Santé, Bien-être & Beauté

L’écolomag N° 22

Mars – Avril 2011

Détox : Le grand ménage de printemps !

Par Sophie Macheteau

…Quand la douceur prend place, à la fin de l’hiver, apparaissent déjà de l’aimable primevère, des grappes chatoyantes annonçant le printemps, oh saluons les prémices de jours éclatants ! C’est alors que commence une longue floraison, toujours aussi superbe quelle que soit la saison.

Extrait du poème Les fleurs – Yves Macheteau

Un léger parfum d’euphorie flotte dans l’air, la nature se réveille doucement mais sûrement, le silence hivernal laisse place petit à petit aux piaillements intenses des oisillons, la sève remonte dans les végétaux, les premiers bourgeons font leur apparition, les animaux achèvent leur hibernation : la vie reprend après la mise en repos hivernale ! À son image, nous sortons de notre cocon, mus par une énergie grandissante et l’envie de nous alléger. Pour profiter pleinement de cette douce métamorphose, un ménage pertinent s’impose sans plus tarder : décrasser, alléger, drainer et répondre ainsi favorablement à l’appel du printemps !

 


 

écosanté

La plante du mois : le bouleau

Le bouleau, histoire et tradition

BouleauDe la famille des Bétulacées, le bouleau blanc (Betula alba), est connu en Europe orientale et en Asie centrale depuis des millénaires pour ses vertus thérapeutiques et a longtemps été considéré comme un arbre sacré, surnommé « arbre de sagesse ». C’est un arbre très décoratif, généralement employé dans les parcs et jardins en ornement à cause de l’écorce de son tronc, d’un blanc argenté particulièrement esthétique. D’une hauteur de 10 à 30 m et d’un diamètre de 35 à 80 cm, il a une forme élancée au port gracieux et souple. C’est un arbre assez vigoureux qui s’adapte à tous les sols, même ceux très pauvres. Dans l’Antiquité, le bouleau ne figurait pas parmi les plantes médicinales. Ses propriétés ne furent reconnues qu’à partir du 12ème siècle. Sainte Hildegarde préconisait notamment l’application de ses fleurs en cas d’ulcères. Au 16ème siècle, Matthiole attribuait à la sève de bouleau, dite « eau de bouleau », la propriété de dissoudre la gravelle (petits calculs rénaux), c’est pourquoi on l’appelait « arbre néphrétique d’Europe ». Elle était également réputée pour traiter la jaunisse. Le médecin français Leclerc recommandait ses feuilles pour les inflammations cutanées. La médecine populaire allemande emploie les feuilles fraîches de bouleau contre la cystite chronique et les fièvres intermittentes. Les Lapons utilisent aussi l’écorce pour soigner les plaies, les brûlures et les éruptions cutanées. Les soldats russes employaient l’huile de bouleau, appelée « goudron », pour imperméabiliser le cuir de leurs bottes. Très connue en parfumerie, cette huile est utilisée pour préparer les fameux « cuirs de Russie », parfums ainsi appelés par les Français en référence à l’odeur que les bottes des soldats russes dégageaient pendant l’occupation de Paris.

Si le bouleau m’était conté…

Autrefois, les jeunes branches de bouleau servaient de fouets aux instituteurs pour corriger les élèves peu disciplinés ; ce qui a valu à cet arbre les noms de « sceptre des maîtres d’école » et « arbre de la sagesse ». Symbolisant le retour du printemps, le bouleau était l’emblème de Thor, dieu germanique du tonnerre et de la fertilité. En Allemagne, au Moyen Âge, les conseils de districts se réunissaient dans les bosquets de bouleaux. Vénéré en Europe du nord, le bouleau symbolise la pureté. En Finlande, c’est l’arbre des époux et des amoureux : lors des mariages, les jeunes couples allument un feu de bois de bouleau pour célébrer leur union.

Le bouleau, c’est la santé !!!

Dans le bouleau, rien ne se perd, tout sert… Les feuilles, les fleurs, les bourgeons, l’écorce et la sève du bouleau blanc sont utilisés en médecine. Les feuilles du bouleau blanc ont servi à soigner tous les types d’insuffisance urinaire, particulièrement l’hydropisie, ainsi que les rhumatismes, l’arthrite, la goutte et les infections urinaires. L’écorce a servi, quant à elle, à soigner les fièvres intermittentes et les bourgeons, l’engorgement des ganglions lymphatiques. Plus généralement, l’écorce, les feuilles, les bourgeons et les fleurs sont utilisés comme antiseptique externe et détersif pour soigner les plaies et les irritations cutanées. Enfin, la sève, que nous découvrirons ci-dessous, ofre des résultats très concluants dans le domaine du drainage des toxines, des déchets métaboliques et des tissus graisseurs superflus.

Le bouleau nous rend belle (si, si, je vous assure !)

C’est principalement l’écorce qui est utilisée dans le domaine cosmétique : astringente par ses tanins et purifiante par ses phénols, cette dernière constitue un actif idéal pour les peaux grasses à tendance acnéique. Elle possède par ailleurs des propriétés antitranspirantes, utiles dans les produits déodorants ainsi que dans certaines lotions pour les pieds. Enfin, elle est recommandée comme stimulant capillaire pour le soin des cheveux abîmés et fragiles. Elle peut également convenir à la préparation de lotions pour cheveux gras à tendance pelliculaire.

Pour en savoir plus :

Le BouleauLivre Le bouleau, l’arbre à la peau d’argent

Arbre «pilier» de civilisations, le bouleau est généreux par essence… Il offre ce qu’il a de mieux : sève, sirop et sucre pour l’alimentation ; sève, feuilles et bourgeons pour la médecine ; écorce pour l’artisanat ; brindilles pour les usages domestiques, tels le balai ou la verge punitive… À tous ces atouts, il faut ajouter les chapitres botaniques et écologiques, si riches par la diversité. Et dans le domaine de l’irrationnel, le bouleau n’est pas avare non plus. En fait, cet axe du monde accumule tant de richesses que le sujet paraît inépuisable.

Bernard Bertrand, Éditions de Terran

 


 

Il est temps de se mettre au bouleau !

Au début du printemps, le bouleau fraîchement récolté tient le haut de l’affiche grâce à l’arrivée de sa sève bienfaisante, au moment même où nos organismes ont besoin d’éliminer les toxines accumulées pendant la période hivernale. Durant l’hiver, l’organisme, comme le reste de la nature, fonctionne au ralenti. Les repas lourds en calories, qui servent utilement à lutter contre le froid, surchargent nos émonctoires qui peinent à éliminer l’ensemble des déchets. La fatigue organique de la sortie de l’hiver risque aussi de faire perdre le passage aux beaux jours. C’est pour ces raisons qu’une diète alimentaire doit être accompagnée de la prise d’un excellent dépuratif et draineur général : la fameuse sève de bouleau !

Mais que contient donc cette sève végétale ?

La sève de bouleau fraîche est très proche par sa composition du lait maternel, du sang et de l’eau de mer, le chlorure de sodium en moins. Autrefois, dans les pays nordiques, lorsqu’une mère manquait de lait pour son bébé, elle le nourrissait en particulier avec de la sève de bouleau fraîche. Cette dernière est riche en sels minéraux tels que le calcium, le magnésium, le sodium et surtout le potassium. Elle contient également des mucilages, des favonoïdes, des hormones végétales, des oligo-éléments tels que cuivre, fer, soufre, manganèse et en particulier du zinc, trop rare dans l’alimentation, 17 acides aminés dont l’acide glutamique, revivifiant et stimulant, des antioxydants, des sucres sous forme de fructose et du salycicate de méthyle, un analgésique, anti-inflammatoire et diurétique efficace.

Ne pas confondre jus et sève !

Le jus de bouleau n’est en aucune manière comparable à la sève de bouleau fraîche. Il est en effet obtenu par simple décoction de feuilles, il y a donc cuisson, alors que la sève de bouleau fraîche coule naturellement et directement de l’arbre, elle est consommée sans modification.

Comment agit-elle ?

Reine de la détox et du drainage, la sève de bouleau reminéralise l’organisme tout en drainant les organes tels que le foie et les reins. Riche en antioxydants, elle permet une meilleure utilisation de l’oxygène. Elle a le remarquable pouvoir naturel de balayer en douceur l’acidose générée par les déséquilibres alimentaires, aliments acidifiants, auxquels s’ajoute le stress hivernal. La fatigue physiologique s’efface petit à petit et l’organisme retrouve son dynamisme. Quant à la peau, son masque hivernal tombe et elle retrouve tout son éclat.

Comment réalise-t-on l’extraction de la sève ?

Elle se fait directement sur l’arbre vivant. Afin que l’arbre ne soit pas trop lésé, cette extraction se fait durant la montée de la sève qui jaillit avec une telle puissance que certains comparent cette récolte a une éjaculation qui durerait pendant deux mois. Tout un programme ! La quantité de sève d’un arbre dépend de son énergie, de son âge, de sa vitalité et surtout de la qualité du sol, dont dépend également la qualité de la sève.

Comment la choisir ?

Attention aux variations de qualité : la sève de bouleau doit être choisie sans pasteurisation, sans nanofiltration, sans conservateurs, sans alcool, sans micro filtration et sans flash de pasteurisation (mort des enzymes et des levures).

Quels conseils pour une cure de printemps efficace ?

Yvonne Clément, naturopathe, recommande de consommer la sève de bouleau fraîche, pure, naturelle et certifiée biologique en programme de 5 litres pour 21 jours à raison de 25 cl par jour. En 2 ou 3 prises, dont 1 à jeun le matin, et le reste 1 h avant les repas et, ce, jusqu’à 17 h. Pour profiter au mieux d’une cure de sève de bouleau, il est important de l’accompagner d’une alimentation pauvre en sucres (pâtisserie) et en aliments d’origine animale (viande, produits laitiers). Pour une parfaite optimisation, la sève de bouleau doit être gardée en bouche sous la langue un moment avant de l’avaler. Possibilité de faire plusieurs cures consécutives et de prévoir une interruption d’une semaine entre chaque cure de 21 jours.

Source : www.vegetal-water.fr

 


 

Faites place nette !

L’Eco-billet de Claire Desvaux
naturopathe

Claire DesvauxChanger l’eau du bocal, désherber son jardin intérieur, gommer de l’intérieur, autant d’images employées pour illustrer le nettoyage de l’organisme. Que l’on nomme cette action détox, drainage, épuration ou détoxification, la finalité est toujours la même : se débarrasser des toxines et déchets qui nous encombrent inutilement.

Cette notion est bien connue des naturopathes et autres praticiens en méthodes naturelles, pour lesquels elle est absolument incontournable afin d’aider notre organisme à retrouver vitalité, bien-être et légèreté. En effet, la propreté de notre terrain est la clé de notre santé.

 


 

A l’origine de tout encrassement

Il existe 2 sources d’apports en toxines auxquelles nous ne pouvons guère échapper :

  • Une source extérieure que l’on nomme intoxiCation : c’est la pénétration dans l’organisme (par les voies respiratoire, digestive ou cutanée) de substances extérieures issues de la pollution ambiante, du tabac, des médicaments, de l’alcool, de l’alimentation industrielle raffinée (dépourvue de vitamines, fibres et enzymes mais riche en colorants, additifs, conservateurs…).
  • Une source intérieure que l’on nomme intoxiNation : c’est l’accumulation de toxines à l’intérieur de notre organisme : déchets métaboliques (urée, acide urique, cholestérol…), substances résultant de fermentations ou putréfactions, cellules mortes, bactéries intestinales… La quantité de ces toxines dépend étroitement de l’activité de nos différents métabolismes.

Une nécessaire filtration

PaysageComme toujours dans la nature, tout concourt à notre bien-être. Ainsi, notre organisme est doté de 5 organes d’élimination, des filtres nommés émonctoires, dont la mission est de rejeter les substances indésirables perturbant notre fonctionnement harmonieux. Foie (couplé à la vésicule biliaire), reins, intestin, peau et poumons assurent ainsi le nettoyage quotidien de notre corps. La femme possède un émonctoire secondaire, l’utérus, par lequel elle élimine chaque mois, via les menstruations, des toxines supplémentaires. Des règles douloureuses peuvent s’expliquer par un sang chargé de toxines (mais les hormones sont aussi souvent en cause). Et, lors de la ménopause, les bouffées de chaleur constituent une autre forme d’épuration, par la peau : l’élimination mensuelle n’ayant plus cours, l’organisme trouve ici une autre porte de sortie pour les toxines qui lui sont néfastes. Une ingénieuse manifestation de l’intelligence du corps ! Quand toutes les issues de secours sont bloquées, l’organisme trouve en effet toujours un moyen d’éliminer ce qui n’est pas bon pour lui et peut solliciter pour cela le nez, l’oreille…

Quand la coupe est pleine

Nos émonctoires font ainsi leur possible pour réaliser leur mission de nettoyage, mais face à l’ampleur de la tâche, ils s’affaiblissent peu à peu et ne parviennent plus à suivre le rythme. Avec pour conséquences : une peau grasse, des imperfections, un transit lent, une digestion difficile (des graisses et de l’alcool en particulier), de la peau d’orange chez les femmes, une prise de poids, une sensibilité accrue aux infections par faiblesse du système immunitaire, des problèmes articulaires, des maux de tête… Sans oublier la fatigue, car rejeter toutes ces toxines sollicite considérablement nos émonctoires et requiert une énergie qui pourrait avantageusement être utilisée à d’autres fins.

Pas d’élimination sans vitalité

Avant de se lancer dans un programme détox, on doit s’assurer d’avoir la vitalité pour cela. En effet, pour faire face à une élimination stimulée par une restriction alimentaire ou la prise de plantes dépuratives, les émonctoires ont besoin d’énergie. Les toxines vont être mises en circulation, mais à défaut d’énergie, ne pourront être éliminées, ce qui est pire que mieux ! On va alors assister à une contamination de l’ensemble de l’organisme. La vitalité peut être boostée par du repos, la prise de compléments alimentaires reconstituants et / ou tonifiants : gelée royale, ginseng, eau de mer hypertonique, complexe de multivitamines et minéraux… En toute cohérence, il convient en parallèle de limiter l’apport de substances « toxiques » par la voie alimentaire (céréales contenant du gluten, viande rouge, produits laitiers, sucre, gâteaux, chocolat, café, alcool…) afin de ne pas accentuer l’encrassement déjà existant. Et de mettre au menu des aliments hypotoxiques et vitalogènes : jus de légumes (à composer soi-même, selon ses goûts, à l’extracteur, ou à acheter tout prêts en boutiques bio), crudités bio (chaque repas devrait débuter par une petite portion de légumes de saison), graines germées (toutes, mais surtout celles de poireau, alfalfa et radis), fruits secs et oléagineux, gingembre…


Intox ou détox ?

Au cours d’un drainage, certains effets indésirables peuvent être observés. Pas de panique, ils sont le signe que le corps se nettoie et c’est bien le but recherché ! En effet, davantage sollicités, les émonctoires travaillent à plein régime pour éliminer et faire remonter à la surface les toxines stockées dans l’organisme. Elles pourront être évacuées sous la forme de boutons sur le visage (au niveau du menton le plus souvent), d’éliminations accrues aux niveaux rénal et intestinal… Chez certaines personnes, elles se traduiront par des maux de tête, un rhume… Inconstants, ces effets seront proportionnels à la surcharge du terrain mais aussi à la vitalité disponible.

Mes conseils + pour une détox réussie

  • Choisissez le moment le plus favorable pour la démarrer : vous devez être suffisamment en forme et disponible sur le plan mental comme physique et idéalement libéré(e) d’impératifs professionnels ou familiaux. Si ce n’est pas le cas, différez-la.
  • Faites le vide dans votre réfrigérateur et vos placards : mettez de côté tous les aliments « tentation » qui pourraient compromettre votre détox : gâteaux, chocolat, charcuterie, fromages, plats cuisinés. Et avant de commencer, passez au marché ou dans votre boutique bio pour faire le plein de légumes, fruits, tisanes…
  • Calez dans votre agenda un rendez-vous pour un massage drainant qui amplifiera les effets détox.
  • Prenez soin de votre peau : gommages, masques, soins anti-âge… Faites-vous du bien !
  • Lâchez prise sur le plan mental en notant les pensées qui vous encombrent la tête…
  • Faites des siestes et mettez-vous au lit de bonne heure pour consacrer toute votre énergie disponible au travail d’élimination.
  • Bougez ! Choisissez une activité qui vous motive pour activer le travail d’élimination des émonctoires.
  • Après votre détox, instaurez 1 journée de monodiète par mois, puis tous les 15 jours et enfin chaque semaine, quand votre organisme y sera habitué. A base de pommes, soupes, jus de légumes, riz, bananes… selon vos goûts et les saisons

 

Sur ma liste de courses : le Top 10 des aliments détox

Pomme : riche en vitamine C et en quercétine antioxydantes. Sa pectine, une fibre soluble, absorbe et aide à éliminer le cholestérol, les métaux lourds et certains additifs.

Avocat : contient du glutathion qui lutte contre les radicaux libres, molécules instables et agressives qui accélèrent le vieillissement.

Artichaut : non seulement il contient des éléments antioxydants, mais sa cynarine stimule la sécrétion de bile qui chasse vers l’intestin les substances toxiques pour notre organisme.

Betterave rouge : sa méthionine élimine les déchets et sa bétanine accélère la destruction des acides gras dans le foie. Elle est en plus énergétique et reminéralisante. À consommer crue de préférence, ou en jus.

Crucifères (choux, radis…) : leurs glucosinolates, substances riches en soufre, stimulent la production d’enzymes par le foie et l’aident à éliminer les toxines.

Ail : contient de l’allicine, à base de soufre qui se lie à des toxiques afin de les évacuer.

Kiwi : riche en vitamine C, donc antioxydant.

Pruneaux : leur acide tartrique exerce un effet laxatif bien connu. Il contient d’autres substances et des fibres qui stimulent le péristaltisme intestinal.

Algues : leurs sels minéraux et alginates participent à l’élimination des métaux lourds. De plus, elles tonifient les glandes endocrines, notamment la thyroïde, grâce à leur richesse en iode.

Cresson : il augmente la synthèse des enzymes responsables de la détoxification. Sa chlorophylle favorise la formation des globules rouges. Enfin, il est diurétique et reminéralisant.

Le saviez-vous ? Digérer nous coûte 30 % de notre énergie vitale (et quand nous réalisons de nombreux mélanges, la note est encore plus salée !).

 


 

Stimuler vos émonctoires avec les plantes !

Pour tirer un trait sur les fatigues hivernales et remettre les énergies sur les rails, rien de tel qu’un bon arrêt à la station de dépuration, en stimulant nos émonctoires internes avec un allié 100 % naturel : la phytothérapie.

Pour stimuler le foie, je privilégie…

  • Le radis noir, qui contient de nombreux composés organiques souffrés, ainsi que des matières minérales (calcium, magnésium, fer). Il est reconnu pour favoriser le bien-être du foie, son effet bénéfique sur la sphère hépato-biliaire reposant sur l’écoulement facilité de la bile.
  • La fumeterre, de la famille des Fumariacées, qui signifie « fumée de terre », favorise le bien-être du foie et facilite la digestion.

Pour stimuler l’intestin, je privilégie…

  • La chicorée, de la famille des Astéracées, riche en phosphore, magnésium, potassium et fer, favorise le transit et équilibre la fore intestinale grâce à ses effets prébiotiques.
  • L’aloé vera, ou aloès des Barbades, de la famille des Liliacées, riche en vitamines, minéraux, enzymes digestives et acides aminés, nettoie les intestins et améliore l’équilibre du pH intestinal.

Pour stimuler les reins, je privilégie…

  • Le pissenlit, ou dent de lion, de la famille des Astéracées, est particulièrement riche en potassium, en fructose et inuline. Il est reconnu pour favoriser la digestion aux niveaux hépatique et biliaire.
  • La reine des prés, ou ulmaire, de la famille des Rosacées, riche en acide acétylsalicylique, facilite les fonctions d’élimination et de drainage de l’organisme.

Pour stimuler les poumons, je privilégie…

  • Le bouillon blanc, de la famille des Scrophulariacées, est un émollient des muqueuses respiratoires et digestives, ainsi qu’un fluidifant bronchique. En favorisant les crachats, il nettoie activement les poumons.
  • Le thym, de la famille des Lamiacées, particulièrement riche en huiles essentielles, est un antiseptique puissant capable de nettoyer les poumons. Galien disait que « le thym est propre à nettoyer les parties nobles du corps et à jeter toutes les fluidités hors de la poitrine. »

 

L’hydrolathérapie détox

L’hydrolathérapie est sûrement la branche de l’aromathérapie la moins connue mais l’une des plus porteuses de progrès dans les traitements naturels. Faciles d’emploi et très bien tolérés par l’organisme, les hydrolats peuvent s’utiliser par voie orale. Chaque hydrolat peut se prendre de manière isolée mais il est intéressant de les associer pour une action en synergie.

Trois hydrolats sont particulièrement recommandés pour activer les fonctions
d’élimination de l’organisme :

L’hydrolat de carotte sauvage

Obtenu par distillation de ses graines, l’hydrolat de carotte sauvage nettoie et stimule le foie, la vésicule biliaire et les reins. Il s’utilise en cure pour débarrasser son corps des toxines. Tonique général, réparateur et dépuratif, il aide le corps à s’adapter aux changements de saison.

L’hydrolat de Lédon du Groënland

Par distillation de ses feuilles, on obtient un hydrolat très puissant sur le plan thérapeutique. Connu pour ses vertus détoxifiantes et purificatrices de l’organisme, il s’emploie en cure de régénération et de purification du foie et du pancréas.

L’hydrolat de romarin à verbénone

Obtenu par distillation des rameaux, l’hydrolat de romarin à verbénone possède des vertus régénérantes et protectrices pour le foie. Il améliore également la capacité digestive en stimulant les fonctions hépato-biliaires. Selon la médecine chinoise, il est conseillé de faire une cure d’hydrolat de romarin à verbénone au printemps car c’est à cette saison que le foie manque d’énergie.

Comment les utiliser ?

Vous pouvez consommer vos hydrolats de deux manières différentes :

En eau aromatisée : ajoutez une cuillère à soupe d’hydrolat ou d’un mélange d’hydrolats dans un litre d’eau. Buvez tout au long de la journée.

En tisane : ajoutez une cuillère à café d’hydrolat ou d’un mélange d’hydrolats dans une tasse d’eau chaude. À renouveler 3 fois par jour.

Source : www.aroma-zone.com

 

Une info plutôt salée !

SelLe sel, bien souvent mal consommé et de mauvaise qualité (sel raffiné bourré d’anti-agglomérants), a mauvaise réputation pour notre santé. Mais il y a sel et sel : certains sels de qualité peuvent être un précieux allié, comme le sel cristallin de l’Himalaya. La structure de ce dernier est fondamentalement différente de celle du sel de gemme traditionnel. La structure du sel cristallin n’est pas moléculaire, mais subdivisée en particules beaucoup plus fines. En effet, suite à la pression énorme exercée lors de la formation du massif himalayen, les éléments du sel de l’Himalaya (magnésium, calcium et potassium) ont été réduits à une dimension tellement infime qu’ils peuvent être directement exploités par les cellules sans même passer par le métabolisme. La consommation de sel cristallin de l’Himalaya entraîne une détoxification en profondeur de l’organisme. Détoxiquant puissant, il dissout toxines, déchets et substances novices présents dans le corps. Il élimine également les métaux lourds (mercure et plomb) et dissout les dépôts calcaires.

Cure d’eau salée :

Faites dissoudre quelques cristaux de sel de l’Himalaya dans un litre d’eau de source. Après environ une heure, vous obtiendrez une solution saline prête à l’emploi. Diluez chaque matin une cuillère à café de cette eau salée dans un verre d’eau de source. Faites des cures de 21 jours, suivies d’une pause de 7 jours.

 


 

éco Livres Détox

Total DétoxTotal Détox
de Bernard Raquin

Les techniques indiquées dans ce livre sont le résultat des recherches et des expériences de l’auteur. On y trouve des méthodes souvent multimillénaires qui ont été améliorées avec le temps. Elles nous ont été transmises par les anciens Européens, par les Indiens, Chinois, Arabes, Amérindiens, Africains… Plusieurs de ces méthodes, comme l’usage de l’argile ou de la vapeur, sont universelles, qu’elles aient été découvertes par chaque peuple ou transmises d’une civilisation à une autre.

Guy Trédaniel Éditeur – 16,90 €

La détoxLa détox des paresseuses
d’Anne Benoît

On a abusé des bonnes choses (mauvaises pour le corps certes !… Mais si bonnes !) et on voudrait se refaire une petite santé, histoire de toujours rentrer dans son pantalon préféré ? Purification en profondeur et élimination des toxines sont au rendez-vous dans ce livre, véritable guide établi sur 4 semaines. Sans effort et en peu de temps, vous voilà redevenue la sylphide de vos débuts… Jusqu’au prochain écart ! Un livre à avoir toujours à portée de main !

Éditions Marabout – 5,90 €

Détox 100 % vitalité
de Chico Shigeta

détox 100% vitalitéLes vertus des plantes sur le corps et dans l’assiette, les tisanes pour éliminer les déchets, les bains détox à partir du pissenlit, du souci et de la pensée sauvage, les 5 huiles essentielles pour lutter contre le stress, les soins du visage « la peau et les cheveux sont le reflet de votre santé », la pratique de l’auto-massage pour apprivoiser son corps, apprendre à lutter contre la migraine et la cellulite, manger sainement, privilégier les graines germées, les légumes fermentés, les algues…, et surtout plein de recettes savoureuses et faciles à faire.
Ce livre est une douce musique des règles de bon sens que Chico Shigeta, la masseuse préférée des célébrités, nous fredonne avec sa force de conviction et son savoir-faire.

Éditions Marabout – 15,90 €

Détox
de T.M Thust et Dr S. Schlett

DétoxCet ouvrage vous propose :

  • d’identifier les toxines que vous ingérez ou inhalez au quotidien, de savoir comment elles agissent et de connaître leurs effets ;
  • de faire le bilan de votre degré d’intoxication pour savoir quels organes purifier en priorité, où guetter les toxines, quels sont les symptômes des intoxications aiguës et chroniques et comment les diagnostiquer ;
  • de prendre les mesures qui s’imposent pour renforcer votre organisme durablement en le détoxiquant grâce aux méthodes concrètes proposées par nos deux spécialistes : acides aminés, vitamines, oligoéléments, infusions, herbes…

Éditions Vigot – 11 €

 


 

écobien-être

Miser sur son bien-être est l’une des clés pour optimiser le changement de saison et profiter pleinement de l’arrivée du printemps. Chassez fatigue et baisse de moral, bougez, buvez, pratiquez l’auto-massage, rigolez et adoptez la pensée positive !

Adios stress et fatigue !

Comme à chaque changement de saison, il est possible qu’à l’approche du printemps l’on ressente une baisse de moral ou de la fatigue. Phyto, aroma et hydrolathérapie seront alors de précieux alliés. En effet, les plantes (que ce soit sous forme d’extrait sec, d’huile essentielle ou d’hydrolat) possèdent des vertus énergétiques qui leur sont propres et permettent d’agir sur notre système nerveux. Pour être zen et retrouver le sourire dès les premiers jours du printemps, suivez notre guide 100 % végétal.

Hydrolathérapie anti-stress et anti-fatigue
Nous vous recommandons : l’hydrolat aromatique de verveine

VervainePlante éminemment précieuse, la verveine a été vénérée par nos ancêtres. La dénomination latine de verveine, « verbenaca », signifie d’ailleurs « branche sacrée » ou « baguette magique ». Très précieux aussi, son hydrolat fournit l’énergie et le dynamisme nécessaires en cas de fatigue ou de baisse de moral et d’envie. Il ouvre la porte à l’enthousiasme, à la joie et à l’optimisme.

Comment l’utiliser ?

En eau aromatisée : ajoutez une cuillère à soupe d’hydrolat de verveine dans un litre d’eau. Buvez tout au long de la journée.

En tisane : ajoutez une cuillère à café d’hydrolat de verveine dans une tasse d’eau chaude. À renouveler 3 fois par jour.

En brume d’ambiance : ajoutez l’hydrolat dans votre brumisateur en remplacement de l’eau ou bien vaporisez votre hydrolat à l’aide d’une pompe spray.

En bain aromatique : ajoutez directement à l’eau du bain (4 cuillères à soupe) pour un moment de détente et d’apaisement.

En friction : quelques gouttes d’hydrolat en massage au niveau du plexus solaire.

Pour une action énergétique et psycho-émotionnelle, les hydrolats s’utilisent sur une période de 40 jours.

Où en trouver ? Sur www.aroma-zone.com

Phytothérapie anti-stress et anti-fatigue
Nous vous recommandons : le gomphrena

gomphrenaLe gomphrena est une plante de la famille des Amarantacées. On utilise sa racine réduite en poudre. Riche en acides aminés, vitamines A, B1, B2 et E et sélénium, il est rééquilibrant du système digestif et nerveux. Cette plante adaptogène contient de précieux éléments, connus pour leurs effets antioxydants, immunisants et revitalisants. Le gomphrena détend les muscles, relaxe et favorise un bon sommeil. Le gomphrena régularise l’équilibre acido-basique, normalise le cholestérol et la circulation coronarienne.

Comment l’utiliser ? En cure de 21 jours, à raison d’un quart de cuillère à café de poudre, 2 à 4 fois par jour.

Où en trouver ? Sur www.voyalimento.fr ou sur www.guayapi.com

Aromathérapie anti-stress et anti-fatigue
PamplemoussesNous vous recommandons : l’huile essentielle de pamplemousse

L’huile essentielle de pamplemousse possède une odeur acidulée et sucrée. Cette huile essentielle dynamisante apporte une action tonifiante sur le système nerveux. Apaisante en cas de stress, elle est riche en terpènes, ces composés qui offrent les propriétés de transmettre force, courage et confiance.

Précaution d’emploi : ne pas l’employer pure sur les peaux sensibles, au risque de provoquer des irritations.

Comment l’utiliser ? En application cutanée et friction : une goutte d’huile essentielle de pamplemousse diluée dans une goutte d’huile végétale en massage au niveau des points énergétiques (plantes des pieds, plexus solaire, poignets…). En diffusion atmosphérique : versez une vingtaine de gouttes d’huile essentielle de pamplemousse dans un diffuseur. Diffusez 10 minutes 3 fois par jour. Vous pouvez également disposer quelques gouttes d’huiles essentielles sur un mouchoir ou au niveau des poignets et inspirer profondément 2 à 3 fois de suite. En bain aromatique : mélangez au préalable 15 gouttes d’huile essentielle de pamplemousse avec 2 ml de solubol. Versez votre mélange dans le bain.

Où en trouver ? Sur www.aroma-zone.com

 


 

Pour nettoyer votre corps…

Oui à la pensée positive !

positiveL’information vient de l’OMS : la dépression sera, dans 10 ans, la 2ème maladie la plus répandue dans le monde. C’est la raison pour laquelle de plus en plus de thérapies, validées scientifiquement, émergent pour venir en aide à la santé mentale. C’est le cas de la pensée positive, développée par les psychiatres en thérapie, qui permet de réduire la dépression. Elle est aujourd’hui connue du grand public, au point qu’un livre de vulgarisation lui est consacré. Pourquoi la vie semble sourire à certains quand d’autres font désespérément grise mine ? La clé réside dans l’approche de la psychologie ou, plus simplement, de la pensée positive. Loin des approches habituelles et historiques de la psychologie, qui explorent l’être humain dans ses comportements les plus sombres (dépression, anxiété, psychose, etc.), la psychologie positive est une école de pensée orientée vers le développement personnel et le changement social. Trois dimensions y sont valorisées pour leurs composantes favorables au bonheur : les émotions et expériences subjectives positives, le caractère et les comportements associés, les organisations sociales et les valeurs appliquées. La psychologie positive s’intéresse ainsi à ce qui arrime l’individu à sa vie et au monde. Elle présente en cela des afinités avec certaines psychothérapies, comme la logothérapie (thérapie par le sens), les TCC (thérapies cognitives et comportementales) ou encore la gestion des émotions, et s’est rapidement développée, dans le monde entier, ces 10 dernières années. Avec La Pensée positive pour les nuls, les lecteurs découvriront toutes les informations sur les origines de cette posture thérapeutique, les aspects théoriques, mais aussi, et surtout, la pratique et les résultats de la psychologie positive. Comment comprendre ce qui vous atteint ? Comment aiguiser vos émotions positives? Et comment utiliser la pensée positive pour réussir dans sa vie personnelle et professionnelle ? Autant de questions auxquelles chacun aimerait savoir et pouvoir répondre pour rebondir et aller bien !

À lire La pensée positive pour les nuls, de Béatrice Millêtre – Éditions First – 22,90 €

Rigolez !

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le rire est indispensable pour débarrasser le corps de ses toxines. Pour s’entraîner au quotidien, vous pouvez émettre un rire déclenché en procédant à une expiration rapide et saccadée par le ventre. Les effets d’un rire déclenché sont les mêmes que ceux d’un rire naturel. Avec un peu d’entraînement, le rire déclenché débouchera sur un rire naturel. Attention, il ne s’agit pas d’un rire de gorge, sans grand intérêt pour notre santé. Il faut en effet que l’air active votre ventre et actionne votre diaphragme. Concrètement, comment procéder ? Ouvrez grand la bouche comme pour dire « Ah ». Soufflez l’air avec le ventre, comme si vous vouliez faire de la buée pour essuyer vos lunettes. Soufflez plusieurs fois de cette manière, de plus en plus vite. Vérifiez que votre ventre rentre et sort au rythme de votre respiration. Répétez 3 fois par jour ce rituel on ne peut plus rigolo !

 


 

Pratiquez l’auto-massage détox du ventre

Ce massage est indispensable pour détoxiquer le corps et drainer l’eau stockée dans son ventre, tout en participant à l’élimination des déchets. Le ventre est ainsi dégonflé et la silhouette affinée.

Comment procéder ?

  1. Préparer tout d’abord une huile de massage en mélangeant à 50 ml d’huile végétale de sésame 2 gouttes d’huile essentielle de genévrier, 2 gouttes d’huile essentielle de pamplemousse et 2 gouttes d’huile essentielle de géranium rosat.
  2. Faites chauffer une belle noix du mélange obtenu entre vos mains.
  3. Appliquez-le sur le ventre en faisant des mouvements circulaires, dans le sens des aiguilles d’une montre. Il ne s’agit pas de masser d’une manière superficielle mais d’appuyer, puis de drainer comme si vous vouliez tout ramener vers le bas, jusqu’à 3 centimètre en-dessous du nombril. Répétez ce mouvement 3 fois de suite. Pensez à inspirer quand vous drainez et expirez au moment où vous pressez.

 

Un sport détox à découvrir : le Yoga Bikram

Parmi tous les yogas pratiqués, le Yoga Bikram, du nom de son créateur Bikram Choudhury, a tout particulièrement le vent en poupe. Il s’agit d’une série de 26 poses dynamiques, appelées « asanas », et de deux exercices de respiration, les « pranayamas », destinées aux personnes de tous les âges et de toutes conditions physiques. Chaque posture étire et renforce des muscles, tendons, ligaments et articulations spécifiques, préparant ainsi le corps pour la posture suivante. Cette pratique stimule également le corps dans sa globalité (les systèmes immunitaire, nerveux, digestif, cardiovasculaire, respiratoire, hormonal, etc.). Particularité très originale de ce yoga : il se réalise dans une pièce chauffée afin de faciliter un étirement plus profond du corps, une élimination des toxines plus rapide et efficace, réduisant ainsi le risque de blessures musculaires. Une pratique régulière du Yoga Bikram permet de maintenir le corps en excellente forme. Il améliore la posture et l’alignement de la colonne vertébrale. Il contribue à soulager les douleurs de dos, tonifie les muscles et afine la silhouette. Il favorise la vigueur, la souplesse, la résistance et la concentration. Il réduit le stress et les tensions en offrant un exercice complet qui apporte un bien-être physique et mental.

Source : www.bikramyogaparis.com

Les Fleurs de Bach au printemps, c’est IN !

Surtout sans alcool, en granules et 100 % certifiées BIO !

Imprégnées d’infusions solaires et préparées selon la méthode originale du Dr Bach, Les Fleurs de Bach sans alcool sont faciles à utiliser et permettent à toute personne ne souhaitant pas consommer d’alcool de bénéficier de toutes les vertus des ces Fleurs, pour leur apport en équilibre émotionnel. Il existe 4 complexes enfants aux Fleurs de Bach en granules Bio sans alcool, qui sauront les accompagner dans chaque moment difficile et qui leur permettront de surmonter leurs problèmes au quotidien :

JOIE ET OPTIMISME : aide à sortir des états dépressifs, de la mélancolie et de la résignation, amène nouvelle joie de vivre et régénération.

PETIT TOURBILLON : calme les agitations excessives dues aux tensions émotionnelles.

CRÉATION ET JEU : augmente l’inspiration, l’intuition et l’expression en s’appuyant sur la confiance intérieure.

ÉCOLE ET DEVOIRS : rend conscient de ses responsabilités, stabilise et augmente la capacité de mémoire et de concentration, permet d’avoir plus de confiance en ses capacités.

www.bioforal.fr

 

Vous prendrez bien
un bain détox aromatique ?

Riche en magnésium biodisponible, le sel d’Epsom est réputé comme remède ancestral pour détoxifier le corps. Mélangez soigneusement 3 à 4 poignées de sel d’Epsom avec 2 gouttes d’huile essentielle de genévrier et 2 gouttes d’huile essentielle de citron. Ajoutez cette préparation à l’eau du bain. 15 à 30 minutes d’immersion seront suffisantes pour profiter pleinement des effets bénéfiques de ce bain détox.

Décoction printanière

Dans une casserole, mettez de l’eau et le mélange de plantes suivant :

  • 1 pincée de racine de pissenlit
  • 1 pincée de fleurs de souci
  • 1 pincée de fleurs de pensée sauvage
  • 1 petite pincée de réglisse ratissée
  • quelques feuilles de menthe

Portez à ébullition puis retirez et couvrez pendant 5 à 7 minutes. Buvez 3 tasses de cette décoction par jour, pendant au moins une semaine afin d’obtenir un résultat optimal.

Eco-scoop :
la chronobiologie !

Au printemps, notre corps se réveille et nous donne envie de reprendre une activité physique, indispensable pour bien nettoyer notre corps des toxines accumulées pendant l’hiver. Cela nous amène à nous poser la question suivante : à quel moment de la journée vaut-il mieux pratiquer une activité physique ?

Notre corps est géré par une horloge interne qui commande les différentes fonctions de l’organisme, avec un impact sur le sommeil, la nutrition mais aussi sur l’activité physique. C’est ce que l’on appelle la chronobiologie. De nouvelles publications montrent que notre corps est préparé à l’effort à certaines heures. Il y aurait donc comme un emploi du temps pour pratiquer le sport dans la journée :

LE MATIN, mieux vaut pratiquer un sport à dominante technique, qui va réveiller et stimuler tous les facteurs d’apprentissage et de mémorisation (le tennis, la danse, le golf, le squash…).

LE MIDI, tous les sports pratiqués à l’extérieur sont idéaux, afin de profiter pleinement des bienfaits de la lumière sur notre humeur.

ENTRE 13 ET 15 H, mieux vaut éviter la pratique d’un sport.

ENTRE 16 ET 18 H, la vigilance est accrue, grâce à la présence de cortisol dans le sang, l’hormone « du stress ». C’est donc l’heure des performances cardiovasculaires avec des sports d’endurance, mais également des sports musculaires. C’est aux alentours de 17 h que les capacités psychomotrices sont majeures et c’est d’ailleurs généralement l’heure des records du monde !

APRÈS 18 H la pratique d’un sport d’endurance, comme par exemple le footing, le vélo ou la natation, aide, contrairement aux idées reçues, à mieux dormir et à améliorer la durée du sommeil long et profond, à condition que celle-ci soit suivie de techniques de relaxation, qui favorisent la baisse de la température corporelle.

Une eau
vraiment pas comme les autres !

Et si vous profitiez du printemps pour découvrir l’eau Kangen ? Kangen, Kezako ? Kangen signifie en japonais « retour à la source », « eau des origines ». Et pour cause… L’eau Kangen est agréée depuis 45 ans au Japon par le ministère de la santé et utilisée comme moyen thérapeutique dans les hôpitaux. Obtenue par électrolyse continue grâce à un ioniseur, l’eau Kangen a 3 propriétés bienfaisantes pour votre vitalité :

  • elle est antioxydante : l’eau Kangen vous protège des radicaux libres, responsables du vieillissement prématuré des cellules.
  • elle est micromoléculaire : l’eau Kangen détoxifie les cellules et vous hydrate 6 fois plus que l’eau du robinet ou minérale.
  • elle est alcaline : avec un pH compris entre 8,5 et 9,5, l’eau Kangen permet de combattre l’acidité du corps due à l’alimentation moderne, à la pollution et au stress.

Pour en savoir plus : www.kangen-bienetre.fr

 


 

Rubrik’ à trucs

Grand ménage de printemps !

Allez au charbon… végétal

Ce puissant adsorbant d’origine 100 % naturelle a la capacité de fixer sur sa surface diverses substances tels les bactéries, les toxines et les gaz. Il apaise les troubles du transit, les ballonnements et la mauvaise haleine. Mais aussi pour vous aider à retrouver un ventre plat et une jolie silhouette. Une excellente raison de broyer pour une fois du noir ! Posologie pour une cure de drainage : 2 cuillères à soupe aux trois repas pendant 15 jours pour un adulte, puis 3 cuillères à soupe pendant le mois qui suit, s’il on veut obtenir un drainage cellulaire profond.

Passez en mode chlorophylle

Pour bien commencer sa journée, remplacez le « petit noir » par un « grand vert » ! Optez le matin pour un verre de jus d’herbe d’orge, qui, par son apport en chlorophylle, se révèle être un excellent agent de nettoyage du sang et des organes internes. De quoi voir la vie en green ! Posologie : dissoudre le matin une cuillère à café de poudre de jus d’herbe d’orge dans un verre d’eau froide ou un jus de fruits ou de légumes non acides. Faites une cure pendant 21 jours.

Réveillez votre corps avec le bourgeon de genévrier !

La gemmothérapie est l’utilisation de tissus embryonnaires végétaux en croissance tels que jeunes pousses, bourgeons frais, radicelles, préparés par macération dans un mélange eau-alcool-glycérine pour obtenir n extrait que l’on appelle « macérat-glycériné ». Le bourgeon de genévrier (Juniperus communis) est n stimulant général de l’organisme, qui contribue à éliminer l’acide urique, l’urée, le cholestérol et favorise l’élimination des toxines. Posologie : l’usage interne se préconise en dehors des repas, entre 1 à 3 fois par jour. Débutez par 5 gouttes, augmentez progressivement si nécessaire jusqu’à 15 gouttes. Une fois un résultat obtenu, gardez le même nombre de gouttes pour le reste de la cure sans augmenter. Une cure de 3 semaines minimum est souvent recommandée, renouvelée 3 fois avec une semaine d’arrêt entre chaque cure.

Chlorelle et métaux lourds !

Les algues n’en finissent pas de nous surprendre. La chlorelle, micro-algue mesurant de 2 à 8 microns, doit son nom à sa très haute teneur en chlorophylle. Sa membrane cellulaire est constituée de telle façon qu’elle a le pouvoir de capter les métaux lourds (le mercure, le cadmium, le plomb, l’arsenic), ainsi que les produits chimiques présents dans l’organisme, et de permettre leur élimination par les voies naturelles en activant et renforçant le tonus intestinal. À l’attaque ! Posologie : 1 g par jour de chlorella (1 cuillère à thé), de préférence le matin ou le midi.

 


 

écobeauté

VisageDétox 100 % naturelle

Cinquième et non des moindres, la peau est un émonctoire de taille, au sens propre comme au sens figuré, puisqu’elle a une surface moyenne de 1,5 m² pour un adulte moyen et qu’elle est le refflet de notre état de santé général, mais aussi de nos émotions et de notre état psychologique. Elle joue un triple rôle de protection, e respiration et d’épuration. Il est donc indispensable d’associer à une cure « détox » complète de l’organisme, des soins cutanés appropriés.

Côté visage
nettoyez devant votre porte !

Miroir de notre intérieur, la peau est particulièrement vulnérable aux changements de saison : imperfections, sensibilité, manque d’éclat et de vitalité. Voici quelques astuces simples à appliquer pour muer en beauté, sans y laisser des plumes !

Astuce n° 1
Limiter les bourgeonnements !

Le constat : avec le printemps peuvent fleurir quelques boutons et impuretés sur notre peau. C’est le signe extérieur du désordre et de l’encombrement intérieurs car la peau permet elle aussi d’évacuer les toxines et graisses accumulées dans notre organisme.

Adoptez le masque à l’argile

Le pouvoir adsorbant de l’argile permet d’éliminer les impuretés de la peau. Utilisez l’argile la plus adaptée à votre peau. L’argile blanche, pour les peaux sèches, irritées et matures. L’argile verte, pour les peaux mixtes à grasses. L’argile rouge, pour les peaux ternes, fatiguées et irritées. L’argile rose, pour les peaux fragiles, réactives, sujettes aux rougeurs. L’argile violette, pour les peaux réactives. L’argile jaune, pour les peaux mixtes à grasses réactives et sensibles. Recette express détox : pour une utilisation « minute » – 1 cuillère à soupe d’argile de votre choix + 1 cuillère à soupe d’hydrolats aromatiques de votre choix (en fonction de votre type de peau) ou d’infusion fraîche de plantes.

Pratiquez le sauna facial

Facile à réaliser chez soi, il consiste à envoyer de la vapeur d’eau (chaude, mais pas trop !) sur le visage afin de dilater les pores de la peau et de faciliter ainsi l’évacuation des toxines. Comment s’y prendre ? Versez de l’eau frémissante dans un grand bol ou un saladier en verre. Ajoutez quelques gouttes d’huiles essentielles (1 à 2 gouttes par litre d’eau). On place le visage propre au-dessus du bol avec une serviette sur la tête et on reste ainsi 5 à 7 minutes les yeux fermés. Les huiles essentielles à utiliser selon son type de peau : Peau normale : lavande. Peau grasse : tea tree, lavande, bergamote, citron, genévrier. Peau sèche et sensible : camomille, néroli, rose. Peau mixte : lavande, citron. Peau sensible : hélichryse italienne, ciste, camomille romaine. Attention de choisir une huile essentielle que vous supportez bien. Effectuez auparavant un essai d’application dans le pli du coude : appliquez 1 goutte d’huile essentielle diluée dans 1 cuillère d’huile végétale à la pliure du bras. Si vous observez une réaction dans les 24 h, alors renoncez à cette huile essentielle.

Dites oui à la bardane !

La bardane (Arctium lappa) est une plante de la famille des Astéracées dont la racine est particulièrement riche en tanins et mucilages. Les tanins ont pour propriétés d’une part d’activer la micro-circulation sanguine, d’autre part de lutter très efficacement contre les attaques bactériennes. Les tanins sont également connus pour leur aptitude à l’astringence, ce qui les rend très intéressants pour le soin des peaux mixtes. Les mucilages permettent quant à eux d’apaiser les peaux irritées. Sous quelle forme l’utiliser ? Extrait sec ou teinture végétale, à intégrer dans vos cosmétiques maison.

Craquez pour le sérum végétal

Le sérum est la solution la plus adaptée pour une cure de printemps. Inutile d’avoir la main lourde, seules 2 applications par semaine seront suffisantes. Comment réaliser un sérum ? Choisir l’huile végétale de votre choix (la plus adaptée à vos goûts et à votre peau) + 0,5 % d’huiles essentielles en synergie (soit, par exemple, pour 50 ml d’huile végétale un total d’environ 15 gouttes).

Astuce n° 2
Faites renaître votre peau !

Le constat : à force de passer l’hiver calfeutré et de ne pas sortir de sa tanière, la peau, quelque peu contrariée, fait grise mine et n’est pas à la fête…

Masque douxOptez pour des gommages doux

Pour débarrasser la peau des cellules mortes accumulées pendant l’hiver, le gommage mécanique est un allié efficace. Attention toutefois à privilégier un exfoliant doux et à ne pas dépasser une fréquence d’une fois par semaine. Astuce : les exfoliants adaptés sont les pépins de fraise, la poudre de racines d’iris, les fibres de bambou et la pulpe de noix de coco.

Craquez pour le masque au chocolat !

Le cacao possède des propriétés anti-oxydantes (vitamine E + favonoïdes) et favorise la restructuration de la peau, tout en lui apportant souplesse et douceur. Idéal en masque pour être éclatante au printemps !

 

La recette éclatante :
masque nutri-éclat au CACAO

Masque CacaoProposition de flaconnage : Pot de 50 ml

Matériel nécessaire :

  • Une petite cuillère non métallique
  • Un bol ou un bécher
  • Une grande cuillère

Ingrédients :

  • 1 c. à s. d’argile blanche ultra ventilée
  • 2 c. à s. de cacao bio en poudre
  • 1 c. à s. de glycérine végétale
  • 4 c. à s. d’huile végétale de macadamia bio
  • 60 gouttes d’extrait aromatique naturel de cacao bio
  • 3 gouttes de vitamine E

Mode opératoire :

  1. Dans un bol, mettez l’argile et le cacao en poudre. Ajoutez la glycérine et l’huile végétale, puis remuez soigneusement afin d’obtenir une pâte lisse et uniforme.
  2. Ajoutez l’extrait naturel de cacao et la vitamine E, puis remuez une dernière fois.
  3. Transvasez dans votre pot.

Conservation : Bien conservé et fabriqué dans des conditions d’hygiène optimales, ce masque peut se conserver au moins 1 mois. Stockez votre pot à l’abri de la lumière et de la chaleur.

Conseil d’utilisation : Appliquez ce masque sur le visage en évitant le contour des yeux. Laissez poser 20 minutes, puis rincez à l’eau claire.

 


 

Côté corps
Faites la peau à la peau d’orange !

90 % des femmes sont touchées par la cellulite, c’est dire si le problème est loin d’être une préoccupation mineure. Et, avouons-le, la peau d’orange, nous préférons mille fois la voir sur notre table que sur notre corps !
Ce phénomène disgracieux est typiquement féminin puisque ce stockage des graisses est surtout destiné à constituer une réserve d’énergie en vue de la grossesse et de l’allaitement. On distingue trois types de cellulite : La cellulite adipeuse, qui apparaît à la suite d’une mauvaise alimentation, trop riche en graisses et en sucres. Elle se fixe généralement sur les fesses. C’est la fameuse culotte de cheval ! La cellulite aqueuse, due à la rétention d’eau qui se niche au niveau des chevilles et des mollets. La cellulite fibreuse, douloureuse au moindre pincement, elle se situe au niveau des cuisses et des genoux. Elle est due à un durcissement du collagène.

L’astuce anti-cellulite n° 1
Misez sur les oméga-3

La carence en oméga-3 est l’une des causes majeures du développement de la cellulite. Ils calment en effet l’inflammation des cellules à l’origine des radicaux libres tout en renforçant la structure de la peau. Où en trouver ? Dans un grand nombre d’huiles végétales (colza, noix, lin…), dans les fruits oléagineux, les poissons gras des mers froides…

L’astuce anti-cellulite n° 2
Testez le « palper-rouler »

Le palper-rouler est une technique de massage qui consiste à mobiliser le tissu cutané afin de le débarrasser du surplus d’eau et de graisse qui s’y accumule. Le massage s’opère avec un mouvement de roulage et de palpation de la partie à traiter, d’où son appellation : le palper-rouler. C’est une arme efficace pour diminuer la peau d’orange, à condition de la pratiquer un minimum de 30 minutes, une à deux fois par semaine.

L’astuce anti-cellulite n° 3
Augmentez vos apports en lécithine

La lécithine est impliquée dans le transport du cholestérol et des matières grasses. Elle empêche le cholestérol de se déposer dans les artères. Ce phénomène est le résultat de son pouvoir émulsifiant. Elle permet également de mieux protéger les cellules de la peau. Au menu ? Lait de soja, tofu, choux-fleurs, épinards, oranges, tomates…

L’astuce anti-cellulite n° 4
Devenez amie avec le goji !

Originaire d’Asie, le goji est une petite baie rouge qui contient 18 acides aminés, 21 minéraux et 500 fois plus de vitamine C qu’une orange. Ses polysaccharides ont la propriété de convertir les aliments en énergie plutôt qu’en mauvaises graisses. Top !

Le saviez-vous ?

Si certaines femmes ne soufrent que d’une forme de cellulite, d’autres, moins chanceuses, présentent les symptômes des trois types de cellulite.

 


 

L’aloé vera, labellisée en Commerce Équitable

Aloé VeraL’aloé vera est une liliacée, qui pousse dans les pays tropicaux secs. Or, Michel Touveron, créateur de la gamme Pur aloé, a fait le choix de travailler en direct avec des agriculteurs mexicains, pour s’approvisionner en aloé vera certifiée biologique, aux bienfaits exceptionnels. L’aloé vera « native » est la pulpe fraîche d’aloé, extraite des feuilles cueillies à la main, pour ensuite être acheminée en France par voie maritime. Désormais, la gamme Pur Aloé est donc non seulement certifiée bio mais aussi labellisée en commerce équitable et participe ainsi à une économie plus juste en remettant l’Homme et la Nature au cœur de l’échange. Certifié par Bioagricert, ce producteur transformateur d’aloé vera Bio est labellisé Oper Aequa et répond ainsi à une charte exigeante, qui garantit aux producteurs locaux des profits corrects en améliorant leurs conditions de vie. Composée de jus et de gels à boire et de cosmétiques biologiques, la gamme Pur Aloé est notre alliée pour notre santé et notre beauté, mais aussi celle de la Terre.

Source : www.puraloe.com

 


 

Vertueux massage aromatique

Contre la cellulite, il n’est pas de geste plus efficace que le massage des zones concernées : toujours de bas en haut, c’est-à-dire vers le cœur, dans le sens de la circulation du sang. Il permet de décoller les nappes graisseuses de l’hypoderme et d’améliorer la circulation, ce qui favorise la résorption des graisses et leur meilleure répartition dans le tissu sous-cutané. Pour optimiser ce massage, rien de tel qu’une huile aromatique, formulée avec des huiles essentielles appropriées.

Voici notre TOP 5 :

  • citron
  • pamplemousse
  • cèdre
  • criste marine
  • fenouil doux

 

 

Les informations proposées par l'Écolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.