Santé, Bien-être & Beauté

L’écolomag N° 39

defenseAssurer sa défense

Si l’hiver est la saison de l’économie, il n’est pourtant pas synonyme de passivité et d’inaction. Face à la rudesse de la période froide, le corps et la peau doivent affronter de nombreux ennemis pour ne pas en payer un lourd tribut. Microbes, fatigue saisonnière, baisse de moral et désagréments cutanés rodent autour de nous, sans nous laisser de grande chance d’y réchapper. Est-ce pour autant une fatalité ? La meilleure défense n’est-elle pas de s’armer en conséquence pour être davantage dans l’anticipation que dans le fait accompli ? Pour passer un hiver serein, soyons plus à l’écoute de notre environnement et de notre corps. Et il se pourrait bien que la Nature soit notre meilleure alliée pour affronter les fantômes de l’hiver…

« Le sage ne s’afflige jamais des maux présents, mais emploie le présent pour en prévenir d’autres. » William Shakespeare Richard II, Acte III, Scène II (1595)

Sophie Macheteau

Par Sophie Macheteau

 

 


La plante du mois
Le thym (Thymus vulgaris L.)
le brin vigoureux

Quoi de mieux que le thym pour veiller sur nous en cette période hivernale et nous tenir éloigné de bien des maux ?

Description botanique

thymLe thym est un petit sous-arbrisseau vivace et spontané, vivant dans les endroits secs et ensoleillés, notamment en région méditerranéenne. Il est fréquemment cultivé en France, en Espagne, en Italie, au Portugal, en Grèce, au Maroc et aux États-Unis, où l’on peut le trouver jusqu’à 1 500 m d’altitude.

Ses tiges sont dressées, ramifiées, blanchâtres, très lignifiées et tortueuses à la base. Elles forment un petit buisson touffu et serré, mesurant jusqu’à 40 cm de haut. Les feuilles de thym sont persistantes, petites, lancéolées ou linéaires, et enroulées sur les bords, ce qui leur donne une forme générale d’aiguille. La plante entière dégage une forte odeur aromatique. Elle est d’ailleurs très visitée par les abeilles, auxquelles elle fournit un nectar parfumé qui fait la réputation de certains miels.

Histoire et tradition

Le thym est connu depuis la plus haute Antiquité : Dioscoride et Hippocrate le mentionnaient déjà dans leurs écrits, les Égyptiens s’en servaient pour embaumer leurs morts, les Grecs et les Romains l’utilisaient comme encens dans leurs rituels de fête et les femmes de ces divers peuples l’employaient en eau de toilette et en onguent.

Ce sont les moines bénédictins qui répandirent le thym à travers l’Europe dès le début du Moyen Âge. Charlemagne recommande d’ailleurs sa culture dans le Capitulaire de Villis. Au 14e siècle, pour se protéger de la peste, on portait des masques contenant des plantes aromatiques telles que la lavande, le thym, le romarin ou le laurier. Le thym entre aussi dans la composition du célèbre « vinaigre des 4 voleurs », antiseptique traditionnel du 17e siècle, qui fut inscrit au Codex en 1748, et qui aujourd’hui est notamment fabriqué par Biofloral selon la recette ancestrale.

Si légende m’était contée…

Parmi toutes les étymologies possibles, celle qui paraît la plus vraisemblable est Thymus dérivant du grec thumos qui signifie « coeur », « force » et « courage », en référence aux caractéristiques tonifiantes et stimulantes de la plante.

Symbole de courage au Moyen Âge, le thym était d’ailleurs brodé sur les écharpes des chevaliers. On lui attribuait aussi un pouvoir aphrodisiaque et on en mettait d’ailleurs quelques brins dans les tiroirs pour parfumer la lingerie…

Côté santé

Le thym est antispasmodique, expectorant et antitussif. Il est particulièrement efficace pour stimuler l’immunité. On le recommande lors d’irritations des voies respiratoires supérieures, notamment pour traiter les bronchites et la coqueluche. Son activité spasmolytique est aussi intéressante pour soigner divers troubles digestifs. Également carminatif (qui aide à éliminer les gaz et à réduire leur production) et apéritif, le thym est recommandé en cas de ballonnements, de lenteur à la digestion, de flatulences ou de perte d’appétit.

Sa teneur en thymol, thujanol et linalol confère à l’huile essentielle de thym de puissantes activités antibactériennes, antifongiques, antivirales et vermifuges.

Les vertus antioxydantes et tonifiantes du thym peuvent être mises à profit dans des compléments alimentaires pour fortifier et stimuler les défenses générales de l’organisme face aux coups de froid ou de fatigue.

Le saviez-vous ? L’huile essentielle de thym est une huile essentielle chémotypée, c’est-à-dire que sa composition biochimique peut varier considérablement en fonction de la provenance même de la plante, au point de faire changer la nature du composé chimique majoritaire. Lorsque l’on voit indiqué sur un flacon « huile essentielle de thym à linalol », c’est que le composé chimique majoritaire est le linalol. On trouvera ainsi sur le marché des huiles essentielles de thym vulgaire à thujanol, à thymol, à linalol.

Côté bien-être

Tonique nerveux et énergisante, l’huile essentielle de thym est connue pour lutter contre les dépressions, les fatigues physiques et psychiques.

Côté beauté

Les sommités fleuries de thym possèdent des vertus astringentes, antioxydantes, purifiantes et déodorantes. L’huile essentielle ou les extraits de thym peuvent être employés dans des produits d’hygiène bucco-dentaire, des déodorants pour le corps et les pieds, des lotions après-rasage ou des soins pour peaux grasses à tendance acnéique.

Le thym est également un actif tonifiant apprécié des peaux fatiguées et ternes. Il se révèle être un stimulant capillaire idéal pour les cheveux mous et plats.

Côté alimentaire

Très aromatique, le thym est utilisé comme épice et condiment dans de nombreux produits alimentaires : sauces, viandes, poissons… Il entre aussi dans la composition de boissons, telles que la fameuse liqueur Bénédictine, réputée digestive.

En agroalimentaire, le thym peut servir d’antioxydant pour la conservation des charcuteries et des graisses.

Bon à savoir : avec le laurier et le persil, le thym est l’un des constituants du « bouquet garni ». C’est le condiment le plus populaire, qui convient aussi bien aux viandes qu’aux légumes.

Sous quelles formes utiliser le thym ?

En infusion

Une branche de thym frais ou ½ cuillerée à café de feuilles séchées dans une tasse d’eau très chaude, à laisser infuser 5 à 10 minutes. Posologie : 1 à 3 tasses par jour. Idéale pour renforcer l’immunité, en cas d’infection virale des voies respiratoires, comme antispasmodique digestif ou pour faciliter la digestion.

En teinture-mère

La teinture-mère de thym est d’un usage très commode, aussi bien en externe qu’en interne car elle contient à la fois les composés hydrosolubles (flavonoïdes et acides phénols) et l’huile essentielle hydrophobe. Posologie : 10 à 50 gouttes, 2 à 3 fois par jour, ou en application locale.

En huile essentielle

L’huile de thym est reconnue par les plus grands aromathérapeutes comme indispensable pour vaincre bien des maux hivernaux et pour les soins de la peau. Privilégiez les huiles essentielles de thym à thujanol ou à linalol, anti-infectieuses puissantes mais plus douces que l’huile essentielle de thym à thymol, dermocaustique.

Comment utiliser l’huile essentielle de thym ?

  • En frictions ou en applications locales, très diluée dans une huile végétale :
  • sur le thorax et le dos pour les infections respiratoires,
  • localement pour les dermatoses,
  • le long de la colonne vertébrale en cas de fatigue.
  • En inhalations pour les infections respiratoires.
  • En fumigations pour assainir les peaux acnéiques et chargées.
  • Dans des formules cosmétiques ciblées (déodorant, shampooing rééquilibrant, lotions diverses…).


Côté Santé

Légitime défense

« Devant l’ennemi, il n’y a qu’un mot qui vaille : “Aux armes ! ” » Euripide (480-406 av. J.-C.) – Rhésus

legitime-defense.À chaque instant de notre existence, notre organisme se trouve exposé à des agressions d’origines variées. Froid, vent, pluie, pollution, pollens végétaux, métaux lourds, bactéries, virus, parasites… sont en effet autant d’ennemis cherchant à nuire à notre bien-être. Si nous pouvons nous en trouver affecté, nous sommes toutefois à même de nous protéger contre leurs attaques grâce à de judicieux et efficaces moyens de défense.

Comment notre corps se protège-t-il ? Quelles sont les affections les plus courantes ? Comment faire pour renforcer nos défenses ? C’est ce que nous allons voir.

Vivre et survivre

Notre corps héberge 10 fois plus de microorganismes étrangers qu’il ne contient de cellules constituantes, ces derniers représentant à eux seuls 2 kg de notre poids total !

vivreOn les recense essentiellement dans le tube digestif (lequel est ouvert sur l’extérieur), sur la peau, dans la bouche et les fosses nasales. Pour survivre, ces micro-organismes lancent chaque jour des assauts visant à nous envahir.

La finalité de tout être vivant étant la survie, notre corps n’y déroge pas ; c’est pourquoi la Nature nous a dotés d’un système immunitaire. Particulièrement performant, il s’appuie sur plusieurs lignes de défense et peut compter sur l’appui fidèle de plusieurs corps d’armée, proposant chacun des compétences particulières pour combattre des ennemis bien spécifiques, qu’ils proviennent de l’extérieur, ou qu’ils soient déjà présents dans l’organisme (cellules infectées ou tumorales) et cherchant à lui nuire.

En première ligne

Certaines parties de l’organisme, parce qu’elles sont en contact direct avec l’extérieur ou parce qu’elles reçoivent des corps étrangers, bénéficient de moyens de protection spécifiques pour entraver la pénétration des intrus. Plusieurs remparts existent ainsi :

. La peau est une grande enveloppe corporelle de 2 m² environ, qui préserve nos organes et nous protège de l’extérieur. Très exposée, elle comporte à sa surface un film lipidique extérieur destiné à stopper les attaques des allergènes, toxiques, microbes. Ceci à condition de ne pas se laver les mains de façon excessive et de porter des gants lors de l’utilisation de produits ménagers ou corrosifs.

La peau est en elle-même une barrière, dont la qualité dépend de la structure des membranes cellulaires. Pour assurer une bonne fluidité et la qualité de ces membranes, constituées de lipides, il convient de privilégier les graisses riches en acides gras polyinsaturés (oméga 3), et d’éviter les graisses saturées et celles riches en oméga 6.

. Les muqueuses nasales, pulmonaires et digestives produisent un mucus riche en protéines antibactériennes ; lequel, par sa consistance épaisse et collante, va piéger les indésirables et les éliminer via des sécrétions et des écoulements. En complément, l’appareil respiratoire est protégé par l’épithélium bronchique, mince tissu cellulaire destiné à éviter la pénétration des germes et des polluants.

. L’estomac, quant à lui, produit de l’acide chlorhydrique, indispensable à la digestion des nutriments, et permettant aussi de désinfecter les aliments ingérés avant leur passage dans l’intestin. Avec l’âge, sa sécrétion diminue, nous exposant alors davantage aux infections d’origine alimentaire.

Les forces armées

Pour renforcer ces barrières naturelles, l’organisme peut mobiliser différents corps armés : certains ont pour mission de reconnaître les envahisseurs et de donner l’alerte ; d’autres sont des nettoyeurs chargés de leur destruction.

. Les macrophages sont une variété de gros globules blancs assez gloutons qui interviennent chaque fois qu’un agresseur doit être neutralisé. Ils passent dans la circulation sanguine et traversent les jonctions des cellules pour se rendre sur la zone du corps infectée. Ils procèdent alors par phagocytose (ou digestion) pour éliminer l’intrus.

Ils conservent une partie de l’agresseur pour le faire connaître aux autres globules blancs, lesquels le garderont en mémoire en cas d’éventuelle autre attaque. Cet antigène permettra au corps de se défendre spécifiquement et rapidement s’il reconnaît une attaque similaire à une déjà enregistrée.

C’est aussi le macrophage qui informe les autres globules blancs en leur demandant, via des messagers nommés cytokines (interféron et interleukines), de se multiplier et de se mobiliser.

. Les lymphocytes spécifiques, les auxiliaires, viennent chercher l’information contenue dans l’antigène à la surface du macrophage pour la communiquer aux autres globules blancs, lesquels produiront alors des anticorps et des substances tueuses (cytotoxiques).

. Les anticorps – ou immunoglobulines – sont produits par les globules blancs. En cas d’attaque, l’organisme mobilise ceux circulant dans le sérum, les liquides biologiques, les différentes muqueuses et dans toute zone susceptible d’être exposée à une infection due à des bactéries. Avec les antigènes, dont ils sont complémentaires, ces anticorps vont empêcher les virus et bactéries de s’accrocher à nos cellules et favoriser la destruction des cellules infectées.

. Les cellules mémoire : elles constituent une base de données stockée dans les ganglions, qui sera sollicitée lors de toute nouvelle attaque.

Le saviez-vous ?

Si les radicaux libres, en excès, sont rendus responsables des phénomènes de vieillissement et des pathologies qui en découlent, ils sont pourtant très utiles à l’organisme, lequel les sécrète en petite quantité pour se défendre contre des indésirables. Ainsi, les macrophages et les cellules NK (Natural Killers, ou tueuses naturelles qui vont désagréger les cellules infectées par les virus) emploient des enzymes spécifiques et des radicaux libres pour digérer et tuer les intrus.


La vie devant soi

Le système immunitaire aide à préserver le soi (notre intégrité) en surveillant en permanence notre écosystème pour maintenir son équilibre en repoussant toute menace. Constamment sur le qui-vive, il se met ainsi à l’affût du non-soi, représenté par des agresseurs extérieurs, qui peuvent être aussi bien les aliments que des poussières, des bactéries, des virus ou une tumeur. Dès qu’il en détecte, le système immunitaire met alors tout en oeuvre pour les neutraliser et, ainsi, protéger notre soi. Après la bataille, il garde en mémoire des informations sur l’ennemi, dans l’éventualité où celui-ci tenterait une nouvelle attaque, ceci afin de savoir immédiatement quelle stratégie adopter pour le combattre.

On distingue 2 types de système immunitaire : l’inné, qui est naturel et spontané, et l’adaptatif, acquis au cours de la vie.

La force de l’inné

Dès notre naissance, nous disposons d’un système immunitaire inné, capable de répondre rapidement à toutes sortes d’intrusions. Il est constitué des barrières internes et externes biochimiques et physiques empêchant toute intrusion.

S’adapter, c’est survivre

Le système adaptatif propose, lui, une réponse qui s’est développée au fil des rencontres avec un antigène donné. Elle vient compléter la réponse innée et n’a été développée que par les mammifères, organismes « supérieurs », dont l’homme fait partie.

Cette réponse, acquise par l’expérience, est spécifique et bénéficie d’une mémoire : ainsi, lors de la première rencontre avec un antigène, le système immunitaire apporte une réponse dite primaire, qui atteindra son maximum au bout de 15 jours environ.

Si le même antigène se représente, une réponse dite cette fois secondaire sera rapidement apportée, et avec plus d’intensité, grâce à la mémoire développée lors du premier contact.


La reconnaissance du ventre

ventreLe lien ne semble a priori pas évident ; et pourtant, le point de départ de bien des troubles de l’appareil respiratoire est l’intestin. En effet, si les voies aériennes sont encombrées de mucus, c’est parce que le côlon se trouve surchargé et intoxiqué du fait d’une élimination intestinale insuffisante et incomplète. Et ce mucus non éliminé va aller se coller aux muqueuses respiratoires, et provoquer encombrements et obstructions. Il deviendra en plus un terrain de prédilection au développement de bactéries.

L’intestin constitue par ailleurs un important système de défense de l’organisme grâce au mucus recouvrant son épithélium et le protégeant des micro-organismes, et via un système immunitaire spécifique nommé GALT (Gut-Associated Lymphoid Tissue), composé de cellules immatures – dont les plaques de Peyer –, et de cellules matures logées dans ses villosités (lymphocytes, macrophages…). Fort de ces dispositifs, l’intestin assurerait 80 % de l’immunité du corps.

On comprend alors aisément à quel point il est essentiel de veiller à avoir un transit intestinal régulier et de chouchouter sa flore intestinale par la prise de prébiotiques et probiotiques, pour régénérer et nourrir les bonnes bactéries.


Hygiène intestinale
Clé naturelle de l’équilibre

Sensation de légèreté, perte de poids, rajeunissement et embellissement du corps, éclat de la peau, meilleures défenses naturelles, éveil des sens, enthousiasme et joie de vivre… De nombreux témoignages nous parlent des bienfaits de l’hygiène intestinale. Mais comment expliquer que la pratique du lavement intestinal, pourtant si précieuse et si simple à mettre en oeuvre, soit ainsi brusquement tombée dans l’oubli ?

Depuis la plus haute Antiquité, nous avions pris l’habitude de drainer et de nettoyer nos intestins en vue de nous purifier et de retrouver la santé. L’usage des purges, du jeûne, des diètes et des lavements est en effet une constante dans toutes les grandes traditions thérapeutiques : médecine chinoise, tibétaine, essénienne, ayurvédique, hippocratique… Et nos grands-mères utilisaient encore couramment le fameux « bock à lavement » dès les premiers signes de fébrilité. Une fois de plus, les progrès de la science nous ont fait oublier la sagesse et le bon sens des anciens.

Cependant, l’hygiène et la régénération intestinales constituent un des principes fondamentaux de la naturopathie pour rééquilibrer le terrain.

Les bénéfices d’un intestin en bonne santé sont multiples : assimilation des nutriments et vitalité de l’organisme, élimination des déchets et toxines, forme et beauté du corps, défenses et immunité naturelles, régulation et libération des tensions nerveuses et émotions…

Une alimentation saine, une activité physique régulière, la détente nerveuse et l’équilibre émotionnel sont des facteurs déterminants pour la santé intestinale.

Or, si le milieu intestinal est surchargé par excès d’aliments, constipation, perturbations digestives… les restes alimentaires génèrent dans le gros intestin une flore intestinale pathogène : parasites, microbes, candidas, levures et mycoses, qui trouvent là les conditions favorables à leur développement. Cette flore pathogène produit quantité de toxines et poisons, qui se propagent dans l’organisme et génèrent peu à peu des surcharges, inflammations ou lésions du foie, de la peau, des voies respiratoires, de l’appareil urinaire, du système circulatoire, des articulations, mais aussi troubles métaboliques : diabète, surcharge pondérale, maigreur… ou nerveux : stress, déprime, troubles psychologiques…

Un écosystème intestinal déséquilibré devient la cause sournoise d’une véritable autointoxication. Celle-ci provoque la fragilisation de l’organisme par épuisement de son capital de défense et entraîne allergies, intolérances, chutes immunitaires…

Pour prendre soin de nos intestins, les nettoyer dans le respect de la physiologie et les régénérer, l’hygiène intestinale Xantis est une méthode qui a largement fait ses preuves. Depuis 1927, la douche Xantis est un procédé unique d’hygiène et de réflexologie intestinales. Réalisées avec un kit fourni à cet effet, les séances de douche Xantis nettoient, stimulent et protègent le gros intestin. Cette hygiène réveille la physiologie et contribue à la détoxication, à la détente et à la revitalisation de tout l’organisme. Elle se poursuit habituellement chez soi, sur une durée de 1 à 3 semaines. Spécifiquement conçu pour renforcer l’action des séances de douche, le complément Xantis Diet est riche en fibres nettoyantes, plantes aromatiques drainantes, ferment assainissant, minéraux alcalinisants, enzymes digestives et antioxydants protecteurs.

Cette hygiène agit en profondeur, en aidant l’organisme à se libérer des déchets, toxines et tensions nerveuses qui déséquilibrent l’écosystème intestinal et perturbent la physiologie. Elle favorise ainsi les fonctions d’assimilation et une bonne immunité. Cet usage participe à une meilleure hygiène de vie et redonne à l’organisme les conditions favorables à son bon fonctionnement : le corps s’autorégule et se répare lui-même.

Pour une régénération globale au contact des éléments naturels, l’Institut Xantis propose des séjours pratiques d’hygiène vitale. Au bord de l’océan, dans un environnement exceptionnel et préservé, Marc Josifoff, naturopathe et directeur de l’Institut Xantis, accompagne la régénération de notre organisme au plus près de notre physiologie et de notre personnalité.

Dans la simplicité et l’authenticité, nous y trouvons le cadre idéal pour procéder à l’hygiène des organes filtres : hygiène intestinale, mais aussi du foie, des reins, de la peau… ou encore une diète de fruits et légumes bio ou un petit jeûne régénérant. Cet accompagnement ne néglige pas la détente de l’esprit, qui est une condition essentielle pour la réussite du drainage, de la relaxation, de la pratique de la pleine conscience des activités en pleine nature et ateliers pour se connecter à l’essentiel. Attention : rencontres authentiques et partages inoubliables…

À lire : La santé retrouvée, Cures intestinales et naturopathie, les clés de l’équilibre intérieur de Marc Josifoff aux éditions Grancher. Voir ci-contre.

Contact : www.xantis.fr – 05 53 22 83 44


Pour aller plus loin

Les secrets de l’intestinLes secrets de l’intestin, filtre de notre corps
des Dr Louis Berthelot et Jacqueline Warnet

Long de 7 mètres, l’intestin est un organe jouant un rôle prépondérant dans notre santé par ses fonctions d’assimilation et d’élimination. Mais il est aussi incriminé dans nombre de pathologies, comme les migraines, le surpoids, le stress, la déprime, l’insomnie, les problèmes de peau, les troubles ORL… Ce livre nous explique qu’il est pourtant facile de le rééquilibrer en changeant son alimentation, ses modes de cuisson, en gérant son stress, et ce sans avoir besoin de traitements médicamenteux.

Éditions Albin Michel – 19,30 €


éco Livres

Les anti-inflammatoires naturelsLes anti-inflammatoires naturels
de Christopher Vasey

Les anti-inflammatoires sont les médicaments les plus vendus en pharmacie. Puissants et actifs, ils ne sont pas exempts de contre-indications. Heureusement, la nature nous propose des solutions naturelles dépourvues d’effets secondaires, qui ne se contentent pas de traiter les symptômes, mais remontent à la cause de la maladie. Dans ce guide, Christopher Vasey présente une sélection d’anti-inflammatoires naturels et non nocifs : griffe du diable, basilic, curcuma, reine-després, propolis, etc., sous un format pratique pour les utiliser facilement.

Éditions Jouvence – 19,50 €

Alternatives naturelles aux antibiotiquesAlternatives naturelles aux antibiotiques
de Christopher Vasey

Les antibiotiques sont de moins en moins efficaces et affaiblissent durablement les défenses immunitaires de l’organisme. La Nature, depuis toujours, propose, elle, des antibiotiques naturels qui luttent contre l’infection et, surtout, renforcent le terrain : eucalyptus, lavande, niaouli, origan, thym… font partie de ces antibiotiques naturels présentés ici, avec un index complet par maladie pour un usage efficace.

Éditions Jouvence – 16,90 €

La santé retrouvée
de Marc Josifoff
Cures intestinales et naturopathie

La santé retrouvéeLe concept naturopathique de la santé globale comprend de nombreux axes : hygiène, nutrition, respiration, etc. Voici expliquée pour vous l’une des clés de l’acte naturopathique, et non la moindre. La cure Xantis fut mise au point dans les années 30 par un couple, Louise et Joseph Josifoff. Reprenant de nombreuses expériences antérieures, et même anciennes, cette cure intestinale est devenue depuis une hygiène bien connue et d’usage familier pour tous ceux qui privilégient la santé naturelle. Cet ouvrage, écrit par le fils du fondateur de la méthode, vous fera découvrir les innombrables bienfaits de l’équilibre intestinal, en vous expliquant le pourquoi et le comment. Il vous permettra, en outre, de dresser pour vous-même et vos proches un plan précis de santé, où plaisir de vivre et tempérance se conjuguent, à la recherche d’une nouvelle harmonie.

Éditions Grancher – 192 pages – 15,70 €


Sauve qui peut

Tout être vivant, animal comme végétal, est donc exposé à des agresseurs. Pour pouvoir se développer puis se reproduire dans des environnements quelquefois hostiles, les plantes ont dû mettre en place des stratégies de défense. Elles synthétisent pour cela des huiles essentielles et des molécules que nous connaissons comme antioxydants, les polyphénols.

Essentiellement efficaces

Les huiles essentielles, dont l’usage nous est désormais bien familier, sont avant tout un excellent moyen pour la plante de se protéger. Constituées dans de minuscules glandes situées au coeur des tissus de la plante ou à sa surface, dans sa fleur, son fruit ou sa graine, les huiles essentielles sont un concentré d’énergie vitale. Elles sont produites grâce à la photosynthèse et à l’énergie solaire, selon une transformation très spécifique. On trouve des huiles uniquement dans les plantes dites aromatiques, comme celles de la famille des labiacées, des myrtacées, des ombellifères… Pour la plante, les huiles essentielles agissent comme des hormones et favorisent son adaptation à son environnement, à tel point que leur concentration augmente quand la plante subit un stress. Elles sont aussi un moyen de défense pour la plante, comme c’est le cas, par exemple, pour les terpènes, qui repoussent les animaux en rendant ses feuilles impropres à la consommation. Elles protègent aussi les plantes contre les maladies, les champignons, les parasites, le froid, la chaleur.

Ce sont bien toutes ces propriétés que nous récupérons à notre propre compte pour nous protéger et nous soigner d’une façon on ne peut plus naturelle !

Enfin, les huiles essentielles agissent comme des messagers permettant aux plantes de communiquer entre elles pour s’alerter d’un danger et mettre en place des moyens de défense.

Radicalement protecteurs

Les polyphénols sont une grande famille de molécules naturellement présentes dans les végétaux, parmi lesquelles on trouve les anthocyanes, les caroténoïdes, les flavonoïdes, les tanins, la lutéine, la zéaxanthine… Tous ont en commun d’être des pigments colorés et de protéger la plante contre les rayonnements du soleil. Ils sont ainsi connus pour être antioxydants et, pour cette raison, nous avons nousmême tout intérêt à les consommer. Thé vert (surtout matcha), chocolat, goji, myrtille, potimarron, mangue, spiruline, brocoli, tomate, pastèque, pamplemousse… doivent figurer dans votre menu le plus souvent possible pour leurs puissants effets antioxydants, mais aussi pour leurs propriétés circulatoires, protectrices contre certains cancers, antiallergiques, anticoagulantes, astringentes…

C’est donc grâce à leur richesse en substances antioxydantes, agissant en synergie avec d’autres principes actifs naturels, que certaines plantes et les produits de la ruche sont réputés pour être très protecteurs et/ou stimulants des défenses naturelles. En voici quelques incontournables.

La couleur pourpre

echinaceeL’échinacée est une fleur de la famille des astéracées, incontournable en hiver. Il en existe plusieurs variétés, mais seule la purpurea (nom donné pour sa teinte pourpre) possède l’activité phagocytaire (action d’absorber et de détruire les microbes en les digérant) la plus élevée au niveau des macrophages (2 fois plus puissante que les autres espèces augustifolia et pallida).

Par ailleurs, des études* ont démontré que l’echinacea purpurea avait un effet antiviral à large spectre et antibactérien sur de nombreux micro-organismes, responsables des rhumes, des états grippaux et d’infections des voies respiratoires supérieures. Par ailleurs, cette échinacée exerce une action anti-inflammatoire particulièrement intéressante en cas d’états grippaux.

* Bauer R. et al. Immunologic in vivo and in vitro studies on Echinacea extracts. Arzneim-Forsch/Drug Res. 1998 ; 38(2) : 276-281.

L’echinacea combat efficacement les infections, en agissant à 2 niveaux :

  • directement, en améliorant la résistance du système immunitaire ;
  • indirectement, en éliminant les virus et les bactéries.

Elle peut être utilisée sur de longues périodes car elle n’entraîne pas d’hyperstimulation du système immunitaire. Elle peut être prise à la fois à titre préventif, mais aussi dès les premiers signes de refroidissement, en cas de rhume, grippe… Enfin, et cet effet est moins connu, l’echinacea est aussi un remède de choix en cas de gastro-entérite, autre désagrément courant en hiver.

Source : A. Vogel

Un pépin qui nous veut du bien

pamplemousseDans le pamplemousse, tout est bon, même les pépins ! Riche en biofla- vonoïdes et en vitamine C, l’extrait de pépins de pamplemousse est antioxydant et très efficace pour éliminer virus, bactéries, parasites et champignons. On estime qu’il est capable de lutter contre 800 types de bactéries et virus, 100 espèces de champignons et plusieurs parasites divers. On peut l’utiliser à titre préventif ou en cas de coup de froid, et il convient pour toutes sortes de troubles du quotidien. On le prendra sous forme de gouttes, à doser selon ses besoins et son âge.

On vote pour la propolis

propolisParmi les trésors de la ruche, la propolis figure en bonne place. Cette substance résineuse récoltée par les abeilles sur les conifères et certaines espèces de feuillus pour protéger la ruche est un concentré de bioflavonoïdes, qui pourraient l’apparenter à un antibiotique naturel. Parfaite pour protéger la sphère ORL, la propolis convient aussi pour les maux de la bouche et pour les affections intestinales.

Faire bourgeonner son immunité

Plantes en devenir concentrant l’énergie vitale, les bourgeons contiennent toute la puissance de la future plante. C’est cette richesse que la gemmothérapie met à profit dans ses extraits de bourgeons, qui contiennent des vitamines, des oligoéléments, des flavonoïdes, des tanins, des polyphénols, des facteurs de croissance et de la sève.

Ces 3 bourgeons sont particulièrement intéressants en hiver :

  • le sapin pectiné : pour l’asthme, les allergies, les angines ;
  • le rosier sauvage : pour stimuler et augmenter les défenses naturelles et combattre les problèmes respiratoires ;
  • le cassis : pour nettoyer l’organisme de ses toxines et l’aider à combattre les agressions.


Des mots sur les maux de l’hiver

mauxL’hiver est connu pour être une période à risques, avec son cortège de troubles de la sphère ORL et autres gastro-entérites.

  • Les infections ORL sont responsables de 20 millions de consultations médicales chaque année, pour un coût d’1 milliard d’euros, sans compter l’absentéisme qu’elles entraînent.
  • On enregistre chaque année 12 millions de rhinopharyngites et 10 millions de bronchites.
  • La grippe saisonnière touche en moyenne 2,5 millions de personnes chaque année. Et les seniors sont 6 fois plus vulnérables que le reste de la population.
  • La pneumonie est la 3e cause de mortalité, après les maladies cardiovasculaires et les cancers.
  • Les gastro-entérites, autres maux de l’hiver, frappent 2 millions de personnes chaque année. Le froid n’est pas directement responsable des infections hivernales. Par contre, il crée un terrain propice à leur survenue et leur développement car :
    • il peut amplifier la fragilité immunitaire d’une personne déjà faible et réduire sa résistance aux infections respiratoires ;
    • obligeant à passer plus de temps à l’intérieur, dans des espaces confinés, il contribue à la propagation des maladies ;
    • il peut se combiner à des carences nutritionnelles, de la fatigue, un stress… pour augmenter la prédisposition à tomber malade du fait d’une moindre résistance.


Secrets d’immunité

Dormir est un besoin encore plus essentiel que manger. Il s’agit du seul moyen de recharger efficacement ses batteries. Par ailleurs, durant le sommeil, s’opèrent les processus de régénération (du système immunitaire, de la peau), de cicatrisation et de désacidification. Il est donc capital de respecter ce besoin physiologique de premier ordre en dormant de 5 à 10 heures par 24 heures, selon ses exigences et possibilités, car le système immunitaire a besoin d’énergie pour être performant et produire ses différents agents de défense. Il est prouvé que la fatigue, tout comme le stress, rend plus vulnérable face aux infections. Il convient, en plus, d’adopter une alimentation saine, bio, de saison, avec une part d’aliments crus (source de vitalité) à chaque repas et des super-aliments (pollen, algues, graines germées, huiles de qualité…) en complément. Certains aliments, comme le thé vert, le curcuma, le gingembre, tous les choux, le chocolat, les fruits rouges, la grenade… sont des boosters de l’immunité à mettre au menu aussi souvent que possible.


Conseils de santé - Claire DevauxC’est du propre !

L’hygiène est une des clés d’une bonne santé. Les progrès réalisés au cours des siècles ont prouvé à quel point elle pouvait augmenter la longévité.

Par contre, par phobie de la poussière, des acariens, bactéries et virus, on assiste quelquefois à des comportements excessifs. On parle alors d’hygiène exacerbée quand des produits d’entretien antibactériens, l’eau de Javel, etc. sont utilisés massivement pour nettoyer les habitations. Sans parler de la consommation d’antibiotiques… Mais, à procéder ainsi, on s’expose moins aux agresseurs et nos défenses immunitaires, insuffisamment stimulées, s’affaiblissent. La présence de germes en petite quantité constitue en effet une vaccination naturelle car elle oblige le corps à réagir pour s’en protéger. Il ne s’agit bien évidemment pas de ne plus faire son ménage ni de ne plus prendre une douche quotidienne, mais seulement de ne pas en faire trop. Pour commencer, aérez maison et bureaux chaque jour et oubliez les détergents divers pour opter pour les traditionnels savon noir, bicarbonate de soude, vinaigre de vin blanc, huile essentielle de tea tree, qui permettent un nettoyage en profondeur sans nuire à votre santé ni à l’environnement. Sachez, enfin, que le contact avec les animaux renforce encore l’immunité.


éco livre

Les Plantes du bien-êtreLes Plantes du bien-être
de Michel Pierre

Écrit par Michel Pierre, herboriste renommé depuis plus de 40 ans, ce livre présente plus de 350 plantes médicinales et nous dit tout ce qu’il faut savoir à leur sujet : leur origine, leurs composants actifs, leurs propriétés, les précautions d’emploi à respecter, etc. Il confie aussi sous quelle forme les utiliser : tisane, poudre, gélules, teinture, afin de trouver la bonne formule pour se soigner et se soulager. Illustré par plus d’une centaine de planches botaniques, voici ce qui constitue une véritable bible des plantes du bien-être !

Éditions du Chêne – 35 €


Entendons-nous bien,
avec Audi’Claire®

auditionSelon une enquête réalisée en 2008 par l’INPES, 5 millions de Français souffrent de problèmes d’audition. En cause : l’exposition au bruit, une lésion du nerf auditif et du cerveau, une transmission génétique, la vieillesse, une ototoxicité (due à une substance toxique pour l’oreille interne, comme certains antibiotiques), des troubles du système immunitaire, le changement de pression barométrique (avion, montagne), le stress, etc.

Et, au-delà du fait de moins bien entendre, ces troubles auditifs peuvent être associés à des vertiges, acouphènes, maux de tête ou de la fatigue.

Pour y remédier tout naturellement et retrouver un confort de vie, Source Claire a spécialement développé Audi’Claire®, un complément alimentaire complet réunissant des extraits végétaux (épervière piloselle, rhodiola, galanga, pépins de raisin, ail, ginkgo biloba, protéines de riz…), de l’acide lipoïque, des vitamines (dont B12) et minéraux pour agir sur le fonctionnement global de l’oreille interne. Cette formule aide à préserver l’audition et l’équilibre, à faciliter les fonctions d’élimination de l’organisme et à réduire la fatigue. L’acide lipoïque favorise l’audition en diminuant la presbyacousie (perte de l’audition liée à l’âge) et en améliorant la fonction cochléaire (partie où se trouve l’organe récepteur de l’audition) de l’oreille interne. De plus, il semble amoindrir la toxicité auditive causée par les aminoglycosides – famille d’antibiotiques – ou par le bruit et protégerait l’audition contre l’exposition à des bruits forts causés par des explosions. Enfin, grâce à ses propriétés antioxydantes, il aide à lutter contre le vieillissement cellulaire.

. La perte auditive serait liée à un trouble de la circulation sanguine ; c’est pourquoi Source Claire a intégré dans sa formule du ginkgo biloba, plante reconnue pour améliorer le flux sanguin dans le cerveau, les veines, artères et capillaires. Il régule l’élasticité des vaisseaux, ce qui provoque une vasodilatation, d’où une meilleure circulation et oxygénation au niveau du cerveau.

. La rhodiola, plante adaptogène, va aider l’organisme à mieux résister au stress, à augmenter la performance physique et à réduire la fatigue nerveuse.

. L’épervière piloselle, grâce à ses flavonoïdes spécifiques, favorise l’élimination urinaire des chlorures et de l’urée. De plus, en facilitant l’élimination de l’excès de sel (chlorure de sodium), la piloselle va agir positivement sur l’équilibre sodium/ potassium, essentiel à toutes les personnes souffrant d’hypertension artérielle. Elle est par ailleurs antioxydante.

. L’ail est préconisé en cas d’hypertension modérée car il améliore la circulation du sang. En effet, plusieurs études concluent que l’ail peut réduire la tension artérielle chez des sujets hypertendus, en position couchée et debout. Il va donc contribuer à diminuer certains acouphènes dus à une pression artérielle élevée.

. Les pépins de raisin renferment du resvératrol et des OPC (oligomères proanthocyanidines), 2 puissants antioxydants qui ont une action bienfaisante sur le vieillissement cellulaire. Ils sont en plus capables de réduire la pression artérielle et favoriseraient le bon fonctionnement du cerveau en le protégeant contre les troubles cognitifs liés à l’âge et en fortifiant certaines zones cérébrales.

. L’extrait de galanga possèderait un effet bénéfique sur l’audition grâce à ses effets hypotenseurs, antioxydants et anti-inflammatoires. Du plus, il soulage les troubles digestifs et nauséeux.

. La vitamine B12, associée à des diurétiques et à de l’acide alpha-lipoïque, peut diminuer la perte auditive. Par ailleurs, des déficiences en vitamine B12 chez des personnes âgées semblent conduire à une perte de l’audition.

. Le manganèse participe à plusieurs systèmes enzymatiques indispensables à la protection cellulaire face aux radicaux libres. Il collabore à la synthèse du tissu conjonctif tout en régulant le glucose sanguin et le métabolisme des lipides, il est actif sur la production des hormones et sur le bon fonctionnement nerveux. Enfin, il peut jouer un rôle sur les troubles circulatoires et nerveux tels qu’anxiété et palpitations.

Audi’Claire® est conseillé à raison de 3 gélules par jour avec un grand verre d’eau.

Source : www.source-claire.com


L’huile de son de riz, un allié très complet

L’huile de son de riz est un ingrédient très intéressant d’un point de vue nutritionnel car il est complet et agit à différents niveaux : effet antioxydant, maîtrise du taux de cholestérol et de la glycémie, diminution de la pression artérielle, équilibre de la flore intestinale, stimulation du système immunitaire, etc. Plusieurs études scientifiques attestent des nombreuses propriétés de cette huile.

À titre d’exemple, une étude menée sur des souris, dont la nourriture a été enrichie en huile de son de riz, a mis en évidence le potentiel de cette huile dans le renforcement de la réponse immunitaire. La composition en acides gras et de la fraction insaponifiable (partie insoluble dans l’eau après hydrolyse en milieu alcalin) pourrait être responsable de cet effet bénéfique (Sierra et al, 2005).

Partout dans le monde, le riz est considéré comme un aliment complet possédant les propriétés nécessaires à une alimentation saine et équilibrée. Mais le riz complet, plus difficile à digérer et plus long à cuire, a été délaissé au profit du riz blanc. Pourtant, c’est dans le son (l’enveloppe du riz complet) que sont concentrées les substances actives.

Pour profiter de ses bienfaits au quotidien, il est recommandé de consommer des capsules d’huile de son de riz bio extraite au CO2 supercritique, qui renferme l’ensemble des propriétés nutritionnelles du son de riz tout en étant parfaitement digeste. 3 capsules par jour apportent 1 500 mg d’huile de son de riz bio. Garantie sans solvants chimiques, sans métaux lourds, sans impuretés, l’extraction au CO2 supercritique est actuellement le moyen le plus écologique et technologique d’obtenir des actifs végétaux de très haute qualité.

Source : www.source-claire.com


aromaL’aroma-immunité

Nombreuses sont les huiles essentielles qui agissent comme un véritable bouclier anti-infectieux ou antiviral tout en stimulant le système immunitaire. Voici un petit mémo pour trouver huile essentielle à votre pied !

Pour les rhumes, rhinites et nez qui coulent

Les huiles essentielles recommandées : eucalyptus mentholé, eucalyptus radié, eucalyptus smithii, menthe poivrée, pin laricio, romarin à camphre.

Les hydrolats recommandés : menthe poivrée, pin douglas.

Exemples d’utilisation : 5 gouttes d’une de ces HE sur un mouchoir, à inhaler plusieurs fois dans la journée ou 10 gouttes d’une de ces HE dans un brumisateur pour assainir et humidifier l’air ambiant.

Pour les bronchites et les toux grasses

Les huiles essentielles anti-infectieuses recommandées : cannelle, origan, ravintsare, saro, tea tree, sarriette…

Les huiles essentielles expectorantes et mucolytiques (qui facilitent le dégagement des bronches) recommandées : eucalyptus globulus, eucalyptus radié, eucalyptus smithi, inule odorante, niaouli, pin sylvestre, romarin à cinéole…

Exemple d’utilisation : 2 gouttes d’une de ces HE dans 1 cuillère à soupe d’huile végétale. Utilisez ensuite en massage au niveau du thorax et du haut du dos 8 fois par jour pendant 3 jours. Les hydrolats recommandés : cannelle, pin douglas, romarin, tea tree, thym à linalol.

Pour les maux de gorge, angines et toux sèches

Les huiles essentielles recommandées : marjolaine à thujanol, menthe poivrée, thym à thujanol, tea tree, cyprès toujours vert…

Exemple d’utilisation : 2 gouttes de marjolaine dans du miel ou sur une pastille neutre à sucer 4 à 5 fois par jour.

Pour la grippe

Les huiles essentielles stimulantes de l’immunité recommandées : ciste, encens, épinette noire, épinette bleue, sarriette des montagnes, thym à thujanol…

Les huiles essentielles anti-infectieuses recommandées : cannelle, clou de girofle, sarriette, tea tree, thym à thymol…

Exemple d’utilisation : Diluez 17 gouttes d’HE de sarriette + 90 gouttes d’HE d’épinette noire + 70 gouttes d’HE d’encens dans 100 ml d’huile végétale de noisette. Appliquez quelques gouttes en massage dès le lever sur le plexus solaire, le long de la colonne vertébrale et au-dessus de chaque rein (au niveau des glandes surrénales).


sportC’est du sport

On connaît les multiples bienfaits du sport sur la santé. Or, il se trouve que l’exercice physique modéré contribue également à booster l’immunité. En effet, il augmente et améliore la circulation sanguine, favorisant ainsi le déplacement des agents du système immunitaire sur les lieux de l’infection. De plus, la synthèse de certaines cellules immunitaires, comme les macrophages, les lymphocytes ou les immunoglobulines, est stimulée pendant l’effort.

À l’inverse, une activité physique intense et de longue durée, donc demandant beaucoup d’énergie (un marathon, un match), peut rendre le pratiquant plus vulnérable face aux infections car elle entraîne un fort stress oxydatif (avec production de radicaux libres). En effet, lors d’un effort important, la réserve énergétique nécessaire pour assurer de bonnes défenses immunitaires se trouve réduite ; on observe alors une nette diminution du nombre de lymphocytes NK et des immunoglobulines présentes dans la salive. Pour éviter cette faiblesse immunitaire, les sportifs concernés doivent privilégier tout ce qui soutient l’énergie pour réduire le risque infectieux, à savoir : des glucides lents (légumes secs, céréales complètes bio, légumes racines, bananes…), des poissons gras riches en oméga 3 (carburant bien plus intéressant que les graisses saturées, qui sont très difficiles à brûler), du magnésium (indispensable pour la synthèse d’ATP, molécule permettant de fournir l’énergie nécessaire aux réactions chimiques des cellules, donc indispensable pour tout effort musculaire, des aliments riches en polyphénols antioxydants (thé vert, chocolat noir). Il leur est aussi recommandé de fractionner leurs repas pour une bonne assimilation des aliments et pour éviter que la digestion ne nuise aux performances.


éco Livres

Renforcer les défenses immunitairesRenforcer les défenses immunitaires
de Guillaume Gérault

L’aromathérapie est une solution naturelle de choix pour renforcer ses défenses. Les huiles essentielles sont en effet capables de traiter les petits maux de l’hiver comme les épidémies plus graves. Ce livre nous explique comment se constituer un bouclier antiviral, stimuler son système immunitaire, lutter contre les infections, soigner ses enfants, préparer ses déplacements à l’étranger… grâce à des solutions simples et non moins efficaces.

Éditions Albin Michel – 4,90 €

L’immuno-nutrition
L’immuno-nutritiondu Dr Jean-Paul Curtay

Le Dr Curtay, qui a introduit la nutrithérapie en France et est connu pour ses travaux sur le régime Okinawa, nous propose ici un manuel familial de résistance aux infections. Il nous apprend comment optimiser nos réserves en énergie (respiration, répartition des calories, facteurs nutritionnels et non nutritionnels), comment « nourrir » nos défenses anti-infectieuses, désarmer les agresseurs et prévenir les infections courantes chez différents types de population (femmes enceintes, enfants, adolescents, seniors, sportifs, allergiques…), ou encore avant un examen ou une opération chirurgicale.

Éditions Anne Carrière – 20 €


Côté Bien-être

Une saison blanche et calme

saison blancheL’hiver est intimement lié au froid et à la neige, et certains redoutent plus que tout cette saison, au cours de laquelle ils pourraient, s’ils en avaient la possibilité, hiberner comme le font certains mammifères. Sans parler de la fatigue et des baisses de moral induites par les froides températures et le manque de lumière.

Pourtant, l’hiver est une magnifique période, et nous devrions nous réjouir de vivre 4 saisons bien distinctes, correspondant chacune à un rythme et des cycles qui ont leurs spécificités. Alors, pour profiter pleinement de l’hiver et du temps de réflexion et de ressourcement qu’il nous offre, voici des solutions naturelles. Exploitez aussi ce temps de mise en jachère pour semer des graines pour le futur et changer ce qui doit l’être dans notre quotidien.


Les années lumière

lumiereLa lumière nous est vitale ; c’est pourquoi nous nous sentons si bien en été et chaque fois que le soleil brille. Comme les végétaux, nous recherchons naturellement cette lumière, qui nous réchauffe et nous régénère. Tant et si bien que son manque en hiver nous fait cruellement défaut et peut générer un coup de blues chez les personnes les plus sensibles, voire une déprime. Cette affection, d’ordre physiologique, touche 3 à 5 % de la population de l’hémisphère nord et, dans 75 à 80 % des cas, elle concerne des femmes de 18 à 45 ans. Le mal-être ressenti, difficile à contrôler, va induire un grand besoin de sommeil, une tendance à compenser par la nourriture, avec une attirance très marquée pour les produits gras et sucrés, et peut aussi se manifester par des troubles de l’humeur.

Cette déprime saisonnière s’explique par les variations de la sécrétion de mélatonine – hormone du sommeil –, dont la fabrication est déclenchée par l’obscurité et par une baisse de la sérotonine, un messager chimique du système nerveux central intervenant dans de nombreuses fonctions physiologiques. Pour retrouver vitalité, entrain et motivation, voici quelques conseils :

. Profiter du moindre rayon de soleil : dès le lever, en se plaçant devant sa fenêtre quelques minutes en s’étirant, en sortant son chien, en se rendant à son travail, lors de la pause déjeuner, en allant faire ses courses ou chercher les enfants… Tout est bon à prendre !

. S’équiper d’une lampe de luminothérapie pour exposer les yeux à une lumière d’intensité et de spectre lumineux spécifiques, proches de la lumière solaire. Choisir pour cela une lampe de 10 000 lux et s’y exposer 20 à 30 minutes le matin afin de compenser le manque de lumière naturelle.

. Porter des couleurs vives : jaune, orange, rouge, fuchsia… pour mettre du « peps » dans son quotidien.

. Allumer des bougies et des guirlandes lumineuses chez soi le soir en rentrant, pour un petit air festif qui pourra aussi évoquer Noël, et tant pis si ce n’est plus la période !

. Conserver une activité physique en extérieur, même si le froid invite à cocooner : rien de tel qu’une bonne balade en forêt ou dans un parc, bien couvert évidemment. Et les plus courageux pourront aller faire un jogging, avec un équipement adéquat.

. Se frictionner les surrénales (dans le dos, au-dessus des reins, à hauteur des dernières côtes) avec de l’huile essentielle d’épinette bleue. Tonique, anti-infectieuse, elle est aussi énergisante et positivante. Comptez pour cela 1 à 2 gouttes d’HE d’épinette bleue à mélanger dans 1 cuillère à soupe d’huile d’amande douce, jojoba ou sésame. Ce massage doit être réalisé le matin, après la douche.

. Faire des inhalations avec de l’huile essentielle de romarin à cinéole, réputée en cas de refroidissements et infections bronchiques, ou diffuser de l’huile essentielle de pin laricio, pour assainir l’atmosphère et décongestionner les voies respiratoires.


Claire DevauxUne valeur inestimable

Cherchant à être comprises, reconnues, acceptées, certaines personnes sont prêtes à supporter des conditions de vie ou de travail ne leur convenant pas. Et mettent ainsi en péril, sans s’en rendre compte, leur équilibre et leur estime de soi. Sans aller à l’affrontement, il convient cependant de s’affirmer pour ne pas étouffer ses émotions, lesquelles sont les couleurs de l’existence. Même si nous sommes tous plus ou moins, depuis notre enfance, en quête de reconnaissance (de nos parents, de nos professeurs, de personnes que nous admirons), c’est avant tout notre propre valeur que nous devons reconnaître et placer au premier plan. En oubliant le regard et le jugement des autres, premiers freins à notre bonheur et notre bien-être.


le GracieCoup de grâce

Créé il y a 80 ans par le brésilien Helio Gracie, le Gracie Jiu Jitsu est une méthode totalement non violente et non agressive, permettant, par des techniques de levier et d’économie d’énergie, de contrer la force et la puissance d’un adversaire plus grand que soi. Un des principes de cette méthode de « self-defense » est d’ailleurs « fighting fire with water » : combattre le feu par l’eau. Karim Ngosso, maître en arts martiaux et coach sportif, est le représentant officiel en France de cette méthode. Il l’a choisie car elle est, selon lui, le seul système aussi efficace qui offre le moyen à des enfants, des femmes ou des personnes peu sûres d’elles de contrôler et combattre des plus forts. Cette technique donne les clés pour calmer le rapport à la violence, aide à transcender et apaiser ses peurs (qui sont le plus souvent plutôt assimilables à de l’anxiété), et ainsi à retrouver confiance en soi pour réaliser ce que l’on souhaite et être enfin soi-même. Il l’enseigne à Paris, à l’Éléphant Paname : 10, rue Volney dans le 2e arrondissement (métro : Opéra ou Madeleine).

Plus d’infos sur : www.rvkfit.com


Cahier de recettes bien-être « À l’attaque ! »

Il est tout à fait possible d’allier renforcement des défenses immunitaires, soins anti-fatigue ou positivants avec un bien-être des plus salvateur.

Voici quelques recettes qui devraient vous faire oublier la menace environnante…

selMême pas peur ! Sels de bain reminéralisants et immunostimulants

Du sel d’Epsom, idéal pour sa richesse en magnésium biodisponible, lui conférant son aptitude à détendre les muscles et à relaxer.

Dans un bol, mettez 100 g de sel d’Epsom, puis ajoutez 5 gouttes d’HE de niaouli, 5 gouttes d’HE de ravintsara et 5 gouttes d’HE de thym à thujanol. Mélangez très soigneusement, puis versez dans un pot en verre. Mettez 2 petites cuillères à café rases de ces sels aromatiques dans une eau de bain bien chaude, et profitez pleinement pendant au moins 20 minutes.

huile« Self defense express » Massage immuno-stimulant

Pour tous les hyperactifs qui veulent se protéger sans perdre trop de temps, voici une recette supersonique et simple à réaliser : dans 2 cuillères à soupe d’huile végétale de votre choix, incorporez 5 gouttes d’HE d’encens, 5 gouttes d’HE de marjolaine et 5 gouttes d’HE de ravintsara. Mélangez bien, puis massez-vous avec 5 gouttes de ce mélange dans le dos en automassage.

miel« Body guard » Miel aromatique protecteur

Dans un pot de 75 cl de miel liquide bio, ajoutez 2 gouttes d’HE de thym à thujanol, 3 gouttes d’HE de citron, 1 goutte d’HE de lavande vraie et mélangez soigneusement. Prenez 1 cuillère à café de ce miel aromatique 2 fois par jour (matin et soir), et ce pendant au moins 15 jours.

Astuce : pour protéger les enfants (au-dessus de 6 ans) avec gourmandise, n’hésitez pas à leur confectionner un miellat avec 2 ou 3 gouttes d’huile essentielle de bois de rose (pour un pot de 75 cl).

grogNO RAPLAPLA Grog aromatique anti-fatigue

Dans un bocal, mélangez moitié romarin et moitié thym. Versez 2 cuillères à café de ce mélange dans une tasse d’eau bouillante. Couvrez et laissez infuser 5 minutes, puis filtrez. Ajoutez 1 cuillère à café de miel, dans laquelle vous aurez versé 1 goutte d’HE d’origan compact. Buvez 2 tasses par jour, en cure de 10 jours, à prolonger si nécessaire.

oliveRoll-on « be happy »

Voici un roll-on aromatique qui vous permettra de chasser le spleen hivernal. Dans un bol, mélangez 5 ml d’huile végétale de noyau d’abricot, 2 ml de macérât de lavande, 60 gouttes d’HE de lavande, 60 gouttes d’HE de bergamote, 30 gouttes d’HE de petitgrain bigarade. Transférez dans un flacon roll-on de 10 ml. Appliquez sur les poignets et frottez- les énergiquement 3 à 4 fois par jour. HE = huile essentielle

Source recettes

Mes meilleures tisanes aromatiques
de Danièle Festy

Mes meilleures tisanes aromatiquesCe livre est consacré aux tisanes aromatiques. Autrement dit, au mariage des plantes et des huiles essentielles. Destiné à toute la famille, il apporte des réponses aux problèmes quotidiens qui peuvent être solutionnés (ou améliorés) grâce aux tisanes aromatiques. Les traditionnelles tisanes toutes simples sont déjà efficaces ; mais, en leur ajoutant les huiles essentielles appropriées et en quantité adéquate, on peut transformer leur action thérapeutique en boisson médicinale puissante. Vous y trouverez un abécédaire simple et pratique pour profiter au maximum des bienfaits des tisanes aromatiques ; les 75 plantes et 45 huiles essentielles de nos tisanes : leurs propriétés principales et les indications pour les utiliser de façon efficace ; les tisanes des 4 saisons : des cures minceur pour chaque saison, et d’autres recettes, comme la tisane stop-pollens du printemps, la SOS jambes légères d’été, la cure antidéprime d’automne, l’antigrippe d’hiver, etc.

Éditions Quotidien malin – 7 €


Connaissez-vous l’OSBD ?

osbdOn doit cet acronyme à Marshall Rosenberg, créateur de la communication non violente, lequel l’a mise au point pour favoriser la bonne gestion des conflits. Cet OSBD comprend 4 étapes :

. O comme Observation : on est ici très factuel, en se basant sur des faits, sans émettre de critique.

Par exemple, une femme peut dire à son mari : nous avions rendez-vous pour aller au cinéma à 19 h 45 et tu es arrivé à 20 h 00, alors que la séance allait commencer.

S comme Sentiment : il s’agit d’exprimer son ressenti, ses émotions.

Ex : cela me déçoit de ta part et m’énerve car je n’aime pas me faire remarquer en arrivant en retard.

B comme Besoin : il est essentiel ici de formuler ce qui compte vraiment pour soi pour que l’autre l’entende presque comme un appel. Il est question de respect et de considération.

Ex : j’ai besoin que tu sois plus vigilant concernant les horaires car il est important pour moi d’être à l’heure.

D comme Demande : il faut enfin énoncer une demande précise à son interlocuteur pour éviter à l’avenir d’être confronté à la même situation à l’origine du conflit. Ex : je te demande donc de partir plus tôt de ton bureau pour faire en sorte d’être bien à l’heure à nos rendez-vous.

Si, au premier abord, cette méthode peut paraître un peu scolaire et manquer de spontanéité et de fluidité, elle est pourtant très facile et simple à mettre en place, et ce dans ses échanges de la vie courante. Elle sera d’une aide précieuse pour régler et apaiser tous les conflits d’ordre conjugaux, familiaux, sociaux comme professionnels.


Sauf votre respect…

Le respect, on l’inspire… ou pas.

Pour cela, si elle fait défaut, il faut gagner en estime de soi, (re)trouver sa valeur et considérer également les autres à leur juste valeur.

Quand l’identité est niée, on ressent alors des sentiments négatifs, comme l’amertume, la tristesse, l’agressivité… et l’image de soi s’en trouve dégradée et très fragilisée.

Il faut absolument éviter toute autodépréciation et se méfier de la peur du rejet, qui pousse, par crainte de déplaire, à s’oublier soimême et à dire oui à tout, même, et surtout, à ce qui ne nous convient pas.

En aucuns cas, il n’est acceptable de devenir le larbin ou le « paillasson » des autres. Chacun mérite le respect et la reconnaissance.

Il est vrai que certaines personnes sont naturellement dotées d’un fort charisme, lequel permet de recevoir de la considération. En fait, les personnes ayant du charisme sont aussi celles qui inspirent naturellement confiance. Et, pour susciter la confiance, encore faut-il déjà avoir confiance en soi, tout est lié !


éco Livres

Dire non sans culpabiliserDire non sans culpabiliser
de Patti Breitman et Connie Hatch

Ce livre s’adresse à ceux qui ont du mal à refuser les propositions qu’on leur fait, qui se sentent coincés entre les exigences de leurs proches, les rendez-vous inopportuns et les tâches professionnelles irréalistes. Il propose des principes simples qui peuvent faire du mot « non » le terme le plus positif de leur vocabulaire. Il enseigne les différentes façons de décliner les invitations avec tact, sans blesser son entourage. Dire non sans se sentir coupable, c’est privilégier ses propres priorités et tirer le meilleur parti des occasions qui se présentent. Pour renouer avec les activités qui stimulent, consacrer plus de temps aux personnes chères et dire oui au plaisir de profiter pleinement de la vie.

Éditions de l’Homme – 19 €

Cessez d’être gentil soyez vrai !Cessez d’être gentil soyez vrai !
– Être avec les autres en restant soi-même
de Thomas d’Ansembourg

Ce livre a pour objectif de nous réveiller de notre inconscience. Il y a urgence à être davantage conscient de notre manière de penser et d’agir. En illustrant ses propos d’exemples percutants, l’auteur explique comment notre tendance à ignorer ou à méconnaître nos propres besoins nous incite à nous faire violence et à reporter sur d’autres cette violence. Pour éviter de glisser dans une spirale d’incompréhension, il s’agit de reconnaître nos besoins et d’en prendre soin nousmême, plutôt que de nous plaindre du fait que personne ne s’en occupe. Ce livre est une invitation à désamorcer la mécanique de la violence, là où elle s’enclenche toujours : dans la conscience et le coeur de chacun de nous.

Éditions de l’Homme – 23 €

Les 6 produits miraclesBicarbonate de soude, citron, vinaigre, argile, miel et sel
– Les 6 produits miracles
d’Alessandra Moro Buronzo

Pourquoi encombrer ses placards de multiples produits ménagers, de beauté ou de soins quand le bicarbonate de soude, le citron et le vinaigre proposent de multiples utilisations ? Polyvalents, pas chers, malins et sains, ils méritent largement le palmarès des meilleurs compagnons de la personne consciente de son environnement et pleine de bon sens ! L’argile, le miel et le sel sont 3 autres « tout-en-un » qui viendront en complément.

Ce livre fournit un grand nombre d’astuces, de conseils et de remèdes de grand-mère pour pouvoir utiliser ces produits naturels au quotidien, tel que le préconisait la sagesse de nos grands-parents.

Éditions Jouvence – 16,50

L’extrait de pépins de pamplemousseL’extrait de pépins de pamplemousse
d’Allan Sachs et Gérard Leconte

Les bienfaits de l’Extrait de Pépin de Pamplemousse (EPP) sont multiples. Puissant antimicrobien, antibactérien et fongicide, il est utilisé pour le traitement et la prévention de nombreuses maladies : grippe, infections parasitaires, mycoses, herpès… Ce livre nous apprend à l’employer pour traiter les principales affections courantes, apporter des soins aux animaux et purifier sa maison. Il élargit, de plus, ses applications aux secteurs de l’agriculture et de l’industrie, pour le respect de la société et de l’environnement. De la théorie à la pratique, pour les médecins, les thérapeutes et toutes les personnes soucieuses de leur santé.

Éditions Trédaniel – 13 €

Les fruits secsLes fruits secs
de Nathalie Kholodovitch

Amande, noix, pistache, arachide… nous régalent depuis l’Antiquité et sont reconnues pour leurs bienfaits médicinaux dus à leur richesse en nutriments essentiels. Les fruits secs protègent en effet le système cardiovasculaire, favorisent une jolie peau, tonifient les tissus et sont bénéfiques pour l’ensemble de l’organisme. Cet ouvrage pratique vous fera découvrir les différentes variétés de fruits secs, avec leur histoire, leurs symboliques, leurs propriétés nutritionnelles, leurs vertus cosmétiques et, bien sûr, leurs qualités gustatives, ainsi que leurs usages culinaires.

Éditions Grancher – 12 €

Mes petites recettes magiquesMes petites recettes magiques aux probiotiques et aux prébiotiques
de Danièle Festy

La flore intestinale est la clé de notre immunité, de notre silhouette, de notre longévité. Mais un simple dérèglement de l’intestin – à cause du stress, d’une mauvaise alimentation, d’un traitement médical – va engendrer infections à répétition, boutons, mycoses vaginales, constipation, fatigue et déprime inexpliquées. Pour y mettre fin, les probiotiques – des bactéries amies qui rééquilibrent la flore – et les prébiotiques – fibres spécifiques – sont les meilleurs alliés naturels.

Éditions Leduc.s – 5,70 €


Rubrik’ à trucs

boissonTraiter le mal à la racine

Pour vous réchauffer, plutôt que de prendre un thé ou un café, préparez-vous une délicieuse boisson en mettant dans une tasse d’eau chaude 1 cm de racine de gingembre frais coupée en petits morceaux, le jus d’un demi-citron et une cuillère à café de miel.

ailAïe, aïe, ail !

L’ail est un véritable super-aliment qui, parmi ses multiples bienfaits, renforce les défenses immunitaires. À consommer cru pour préserver ses vertus, pilé dans les salades ou écrasé et mélangé à une cuillère de miel pour faire passer son goût si fort.

Buvez épicé

Vous avez pris froid, frissonnez et avez des courbatures… ? Préparez cette tisane pour vous aider à transpirer et à vous rétablir : faites infuser ½ cuillère à thé (2,5 ml) de cannelle en poudre et la même quantité de graines de coriandre, ainsi que ¼ de cuillère à thé (1 ml) de gingembre en poudre dans de l’eau bouillante.

pommeDans les pommes

Pour le plaisir et pour bénéficier de leurs antioxydants indispensables à une bonne immunité, saupoudrez vos compotes de pomme de cannelle en poudre ou d’un peu de noix de muscade.

infusionC’est chaud

Boire une boisson bien chaude aide à neutraliser les virus présents dans la bouche, qui ne résistent pas à la température. De plus, la chaleur active les protéines du stress, qui participent à une stimulation du système immunitaire. En cas de rhume, la vapeur d’eau chaude s’avère être très bénéfique pour le nez. Attention quand même à ne pas vous brûler !

vinaigreÇa tourne au vinaigre…

Pour changer des traditionnelles inhalations de thym ou d’eucalyptus, vous pouvez inhaler du vinaigre chaud, qui aura les mêmes bienfaits décongestionnants et revigorants. En complément, vous pouvez aussi vous frictionner le corps avec de l’eau vinaigrée tiède, le soir au coucher, avant de vous glisser sous la couette pour y passer une belle nuit.

Ni chaud, ni froid

Paradoxalement et aussi surprenant que cela puisse paraître, plus on chauffe une pièce, plus on risque d’avoir froid… En effet, dès que l’on quitte ce cocon douillet, le corps a beaucoup de mal à s’adapter à la différence de température et à se réchauffer. On a donc encore plus froid. La solution ? Un chauffage modéré, aux alentours de 19 °C dans la maison. Et si l’on a froid, on superpose les couches de vêtements fins pour empêcher l’air froid de circuler entre 2.

masqueÀ un cheveu près

Les cheveux aussi craignent le froid : l’air étant moins humide, ils peuvent devenir secs et cassants. Aussi, utilisez plus souvent un après-shampooing, faites des masques et ne les lavez pas trop souvent. Et pour éviter l’électricité statique, appliquez une noisette de baume capillaire ou de beurre végétal (amande, avocat, karité…).

piedsCe massage, c’est le pied !

Pour réchauffer rapidement vos pieds après avoir passé un moment dehors dans le froid, relancez l’énergie en commençant par masser vos orteils. Puis, massez fermement vos plantes de pieds avec vos 2 pouces et votre paume de main. Effectuez un mouvement qui part de la naissance des orteils et se termine au talon. Ce massage simple et rapide soulage les tensions liées au froid et, en bonus, améliore le retour veineux.

Entre de bonnes mains

Pour soulager les crevasses sur les mains dues au froid et aux lavages répétés, préparez une crème avec 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, 1 cuillère à soupe d’eau et 2 cuillères à soupe d’argile en poudre. Mélangez bien les ingrédients jusqu’à obtenir une préparation crémeuse. Appliquez cette crème sur les crevasses et laissez poser 30 minutes. Puis retirez-la à l’aide d’un lait démaquillant.

D’un saut de puce

Pour éliminer facilement les puces, remplissez une soucoupe d’huile d’arachide et placez-la sous un meuble. Les puces, qui adorent cette huile, se précipiteront dessus et s’y noieront…

Allumez le feu

Pour faire démarrer facilement un feu de cheminée, placez-y des coques de fruits secs : elles constituent un excellent combustible.

moutardeLa moutarde nous monte… aux pieds !

Si le cataplasme à la moutarde est bien connu pour décongestionner la poitrine, le bain de pieds aux graines de moutarde permet quant à lui de se réchauffer et de se revitaliser en activant la circulation du sang. Pour cela, réduisez en poudre 2 cuillères à café de graines de moutarde (ou prenez de la farine de moutarde) et mélangezles dans une bassine d’eau à 40 °C. Trempez-y alors vos pieds pour ressentir très rapidement une sensation de chaleur très confortable.


Côté Beauté

L’hiver n’aura pas notre peau !

hiverRien n’est épargné en hiver à notre peau. Elle doit faire face à une double menace, à la fois endogène et exogène : non seulement le métabolisme cutané est au ralenti (diminution de la circulation périphérique, ralentissement du renouvellement cellulaire en l’absence – ou presque – de la vitamine D, la peau « se ferme » pour conserver la chaleur interne du corps), mais les rudes conditions climatiques (froid, vent, neige…) n’arrangent rien, provoquant sécheresse cutanée, rougeurs diffuses et, parfois même, crevasses. Sans parler des conditions peu favorables de notre propre intérieur (surchauffé et air sec), qui ne font qu’empirer le phénomène de fragilisation. Devant une telle adversité, nous n’avons d’autre choix que d’aider notre peau à lutter. Comment ? Via une carte de soins 100 % naturelle et ultracocooning, qui saura pallier aux nombreuses agressions de saison. À vous de jouer, en beauté !

Plan d’action anti « effet reptile en pleine mue »
(peau sèche et tiraillements)

Exposée quotidiennement au vent et au froid, la peau a tendance à se dessécher facilement, puis à se craqueler et, parfois, à se fissurer. Il n’est pas rare d’observer des squames sur certaines zones, comme le nez, le front ou les pommettes, et d’avoir des sensations de tiraillement. Ce n’est pas une fatalité. Voici quelques conseils à adopter en période hivernale pour combattre l’ennemi :

  • Sous la douche, optez pour un savon enrichi en huiles végétales de qualité ou ajoutez un peu d’huile végétale (macadamia, noisette, germe de blé, noix du Brésil, olive…) dans votre gel douche (idéalement, un gel douche neutre bio).
  • Prenez le temps d’appliquer un baume fondant nourrissant lorsque vous sortez de la douche.
  • Chouchoutez vos extrémités : pieds, mains et lèvres devront faire l’objet d’une grande attention.
  • Ayez toujours sur vous votre baume à lèvres. Choisissez-le très nourrissant et abstenez- vous des parfums synthétiques qui peuvent irriter. Et surtout… évitez de mouiller vos lèvres avec votre salive, cela ne fait qu’empirer les choses.
  • Ayez toujours avec vous, dans votre sac par exemple, une crème réparatrice pour les mains.
  • Pensez à changer de démaquillant, tout particulièrement si la peau est très sèche : on évite l’eau micellaire et on mise sur des laits ou des huiles câlines qui débarrassent la peau de ses impuretés tout en la laissant douce et souple.
  • Pensez à faire au moins une fois par semaine des compresses avec une décoction de fleurs de tilleul. Anti-inflammatoire, le tilleul apaise les rougeurs, les démangeaisons et calme les tiraillements. Une aubaine en cette saison.

Pour les adeptes du bain, voici 3 recettes express très cocooning pour la peau :

  • Dans un bol, mélangez 1 litre de lait de coco, 6 cuillères à soupe de miel et 4 cuillères à soupe de poudre d’amande. Transférez dans l’eau du bain.
  • Ajoutez 1 litre de lait d’avoine dans l’eau du bain. Vous souhaitez réaliser vous-même ce lait ? Mettez 2 belles poignées de flocons d’avoine dans un litre d’eau froide, puis portez à ébullition et laissez bouillir pendant 10 minutes. Filtrez ensuite à travers un torchon, que vous n’hésiterez pas à tordre.

Pour aller plus loin : l’avoine est une céréale aux nombreuses vertus, riche en principes actifs apaisants et en antioxydants tels que des protéines, glucides, lipides et du bêtaglucane, un polysaccharide aux propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes. La farine d’avoine colloïdale (broyée très finement) apaise les démangeaisons de la peau. L’industrie cosmétique y a d’ailleurs largement recours. Vous pourrez l’utiliser en bains émollients et adoucissants, en masques ou en cataplasmes, ou comme actif dans vos soins hydratants et réparateurs.

Des complices efficaces pour assurer notre défense
« anti-croco »

Et si nous avions à portée de main (ou presque) des superhéros capables de chouchouter notre peau en cette saison hivernale ?

Le complice aromatique : l’huile essentielle de néroli

néroliObtenue par distillation à la vapeur d’eau des fleurs du bigaradier, l’huile essentielle de néroli est un excellent cicatrisant et revitalisant. Elle contient une grande part de terpènes, comme le linalol (30 %), l’alpha-pinène (7 %), le limonène (1 %), le nérol, le géraniol et le terpinéol. Elle convient parfaitement aux peaux sèches, sensibles, enflammées et couperosées.

Le saviez-vous ?

Vers 1680, Anne-Marie Orsini, duchesse de Bracciano et princesse de Nérola (Italie), mit à la mode l’essence d’orange amère comme fragrance en l’utilisant pour parfumer ses gants et son bain. Depuis lors, le nom de néroli est utilisé pour décrire cette essence aux vertus aphrodisiaques légendaires.

Le « superhéros » complice de la ruche : le miel

miel2Il est la substance sucrée produite par les abeilles à partir du nectar de fleurs qu’elles récoltent et entreposent dans les alvéoles de la ruche. Ce nectar est composé d’eau et de glucides qui apportent douceur et hydratation à la peau et aux cheveux ; de vitamines qui nourrissent la peau et lui procurent les éléments dont elle a besoin ; d’antibiotiques naturels et d’enzymes – telle la glucose oxydase –, qui stimulent la cicatrisation par production de petites quantités régulières de peroxyde d’hydrogène. C’est un véritable booster d’hydratation, qui nourrit la peau et la protège durablement. Un trésor de toute beauté pour l’hiver !

Le complice végétal qui vaut de l’or : l’huile de macadamia

macadamiaTrès proche de l’huile d’amande douce de par ses propriétés, l’huile de macadamia présente l’avantage d’être très bien absorbée par la peau et d’offrir un toucher parfaitement sec. Riche en acides oléique et palmitoléique, protecteurs des cellules, cette huile douce est également nourrissante, assouplissante et apaisante. Elle est particulièrement recommandée en hiver pour les peaux sèches et fragiles et pour le soin des cheveux et des mains (crevasses, gerçures). En massage, l’huile de macadamia est réputée pour faciliter la microcirculation locale.

Le complice exotique toujours prêt à rendre service : la banane

bananeRiche en antioxydants, notamment en provitamine A et en vitamine C, la banane dispose d’une teneur en sucres et en mucilages qui lui confère des propriétés nourrissantes et adoucissantes exceptionnelles. Utilisée en masque, pure ou mélangée avec une huile végétale et/ou des huiles essentielles, elle est idéale pour le soin des peaux et cheveux secs. C’est le fruit cocooning et beauté star de cette saison hivernale.

Le complice des plus précieux : la perle d’eau douce

perle100 % d’origine naturelle, la perle d’eau douce est riche en acides aminés, notamment en acide aspartique, thréonine, sérine, alanine… indispensables à la synthèse du collagène et à la santé de la peau, ainsi qu’en minéraux et oligoéléments (calcium, magnésium, manganèse, zinc et cuivre). Elle apporte à la peau les acides aminés essentiels à la synthèse du collagène, stimule le métabolisme cutané, revitalise et embellit les peaux ternes et fatiguées pour donner un éclat incomparable.

Pour aller plus loin sur

La banane
La bananede Laurence Golstenne

Quatrième plante la plus cultivée dans les pays en voie de développement et fruit tropical le plus consommé en Europe, la banane offre de très nombreux atouts. Ce livre présente de nombreuses astuces pratiques autour de ce fruit : comment le conserver, comment utiliser ses résidus, comment optimiser ses vertus curatives, comment s’en servir comme produit de beauté ou dans l’entretien de la maison… Sans oublier de mettre en avant sa richesse nutritionnelle et son pouvoir énergétique. Ce livre propose pour finir de délicieuses recettes à base de banane.

Éditions Grancher – 12 €

Secret de beauté des Asiatiques…

La poudre de perles d’eau douce est traditionnellement utilisée en Chine pour redonner éclat à la peau, éclaircir le teint et lutter contre les taches et imperfections. La poudre de perles d’eau douce fait partie de la pharmacopée traditionnelle chinoise ; les textes anciens montrent qu’elle est utilisée depuis plus de 2 000 ans pour ses vertus médicinales.

La légende veut que la poudre de perles ait aussi été l’un des secrets de beauté de Cléopâtre. Pline l’Ancien raconte que Cléopâtre, qui possédait 2 perles d’une taille et d’une beauté rares, d’une valeur de 5 millions de sesterces (que l’on peut très approximativement estimer à 3,5 millions d’euros), paria avec son ami Marc Antoine, adepte des dîners luxueux avec des mets toujours plus rares, qu’elle était capable de consommer un repas d’une valeur de 10 millions de sesterces. Après un repas, certes luxueux, mais dans les standards habituels de Marc Antoine, celui-ci commençait à se moquer d’elle et pensa avoir gagné son pari, lorsqu’au dessert Cléopâtre demanda qu’on lui amène un verre de vinaigre, dans lequel elle laissa tomber une de ses perles précieuses. L’acidité du vinaigre ayant dissous la perle rare, Cléopâtre bût le mélange sous les yeux ébahis de Marc Antoine, qui vit comment il allait perdre son pari… Lucius Plancus, qui arbitrait le pari, déclara Marc Antoine perdant, sauvant ainsi la 2e perle, qui sera par la suite coupée en 2 pour orner chaque oreille de la statue de Vénus au Panthéon de Rome.


Les soins à privilégier

masque2Pour que la peau puisse braver les vives agressions de l’hiver, les soins doivent lui apporter le confort dont elle a besoin, tout en luttant contre les signes de vieillissement prématuré. Certes, la peau hiberne, mais pas question pour autant de mettre sa beauté en berne ! Pas de sollicitations puissantes, mais des crèmes plus riches en lipides, pour toutes les peaux. Les priorités absolues : surprotéger la peau en la nourrissant et en faisant face aux petits ou grands désagréments de la saison, comme la peau sèche qui tiraille ou les rougeurs diffuses.

. Le soin star des mois d’hiver : la cold cream

La cold cream est un cérat cosmétique utilisé comme base de préparation pharmaceutique. À l’origine, elle était composée de cire blanche, d’huile d’amande, d’eau, d’essence de rose, de teinture de benjoin et de blanc de baleine !

Elle était surtout employée pour cicatriser les blessures, mais aussi comme pommade pour les lèvres. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, elle doit son nom à la sensation de fraîcheur qu’elle laissait sur la peau à l’application. C’est à Galien, célèbre médecin grec de l’Antiquité au 2e siècle, que la formule de l’actuelle cold cream doit sa paternité.

Rassurez-vous, aujourd’hui, les cold creams nouvelle génération ne contiennent plus de blanc de baleine et présentent les mêmes propriétés nourrissantes et hydratantes que les cold creams traditionnelles, mais avec des textures innovantes plus agréables, apportant un plus grand confort d’utilisation et protégeant des agressions hivernales.

. Les crèmes corps ultra-riches

Vous l’avez compris, ce n’est pas parce que notre corps est emmitouflé dans des pulls, collants ou pantalons épais et que l’on ne voit généralement pas (ou presque) un centimètre de notre peau, qu’il faut oublier d’en prendre soin ! Le risque est qu’elle devienne rêche et rugueuse, qu’apparaissent des ridules de déshydratation et que des tiraillements se fassent sentir. Alors, misez sur les baumes onctueux ou sur les crèmes très nourrissantes de type « eau dans huile », formulées avec une majorité d’huiles végétales.

Plan d’action anti-couperose et rougeurs diffuses

En hiver, les écarts de température entre l’extérieur et l’intérieur sont particulièrement importants. Dehors, le froid sévit bien souvent en dessous de zéro, alors qu’à l’intérieur nous avons tendance à surchauffer les pièces. Pour peu que la peau soit fragile, il en résulte bien souvent des rougeurs diffuses, disgracieuses, dont nous nous passerions volontiers. Certes, il n’existe aucune formule miracle ; mais il est tout à fait possible de réduire ces désagréments par des soins naturels ciblés capables d’améliorer la microcirculation superficielle en tonifiant les parois des capillaires.

Voici tout d’abord quelques conseils pour limiter les rougeurs :

  • Évitez le surmenage et le stress.
  • Buvez beaucoup d’eau (cela peut paraître évident, mais, en hiver, on y pense beaucoup moins).
  • Limitez la consommation d’alcool et d’épices.
  • Pensez à prendre des tisanes de plantes qui activent la microcirculation superficielle, comme la vigne rouge ou l’hamamélis.

Côté alliés, la nature a, là encore, plus d’un tour dans son panier !

Les agrumes

agrumesRiches en vitamine C et en flavonoïdes, ils préviennent du vieillissement prématuré des vaisseaux par leur action antioxydante. Misez par exemple sur l’orange, en confectionnant des masques vitaminés.

Recette express : dans un bol, mélangez 1 cuillère à soupe de crème fraîche épaisse, 1 cuillère à café rase d’huile de macadamia et 2 gouttes d’huile essentielle d’orange douce. Appliquez en couche épaisse sur le visage en évitant le contour des yeux. Laissez poser 15 à 20 minutes, puis retirez délicatement à l’aide d’un coton sur lequel vous aurez mis un peu d’huile de macadamia. Ne rincez surtout pas avec de l’eau.

Les fruits et les plantes riches en tanins

taninLes tanins sont des substances antioxydantes qui favorisent la contraction des petits vaisseaux. Vous en trouverez notamment dans le tilleul, le thé, la mauve, les pétales de rose de couleur foncée, l’églantier.

Pensez à réaliser une fois par semaine des compresses anti-couperose à base de décoctions de plantes riches en tanins.

Recette express : préparez une décoction de vigne rouge en mettant 15 g de feuilles dans un 50 cl d’eau froide. Faites chauffer et laissez bouillir 15 minutes avant de retirer du feu. Réservez pendant 30 minutes, puis filtrez. Appliquez à l’aide d’une compresse, sur une peau bien propre, sur le nez, les joues et les pommettes. Conservation maximale : 48 heures au réfrigérateur.

Les huiles essentielles ou hydrolats au pouvoir vasoconstricteur

hydrolateCertains hydrolats aromatiques et huiles essentielles sont particulièrement recommandés pour activer la circulation cutanée, diminuer la dilatation des vaisseaux et atténuer les rougeurs.

Hydrolats aromatiques : ciste, hélichryse italienne, hamamélis. Huiles essentielles : ciste, cyprès, hélichryse italienne.

Recette express : préparez une pâte homogène en mélangeant 2 cuillères à soupe d’argile blanche ou rose avec 2 cuillères à café d’hydrolat d’hélichryse italienne. Appliquez uniformément sur le visage et laissez poser 15 à 20 minutes, puis rincez avec un coton imbibé d’hydrolat d’hélichryse.


Plan d’action anti-froid

poivreEn hiver, il est fréquent que nous ayons souvent les pieds et les mains froids. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas très agréable. Si l’été a l’huile essentielle de menthe poivrée pour la réalisation de soins « igloo » (pour rafraîchir les jambes et booster la circulation sanguine), l’hiver a lui aussi son huile essentielle de prédilection avec celle de poivre noir, réchauffante et tonique circulatoire. L’huile essentielle de cannelle écorce pourra également être utilisée. Étant dermocaustiques, elles devront être utilisées et mélangées avec la plus grande parcimonie quant à leur dilution. Pour une crème pieds ou mains réchauffante, diluez à hauteur maximale de 1 % (soit 30 gouttes max pour 100 ml de crème).


Claire Devaux - beautéLa crème des huiles

Pour avoir une jolie peau, il faut bien évidemment la choyer comme elle le mérite, avec des soins quotidiens adaptés à ses besoins et à la saison. Mais la peau est aussi, tel un miroir, le reflet de ce que nous mangeons. Ce que nous mettons dans notre assiette et la façon dont nous le digérons influent directement sur l’aspect et la beauté de notre peau. Les membranes de toutes nos cellules sont constituées de lipides, mais pas n’importe lesquels : pour leur fluidité et la souplesse de la peau, il faut leur apporter des acides gras polyinsaturés, lesquels se trouvent dans les huiles d’olive, colza, noix, lin, sésame… Pas question donc de se priver d’huile sous prétexte que c’est un aliment riche en calories : la peau en a besoin, tout comme nous !


éco Mode

ecoLoco
Des tee-shirts bio engagés

Créée par Fredi Guiraud en 2008, ecoLoco est une entreprise militante proposant des tee-shirts bio et engagés. Tout a commencé en 1995 sur les marchés de designers de Portobello et Spitalfields Market, où Fredi, à l’époque créateur d’accessoires de mode à Londres, s’est imprégné de leur inventivité et de leur souffle. De retour en France, Fredi est devenu salarié de l’association Greenpeace, ce qui lui a fait prendre conscience du désastre écologique et social du coton traditionnel. C’est ainsi qu’est née ecoLoco. Depuis 2008, Fredi crée ainsi les visuels et imprime des vêtements bio dans son atelier, sur des coupes modernes, de grande qualité pour leur douceur et leur tenue grâce aux encres écologiques qu’il utilise. Un tee-shirt ecologique, c’est avant tout un tee-shirt qui se garde des années ! Et la clientèle du salon bio Marjolaine à Paris ne s’y trompe pas car elle revient chaque année découvrir les nouvelles collections.

Une expression sur l’engagement et l’écologie

ecoloco-img1Les visuels adultes donnent le sourire, conjuguent nature et vision poétique – Graine du futur, ou rendent hommage aux mouvements sociaux actuels – Velorution, Indignés du Monde.

La collection bien-être/yoga/relaxation est idéale pour la détente, la randonnée.

ecoloco-img2Une gamme enfant fun et bio

8 bodies et tee-shirts pour les marmots bio ; des dessins d’hippo et de baleine, et aussi pour les futurs musiciens Organic music et Pirate d’amour.

Le coton bio : l’intérêt des hommes et de la nature

ecoloco-img3Pourquoi choisir des vêtements en coton biologique ? Pour leur douceur et leur confort, ces articles sont à porter à même la peau.

• Pas de semences OGM. L’absence d’intrants chimiques, de pesticides ; utilisation de compost naturel. • Une consommation d’eau réduite de moitié (simple conséquence du 1er point : l’eau est surtout utile pour diluer les intrants). • Une rotation des cultures pour oxygéner la terre, la préserver et casser le cycle potentiel des maladies. • Amélioration de la santé des producteurs de coton et de leur famille : plus de vertiges, de troubles respiratoires ou d’allergies.

Contact : 06 60 55 20 31 – contact@ecoloco.fr Pour voir la gamme : www.ecoloco.fr


Cahier de recettes « doudoune »

Parka des lèvres

Baume protecteur lèvres

Ce baume à lèvres, appliqué plusieurs fois par jour, sera idéal pour protéger les lèvres des gerçures.

Mon matériel

  • levres1 bol
  • 1 balance de cuisine électronique
  • 1 mini-maryse
  • 1 mini-fouet
  • 1 tube baume à lèvres de 6 ml

Dans mon panier

  • 1,4 g de beurre de karité
  • 1,4 g d’huile de macadamia
  • 2 g d’huile de coco
  • 2 g de cire de candelilla
  • 3 gouttes de bisabolol végétal
  • 5 gouttes d’extrait aromatique naturel de nougat

La recette

  1. Dans le bol, placez le beurre de karité, les huiles de macadamia et de coco, ainsi que la cire.
  2. Faites fondre au bain-marie à feu doux. Retirez du feu lorsque tous les ingrédients sont fondus.
  3. Ajoutez le bisabolol et l’extrait aromatique de nougat, puis mélangez pour homogénéiser le tout.
  4. Coulez la préparation dans le tube puis laissez refroidir à température ambiante.

Conservation

Au moins 3 mois.

Cocon d’orange

Crème protectrice grands froids visage et corps En cette saison, mieux vaut avoir une bonne crème efficace que plusieurs inefficaces. Elle va à la fois agir sur la nutrition et la protection de la peau, mais également sur la microcirculation. Tout ce dont la peau a grand besoin.

Mon matériel

  • cocoon-orange2 bols
  • 1 balance de cuisine électronique
  • 1 mini-maryse
  • 1 pot de 100 ml en verre ou plastique
  • 1 mini-fouet

Dans mon panier

  • 25 g d’huile d’amande douce
  • 45 g d’eau florale de fleur d’oranger
  • 5 g de beurre de karité
  • 7 g de cire émulsifiante olive douceur
  • 30 gouttes d’huile essentielle d’orange
  • 5 gouttes d’huile essentielle d’hélichryse italienne
  • Pour la conservation : 16 gouttes de naticide

La recette

  1. Pesez tous les ingrédients.
  2. Transférez l’huile d’amande douce + le beurre de karité + la cire émulsifiante olive douceur (phase A) dans le 1er bol.
  3. Dans le 2e bol, mettez l’eau florale de fleur d’oranger (phase B).
  4. Faites chauffer au bain-marie les deux phases à 70 °C*.
  5. Lorsque les 2 phases sont à la même température, versez la phase B dans la phase A sans cesser d’agiter vigoureusement au mini-fouet pendant environ 3 minutes. Le mélange blanchit et s’homogénéise.
  6. Sans cesser d’agiter, mettez le récipient dans un fond d’eau froide afin d’accélérer le refroidissement et la prise de l’émulsion pendant encore 3 minutes environ.
  7. Ajoutez progressivement le reste des ingrédients, matière première par matière première, en homogénéisant au fouet entre chaque ajout.
  8. Transférez la préparation dans le pot. 9- Créez une jolie étiquette pour personnaliser votre crème.

* Astuce : si vous n’avez pas de thermomètre, la phase A est prête lorsque tous les ingrédients sont fondus et dans la phase B quand des bulles apparaissent…

Conservation

Environ 3 mois au réfrigérateur.


éco Livres

My natural beauty book
My natural beauty bookd’Anne Ghesquière et Marie de Foucault

Dans cet ouvrage, 2 expertes nous livrent leurs conseils pratiques, dévoilent leurs potions presque magiques et leurs secrets tout sauf chimiques ! Il s’adresse aux femmes qui souhaitent prendre soin d’elles au naturel, veulent un teint éclatant, des cheveux brillants, un sommeil de plomb ou une taille de guêpe…

Il enseigne comment vaincre l’insomnie, l’angoisse ou le stress et avoir une alimentation saine pour être en pleine forme, mais aussi comment se débarrasser des kilos en trop, des rides et ridules, ou comment avoir de beaux cheveux souples et brillants. En bonus, un mascara SO’BIO étic est offert.

Éditions Eyrolles – 14,90 €

La gymnastique faciale
La gymnastique facialede Catherine Pez

La gymnastique faciale s’adresse à tous, et plus particulièrement aux femmes et aux hommes qui se préoccupent d’atténuer de façon naturelle les signes du vieillissement.

Ce livre, complété par un DVD explicatif, présente une dizaine de nouveaux exercices et des informations complémentaires sur les bienfaits de cette méthode. Une pratique régulière de ces exercices permet de profiter de leurs effets bénéfiques sur la tonicité de la peau et l’éclat du teint.

Les Éditions de l’Homme – 19,95 €

Mes 50 meilleures recettes cosmétiquesMes 50 meilleures recettes cosmétiques
de Nathalie Thibault

Ce livre très complet et richement illustré propose 50 recettes cosmétiques naturelles à faire soi-même à partir de plantes et de produits bruts (huiles et beurres végétaux). Faciles à réaliser, ces recettes permettent au lecteur de découvrir les fabuleuses vertus cosmétiques des plantes en les intégrant dans tous les soins du quotidien.

Éditions Grancher – 16 €

 

Les informations proposées par l'Écolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.