Santé, Bien-être & Beauté

L’écolomag N° 43

Sophie Macheteau

Une rentrée 100 % nature

Par Sophie Macheteau

beaute-img1

La rentrée, tout comme la nouvelle année, est un renouveau, une transition obligée qu’il vaut mieux négocier avec sagesse, lucidité et pragmatisme. À la fois redoutée et diabolisée, elle est pourtant un moment crucial où des choses peuvent être mises en place, de bonnes habitudes peuvent être adoptées, de nouveaux réflexes peuvent être initiés. Cette année, le mot d’ordre est « naturalité ».

Profitez de cette rentrée pour faire le tri entre vos habitudes « green » et celles qui ne le sont pas. Chassez le superflu, misez sur la quintessence du végétal, dites non à une chimie non respectueuse de votre santé et de l’environnement. Allez à l’essentiel, retrouvez un nouveau souffle, choisissez la simplicité plutôt que la surenchère et libérez- vous des chaînes qui vous emprisonnent. C’est promis, cette rentrée aura un avantgoût de liberté, en pleine conscience et au plus près de la nature.


passifloreLa plante du mois
La passiflore, fleur de la passion

La rentrée est loin d’être la période la plus zen de l’année. Pour s’apaiser et être moins stressé, la nature a créé une fleur d’une beauté sublime, pour vivre passionnément votre rentrée.

Description botanique

Les passiflores, lianes grimpantes aux fleurs spectaculaires, comprennent 450 à 500 espèces, dont quelques dizaines sont comestibles. Elles sont originaires à 95 % d’Amérique du Sud et de rares variétés proviennent aussi d’Asie, d’Australie ou d’Amérique du Nord.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la fleur de la passion aime la démesure. Haute de 3 à 9 m, elle se fixe aux supports à l’aide de vrilles. Les grandes fleurs solitaires présentent des pétales blancs, surmontés d’une couronne de filaments pourpres ou roses, et des étamines à sacs orangés. La floraison s’effectue de mai aux gelées. Les fleurs ont la particularité de s’ouvrir le matin vers 10 heures et de se fermer en fin d’après-midi. Elles ne fleurissent qu’une journée, mais les nombreux boutons assurent une floraison continue.

Étymologie et légendes

Le mot passiflore signifie « fleur de la passion », en référence à la ressemblance que les premiers missionnaires virent entre ses organes floraux et la Passion du Christ : les 5 pétales et les 5 sépales désignent les apôtres en excluant Judas et Pierre, les 5 étamines symbolisent les plaies du Christ, les 3 styles figurent les clous, la couronne de pétales très découpés se terminant en filaments fait penser à la couronne d’épines et les vrilles représentent les fouets de la flagellation. De plus, le nom d’espèce, incarnata, signifie en latin « rouge comme la chair ».

La passiflore apporterait à la maison qui l’accueille paix et tranquillité, et attirerait amitié et notoriété à celui qui la porte.

Histoire et tradition

La passiflore possède une longue tradition d’utilisation en tant que plante sédative. Au Mexique, elle était employée pour traiter divers symptômes liés à la nervosité : neurasthénie, névralgie, maux de tête, irritabilité, hystérie, épilepsie… Les Amérindiens se servaient de ses feuilles en cataplasmes pour soigner les blessures et les ecchymoses, et ils confectionnaient du jus de son fruit pour calmer les douleurs oculaires. Malgré cela, la passiflore est restée longtemps absente de la plupart des traités traditionnels de médecine.

Les fruits de Passiflora incarnata sont comestibles mais non commercialisés, au contraire des fruits d’autres espèces, connus sous les noms de maracujas, grenadilles ou fruits de la passion.

Une biochimie étonnante

La partie aérienne de la passiflore contient entre autres des glucides, des lipides, des acides organiques, des composés phénoliques, des alcaloïdes et des terpénoïdes. On extrait de la passiflore de la chrysine, un flavonoïde à forte capacité antioxydante. C’est aussi le plus puissant inhibiteur naturel de l’aromatase, une enzyme qui transforme les hormones androgènes (comme la testostérone) en oestrogènes. Cette action s’oppose potentiellement à la baisse de la production d’hormones masculines liée à l’âge et à l’origine de dysfonctionnements de la libido.

Côté santé

passiflore2La passiflore apaise l’inquiétude et la peur du lendemain. Elle est principalement indiquée chez les personnes stressées, hyperactives, excitables, sujettes aux tachycardies et dont l’endormissement est difficile. Elle est en outre conseillée aux sujets alternant les périodes d’asthénie et d’agressivité, souffrant d’insomnie associée à des fringales nocturnes, de migraines, et éventuellement soumis à un comportement de dépendance (sucres, alcool, toxiques…).

La passiflore présente par ailleurs des propriétés analgésiques et anti-inflammatoires. Elle est notamment utilisée en cataplasmes pour les inflammations hémorroïdales et les brûlures.

La passiflore a une action protectrice sur le système veineux en raison de son contenu en flavonoïdes qui améliorent la microcirculation. Elle est aussi hypotensive et vasodilatatrice. Elle peut être associée avec l’aubépine, en cas de stress occasionnel, d’hyperémotivité et de palpitations cardiaques ; avec du millepertuis pour combattre la dépression saisonnière ; ou encore avec de la mélisse en cas de troubles digestifs d’origine nerveuse. Enfin, elle semble intéressante dans les troubles de la libido.

Côté beauté

La passiflore présente des propriétés adoucissantes et hydratantes qui conviennent parfaitement au soin des peaux délicates, sensibles ou irritées. Également antioxydante, la passiflore peut entrer dans tous types de soins anti-âge et protecteurs, après-solaires notamment. Activateur de la microcirculation, la passiflore est un bon actif contre les rougeurs diffuses. Purifiante, elle est aussi recommandée pour la formulation de soins destinés aux peaux grasses et à tendance acnéique.

Le saviez-vous ? Des graines du fruit, on extrait par pression à froid une huile originale et exotique réputée pour ses bioflavonoïdes et sa richesse en oméga 6. Ils lui confèrent ses vertus anti-radicalaires et lui offrent des propriétés antivieillissement. Elle régénère et nourrit la peau et les cheveux fins ou secs, sans les graisser, grâce à une texture fine et sèche.

Sous quelles formes utiliser la passiflore ?

La façon la plus simple d’utiliser la passiflore est l’infusion. Laissez infuser 15 g de fleurs et de feuilles séchées dans une tasse d’eau bouillante pendant 10 minutes, puis filtrez. De plus, il existe des gélules de 500 mg de poudre totale, ou de la teinture mère (TM) à prendre matin et soir dans un verre d’eau (50 gouttes), avant les repas.

Les précautions d’emploi

La passiflore est contre-indiquée durant la grossesse et l’allaitement. Par principe, elle ne sera pas utilisée conjointement avec les médicaments de type barbituriques, anxiolytiques ou sédatifs. Attention également à la baisse possible de la vigilance pour les conducteurs de véhicule.


Côté Santé

Retrouver sa vraie Nature

Nous devons beaucoup, si ce n’est tout, à la Nature. Pourtant, il nous arrive de nous éloigner d’elle pour lui préférer des succédanés, des ersatz qui n’arriveront jamais à l’égaler, et, pire, qui pourront même s’avérer être néfastes pour nous et lui nuire à elle aussi. Nous faisons nous-mêmes partie de cette Nature généreuse et abondante, alors pourquoi vouloir nous couper de ce Tout qui nous englobe ? En cette rentrée, nous vous invitons à vous reconnecter à la Nature, à retrouver le bon sens des remèdes naturels, certains avec un goût d’antan qui n’a jamais été aussi d’actualité. Il ne s’agit nullement de refuser le progrès – qu’il soit médical ou technique –, mais seulement, quand cela est possible, de lui préférer la naturalité et l’authenticité des plantes apaisantes, des produits bio de saison, d’un sommeil qui ne soit plus artificiel…

J’arrête l’aspartam et je sucre mes envies au naturel

Avouons-le, nous avons tous probablement été tentés par l’achat d’un produit contenant de l’aspartam, sous prétexte de vouloir concilier minceur et plaisir.

Il faut dire qu’en cette période, l’obsession de rentrer – après quelques libertés estivales – dans son tailleur ou son costume étant à son apogée, il n’est pas toujours simple d’être objectif.

Résultat ? Plus de 5 000 produits dits « light » sont aujourd’hui commercialisés dans de nombreux pays. En Europe, les consommateurs ingurgitent plus de 2 000 tonnes d’aspartam chaque année et plus de 3,6 millions de Français préfèrent un produit contenant de l’aspartam à son équivalent naturel.

Faut-il s’en inquiéter ? Les nombreuses études sur le sujet divergent ; mais, ce qui est sûr, c’est que les réactions provoquées par l’aspartam ne sont pas toujours très « honnêtes ». Je m’explique… En règle générale, lorsque l’organisme a trop de glucose, il produit de l’insuline afin d’ordonner au foie de stocker le sucre. Or, l’aspartam est détecté au même titre que le sucre, à la différence près qu’il n’est pas du sucre et que le processus de stockage s’en trouve donc altéré. L’insuline a ainsi été sécrétée pour rien car elle n’a pas provoqué de stockage de glucose étant donné que l’aspartam n’en contient pas.

Selon le Dr H. J. Roberts, spécialiste mondial : « L’ASPARTAM EST UN VÉRITABLE POISON. » C’est en fait un produit neurotoxique pouvant provoquer plus de 92 symptômes, mais utilisé dans plus de 6 000 produits alimentaires et 600 médicaments.

C’est bien évidemment un additif à proscrire pour les femmes enceintes et les enfants, et qui selon lui, n’aurait jamais dû être autorisé. Il précise aussi que l’aspartam est constitué de 3 composants : 50 % de phénylalanine, 40 % d’acide aspartique et les 10 % restants constitués d’ester de méthyle ; ce dernier, une fois avalé, se transforme en méthanol de bois (de l’alcool de bois, un poison 5 000 fois plus toxique qu’une petite gorgée d’alcool !), et ce à partir de 30 °C. Ensuite, ce méthanol se décompose en formaldéhyde (classé dans le même groupe que les drogues, comme le cyanure et l’arsenic), en acide formique et en diketopiperazine (DKP), tous responsables de tumeurs au cerveau.

Le saviez-vous ?

L’aspartam a été inventé par le plus grand des hasards par James Schlatter en 1965, un chimiste du laboratoire pharmaceutique américain G.D. Searle & Company, qui cherchait à élaborer un nouveau traitement anti-ulcère. Il aurait goûté par erreur à cet intermédiaire de synthèse (en humectant son doigt pour attraper une feuille de papier) et découvert un goût très sucré. Ce produit fut ensuite synthétisé et commercialisé sous le nom d’aspartam.

Des alternatives ? Parmi les nombreuses alternatives, en voici 2 qui devraient combler les plus gourmands d’entre vous…

La stévia, autorisée en France depuis septembre 2009, est une plante au pouvoir sucrant 20 fois supérieur au sucre raffiné traditionnel. Elle présente le grand avantage de ne pas contenir de calories. Elle est idéale en cas de régime alimentaire et pour les personnes qui ne peuvent pas prendre de sucre.

La saveur de la plante sèche est proche de celle de la réglisse, mais on peut la trouver dorénavant sous d’autres formes plus transformées : poudre blanche ou extrait liquide.

La sève de Kitul, un concentré de plaisir issu d’un palmier du Sri Lanka, dont la délicieuse sève est extraite à partir de la tige de sa fleur. 100 % naturelle et végétale, cette sève est utilisée comme produit sucrant. Elle possède l’atout rare de contenir à la fois fructose, glucose et saccharose. Ce juste et subtil équilibre permet au corps de ne pas stocker ces sucres. Dotée d’un tel pouvoir, la sève de Kitul est recommandée aux personnes devant surveiller leur poids et leur consommation de sucre, d’autant plus que son index glycémique est faible.

Elle est également intéressante pour sa richesse naturelle en vitamines B1, B12 et C, en calcium et en fer. 100 g de sève de Kitul apportent moins de 300 calories.

2 ouvrages à dévorer

Danger, additifs alimentaires
Danger, additifs alimentairesde Corinne Gouget

Le guide indispensable pour ne plus vous empoisonner

L’auteure dénonce les dangers de nombreux additifs alimentaires, et notamment de l’aspartam, qui est la cause de nombreux troubles très graves selon les plus récentes études internationales. Ce livre est composé de tableaux répertoriant tous les additifs et des codes visuels vous indiquent leur niveau de dangerosité. Un petit guide au format poche à emporter avec soi pour faire les courses.

Éditions Chariot d’Or – 9,50 €

Desserts aux sucres naturelsDesserts aux sucres naturels
d’Ellen Frémont

Des recettes légères pour se faire plaisir avec les nouveaux sucres naturels (rapadura, mélasse, sève de Kitul, xylitol…) : tartelettes choco-framboises, cookies, bûche glacée, brochettes de poire et ganache au miel, tartelettes au quinoa soufflé… Miam miam !

Éditions Larousse – 8,90 €


Je réduis ma consommation de gluten, de produits laitiers et je passe en mode végétal

glutenC’est un fait, nous consommons trop de produits laitiers au quotidien. Il faut dire qu’à coups de budgets publicitaires colossaux, les grands groupes alimentaires sont particulièrement doués pour nous vanter les bienfaits de toutes leurs nouveautés lactées.

Or, à bien y réfléchir, le lait n’est pas une friandise mais un aliment réservé à la progéniture d’une espèce. En observant la nature, on se rend compte qu’il n’existe pas d’espèce se nourrissant du lait maternel d’une autre espèce, ni d’espèce consommant du lait maternel une fois adultes. Pourquoi, diable, devrions-nous faire autrement ?

Le lait de vache est, en toute logique, adapté aux veaux et le lait maternel aux enfants. Ils n’ont pas la même composition et le lait de vache contient des hormones de croissance peu recommandées pour nous, humains.

La rentrée est donc le moment propice pour découvrir la grande variété de « laits » végétaux, tels que ceux d’amande, de noisette, de souchet ou encore de riz…

Nous consommons également trop de protéines mutées, dont les 2 plus « belles » représentations sont le blé et le maïs. En effet, depuis les années 50, le blé a connu plus de mutations génétiques qu’en 7 000 ans d’histoire. Délaissez les farines de seigle, millet, kamut, blé, maïs, d’avoine, orge, et privilégiez par exemple la farine de riz, dont la structure moléculaire est plus stable et mieux digérée.

Un livre indispensable…

Le régime Seignalet en 60 recettes
Le régime Seignalet en 60 recettes d’Anne Seignalet et Valérie Cupillard

Ce qui paraît être une évidence aujourd’hui a été un combat de plus de 20 ans pour le Dr Jean Seignalet, dont les travaux sont aujourd’hui mis en lumière par sa fille Anne Seignalet : appliquer un ensemble de pratiques alimentaires qui se sont montrées très efficaces pour lutter contre certaines maladies chroniques en favorisant les aliments et les modes de cuisson adaptés au fonctionnement du corps humain.

La diététique du Dr Seignalet préconise d’éviter les aliments qui se digèrent mal (laits animaux et céréales mutées, notamment) pouvant, à terme, provoquer des maladies et de favoriser le cru et les cuissons douces. Découvrez dans ce livre 60 recettes faciles pour cuisiner chaque jour, avec plaisir et simplicité en appliquant ses principes.

Éditions Prat – 12 €


La nuit porte conseil : je laisse tomber les somnifères et passe à des solutions végétales

Qu’on se le dise, les Français figurent parmi les plus gros consommateurs d’anxiolytiques, antidépresseurs et de somnifères au monde. Pas étonnant lorsque l’on sait qu’en France, 1 personne sur 3 se plaint de troubles de sommeil. Malheureusement, ces sédatifs psychiques induisent sans nul doute des risques neuropsychiatriques et une dépendance. Rappelons que le besoin de sommeil est 2 fois plus essentiel que celui de se nourrir. Comme nous passons environ 1/3 de notre vie à dormir ou, du moins, à essayer de le faire, mieux vaut se tourner vers des solutions naturelles respectueuses de notre santé. À la rentrée, il n’est pas rare que nos préoccupations aient raison de notre zénitude estivale. Dès la reprise du travail, nous sommes nombreux à avoir la tête pleine et à vivre un sommeil perturbé, voire chaotique ou simplement absent. Certaines plantes sont capables de nous ouvrir le chemin des bras de Morphée. Elles ont l’avantage de ne pas présenter d’effets secondaires, comme les troubles de la vigilance et de l’accoutumance.

Le conseil aroma

Les huiles essentielles recommandées : mandarine, lavandin, bergamote, petitgrain bigarade, camomille noble, marjolaine, lavande vraie ou orange douce.

Les modes de diffusion préconisés :

la diffusion à l’aide d’un diffuseur doux et respectueux des huiles essentielles – Dosage :20 à 30 gouttes maxi, à diffuser 30 minutes avant le coucher ;

le bain aromatique : mélangez dans un bol 100 ml de base lavante neutre avec 15 gouttes d’huile essentielle de votre choix. Mettez l’équivalent de 3 cuillères à soupe dans l’eau chaude du bain ;

le massage sommeil : dans 3 cuillères à soupe de macérât de millepertuis, incorporez 5 gouttes d’HE de marjolaine, 5 gouttes d’HE de lavande vraie et 5 gouttes d’HE d’orange douce.

Le conseil phyto

Nous vous recommandons la passiflore, plante du mois à l’honneur dans ce numéro. Laissez infuser 15 g de fleurs et de feuilles séchées dans une tasse d’eau bouillante pendant 10 minutes et filtrez. Vous pouvez également utiliser la gemmothérapie, et tout particulièrement le figuier ou les bourgeons de tilleul frais en macérât glycériné 1 D. Prendre 50 gouttes par jour, le soir.

Retrouver le sommeil - Le petit livre des huiles essentielles Retrouver le sommeil – Le petit livre des huiles essentielles
de Guillaume Gérault

Finis les remèdes chimiques et l’usage abusif de médicaments ! Quelques gouttes administrées par voie orale ou en olfaction, en diffusion atmosphérique, en bain ou en massage suffiront pour des nuits calmes et réparatrices. Face aux nombreux problèmes de sommeil, l’aromathérapie apporte une solution entièrement naturelle.

Éditions Albin Michel – 4,90 €


Je passe aux « drogues douces » grâce à l’homéopathie

L’homéopathie peut vous aider à soigner bien des petits maux de la vie quotidienne. Fondée de 1796 à 1810 par Samuel Hahnemann, un médecin allemand, l’homéopathie repose en fait sur 3 principes que sont la similitude, l’infinitésimal et l’individualisation des cas. Attardonsnous quelques instants sur ces 3 piliers :

Le principe de « similitude »

Ce principe s’appuie sur le postulat : « que les semblables soient soignés par les semblables » (Similia similibus curentur). C’est-à-dire qu’une personne atteinte d’une affection peut être traitée au moyen d’une substance produisant chez une personne en bonne santé des symptômes semblables à ceux de l’affection considérée.

L’aloe vera est un exemple particulièrement représentatif du principe de similitude. En effet, si un organisme sain absorbe un morceau de feuille d’aloes, celui-ci a de fortes chances de lui déclencher une diarrhée. En homéopathie, on utilise justement Aloe socotrina pour le traitement de la diarrhée. Autre exemple, le café non torréfié a des effets stimulants, parfois trop, sur le système nerveux. On utilisera la préparation homéopathique Coffea pour se détendre ou pour arriver à s’endormir.

Le principe de la dilution progressive et infinitésimale

Ce 2è principe est corollaire du premier ; il y a nécessité de diminuer la toxicité des substances choisies par application du principe de similitude. Ce postulat a conduit Hahnemann à diluer progressivement ses préparations, puis à les agiter fortement. Et c’est bien là l’une des clés de l’homéopathie. Après chaque dilution, la préparation est secouée (succussions) énergiquement, manuellement ou mécaniquement, ce qui lui permet de conserver ses effets pharmacologiques malgré des dilutions importantes.

Dans le système homéopathique, la dynamisation est indissociable de la dilution.

Le principe de l’individualisation du traitement

Son 3è principe est celui de l’individualisation du traitement. Kézako ? On ne traite pas la grippe de Jean et celle de Philippe, mais on traite Jean et Philippe, grippés. Grâce à l’analyse subtile des différences entre les symptômes particuliers à l’individu, le médicament est adapté à la personnalité du patient.

L’homéopathie
L’homéopathiedu Docteur Dominique-Jean Sayous

L’auteur de ce livre propose une véritable bible sur l’homéopathie. Son guide, complet, donne en introduction toutes les clés pour comprendre les fondements de cette doctrine respectueuse de l’organisme, avant de s’attarder sur plus de 100 pathologies et autant de remèdes. Les traitements aideront les lecteurs de tous âges à venir à bout des affections de la vie courante. Organisé par ordre alphabétique, ce livre est facile à consulter et devient rapidement une oeuvre indispensable. Trois trousses de secours types sont également proposées à la fin de l’ouvrage : la trousse de voyage, la trousse pédiatrique et la trousse du sportif.

Éditions Eyrolles – 10 €


L’alimentation originelle

Revenir aux sources, à l’alimentation de nos ancêtres des cavernes pourrait être la solution à bien des problèmes. D’où l’émergence du régime paléo, qui n’a rien d’une nouvelle tendance puisqu’il s’inspire directement du mode alimentaire des premiers hommes. Il semblerait, en effet, qu’il corresponde à l’alimentation idéale, évitant les maladies dégénératives et autres troubles si fréquents aujourd’hui. Comment expliquer qu’il nous convienne si bien ? Tout simplement parce que le génome humain n’aurait évolué que de 0,02 % en plus de 40 000 ans : nous aurions donc les mêmes gènes, à très peu de choses près, que nos arrière-, arrière-, arrière-… grands-parents. Que peut-on attendre de ce « régime » ? Tout d’abord un meilleur état de santé général, mais aussi plus de vitalité, une meilleure digestion (avec moins d’acidité), une perte de poids, une diminution des douleurs articulaires, une protection vis-à-vis des maladies cardiovasculaires, de l’ostéoporose, de certaines maladies auto-immunes… En pratique

Sont autorisés : les protéines animales (viandes, poissons, fruits de mer, oeufs), les fruits et les légumes pauvres en amidon, les noix et graines (tournesol, amandes…).

Sont à limiter : les huiles pressées à froid, les avocats, le thé, le café et les boissons alcoolisées, les fruits séchés.

Sont interdits : les produits céréaliers, les légumineuses, les produits laitiers, tous les produits transformés, les légumes riches en amidon (pommes de terre, manioc…), les viandes grasses, le sucre, les aliments salés, les boissons gazeuses.

On bannit donc tout ce qui n’existait pas du temps des premiers hommes, et on retrouve le bon sens de cesser de manger dès que l’on se sent rassasié.

Pour aller plus loin

Je mange “paléo” (ou presque !)
Je mange "paléo" (ou presque !)d’Amandine Geers et Olivier Degorce

Ce livre nous invite à la table des Cro-Magnons ! Il nous propose en effet 50 recettes pleines de vitalité inspirées du régime paléolithique ancestral, lequel était naturellement sans gluten, sans lactose, sans sucre ni produits transformés industriellement. Bref, du bons sens avant l’heure, oublié au fil du temps, mais qu’il n’est pas trop tard de réhabiliter. Au menu : brochette de poulet vapeur sauce sésame et miel, bouchées de châtaignes aux champignons et au gingembre, jus de betterave et de courge…

Éditions Terre vivante – 14 €


« Jeûne » et en pleine forme !

Aujourd’hui, on parle de plus en plus du jeûne. S’il semble connaître un retour en force, il appartient pourtant à une longue et très ancienne tradition. En effet, le jeûne a toujours été pratiqué pour favoriser l’autoguérison, en mobilisant l’énergie vitale disponible pour nettoyer l’organisme de ses toxines et déchets. Ce jeûne, nous pouvons l’expérimenter spontanément quand nous sommes malades, ressentant naturellement le besoin de nous arrêter de manger pour laisser le corps nettoyer et réparer. Les animaux ont, eux aussi, ce bon sens inné de ne plus s’alimenter quand ils sont blessés ou malades. Il existe donc bien une raison à cela.

Jeûner consiste à cesser de consommer des aliments solides, comme liquides, pendant un temps donné. La consommation d’eau est admise, et quelquefois de bouillons de légumes, de jus de légumes et d’infusions.

Sa finalité est de mettre le système digestif complet au repos car digérer requiert une grande partie de l’énergie disponible. La plupart de nos maux sont liés à notre alimentation (quand elle est mal choisie, mal transformée, mal assimilée, mal évacuée…). Il en résulte un véritable mieux-être car le corps qui n’a plus rien à absorber profite de l’énergie de nouveau disponible pour se nettoyer en profondeur, se régénérer, se réparer et, évidemment, se reposer.

Et ce grand nettoyage se manifeste aussi sur les plans mental et émotionnel, pouvant faire remonter à la surface des non-dits, des souvenirs refoulés… Il revêt alors une certaine dimension spirituelle par la purification globale qui s’opère.

Outre l’allègement physique, même s’il convient de préciser que l’on ne jeûne pas pour maigrir mais pour retrouver la santé, le jeûne a aussi comme bénéfices de clarifier les idées, de désencombrer le mental toujours en suractivité…

Les bienfaits du jeûne pour le système cardiovasculaire ont été soulignés par une étude récente réalisée par des chercheurs de l’Intermountain Medical Center dans l’Utah (États-Unis) : ils ont demandé à plus de 200 personnes en bonne santé de ne consommer pendant 24 heures que de l’eau.

Les analyses effectuées sur les participants ont révélé que, par rapport à une journée d’alimentation normale, le jeûne augmente le taux de cholestérol. Ce résultat est-il négatif ? Non, car selon le Dr Benjamin Horne, qui a conduit l’étude, le jeûne provoque de la faim ou un stress. Pour y répondre, le corps libère plus de cholestérol, ce qui lui permet d’utiliser les graisses comme carburant plutôt que le glucose. Le nombre de cellules graisseuses dans le corps diminue, ce qui réduit ainsi le risque de résistance à l’insuline et la survenue d’un diabète.

Si vous n’avez encore jamais jeûné, mieux vaut pendre conseil auprès d’un naturopathe, qui pourra vous guider et, surtout, vérifier au préalable que vous avez la vitalité nécessaire pour l’entreprendre. Nous vous recommandons aussi de faire votre premier jeûne en groupe, à l’occasion par exemple d’une session de « jeûne et randonnées », où vous serez parfaitement encadré et pourrez échanger sur ce que vous ressentez avec les autres pratiquants.

Après cette première expérience, si elle a été positive, vous pourrez instaurer une journée de jeûne récurrente, une fois par mois, voire par semaine, si vous en ressentez l’envie, le besoin et la vivez sereinement et pleinement.

Pour en savoir plus sur le jeûne et, surtout, savoir comment le pratiquer dans les règles, nous vous recommandons la lecture de l’ouvrage ci-contre.

Le jeûne, une méthode naturelle de santé et de longévité
Le jeûne, une méthode naturelle de santé et de longévitédu Dr Jean-Pierre Willem

Ce livre est l’ouvrage le plus complet sur l’art du jeûne car il aborde aussi – et surtout – les questions fondamentales de la restriction alimentaire et de la mise en acidose de l’organisme. Un principe vieux comme le monde qui reste, à ce jour, le meilleur médicament naturel pour nettoyer l’organisme, éviter la maladie ou accompagner la guérison. Et que cela dérange le système de pensée ambiant ou bouscule les habitudes établies n’y change rien car, en l’occurrence, donner du moins revient à obtenir du plus, même s’il est assez difficile au pays de Descartes de concevoir que lorsque l’on supprime de la nourriture à un organisme, il devient plus fort. C’est pourtant un fait scientifique : la restriction alimentaire et le jeûne sont bons pour l’organisme, tout comme se laver est un geste d’hygiène quotidien. Vous ferez, grâce à ce livre, des découvertes en la matière tout à fait étonnantes et apprendrez comment jeûner efficacement et sans risques.

Éditions Guy Trédaniel – 16,90 €


À la diète

Si jeûner vous semble trop contraignant et difficile, quelles qu’en soient les raisons, vous pouvez opter pour des monodiètes, lesquelles consistent aussi à rechercher la mise au repos digestif, mais sous une forme atténuée. Le principe ? Consommer à volonté sur une ou plusieurs journée(s) un seul type d’aliment sain et facile à assimiler, comme de la compote de pommes (non sucrée), des bananes, du riz blanc (pour les intestins sensibles) ou complet, des jus de légumes (sans tomate de préférence, trop acide), des bouillons de légumes sans pommes de terre… On ne ressent pas ainsi la sensation de faim, et un nettoyage s’opère malgré tout. Dernière option : vous pouvez encore sauter le dîner de temps à autre. Choisissez pour cela un soir où vous n’avez pas d’engagements et pourrez vous mettre au lit de bonne heure. Ne craignez pas d’avoir faim, au contraire, votre corps vous dira merci de lui permettre d’activer pleinement ses fonctions d’élimination et de régénération pendant que vous, vous dormirez !

dieteC’est bien bio

Faut-il encore vous convaincre, vous, lecteur de l’écolomag, des bienfaits et de la supériorité des produits issus de l’agriculture biologique ? Sûrement pas ! Si vous lisez ce magazine, ce n’est pas par hasard ! Pourtant, êtes-vous sûr que vous ne pouvez pas encore aller plus loin dans votre passage au vert ? Réfléchissez bien, tous ces produits dans vos placards, votre salle de bain, votre trousse de toilette, sont-ils vraiment porteurs d’un label bio ou écologique ? En préférant le bio dans tous les domaines, vous allez contribuer à développer ce mode de culture et de fabrication respectueux de l’environnement, vous inciterez vos proches, collègues, voisins, etc. à suivre votre exemple et participez ainsi à le généraliser, et ce pour le bien de tous. Semons chacun notre petite graine bio pour ouvrir un nouveau champ de possibles.


éco Livres

Découvrir et cuisiner les produits biosDécouvrir et cuisiner les produits bios
de Julie Soucail

Ce livre vous explique comment bien choisir les meilleurs produits : graines germées, baies de goji, spiruline, açaï, cranberries… Il propose 50 recettes pour bien les utiliser : risotto d’orge au thym et au parmesan, veggie burger au tofu, coleslaw aux graines germées…

Éditions Larousse – 8,90 €

Cultivez votre bonheur
Cultivez votre bonheurde Sophie Machot

Semez, arrosez, récoltez et… croquez ! Comment fleurir votre vie en 4 étapes ? Pas besoin d’avoir la main verte ! Sophie Machot vous propose, avec humour, les graines indispensables à semer pour retrouver et partager optimisme, joie et confiance, jardiner vos rêves, redonner couleurs et saveurs à vos journées, affronter les intempéries du destin, croquer la vie à pleines dents et, surtout, devenir plus heureux, tout simplement ! Cultivez votre bonheur au quotidien et récoltez les fruits de votre « potager de vie » !

Éditions Eyrolles – 11,90 €


Conseils de santé - Claire Devaux

La naturopathie se réfère à la philosophie vitaliste en reconnaissant l’existence d’une énergie vitale et en considérant l’individu dans sa globalité. Elle s’appuie sur 4 piliers, qui apparaissent plus que jamais d’actualité dans ce dossier :

• Se nourrir : selon ses besoins, en privilégiant les aliments frais, de saison et si possible bio. Et en évitant trop de mélanges, pour simplifier le travail de nos organes digestifs et les soulager.
• Se recharger en énergie vitale : pour entretenir la matière et la réparer.
• Éliminer : la Nature nous a dotés d’organes d’épuration, il est donc normal d’aller chaque jour à la selle, de transpirer…
• Se reposer : la nuit (et uniquement à ce moment- là !), les batteries se rechargent et les filtres opèrent un grand nettoyage.


L’astaxanthine : la reine des caroténoïdes aux multiples vertus

Une solution efficace pour les yeux, mais pas seulement…

Alors que toujours plus de personnes se plaignent d’avoir des soucis aux yeux, des difficultés de concentration ou de mémoire, un manque d’énergie, des problèmes de circulation sanguine ou des douleurs articulaires, l’astaxanthine, un pigment rouge orangé appelé la reine des caroténoïdes, fait l’objet depuis plus d’une dizaine d’années, d’études scientifiques montrant son incroyable potentiel sur la santé.

Qu’est-ce que l’astaxanthine ?

C’est une substance naturelle très puissante à l’origine de l’énergie des saumons, champions du monde incontestés pour les efforts physiques qu’ils mobilisent en remontant les rivières pour se reproduire. À l’échelle humaine, cela reviendrait à franchir des chutes d’eau de 10 m de haut, sur une distance de 180 km et durant 10 jours sans s’arrêter. Cette force est liée à leur consommation d’astaxanthine car plus les saumons arrivent loin dans leur périple, plus on trouve d’astaxanthine dans leur corps. La micro-algue Haematococcus pluvialis produit initialement l’astaxanthine pour se protéger des effets des radiations ultraviolettes et du stress extérieur. En plus d’être la source d’origine de l’astaxanthine, il est important de noter que la micro-algue Haematococcus pluvialis en contient environ 8 000 fois plus que le saumon, ce qui en fait l’élément le plus concentré en astaxanthine au monde, et doté d’un taux d’assimilation maximal. Au fur et à mesure de la chaîne alimentaire, on retrouve l’astaxanthine dans le saumon, le krill, la viande d’ours, les crevettes ou les flamants roses qui en tirent leur couleur rosée. Chez ces oiseaux, ce sont les mâles les plus colorés qui sont choisis en priorité par les femelles pour se reproduire. Comme quoi la Nature sait reconnaître les bonnes choses !

Qu’en est-il des propriétés naturelles de l’astaxanthine et des études sur le sujet ?

Sur les 10 dernières années, il y a eu beaucoup d’études éloquentes sur l’astaxanthine, notamment dans le cadre d’Alzheimer et de Parkinson. Une étude de 2009 réalisée par des scientifiques japonais et coréens a mis en avant pour la première fois que l’astaxanthine améliorait le stress oxydatif et l’inflammation dans des cas de diabète associés à des niveaux élevés de sucre dans le sang. Des tests suggèrent aussi une capacité 500 fois plus importante que la vitamine E pour combattre les radicaux libres. Par ailleurs, l’astaxanthine joue un rôle sur la micro-circulation sanguine et la souplesse des vaisseaux, des muscles et des articulations. Certaines peuplades utilisent d’ailleurs la graisse de flamants roses, concentrée en astaxanthine, pour faire des cataplasmes afin de soigner des problèmes articulaires. D’après une étude au Japon, l’astaxanthine est aussi un très bon cosmétique profond contre les rides et pour améliorer la douceur de la peau. Il est également important de préciser que la recherche montre qu’il n’y a aucun risque de surdosage avec l’astaxanthine, bien que surdoser ne présente pas d’intérêt. La dose optimale pour favoriser la régénération cellulaire de l’oeil et profiter de toutes les propriétés de l’astaxanthine est de 8 à 12 mg par jour en une ou plusieurs prises.

Qu’en est-il de l’astaxanthine pour les yeux ?

De par la forme de sa molécule extrêmement similaire à la composition de l’oeil, l’astaxanthine est le seul caroténoïde qui parvient facilement à traverser la barrière entre le sang et la rétine afin d’agir directement dans l’oeil. À ce sujet, les utilisateurs nous rapportent presque toujours qu’ils ont rapidement ressenti les premiers effets du produit sur leurs yeux. Une étude de Takahashi Nanako en 2005 montre par ailleurs qu’une supplémentation en astaxanthine améliore le flux sanguin dans la rétine et prévient en partie l’augmentation de la durée d’accommodation, aidant ainsi à diminuer la fatigue des yeux. Par ailleurs, nous avons constaté que l’astaxanthine est encore plus efficace lorsqu’elle est combinée avec des substances alcalinisantes et riches en zinc et vitamine C.

Pour plus d’infos, contacter Renaud Richet
Fondateur du site www.petitetomate.fr
T. 03 59 59 07 00
contact@petitetomate.fr


Côté Bien-être

La marche en avant

marcheNotre corps est naturellement fait pour bouger. La Nature nous a ainsi dotés de muscles (plus de 600) et d’os (206) en grand nombre pour nous mouvoir. Pas question de faire n’importe quoi pour autant ! Ni de vouloir toujours plus, encore et encore. Mais, attention, il ne s’agit pas non plus d’être petit dans sa tête, ni de se contenter de peu. Seulement de retrouver du plaisir et de l’authenticité dans toutes les activités du quotidien, de coller au plus près à ses valeurs qui ne sont pas forcément celles que la société nous impose, ni celles auxquelles nous rêvons d’adhérer au risque de nier qui nous sommes au plus profond de nous-mêmes. Dans cette partie Bien-être, nous vous invitons également à revenir à la source, à trouver celle qui comble votre soif de sérénité, de vérité, de fidélité envers vousmême et les autres…

Je fais moins, mais mieux

Le mot d’ordre actuel est : toujours plus ! De travail, d’objectifs à atteindre, de sport, de vêtements et objets de décoration à acheter, de choses à faire, d’amis ou contacts sur les réseaux sociaux… Nos journées ne durent toujours que 24 heures, mais nous les remplissons encore et encore, sans fin.

Ce remplissage continuel et inlassable masquerait-il donc un manque ? Une peur profonde de se retrouver seul face à soimême ? La crainte de révéler au grand jour sa vraie nature, qui n’est pas celle que l’on tente d’afficher par tous les moyens pour finalement paraître au lieu de, tout simplement (et c’est déjà bien), être ?

En réaction à cette frénésie, on voit émerger des mouvements incitant à ralentir le rythme : slow food, slow aging, slow cosmétique… L’heure est à l’éloge de la lenteur, à la décroissance. On quitte la ville pour sa périphérie, voire la campagne, on fait soi-même ses propres produits (pain, yaourts, fromages, cosmétiques…), on kiffe le yoga et la méditation, on dîne en silence ou dans le noir pour expérimenter la pleine conscience…

La sagesse serait donc de faire moins, mais mieux, et plus durablement et authentiquement. Comme souvent, mais les évidences sont bonnes à rappeler, ce n’est pas la quantité qui doit primer, mais la qualité : qualité des relations (familiales, amoureuses, professionnelles, amicales…), qualité de l’écoute et de l’attention accordées aux autres, qualité des aliments (bio, de saison, les moins cuisinés possible, crus…).

Quelques pistes pour vous y aider :

Cuisiner un peu tous les jours pour retrouver le plaisir du « fait maison », le goût brut des aliments non dénaturés par des additifs et excipients de toutes sortes.

Acheter moins pour mieux apprécier ce que l’on possède déjà et trouver d’autres satisfactions que dans les biens matériels.

Lever le pied au bureau : pour rentrer plus tôt et profiter de son conjoint, de ses enfants, pratiquer une activité sportive, artistique ou associative.

Faire le choix de gagner moins, exercer une activité en totale adéquation avec ses convictions personnelles et revoir son mode de vie pour lui donner plus de sens et refuser la compétition permanente, la superficialité.

Faire le tri dans ses relations pour ne garder que les plus authentiques (depuis combien de temps cet ami ne vous a-t-il pas donné de nouvelles ? Celui-ci a-t-il répondu présent quand vous en aviez vraiment besoin ?).

S’autoriser à ne rien faire l’espace de quelques heures, voire le temps d’un weekend, pour en savourer chaque minute et se reconnecter avec soi-même et avec la Nature.

Débrancher : stopper l’activité du mental et ses petits vélos épuisants, la petite voix qui dicte de faire ci ou ça, couper téléphone et ordinateur pour se retirer du monde, mais se rendre disponible à soi, et revenir à l’essentiel.

Pour aller plus loin

Moins mais mieux
de Stéphanie Assante

Moins mais mieuxVers une vie plus qualitative et harmonieuse

Le bonheur consiste à revenir à l’essentiel : privilégier la qualité des relations plutôt que l’abondance des biens. Exercer le travail qui vous plaît plutôt que de gagner beaucoup d’argent. Retrouver le temps de vivre plutôt que de courir dans tous les sens. Ce livre vous invite à prendre conscience de la façon dont vous menez votre vie et à l’envisager sous un jour nouveau. Grâce à des exercices très concrets, l’auteure vous propose de reconsidérer votre quotidien dans tous les domaines : travail, relations, santé, alimentation. Cette lecture est le premier pas pour devenir plus créatif et ouvert, pour changer vos habitudes et adopter les principes du « MOINS MAIS MIEUX ». Cette boîte à outils regorge d’idées à expérimenter, pour vivre et consommer de façon plus qualitative et ressourçante.

Éditions Dangles – 15 €

Zéro Mental
Zéro Mentalde Frédéric Vincent

Ce livre développe des techniques simples et efficaces pour mettre rapidement votre mental sur OFF et réaliser le « centrage » que seuls certains experts de la méditation atteignent parfois.

Une méthode express, un enseignement clair et épuré, des techniques flexibles pour toutes les situations. Le Zéro Mental est une pédagogie s’appuyant sur une synthèse de techniques et de connaissances, que Frédéric Vincent a pu étudier, expérimenter et affiner depuis une vingtaine d’années. Elles sont le fruit des processus les plus poussés de méditation profonde intégrant certains leviers de l’autohypnose.

Éditions Dangles – 15 €


Je me mets au sport pour de bon

Chaque année, en septembre, nous sommes bien décidé(e)s à nous inscrire dans une salle de sport, à reprendre le jogging plusieurs fois par semaine, à faire des séries d’abdominaux ou de gainage… Et chaque année, dès que la fatigue se manifeste et que les conditions climatiques commencent à se dégrader, on obéit à la petite voix intérieure qui murmure « Allez, n’y vas pas, reste au chaud, bien tranquille »… Et c’est ainsi que la motivation et l’entrain des débuts s’émoussent peu à peu… Stop ! Décidons cette fois de changer de schéma et ne nous accordons plus d’excuses.

Faire du sport doit être un vrai plaisir. Quelle que soit l’activité choisie, il faut envisager sa pratique comme un rendez-vous avec soi, rien que pour soi, pour se faire du bien (ah, les effets euphorisants des endorphines après une séance, la satisfaction née de l’effort, le plaisir de la douche en rentrant…), et ne pas oublier de se remercier pour ce temps que l’on s’est accordé.

Pour renforcer l’importance de pratiquer dans le plaisir, précisons qu’une étude franco- américaine, récemment parue dans Marketing Letters, indique que la perception que nous avons de l’activité physique joue un rôle prépondérant sur notre consommation alimentaire, et donc la prise de poids. Ainsi, il ressort que faire du sport pour le plaisir incite à moins manger ensuite, mais que, par contre, si l’on se force et que bouger est perçu comme contraignant et comme une corvée, on aura alors tendance à compenser par la nourriture. D’où des conséquences sur la balance…

eauJe me jette à l’eau

Si l’eau est votre élément, mais que vous avez envie d’autre chose que des cours d’aquagym ou des longueurs de crawl dans un bassin, même olympique, le trampoline aquatique – ou aqua jumping – devrait vous plaire ! Très ludique et assez sportive, cette activité consiste à réaliser des exercices d’aquagym en sautant et en rebondissant sur un trampoline en suivant les mouvements décrits par un coach, lesquels font travailler les jambes mais aussi les bras. Elle présente comme autres avantages d’améliorer l’équilibre, de renforcer les muscles abdominaux, des fessiers et des jambes, et d’améliorer globalement le système cardiovasculaire.


Je gère mes émotions avec les pierres

Joie, tristesse, colère, surprise, peur… sont des émotions de base très fréquemment ressenties. Si elles apportent des couleurs à notre quotidien et font partie de l’existence, elles peuvent cependant être quelquefois trop intenses. Pour ne pas se laisser submerger, voici 4 pierres aidant à se libérer et à réguler sa sensibilité :

oeil-du-tigre OEil de tigre : pour se protéger

L’OEil de tigre est considéré comme une pierre de protection des pollutions émotionnelles. Il permet de ne pas sombrer dans l’émotionnel lors de passages de vie difficiles et aide à conserver une distance par rapport aux sensations de stress et de peur qui proviennent de l’extérieur.

Apatite bleue Apatite bleue : pour un retour à l’équilibre

Cette pierre est idéale pour mettre en harmonie le yin et le yang. Elle évite l’isolement, la séparation, absorbe la négativité, accroît la motivation, la créativité, développe l’intellect.

Pyrite Pyrite : pour mieux se connaître

La Pyrite favorise le travail de connaissance de soi. Elle permet de comprendre les tenants et aboutissants de certaines situations. Elle aide à apporter la clarté sur ce qui est confus. Très belle pierre de soin, elle contribue à dégager tous les barrages émotionnels.

Cornaline : pour se recentrer

CornalineLa Cornaline est utile pour retrouver son centre et sa force et, ainsi, de s’extraire de toutes les influences extérieures. Elle favorise la concentration, la confiance et la maîtrise de soi et permet de se recentrer et de se reconnecter avec soimême. Elle facilite ainsi la mémoire et calme l’instabilité. Elle donne le sens des réalités.

Pour en savoir plus : www.cristaux-sante.com


Je chéris mon couple

coupleLes chiffres sont terribles : en 2011, 44,7 % des mariages se sont terminés par un divorce, redonnant le statut de célibataire à des hommes et femmes âgés en moyenne d’une quarantaine d’années. C’est lors de la 5e année de mariage que le taux de divorces est le plus fort. En 2011, 364 divorces par jour ont été enregistrés et dans 3 cas sur 4, le divorce a été demandé par la femme…

(source : www.planetoscope.com)

Il est donc temps de prendre soin de son couple pour le préserver, quels que soient l’âge des partenaires et la longévité de leur vie commune. Si de bonnes relations amicales et familiales sont essentielles pour être heureux, il semblerait aussi que les personnes mariées – ou du moins en couple – soient plus heureuses que les célibataires. De plus, le sexe est bon pour la santé ! La preuve, avec quelques-uns de ses nombreux bienfaits, au-delà du plaisir intense qu’il procure :

Renforcement des défenses naturelle
Meilleur équilibre hormonal
Regain de vitalité
Apaisement, sérénité
Sommeil de meilleure qualité et plus récupérateur
Amélioration de la circulation sanguine
Pour les femmes : protection vis-à-vis du cancer du sein (grâce à l’ocytocine, hormone libérée lors de l’orgasme)
Pour les hommes : protection vis-à-vis du cancer de la prostate (des cellules cancérigènes sont éliminées lors des éjaculations)
Épanouissement personnel, meilleure confiance en soi…

Mais les rapports sexuels ne font pas tout non plus ! Le massage, des gestes délicats envers l’autre, de petites et grandes attentions, une écoute sincère, des échanges, des partages sur des lectures, des activités en commun, le respect de l’autre… contribuent eux aussi à la santé du couple. En somme, comme aux préludes du couple quand on cherche à se plaire, il convient d’entretenir en permanence l’attirance, en prenant soin de soi et en étant attentif à l’autre comme si on ne le connaissait pas encore. Chaque jour doit être envisagé comme une nouvelle chance d’apprendre à se connaître et à s’apprécier davantage.


Je tente de survivre dans la jungle urbaine

Aujourd’hui, les femmes doivent être performantes dans tous les domaines : leur travail, leur couple, leur foyer, comme mère, comme fille, comme amie… Elles n’ont pas le droit à l’erreur et ne peuvent faiblir. Quitte à s’oublier elles-mêmes. Heureusement, il existe des méthodes simples pour apprendre à gérer son temps, son énergie, sa vie professionnelle, sa vie de famille, sans pour autant s’appuyer sur des stimulants ou, au contraire, des tranquillisants de synthèse. Elles sont à découvrir dans ces livres ci-contre.

Petit manuel de survie dans la jungle du quotidien pour les femmes d’aujourd’hui
Petit manuel de survie dans la jungled’Alia Cardyn

Le quotidien des femmes d’aujourd’hui peut s’assimiler à une jungle. Elles doivent jongler avec les besoins de tous leurs « ascendants / descendants / compagnon », leurs objectifs professionnels, leur bien-être et leurs rêves. L’apparente maîtrise de tous ces « essentiels » et la course effrénée qui en résulte peuvent épuiser ou, pire, faire vivre ces femmes en pilotage automatique. Aller à l’essentiel devient vital ! Ce livre propose de nombreux conseils et exercices pour aider les femmes à vivre et non plus à survivre, pour leur (ré)apprendre à se respecter au quotidien et à être en harmonie avec elles-mêmes.

Éditions Jouvence – 16,50 €

Mon carnet de coaching 100 % anti-stressMon carnet de coaching 100 % anti-stress
d’Éveline Bouillon

Vous trouverez dans ce livre un répertoire d’auto-coaching de A à Z, mais aussi des solutions faciles pour apaiser le stress et s’épanouir. Vos mots-clés pour y parvenir : Accompagnement, Chance, Légèreté, Rythme, Zénitude, etc. L’auteure de ce joli carnet est un coach, formée aux techniques d’accompagnements pour contrer le stress.

Éditions Mango – 9,95 €

Mon carnet de coaching 100 % méditationMon carnet de coaching 100 % méditation
de Florence Lamy

Ce livre comporte un répertoire d’auto-coaching de A à Z, des techniques faciles à mettre en oeuvre pour pratiquer la méditation, les clés pour se ressourcer et atteindre un mieux-être (Active, Bienveillance, Karma, Visualisation, Zinn, etc.). Son auteure, coach, psychothérapeute et sophrologue, propose une approche fondée sur la méditation et la psychologie positive.

Éditions Mango – 9,95 €


femmeVous les femmes

Être une femme est une chance ! Chaque femme recèle en elle un caractère sacré, elle est intimement liée à la Lune, à la Nature et elle seule peut porter un enfant. De la puberté à la ménopause, elle est soumise à des cycles, eux-mêmes tributaires des hormones, lesquelles influent sur son humeur, ses sensations physiques, ses émotions… Si les règles, les bouffées de chaleur peuvent gâcher la vie, elles sont pourtant des manifestations de la vie et de l’énergie. Il faut les apprivoiser, les considérer avec bienveillance et se dire que, depuis la nuit des temps, les femmes de toutes générations et de toutes cultures partagent cette même féminité unique et sacrée. Alors, on apprend à s’accepter, à s’aimer, à aimer son corps trop souvent maltraité. Et on fait confiance à la Nature et à ses trésors végétaux pour soulager règles douloureuses (sauge, achillée millefeuille, onagre…), bouffées de chaleur (soja, yam, gattilier, trèfle rouge, lin…), jambes lourdes (vigne rouge, marronnier d’Inde, hamamélis, petit houx, fruits rouges…).

Le gattilier et autres plantes
pour les femmes d’Hélène Barbier du Vimont

Le gattilier et autres plantes Bienfaits et mode d’emploi – Bien-être, fécondité, ménopause

Le gattilier est une plante médicinale mal connue du public et pourtant facilement disponible. Employé depuis l’Antiquité, il peut accompagner chaque femme dans toutes les circonstances où divers petits maux viennent lui gâcher la vie. Comme d’ailleurs d’autres plantes, plus ou moins renommées elles aussi, et pourtant très efficaces pour garantir le bien-être féminin à toutes les périodes de la vie et dans toutes les circonstances importantes comme la fertilité, la grossesse, la menstruation, la ménopause.

Ce livre s’adresse à toutes les femmes, de tous âges et à tout moment, en recherche de bien-être et de solutions naturelles, et qui veulent vivre pleinement leur vie de femme.

Éditions Médicis – 5,90 €

Les trésors du cycle
de la femme de Maïtie Trélaün

Les trésors du cycle S’épanouir avec ses énergies

Le cycle menstruel anime la femme de sa puberté à la ménopause, donc pendant près de 40 années de sa vie. Il est l’expression de sa relation à ce qui vit en elle, à sa nature profonde et essentielle (car en lien avec son Essence). Son évolution au fil du temps dessine les variations de cette relation. La nature cyclique est puissante et influence fortement le quotidien. Ce livre vous fera prendre conscience de votre cycle de femme, dont l’observation et la compréhension deviendront vite un formidable repère et outil dans votre vie. Écouter votre cycle vous donnera la possibilité d’habiter votre corps, de vous respecter, de vous accueillir telle que vous êtes, de libérer votre créativité et donc ce qui pétille en vous, et, enfin, de percevoir et d’utiliser la « bonne » énergie au « bon » moment. En intégrant les énergies de votre cycle à votre quotidien, vous apprendrez à vous ouvrir à la vie, à accueillir votre vulnérabilité, à déployer votre puissance et à donner un véritable sens au fait d’être Femme.

Éditions Jouvence – 7,70 €


Lâcher du lest

Nous vivons dans un état de contrôle permanent : de notre environnement, de notre emploi du temps, des autres et, bien évidemment (et surtout), de nousmême. D’où l’injonction très forte de lâcher prise. Lâcher prise n’est pas renoncer, c’est s’abandonner pour permettre à de nouveaux possibles d’advenir. Mais, pour lâcher, il faut tout d’abord identifier et comprendre ce que l’on serre si fort. Car on s’accroche souvent par crainte de perdre, d’être séparé, de découvrir une vérité qui dérange, pour éviter un changement trop insécurisant et déstabilisant…

Pour lâcher prise, il convient d’identifier et d’accepter ses limites. En fait, il s’agit juste de s’autoriser à être soi, un être humain avec ses défauts et ses qualités, de cesser de vouloir être parfait, de rentrer dans un moule, de faire plaisir aux autres. Lâcher prise, c’est penser à soi, se donner le premier rôle dans sa vie, laisser venir les bonnes choses, naturellement et spontanément. Et évacuer les pensées négatives, aidé par la respiration, l’écriture, la visualisation, la relaxation, etc., pour laisser la place à la joie de vivre, la confiance, la sérénité, la gratitude…

À lire sur ce sujet

Le principe du petit pingouin
Le principe du petit pingouinde Denis Doucet

Little Boy est un petit pingouin qui veut bien faire ; il cherche à s’adapter à tout prix à son environnement et répond toujours présent lorsque l’on exploite sa bonne volonté. Seulement, voilà, il en arrive peu à peu à ne plus pouvoir suivre sa propre cadence : il se sent mal dans sa peau, il souffre. Un jour, après bien des tourments, il comprend qu’il lui faut s’occuper de ce qui compte vraiment à ses yeux. Pourquoi tant d’angoisse dans notre vie ? Notre esprit est-il déréglé ? Sommesnous en train de devenir incapables de bonheur ? Souffrons- nous d’une incapacité à nous adapter à notre milieu et aux autres ? Ce livre relate une fable pour apprendre à lâcher prise, à mettre de côté ce qui n’a plus lieu d’être dans sa vie, pour retrouver sa vitalité en accomplissant ses satisfactions profondes.

Éditions Marabout – 5,99 €


Une rentrée en harmonie avec les fleurs

Il y a encore peu, vous aviez peut-être les pieds en éventail sur votre transat…

Mais aujourd’hui ? Les enfants, les courses, l’école, les horaires, les dossiers d’inscription : il s’agit désormais de tout mettre en branle pour réussir la rentrée…

Il est encore temps de se demander :

Comment ai-je vécu l’année dernière ?
Comment est-ce que je veux vivre cette nouvelleannée scolaire ?
Qu’est-ce que je ressens ? Stress, angoisse, inquiétude, pas envie, pas le courage, fatigue…
De quoi ai-je besoin cette fois-ci ? De force, d’énergie, d’organisation, de joie, de zénitude, de sérénité, de pep…

Je peux donc choisir de me prendre en charge « avant la rentrée » pour ne pas la subir mais la maîtriser, anticiper mes états d’âme et réflexes négatifs de protection… garder mes vitamines de l’été en ressources et en faire bon usage !

Les Fleurs de Bach, qui traitent la gestion des émotions, sont tout à fait à même d’y répondre efficacement. Bien les choisir parmi les 38 existantes est primordial pour les adapter à cette situation-là, en respectant vos comportement et type de caractère, bien sûr. Vous pouvez en choisir jusqu’à 7 ou vous faire aider pour ce faire par Isabelle, conseillère agréée… Par exemple :

Chestnut Bud (Bourgeon de marronnier) : la fleur qui casse les anciens schémas, aide à rompre avec les mauvaises habitudes et permet d’intégrer l’expérience vécue et en ressortir grandi, plus fort, pour ne pas retomber systématiquement dans des circuits négatifs.

Elm (Orme) : la fleur de la responsabilité qui aide à gérer la multitude de choses à faire, à bien s’organiser en quelque sorte tout en gardant confiance en sa capacité à assumer ; c’est aussi la fleur du débordement. Sa devise : je fais ce que je peux, je serai aidé(e), j’en viendrai à bout.

Comment je me projette l’année prochaine ? Mes enfants, mon travail, mon conjoint, mes loisirs…notre équilibre ?

Laisser libre cours à son intuition… Vous seul(e) savez ce qui est bon pour vous ; écouter sa petite voix intérieure et vous laisser guider par elle…

Cerato (Plumbago) : fleur de la famille du doute et de l’incertitude. Je décide moimême, j’arrête d’écouter Pierre, Paul ou Jacques… C’est moi qui tiens les rênes. Pour plus de plénitude et être bien connecté(e) avec mes besoins et les graduer par ordre d’importance… intuitivement et sûrement.

Walnut (le Noyer) : la fleur de l’adaptation aux grands changements, pour trouver ses marques plus facilement en ce début d’année. En donner à mes petits pour que cette intégration se passe au mieux pour eux et mon entourage proche, avec un sentiment de sécurité.

Toute ma petite famille anticipe en douceur, sans risque, sans médication, simplement avec quelques gouttes d’élixirs floraux à raison de 4 gouttes 4 fois par jour au minimum, réparties du réveil au coucher ; et tous, à tout âge, participent et reçoivent cette bonne énergie vibratoire des Fleurs de Bach pour faciliter la rentrée et bien démarrer l’année 2014/2015, en harmonie avec sa situation émotionnelle du moment.

À mettre en place dès fin août-début septembre si le coeur vous en dit ! À chacun sa composition !

N’oubliez pas d’avoir dans votre armoire à pharmacie, ou même dans votre sac, du Rescue (ou remède d’urgence) pour pallier aux larmes de la rentrée des classes, tant pour l’enfant que les parents.

L’Apogée de Soi – Isabelle Bourdeau
Conseillère agréée – 06 814 614 86
Contact@lapogeedesoi.fr
www.lapogeedesoi.fr

Les Fleurs de Bach Original Bio

fleurs-bachIssues des recherches du Dr Edward Bach (1886-1936), les Fleurs de Bach agissent en profondeur et aident à harmoniser l’équilibre psychique et énergétique pour surmonter les états émotionnels excessifs : découragement, tristesse, peurs, doutes, stress, manque de confiance, afin de retrouver un nouvel équilibre émotionnel.

Le savoir de Biofloral au service des Fleurs de Bach

Depuis de nombreuses années, le laboratoire Biofloral élabore ses Fleurs de Bach Bio dans les montagnes d’Auvergne, au coeur d’une Nature pure et forte, chargée en énergie grâce à son altitude, son sol granitique de 300 millions d’années et sa terre volcanique.

Respecter la méthode originale du docteur Bach, c’est l’engagement de Biofloral

Produits subtils, les Fleurs de Bach Biofloral sont préparées en respectant rigoureusement la méthode originale du Docteur Bach en dilution 1/240e, à partir de fleurs sauvages, d’eau de source et de cognac bio Demeter dynamisé.

Une gamme complète de Fleurs de Bach Bio

Biofloral propose les 38 Fleurs de Bach Original Bio, le complexe secours, la crème de secours, des Fleurs de Bach sans alcool en granules ou pastilles, des complexes floraux, une gamme spécifique enfants, ainsi qu’une ligne de soins aux parfums subtils et aux effets bienfaisants, en accord avec votre état d’esprit.


éco Livres

No-stress no-Burn-out
No-stress no-Burn-outde Pascale Polizzi

Gérer et éviter le burn-out

Un livre pour gérer et éviter le burn-out et entrer dans le monde des solutions, de la gestion du stress et du maintien des performances. Un livre pratique, avec tous les exercices inclus. Son but est d’apporter enfin une aide réelle à la gestion de ce syndrome. Un livre ultra-efficace, qui permet de gérer la pression et de mettre en oeuvre une stratégie sans stress de façon optimale. Il s’adresse bien sûr aux cadres soumis à la pression, mais aussi à toute personne qui subit une pression régulière et durable, pour ne pas monter en stress, rester au top et, surtout, ne pas tomber en burn-out.

Ebook « kindle » en vente sur amazon.fr – 3 €

Le choix des huiles essentielles
Le choix des huiles essentiellesde Fencienne Tu-Saint Girons et Benoît Saint Girons

Ce livre est un guide pratique qui met l’aromathérapie à la portée de tous. Il présente :

  • le choix des 20 huiles essentielles incontournables ;
  • leurs propriétés, indications et modes d’emploi pour un usage thérapeutique familial sans risque ;
  • les recettes les plus simples et les plus efficaces pour prévenir et guérir rapidement les affections de toute la famille ;
  • tous les usages des huiles essentielles.

Mais il est aussi une invitation à faire le choix d’une autre qualité de vie… plus naturelle.

Éditions Jouvence – 9,70 €

Relax’minute
Relax’minutede Florence Vertanessian

Faire une pause, retrouver sa capacité à se détendre, prendre soin de soi, rester zen… un grand défi de la vie en ces temps agités ! La bonne nouvelle, c’est qu’il existe mille façons de calmer le corps et l’esprit. Massages, mudras, respirations, visualisations, relaxation… rendent la vie plus douce. Toutes les techniques présentées dans cet ouvrage ont fait leurs preuves : issues des traditions du monde, elles sont délicieuses à l’usage. Surtout, elles permettent de goûter aux bienfaits d’un relâchement profond du corps, de stopper les pensées tourbillonnantes, de libérer les tensions, de plonger son mental dans un océan de sérénité.

Au programme de ces 12 jours, des tests, des astuces, des conseils, des exercices simples et efficaces qui vous accompagneront tout au long de la journée pour rester zen en tout temps et en tout lieu !

Éditions Jouvence – 9,90 €


Claire Devaux

Oser le naturel

Bas les masques ! Êtes-vous vraiment sûr(e) d’être authentiquement vous-même en société, avec les vôtres et, même, face à vous-même ? Pour le savoir, regardez- vous longuement dans une glace : vous reconnaissez-vous tel(le) que vous pensez être ? Appréciez-vous votre reflet ? Vous êtes unique et vous possédez un potentiel qui ne s’est peut-être pas encore pleinement révélé. Faites-vous confiance, listez sur une feuille vos qualités, vos talents, vos plus belles réussites. Cet exercice vous confortera dans l’idée que « vous le valez bien » et que vous pouvez être vous-même, sans jouer un rôle ou avoir recours à des artifices divers.


Rubrik' à Trucs

sucresOK pour le hoquet ?

Pour faire passer efficacement une crise de hoquet, plutôt que de retenir votre respiration, imbibez un sucre de vinaigre de vin ou de citron et mangez-le. Ce mélange de sucre et d’acide s’avère être très efficace.

clou-de-girofleLa dent dure

Pour soulager des douleurs aux dents, appliquez une poche de glace sur votre joue : le froid aura un effet anti-inflammatoire. Vous pouvez aussi placer un clou de girofle sur la dent douloureuse : son huile essentielle est antiseptique, anesthésiante et antiinflammatoire. N’attendez quand même pas trop pour aller chez le dentiste si cela ne passe pas…

Bouche trou

Pour venir à bout facilement d’un aphte, faites un bain de bouche avec un peu de bicarbonate de soude dilué dans un verre d’eau. Il va contribuer à rééquilibrer le pH de la bouche car les aphtes apparaissent quand la salive est trop acide et attaque alors l’intérieur de la bouche.

Sous le coup

Pour faire désenfler un hématome, préparez une pâte avec 3 cuillères à soupe de curcuma, un jus de citron et une cuillère de sel. Placez-la sur la partie enflée pendant quelques minutes.

sachet-theGarder l’oeil

Pour faire disparaître un orgelet, trempez un sachet de thé noir dans de l’eau chaude, mettez- le sur l’oeil et fixez-le avec un sparadrap pour le garder toute la nuit.

citronDes lendemains qui chantent

Pour faire passer une gueule de bois après une soirée trop arrosée, ajoutez dans un verre d’eau bien fraîche le jus d’1/2 citron, 1 cuillère à café de bicarbonate de soude, 1 cuillère à café de sucre et 1/2 cachet d’aspirine. Mélangez bien le tout et buvez cette préparation très efficace.

flacon-huileLa guerre du bouton

Un vilain bouton de fièvre commence à faire son apparition ? Ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle de lavande à un petit flacon d’huile d’amande douce. Mélangez bien le tout et appliquez 1 goutte de cette préparation, 3 fois par jour, sur le bouton jusqu’à sa complète disparition.

menthePansement végétal

Pour soigner une plaie légère, broyez ou hachez très finement quelques feuilles d’ortie et appliquez- les sur la peau lésée. Maintenez- les avec une bande de tissu ou une compresse.

ailSur l’ongle

Pour fortifier des ongles mous et cassants, frottez chacun d’eux avec une demi-gousse d’ail, et ce pendant plusieurs jours d’affilée. Cette astuce est en prime très efficace pour faire passer l’envie de se ronger les ongles !


Côté Beauté

naturelChassez le naturel, il revient au galop !

La chimie, que nous avons tant vénérée, nous démontre depuis plusieurs années qu’elle a atteint ses limites et qu’elle doit laisser la place à davantage de naturalité et de simplicité, pour préserver notre capital santé et cette planète que nous malmenons tant. Pourquoi faire chimique lorsque l’on peut faire naturel ? Pourquoi polluer lorsque l’on a, à portée de soi, des solutions « green » et écologiques ? La nature est belle et ne demande qu’à nous rendre la pareille.

Je change les règles du jeu

En France, 2,6 milliards de protections périodiques sont jetées tous les ans. Mais, voilà ! Cette production à grande échelle ne laisse pas notre environnement indemne et contribue à faire déborder nos poubelles…

Incinération, enfouissement, station d’épuration des eaux urbaines… On ne sait plus quoi faire de ces déchets !

Au-delà de l’impact sur l’environnement, les serviettes hygiéniques et tampons polluent notre corps… Produits désinfectants, gels absorbants, fongicides, bactéricides, organochlorés (produits de blanchiment), traces de dioxine, rayonne (fibre textile artificielle à base de cellulose)… entrent en contact avec la muqueuse vaginale et sont absorbés. L’impact sur la flore vaginale est important puisque le tampon absorbe 90 % des sécrétions utiles à son équilibre !

Les conséquences : sécheresse vaginale, mycoses pouvant aller jusqu’au choc toxique, heureusement peu fréquent. Utiliser une coupe menstruelle (petite coupe en forme de cloche aux bords arrondis et terminée le plus souvent par une petite tige pour un retrait plus aisé) permet d’économiser 12 000 déchets.

Comment l’utiliser ? Elle s’insère dans le vagin de la même façon qu’un tampon. Par sa forme et sa souplesse, elle évite les fuites et protège des odeurs désagréables. On la vide de temps en temps et on la remet en place après l’avoir nettoyée à l’eau. Il existe en général 2 tailles, une pour flux léger et l’autre pour flux plus important.

Quelques marques se partagent actuellement le marché, telles que UpToCup – Easy Cup – Lunacopine…

Je me démaquille sans polluer la nature

demaquillantSaviez-vous qu’une femme ayant une espérance de vie de 83 ans (source Insee) commence à employer des carrés de coton à 14 ans environ ? Elle en utilisera entre 2 et 4 par jour… soit près de 75 500 carrés de coton au cours de sa vie ! Cela représente une pièce d’environ 8 m3 de carrés de coton de déchets… Imaginez donc la pollution engendrée ramenée à tout un pays. Effrayant, non ?

N’attendons pas que les autres se bougent pour nous. C’est un travail de tous, à tout instant de notre vie quotidienne. Par conséquent, chaque jour, agissons à notre niveau par des petits gestes qui feront de nous de belles plantes. Non à la beauté irresponsable, Oui à une beauté citoyenne ! Plusieurs marques proposent désormais des carrés démaquillants lavables, nettoyables en machine, sans pour autant nécessiter de machine supplémentaire. Au-delà du geste pour la planète, ce rituel de beauté nous fait réaliser une économie d’environ 300 €. Un petit geste pour son portefeuille et un grand geste pour la planète.

Le saviez-vous ? 20 carrés démaquillants lavables représentent l’équivalent de 6 000 carrés de coton.

Je limite ma consommation d’emballages cosmétiques

emballagesAujourd’hui, chacun d’entre nous produit 590 kg de déchets par an, qui se retrouvent dans nos poubelles et les conteneurs de tri (365 kg), ainsi qu’en déchetterie (225 kg)*.

Bien évidemment, nous avons tous un rôle à jouer pour réduire nos déchets, et ce, pas seulement dans le domaine de l’alimentaire. Nous devons également faire des efforts dans notre comportement face aux cosmétiques.

Voici quelques conseils pour être « green » et responsable :

Refuser les produits sur-emballés

Comme vous l’avez sûrement remarqué, un grand nombre de cosmétiques vendus dans le commerce sont sur-emballés. Blister (film plastique recouvrant, par exemple, les parfums), étuis plus ou moins écologiques, sans parler des notices… Une consommation alarmante, que nous pourrions grandement diminuer.

À vous de ne pas succomber aux belles allégations marketing des industriels et de privilégier les éco-emballages, reconnaissables par l’écolabel de l’Union européenne.

Respecter les doses

Reconnaissons-le, nous avons parfois la fâcheuse habitude de surdoser la quantité de produits cosmétiques utilisés. Il est bon de rappeler que leur efficacité, même à faible dose, est souvent bien suffisante pour les usages courants. En respectant les quantités recommandées par les fabricants, nous éviterons les surconsommations et limiterons les impacts sur l’environnement.

Miser sur les écorecharges

Plusieurs de nos cosmétiques usuels existent désormais sous forme d’écorecharges. Nous aurions tort de nous en priver, notamment pour les produits de consommation courante tels que le gel douche, le shampooing ou le savon liquide.

Faites-les vous-même…

Le meilleur moyen de limiter votre consommation d’emballages est sans nul doute de réaliser un grand nombre de vos cosmétiques maison. Cela vous permettra de réduire considérablement vos déchets et, par ailleurs, de vous assurer qu’ils ne contiennent que de bonnes choses pour vous et la planète.

* Source : Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME)


Claire Devaux - beauté

Se montrer sous conseils son vrai visage

Notre visage est la partie la plus exposée de nous-même, en permanence. Il est ce que nous offrons de nous aux autres, et reflète aussi sans tricher ce que nous ressentons. Même si le maquillage peut nous sublimer, n’ayons pas peur de nous montrer tels que nous sommes, sans artifices. Et pour faire bonne figure le plus naturellement possible : consommez chaque jour des carottes, en jus ou râpées ; leur effet bonne mine n’est plus à prouver (et elles rendent aimable, donc digne d’être aimé(e) !) ; exposez-vous raisonnablement au soleil pour avoir un léger hâle ; veillez à la santé de votre foie (un teint jaune, des boutons, des cernes marrons sont les signes de son mal-être) ; buvez chaque jour au moins 1 litre d’eau pour vous hydrater. Et n’oubliez pas l’essentiel : souriez et rayonnez de joie !


L’aloe vera aux extraits de plantes

aole-veraSavez-vous que l’aloe vera fait partie des plantes célèbres en phytothérapie et est connue comme étant un remède miracle à tous les maux ? En effet, non seulement l’aloe vera rééquilibre la flore intestinale, mais il prévient et combat différentes affections chroniques. Vous pouvez parfaitement utiliser l’aloe vera tant pour des usages internes qu’externes. Il est le plus souvent employé pour la protection de la peau, mais également pour combattre les infections et les brûlures. Il permet aussi une cicatrisation très rapide. La pulpe est la partie la plus utilisée de la plante puisqu’elle renferme la majorité des substances dont le corps humain a besoin et qui lui confèrent sa popularité.

Depuis de nombreuses années, les spécialistes ont élaboré différents produits dérivés pour la santé et la beauté pour profiter de tous ses avantages. Cependant, en ces jours où la tendance est au bio, la société Biopharma se tourne vers une autre facette de la plante en créant une nouvelle gamme de compléments alimentaires bio : L’aloe vera aux extraits de plantes. Ces nouveaux produits révolutionnaires sont faciles à boire et offrent de nombreux bienfaits pour la santé. Ils sont bien évidemment certifiés bio Ecocert. Par ailleurs, les produits sont disponibles dans tous les salons et foires bio, mais également sur le site officiel de la société :

www.aloe-zen.com

Biopharma utilise ses compétences et ses expériences pour faire sortir le meilleur de l’aloe vera et présenter ces produits aux extraits de plante sous la marque ALOE ZEN, répondant aux besoins des consommateurs tant dans le domaine de la santé que celui du cosmétique. L’aloe vera qu’elle utilise provient de Tunisie et fait partie des meilleurs de la région de Sousse, où le climat est idéal pour la culture et le développement de la plante. Par ailleurs, le mode de culture traditionnel est préservé, où les plantes sont cueillies et coupées à la main ; les différentes étapes de transformation sont effectuées avec adresse et maîtrise, pour garder intactes toutes les propriétés bénéfiques de la plante.

livre-aole-veraAloe vera, plante miraculeuse !

Tel est le nom de l’ouvrage que Biopharma va sortir très prochainement. C’est dans ce livre que la société mettra en lumière tous les bienfaits de la plante et présentera 8 nouveaux produits. À l’image de celui de l’aloe vera associé au thé vert, recommandé pour la perte de poids, ou celui à l’aloe vera associé au millepertuis, pour lutter contre le stress et favoriser le sommeil. Dans le domaine du cosmétique, la société Biopharma propose également une crème pour le visage.


Je deviens une vraie sirène

Véritable source de nutriments et de beauté, les algues et micro-algues ont le vent en poupe. Symbole de pureté originelle, ces dernières renferment des molécules actives efficaces, prêtes à nous sublimer, que la terre n’a pas réussi à créer.

Elles sont par ailleurs capables d’adhérer à des rochers grâce à un film transparent fait de sucre (un polysaccharide, collant et protecteur. Eh bien figurez-vous que ce polysaccharide a des propriétés mécaniques étonnantes, notamment pour combler une ride ou encore absorber le sébum.

Pourquoi donc ne pas utiliser des algues et micro-algues pour sublimer votre beauté ? En voici 2, simples d’utilisation, qui devraient vous séduire à plus d’un titre.

La chlorelle, tout d’abord, est une micro- algue d’eau douce reconnue pour sa richesse en protéines. Au sortir de la guerre, le Japon eut recours à la chlorelle pour lutter contre les famines et les carences alimentaires. On la retrouvait alors dans les boissons, les biscuits et le lait en poudre. Aujourd’hui, la chlorelle a été déclarée aliment d’intérêt national par le gouvernement japonais.

Cette algue contient :

un complexe formé de vitamines, d’ADN et d’acides aminés, qui participe au renouvellement cellulaire de la peau ;
des protéines et des acides aminés essentiels : en plus d’être nutritifs, ils protègent le collagène et l’élastine, 2 protéines constitutives du derme, et raffermissent ainsi la peau ;
de la chlorophylle, qui stabilise le collagène grâce à son action radicalaire ;
des sels minéraux, revitalisants et très nutritifs ;
des oligoéléments (zinc, fer, sélénium), qui protègent de l’action des radicaux libres.

Résultat ?

Détoxifiante, elle capte les polluants qui s’accumulent au niveau de la peau. Elle favorise la cicatrisation, notamment celle des gencives. Elle prévient le vieillissement cutané et améliore le renouvellement cellulaire. Elle protège le collagène et l’élastine. Elle raffermit la peau.

Quelles utilisations beauté ?

Des soins pour peaux ternes. Des soins anti-rides. Des dentifrices. Des masques capillaires détoxifiants.

La spiruline est une algue bleue de la famille de cyanophycées. Elle se présente sous la forme d’un filament spiralé et se développe naturellement dans les eaux tropicales ou subtropicales. Cette algue contient :

Des protéines (+ de 70 % de sa matière sèche)
Des vitamines A et E, au fort pouvoir antioxydant
Des acides aminés
Du fer

Résultat ?

Sa richesse en nutriments, et notamment en protéines, lui offre des propriétés revitalisantes, fortifiantes et nutritives exceptionnelles. Elle améliore la souplesse et l’élasticité de la peau. Elle possède une action stimulante et régénérante du collagène et de l’élastine. Elle participe à la prévention de l’apparition des rides. Elle apporte une teinte vertbleu originale à vos cosmétiques.

Quelles utilisations beauté ?

Des soins anti-âge. Des masques détox visage. Des masques reminéralisants visage. Des enveloppements minceur. Des soins réparateurs et fortifiants capillaires. Des soins revitalisants pour le corps.

Place nette

Ce masque d’un vert profond est particulièrement adapté aux peaux mixtes à grasses ou sujettes à des problèmes au retour des vacances.

Masque détox visage spiruline & citron vert

masque-detoxMon matériel

? 1 bol
? 1 mini-maryse
? 1 cuillère à soupe non métallique

Dans mon panier

? 1,5 c. à s. d’argile verte
? ½ c. à s. de spiruline
? 1 c. à s. d’hydrolat de thym à linalol
? 2 gouttes d’huile essentielle de citron vert

La recette

1 > Mettez l’argile verte et la spiruline dans un bol, puis mélangez.
2 > Transférez l’hydrolat de thym et mélangez le tout soigneusement à l’aide de la mini-maryse afin d’obtenir une préparation lisse et homogène.
3 > Ajoutez enfin l’huile essentielle de citron vert et mélangez à nouveau.

Conseils d’utilisation

Appliquez le masque en couche épaisse sur le visage et laissez poser 10 à 15 minutes. Vaporisez de temps en temps de l’hydrolat de thym à linalol afin que votre masque ne sèche pas. Retirez à l’eau claire à l’aide d’un coton ou d’un linge propre.


L’eau vive

Pour prendre soin de votre peau au jour le jour, concoctez-vous cette eau de fleur pour faire rimer beauté et simplicité…

Eau de beauté revitalisante & anti-âge

eau-viveMon matériel

? 1 bécher
? 1 mini-fouet
? 1 bol
? 1 flacon de 100 ml
? 1 mini-entonnoir

Dans mon panier

? 50 cl d’hydrolat de rose
? 25 cl d’hydrolat de géranium
? 25 cl d’hydrolat d’ylang-ylang

La recette

1 > Transvasez les 3 hydrolats dans le bol, puis mélangez à l’aide du mini-fouet.
2 > Transférez la préparation dans le flacon à l’aide d’un mini-entonnoir.

Conseils d’utilisation

Matin et soir, nettoyez votre peau avec cette eau de beauté à l’aide d’un coton ou d’un linge propre.

Je nettoie moins ma peau à l’eau

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’eau du robinet n’est pas le meilleur allié de notre peau. Souvent calcaire et parfois un peu chlorée, elle peut irriter les peaux sensibles et générer sécheresse, tiraillements et rougeurs.

Misez sur la rentrée pour privilégier les hydrolats aromatiques. Il suffit de les choisir en fonction de votre peau et de vos problématiques.

L’hydrolat de camomille romaine, pour apaiser et calmer les peaux irritées ou allergiques. L’hydrolat de géranium bourbon, purifiant, tonique et apaisant pour les peaux abîmées ou tiraillées et pour réveiller l’éclat de la peau. L’hydrolat d’hamamélis favorise la microcirculation et est recommandé pour les peaux sensibles sujettes aux rougeurs. Astringent, tonique et purifiant, il est apprécié des peaux mixtes et grasses. L’hydrolat de lavande fine est indiqué pour traiter les zones acnéiques ou grasses et il favorise la cicatrisation des boutons.

L’hydrolat de rose est astringent, tenseur et incontournable pour prévenir et lutter contre le vieillissement cutané. Il purifie, rafraîchit et adoucit la peau. Il est aussi connu pour calmer les irritations et les rougeurs.

L’hydrolat d’ylang-ylang revitalise et tonifie les peaux asphyxiées ou fatiguées.


Je me coiffe en mode « green »

Habituellement, la laque ou le fixateur nous préservent des coups de vent et autres intempéries, tout en nous assurant une tête bien coiffée en toutes circonstances. Ces produits de coiffage sont destinés à former un film sur les cheveux pour les protéger et les maintenir en place. Mais les ingrédients présents dans ce type de produits ne sont pas toujours très écologiques. Évitez les antistatiques, les fixateurs ou solvants, très polluants pour l’environnement, comme les acrylates, les glycols et autres silicones, ou des gaz propulseurs qui ne le sont pas moins.

Privilégiez des formulations naturelles, qui disciplinent les cheveux sans nuire à la planète :

Pour réaliser un gel coiffant maison, pensez au gel d’aloe vera, aux hydrolats, à la gomme xanthane pour épaissir le gel, et à des actifs capillaires naturels tels que l’inuline1, le coco silicone2 ou le miel en poudre. Pour préparer une cire coiffante maison, pensez aux huiles végétales capillaires, au gélisucre3, aux cires et beurres végétaux.

1- Ce polysaccharide de fructose, d’origine 100 % végétale et biologique, est un excellent agent hydratant et adoucissant pour les cheveux. L’inuline est notamment très appréciée dans les soins capillaires comme conditionneur.

2- Cet émollient d’origine naturelle est un substitut idéal aux silicones synthétiques. Il a un effet « silicone like » sur les cheveux, qu’il gaine sans effet gras tout en apportant de la brillance.

3- Le gélisucre est un émulsifiant certifié bio composé d’huile d’amande douce, de glycérine, d’ester de sucre et d’eau de fruit d’orange.

Dans « l’hair du temps »

Si vous avez les cheveux rebelles et que les produits du commerce ne vous semblent pas toujours très inoffensifs, adoptez ce gel coiffant végétal, qui saura sans nul doute les discipliner avec brio, tout en leur apportant un parfum frais et citronné.

Gel coiffant végétal

dans-l-air-du-tempsMon matériel

? 1 balance électronique ou 1 petite cuillère à café
? 1 mini-fouet
? 1 bol
? 1 pot de 100 ml

Dans mon panier

? 80 g de gel d’aloe vera (environ 20 cuillères à café)
? 3 g de silicone végétal (1 cuillère à café)
? 2 g de gomme xanthane (2 cuillères à café)
? 3 g de glycérine végétale (1 petite cuillère à café)
? 15 gouttes d’huile essentielle de citron vert
? 20 gouttes de conservateur Cosgard

La recette

1 > Dans le bol, transvasez le gel d’aloe vera, le silicone végétal et la glycérine végétale. Mélangez soigneusement à l’aide du mini-fouet.
2 > Ajoutez la gomme xanthane en pluie fine, puis agitez vigoureusement au mini-fouet afin d’obtenir un gel fluide et homogène.
3 > Terminez par l’ajout de l’huile essentielle et du conservateur, puis remuez une dernière fois.
4 > Transvasez la préparation dans le pot.

Conseils d’utilisation

Appliquez une petite noisette de ce gel sur les cheveux secs à l’aide de vos doigts.

Conservation

Bien conservé et fabriqué dans des conditions d’hygiène optimales, ce produit pourra se garder au moins 3 mois.


J’évite les parfums de scandale

Il est très agréable de se parfumer, mais ce plaisir perd de son charme si nous ne pouvons pas y céder avec la garantie de l’absence de composés chimiques bioaccumulables et potentiellement nocifs pour la santé.

En effet, il se trouve que la quasitotalité des parfums vendus dans le commerce sont composés de molécules de synthèse potentiellement dangereuses. Les esters de phtalates, notamment le diéthylphtalate (DEP) et les muscs de synthèse sont sur la sellette : le DEP, utilisé comme solvant pour dénaturer l’alcool, pénètre la peau et se disperse dans le corps, risquant d’endommager l’ADN des spermatozoïdes et de limiter les capacités pulmonaires humaines. Quant aux muscs synthétiques, ce sont des composés chimiques bioaccumulables et potentiellement nocifs pour la santé. Enfin, n’oublions pas que les molécules de synthèse se dégradent avec difficulté. Elles se déposent dans les tissus sous-cutanés et le corps peine à les éliminer, sans compter qu’elles sont aussi suspectées de favoriser les allergies. Profitez de cette rentrée pour commencer à faire vos propres parfums maison.

Avec quoi les formuler ?

De l’alcool ou de la vodka. Des huiles essentielles bio. Des absolues. Des extraits C02. Des épices en macération (vanille, poivre, gingembre…). Des hydrolats. Des fragrances cosmétiques naturelles.

Forever

Synonyme d’espérance, le vert incite à accueillir sereinement la nouveauté et favorise la prise de décision. Il aide à retrouver un espace bien à soi. Si l’envie de se détendre se fait sentir, il suffit de mettre son corps régulièrement « au vert » en se ménageant des moments de plaisir intense.

Eau de toilette pour lui

forever-pour-luiMon matériel

? 1 flacon vaporisateur en verre de 15 ml
? 1 petit verre
? 1 mini-fouet
? 1 mini-entonnoir

Dans mon panier

? 13 ml d’alcool à 90° ou de vodka
? 1 pointe de couteau de chlorophylle végétale
? 2 g d’HE de menthe poivrée
? 20 g d’HE de pamplemousse
? 15 g d’HE de citron vert
? 5 g d’HE de vétiver
? 5 g d’HE de bois de Hô
? 3 g d’HE de santal
? 5 g d’HE de galbanum
? 5 g d’extrait de CO2 d’ambrette

La recette

1 > Versez l’alcool dans le verre, puis ajoutez petit à petit la chlorophylle. Remuez avec un mini-fouet jusqu’à complète dissolution de la couleur.
2 > Ajoutez un à un le reste des ingrédients, en veillant à mélanger soigneusement entre chaque ajout.
3 > Versez dans le flacon spray en vous aidant de l’entonnoir.

Conservation

Bien conservé et fabriqué dans des conditions d’hygiène optimales, votre parfum pourra se garder au moins 6 mois.

Rosalina

Rosalina est un parfum naturel empreint d’une grande poésie, où se mêlent à la fois des notes florales sensuelles et des notes hespéridées très acidulées. Une véritable ode à la féminité, pour un plaisir olfactif intense.

Eau de toilette pour elle

Rosalina-pour-elleMon matériel

? 1 flacon vaporisateur en verre de 15 ml
? 1 petit verre
? 1 mini-fouet
? 1 mini-entonnoir

Dans mon panier

? 13 ml d’alcool à 90° ou de vodka
? 3 g de colorant rose naturel (hibiscus ou betterave)
? 25 g d’HE de cédrat
? 10 g d’HE de palmarosa
? 10 g d’HE d’ylang-ylang
? 5 g d’absolue de fèves tonka

La recette

1 > Versez l’alcool dans le verre, puis ajoutez les gouttes de colorant rose et remuez avec un mini-fouet, jusqu’à complète dissolution de la couleur.
2 > Ajoutez un à un le reste des ingrédients, en veillant à mélanger soigneusement entre chaque ajout.
3 > Versez dans le flacon spray en vous aidant de l’entonnoir.

Conservation

Bien conservé et fabriqué dans des conditions d’hygiène optimales, votre parfum pourra se garder au moins 6 mois.

Contre-indications

Ce parfum, contenant des huiles essentielles, est donc déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes.


éco Livres

La beauté naturelle des paresseuses
La beauté naturelle des paresseusesde Carole Dichampt

Des recettes faciles et rapides pour se concocter des cosmétiques home made super efficaces. En bonne paresseuse, vous n’êtes pas du genre à passer des heures dans la salle de bain, et vous rêvez de conjuguer beauté avec simplicité et efficacité ? Dans cet ouvrage, découvrez comment vous pouvez associer paresse et conscience écologique tout en vous amusant à créer des crèmes et huiles au miel, à l’huile d’argan ou de macadamia, à la fleur d’oranger. Profitez, le plus facilement du monde, des principes actifs de la nature dans votre salle de bain.

Marabout – 5,99 €

 

Les informations proposées par l'Écolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.