Santé, Bien-être & Beauté | L'écolomag

Santé, Bien-être & Beauté

L’écolomag N° 14

Décembre 2009

 

Sophie MacheteauEuphorisez la fin de l’année…

« Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être bien avec soi. »
Bernard Fontenelle- Extrait de Du Bonheur

Exit la grippe A, les jours qui diminuent, le manque de soleil, la nostalgie estivale, la froideur hivernale et le moral en berne… Et si vous euphorisiez cette fin d’année, côté beauté, bien-être et santé ? Promis juré, Dame nature a tout organisé. Des plantes qui mettent de bonne humeur, des fleurs qui rendent heureux, de la lumière pour « booster » l’énergie, de l’happy cosmétique 100% naturelle…Vous n’avez qu’à vous laisser guider…

Euphorie : sensation intense de bien-être, de satisfaction et de plénitude.

Par Sophie Macheteau

 


 

La plante du mois :
Le souci (Calendula offcinalis L.)

Le SouciComme son nom ne l’indique pas, le souci ou calendula, originaire du bassin méditerranéen, est une fleur ensoleillée qui soulage bien des maux…

Propriétés médicinales

Les qualités médicinales du souci furent mises en évidence dès le Moyen Age. Au 12ème siècle, on le trouvait dans le jardin des cloîtres où il était également apprécié comme épice. Sainte Hildegarde le recommandait comme remède contre certaines affections de l’intestin et du cuir chevelu. Albert Le Grand l’indiquait contre les troubles hépatobiliaires, les piqûres d’insectes et les morsures de serpent. Au 16ème siècle, le botaniste Matthiole le prescrivait sous forme de collyre pour calmer les inflammations des yeux. Le souci est réputé en médecine populaire pour ses effets sudorifiques, dépuratifs, emménagogues et cicatrisants.

Propriétés cosmétiques

  • Riches en glucides émollients, les fleurs de souci constituent un actif de choix pour hydrater les peaux sèches ainsi que pour apaiser les peaux sensibles et irritées. Leurs vertus adoucissantes sont appréciées notamment dans des produits pour bébés.
  • Elles bénéficient de propriétés nettoyantes et purifiantes, particulièrement utiles dans des soins destinés aux peaux grasses à tendance acnéique. Les fleurs de souci peuvent également entrer dans la composition de produits d’hygiène bucco-dentaire et corporelle. Elles peuvent être employées dans des lotions pour cheveux gras à tendance pelliculaire.
  • Elles sont idéales dans la formulation de soins régénérants pour peaux abîmées, de crèmes anti-vergetures et de baumes pour lèvres gercées.
  • Riches en caroténoïdes antioxydants, les fleurs de souci peuvent être mises à profit dans des soins anti-âge, ainsi que dans des produits de protection solaire.

Sous quelle forme l’utiliser ?

Vous pouvez utiliser le souci sous forme d’infusion, à partir de la fleur fraîche, ou sèche, ou de macérât huileux.

Le saviez-vous ?…

Autrefois, on tirait des fleurs une teinture jaune pour teindre les textiles, mais aussi colorer le beurre et le fromage. On l’appelait «le safran du pauvre» car ses fleurs étaient employées en cuisine pour ajouter de la couleur et du goût à certains plats.

 


 

Deux plantes pour cultiver
la joie de vivre

L’aspérule odorante… l’ « happy plante »

Je ne vois à cette plante que des avantages. Appelée également reine des bois ou petit muguet, l’aspérule odorante exhale un délicieux parfum de vanille, de foins frais, de miel et de pain d’épices. Goûtez à la liqueur de son infusion et vous aurez déjà parcouru quelques mètres vers le bonheur.

Cette petite plante vivace calme par ailleurs la nervosité, apaise l’anxiété, améliore la digestion et facilite le sommeil.

La balsamite…Le boute-en-train végétal

Jadis on disait de cette plante, très fréquente dans les jardins du Midi, qu’elle réveillait l’esprit et rendait la gaieté à ceux qui l’avait perdue. C’était même le constituant principal du « vin égayant », un apéritif naturel propre à mettre de bonne humeur celui qui le buvait.

Vous pouvez consommer ces deux plantes en infusion (environ 3g pour 100ml d’eau – Laissez infuser 8 minutes).

 


 

Deux fleurs de Bach
pour voir la vie en rose

La théorie des fleurs du Dr Bach (1886-1936) est une méthode douce et naturelle qui traite les états émotionnels temporaires (peur, solitude, manque d’intérêt pour le présent, découragement ou désespoir, incertitude, hypersensibilité et préoccupation excessive), tout en visant dans la durée à l’épanouissement de la personne. Il mit au point 38 infusions solaires diluées pour réguler les émotions.

L’élixir de moutarde

Il aide à retrouver une sérénité constante, intérieure et inébranlable. Il permet aussi de compenser les éléments négatifs inattendus par une gaîté intérieure et un optimisme dynamique.

L’élixir de gentiane

Il permet de surmonter les obstacles quand on le veut vraiment, de retrouver confiance en soi, en ses propres capacités pour surmonter les situations difficiles. Il développe la persévérance et la compréhension
des problèmes.

Pour en savoir plus : Le livre « Fleurs de Bach » aux Editions VIGOT

 


 

Un peu de gelée euphorisante ?

AbeilleVous connaissez sûrement la gelée royale pour ses vertus tonifiantes et stimulantes, mais savez-vous qu’elle possède également des vertus euphorisantes ? Et cela, grâce à la présence de l’acétylcholine, un neurotransmetteur, excitateur très répandu qui déclenche la contraction musculaire et stimule l’excrétion de certaines hormones du plaisir. Par ailleurs, la vitamine B5, présente en quantité importante dans la gelée royale, joue un rôle important dans l’équilibre psychique, effet «anti-stress», en agissant sur les neurotransmetteurs.

Le saviez-vous ? La gelée royale est une substance sécrétée par les glandes pharyngiennes des jeunes abeilles. Seules les reines sont exclusivement nourries à la gelée royale, alors que les autres abeilles n’en reçoivent que pendant les trois premiers jours de leur vie larvaire. Ainsi, le poids de la reine est environ six fois plus élevé que celui des ouvrières, ce qui laisse à penser que la gelée royale possède des vertus de croissance spécifiques. De plus, la reine a une vitalité hors du commun et dispose d’une résistance marquée aux maladies dont souffrent les ouvrières. D’ailleurs, ces dernières ont une espérance de vie de 45 jours environ, alors que la reine vit entre 4 et 5 ans.

Quelle posologie ? Prenez chaque matin, pendant 25 jours et à jeun, une dose de 400mg. Laissez fondre sous la langue en vous relaxant pour un effet bio-énergétique optimal. Attendez 15 minutes avant de vous alimenter à nouveau. Demande d’échantillon gratuit auprès de Superdiet réservée aux lecteurs de l’écolomag.

(Source : Laboratoire Superdiet – www.superdiet.fr – numéro indigo 0 825 800 794)

 

La propolis… une alternative
100% naturelle aux antibiotiques

Véritable antidote des abeilles, la propolis est une substance résineuse recueillie par ces dernières, sur les bourgeons et les écorces des arbres. Largement mises en évidence dans la littérature scientifique, les propriétés de la propolis sont multiples, de par sa complexité biochimique : antiseptique, anti-inflammatoire, antioxydante, antivirale et antibactérienne. Son action à la fois préventive et thérapeutique est spécialement bien adaptée aux traitements des infections ORL (voies respiratoires supérieures), que ce soit pour les adultes ou les enfants. Une thérapie vraiment happy !

Sous quelle forme la consommer ?

Sous forme brute ou de teinture mère dosée à 30%

Le saviez-vous ?

Le mot propolis signifie littéralement « devant, en avant de », et polis, « la cité », une allusion à la réduction de l’entrée de la ruche avec de la propolis pour défendre la colonie

(Jean-Philippe Dellamonica – Naturopathe – 01 69 52 21 93)

 


 

L’écolo-dossier du mois : Les hormones du bonheur !

« J’ai envie d’être heureux parce que c’est bon pour la santé » – Voltaire

Kézako ? Le corps humain réagit aux impressions sensorielles, qu’elles soient tristes ou heureuses, par une alternance de courriers chimiques. Ces neurotransmetteurs interviennent d’une façon fondamentale dans la sensation de bien-être. Les hormones de la bonne humeur, notamment l’endorphine et la sérotonine, provoquent cette sensation très convoitée de bien-être. Si l’organisme accuse la moindre baisse de ces hormones, c’est l’humeur qui en prend un coup. Si cet état dure longtemps, la tendance à la mauvaise humeur ne fait que s’accentuer.

L’endorphine et la sérotonine sont des molécules endogènes, c’est-à-dire naturellement produites par l’hypothalamus et l’hypophyse. L’endorphine agit comme un opiacé ou un euphorisant naturel en réduisant la perception de la douleur. Elle a, par ailleurs, un effet anxiolytique, antalgique et anti-fatigue. La sérotonine, quant à elle, joue un rôle essentiel dans la régulation de l’humeur.

Pour augmenter au quotidien notre production d’endorphine et de sérotonine, inutile d’aller chercher bien loin, le bonheur est à portée de mains ! Suivez le guide…

Devenez accro au sport !

N’attendez surtout pas le printemps pour vous remettre au sport. Euphorisez cette fin d’année en pratiquant une activité sportive.

Comment ça marche ? L’effort, engendré par la pratique d’un sport, fait sécréter de l’adrénaline et de la noradrénaline. Pour compenser et calmer le jeu, les neurones produisent plus d’endorphines. Malin non ?

Les sports d’endurance (comme le jogging, la marche, le vélo, la natation…) aident beaucoup l’organisme à sécréter de belles quantités d’endorphines. C’est la façon pour le corps d’affronter l’épuisement et d’apaiser la douleur. Celui qui pratique un de ces sports se retrouve avec une humeur euphorisée, c’est ce qu’on appelle le «Runner’s High».

Le saviez-vous ? 30 minutes de marche par jour suffisent pour redonner la pêche et mettre de bonne humeur. La quantité d’endorphines augmente pendant l’exercice et atteint cinq fois les valeurs de repos, 30 à 45 minutes après l’arrêt de l’effort. Convaincu ?

 


 

Le massage, précurseur d’euphorie ?

Au-delà de l’aspect sensoriel, le massage bénéficie d’indéniables bienfaits sur le corps et le mental. Il débloque le souffle, détend l’ensemble des muscles, apaise le système nerveux, draine les toxines, oxygène les tissus, stimule la circulation veineuse et lymphatique, renforce le tonus musculaire, soulage stress et angoisse, assouplit et raffermit la peau, détend les traits, déconnecte le mental et nous met de bonne humeur.

Les scientifiques ont mis en évidence la libération d’une grande quantité d’endorphines dans le flux sanguin pendant la pratique d’un massage. Cela explique le léger effet « groggy », de légèreté et de bien-être que nous ressentons après un massage.

Le must du must ? Un massage au chocolat pour ses chaudes effluves cacaotées et sa richesse en polyphénols et théobromine. Miam miam !

Source : www.dieteticanaturo.fr

 


 

La luminothérapie
pour voir l’hiver en rose

Le niveau de luminosité diffusé par le soleil passe de 50 000 lux l’été à 1 500 lux en automne et à 500 lux en hiver, alors que pour conserver notre équilibre interne, cette intensité doit dépasser 2 000 lux au niveau des yeux. Cette différence nous perturbe plus que l’on imagine. Quand il fait sombre, l’épiphyse, une glande pinéale située dans le cervelet, sécrète de la mélatonine, une sorte de somnifère propre au corps humain. Lors de journées courtes à faible luminosité, les sécrétions de mélatonine s’emballent, provoquant un dérèglement de l’horloge biologique. De ce fait, vous vous sentez fatigué, moins énergique. Vous pouvez par ailleurs ressentir des changements d’humeur inexpliqués, dormir davantage et avoir des difficultés à vous concentrer ou à sortir de votre lit.

La solution ? La luminothérapie, appelée également photothérapie, utilisée depuis de nombreuses années par les pays nordiques. Le but est de s’exposer, le matin de préférence, durant 30 minutes, et ce, pendant 10 à 15 jours, à une lumière vive, afin que la rétine puisse envoyer un signal à la glande pinéale, responsable de la gestion des cycles « veille/sommeil ». La luminothérapie va permettre de bloquer la production de mélatonine et de libérer des hormones d’activation comme la sérotonine. Résultat ? Vous retrouvez votre énergie et une belle joie de vivre.

Source : www.lumino.fr

 


 

Rubrik’ à trucs

Bains de bouche anti-aphte
aux fanes de carottes

Si vous avez des aphtes, pensez aux fanes de carottes. Lavez-les et faites-en bouillir une poignée une dizaine de minutes. Laissez-les ensuite infuser cinq minutes, filtrez, laissez tiédir et pratiquez des bains de bouche ou des gargarismes deux fois par jour. C’est efficace et écolo !

La tomate à la rescousse
de l’acné !

Coupez une tomate en fines tranches. Appliquez-les sur les boutons pendant 15 minutes environ, deux fois par jour, matin et soir.

Des épinards pour dire adieu
aux pellicules !

Faites bouillir quelques feuilles d’épinard fraîches ou surgelées, laissez-les reposer quelques minutes sur la tête et massez ensuite comme pour un shampooing classique. Rassurez-vous, le ridicule ne tue pas et le résultat est surprenant !

Une tisane de feuilles d’olivier
pour faire baisser le cholestérol

A raison de 10 feuilles par tasse, vingt et un jours par mois, cette tisane permet de réguler le taux de cholestérol. Pour cela, buvez une tasse au réveil et les autres une demi-heure avant chaque repas principal.

Pour abaisser tout naturellement
la fièvre

Pour combattre les excès de fièvre, pensez aux infusions de plantes fébrifuges et sudorifiques, comme le saule blanc et la reine des prés.

Aie ! Carie en vue

Pour calmer la douleur, mettez sur un coton-tige une goutte d’huile essentielle de poivre noir et une goutte d’huile essentielle de clou de girofle. Appliquez délicatement sur la dent concernée, et ce, plusieurs fois dans la journée.

La goutte de trop !

La goutte est une affection provoquée par une élévation importante du taux d’acide urique dans le sang. Pour éliminer l’urée et l’acide urique, pensez aux infusions d’artichaut, un légume aux propriétés diurétiques puissantes et incontestables.

Les nausées, c’est pas le pied !

Pour lutter contre les nausées, quelle qu’en soit la cause, « mal des transports, grossesse… », optez pour le gingembre en poudre. Les marins s’en servaient au XVIIème siècle contre le mal de mer. Posologie : 2g par jour.

Un sirop de figue
contre les maux de gorge !

Pour bénéficier des propriétés expectorantes des figues, préparez ce sirop, qui saura efficacement calmer maux de gorge et toux rebelle : faire cuire dans la valeur d’un bol d’eau 8 à 10 figues, jusqu’à ce qu’elles forment un sirop à boire.

Le pansement des abeilles

Pour apaiser la douleur d’une brûlure et prévenir les éventuelles cicatrices, rien de tel qu’un pansement au miel : nettoyez d’abord la peau avec du sérum physiologique, puis appliquez une couche de miel et recouvrez de compresses stériles. Renouvelez l’opération tous les jours.

 


 

ECO SANTÉ SCOOPS

Euphorisez l’oxygénation
de vos cellules !

Les polluants, présents dans l’atmosphère des zones urbaines ou industrielles, réduisent la quantité d’oxygène disponible dans les tissus. En tapissant les voies respiratoires, ils freinent les échanges gazeux. Certains d’entre eux, comme le monoxyde de carbone, vont jusqu’à prendre la place de l’oxygène sur l’hémoglobine ! Cela entraîne une insuffisance d’oxygène pour les tissus, que l’on appelle hypoxie.

La solution ? Une méthode d’oxygénation biocatalytique, grâce à un appareil breveté appelé « Bol d’air », dont le but est d’améliorer la biodisponibilité de l’oxygène au cœur de l’organisme. Il ne s’agit pas d’inhaler plus d’oxygène, mais de permettre aux cellules de mieux récupérer l’oxygène circulant dans le sang. Pour cela, cette méthode utilise des terpènes issus de résines de pin, qui acquièrent de nouvelles propriétés lorsqu’ils sont transformés dans « Le Bol d’Air » et deviennent des porteurs d’oxygène.

Pour en savoir plus : www.holiste.com

Pour nous les femmes…

Au cours de sa vie, une femme peut utiliser jusqu’à 10 000 protections jetables, soit une dépense de près de 2400€. Deux milliards de protections périodiques ou de tampons évacués par les toilettes sont ainsi jetés chaque année en France, sans compter les emballages et les applicateurs.

Les solutions ? La coupe menstruelle, une petite coupe en silicone hypoallergénique qui recueille le sang menstruel. On l’insère dans le vagin, on la place sur le col de l’utérus où elle tient par un effet de ventouse. Il n’y a donc aucun risque de fuite. Il suffit de la vider et de la rincer plusieurs fois par jour et de la faire bouillir pour la stériliser à la fin des règles. Sa contenance permet de tenir plus longtemps qu’avec une serviette ou un tampon. Elle peut durer jusqu’à 10 ans. L’adopter c’est prendre soin de son intimité (absence de chlore), faire de substantielles économies et réduire son empreinte écologique.

(source: www.lunacup.fr)

L’utilisation de produits d’hygiène sanitaire entièrement naturels : Quand on sait que 1/3 des femmes sont sujettes à une irritation féminine allergique, qui est un problème qui peut être confondu avec la maladie du “muguet” ou avec une maladie sexuellement transmissible, on ne peut que leur conseiller d’utiliser des protections naturelles. A l’instar des protections fabriquées à partir de matériaux synthétiques utilisant des procédés pouvant être néfastes pour la santé, ces protections naturelles (serviettes, tampons) non seulement tiennent compte de l’environnement mais sont aussi confortables et fables pour la santé

(source : www.natracare.com)

 

Le saviez-vous ?

Les protections jetables internes sont apparues aux États-Unis dans les années 1930, le premier Tampax datant de 1936. Il faudra attendre 1951 pour voir les tampons arriver en France et 1960 pour la serviette périodique à usage unique.

(source : Alternative Santé)

 


 

Le saviez-vous ?

Il ne faut pas confondre « les bonbons aux plantes » « les pastilles bio » et « biopastille® » car biopastille c’est de la tisane crue vertueuse. Au lieu de cuire des plantes dans du sucre, la tisane à sucer est pressée à froid dans la fibre d’acacia. On la savoure collée au palais, laissant la salive faire la tisane, rien dans la casserole, tout dans la bouche !! Pour un long plaisir sans scrupules et une prise perlinguale bienfaisante 100% bio.

 


 

ECO-DÉCOUVERTES

Le Tulsi

En Inde, l’usage du Tulsi, également appelée Basilic Sacré, est largement répandu pour ses vertus médicinales connues depuis des millénaires. Sa culture est communément annuelle (graines), mais peut aussi être réalisée par greffe ou bouturage. Le Tulsi est originellement identifié par les botanistes en tant qu’ « Ocimum Sanctum » pour les variétés Rama et Krishna, et plus récemment en tant qu’ « Ocimum Gratissimum » pour la variété Vana. Il appartient à la famille des Lamiacées (dont font partie les menthes), et est une espèce cousine du basilic commun. En Inde, toutes ces espèces sont vénérées sous le nom de Tulsi. La composition biochimique du Tulsi est hautement complexe, contient beaucoup de nutriments et de substances biologiquement actives. Ses propriétés ne sont pas dues à une substance isolée, mais bien à une interaction synergétique de différents composés phytochimiques. Cette complexité a pour l’instant déjoué une standardisation scientifique de ces composés, bien que parmi les nombreuses substances extraites et identifiées l’acide ursolique et l’eugénol soient les mieux connus. Le Tulsi augmente la vitalité et développe la capacité naturelle de l’organisme à maintenir un état de bien-être, ce qui explique les usages innombrables du Tulsi dans les soins traditionnels. Généralement considérée comme un vitalisant, cette plante peut augmenter la résistance physique en ne contenant ni caféine ni autres substances stimulantes. Il est démontré que le Tulsi possède de remarquables propriétés préventives dans le cadre de maladies dégénératives tels que cancers, maladies cardio-vasculaires, diabète, arthrite ou démence. En achetant la marque Organic India distribuée par Ecoidées, vous soutenez l’engagement d’entreprises impliquées dans des projets agricoles durables et écologiques, ainsi que le travail de milliers de petits producteurs et de récoltants de l’inde rurale.

(Source : Ecoidées)

La Maca

La Maca est une plante extrémophile millénaire qui pousse sur les hauts plateaux des Andes, entre 3.800 et 4.500m, au centre du Pérou, et plus particulièrement sur la province de Junin où l’on trouve la meilleure des Maca. C’est une plante crucifère, anti-oxydante et anti-âge utilisée pour ses surprenantes vertus médicinales. Elle est cultivée selon les méthodes traditionnelles de culture Biologique. Cette plante adaptogène est utilisée depuis des temps immémoriaux pour ses « propriétés revitalisantes, énergisantes et nourrissantes ». La Maca est un cocktail de vitamines A, B1, B2, B5, B12, C, D et E, d’oligo-éléments : magnésium, potassium, sodium, manganèse, cuivre, étain, aluminium, le zinc, bismuth, phosphore, fer et iode, elle renferme des acides aminés, des acides gras, des saponines, des tanins, des stérols, des macamides, des favonoïdes qui améliorent l’ensemble des fonctions de l’organisme et un concentré de principes actifs (glucosinolates) : les isothiocyanates qui lui confèrent ses propriétés tonifantes, antistress et aphrodisiaques. Cette plante combat énergiquement les effets négatifs de la vie moderne et de l’âge. De plus, ses constituants contribuent au bon équilibre de la spermatogenèse et aident dans les signes de déséquilibre hormonal tel que l’infertilité, les menstruations irrégulières et/ou douloureuse, l’impuissance, la frigidité, les bouffées de chaleur pour une ménopause naturelle et sans risque. Grâce à ses propriétés stimulantes de l’organisme entre D.H.E.A. et Viagra, la Maca procure à tous et à toutes une amélioration très nette du bien-être général tout en restant un produit naturel consommé depuis plusieurs siècles.

(Source : www.aromabio.fr)

 


 

Les bienfaits de la chlorophylle

La chlorophylle, pigment vert des végétaux, est particulièrement bénéfique à la santé lorsqu’elle est consommée crue et concentrée.

Quels sont les aliments riches en chlorophylle ?

  • le chou
  • les épinards
  • les graines germées
  • les jus d’herbe
  • les algues bleu-vert
  • le chou frisé
  • le cresson
  • et, plus surprenant, la luzerne que vous trouverez notamment dans les graines germées d’alfalfa.

Quels sont les principaux bienfaits de la chlorophylle pour notre santé ?

  • elle favorise la formation de l’hémoglobine en cas d’anémie ou d’asthénie fonctionnelle
  • elle stimule la microcirculation capillaire
  • elle piège les métaux lourds
  • elle active la cicatrisation générale de près de 30%
  • elle est désodorisante (haleine, pieds, aisselles…)
  • elle participe au confort digestif
  • elle intervient dans la formation de la vitamine A antioxydante

 


 

Les fleurs de la bonne humeur…

Le Centre d’information des Bulbes à Fleurs a initié un partenariat avec des experts en psychologie comportementale et en architecture d’intérieur pour donner naissance au guide «Humeurs en fleurs». Ainsi, les fleurs pourraient jouer sur notre humeur et notre état psychique :

  • Le muscari comme anti-stress
  • Le muguet comme révélateur de créativité
  • La jacinthe lilas comme facteur de motivation et d’inspiration
  • L’amaryllis rouge comme favorisant l’affirmation de soi
  • Le narcisse « tête à tête » pour faire preuve de positivisme

Source : www.humeursenfeurs.com

 


 

Hyperacidité gastrique :
La réponse naturelle

Près d’1/3 des français souffrent d’hyperacidité gastrique, pathologie emblématique du mode de vie actuel : stress, malbouffe et médicaments à outrance. Pour lutter contre cette hyperacidité, la première chose à faire est toujours d’améliorer son hygiène de vie. Commencez par éviter le tabac et certains médicaments comme l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Ensuite, essayez de mieux gérer le stress, qui aggrave les sécrétions acides gastriques et les contractions stomacales favorisant les reflux. Durant les repas, mangez calmement, le plus lentement possible et mâchez les aliments au maximum. Il vaut mieux répartir 5 à 6 petits repas dans la journée car l’abondance de nourriture entraîne un débordement du contenu gastrique vers le haut. En mangeant, il faut boire le moins possible pour éviter d’augmenter le volume gastrique et lui permettre de rester suffisamment solide et compact. Préférez les aliments solides à ceux plus liquides comme la purée ou la soupe, surtout le soir. Ne dînez surtout pas juste avant le coucher car la position allongée favorise la remontée du liquide gastrique dans l’œsophage et si possible, surélevez votre tête de lit d’une dizaine de centimètres. Certains aliments, les plus acides (tomates, agrumes, cornichons, vinaigre, épices, graisses, café, alcool…) sont à éviter afin de ne pas accentuer le déséquilibre acido-basique (PH) de l’estomac. En revanche, les légumes, les céréales (pains, riz et nouilles complets) et les légumineuses (haricots blancs, petits pois, lentilles) sont bénéfiques car elles permettent de neutraliser les acides gastriques. Les algues, notamment l’algue brune (Laminaria hyperborea) très courante sur le littoral breton, sont également excellentes pour l’estomac car elles contiennent des alginates, sorte de gélatine qui se dépose sur les muqueuses internes pour les protéger. Malgré une hygiène de vie irréprochable, il arrive bien sûr que les troubles persistent. Dans ce cas, le laboratoire D. Plantes a élaboré un complément alimentaire à base de Ascophyllum Nodosum et de carbonates (minéraux) de magnésium et de calcium, qui agissent en synergie. L’algue brune va, au contact de l’acidité du suc gastrique, se transformer en un gel. Le gaz carbonique, produit par la présence de carbonates en milieu acide, provoque le déplacement du gel à la surface du liquide gastrique. Il forme ainsi une barrière mécanique empêchant les remontées acides dans l’œsophage. Ce gel « tampon » va également se déposer sur les parois œsophagiques et stomacales pour protéger la muqueuse de l’hyperacidité. Enfin, les carbonates, grâce à leur PH très alcalin, vont faire chuter l’acidité de l’estomac pour rétablir son équilibre acido-basique. Deux comprimés à croquer ou à sucer après les deux principaux repas.

Source : www.dplantes.com

 


 

EUPHORISEZ
VOTRE BEAUTÉ !

Exit la cosmétique fade et peu innovante qui ne nous fait pas rêver. Oui à la cosmétique du bonheur, qui non contente de nous rendre belle, nous met du baume au cœur et agit sur notre moral. Youpi !

Des happy cosmétiques, kezako ? Ce sont des cosmétiques polysensoriels, aux couleurs gaies, aux textures délicates et aux parfums enchanteurs, qui éveillent les sens et inspirent du bonheur. Le rôle des parfums sur notre psychisme. Née dans les années 80, l’aromachologie est la science des phénomènes liés aux odeurs. De nombreux résultats d’expériences établissent désormais ce que l’Homme savait intuitivement depuis la nuit des temps : les fragrances jouent un rôle sur notre psychisme et sur la régulation des grandes fonctions vitales.

Comment ça marche ? L’odeur est au plus près de notre fonctionnement intime. En effet, elle nous laisse rarement indifférents et déclenche très souvent une réaction émotionnelle. Un parfum qui nous enivre nous fait voyager et nous procure une intense vague de bien-être. Avec les techniques d’IRM, nous savons maintenant que grâce à quelques relais de neurones, le bulbe olfactif est en lien direct avec le système limbique, également appelé cerveau des émotions. Lorsque nos narines rencontrent une odeur, nos réactions affectives sont les premières à être traitées par le cerveau, du fait de ces liens directs entre le système olfactif et le système limbique.

Pour en savoir plus : Etes-vous au parfum ? de Patty Canac – Interéditions

 


 

Les parfums du bonheur

Même si, comme nous venons de le voir, l’interprétation des odeurs est très personnelle, certaines plantes, épices ou fleurs sont réputées pour leur action bienfaisante sur notre vitalité et notre moral. C’est le cas de certaines huiles essentielles, que l’on retrouve dans la plupart des gammes de cosmétique naturelle.

En voici quelques exemples :

L’huile essentielle de bergamote, agit rapidement sur le système nerveux comme un euphorisant.

L’huile essentielle de citron vert, au parfum frais et acidulé, aide à lutter contre le stress, la nervosité et l’anxiété.

L’huile essentielle d’orange sanguine, apaise les états nerveux et nous aide à voir la vie en rose.

L’huile essentielle de gingembre est stimulante, c’est un tonique sexuel et un puissant aphrodisiaque.

L’absolue de vanille, au parfum balsamique et caramélisé, est à la fois réconfortant, stimulant et aphrodisiaque.

L’huile essentielle d’Ylang ylang, au parfum foral envoûtant, dénoue les tensions et engendre une forme d’insouciance très propice au plaisir des sens.

Mais aussi : l’huile essentielle de sauge sclarée, la résine de benjoin, l’huile essentielle de basilic, de santal, de magnolia, d’encens et de néroli.

 


 

DES RECETTES DE BEAUTÉ EUPHORISANTES À FAIRE SOIS-MÊME

Gel douche euphorisant

Voici un gel douche peps et vitalisant pour euphoriser, dès le lever, votre journée.

Type de recette : hygiène

Durée de préparation : 5 minutes

Coût : Peu coûteux

Facilité de réalisation : Facile

Proposition de flaconnage : Flacon de 100ml

Matériel nécessaire :

  • Un bol
  • Un mini-fouet
  • Une éprouvette graduée

Ingrédients :

  • 90ml de base lavante neutre bio
  • 5ml d’huile végétale de noyaux d’abricots
  • 10 gouttes d’huile essentielle d’orange sanguine
  • 10 gouttes d’huile essentielle de citron vert
  • 10 gouttes d’huile essentielle de bergamote
  • 7 gouttes de vitamine E
  • 20 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse

Mode opératoire : Dans votre bol, mettre la base lavante et l’huile végétale et mélanger à l’aide du mini-fouet. Ajouter les gouttes d’huiles essentielles, la vitamine E et l’extrait de pépins de pamplemousse et remuer à nouveau. Transvaser dans le flacon. Conservation : Trois mois maximum dans des conditions optimales de conservation, à l’abri de la lumière et de la chaleur.

 

Brume euphorisante pour la peau et l’esprit

Une brume sensorielle et bienfaisante, au parfum subtil et aux vertus à la fois apaisante et énergisante. Un soin 100% naturel dont on devient rapidement « addict ».

Type de recette : soin

Durée de préparation : 5 minutes

Coût : Peu coûteux

Facilité de réalisation : Facile

Proposition de flaconnage : I Flacon spray de 100ml

Matériel nécessaire :

  • Un bol
  • Un mini-fouet
  • Une éprouvette graduée

Ingrédients :

  • 50ml d’eau de fruit de citron
  • 50ml d’hydrolat aromatique d’ylang ylang
  • 7 gouttes de vitamine E
  • 20 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse

Mode opératoire : Dans votre bol mettre tous les ingrédients et mélanger à l’aide d’un mini-fouet. Transvaser dans votre flacon. Conservation : Trois mois maximum au réfrigérateur.

 

Bougies d’ambiance euphorisantes

Envie de lâcher prise et d’une soirée placée sous le signe de la bonne humeur ? Rien de tel qu’un trio de bougies euphorisantes pour magnifier cette parenthèse enchantée !

Durée de préparation : 20 minutes

Coût : Peu coûteux

Facilité de réalisation : Facile

Proposition de flaconnage : 3 Verrines de 60 ml

Matériel nécessaire :

  • Un mini-fouet
  • Trois mèches
  • Une balance de cuisine

Ingrédients pour une verrine :

  • 10g d’acide stéarique
  • 5g de cire d’abeille blanche
  • 30g d’huile végétale d’amande douce
  • 2 belles pointes de couteau de mica de la couleur de votre choix
  • 10 gouttes d’huile essentielle d’encens
  • 10 gouttes d’huile essentielle de santal

Mode opératoire : Peser tous les ingrédients directement dans la verrine. Faire chauffer la verrine au bain-marie. Ajouter le mica et remuer délicatement afin de bien homogénéiser la couleur. Ajouter le parfum en remuant à nouveau. Sortir la verrine du bain-marie, ajouter la mèche en la positionnant bien au centre. Laisser refroidir.

 

Parfum euphorisant vanille & fève tonka

Un parfum délicieusement euphorisant à réaliser soi-même pour voir la vie en rose.

Durée de préparation : 20 minutes (hors temps de macération)

Durée de macération : 5 jours

Coût : Peu coûteux

Facilité de réalisation : Facile

Proposition de flaconnage : Flacon pour parfum de 50ml

Matériel nécessaire :

  • Un pot en verre avec couvercle
  • Un mini-fouet

Ingrédients :

  • 50ml de vodka
  • 5 fèves tonka
  • 50 gouttes d’absolue de vanille
  • 20 gouttes d’huile essentielle de citron vert
  • 10 gouttes d’huile essentielle d’orange sanguine
  • 3 gouttes d’huile essentielle de gingembre

Mode opératoire : Mettre dans le pot la vodka, les fèves tonka et les gouttes d’absolue de vanille. Laisser macérer 5 jours. Ajouter les gouttes d’huiles essentielles de citron vert, d’orange sanguine et de gingembre. Remuer à l’aide du mini-fouet. Filtrer puis transvaser dans le flacon.

 

 

Les informations proposées par l'Écolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.