré différentes approches de la santé en France et à l’étranger (Pérou, Cameroun, Suisse). De sa formation en médecine traditionnelle chinoise à son ancien métier d’infirmière, elle a continué à se perfectionner en naturopathie, réflexologie plantaire/ auriculaire, aromatologie et cuisine saine. Aujourd’hui, elle consulte en tant que praticienne de santé en naturopathie au Moulin des Combes, dans le Limousin, et anime des ateliers d’alimentation saine. Elle apporte également conseils sur l’usage des huiles essentielles et des argiles pour le bien-être. Pour en savoir plus : www.moulindescombes.com naturopathie@moulindescombes.com Cet été, plusieurs ateliers sont prévus. Allez les consulter sur le site : http://www.moulindescombes.com/ naturopathie/ateliers.php

par Ysabel Andreo

Vos premières salades,
avec les jeunes pousses de plantes sauvages

Bien plus qu’une mode, le monde des plantes sauvages comestibles nous ouvre les portes sur le potentiel nutritionnel immense que nous offre Mère Nature. Imaginez le changement de votre regard sur ces plantes sauvages, souvent désignées, à tort, comme nuisibles ou mauvaises herbes ! Imaginez le gain d’autonomie et l’intérêt nutritionnel que peuvent vous apporter la connaissance et la consommation de ces plantes au quotidien ! Imaginez la gratitude que vous ressentirez quand vous réaliserez, lors de vos prochaines balades en nature, que votre « garde-manger » est à portée de main, et ce sans avoir dû cultiver quoi que ce soit ! De quoi réjouir le plus récalcitrant des jardiniers du potager « maison ».

Salade mâche/brocoli à jet violet aux fleurs de consoude et compagnon rouge

Pour 3-4 pers. – Très bon marché – Préparation : 10 mn (hormis le temps de cueillette) – Difficulté : 1

La salade :

  • Salade-mache-brocoli200 g de mâche
  • 1 oeuf dur coupé en rondelles
  • Quelques bouquets floraux de brocoli à jet violet
  • 4 c. à s. de graines germées de radis
  • Quelques jeunes feuilles de : Achillée millefeuille (Achillea millefolium)
  • Primevère acaule (Primula vulgaris)
  • Compagnon rouge (Silene dioica)
  • Quelques fleurs de : Consoude à fleurs bleues (Symphytum caucasicum)
  • Compagnon rouge (Silene dioica)

Assaisonnement :

  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 c. à c. d’huile de cameline 1ère pression à froid
  • 1 c. à c. de sauce soja (tamari)
  • 1 trait de jus de citron

Une fois les plantes sauvages récoltées, séparez les feuilles des fleurs, que vous réserverez pour la décoration finale de la salade. Procédez ensuite au nettoyage, au rinçage et à l’essorage soigneux des feuilles. Au moment de l’assemblage de la salade, placez d’abord la mâche, les feuilles de compagnon rouge, de primevère et d’achillée millefeuille légèrement ciselées. Disposez les rondelles d’oeuf, ainsi que les fleurs. Assaisonnez au moment de servir.

La note naturo !

Les plantes sauvages comestibles (baies incluses) représentent les ancêtres de nos légumes et de nos fruits « domestiqués ». Elles sont un véritable trésor nutritionnel, encore plus intéressant que les légumes et fruits cultivés, même biologiques. C’est l’occasion de diversifier notre alimentation, d’apporter plus de vie, de couleur et de nouvelles saveurs dans nos assiettes.

Attention : la cueillette de plantes sauvages comestibles ne s’improvise pas. Si vous souhaitez les cueillir vous-même, il est indispensable d’avoir un minimum de formation (sorties botaniques, atelier/stage sur le sujet, livres spécialisés) pour éviter les risques de confusions toxiques, voire fatales.

Erratum :

Notez qu’en page 15 du dernier numéro de janvier/ février sur l’article Des conserves oui, mais pas n’importe lesquelles !, une erreur s’est glissée, le reportage n’était pas de Vanessa Romano mais bien d’Ysabel Andreo. Toutes nos excuses à Vanessa et à Ysabel.

Livre

P’tit dèj’ santé
livre-ptit-dejde Clea – Photographies de Marie Laforêt

Petit-déjeuner comme un roi et dîner comme un pauvre… le dicton qui marche pour rester en forme et perdre du poids ! Privilégiez les bons nutriments, les aliments à indice glycémique bas, les sucres naturels… et préparez rapidement des petits-déjeuners aussi gourmands qu’inventifs. Bols en solo : porridge chaud à l’avoine, bol de smoothie au granola, chia pudding au chocolat…
On the go : muffins à la chicorée et aux graines, carrot cake aux dates et aux noix… Brunchs à partager : brouillade de tofu aux tomates, scones à l’américaine, pancakes sans gluten…

Éditions La Plage – 72 pages – 9,95 €

Comment utiliser ces bons produits ?

Tartelette aux asperges

Pour 4 tartelettes – Bon marché – Préparation : 15 mn – Cuisson : 15 mn – Difficulté : 1

  • Tartelette-asperges30 g de parmesan râpé
  • 125 g de farine
  • 1 petit jaune d’oeuf
  • 135 g de beurre demi-sel à température ambiante
  • 250 g d’asperges
  • 1 morceau de chèvre frais
  • 8 brins de ciboulette
  • Fleur de sel
  • Poivre
  • 1 c. à s. de lait (facultatif)
  • Huile d’olive Demeter Bio Planète

Versez le parmesan dans un saladier. Ajoutez la farine, le jaune d’oeuf et le beurre salé coupé en morceaux. Travaillez du bout des doigts. Si le mélange est trop sec, ajoutez 1 c. à s. de lait. Formez une boule et laissez au frais pendant 30 mn. Pendant ce temps, préparez les asperges. Lavez-les sous l’eau claire et coupez le bout. Ne les épluchez pas. Faites bouillir de l’eau avec une pincée de sel. Plongez-les dans l’eau et vérifiez la cuisson en piquant un couteau dans une asperge. Égouttez-les une fois cuites. Étalez la pâte au rouleau à pâtisserie, garnissez des moules à tartelettes. Piquez la pâte avec une fourchette et faites cuire une quinzaine de minutes au four à 180 °C (th. 6). Déposez les asperges sur les tartelettes, ajoutez des écailles de chèvre, de la ciboulette ciselée, de la fleur de sel et du poivre. Versez l’huile d’olive. Dégustez tiède ou froid. Astuce : Pour que les asperges restent bien vertes, plongez-les dans un bac d’eau glacée en fin de cuisson. Variante : Tapissez la tartelette de moutarde douce.

Photo : © Bioplanète

www.bioplanete.com

Courge butternut à l’huile de coco

Pour 4 pers. – Bon marché – Préparation : 10 mn – Cuisson : 20 mn – Difficulté : 1

  • Courge-butternut1 courge butternut
  • 2 c. à s. d’huile de coco vierge Bio Planète
  • 3 c. à s. de graines de courge
  • 2 c. à s. de coriandre fraîche
  • Sel, poivre

Lavez la courge, coupez-la en 2, puis épépinez- la à l’aide d’une cuillère à soupe. Coupez le tout en cubes d’environ 2 cm, puis séchez-les. Faites chauffer l’huile de coco dans un wok et incorporez-y la courge. Faites cuire environ 10 mn en remuant régulièrement. Pendant ce temps, grillez les graines de courge à sec pendant 2 à 3 mn et ciselez la coriandre. Une fois que la courge est tendre, disposez-la dans 4 assiettes, parsemez de graines grillées et de coriandre. Salez et poivrez.

Photo : © Bioplanète

www.bioplanete.com

Sans gluten
Gateau-chocolat-chataignesGâteau chocolat et crème de châtaignes

Pour 1 gâteau – Bon marché – Préparation : 15 mn – Cuisson : 20 mn – Difficulté : 1

  • 100 g de chocolat noir
  • 100 g de beurre
  • 350 g de crème de châtaignes sans gluten
  • 35 g de mix pâtisserie Nature & Cie
  • 3 oeufs

Faites fondre le chocolat et le beurre. Dans un saladier, mélangez la crème de châtaignes, les oeufs et le mix pâtisserie. Ajoutez le chocolat et le beurre fondu. Mettez la pâte dans un moule beurré. Faites cuire 20 mn dans un four préchauffé à 160 °C (th. 6).

www.nature-et-cie.fr


Les abeilles veillent sur nous et nous sur elles

Catherine-FlurinPionnier de l’apiculture biologique et expert en Apithérapie, Ballot-Flurin est engagé depuis 1977 dans la production de préparations Santé et Beauté respectueuses de la nature. Fondateur de l’Apiculture Douce® : la bio de demain.

Fabrication artisanale dans la miellerie des Pyrénées
Ils ont fait le choix de préserver la richesse originelle de leurs matières apicoles avec un savoir-faire artisanal authentique fondé sur le temps, la patience, et l’humilité aussi. Gorgées de vie et « faites maison », leurs préparations sont garanties d’une richesse exceptionnelle, 100 % biologiques, avec une empreinte carbone minimale.

Issues d’abeilles heureuses et protégées, toutes leurs récoltes de propolis, de gelée royale, de pollen et de miel naissent dans des terroirs euro-régionaux préservés.

L’Apiculture Douce®
Reconnue en France et dans le monde, cette méthode holistique d’apiculture est unique. Fondée sur le langage des abeilles, l’Apiculture Douce® renforce les cahiers des charges bio dans les domaines de la protection des abeilles, du commerce solidaire et local, et des procédés de fabrication. Ballot-Flurin a créé son propre label, qui certifie l’ensemble de la production…

Aux petits soins pour leurs abeilles
Beaucoup d’apiculteurs voient leurs abeilles disparaître. Chez Catherine Flurin, les abeilles se portent bien. En effet, aucun produit chimique n’est utilisé, les abeilles sont nourries avec leur propre miel et de la compote de fruit avant l’hiver. Catherine va encore plus loin et pense une nouvelle ruche, plus hermétique aux températures ainsi qu’à l’eau et met au point un modèle en bois et en liège polarisé. De plus, les propriétés acoustiques du liège font de cette ruche un véritable havre de paix. Il n’a donc pas été étonnant de voir cette ruche évoluer à grande vitesse, autant sur la quantité d’abeilles que sur leur qualité de vie. Très vite, les abeilles ont colmaté l’entrée de ces ruches de superbe propolis noire et orangée, aux propriétés antibactériennes, afin d’éloigner les prédateurs, mais aussi pour se protéger du froid. Ainsi, cette propolis permet aux abeilles d’être isolées du monde extérieur et de se développer en toute sécurité.

Plus d’infos sur www.ballot-flurin.com

Livre

livre-green-smoothiesGreen smoothies et boissons détox
de Marie Grave

Besoin d’un « shot » de chlorophylle ultra-vitaminé pour repartir du bon pied ? Envie d’une cure détox ?

Ce livre propose une trentaine de recettes de jus et de smoothies à base d’épinards ou de concombre pour les débutants, de kale, de roquette ou de spiruline pour les plus aventureux…

Éditions La Plage – 72 pages – 9,95 €

Rubrik' à Trucs

rubrikPour garder une haleine fraîche
toute la journée !

Se brosser les dents après chaque repas
Pour combattre les germes présents dans la bouche, il est important de se brosser les dents. À faire après chaque repas, si possible, pour éliminer les résidus d’aliments coincés entre les dents, qui sont responsables de la mauvaise haleine.

Nettoyer sa langue
On l’oublie souvent, mais la langue aussi contient des bactéries ! Brossez-vous délicatement la surface rugueuse de la langue pour vous débarrasser des cellules mortes.

Boire beaucoup
Il est important de boire chaque jour au moins 1,5 litre d’eau pour lutter contre la mauvaise haleine. S’hydrater est indispensable pour garder une haleine fraîche. Par exemple, la mauvaise haleine du matin est due à un manque d’hydratation.

Faire régulièrement des bains de bouche
Les bains de bouche sont efficaces pour réduire la mauvaise haleine et combattre les bactéries. Faites des bains de bouche naturels, plusieurs fois par jour si nécessaire : au bicarbonate de soude, aux clous de girofle…

Le citron
Cet antiseptique naturel éliminera les bactéries de votre bouche. Croquer un citron ou boire son jus vous aidera à vous débarrasser de la mauvaise haleine.

Le persil
Mâcher du persil après chaque repas rafraîchit l’haleine ! Surtout si vous avez consommé de l’ail avant… Cependant, vous aurez certainement du persil coincé entre les dents ! Une autre alternative consiste à se rincer la bouche avec une infusion de persil :
• portez un grand verre d’eau à ébullition dans une casserole,
• mettez-y 3 brins de persil, 3 clous de girofle et une pincée de cannelle,
• filtrez et rincez-vous la bouche avec l’eau.

Mordre un clou de girofle
Le clou de girofle est excellent pour vous donner une bonne haleine. Vous pouvez en mordiller un en fin de repas.

La menthe
Finir le repas avec une tisane ou un thé à la menthe vous aidera à garder une haleine fraîche.

Le bâton de cannelle
La cannelle a des propriétés naturelles pour stopper la mauvaise haleine. Pour ce faire, sucez un bâton de cannelle.

Source : www.grands-meres.net

Dentifrice maison :

Dans un petit bocal, versez 3 c. à s. rase d’argile blanche et 1 c. à c. de bicarbonate alimentaire. Ajoutez 8 gouttes d’huile essentielle de menthe douce (ou de menthe poivrée). Mélangez intimement les ingrédients en agitant bien. Versez ensuite dans un pot et utilisez-les avec une brosse humide.

Source : www.terrevivante.org


éco livres

Un festin de nature
d’Erin Gleeson

livre-festinLes délicieuses recettes végétariennes concoctées dans ma cabane

Véritable ode au « manger sain », cet ouvrage est le fruit des passions de son auteur pour l’art, la nature et la cuisine. Amoureuse des produits de la terre, Erin Gleeson les a sublimés pour les décliner sur tous les tons et inventer près de 100 recettes végétariennes inédites et ultrasimples à réaliser : entrées, boissons, salades, desserts et, surtout, plats complets.

Également photographe, elle a conçu une mise en scène des plats tout à fait originale et très personnelle, mêlant aquarelles et écriture manuscrite. Des ambiances à la fois ludiques et artistiques forment un ouvrage de cuisine hors du commun.

Éditions de La Martinière – 240 pages – 25 €

Les bonnes mauvaises herbes
de François Couplan

livre-herbesLes mauvaises herbes sont des plantes que l’on a pris l’habitude d’arracher, mais cela ne signifie pas qu’elles soient toxiques. Parmi les plus répandues figurent d’anciens légumes, oubliés à tort… et il n’y a qu’à se baisser pour les récolter ! On connaît l’ortie et le pissenlit, mais on ignore souvent que d’autres plantes, comme la bardane ou la mauve, se révèlent très savoureuses lorsqu’elles sont cuisinées. François Couplan nous dévoile des secrets simples pour apprendre à les reconnaître et les utiliser. Des crêpes d’armoise aux lasagnes de lamier en passant par le cocktail de crevettes à l’oxalis, essayez-vous à la cuisine sauvage et découvrez des recettes inattendues. De quoi surprendre vos papilles ! Pour chaque plante, retrouvez :
• les vertus culinaires et médicinales, • des conseils de cueillette, • des recettes gourmandes.

Éditions Sang de la Terre – 144 pages – 18 €

Antioxydants qui guérissent
d’Alessandra Moro-Buronzo

livre-antioxidantsLes antioxydants permettent de lutter contre les radicaux libres, qui accélèrent le vieillissement des cellules et sont considérés comme les responsables du déclenchement ou de l’aggravation d’un grand nombre de problèmes de santé (flétrissement de la peau, glaucomes, maladies cardiovasculaires, cancers, maladie d’Alzheimer ou de Parkinson…). Le meilleur bouclier : une alimentation à base d’antioxydants naturels (vitamines C et E, zinc, sélénium), contenus principalement dans certains légumes (artichaut, asperge, brocoli…), fruits rouges (fraise, framboise, myrtille…), fruits secs (amande, noix), épices (clou de girofle, gingembre)… Les fiches proposées dans ce livre détaillent les propriétés de ces aliments, leurs vertus thérapeutiques, leurs modes d’utilisation (smoothies, tisanes, recettes crues ou cuites…) et leurs précautions d’emploi. Avec des conseils d’utilisation pratique au quotidien.

Éditions de La Martinière – 128 pages – 13,90 €

Je réussis mes pains, yaourts, fromages… sans machine !
de Delphine Paslin

livre-je-reussisAdieu robot, yaourtière, sorbetière…

Sous prétexte de simplicité, il existe de plus en plus de machines et robots cuisiniers. Parfois chers, souvent peu écologiques et toujours encombrants, ils sont pourtant accessoires. Delphine Paslin livre 50 recettes et toutes ses astuces pour retrouver le plaisir de la cuisine authentique, sans robot ni machine spécialisée. Pains, pâtes, viandes, poissons, fromages, accompagnements, glaces… toutes les préparations sont expliquées pas à pas. De quoi remplir ses placards avec des produits 100 % faits maison, cuisinés avec juste une cuillère en bois… ou presque ! En librairie le 13 avril.

Éditions Terre vivante – 120 pages – 12 €

Plantes sauvages à ma table
d’Olivier Picard

De la cueillette à l’assiette, recettes gourmandes 100 % végétales

livre-plantes-sauvagesSi les plantes sont connues pour leurs vertus médicinales, elles sont encore discrètes quant à leurs qualités nutritionnelles. Pourtant, leurs saveurs incomparables ont déjà conquis les plus grands chefs. Loin d’être réservées à un usage gastronomique, ces plantes sont à la portée de tous, au détour des jardins, des talus et des sous-bois et s’intègrent facilement dans une cuisine du quotidien, saine et inventive. Familières (fenouil, ail des ours, ortie, reine des prés) ou à découvrir (curry de l’immortelle, nombril de Vénus, camphre de l’achillée, mélilot, agrume de la berce), les plantes sauvages révèlent leurs secrets dans cet ouvrage pratique, à la fois guide de cueillette et livre de recettes créatives. Une initiation savoureuse et parfumée à la gastronomie végétale.

Éditions Alternatives – 112 pages – 13,50 €

Cuisiner avec les huiles essentielles
de Valérie Cupillard

livre-cuisinerNouvelle édition

Faites entrer les arômes de bergamote ou de mandarine dans vos recettes, apprenez à utiliser les huiles essentielles de menthe des champs ou de fenouil sauvage, sachez composer avec les parfums des eaux de fleurs d’oranger ou de géranium rosat…

Valérie Cupillard, spécialiste de gastronomie bio, s’est appuyée sur le travail des professionnels, distillateurs et producteurs : elle a sélectionné 22 huiles essentielles et 11 eaux florales pour leur intérêt et leur diversité aromatiques.

À travers 160 recettes saines et gourmandes, elle vous propose d’apprendre à bien utiliser ces huiles essentielles en cuisine et à les mettre simplement en valeur. Savoir jouer avec ces saveurs raffinées, rafraîchissantes, fleuries, corsées… c’est se préparer des expériences inoubliables pour les papilles !

Éditions La Plage – 192 pages – 17,50 €

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.