Environnement

L’écolomag N°36

Juillet – Août 2013

Le billet de France Guillain

www.bainsderivatifs.fr

Vive l’été : flairons ! Humons ! Sentons !
C’est excellent pour le cerveau !

Nous savons, depuis 15 ans, que nous fabriquons de nouveaux neurones tous les jours, toute la vie. Intensivement de 0 à 15 ans, modérément de 15 à 50 ans, intensivement de nouveau de 50 à 70 ans, modérément tout le reste de la vie.

jice-econews36MAIS ils restent vivants et remplacent les anciens à la condition impérative de nous en servir, de les faire travailler dans l’effort, dans des apprentissages difficiles. À condition donc de fuir la passivité et la routine. Passivité et routine : les plus grands dangers pour le cerveau. À condition aussi de ne pas fumer, de ne pas consommer d’alcool. Sinon, adieu les nouveaux neurones ! Le cerveau se dégrade. Ce que nous savons parfois moins, c’est que cette production continue de neurones est étroitement liée au bon fonctionnement de nos 5 sens : la vue, l’ouïe, le goût, le toucher et, en particulier, l’odorat1.

L’olfaction, notre sens le plus archaïque avec le toucher, s’avère jouer un rôle décisif dans la reconstitution de nos neurones !2

L’été est le moment privilégié des senteurs. Profitons-en pour plonger le nez dans nos assiettes, surtout au restaurant, pour éviter une belle tourista : le cerveau, en mode alerte, mobilisera tous les neurones novices.

En achetant fruits et légumes au flair, en les humant, nous saurons faire la différence entre le parfum industriel et le délicat arôme des fraises des bois ou de jardin. Le nez au-dessus de la poêle (attention aux brûlures !) permettra de ne pas noircir les oignons et l’ail. Pas besoin de minuteur pour la cuisson, le nez est le meilleur indicateur. Et sachez que l’odorat a 2 entrées : la senteur, chère aux Français, externe, par les narines ; la flaveur, chère aux Anglais, interne, qui remonte du palais jusqu’au nez. La réunion des 2 nous fait un nez européen !

Et maintenant, tâtons, flairons, regardons tout autour de nous, écoutons l’écolomag qui bruisse entre nos doigts ! C’est bon pour la tête !

(1) La Nouvelle Diététique du Cerveau, Dr Jean-Marie Bourre, Éditions Odile Jacob Poches.
(2) Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner, Boris Cyrulnik, Pierre Bustany, Jean-Michel Ourghourlian, Christophe André, Thierry Janssen, Patrice Van Eersel, collection CLÉS – Éditions Albin Michel.


 

Ça fait du bien ! par Olivier Guilbaud

Olivier GuilbaudQuand avez-vous ri pour la dernière fois ? Cette question n’est pas anodine puisque, statistiquement, nous rions 1 à 2 minutes par jour, selon le neurologue Henri Rubinstein. Vous y reconnaissez-vous ? En tout cas, sachez que nos aïeux riaient une vingtaine de minutes par jour dans les années 30. Y aurait-il un lien entre le pessimisme ambiant et ce manque de rire ? Certainement, car le rire libère les endorphines qui évacuent le stress et dopent nos systèmes immunitaire et respiratoire. Eh bien, oui, le rire, ce lâcherprise, ça fait du bien et, à l’heure des clivages, des pour ou contre, modernes contre anciens, voilà un sujet qui fait l’unanimité. C’est rare et il fallait le souligner.

2013, année du rire ? Je ne sais pas mais, ce qui est sûr, si le rire rend joyeux, il revêt une « naturalité » : contrairement au langage, le rire ne s’apprend pas, il est à la portée de tous, sans exception. Le rire est inné chez l’homme et l’homme rit d’autant plus qu’il se trouve avec d’autres personnes. Le rire a ainsi un rôle social. Cela va même plus loin, avec la naissance récente de la « rigologie », que je vous laisse découvrir mais qui fonctionne incroyablement bien pour peu que l’on veuille s’y adonner avec sérieux. Car là est tout le paradoxe : sans sérieux, point de rire, mais, sans rire, point de sérieux non plus !

Bref, cette expression manifeste, qui s’entend et qui est remarquablement communicative, pourrait être un premier pas vers la recherche du bonheur. Retenez bien que le bonheur ne se trouve pas mais qu’il se construit. Le rire, instant présent, le bonheur, construction permanente, ne s’opposent donc pas, bien au contraire. Le rire fait partie de ces petits bonheurs qui égayent nos journées. « Rire aux larmes », « fou rire », « mieux vaut rire que pleurer » sont autant d’expressions qui en attestent. Un remède magique ! Et, avant de rire, vous pouvez sourire, je vous assure que cela fait du bien à votre entourage. L’effet est tout de suite visible et on vous le rendra bien : un véritable cercle vertueux relationnel, beaucoup plus fort que le cercle vicieux du « faire la tête ».

Finalement, avec peu de moyens, nous pouvons nous faire du bien et, surtout, le communiquer aux autres. Alors, même s’il n’est pas toujours aisé de le pratiquer dans sa salle de bain, en prenant son petit déjeuner, au bureau, en famille ou dans sa voiture, faites-vous plaisir, RIEZ !!!


 

éco BD

ecolomanchoEcolomancho
Dessinateur : Jicé ; Scénario : Jicé et Parno

Sur fond de réalité ô combien brûlante de la fonte des glaces, Mancho, empereur de son état, essaie de vivre droit sur ses palmes dans ce qu’il reste de banquise. En compagnie de quelques comparses, il arpente les vastes étendues glacées et nous y fait découvrir une société humaine responsable et tout à fait coupable.

Édition Patapan – 52 pages – 12 €


 

éco Livre

Gaz de schiste, histoire d’une imposture
Gaz de schistede Jacques Ambroise

Cet ouvrage, qui se veut simple et didactique, est destiné à tout citoyen qui a entendu parler du « gaz de schiste » et souhaite être suffisamment bien informé des conséquences irréversibles sur notre environnement et nos rapports économiques/ sociaux de l’exploitation à grande échelle de cette énergie. Par un propos clair et une démonstration limpide, Jacques Ambroise – adhérent de l’association altermondialiste Attac et membre du conseil d’administration de l’association Non aux Gaz de Schiste Permis de Cahors – apporte de nombreuses explications essentielles à la compréhension des enjeux liés aux gaz de schiste. Il offre au lecteur la possibilité de s’informer et d’analyser l’ensemble des problématiques, grâce à une compilation la plus exhaustive et rigoureuse possible des nombreux articles de presse, études, reportages qui traitent – souvent de manière partielle – des hydrocarbures non conventionnels.

Pour que tout un chacun ait une vision assez claire des implications sur l’avenir de notre société de l’exploitation des gaz de schiste, Jacques Ambroise prend le parti de retracer chronologiquement les différents événements qui ont émaillé la saga, en France et ailleurs. Cet ouvrage, de la collection Le droit de savoir, est un acte citoyen et militant pour réveiller les consciences sur une question qui engage notre avenir de manière définitive.

Éditions Sang de la Terre – 160 pages – 14,50 €

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.