Environnement

L’écolomag N°22

Mars – Avril 2011

A l’aide !

Le parc national des Virunga (République Démocratique du Congo) est le plus ancien des parcs nationaux d’Afrique. Il abrite un grand nombre d’espèces de mammifères, d’oiseaux et de reptiles, ainsi qu’une grande diversité de paysages et d’habitats. Pourtant, plusieurs compagnies pétrolières – dont 2 du Royaume-Uni, Dominion et SOCO – se préparent à une prospection pétrolière dans le parc, menaçant la biodiversité de la région. Le WWF appelle le gouvernement congolais à garantir et à faire respecter l’interdiction existante de cette exploration pétrolière, et demande aux compagnies britanniques de respecter la loi et les conventions internationales en vigueur dans les sites du patrimoine mondial. Pour convaincre ces compagnies de renoncer à leurs opérations prévues à l’intérieur du parc, le WWF vous appelle à l’aide en lançant une pétition disponible sur le lien suivant : http://goo.gl/XOnZf

 


 

Victoire des Bushmen !

Souvenez-vous…

BusmenDans le n° 20 de l’écolomag, nous parlions de ces hommes à qui l’on interdisait l’accès aux puits d’eau situés sur leurs terres ancestrales… Une décision de la Haute Cour botswanaise de 2010 qui ne traduisait pas une ombre de respect pour ce peuple ! À la suite de ce jugement, les Bushmen ont fait appel et, à notre grande joie, ont gagné ! La Cour d’Appel a estimé que l’attitude du gouvernement à l’égard de ces hommes équivalait à un « traitement dégradant », qu’il était donc redevable des frais du procès en appel engagés par les Bushmen et, surtout, qu’ils avaient désormais le droit d’utiliser leur ancien puits ainsi que d’en forer de nouveaux ! C’est une immense victoire pour les Bushmen ainsi que pour le Botswana ! Il ne reste plus qu’à espérer que cette décision sera respectée par les autorités, et qu’elle ne sera pas perçue comme un obstacle à leurs efforts visant à chasser ces hommes de la Réserve du Kalahari central pour faire place à une exploitation diamantifère…

Pour en savoir plus : www.survivalfrance.org

 


 

Le billet d’humeur de France Guillain

Un petit, mais immense espace de Liberté !

Un vent de liberté, une vague, que dis-je, un tsunami peut-être même, si l’on en juge au nombre de morts en Tunisie, en Algérie, en Égypte, en Libye (et ce n’est pas fini) déferle non loin d’ici, qui nous rappellent cette déclaration de Thomas Jefferson :

« Si, pour gagner un peu de sécurité vous êtes prêts à perdre un peu de liberté alors, vous ne méritez ni l’un, ni l’autre ! »

Si vous êtes prêts, par commodité, par intérêt, par paresse, par peur de l’effort, parce que c’est comme ça, parce que tout le monde fait comme ça, parce que vous préférez ne pas savoir… à perdre le peu de liberté que nous laisse la vie…

Bien sûr, nous pouvons toujours prétendre ne pas avoir choisi notre lieu de naissance, notre éducation, notre travail, notre logement, la pollution, nos impôts, le téléphone, les commerces dans nos rues ! Mais, malgré toutes ces contingences, il nous reste un espace de liberté !

Je ne parle là bien sûr que du petit mais immense espace de liberté qui nous est dévolu dans les pays les plus industrialisés : celui de mettre dans sa bouche ce que l’on veut, celui d’utiliser la petite partie du fruit de notre travail (celle qui reste après les frais incontournables) à des achats durables, respectueux du travail des autres, intelligents.

Or, les aliments que nous absorbons ont une très large part !

Ce que nous mangeons, ce que nous buvons, est le meilleur gage de maintien de notre force, notre énergie physique comme mentale ou intellectuelle. Ce que nous portons, nos vêtements, sont un message silencieux qui communique notre manière de voir la vie. Durant la seconde guerre mondiale, les drapeaux français étaient interdits : des femmes, résistantes à leur manière, transgressaient cet ordre avec une jupe bleue, un chemisier blanc et un ruban rouge dans les cheveux, histoire de se réjouir le cœur et d’imposer leur opinion à tous les passants !

Nous disposons de mille manières d’exercer notre liberté de choix, et de la faire partager aux autres, ne l’oublions jamais : manger bio, s’habiller respectueux et durable, préférer la contemplation des étoiles à celle d’un petit écran, ce n’est pas de la marginalité, c’est aussi de la LIBERTE !

 


 

Les dépêches de

Riz pollué par des métaux toxiques

RizEn Chine, d’énormes quantités de riz sont contaminées depuis des années par des métaux tels que le cadmium, mais pratiquement rien n’a été fait pour alerter sur les dangers entraînés par cette pollution. Aujourd’hui, ce sont jusqu’à 10 % du riz récolté qui sont contaminés par des métaux lourds toxiques dispersés dans la nature. De toutes les céréales, le riz a la plus grande capacité à se charger en cadmium, qui se retrouve dans l’eau d’irrigation des rizières, après avoir ruisselé des mines, notamment des mines de plomb, d’étain et de cuivre. C’est une substance reconnue toxique et cancérigène, qui s’accumule dans le corps humain tout au long de la vie, avec des impacts sur les reins, les os et le foie. Les déversements accidentels de produits chimiques, avec de graves conséquences pour la santé sont fréquents en Chine, où le respect de l’environnement est encore souvent sacrifié sur l’autel de la croissance économique. Le pays est, par ailleurs, régulièrement confronté à des scandales alimentaires.

 

L’UE interdit 6 substances cancérigènes

La Commission européenne a décidé d’interdire, «dans les trois à cinq ans à venir», 6 substances utilisées dans l’industrie en raison de leurs dangers pour la santé. Il s’agit du musk xylène, du diaminodiphénylméthane (MDA), de l’hexabromocyclododécane (HBCDD), le bis (2-éthylexyl) phtalate (DEHP), du benzyl butyl phtalate (BBP) et du dibutyl phtalate (DBP). Utilisées par les industriels de la cosmétique, du bâtiment, du textile, du cuir et de l’automobile, elles sont cancérigènes ou toxiques pour la reproduction, persistent dans l’environnement et s’accumulent dans les organismes vivants. Une dérogation est toutefois prévue pour les entreprises à qui une autorisation a été accordée. Les opérateurs qui souhaiteront vendre ou utiliser ces substances devront prouver que les mesures de sécurité requises ont été prises pour contrôler efficacement les risques ou que les avantages pour l’économie et la société l’emportent sur les risques.

 

Première vente d’or labellisé équitable

OrUne vingtaine de bijoutiers britanniques ont récemment mis en vente de l’or certifié issu du commerce équitable. Cette initiative concerne à ce jour une seule mine bolivienne, ainsi qu’une vingtaine de distributeurs au Royaume-Uni ; la Fairtrade Foundation espère toutefois lancer un mouvement qui va s’étendre aux autres pays et permettre d’atteindre l’objectif de 5 % d’or équitable vendu dans le monde d’ici 15 ans. L’or issu de ces mines sera vendu à 95 % du prix du marché fixé à Londres par la London Bullion Market Association, alors qu’actuellement ce produit est acheté entre 30 et 85 % de ce prix. De plus, si l’or est extrait sans employer de mercure ou de cyanure, les mineurs recevront une prime de 5 % de ce prix.

 

Une pétition pour les abeilles

Des apiculteurs en vareuse ont remis au ministère de l’Agriculture une pétition réclamant l’interdiction des pesticides pour enrayer la mortalité accrue des abeilles. Un mois après le lancement de la campagne « Urgence abeilles », de l’Unaf et du mouvement Avaaz, la pétition a recueilli plus de 200 000 signatures en France. Le 17 février dernier, cette pétition comptait 1 173 231 signatures au total. S’il n’y a pas de chiffre précis sur la mort des abeilles du fait de l’utilisation des pesticides, Benjamin Peyrot des Gachons, qui a mené la campagne pour Avaaz, a estimé qu’entre 30 et 50 % des populations avaient disparu depuis l’introduction des pesticides. Or, c’est un tiers de notre alimentation qui provient du rôle des abeilles dans la pollinisation… Leur devenir concerne chacun d’entre nous !

 


 

2011

Alors que 2010, année internationale de la biodiversité, s’est achevée avec le faible espoir de Nagoya, les Nations Unies ont officiellement lancé, le 2 février 2011, l’année internationale des forêts. L’ONU souhaite ainsi rappeler que les forêts sont une partie intégrante du développement mondial durable.

 


 

JePlanteUnArbre.com

Je Plante Un ArbreChaque année, 7 milliards de grands arbres utiles sont abattus sans être remplacés. Peu à peu, les immenses forêts tropicales disparaissent pour laisser des espaces pelés et stériles… Grâce au moteur de recherche JePlanteUnArbre.com, vous pouvez participer à la restauration et à la sauvegarde des forêts primaires ! Comment ça marche ? JePlanteUnArbre fonctionne exactement comme les plus grands moteurs de recherche, en fournissant des résultats aussi pertinents et rapides. La seule différence, c’est que chaque fois qu’il enregistre 100 recherches, il finance la plantation d’un arbre ! Ces plantations sont ensuite assurées par l’association Trees For The Future, et l’argent reversé est utilisé pour soutenir des projets locaux de reforestation.

 


 

Du CO2 transformé en biopétrole

Blue PetroleLa société Bio Fuel Systems (BFS) a mis au point un procédé de conversion accélérée du CO2 en biopétrole. Comparable au pétrole fossile, ce procédé agréé comme carburant peut également servir à fabriquer des plastiques, des solvants, etc. Après 22 brevets déposés et 5 ans de mise au point, la société a démarré la production de biocarburant cette année, dans son unité pilote d’Alicante (Espagne). Pour vous donner une idée du fonctionnement de cette conversion accélérée, il s’agit de capter le CO2 émis par les industries polluantes et d’en nourrir des micro-algues, placées dans des tubes verticaux exposés à la lumière pour favoriser la photosynthèse. Le nombre de ces micro-algues, sélectionnées pour leurs caractéristiques, double en 24 heures. Chaque jour, la moitié des tubes est prélevée et centrifugée. La pâte produite contient 2 à 3 % de nutriments à valeur ajoutée, extraits pour être exploités, et 97 % de biomasse, transformée en biopétrole par cracking à haute température, haute pression et sans oxygène. Dans ce procédé, 2,2 tonnes de CO2 permettent de produire un baril de biocarburant ; le procédé lui-même émet 1,260 tonne de CO2.

Pour en savoir plus : www.biopetroleo.com

 


Des Forêts et des Hommes

Des forêts et des hommes
par la fondation GoodPlanet

Les forêts recouvrent un peu moins d’un tiers de la superficie terrestre de la planète et abritent la plus grande partie de la biodiversité. Elles ont une incidence sur l’existence de près de 2 milliards d’habitants. Elles absorbent des quantités massives de gaz carbonique tandis que la déforestation et la dégradation des forêts, qui se poursuivent sans répit, sont responsables d’un cinquième des émissions mondiales de gaz à effet de serre ! À l’occasion de l’année internationale des forêts, la fondation GoodPlanet s’attache, à travers ce livre, à tous les services que les forêts nous rendent, aux menaces qui planent sur elles ainsi qu’aux solutions pour les protéger. La préservation de ce patrimoine vivant réclame la mobilisation de tous !

Éditions de la Martinière – 192 pages – 12 €
Sachez que la fondation GoodPlanet lance un nouveau site Internet dédié aux forêts : www.goodplanet.org/forets


éco DVD-Livres

Le monde en 100 vies.âges

Le monde en 100 vies-agesEn mai dernier, Compétence Photo lançait la seconde édition de l’événement « Un concours-Un livre ». L’objectif était de rassembler au sein d’un livre 100 photos de 100 auteurs différents sur le thème « Le monde en 100 vies.âges ». Au-delà du succès remporté par ce nouveau projet, le magazine et le laboratoire PhotoBox ont souhaité poursuivre la démarche en proposant le livre à la vente en ligne et en reversant la totalité des bénéfices à l’association de solidarité internationale Aide et Action. Le financement apporté dans le cadre de cette opération contribuera à faire progresser la cause de « L’Education pour Tous » dans plus de 15 000 écoles à travers le monde ! Afin de s’adapter au budget de chacun, ce livre est proposé dans deux formats différents – 30 x 30 cm ou 22 x 22 cm. Le premier est proposé à 66 €, le second à 36 €, frais de port compris.

En vente sur www.photobox.fr/visages

 

Le Temps des Grâces

Le temps des grâces de Dominique Marchais

Le Temps des grâces, qui vient de sortir en DVD, livre une enquête documentaire autour des problématiques liées à l’environnement, au progrès et à l’économie globalisée. En revenant sur un demi-siècle d’épopée agricole en France, de la révolution verte à la déferlante bio, ce film nous amène à réfléchir à notre rapport au territoire et à l’alimentation. Une enquête documentaire sur le monde agricole français d’aujourd’hui.

Produit par Capricci Films – Durée : 123 mn

 


 

Villes écolo labellisées

Territoire labelliséDepuis 2003, les Rubans du développement durable visent à identifier et valoriser les démarches exemplaires des villes intégrant efficacement le développement durable dans l’ensemble de leurs politiques. Leur sélection se fait par un jury d’experts, composé des partenaires de l’opération (Dexia Crédit Local, le Comité 21, l’AMF et l’AMGVF), du Programme des Nations unies pour l’Environnement, de l’ADEME, de la DIACT et d’experts indépendants. Les dossiers de candidature doivent présenter une stratégie globale de développement durable, engendrant des réalisations probantes, de sa conception jusqu’à l’évaluation concrète de ses résultats. En 8 ans, 87 collectivités locales ont été distinguées ! Vous les reconnaîtrez grâce à un panneau signalétique, affiché à l’entrée de leur territoire.

Pour en savoir plus : www.rubansdudeveloppementdurable.com

 


 

OGM : fin de la « Tolérance zéro » ?

Mardi 22 février, les Etats membres ont donné leur feu vert à l’entrée en Europe de produits alimentaires contenant jusqu’à 0,1 % d’OGM. Cette nouvelle norme s’appliquera aux produits importés destinés à l’alimentation animale. Si le Parlement ou les ministres européens ne s’y opposent pas dans les trois mois, elle sera officiellement adoptée… Sachez que ce seuil de 0,1 % vise tous les OGM, à condition qu’ils soient homologués dans la partie du monde où ils sont produits. Cela permettrait notamment de débloquer l’importation de cargaisons de soja et de maïs, susceptibles de contenir des poussières d’OGM. Or chaque année, l’Europe importe 4 millions de tonnes de maïs et 33 millions de tonnes de soja destinés à l’alimentation
animale… Si un tel texte est voté, comment aurons-nous le choix de décider si nous ne voulons pas d’OGM dans notre assiette ? À quoi servira l’étiquetage « SANS OGM » et quel sens aura-t-il ?

Pour en savoir plus : www.infogm.org

 


Cradle to Cradle

Cradle to cradle :
une civilisation sans déchets

Le concept « cradle to cradle » (« du berceau au berceau ») traduit une philosophie d’éco-conception qui consiste à penser le produit dès son origine, de façon à lui donner plusieurs vies. Plutôt que de chercher à réduire la consommation, l’idée serait de créer un modèle industriel basé sur une sorte de compostage appliqué à tous les objets : soit les produits retournent au sol sous la forme de « nutriments biologiques» non toxiques, soit ils retournent à l’industrie en tant que « nutriments techniques » afin d’être recyclés à l’infini, imitant ainsi l’équilibre des écosystèmes naturels. Une véritable « éco-efficacité » qui ne mettrait pas la croissance économique et l’écologie dos à dos…

Pour en savoir plus : Cradle to Cradle, créer et recycler à l’infini de Michael Braungart et William McDonough aux Éditions Alternatives

 


 

La première hydrolienne flottante

Hydrolienne flottanteDepuis sa mise à l’eau à la fin du mois d’août dernier, au large des îles Lofoten, par Hydra Tidal, le prototype de centrale hydrolienne Morild II semble donner toute satisfaction. Il a atteint sa capacité de production prévue au début du mois d’octobre. Le prototype d’Hydra Tidal se présente sous la forme d’une construction flottante amarrée sur le même principe qu’une éolienne flottante à axe horizontal. Elle possède 4 turbines sous-marines à 2 pales utilisant à la fois l’énergie des courants et l’énergie des marées. La capacité de l’installation est estimée à 5 GWh, soit 5 millions de kWh. Et c’est un projet qui permettra de donner naissance à bien d’autres ! En effet, la Norvège compte mettre à profit cette opportunité naturelle pour occuper dans les années à venir une place de choix dans le développement des énergies marines. De nombreuses compagnies locales veulent s’engouffrer dans ce créneau de l’énergie des courants !

Source: http://energiesdelamer.blogspot.com
Pour en savoir plus : www.hydratidal.com (site en anglais)

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.