Santé, Bien-être & Beauté

L’écolomag N° 24

Juillet – Août 2011

Maman et bébé au naturelMaman et bébé au naturel

Par Sophie Macheteau

9 lunes, c’est le temps nécessaire à la genèse d’un petit être, depuis la fusion de ses parents jusqu’à sa mise au monde. Suivant la même merveilleuse et parfaite alchimie depuis les débuts de la vie sur Terre, les différents organes se mettent en place les uns après les autres. Porter une vie en son sein est une expérience unique, à vivre dans toute sa plénitude. En symbiose totale avec son bébé pendant ces 9 mois, la future maman doit être pleinement épanouie et vivre sa grossesse dans un environnement sain et serein. Avec 2,01 enfants par femme en 2010, le taux de fécondité en France n’a jamais été aussi élevé depuis 35 ans. Un chiffre à voir comme un signe d’espoir en l’avenir ! Voici nos “green conseils” pour passer de 2 à 3 et se préparer à accueillir bébé dans un nid douillet et vert.

 


 

écosanté

les
conseils
santé
de Claire Desvaux
Naturopathe

Avant bébé…

Optimiser tout naturellement les chances de grossesse grâce à l’acupuncture

AccupunctureUne étude pilote, publiée en août 2010 et réalisée par une équipe américaine de l’Université de Pittsburgh, a mesuré la relation entre le stress, l’acupuncture et les taux de grossesse chez 57 patientes infertiles en parcours de FIV : 64,7 % des femmes qui ont été traitées par acupuncture ont été enceintes contre 42,5 % des femmes qui ne l’ont pas été. De plus, les femmes traitées par acupuncture avaient des scores de stress moins élevés, à la fois avant et après le transfert d’embryons, et c’est justement chez ces femmes moins stressées qu’étaient observés les taux de grossesse les plus élevés !

Source : Boivin J., ‘‘International estimates of infertility prevalence and treatment-seeking : potential need and demand for infertility medical care’’, Human Reproduction, vol. 22, no 6, p. 1506-1512.

Eco-études futures mamans

Les enfants exposés aux pesticides avant leur naissance ont un QI plus faible

The Environmental Working Group (EWG), une association américaine spécialisée dans les dangers des composés chimiques, a mis en évidence, en avril dernier, la publication de 3 études menant toutes à la même conclusion : l’exposition in utero aux pesticides entraîne des troubles de la mémoire, de la compréhension verbale et du QI global chez les enfants âgés de 6 à 9 ans. Une bonne raison pour acheter et manger bio jour après jour !

Source : www.treehugger.com

1 femme enceinte sur 4 n’échappera pas à la migraine

Si 3 femmes enceintes sur 4 voient leur migraine s’améliorer, la quatrième sera plus durement atteinte. Mais la migraine n’est pas la seule responsable des maux de tête : il existe 193 céphalées différentes !

Pourtant, la migraine et la céphalée de tension représentent, à elles seules, 90 % des maux de tête.

Quelles solutions ? Que vous choisissiez ou non de faire appel à la médecine, vous pourrez vous forger une solide opinion en vous rendant dans des « centres médicaux spécialisés* ». Vous pourrez ensuite choisir votre thérapie en connaissance de cause parmi quelques pistes suivies et défendues par de nombreux adeptes : le yoga, l’acupuncture et l’acupressure, le stretching, le programme Frolr, l’aromathérapie, l’homéopathie, … Il y en a d’autres, bien sûr.

Un conseil ? Avant de prendre une décision, tenez compte de l’avis de votre meilleur conseiller : vous-même !

Jean C. Godefroy, ancien migraineux
*Source : www.migraine-frolr.com

L’environnement, responsable d’une baisse de la fertilité chez l’homme ?

Paradoxalement, si le taux de natalité en France est en constante augmentation, la qualité des spermatozoïdes
a diminué d’environ 50 % depuis 1950.

Plusieurs études ont montré que la baisse de qualité du sperme est associée à une exposition croissante à un environnement chimique qui agit comme perturbateur hormonal. En cause : les polluants organiques persistants, pesticides, phtalates, bisphénol, …

En Europe, un perturbateur endocrinien est défini comme « une substance étrangère à l’organisme qui produit des effets délétères sur l’organisme ou sa descendance à la suite d’une modification de la fonction hormonale».

Source : Mâles en péril, documentaire inédit de Sylvie Gilman et de Thierry de Lestrade

Soigner l'infertilitéAujourd’hui, 1 couple sur 5 soufre d’infertilité et doit affronter un véritable parcours du combattant : celui-ci aboutit à une procréation médicalement assistée.

Or, une part notable de facteurs environnementaux favorise l’infertilité : perturbateurs endocriniens, alimentation appauvrie en micronutriments, stress, … Les liens entre nutrition et fertilité d’une part, stress et fertilité d’autre part, ont été cliniquement démontrés et sont dorénavant admis par la communauté scientifique.

S’appuyant sur nombre de publications internationales, mais aussi sur son expérience quotidienne, le Docteur Catherine Vermès propose une approche globale pour accompagner les couples en désir d’enfants. Restaurer une circulation énergétique harmonieuse, rétablir une nutrition pertinente et adaptée, retrouver un équilibre émotionnel et corporel, telles sont les priorités à suivre pour stimuler la fertilité.

Cet ouvrage nous convie à des changements simples, nécessaires et efficaces dans notre mode de vie.

Un livre à l’honneur :
Soigner l’infertilité par
les méthodes douces
du Dr Catherine Vermès
Éditions Grancher


 

Avant : préparer le nid

les
conseils
santé
de Claire Desvaux
Naturopathe

Bébé 1La santé du bébé dépend du capital transmis par ses parents, de l’hygiène de vie de sa mère avant et durant la grossesse. Une fois le projet bébé défini, tout doit donc être mis en œuvre pour que les 9 mois de gestation à venir soient vécus sereinement et en bonne santé. Ainsi, il peut être nécessaire à la future maman de :

  • Perdre quelques kilos excédentaires pour se rapprocher au mieux de son poids de forme, sans pour autant suivre un régime restrictif, source de carences avec de possibles répercussions sur sa forme et sa fertilité.
  • Augmenter justement sa fertilité par la prise de grenade, maca, gattilier, gelée royale… De son côté, le futur père pourra prendre du pollen ou du ginseng. L’exposition au soleil (avec modération) est également très bénéfique pour le système génital.
  • Pallier d’éventuelles carences en fer (pour éviter anémie et fatigue), calcium (en prévention de la décalcification, des caries et des crampes), vitamine B9 (présente dans les légumes verts à feuilles : épinards, bettes, salade… dans le brocoli, les asperges, les céréales complètes, les figues sèches, l’avocat…) et vitamine B12 (uniquement d’origine animale, on la trouve dans les viandes, les abats, les œufs, les poissons et les laitages).
  • Procéder à un drainage : en naturopathie, on conseille aux futurs parents (à condition qu’ils aient une vitalité suffisante pour cela) de suivre une cure détox de 3 à 6 mois pour assainir leur organisme, améliorer leur fertilité et être sûrs de transmettre un bon capital à leur enfant : en réduisant leur consommation de produits gras et sucrés, industriels, en faisant des monodiètes, c’est-à-dire en consommant exclusivement, sur une journée (ou plus si l’on s’en sent capable) des pommes (crues ou en compote sans sucre), du riz, des bouillons ou jus de légumes. Mais aussi en arrêtant de fumer, en limitant sa consommation d’alcool, en reprenant une activité physique. Pour accentuer et favoriser le processus d’élimination, il est possible de prendre du jus de radis noir, de la sève de bouleau, de l’hydrolat de genévrier, ou un complexe de plusieurs plantes dépuratives bio.

Pendant…

1/3 des bébés sont exposés au tabac in utero

Pour la première fois en France, une étude de la consommation de tabac de la femme enceinte a été menée via l’analyse des forums de discussion internet dédiés à la grossesse. Au terme de 8 mois de recueil d’informations, les premiers résultats sont sans appel : trop de femmes sous-estiment les dangers du tabagisme durant la grossesse. 36 % des femmes enceintes ont débuté une grossesse sans avoir arrêté le tabac. L’anonymat qu’offrent les forums grossesse permet à ces femmes de se livrer plus facilement sur ce sujet tabou. L’association DNF, soutenue par la Direction générale de la santé, a fait le point sur un scandale sanitaire passé sous silence.

Pour plus d’informations : www.dnf.asso.fr

Non aux brûlures d’estomac et remontées acides !

En cas d’acidité stomacale, il est recommandé de boire de l’eau d’argile. Pour préparer ce breuvage, il suffit de mélanger une cuillère à soupe d’argile verte illite ou blanche dans un verre d’eau, puis de laisser le mélange reposer 6 heures. Boire ensuite l’eau d’argile en prenant soin de ne pas avaler l’argile qui se trouve au fond du verre.

Circulez normalement !

La grossesse amplifie le phénomène de jambes lourdes car, durant cette période, une hormone, la progestérone, sécrétée en plus grande quantité, favorise la rétention d’eau et augmente le volume sanguin. Voici quelques astuces pour alléger naturellement nos chères gambettes :

  • Commencez tout d’abord par éviter la position “debout” prolongée.
  • Marchez régulièrement à raison d’une 1/2 heure par jour.
  • Bannissez les bains trop chauds ou les ambiances surchauffées.
  • Surélevez vos pieds durant la nuit.
  • Massez régulièrement vos jambes dans un mouvement ferme partant du bas de la cheville vers le haut de la cuisse.

Un périnée au top !

L’huile végétale de macadamia assouplit les muscles du périnée et les rend plus élastiques. Vous pouvez donc masser cette zone plusieurs fois par jour dès le 8ème mois de la grossesse avec cette huile végétale afin de préparer les muscles périnéens à l’accouchement.

 


 

La vérité sur les huiles essentielles et la grossesse

Pour répondre à cette question, nous avons interviewé Dr Floriane Pinel qui travaille pour les laboratoires Hyteck Aroma-Zone :

1 – Est-il possible d’avoir recours à l’aromathérapie pendant la grossesse ?

Pendant la grossesse, il arrive bien souvent que l’on se sente démunie face à la médecine conventionnelle, qui ne propose pas toujours de solutions pour soulager les bobos du quotidien. De ce fait, certaines d’entre nous se tournent vers la médecine naturelle, et notamment vers l’aromathérapie. Mais, attention, les huiles essentielles, même si elles sont naturelles, présentent des risques à bien connaître.
Tout d’abord, plusieurs huiles essentielles sont à proscrire pendant toute la durée de la grossesse. C’est le cas notamment de l’achillée millefeuille, l’aneth, l’anis vert, l’angélique, la cannelle de Ceylan (feuille et écorce), la cannelle de Chine, le carvi, le cèdre de l’Atlas et de l’Himalaya, la menthe poivrée et la menthe verte, le Cyprès, l’eucalyptus globulus et la sauge officinale (liste non exhaustive…).
L’utilisation de certaines huiles essentielles est envisageable à partir du 4ème mois de grossesse, mais en restant toujours très prudente et uniquement sur avis médical. C’est le cas notamment du basilic sacré et tropical, de la bergamote (avec ou sans furocoumarines), du bois de Hô, de la camomille allemande et romaine, de la cardamome, du cèdre de Virginie, de la ciste ladanifère, du citron…

2 – Quelles sont les principales précautions d’emploi à respecter ?

L’utilisation des huiles essentielles par voie orale est à proscrire (sauf sur avis médical). La voie cutanée reste à privilégier, en évitant cependant les massages abdominaux qui sont des zones à proximité du futur bébé.
La diffusion atmosphérique de certaines huiles est également possible grâce à un diffuseur ou un brumisateur adapté. On peut également verser quelques gouttes d’huiles essentielles sur un mouchoir ou une pierre que l’on respire de temps en temps (inhalation).
Il est impératif de bien respecter les conseils d’utilisation (dosages/mode d’utilisation approprié) figurant sur la fiche technique de chaque huile essentielle avant usage.

3- À quelles fins les huiles essentielles peuvent-elles être employées pendant et après la grossesse ?

Les huiles essentielles pourront apporter une aide précieuse pour soulager les bobos pendant la grossesse (nausées, sciatique et douleurs, problèmes circulatoires, brûlures d’estomac et remontées acides, …), accompagner le travail le jour J, soulager et sublimer la maman après l’arrivée de son bébé.

4 – Auriez-vous un conseil aromatique anti-nausées à partager avec les lectrices de l’écolomag ?

Préparez le mélange suivant : 3 ml d’huile essentielle de citron avec 1 ml (soit 35 gouttes) d’huile essentielle d’estragon. Appliquez 2 gouttes du mélange sur le dessus de la main. À respirer ou laper avec la langue en fonction de l’importance des nausées. Renouvelez en fonction des besoins.

Pour en savoir plus, consultez le dossier « grossesse et huiles essentielles » sur www.aroma-zone.com

 


 

Rubrik’ à trucs

4 astuces anti-nausées

Misez sur le citron

Il suffit de briser l’écorce pour respirer l’essence qui s’en dégage, de sucer des quartiers de citron ou bien d’opter pour une citronnade, peu sucrée.

Recherchez le zinc et la vitamine B6

Les aliments riches en zinc (rumsteck, escalope de veau, germes de blé, …) et en vitamine B6 (blanc de volaille, jambon, carrelet, sole, brocolis, épinards, chou rouge, germe de blé, tomate, banane, …) seraient bénéfiques pour lutter contre les nausées.

Détournez le gingembre

Il suffit de râper de la racine de gingembre frais et de l’infuser dans de l’eau bouillante pendant 5 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour.

Misez sur la digitopuncture

Cette technique fondée sur la médecine chinoise consiste à exercer une pression sur les centres énergétiques de notre corps. Ainsi, en pratiquant une légère pression sur un point précis du poignet, on peut aider la crise de nausée à disparaître. Ce point “anti-nausée” se situe sur la face interne du poignet, à 3 travers de doigt au-dessus du poignet.

 


 

Pendant : 2 poids, 2 mesures

les
conseils
santé
de Claire Desvaux
Naturopathe

Femme enceinteDurant sa grossesse, la femme doit prendre suffisamment de poids mais, en aucune façon, ne doit grossir exagérément sous prétexte que bébé, tout comme elle, ne doit manquer de rien. On estime raisonnable de prendre entre 10 et 12 kg : 5 à 6 kg pour le placenta, le liquide amniotique et l’enfant et les autres kilos pour la mère elle-même. C’est généralement à partir du 3ème mois que la future maman commence à grossir. Le poids en excès est néfaste au bébé, cela le fragilise et peut constituer une gène lors de l’accouchement. De plus, il sera d’autant plus difficile à la jeune maman de le perdre après et de retrouver (ou presque) sa silhouette d’avant, même si l’allaitement favorise généralement un amaigrissement du fait de la dépense énergétique qu’il implique. Comme avant la grossesse, il faut là encore s’assurer que l’alimentation de la future mère est suffisante et équilibrée pour respecter tous les besoins essentiels, notamment en fer (la spiruline, microalgue d’eau douce, en est une source intéressante), calcium (en consommant produits laitiers, amandes, sésame, algues, surtout le lithothamne sous forme de complément alimentaire, agrumes,…) et vitamines B9 et B12 (indispensables pour la multiplication des cellules et le bon développement du système nerveux du bébé). En aucun cas, la future mère ne doit suivre de régime ni de détox durant sa grossesse, sous peine de mettre son corps en autolyse et de déstocker ses déchets et toxines, qui seront alors mis en circulation.

Dans l’assiette de la femme enceinte

Les besoins énergétiques sont revus à la hausse pendant la grossesse : pour couvrir les dépenses liées au développement du placenta, du fœtus, des seins et à l’augmentation de la masse sanguine. La diminution de l’activité physique de la future mère (à cause de la fatigue, de sa prise de poids) compense le surcoût énergétique dû aux différents métabolismes qui se mettent en place dans l’organisme, tant pour la mère que pour le bébé. De 2 000 kcal pour une femme d’activité moyenne, ces besoins passent à 2 300, voire 2 500 kcal au cours de la grossesse. Ainsi, au premier trimestre, il faut ajouter 150 kcal par jour ;et aux deuxième et troisième trimestres, au moins 250 kcal supplémentaires par jour. En plus des 3 repas principaux, on recommande souvent aux femmes enceintes de prévoir 1 à 2 collations vers 10h30, puis 17h : pour enrichir leur alimentation, mais aussi parce que des repas plus fractionnés favorisent la digestion et réduisent nausées et hypoglycémies (généralement plus fréquentes le matin). Ces en-cas peuvent se composer, selon l’appétit et l’activité physique, d’un fruit, d’un produit céréalier et/ou d’un laitage (si la future maman en consomme).

À surveiller et à éviter

  • Thé, café, coca : leur théine ou caféine excitante passe par le placenta.
    Leur préférer chicorée, succédanés de café, rooïbos, infusions.
  • Alcool : tolérance 0 en prévention de l’alcoolisme fœtal.
  • Produits sucrés : ils élèvent la glycémie (taux de sucre dans le sang) de la mère (risque de diabète gestationnel) comme du fœtus. Si ce dernier sécrète trop d’insuline, sa croissance peut être trop rapide puis sa prise de poids trop importante après la naissance.
  • Le sel :la femme enceinte ayant une tendance physiologique à la rétention d’eau, se limiter à 7 à 8 grammes par jour, ne pas resaler les aliments et les relever avec des aromates

Vigilance vis-à-vis de la toxoplasmose

Cette maladie est transmise par un parasite présent dans la terre et la viande (de lapin, bœuf, mouton) et véhiculé par les chats. Sans risque pour les mamans, elle peut par contre générer des malformations chez le fœtus. Une femme sur 2 ne serait pas immunisée contre cette maladie mais une simple prise de sang (réalisée au début de la grossesse) permet de savoir si elle possède déjà les anticorps contre la toxoplasmose. Pour les futures mamans qui ne seraient pas encore protégées, voici quelques précautions de base :

  • Se laver régulièrement les mains.
  • Bien laver à l’eau vinaigrée, avec de l’extrait de pépins de pamplemousse, les légumes, herbes aromatiques et fruits destinés à être consommés crus.
  • Au restaurant, éviter les crudités.
  • Bien cuire sa viande.
  • Éviter les produits fumés, marinés, les coquillages crus, les œufs crus.
  • Mettre des gants pour jardiner, pour changer la litière du chat.

Le grand jour venu…

Accouchement aromatique

Une des plus grandes peurs de la future maman est la douleur de l’accouchement. Cette douleur peut amener à la crispation et amplifier le phénomène. Il est donc important de se relaxer et de se détendre. Quelques huiles essentielles peuvent être de précieuses alliées : c’est notamment le cas des huiles essentielles de néroli, lavande, camomille romaine et laurier noble.

Zoom sur le laurier : le laurier est une plante très puissante sur le plan émotionnel et énergétique. Symbole de la victoire (couronne de César) et d’immortalité, le laurier – et tout particulièrement son huile essentielle –apportent à chacun de nous courage et protection face au combat. Cette huile essentielle donnera le courage et la force d’affronter l’accouchement.

Bienfaits de l’accouchement sous hypnose

Ayant pour objectif un relâchement total, la pratique de l’hypnose pendant l’accouchement peut réduire de moitié la douleur des contractions ainsi que la peur, et favoriser la dilatation du col. Généralement pratiquée par la sage-femme, quelquefois assistée du papa, l’hypnose se base sur une relation préalable de confiance. Une fois détendue et les muscles relâchés, la maman sera guidée par la sage-femme spécialisée en hypnothérapie, afin de la pousser à se plonger dans ses souvenirs.

Source : www.maternite-grossesse.fr

L’accouchement aquatique

Encore peu pratiqué en France, l’accouchement en milieu aquatique est de plus en plus sollicité. Ses avantages sont particulièrement appréciés, et beaucoup de mamans ayant vécu cette expérience ne pensent même plus à un accouchement traditionnel pour un prochain enfant ! Tout d’abord, l’eau a un effet relaxant et des propriétés anti-spasmodiques, c’est-à-dire qu’elle atténue la douleur. Les muscles se détendent aussi, et le col de l’utérus se dilate plus facilement.

La capacité respiratoire de la maman augmente, procurant ainsi un bien-être supplémentaire très appréciable pour le bébé, étant donné que l’accouchement est pour lui un changement d’univers impressionnant ! Enfin, les risques de déchirures sont moins importants, et les épisiotomies donc moins nombreuses. La maman peut aussi avoir le plaisir de sentir son bébé directement contre sa peau.

Fondée le 29 décembre 1999, l’Association Française de Naissance Aquatique est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, dont le but est le développement par tous moyens de l’accouchement aquatique.

Pour en savoir plus : www.accouchement-dans-leau.com

L’homéopathie pour le col

Un mois avant la date prévue de l’accouchement, il est conseillé de prendre du Calophyllum 9 CH et de l’Actea racemosa 9 CH, à raison de 5 granules par jour. Le jour venu, il est possible d’augmenter les doses en prenant 5 granules toutes les heures pour favoriser la dilatation du col et réduire ainsi le temps de travail.

 


 

Symbiose au naturel

Allaiter c’est bio-logique ! Le lait de la mère est fait pour son bébé, à la fois pour des raisons nutritionnelles mais également affectives, pour tisser un lien unique dès les premières heures.

Il donne aux nourrissons tous les nutriments, les anticorps, les hormones, les antioxydants et les défenses immunitaires dont ils ont besoin pendant les 6 premiers mois de leur vie pour se développer. Aujourd’hui, plus de 65 % des bébés français découvrent le lait maternel à la naissance.

Vers la voie lactée…

tétéPour faciliter la montée de lait, la phytothérapie est au rendez-vous et permet de booster la production, grâce à des plantes dites “ galactogènes ”, que l’on consommera sous forme d’infusions. Et lorsque l’on sait qu’une femme qui allaite a besoin de près de 800 ml d’eau pour produire du lait, l’intérêt de l’infusion est double ! Quelles plantes galactogènes choisir ? Galéga, fenouil, marjolaine, cumin et anis.

Allô maman, bobo !

Les premiers jours de l’allaitement, le bout des seins est souvent malmené par les succions répétées du nouveau-né. Rougeurs, irritations et crevasses peuvent rapidement apparaître si l’on ne prend pas soin des mamelons. La solution 100 % naturelle ?

Il suffit d’appliquer de la lanoline (privilégiez un substitut végétal) avant et après la tétée ou dès que le besoin s’en fait ressentir.

Où en trouver ? Sur www.aroma-zone.com

Je teste les laits végétauxSevrer un bébé avec les laits végétaux

Les laits végétaux peuvent être très intéressants lors des sevrages, particulièrement en cas d’intolérance ou d’allergies au lait animal ou même de soja. C’est notamment le cas des laits d’amande et de châtaigne.

Zoom sur le lait végétal de châtaigne : Source très intéressante de glucides et de vitamines intervenant dans le métabolisme énergétique. Il contient 2/3 de sucres lents et 1/3 de sucres rapides, des vitamines B et particulièrement des vitamines B1, B6 et B9. Un mélange idéal pour un équilibre glycémique et fournir de l’énergie dans la durée.

Source : Je teste les laits végétaux – Patricia Collino – Alysse Éditions.

 


 

écobien-être

Pour optimiser ce moment magique de la vie d’une femme, mieux vaut mettre toutes les chances de son côté, en misant sur le bien-être grâce à des astuces et méthodes 100% naturelles.

Jouer au ballonSoyez régressive, jouez au ballon !

Le ballon de naissance, emprunté à la méthode Pilates, peut être un allié précieux le jour de l’accouchement et même avant. On s’y assoit, on s’y appuie et on le fait rouler. Il étire, berce, détend et réconforte. Incontournable !

Osez le massage !

MassagePeu de femmes osent se masser ou se faire masser durant leur grossesse par crainte de se faire du mal ou d’en faire au bébé ! Bien au contraire, le massage est une vraie source de bien-être pour la femme enceinte et son bébé. Il est une merveilleuse occasion d’harmoniser la conscience des différentes parties du corps et permet de trouver un équilibre entre les tensions et les forces de vie qui se rencontrent au cœur de ce corps de femme nouvellement habité.

Pour optimiser le massage, utilisez des huiles ou des beurres végétaux qui nourriront et assoupliront la peau.

Le bien-être de bébé par le massage

Masser son bébé, c’est prolonger le bien-être de la vie intra-utérine dans laquelle tous les besoins de l’enfant sont satisfaits. Le massage du bébé contribue à l’intégration du schéma corporel et la connaissance des différentes parties de son corps. Il aide par ailleurs à l’éveil de son intellect et de ses sens.

Enfin, le massage de bébé améliore le fonctionnement de tous les systèmes et favorise la croissance.

Pour apprendre à masser bébé : www.grainedemassage.fr

On fait toute la lumière sur le baby blues !

Bébé 2Après l’accouchement, certaines mamans deviennent tout à coup hypersensibles et elles n’arrivent plus à contrôler leurs émotions. C’est ce que l’on appelle le baby blues. Une étude menée par les chercheurs de l’Université de Bâle, en Suisse, et publiée dans le “Journal of Clinical Psychiatry”, montre que pour lutter contre les symptômes de la dépression, il n’y aurait rien de tel que des séances de luminothérapie !

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont suivi près de 700 femmes enceintes, traitées pour dépression sévère à la maternité de Bâle. 27 d’entre elles ont été exposées à des lumières de 7 000 lux, équivalant à un appartement très fortement éclairé. Les autres, à une lumière de 70 lux seulement en guise de placebo. Résultat : après 5 semaines, 80 % des futures mamans exposées à une très forte lumière ont vu leurs symptômes diminuer de deux tiers. Seul un tiers des autres femmes ont vu leur état de santé s’améliorer. En conclusion, la luminothérapie pourrait constituer un traitement complémentaire contre la dépression prénatale, sans risque pour l’enfant à naître.

Source : www.psychiatrist.com

Anti-baby blues aromatique

Pour voir la vie en rose, l’huile essentielle et l’hydrolat de rose sont deux actifs incontournables de la dépression post-partum, qui aideront à harmoniser l’esprit, à vaincre les angoisses et à s’ouvrir à l’amour et la tendresse.
Recette express : Mélangez 3 gouttes d’huile essentielle de rose à 15 ml d’huile végétale de noyau d’abricot. Appliquez 3 gouttes sur la face interne des poignets et inhalez longuement plusieurs fois par jour en fonction des besoins.

Misez sur la sophrologie

La sophrologie se définit comme une méthode psychocorporelle associant la respiration, la décontraction musculaire et la visualisation d’images positives. C’est une science, une philosophie, mais aussi un art de vivre…
Cette méthode de bien-être a été créée en 1960 par Alfonso Caycedo, médecin neuropsychiatre d’origine espagnole. La sophrologie s’inspire de l’hypnose et de la phénoménologie, mais également des techniques de méditation, de yoga et de relaxation. Elle aide à libérer les tensions du corps et à visualiser des images positives.
C’est un excellent outil de développement personnel, recommandé au cours d’une grossesse en complément d’un suivi médical.

Prendre conscience de son corps, être à l’écoute de soi et du bébé, gérer le stress et la douleur, ou encore se préparer à devenir mère, les bénéfices de la sophrologie lors d’une grossesse sont nombreux.

Le saviez-vous ? Le mot sophrologie vient du grec et se traduit comme “l’étude de l’harmonisation de la conscience” (“sos” harmonie, “phren” esprit et “logia” étude).

Pour en savoir plus : www.sophrologie-formation.fr

Oui au shiatsu !

ShiatsuLe shiatsu s’adapte parfaitement bien à la femme enceinte et permet de mieux gérer les angoisses souvent liées à l’accouchement.

Une séance de shiatsu spécifique pour la femme enceinte dure environ 1 heure et peut se pratiquer du début à la fin de la grossesse, à raison d’1 séance par mois minimum.

Le shiatsu apporte à la future maman et au bébé un accompagnement favorable pour vivre au mieux les différentes phases de la grossesse. Les exercices (des pressions des paumes ou des pouces sur les points d’acupuncture) lui permettent de stimuler toutes ses ressources internes afin d’accoucher dans les meilleures conditions physiques, émotionnelles et énergétiques.

Pour en savoir plus sur le shiatsu : www.fst.fr

Zoom sur l’huile végétale de Calophylle Inophylle

Le Calophyllum, arbre baptisé Tamanu par les Tahitiens et Fohara par les Malgaches, produit une huile remarquable pour son action bénéfique sur la peau. Très aromatique, cette huile est traditionnellement utilisée pour soigner bon nombre d’affections dermatologiques (eczéma, psoriasis, zona, …). Fluidifiante, elle permet une bonne protection des vaisseaux sanguins et facilite la circulation. Cicatrisante, elle favorise la régénération des tissus cutanés abîmés et apporte souplesse et élasticité à la peau.

Pour en savoir plus : L’huile de Calophylle Inophylle – Yves Bertin – Éditions Dauphin

 


 

Après : Une mère reste
avant tout une femme

les
conseils
santé
de Claire Desvaux
Naturopathe

L’allaitement est vivement conseillé, mais il ne peut cependant pas être imposé aux femmes qui ne souhaitent ou ne peuvent allaiter, quelle qu’en soit la raison. Pour couvrir les importantes dépenses énergétiques induites par l’allaitement, la jeune Maman doit enrichir son alimentation de 500 à 750 kcal par jour. Elle doit aussi veiller à des apports en protéines et calcium suffisants. Pour la femme allaitante, les cures minceur comme détox ne sont toujours pas d’actualité, sinon ses toxines se retrouveraient dans son lait. Par contre, les autres mamans pourront se préoccuper de leur silhouette, en fonction du poids pris au cours de leur grossesse. Un drainage peut alors être envisagé, suivi si nécessaire d’un régime à associer à une activité physique régulière pour plus de résultats.

Pour toutes, graines germées (à faire pousser soi-même ou à acheter toutes prêtes en boutiques bio) et jus de légumes (surtout de carotte) sont d’excellents revitalisants permettant de garder ou de retrouver la forme.

 


 

écobeautémaman

Pour que maman reste jolie tout au long de la grossesse et retrouve ensuite sa forme idéale, suivez notre guide 100 % naturel.

Maman 2Bye bye vergetures !

Les vergetures sont de petites déchirures de la peau par manque d’élastine, consécutives à des grands changements dans le métabolisme, comme la grossesse.

Pour que la future maman « se transforme » sans laisser de traces disgracieuses, mieux vaut prévenir que guérir en adoptant dès le début de la grossesse un soin naturel adapté, qui rendra la peau à la fois plus élastique et plus tonique.

Voici un trio végétal des plus efficaces :

  • l’huile végétale de calophylle inophylle
  • l’huile végétale de rose musquée
  • l’huile végétale de macadamia

Recette express anti-vergetures

Recette pour un pot de 100 ml

  • 50 g de beurre de karité bio
  • 25 g d’huile végétale de rose musquée
  • 25 g d’huile végétale de calophylle inophylle

Mode opératoire

  1. Prélevez la quantité de beurre de karité et chauffez-le au bain-marie pour le rendre liquide.
  2. Une fois le beurre liquéfié, ajoutez au fur et à mesure les deux huiles végétales.
  3. Fouettez à l’aide d’un mini-fouet afin d’obtenir un mélange homogène.
  4. Versez la préparation dans le pot.

Conservez à l’abri de la lumière et de la chaleur.

Faites tomber le masque… de grossesse

Lys blancÀ partir du 4ème mois de grossesse, il peut apparaître sur le visage des petites taches brunes. Cette hyperpigmentation due à un excès de mélanine est la résultante de facteurs hormonaux. Les femmes au teint mat y sont plus exposées que celles au teint clair. Très souvent, ces taches disparaissent après la naissance de bébé, mais ce n’est pas toujours le cas. C’est pourquoi il vaut mieux “prévenir que guérir”!

Quelles solutions au naturel ?

Adoptez le macérât huileux de lys blanc : plante vivace à belles fleurs blanches, de la famille des Liliacées, le lys blanc est cultivé partout dans la région méditerranéenne, bien qu’il soit originaire de Syrie et de Perse.

Le lys blanc a un très ancien passé. La légende raconte qu’Hercule, alors que la déesse Junon lui donnait le sein, laissa échapper de ses lèvres deux gouttes de lait. L’une d’elles se répandit dans le ciel pour former la voie lactée. L’autre tomba sur la Terre… et le lys naquit. Symbole de blancheur et de pureté, la fleur de lys acquit ses lettres de noblesse en devenant le symbole de la royauté.

Les fleurs de cette plante, très odorantes, sont utilisées pour la beauté de la peau. Elles sont réputées pour leur action cicatrisante des blessures, des brûlures, des coupures et des gelures, selon qu’elles sont macérées dans l’huile ou dans l’eau de vie. Le lys est également connu pour atténuer les taches cutanées (taches de rousseur, de naissance, de vieillesse) et pour limiter l’apparition des taches brunes.

Les bienfaits de l’ortie silice

100 % bio, organique et naturelle, l’Ortie Silice est élaborée à partir des meilleurs ingrédients naturels et biologiques certifiés Cosmebio et Ecocert. Elle contient 15 % d’extrait de silice naturelle, sans paraben ni conservateur chimique et peut être utilisée sous toutes ses formes : crème visage à l’huile d’argan, crème main à l’aloé véra, lait corporel au beurre de karité, shampooing au miel ou gel douche au tilleul. Ces produits de soins à la silice aux propriétés anti oxydantes, restructurantes, hydratantes, nourrissantes, cicatrisantes, reminéralisantes, sont des alliés pour rester belle pendant toute votre grossesse. www.bioforal.fr

Ne vous faites pas de cheveux… gras

Certaines femmes habituées à avoir des cheveux à tendance grasse peuvent voir le phénomène amplifié par les hormones. Dans ce cas, privilégiez l’utilisation hebdomadaire de rhassoul : véritable “terre qui lave”, le rhassoul s’emploie comme shampooing ou savon très doux : humidifiez une cuillerée à soupe avec un peu d’eau forale, étalez sur vos mains et massez. Laissez poser environ 15 minutes et rincez.

À la différence des shampooings et savons, le rhassoul ne contient aucun tensioactif et nettoie selon un processus physique. Mélangé à l’eau, il gonfle pour former une pâte très douce qui absorbe les impuretés et les graisses comme un buvard, impuretés qui sont ensuite éliminées au rinçage.

Le rhassoul respecte le film hydrolipidique du cheveu et n’irrite pas les glandes sébacées. De quoi retrouver l’équilibre parfait.

Shampooing rééquilibrant rhassoul & pamplemousse

CheveuxProposition de flaconnage :

  • Pot de 100 ml

Matériel nécessaire :

  • Un mini-fouet ou une petite cuillère
  • Un bol
  • Une éprouvette graduée
  • Une balance de précision

Ingrédients :

  • 35 g de rhassoul
  • 30 ml d’hydrolat de fleurs d’oranger bio
  • 20 ml de base lavante neutre bio
  • 15 ml d’huile végétale de noisette bio
  • 15 gouttes d’huile essentielle de pamplemousse
  • 20 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse

Mode opératoire :

  1. Dans un bol, versez la base lavante et l’hydrolat de fleurs d’oranger et mélangez doucement en évitant la formation de mousse.
  2. Ajoutez le rhassoul et mélangez doucement.
  3. Ajoutez l’huile végétale de noisette, l’huile essentielle de pamplemousse et l’extrait de pépins de pamplemousse en mélangeant doucement.
  4. Transvasez dans un pot.

Conservation : Fabriqué dans des conditions d’hygiène optimales et conservé à l’abri de la chaleur et la lumière, ce shampooing pourra se conserver au moins 1 mois.

Conseil d’utilisation : Ce shampooing s’applique sur cheveux humides. Massez votre cuir chevelu, laissez poser quelques minutes et rincez abondamment.

 


 

éco beauté bébé

Bébé 3Quelques plantes au service de bébé…

Pour prendre soin de la peau de votre bébé, apaiser les irritations, calmer les rougeurs, nourrir et protéger la peau des agressions, il faut utiliser des ingrédients et des actifs parmi les plus doux, et qui fleurent bon l’enfance. Le nombre d’ingrédients particulièrement adaptés est donc quelque peu restreint. Parmi les plus courants et rappelant le plus les câlins dans les bras de maman, il y a :

Le calendula : également appelée souci, cette petite fleur jaune est anti-inflammatoire, adoucissante et cicatrisante, à l’action très douce. C’est un grand classique dans les produits pour bébé, car elle prend soin de leur peau en apaisant efficacement rougeurs et irritations.

La camomille : cette fleur est très efficace pour calmer les irritations et les démangeaisons cutanées, de même que les réactions allergiques. Son parfum doux est également apprécié pour calmer les enfants agités et leur faire passer une bonne nuit de sommeil.

La guimauve : adoucissante et anti-inflammatoire, la guimauve rappelle notre enfance, où nous aimions plonger la main dans le bocal de marshmallows moelleux… De par son action et son lien avec l’enfance, c’est une plante idéale et originale pour le soin des bébés.

La lavande : largement utilisée, la lavande est également un ingrédient idéal pour les bébés. Calmante, apaisante, légèrement sédative, elle prend soin de la peau tout en douceur.

La pimprenelle : apaisante et cicatrisante, la pimprenelle calme les érythèmes et soulage l’eczéma. Eh non, ce n’est pas la compagne de Nicolas !

 


 

éco Livres

100 Réflexes Bébé Bio
100 Réflexes Bébé Biode Alix Lefef-Delcourt et Elisa de Castro Guerra

Un bébé bio, c’est un bébé nourri avec des aliments bio et chouchouté avec des soins bio. Mais c’est, surtout, un bébé élevé autrement, de manière plus naturelle, plus réfléchie, plus respectueuse de ce petit être en devenir et de l’environnement dans lequel il va grandir. Loin de dicter une ligne de conduite à suivre à la lettre, ce livre invite chaque maman et chaque papa à piocher des idées parmi tous les trucs pour consommer malin, sain et écolo.

Leduc.s Éditions – 12,90 €

Le guide de mon bébé au naturelLe guide de mon bébé au naturel
de Dominique Leyronnas, pédiatre néonatalogiste et Catherine Piraud-Rouet

Un guide complet écrit par une équipe de pédiatres et de praticiens à destination des parents soucieux d’être à l’écoute du rythme de leur enfant et de prendre soin de lui avec des méthodes naturelles, dès la naissance.

Éditions Nathan – 14,90 €

Dites-le aux femmes enceintesDites-le aux femmes enceintes
de Marie-Hélène Demey

Ce livre, qui redonne largement la parole aux femmes, est issu de témoignages et d’expériences vécues. Il propose des points de repères indispensables et des réponses de bon sens dont les femmes enceintes ont besoin devant toutes leurs questions les plus simples et les plus intimes. Un livre qui redonne confiance aux femmes dans leur savoir-faire naturel dans le paysage actuel de médicalisation croissante.

Éditions du Dauphin – 16 €

 

 

Les informations proposées par l'Écolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.