Environnement | L'écolomag

Environnement

L’écolomag N°21

Janvier – Février 2010

Eco-Ecole

Eco EcoleSoutenu par le Ministère de l’Éducation Nationale, Eco-Ecole est un programme international d’éducation à l’environnement qui compte, de Pékin à Dublin, des milliers d’établissements scolaires labellisés Eco-Ecole. Ce programme est destiné à mettre en place dans les écoles une éducation au développement durable, en encourageant les enfants et les jeunes à participer activement à la manière dont leur école peut contribuer à la préservation de l’environnement. Ainsi, du diagnostic de leur lieu de vie et de leurs comportements à des améliorations concrètes sur les bâtiments scolaires pour réduire les impacts sur l’environnement, de la mise en place de barquettes de frites réutilisables à la suppression des gobelets en plastique dans les salles des professeurs, des changements de robinets à la récupération des eaux de pluie, de la fabrication de nichoir à la réalisation de potager, Eco-Ecole conduit tous les acteurs de l’école, et en particulier les élèves, à une réflexion de proximité sur les enjeux environnementaux en favorisant l’éducation à la citoyenneté.

Pour plus d’informations : www.eco-ecole.org

 


 

Les sénateurs et le plastoc’

Après l’abandon de la taxe carbone et celui de l’affichage environnemental des produits, c’est au tour du dispositif de taxation des sacs plastiques non biodégradables distribués en grandes surfaces ! Depuis le 7 décembre, c’est donc en faveur de la société du jetable et non du durable que le vote du Sénat s’est porté.

Source : www.wwf.fr

 


 

Une « autoroute » pour vélos en 2011

VéloÇa se passe à Copenhague et ça fait rêver les adeptes des trajets citadins à vélo. Afin de relier ses banlieues au centre ville, la capitale danoise s’est en effet lancée dans un vaste programme « d’autoroutes » pour vélos. Elles couvriront des trajets de 7 à 15 km du centre et permettront de pédaler en toute sécurité. Considérée comme l’une des « capitales européennes du vélo » avec Amsterdam, Copenhague possède plus de deux roues que de citoyens. Avec environ 36 000 cyclistes quotidiens, le vélo est devenu si populaire que les pistes cyclables sont aujourd’hui saturées ! D’autres projets de voies express pour les vélos ont déjà vu le jour à Bruxelles et aux Pays-Bas. De chouettes initiatives dont on peut s’inspirer pour faciliter l’adoption de modes de déplacement écologiques !

Source : www.beecyclo.fr

 


 

« Haidar el Ali, Itinéraire d’un écologiste au Sénégal »
de Bernadette Gilbertas

Classé parmi les cent écologistes les plus influents de la planète, Haidar el Ali est un homme d’actions, totalement dévoué à la cause environnementale. Dans son pays, le Sénégal, il lutte contre la déforestation, la désertification, la surpêche, le trafic des lamantins… L’auteur, qui l’a suivi dans de nombreux périples, dresse ici son portrait et son parcours. Vous découvrirez ses coups de gueule, sa générosité et surtout ses réussites. Car, partout où il passe, naissent des actions concrètes, réussies et durables.

Editions Terre Vivante – 272 pages – 20 €

 


 

Le billet d’humeur de France Guillain

Un marché : mais quel marché ?

Je ne vous parlerai pas des marchés de Noël, de ces boutiques supposément «artisanales bien de chez nous», c’est du passé, c’était l’an dernier, en 2010.

Je veux parler des cadeaux de Noël : leur marché n’est pas terminé !

Dans une de mes diverses cultures, j’ai toujours pensé qu’un cadeau dit « de Noël » était une surprise. Qu’il témoignait d’une observation faite de mes goûts et de ma manière de vivre. Observation faite par celui qui nous aime et nous connaît si bien, le Père Noël. Lui trouvait en général l’objet auquel nous n’avions pas toujours pensé, mais qui nous permettrait de rêver longtemps à cet amour inconditionnel d’un être mythique à qui nous n’avions aucun compte à rendre. Cadeau parfois surprenant, nous obligeant à réfléchir, à comprendre pourquoi il nous avait été offert. Mais, depuis quelques années, le mythe s’est effondré. Aux lettres naïves et pleines de rêves fous écrites par certains enfants ont succédé les commandes expresses des parents de ces derniers qui font leur marché de Noël auprès de la famille et des amis. « Autant que ça lui plaise, n’est-ce pas ! » Oui, sauf qu’il n’y aura pas de surprise, pas de nouvelle porte ouverte, rien que ce que l’on connaît, qu’on a vu à la télé, chez un copain ou dans un magasin. Comme si toute autre initiative risquait de lui déplaire. Ou de lui ouvrir l’esprit sur autre chose.

Pis encore. Dès les lendemains de fêtes, toutes les radios nous commentent la ruée vers l’or d’eBay pour aller revendre ses cadeaux, s’en débarrasser si on ne les apprécie pas, si on les a en double ou pour les échanger. Du jour au lendemain, de cadeau féerique entouré de remerciements hypocrites, ils se transforment en pouvoir d’achat. Avec le risque de se voir proposer ce que l’on avait choisi avec tant de soin et d’amour !

Que représente dans notre imaginaire un cadeau que l’on choisit soi-même si ce n’est faire payer par un autre ce que l’on convoite ?

On comprend que certains d’entre nous en aient marre de cette consommation orchestrée obligatoire ! Pas de surprise, ou, pire, une fausse surprise à l’adresse des enfants qui parfois font semblant d’être dupes lorsque le rite de Noël a été tout simplement coupé de ses racines.

En ce début d’année, les reventes de cadeaux se mélangent sur le net aux soldes, dépréciant par ce fait même toute la charge d’amour liée au don. « Ah oui, je t’aime, tu sais, c’est le geste qui compte, je transforme juste ce que tu m’as donné en pièces pour mon porte-monnaie pour m’offrir ce à quoi tu n’as pas pensé… parce que tu me connais si peu en fait, mais rassure-toi, je sais que tu m’aimes ! » Je fais mon marché autrement !

Autrefois chez nous, en Polynésie, tout comme aux Philippines il y a encore 30 ans, on offrait au nouveau venu du village un plat préparé, tout chaud, enveloppé de feuilles de bananier. Quelqu’un le déposait sur sa table en son absence. Lorsque le nouveau venu rentrait chez lui, il dégustait la délicieuse préparation, lavait l’assiette et la posait à nouveau là où il l’avait trouvée. Une main inconnue passait plus tard récupérer le plat. Il ne restait plus au nouvel arrivé qu’à remercier TOUT le village, car jamais il ne saurait qui avait eu la gentillesse, les moyens, de lui faire un tel présent. Un vrai père Noël… une trace d’amour absolument anonyme, inconditionnelle, avec une gratitude sans fin…

Bien loin de tous les marchés !

 


 

Les dépêches de

Des hivers plus froids parce qu’il fait plus chaud

HiverLe fait peut sembler étrange et, pourtant, selon des membres de la communauté scientifique, les hivers rigoureux qui se succèdent en Europe depuis 10 ans sont en grande partie liés au réchauffement climatique. Le coupable serait la fonte de la calotte glaciaire arctique. Le réchauffement, 2 à 3 fois supérieur à la moyenne, a entraîné sa réduction de 20 % ces 30 dernières années. Les rayons du soleil, qui ne sont plus repoussés par la glace, réchauffent encore un peu plus la surface du globe à cet endroit. Or, une mer sans glace, et c’est tout le système de pressions qui s’en trouve bouleversé ! Le résultat, selon une étude publiée par le Journal de Recherche Géophysique, est un système de hautes pressions qui pousse l’air polaire, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, vers l’Europe. Ces anomalies pourraient tripler la probabilité d’avoir des hivers extrêmes en Europe et dans le nord de l’Asie. Cependant, les chercheurs soulignent que ces hivers particulièrement froids en Europe ne reflètent pas la tendance globale constatée sur l’ensemble du globe, où 2011 devrait être l’une des 3 années les plus chaudes jamais enregistrées…

 

Kenya : les rhinocéros sous la menace des braconniers

RhinocérosÀ 225 km au nord de Nairobi, la réserve privée de Lewa est l’un des derniers sanctuaires des rhinocéros du Kenya. Menacés d’extinction par le braconnage, 117 de ces mammifères herbivores y vivent en toute liberté sur 25 000 hectares. Après Stumpy le 30 octobre, femelle de 41 ans et doyenne de la réserve, Melita, un rhinocéros noir de 22 ans, est la dernière victime en date d’une inquiétante amplification de braconnage. Du mammifère de 2 tonnes, il ne restait que l’arrière-train, les os de la colonne vertébrale, déjà blanchis par les charognards, et la tête affreusement mutilée. Alors que le salaire quotidien est de l’ordre de 1,80 €, le prix de la corne sur le marché noir kényan est d’environ 6 000 € le kilo… 4 rhinocéros de cette réserve ont été tués en 12 mois ! Et le phénomène s’étend sur toute la région. Face à cette menace, la réserve de Lewa est maintenant bien organisée : patrouilles de nuit, suivi quotidien des rhinocéros, survols aériens, réseau d’informateurs et implication des communautés voisines.

 


 

Erratum

Dans l’écolomag N°20 p.33, une erreur s’est glissée dans l’article 1% pour la planète. Dans la phrase « le mois d’octobre vient d’accueillir le 103e membre français » il fallait lire « avec l’arrivée du site Bioprice, exploité par l’agence Imagine dirigée par Idries Hameau » au lieu de « avec l’arrivé de Philippe Bette Imagine de la société Bioprice ».

 


 

Résolution 2011, pour une consommation collaborative

À l’écolomag, nous pensons que l’avenir appartient aux adeptes du covoiturage, aux partisans du Velib’, aux gens qui troquent leurs biens sur Internet, donnent des objets qui leur sont inutiles ou encore prêtent leur argent à de parfaits inconnus sur des sites de crédits en ligne… Alors on a pensé à vous donner quelques adresses de sites pour vous permettre, à vous et à ceux qui vous entourent, de profiter de ce bel état d’esprit !

Soyez solidaire !

Santé, emploi, handicap, faim dans le monde… de nombreuses causes méritent d’être soutenues pour avancer vers un monde meilleur. Avec le FCP Épargne Solidaire du Crédit Coopératif, vous choisissez, parmi des associations partenaires aux champs d’activités très variés, celle que vous souhaitez soutenir. Avec l’objectif de valoriser votre capital, vous partagez avec cette association 50 % des revenus distribuables.

www.credit-cooperatif.coop

 

Louez et mettez en location !

E-loue.com est une plateforme de location très simple d’utilisation qui vous permet de louer tout type d’objet, n’importe où, n’importe quand. La disponibilité et les caractéristiques des produits sont affichées. Faites ainsi des économies, augmentez votre pouvoir d’achat, testez des objets, remboursez le prix de vos achats et accédez aux biens qui vous font envie.

 

Faites un don !

 

L’Adie est une association reconnue d’utilité publique qui aide des personnes exclues du marché du travail et du système bancaire à créer leur entreprise, et donc, leur propre emploi grâce au microcrédit. Sa mission : financer les micro-entrepreneurs qui n’ont pas accès au crédit bancaire, et plus particulièrement les chômeurs et les allocataires des minima sociaux, à travers le microcrédit. Vous voulez faire un don ?

www.adie.org

 

En voiture tout le monde !

CovoiturageCovoiturage.fr vous permet de prendre contact avec des personnes effectuant le même trajet que vous.

  • Si vous êtes conducteur, après votre inscription, vous pouvez proposer votre trajet et prendre contact avec d’autres membres qui font le même trajet que vous, grâce à la messagerie ou directement par téléphone.
  • Si vous êtes passager, faites une recherche et prenez contact avec un conducteur qui propose un trajet qui vous intéresse. Si votre recherche est infructueuse, vous pourrez toujours proposer votre trajet et être contacté à votre tour.

Ne jetez plus, donnez !

Gaya.ch est un site de petites annonces destiné à promouvoir le recyclage. Il permet de publier des annonces facilement pour un utilisateur et de trouver rapidement preneur. Alors, plutôt que de jeter vos objets, offrez-les et donnez-leur une seconde vie !

 


Oui au Bio dans ma cantineLors du Grenelle de l’environnement, la France s’est engagée à introduire 20 % de produits biologiques dans les cantines scolaires à l’horizon 2012. Aujourd’hui, nous comptons moins de 2 % de bio dans les écoles. Pour appeler les élus à rattraper cet immense retard, le WWF-France lance la deuxième édition de sa campagne « Oui au Bio dans ma Cantine ». D’événements festifs en actions citoyennes, cette campagne se déclinera de décembre 2010 à juin 2011. Mais surtout, cette mobilisation s’attachera à donner aux décideurs des solutions concrètes pour les aider à introduire toujours plus de bio dans les cantines de nos enfants.

Pour prendre part à la mobilisation : www.ouiaubiodansmacantine.fr

 


 

Des bouteilles en moins

Depuis septembre 2009, impossible d’acheter une bouteille d’eau à Bundanoon, une petite ville australienne. Pénurie ? Non, un acte volontaire ! Voici plus d’un an que cette ville australienne de 2 500 habitants a été la première au monde à bannir les bouteilles d’eau en plastique. Pour s’approvisionner, les habitants ont le choix entre l’eau du robinet et les 4 fontaines publiques réparties dans la cité. Un bel exemple à suivre…

(www.rue89.com)

 


 

Marcher pour vaincre la pauvreté

MarchéLe Trailwalker Oxfam est le plus grand défi sportif et solidaire par équipe au monde. Des équipes de 4 personnes marchent ensemble 100 km en 30 heures maximum pour soutenir les actions de solidarité internationale d’Oxfam France. L’objectif ? Vaincre les injustices et la pauvreté dans le monde. Car chaque équipe s’engage également à collecter, avant le départ de la marche, au moins 1 500 € de dons au profit d’Oxfam France, qui relève chaque jour un autre défi, celui d’agir pour un monde plus juste ! Si ce défi sportif est si exceptionnel, c’est qu’il est avant tout solidaire ! Cette année, le Trailwalker Oxfam se déroulera les 11 et 12 juin 2011.

Pour vous inscrire : www.oxfamfrance.org

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.