Environnement | L'écolomag

Environnement

L’écolomag N°16

Mars – Avril 2010

Les AMAP se structurent
pour mieux se développer

AmapL’engouement des consommateurs pour les associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) ne se dément pas. Mais l’offre a du mal à suivre. Ce système de partenariat entre producteurs et consommateurs qui privilégie les circuits courts, la relation directe entre producteurs et consommateurs, la solidarité financière, et le respect de l’environnement… sont autant d’arguments qui séduisent les quelques 60.000 familles de consommateurs. Cependant, dans de nombreuses régions, ces associations ont des difficultés à se développer et se heurtent à de nombreux freins. La pénurie de producteurs bio en France en tête mais également l’accès au foncier. Aujourd’hui, la première des solutions est de soutenir les producteurs qui souhaitent se convertir ou s’installer. Les AMAP n’en restent pas là et développent des solutions originales, comme la création d’une ferme couveuse pour soutenir les personnes à la sortie de leur formation.

Source : www.actu-environnement.com

 


 

Vélos en bambou

Vélo en bambouDisposer d’un moyen de transport individuel : un luxe dans nombre de pays en voie de développement. Des vélos made in Africa ? Calfee au Ghana et Zambikes en Zambie l’ont fait. L’idée de faire des cadres de vélos à partir de bambou n’est pas nouvelle. Elle remonte à la fin du XIX° siècle. Arbre à la croissance la plus rapide, sa solidité et sa capacité d’absorption des chocs sont à toute épreuve. A partir de 2005, Craig Calfee, créateur de vélo américain a eu l’idée de relancer une production en série utilisant cette technologie. Voyageant régulièrement en Afrique, il a perçu tout l’intérêt économique et écologique que pouvait représenter une production locale de cycles en bois. Sa démarche, faire fabriquer les cadres de son modèle Bamboosero dans un atelier à Accra (Ghana) et les revendre aux Etats-Unis. Un assemblage artisanal et naturel à base de sisal et d’huile de coude qui crée des emplois sans nécessiter des investissements trop importants. Reste à développer un marché pour ce produit atypique.

Source : www.bamboosero.com

 


 

Parc marin de Mayotte

MayotteSigné le 18 janvier 2010, le décret de création du parc naturel marin de Mayotte, le premier d’Outre-Mer, est destiné à préserver le lagon qui accueille plus de 750 espèces de poissons, 300 variétés de coraux, des tortues marines ou encore 22 espèces de mammifères marins. Le parc devrait couvrir au total une superficie de 70.000 km2, dont le lagon à double barrière de corail qui compte près de 200 kms de récifs coralliens et 7 km2 de mangrove.

Source : www.actu-environnement.com

 


 

Menacé de déforestation massive

L’Australie, les Etats Unis d’Amérique, la France, le Japon, la Norvège et le Royaume-Uni se sont accordés pour s’engager collectivement dans le contexte d’un accord ambitieux et complet à Copenhague pour dédier un total de 3,5 milliards de dollars d’investissement public initial afin de ralentir, cesser et renverser la déforestation dans les pays en développement. « Les actions de réduction des émissions liées aux forêts peuvent aider à stabiliser notre climat, à soutenir les modes de vie des communautés dépendantes des forêts, à permettre la
conservation de la biodiversité et à promouvoir le développement économique. Dans le cadre d’un accord complet et ambitieux, nous reconnaissons le rôle significatif du financement public international pour soutenir
les efforts des pays en développement pour ralentir, stopper puis renverser la déforestation ».

Source : www.developpement-durable.gouv.fr

 


 

Planète responsable

Planète ResponsableDans le dernier numéro d’Ecolomag, nous vous parlions de l’initiative du site de ventes privées Ventes-responsables.com pour lever le rideau sur les produits éthiques, au moyen d’un projet pédagogique et interactif : Planète Responsable, le tour du monde des produits équitable, bio et écolo.

Sur http://www.planete-responsable.com, nous suivons quotidiennement et en images Migel et Guillaume, deux aventuriers fondus de développement durable, à travers les 13 pays qu’ils parcourent. Les voilà repartis pour le Mexique à la rencontre de la coopérative UCIRI qui n’est autre que le berceau du commerce équitable ! Le fondateur du label Max Havelaar, le père Van der Hoff a inventé le concept du commerce équitable quand il a commencé à travailler avec les petits producteurs de café de la région d’Oaxaca, au Mexique. Migel et Guillaume nous racontent cette belle histoire à travers son interview, et nous montrent le visage de la coopérative, aujourd’hui. Direction l’Inde ! Toujours au côté des agriculteurs, ils assistent à toutes les étapes de production du poivre, des noix de cajou et découvrent le biogaz. Nous vous avions déjà parlé de ce projet de compensation carbone mis en œuvre par le programme Action Carbone de la fondation GoodPlaneto : un mécanisme de développement propre simple et efficace pour lutter contre le réchauffement climatique. Au Sri Lanka, ils nous décrivent ensuite le processus de culture du thé vert bio. Là, à travers des images à couper le souffle, ils nous montrent en quoi la manière dont nous consommons influe sur à la fois sur les producteurs comme sur notre santé. Partagez avec Migel et Guillaume le plaisir de savoir, comprendre et rencontrer ces personnes qui font bouger le monde.

 


 

La canette : un emballage 100 % recyclable
pour zéro déchet

La canette est l’emballage pour boisson le plus recyclé au monde : 60% des canettes sont recyclées en France et plus de 2 canettes sur 3 sont recyclées dans le monde ! Jeter sa canette dans une poubelle appropriée, c’est s’assurer qu’elle sera collectée et recyclée pour créer une nouvelle canette. De plus, fabriquer une nouvelle canette à partir de métal recyclé permet d’économiser au moins 75% d’énergie : un geste de plus pour l’environnement.

Source : www.canblog.net

Le Saviez-Vous ?

670 canettes recyclées peuvent créer un vélo ?

Facile, sachant que 1585 canettes sont consommées chaque seconde, en Europe.

 


 

L’huile et le verre

La ville de Paris veut expérimenter le nettoyage de ses trottoirs avec des “laveuses” qui rouleront avec de l’huile de friture usagée transformée en bio-carburant. L’huile sera transformée pour que les véhicules roulent avec un diesel mélangé avec 30% de biodiesel d’huile (B30). A terme, le but est d’alimenter les 500 à 600 laveuses de Paris. La mairie a également présenté une expérimentation portant sur le transport fluvial du verre recyclable, un système moins polluant que celui en place actuellement qui implique 2.500 camions par an. Le projet consiste à transporter le verre sur la Seine et ses canaux jusqu’à une usine dans le département de l’Aisne, au nord-est de Paris.

Source : www.libération.fr

 


 

Retour au nucléaire

Le gouvernement italien a approuvé définitivement le décret sur les modalités de retour au nucléaire, mais l’opposition à l’atome reste vive dans la péninsule qui y avait renoncé il y a plus de vingt ans par référendum après la catastrophe de Tchernobyl. La construction des centrales démarrera en 2013 et leur mise en service est prévue en 2020.

Source : www.goodplanet.info

 

Une expérience de stockage du carbone
sous une ville autorisée.

Le Parlement néerlandais a approuvé, en janvier dernier, la mise en service à titre expérimental d’un site de capture et de stockage du dioxyde de carbone sous la ville de Barendrecht. Le choix du site s’explique par l’épuisement prochain de la réserve gazifière exploitée. « Les Pays-Bas fondent beaucoup d’espoir sur cette technique pour atteindre leurs objectifs de réduction d’émission de gaz à effet de serre. Le gouvernement a demandé à Shell de capturer 10 millions de tonnes de carbone issu de ses raffineries pour les pomper à 1.800 mètres sous Barendrecht », lit-on dans le quotidien NRC Handelsblad.

Source : www.goodplanet.info

 


 

éco Livres

Choisir, maintenant
de Al Gore Traduction de Christophe Jacquet

L’ancien vice-président Al Gore qui cite ce proverbe africain : « Si tu veux aller vite, va seul. Mais si tu veux aller loin, allons ensemble », nous invite à changer nos modèles énergétiques et nos modes de consommation, à faire évoluer nos infrastructures, à mieux gérer les ressources de la nature. Il plaide pour un contrôle des marchés et une action forte et engagée de nos politiques, et surtout pour une action et une communication mondiales. Illustré par plus de 200 documents (schémas, croquis…) dont 180 photographies en couleur, ce livre dresse ainsi un nouvel état des lieux et propose un programme détaillé et précis pour tenter de résoudre cette crise climatique mondiale. Car si les mentalités ont effectivement évolué, les grandes décisions indispensables n’ont cependant toujours pas été prises et l’urgence est toujours d’actualité.

Editions la Martinière – 416 pages- 25 €

 

Now or never l’urgence d’agir
de Edel Gött

Ce livre part d’un double constat : d’un côté un développement des connaissances scientifiques et technologiques permettant d’explorer l’infiniment grand et l’infiniment petit, et de l’autre des problématiques croissantes et une misère humaine sans nom, une planète en souffrance, des incohérences. Edel Gött apporte des clefs pour opérer concrètement des changements de vision et de comportements. Elle nous présente d’autres stratégies liant intelligence de la raison et intelligence du coeur, et nous invite à être leader éthique engagé dans une vision d’évolution.

Editions Louise COURTEAU -530 pages- 25€

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.