Environnement

L’écolomag N°25

Septembre – Octobre 2011

Des chèvres pour aider une famille durablement

Des chèvres pour aiderCet été, Élevage sans frontières a lancé une campagne pour venir en aide à 132 familles soufrant de malnutrition au Togo et au Bénin. Comment ? En leur offrant des chèvres ! En effet, offrir 2 chèvres à chacune de ces familles leur permettra de démarrer un élevage local tout en bénéficiant durablement de calcium, de protéines, ainsi que d’un revenu supplémentaire pour leurs dépenses en matière de santé et d’éducation. Souvent prises en charge par les enfants, les chèvres contribuent aussi à rendre leur vie plus douce. De plus, le fumier répandu sur les terres agricoles améliore les récoltes. Et pour chaque animal reçu, les familles aidées s’engagent à transmettre un petit né de l’élevage des chèvres à une autre famille ! Voilà une jolie idée pour que chacun ait la chance d’avoir une vie meilleure !

Pour faire un don, rendez-vous sur : http://chevrespourlavie.elevagessansfrontieres.org

 


 

Ce ne sont pas des animaux !

Parc à safari humainEn Inde, les touristes sont appelés à boycotter la grande route principale des îles Andaman, une voie illégale qui traverse le territoire de la tribu menacée des Jarawa. Non seulement illégale – la Cour suprême indienne a ordonné sa fermeture en 2002 –, cette route est aussi extrêmement dangereuse pour la tribu des Jarawa, composée seulement de 365 individus. Les chasseurs-cueilleurs jarawa ne sont en contact pacifique avec le monde extérieur que depuis 1998 et, par conséquent, les touristes risquent de leur transmettre des maladies contre lesquelles ils n’ont qu’une très faible immunité. Or, chaque mois, des milliers de touristes empruntent cette route. Les lois supposées protéger les Jarawa sont enfreintes quotidiennement, de sorte que la réserve jarawa est devenue le théâtre de véritables safaris humains. Les tour-opérateurs et les chauffeurs de taxi attirent les Jarawa avec des biscuits ou des sucreries. Plusieurs jeunes de la tribu ont été accidentés en se jetant sur les « cadeaux » des touristes ; l’un d’eux a même perdu la main. Traités comme des animaux dans un zoo, les Jarawa sont exposés à des dangers mortels ! Il est scandaleux que l’administration locale maintienne cette route ouverte. Honorablement, des organisations telles que Survival International agissent pour les droits des peuples indigènes. Ici, l’organisation appelle chacun à boycotter cette route. Il ne faut pas fermer les yeux face à de telles absurdités ! Faites un don, écrivez directement à ceux qui détiennent le pouvoir, signez les pétitions, … Boycottez ! Plus nous serons nombreux, plus nous serons efficaces.

Pour plus d’informations ou pour agir, de quelque manière que ce soit, rendez-vous sur www.survivalfrance.org

 


 

Le billet d’humeur de France Guillain

La rentrée est le moment de toutes les résolutions. Le moment où nous nous engageons à faire mieux que l’an dernier. Cette année, c’est sûr, je note dans mon agenda ce que je ne veux pas oublier de faire pour notre bien. J’ai mes 3 poubelles bien étiquetées pour le tri sélectif, je m’inscris à la piscine et à la gym suédoise, je fais mon Miam-ô-Fruit tous les jours.

Aide-toi et…

Oui, mais… Je me connais ! Ça marche 8 jours très bien et puis, insidieusement, mille raisons ou prétextes font que je mollis, que je ne suis pas toujours très motivée.

Alors, j’ai profité des vacances pour me replonger dans une lecture qui m’a boostée des années durant. J’ai relu, après 40 années, deux livres pleins de bon sens. Deux livres qui m’ont fait comprendre, sentir, éprouver à quel point le monde que nous vivons est à portée de nos mains. À quel point nous ne sommes pas les victimes d’une grande machination incontrôlable. Comprendre que, malgré des apparences parfois accablantes, nous possédons en nous, au plus profond, toutes les clés d’un monde meilleur. Que nous n’avons pas à attendre que d’autres le fassent pour nous.

J’ai lu et relu Une société sans Ecole, écrit en 1971 et Némésis médicale, l’expropriation de la santé, rédigé en 1975, d’Ivan Illich. Si vous les trouvez, lisez-les. Le moment est venu pour nous tous de mettre en œuvre ce que ce grand penseur, ce visionnaire a écrit.

Il nous explique très clairement que nous n’avons pas à attendre de quiconque, d’aucun leader, d’aucun élu, d’aucun chef d’état la moindre transformation efficace de notre monde. Que tant que chacun de nous n’aura pas fait sa propre révolution intérieure, tant que chacun de nous ne prendra pas en charge tout de suite et de manière concrète son voisin, nous continuerons d’élire des gens qui nous ressemblent. Qui attendent tout de l’autre.

Tant que, par paresse ou commodité, nous ne ramasserons pas le tesson de bouteille qui peut blesser, là, par terre, « parce que ce n’est pas notre travail, qu’on paye du monde pour ça », tant que nous passerons devant ceux qui ont faim en détournant le regard, tant que nous achèterons à nos enfants des « bêtises » parce que tous les copains en ont et que, les « pauvres », on ne va quand même pas les priver, ils en ont tellement envie, nous continuerons d’élire des gens comme nous, lâches, paresseux, inefficaces. Ivan Illich nous dit que le vrai changement du mode de vie dans un pays passe par la révolution intérieure de chacun. Que, sans cette révolution, rien ne se fera.

Je ne peux m’empêcher de rapprocher cette réflexion de ce que disait mon père lorsque j’étais enfant. Il disait qu’un homme seul, c’est un homme. Un homme en groupe, ce n’est plus un homme. Que lorsqu’on demandait séparément à chaque homme d’une armée en guerre s’il voulait la guerre, il répondait non. Il pensait à sa femme, à sa famille, à ses enfants. Mais en groupe, il avait tellement peur de la réaction des autres s’il disait NON, qu’il disait finalement OUI à la guerre. Sans même se rendre compte que tout le monde était comme lui.

Mon père nous disait souvent qu’un chef d’état peut avoir cent millions d’hommes armés, si chacun, individuellement, refuse de tirer, il n’y a plus de guerre.

L’écolomag met, à chaque page, à notre disposition de petits moyens tout simples pour retrouver notre autonomie. Pour agir à notre petite mesure, sur nous-mêmes et pour aider notre entourage. Notre entourage refuse, dites-vous ? On change d’entourage, on va brouter ailleurs. Il suffit le plus souvent de faire quelques mètres !

Et si nous devenons très sages, vraiment très sages comme nous le conseille Ivan Illich, nous n’aurons peut-être même plus besoin d’élections…, qui sait ??? Quels gains d’énergie cela ferait !!!!!! Combien de grammes de carbone ????

 


 

La liberté pour 4 oursons

Oursons en LibertéRetrouvés dans la vallée Bella Coola, en Colombie-Britannique, l’an dernier, 4 grizzlis orphelins d’1 an ont retrouvé la liberté cet été. Les oursons avaient été secourus l’année dernière après la mort de leur mère. Le sauvetage, le transport et la remise en liberté de ces grizzlis font partie d’un projet coopératif unique entre IFAW – Fonds international pour la protection des animaux –, la Northern Lights Wildlife Society et le Ministère de l’Environnement, des Forêts, de l’Agriculture et des Ressources naturelles de Colombie-Britannique. Ce projet permettra d’étudier la viabilité de la réhabilitation de grizzlis dans la nature. C’est seulement la 3ème fois qu’une telle opération a lieu. Écologiquement proche de Bella Coola, la zone du relâcher se trouve au cœur du territoire traditionnel de la Première nation de Wuikinuxv, qui soutient la mise en liberté des oursons et leur surveillance sur leur territoire. Des colliers GPS permettront de suivre leurs déplacements durant les mois à venir. L’idée étant de constater que ces ours seront capables de se reproduire en liberté. Un éventail de mesures préventives seront promues pour prévenir la répétition des événements malheureux qui ont fait de ces oursons des orphelins.

Pour en savoir plus : www.ifaw.org

 


 

” Comment nourrir l’avenir “

Comment Nourrir l'Avenir ?Réalisé par Jean-James Garreau, docteur en biologie, et Kevin Garreau, cinéaste, ce documentaire audio-visuel de 75 mn tente de répondre à la question cruciale sur l’avenir alimentaire : comment nourrir 9 milliards d’êtres humains en 2050 ? Pour commencer, ce documentaire dresse un état des lieux des habitudes alimentaires dans les pays développés. Puis, il retrace rapidement l’évolution de cette consommation au cours du siècle dernier (en expliquant très succinctement les tenants psychologiques d’une telle évolution) et compare ces habitudes à celles des pays peu développés. Les auteurs plaident en faveur d’un refus du fatalisme par le système industriel actuel. Ils soulignent qu’un système agricole et agro-alimentaire ne peut être durable que s’il est basé sur une triple réflexion : la santé des personnes, des économies et de l’environnement.

15 €. Pour plus d’infos : www.commentnourrirlavenir.com

 


 

Aide et Action fête ses 30 ans

Aide et Action fête ses 30ansAvec ses partenaires et ses 63 000 parrains et donateurs, l’ONG internationale Aide et Action célèbre ses 30 ans cette année. Pour l’occasion, elle a créé l’exposition photographique « Aide et Action : 30 ans d’actions au service de l’éducation » pour rappeler l’importance de l’éducation dans l’évolution du monde. Grâce aux 400 bénévoles engagés auprès de l’association, l’exposition photographique voyage dans toute la France jusqu’à la fin de l’année 2011. En 17 panneaux couleur, Aide et Action donne la parole à celles et ceux qui veulent évoquer leurs 30 ans… au passé, au présent ou au futur ! Ils témoignent de ce que fut ou de ce que sera l’éducation dans 30 ans, en regard d’une photographie qui ne vous laissera pas sans voix ! Avec cette exposition photographique, Aide et Action poursuit sa mission et met en valeur l’éducation, à laquelle tout être humain a droit.

Pour plus d’infos : www.aide-et-action.org

 


 

L’affichage environnemental à l’essai

Depuis cet été et jusqu’au mois de décembre, les consommateurs, en faisant leurs courses, vont faire connaissance avec l’affichage environnemental. Progressivement, des centaines de produits, commercialisés en rayon ou sur internet, seront accompagnés d’une étiquette détaillant leur impact écologique sur le climat, l’eau, l’air ou encore la biodiversité. Cette expérimentation a pour but de permettre au consommateur de prendre conscience que tout produit, manufacturé ou agricole, exerce une pression sur l’environnement. Mais surtout, elle lui permettra de mesurer son degré en fonction des entreprises et des produits qu’elles lui proposent. Issues de tous les secteurs, plus de 160 compagnies se sont portées volontaires pour se lancer dans cette première mondiale. À l’issue de cette expérience, la loi prévoit que le Gouvernement remettra un rapport d’évaluation au Parlement. Sur cette base, la généralisation de l’affichage des caractéristiques environnementales des produits pourrait être décidée. Nous verrons.

Source : www.developpement-durable.gouv.fr

 


 

SidactionLe saviez-vous ?

À l’issue de la première session de l’appel d’offres scientifique et médical 2011, Sidaction a décidé d’attribuer près de 2,5 millions d’euros à la recherche. Versés sur 4 ans, ces financements vont participer au soutien de travaux de recherche, sous forme d’aides aux équipes et de financement nominatif de jeunes chercheurs pour leurs travaux de doctorat ou post-doctorat. Le choix des projets à soutenir, opéré sur la base des avis du Comité Scientifique et Médical, a été hautement sélectif : seulement 38 % des dossiers de demande de financement ont en effet été retenus.

Plus d’infos sur www.sidaction.org

 


 

Les dépêches de

Des réfugiés sri-lankais retrouvent leur village

Réfugiés sri-lankaisCet été, le gouvernement sri-lankais a distribué gratuitement 40 000 vélos aux réfugiés qui retournaient dans leurs villages, situés dans le nord du pays. Abandonnés durant la guerre civile qui a opposé les Tigres tamouls aux forces gouvernementales durant des décennies, ces vélos ont été retrouvés dans le district de Mullaitivu. Les autorités de la province ont ordonné leur collecte et leur réparation. Le vélo permet à de nombreux réfugiés vivant dans des villages isolés de rejoindre l’unique autoroute, qui a été remise en état et qui traverse la région. Depuis la fin du confit en mai 2009, plus de 365 000 réfugiés sont revenus chez eux, mais près de 2/3 des habitants de la région vivent avec moins d’1 $ par jour. Un vélo neuf coûte une centaine de dollars…

 

La forêt amazonienne encore menacée

La forêt amazonienne encore menacéeL’Ibama (l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables) a découvert une zone dévastée, de 178 ha, par des herbicides agrotoxiques envoyés par avion. Une nouvelle technique qui permettrait à ces meurtriers de déboiser en peu de temps des surfaces plus importantes, sans avoir à mobiliser des équipes entières. Les spécialistes de l’Ibama expliquent que les agrotoxiques tuent directement les arbres et contaminent le sol, les nappes phréatiques, les animaux et les hommes. Quelques jours auparavant, 4 tonnes d’herbicides agrotoxiques, parmi lesquels figurait du 2,4-D – un des principaux constituants de l’agent orange, responsable de la mort de plusieurs centaines de milliers de personnes lors de la guerre du Vietnam – ont été découvertes dans la forêt. Les autorités ont qualifié le fait de répandre des herbicides sur la forêt par avion de crime environnemental. C’est de pire en pire !

 

Le transport maritime réduit ses émissions de gaz à effet de serre

Le transport maritimeLors de la réunion annuelle de l’IMO (International Maritime Organization), les 55 plus grands pays possédant un accès à la mer se sont engagés à réduire les émissions de gaz à effet de serre du transport maritime. À travers une réduction du gaspillage et une meilleure conception, l’accord prévoit de réduire l’utilisation énergétique des navires construits à partir de 2013 et d’un tonnage supérieur à 400. D’ici 2020, cela permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 45 à 50 millions de tonnes. Le coût attendu de ces nouveaux standards se situe entre 2,6 et 11 milliards d’euros. Mais, selon la Commission européenne, ils devraient amener jusqu’à 34 milliards d’euros d’économies pour la santé publique. Seul petit hic, ces règles s’appliquent seulement aux nouveaux navires et les pays en voie de développement, dans lesquels sont inclus la Chine, le Brésil, l’Arabie Saoudite et l’Afrique du Sud, sont exonérés pour les 6 prochaines années. De plus, les armateurs pourraient immatriculer leurs bateaux dans des pays en développement pour les contourner de la nouvelle réglementation.

 


 

La marche du Panda

La marche du PandaÀ l’occasion des 50 ans du réseau WWF, le WWF France organise une marche éco-ludique, festive et familiale. Il s’agit d’une marche solidaire sur 7 km regroupant parents et enfants de tous âges, à la découverte des espèces en voie de disparition partout dans le monde. Avant l’événement, chaque famille doit mobiliser un minimum de 150 € de dons au profit des actions du WWF France grâce à des pages personnelles dédiées, permettant de faire des dons en ligne. L’ensemble des dons collectés permettra de soutenir les programmes de conservation des zones forestières où le WWF agit, et qui correspondent aux zones d’habitat des espèces en danger. Pour vous donner une idée, un don de 40 € permet de préserver 20 hectares de forêts en Guyane ou au Cambodge…

Et pour que tout le monde en profite, des animations, attractions et activités seront prévues pour divertir petits et grands tout au long de la marche !

Le 9 octobre, à partir de 14 heures au Bois de Boulogne.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.lamarchedupanda.fr

 


 

L’éolienne qui transforme l’air en eau

L’éolienne qui transforme l’air en eauD’ici 2050, les prévisions quant à la quantité d’eau potable disponible par individu annoncent une réduction de moitié. Le réchauffement climatique et l’augmentation de la population mondiale ne vont d’ailleurs pas aider à régler le problème… Après plus de 10 années de recherche et développement, Eole Water – une société française spécialisée dans la conception et l’assemblage de systèmes de production d’eau potable par condensation – propose un système innovant visant à rendre l’eau la plus accessible possible, même dans les zones les plus reculées. Appelée « WMS1000 », cette technologie est capable de produire de l’eau potable de manière autonome et dans le strict respect de l’environnement. Breveté au niveau mondial, ce dispositif est le seul à pouvoir tirer profit d’une ressource inépuisable et encore inexploitée, l’eau contenue dans l’air ! En effet, le vent est l’unique moteur de ce procédé. Dans un 1er temps, il permet de fournir l’énergie nécessaire à la transformation de l’humidité contenue dans l’air en eau ; dans un 2ème temps, il permet d’acheminer cette eau vers un réservoir de stockage. Il faut savoir que la quantité d’eau présente dans l’atmosphère est approximativement égale à celle disponible sous terre, ce qui offre d’immenses possibilités d’implantation à ce système ! Pour ce qui est de la qualité de l’eau collectée, un procédé de déminéralisation et de filtration permet de la rendre potable, tout en respectant les normes de qualité mises en place par l’Organisation Mondiale de la Santé. C’est ce que l’on appelle une innovation !

Pour en savoir plus : www.eolewater.com

 


 

La reforestation en quelques clics

La reforestation en quelques clicsCosta Navarino et Aegean Airlines font revivre les arbres avec le projet Costa Navarino Forest. Il s’agit d’un jeu en ligne qui invite les visiteurs à s’inscrire sur www.costanavarinoforest.com, planter leur arbre virtuel et prendre soin de lui ; avec la possibilité d’inviter 3 amis pour les aider à l’arroser et lui apporter de la terre et des engrais. De cette façon, les participants apprendront facilement comment planter un arbre, le faire grandir et le rendre fort au sein d’une forêt. Ces arbres virtuels seront ensuite transformés en véritables spécimens endémiques de la région de Messinia, en Grèce, avec pour objectif d’atteindre 10 000 arbres plantés d’ici la fin de l’année 2011. Comment ? Les participants n’auront qu’à répondre correctement à une question sur la fore et la faune locales, ou sur l’histoire et les traditions de la région, pour que l’arbre soit planté ! Les 1 000 plus hauts arbres de la forêt porteront le nom de leur propriétaire lors de leur plantation. Parmi eux, les propriétaires des 500 arbres les plus élevés participeront à un tirage au sort à l’issue duquel 5 personnes gagneront un séjour de 5 à 7 jours à Costa Navarino, comprenant les vols sur Aegean Airlines, et pourront ainsi visiter la forêt et rendre visite à leur nouveau-né ! Mêler découverte et bonne humeur, voilà un moyen original de participer à la reforestation !

 


 

éco Livres

Impliquez-vous !
de Christophe Chenebault

Impliquez-vous !Le monde va mal et, face à l’ampleur de la tâche, l’action individuelle pourrait sembler bien dérisoire. Pourtant, chaque action compte ! Parce que chacun peut faire la différence autour de lui, parce que chacun doit faire sa part, cet ouvrage sélectionne 101 actions applicables par tous pour faire exister un avenir coopératif et plus humaniste. Des « petites » actions aux réels engagements, chacun trouvera dans cet ouvrage un acte à sa portée, qui lui permettra d’agir pour un monde meilleur. Le livre contient également un agenda de 350 événements solidaires et écologiques et répertorie plus de 600 organismes et services différents permettant à chacun de concrétiser ses actions.

Le petit + : sur chaque vente réalisée, 4 % du prix de l’ouvrage seront reversés à l’association Le Rire Médecin – De vrais clowns à l’hôpital !

Éditions Eyrolles – 224 pages – 14,90 €

 

La propriété intellectuelle contre la biodiversité ?
par un collectif d’auteurs tels que : Jack Kloppenburg, Birgit Müller et Guy Kastler

La propriété intellectuelle contre la biodiversité ?Les pays du sud recensent 80 % des ressources naturelles mondiales, attisant la convoitise des sociétés transnationales. Celles-ci sont prêtes à tout pour se les approprier à coups de brevets et autres titres de propriété intellectuelle. Dans les pays du nord, les réglementations sur les semences ont eu pour effet de réduire la biodiversité agricole et la liberté des paysans. Pour tenter de pallier cette biopiraterie, la Convention sur la diversité biologique propose un “partage des bénéfices” entre ces firmes, les peuples autochtones et les pays du sud. Ce livre montre en quoi le fait d’imposer des droits de propriété intellectuelle sur la biodiversité conduit à des conséquences dramatiques pour l’humanité. Il vous propose quelques idées pour aider à repenser la logique de privatisation et de marchandisation de la nature.

Éditions CETIM – 224 pages – 8 €

 

Le vrai scandale des gaz de schiste
de Marine Jobert et François Veillerette

Le vrai scandale des gaz de schisteAccusés de polluer les nappes phréatiques, les sous-sols et d’empoisonner l’air par les produits chimiques utilisés pour leur extraction, de faire exploser le trafic routier, de provoquer des séismes et d’aggraver le réchauffement climatique par l’intensité des creusages, les gaz et pétrole de schiste sont au cœur d’un débat national. En courant après l’indépendance énergétique, les industriels et les politiques poursuivent un modèle économique qui génère la crise écologique. Ce livre décrypte pour vous les liens entre haute administration, industriels et politiques. Il démontre pourquoi les projets d’extraction sont encore sur la table malgré les dommages, démesurés et établis, de ces exploitations sur l’environnement.

Éditions Les Liens qui Libèrent – 180 pages – 16 €

 

Gullivert 2011/2012, le guide pratique du savoir vert

Gullivert 2011/2012Présenté sous la forme d’un abécédaire qui recense plus de 1 000 objets de la vie quotidienne, ce guide vous offre des clefs pour mieux les trier et les recycler, tant à la maison qu’en entreprise. Il vous précise où déposer le déchet en fonction de sa composition puis son processus de traitement et de valorisation. Un « lexique du savoir vert », ainsi qu’une présentation des principaux éco-acteurs engagés en faveur de l’environnement, sont également inclus dans ce guide. Il apporte par ailleurs un éclairage sur 15 sujets d’actualité : énergies renouvelables, biodiversité, forêts, urbanisation durable, chiffres clés des déchets, métiers de l’environnement, entreprises et développement durable… Bref, simple d’usage, ce guide vous apportera des solutions pratiques pour mieux comprendre les défis du développement durable. Imaginé et conçu par Ideacom, réalisé en partenariat avec l’ADEME.

356 pages – 20 €

 

Pierre Rabhi
de Serge Orru

Pierre RabhiJardinier, écrivain, poète et paysan : Pierre Rabhi est l’un des pionniers de l’agro-écologie. Depuis plus de 40 ans, il développe ce principe d’agriculture qui vise à respecter les écosystèmes en associant le développement agricole à la protection de l’environnement. Mondialement reconnu, il intervient à l’ONU, dans les pays en voie de développement et vient de créer sa propre fondation. Retrouvez, dans le disque qui ouvre cet ouvrage, ses meilleurs entretiens radiophoniques, dans lesquels il énonce ses préceptes clés : un développement humainement durable, l’insurrection des consciences pour de nouveaux modèles de société, l’écologie et l’humanisme. Serge Orru, directeur de WWF France, présente et prolonge cette parole salutaire au vu des enjeux environnementaux à venir, chiffres et constats à l’appui.

Éditions Textuel – 96 pages – 1 CD de 70 mn – 19,90 €

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.